Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2016

Michel Dogna et le silicium de la famille Baccichetti

sans-titre copie.jpg

Je n'ai rien contre le genre de produit dont il est question. ce n'est sans doute pas la façon de consommer du silicium la meilleure marché que de recourir à un extrait liquide mais ceci est une autre question. Le seul problème est que pour vendre le produit en cause signé Baccichetti, Dogna et Cie racontent n'importe quoi à propos de molécules toxiques qui seraient contenues dans la prêle (et l'ortie). Or loin d'être toxiques, l'une de ces molécules est un antioxydant objet de commerce. Un comble !

Enfin l'histoire se complique d'un conflit familial qui vient encore brouille un peu plus les choses.  

Il fallait, une fois de plus, remettre les pendules à l'heure ! 

J'ai consacré deux posts à la publicité mensongère en rapport avec le produit Baccichetti visé. Voir :

http://silicium.blogspirit.com/archive/2015/10/18/siliciu...

http://silicium.blogspirit.com/archive/2012/08/21/ras-le-...

Le premier post montrait comment on a induit en erreur les gens sur la teneur réelle en silicium du produit en les roulant dans la farine. Dans le second, où figure un droit de réponse de Baccichetti, je l'ai pris en flagrant délit de mensonge à propos de la soixantaine de phénols que contiendrait la prêle. Lui ayant répondu de façon assez percutante, il s'est abstenu de répliquer car il avait tort. 

La prêle n'est nullement toxique et ne contient pas de phénols

Voici la réponse faite à l'époque à ce que Baccichetti avait écrit :

Commentaire : le dosage phénoménal invoqué autrefois a été rectifié. Se peut-il qu'il se soit agi d'une erreur involontaire. Qu'importe ! Quant à la soixantaine de phénols contenus dans la prêle premièrement on ne voit pas comment la pression à froid les éviteraient et deuxièmement c'est archi faux ! Parmi les matières médicales que je possède celle de Max Rombi (Arkopharma) qui se réfère à 15 travaux scientifiques ne mentionne aucun toxique. J'ai donc téléphoné à l'herboristerie Blaise pour m'assurer qu'il n'existerait pas des travaux contradictoires plus récents.

Sur les conseils, de la descendante du Père Blaise je viens de téléphoner à la Société d'Ethopharmacologie de Metz qui est dirigée par le Pr Fleurentin qui a succédé à Jean-Marie Pelt qui ont consulté en temps réel l'ouvrage de Anton et Wischtl, la source invoquée par mon interlocuteur dans lequel il n'existe aucune mention de phénols. En fait de malhonnêteté foncière c'est un comble !

Quand le mensonge vire à l'escroquerie

Il est clair qu'inventer une toxicité quand elle est inexistante pour arguer d'un procédé (au demeurant bidon) en prétendant que l'on a trouvé un moyen de purification, soit faire peur au gens afin de les persuader qu'on vend un produit rendu clean est l'une des plus grossières ARNAQUES que l'on peu concevoir dans le domaine qui nous occupe.

Et voila que Michel Dogna, cet autre escroc promoteur de compléments plus ou moins illusoires revient à la charge.

Dogna prétend détenir un diplôme de Heilpraktiker mais nous ne l'avons jamais vu. J'ai publié dans mon livre Loïc Le Ribault et le G5 : L'aventure du silicium organique le témoignage d'une dame, une certaine Violette F., qui avait pris en mains les intérêts de Le Ribault et qu'il a tenté de soudoyer.

Je cite : le 25 juin, Michel Dogna débarquait à Dublin d’un vol d’Air France. Il proposait de mettre dans le circuit une société espagnole basée à Alicante (I.M.I Potentiel, dirigée par un certain Dr Paya) qui devait être chargée de ravitailler la France. Selon l’accord envisagé, après signature du contrat, Dogna était autorisé à publier un article informant la clientèle française de l’existence de ce nouveau distributeur. Mais l’article serait paru le 26 juin sans que le contrat n’ait été signé. Il est résulté de tout cela un véritable imbroglio. Or avant que le GR ne soit fabriqué en Irlande c'est un certain laboratoire Berkem qui le préparait et Dogna a proposé à ladite Violette de trahir LLR en lui fournissant directement le produit. Enfin pour une raison que je ne suis pas parvenu à éclaircir, Dogna se serait plaint à LLR que son gendre aurait tout cassé chez sa fille propriétaire de La Source Claire.

A présent, Dogna n'est plus en Espagne mais à 10 000 km de la France et il se fait offrir des croisières gratuites en échange de conférences et causeries à bord.

Nouvelle campagne de propagande dans le n° 35 de Contre Infos

Dans ce numéro, un article de 6 pages est consacré au produit signé Baccichetti. J'imagine qu'une telle pub ca se paie. L'auteur n'a pas fait ça pour les beaux yeux des héritiers.

Dogna commence par vouloir persuader son public que toute la chaine alimentaire est carencée en silicium. Possible mais ce n'est pas ce qui importe. Suivent une liste (non exhaustive) de propriétés multiples de la silice. Suis un couplet sur les transmutations selon Kervran. Evoquant les dires de Carlisle et Birchall sur les vertus de la silicium qui serait apte à piéger l'aluminium il agite la corde sensible à propos d'un intérêt possible dans la maladie d'Alzheimer. C'est possible mais non démontré à titre préventif mais quand à ne action curative, je demande à voir. Puis l'on en arrive aux toxiques censées être contenus dans la prêle et l'ortie et là tout change.

Plus de "phénols" dans la prêle mais du "quercétol" toxique et de l'acide formique dans l'ortie

En fait, ce n'est pas nouveau, car dans le second post évoqué plus haut, j'évoquais une "nouvelle race de prêle tyrolienne" ! Je cite :

On a fait grand cas actuellement d'une variété de prêle tyrolienne découverte par Breuss (l'auteur d'unecélèbre cure de jus de légumes) qui contiendrait 70 % de silice. Outre que l'on ne donne (et pour cause !) aucune indication sur cette mystérieuse variété dont on ne trouve aucune trace ni historique ni botanique nulle part, cette nouvelle INVENTION DE DE PUR MARKETING fonctionne sur la base d'une quasi criminalisation de la variété classique de la prêle des champs, savoir Equisetum arvense qui est accusée d'être hybridée et rendu toxique par la présence de quercetol et/ou de kaempférol comme pour l'ortie (?), deux antioxydants présents dans quantité de plantes médicinales (voyez wikipedia), je cite :

La quercétine ou quercétol est un flavonoïde de type flavonol présent chez les plantes comme métabolite secondaire. Le quercétol est le plus actif des flavonoïdes et de nombreuses plantes médicinales doivent leur efficacité à leur fort taux en quercétol. Les études in vitro et in vivo ont montré que c'était un excellent anti-oxydant.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Querc%C3%A9tine

Pour la suite, qui montre que le quercétol est présent dans beaucoup de végétaux que l'on consomme tous les jours, veuillez vous reporter à l'article suivant :

http://silicium.blogspirit.com/archive/2012/08/21/ras-le-...

Ni la prêle commune utilisée en herboristerie, ni l'ortie ne sont toxiques !

Il faut arrêter de faire peur aux gens, inventer ce genre de salade en faisant passer des molécules non seulement innocentes mais curatives (la quercétine est vendue en gélules avec de la bromélaïne) pour des toxiques c'est bien une escroquerie à la fois intellectuelle et matérielle.

A propos des "biochimistes" de Phytonika

Il n'y a pas de "biochimistes" chez Phytonika. le fils Baccichetti est simplement ingénieur en traitement des eaux usées, il doit avoir quelques connaissances en biologie mais il n'était pas nécessaire d'être un génie dans le domaine pour imaginer d'extraire les principe actif de la prêle et de l'ortie à l'aide de glycérol. Les macérats glycérinés ne datent pas d'hier et s'ils sont chers c'est la gemmothérapie recoure à des bourgeons de plantes. Là c'est différent, la prêle ne coûte pas cher du tout. Alors parler à ce propos de l'extraction par le glycérol de "technique innovante", c'est une fois de plus prendre les gens pour des cons !

Accusation de concurrence diffamatoire

A la fin de l'article de Dogna on trouve cette mention :

Mise en garde :
Une personne - d'une société concurrente de Verdun - cherchant à s’approprier du patrimoine intellectuel et familial du Dr Yves Baccichetti (décédé) se démène dans une campagne de diffamation et de mensonges concernant les produits fabriqués et diffusés par la société Phytonika, tenue par les propres enfants du médecin. Adrien Baccichetti - son fils - et son épouse sont biochimistes et travaillent dans le pur respect des travaux du Docteur Baccichetti.
 

Conflit sanglant avec la "Maison de la Prêle" de Verdun

Une recherche rapide sur Internet permet de découvrir qu'est visée une certaine "Maison de la Prêle" :

http://www.maisondelaprele.fr/content/7-qui-sommes-nous

Où on lit ceci :

Nous ne pouvons que déplorer les propos diffamants tenus par une société concurrente à l'encontre de Maison de la Prêle et tenons simplement à vous informer.

Dans ses dernières volontés testamentaires, le Docteur Yves Baccichetti souhaitait que la selarl Centre Ostéopathique, qu'il avait créé avec deux autres associés dont Madame Le Saux Caroline, lui survive et avait expressément investi Madame Le Saux de cette mission.Malgré les démarches en ce sens, Madame Le Saux n'y est pas parvenu compte tenu d'un contexte familial très conflictuel.

La société Maison de la Prêle a été créée avec le soutien et elle est conseillée par Madame Caroline Le Saux ancienne associée de la Selarl Centre Osteopathique de Verdun et de Metz commercialisant des compléments alimentaires tel que Silice de Prêle et par Monsieur Chabot ancien salarié et ancien gérant de la Selarl Centre Osteopathique au décès du docteur Yves Baccichetti.

Nos produits sont fabriqués en France, élaborés en collaboration avec une ingénieure en biologie chimie ainsi qu'une pharmacienne . Nous sommes également recommandés par des médecins, thérapeutes tels que : ostéopathes, kinésiologues, sophrologues, réflexologues, acupuncteurs mais aussi des centres de yoga et de bien être.

Explication

Madame Caroline le Saux qui semble avoir été ou la femme de confiance ou même la compagne du Dr Baccichetti n'a pas été agréée par les héritiers. Détentrice de tous les secrets éventuels de fabrication du produit, elle conseille une société devenue concurrente et ce que je constate c'est que cette société ne raconte pas d'histoires à dormir debout et communique clairement quand à la teneur en silicium de son produit, je cite :

Une dose de 15 ml vous apporte 615 mg d'extrait d'herbe de prêle dont 20 mg de silicium d'origine naturelle, nécessaire et recommandé pour couvrir les besoins journaliers. 

On est loin des "embrouilles" relevées du côté de la famille. 

Pour finir une page sur l'utilisation traditionnelle de la prêle en décoction :

http://www.soignez-vous.com/phytotherapie/la-prele-reine-des-medecines-naturelles

C'est un peu plus compliqué que de boire un extrait mais c'est moins ruineux et au moins aussi efficace.

 

18/10/2015

Silicium de prêle, Baccichetti, Phytonika, pub trompeuse...

Phytonika.jpgCombien de fois faudra t-il répéter que le moyen le plus économique de consommer du silicium d'origine végétale consiste à acheter soit de la poudre de prêle soit, mieux encore de la poudre de sève de bambou tabashir que l'on trouve soit en gélules soit en vrac...

Il y aurait un livre à écrire sur les arnaques à base de silicium lancées par Loïc le Ribault. Je rappelle que j'ai publié chez Ambre un livre qui décortique en long en large et en travers les impostures de ce personnage mais ce n'est pas tout car les arnaques continuent sous une forme vicieuse comme celle-ci:

Ouvrez grand vos yeux et cessez d'être imbécile ! Pourquoi parler d'une concentration de 100 000 mg et non de 100 g par litre ! Réfléchissez ! Pourquoi des mg quand on devrait parler de g. ? Et bien c'est pour vous inciter à penser qu'il s'agit de silicium élément et non d'extrait de prêle. En d'autres termes, la famille Baccichetti vous prend pour des cons et des connes alors que si vous aviez lire vous comprendriez immédiatement que l'on cherche à vous en foutre plein la vue alors qu'en réalité ni cette pub ni le site ne vous donne la moindre indication sur la quantité de silicium que contient un litre de produit. Bref, on vous entube en long en large et en travers, pour parler poliment!

Si les lois et les tribunaux fonctionnaient normalement, de telles "enculades" seraient poursuivies pour cause de publicité mensongère car le but est de vous suggérer qu'on parle de silicium (car c'est l'info que vous attendez logiquement) et non d'un extrait forcément composite où la silice est minoritaire. Enfin cette façon de présenter les choses, si même une analyse correcte du texte devrait vous éclairer, montre bien que pour user de pareils procédés sémantiques les marchands qui agissent ainsi ne peuvent être que de vulgaires truands soucieux uniquement de s'engraisser à vos dépens.

Mais enfin puisque la plupart des gens aiment à donner leur cul pour se le faire bourrer je ne vais pas plaindre les victimes. Partez du principe qu'à partir du moment où la composition n'est pas indiquée selon des normes transparentes, la seule chose à faire c'est de boycotter le produit. Vous n'avez pas à questionner, si l'info n'est pas donnée c'est obligatoirement par esprit d'entourloupe. Est-ce clair ?

28/06/2015

Silicium G5 espagnol - Nouvelle action de Glycan Group

imagen.asp.jpegLe 22 mais 2013 j'annonçais ceci : Christian Daniel Assoun de Glycan Group vient de m'informer qu'il a lancé une impressionnante série d'assignations depuis sa société anglaise envers le laboratoire irlandais et ses distributeurs que le continent en leur demandant compte avoir abusé des diverses marques déposées par lui mentionnant le G5 en rapport avec le silicium organique qu'il a déposé avant tous les autres acteurs de la fameuse aventure, fait que j'avais relevé dans mon livre paru chez Ambre. Sur le plan scientifique il dit avoir déposé des brevets 

Je n'ai pas eu de nouvelles de ces procédures. Soit elles n'ont pas été soutenues, soit elles n'ont pas abouti car aussi bine l'Irlande que l'Espagne continue d'utiliser une marque appartenant à Glycan Group. Une nouvelle injonction à l'adresse des Espagnols vise à leur faire supprimer un lien vers le site de Loïc le Ribault ou C.D. Assoun est désigné comme un faussaire.

Il faut rappeler que l'escroc c'est Loïc le Ribault qui s'est contenté de reprendre la formule de Norbert Duffaut consistant à diluer du méthylsiliconate de potassium tiré d'un produit industriel le Rhodorsil 51 T qui est vendu pour imperméabiliser des terres cuites ou pour être injecté dans des maçonneries afin d'empêcher les remontées d'humidité... A noter qu'il y a encore des gens assez bêtes pour s'imaginer que Loïc Le Ribault a mis au travail des micro organismes sur du sable pour faire son produit. Ce qui en aurait justifié le prix si la chose avait été possible. Mais en fait c'est un produit qui ne coûte rien et se vend les yeux de la tête ! Su reste je suis bien placé pour savoir que LLR n'aura été dans ce domaine qu'un truquer et un escroc car je suis toujours en relation avec un ancien huissier et qui a investi et s'est fait rouler.

Quant au produit espagnol son descriptif est un modèle de tromperie mais comme les gens ne comprennent rien à rien, ce commerce très lucratif, monté par des gens qui étaient dans l'immobilier est toujours aussi prospère. Je reproduit la pub de la firme avec mes commentaires en bleu. Voir en fin de post.

Les risques rénaux avec le silicium original

Dans un texte de son envoi, M. Assoun avance la thèse selon laquelle l'EFSA aurait basé son refus du méthylsiliconate de potassium comme complément alimentaire sur le fait que l'absorption de ce produit dilué engendrerait une polymérisation au niveau du rein qui risquerait de boucher les néphrons et donc d'occasionner des dégâts aux reins. Je n'ai pas eu connaissance d'une justification de l'EFSA par ce motif. J'avais interrogé un élève de Norbert Duffaut qui m'avait déclaré que la polymérisation se produisait dès l'arrivée dans l'estomac en raison d'un pH acide (1,5 la nuit jusqu'à 5 en phase de digestion). Le pH de la solution diluée étant de 5,5 à 6,5 toute la question est de savoir si une partie du CH3SiOH3 peut aboutir jusqu'au rein et polymériser sur place. L'opinion de cet élève était que la partie la plus importante se transforme incontinent en silicone et est éliminé dans les fèces et qu'une infime partie est métabolisée si tant est que sous cette forme liquide il produit des effets thérapeutiques sensibles.

Je me souviens d'une étude prouvant que le méthysiliconate est assimilable puisqu'on retrouve du silicium dans les excrétions urinaires après chaque prise. Ce que j'ai gardé en mémoire c'est que précisément et sauf erreur les experts de l'EFSA ont nié le caractère assimilable de cette molécule.

Quoiqu'il en soit c'est stupide de se ruiner avec un produit que l'on peut faire soi-même avec le gel de silice que vend un certain laboratoire d'oenologie que j'ai du mettre sur la liste noire à cause du comportement de sa gérante et qui permet de fabriquer dans sa cuisine soit l'équivalent du Dissolvurol soit l'équivalent du silicium vendu par Hubner et dont le titrage est plus élevé. Pour ma part je conseille ou la poudre de prêle ou la poudre de sève bambou qui se trouvent en vrac à des prix abordables.

Analyse de la publicité mensongère concoctée par le truand qui dirige Silicium Espana

Silicium G5 Siliplant 1000ml

Nouveau G5 buvable obtenu à partir de Silice naturelle extraite de la Prèle des champs (Equisetum arvense issu de l'agriculture biologique) et d'acide silicique. Méthode du Docteur Loïc Le Ribault, le Silicium G5 Siliplantest pleinement actif, assimilable et bio-disponible. Son efficacité à été prouvée par des études cliniques realisées en France en 2011. 

Ce n'est plus la formule de Le Ribault qui n'a jamais utilisé de prêle mais, je le rappelle, un produit de facture industrielle et non pharmaceutique le méthylsiliconate de potassium et pas l'acide silicique.

Le Silicium G5 Originala été relégué en 2010 à la catégorie des cosmétiques c´est à dire ‘usage externe´ au sein de l'union européenne. Le Silicium G5 Original est disponible mais porte la mention ´Usage Externe´, selon la nouvelle réglementation européenne en vigueur.

D'abord ce n'est pas le "Silicium G5" qui est en cause dans la décision de l'EFSA mais le méthylsiliconate de potassium dont l'usage a été interdit comme complément alimentaire.  Admirez au passage le confusionniste, soit délibéré, soit comme fruit de la crétinerie d'un parfait imbécile incompétent face à une question de droit si simple. Il s'agit bien d'un silicium équivalent au produit irlandais. Mais l'EFSA n'a jamais dit qu'il fallait apposer une étiquette usage externe car elle ne s'est pas occupée de cosmétique dans cette histoire. Ce n'était pas son propos !

Côté français Christian Cotten continue d'importer le silicium irlandais qui est toujours à base de méthylsiliconate de potassium, interdit à la vente comme complément alimentaire et a déclaré que puisqu'on ne peut en faire légalement qu'un usage cosmétique et bien les particuliers ont le droit, si ça leur chante, de le boire. Il est curieux que la DGCCRF n'ai pas imposé la mention "usage externe" sur les flacons.

L'espingouin lui s'est couvert par une étiquette et la justifie en mettant l'obligation sur le dos de l'EFSA qui je le répète ne s'est occupé que du cas du "monométhylsilanetriol" qu'en tant que faisant jusqu'alors l'objet d'un usage oral. Est-ce clair ? Si ça ne l'est pas c'est pas en buvant ce produit que votre esprit va s'éclaircir.

Silicium España a lancé le Silicium G5 Siliplant (silice naturelle. consideré comme complément alimentaire buvable et formulée en 2006 par Loïc Le Ribault). Le Silicium G5 Siliplant contient de la Silice organique naturelle obtenue par un processus exclusif basé sur la formulation de Loïc Le Ribault.

La c'est un sommet dans le mensonge. Le Siliplant c'est bien de la prêle et de l'acide silicique. Jamais LLR n'a employé cette formule. Cependant l'allusion à un processus exclusif basé sur la formulation de Loïc Le Ribault c'est une incitation à penser que l'acide silicique serait obtenu par le travail (naturel) de bactéries sur du sable. Or il est possible que cela se fasse dans la nature mais en tous les cas Le Ribault n'a jamais mis en oeuvre un tel procédé. Je répète qu'il n'a jamais fait que voler la formule de Duffaut qui du reste n'en est pas une puisqu'il n'est pas à l'origine de ma création de la molécule qu'on trouve dans le Rhodorsil 51 T.

Il faudrait dans ce monde une loi préconisant d'arracher la langue de ceux qui franchissent certaines bornes dans le mensonge. Mais puisque la loi est inopérante on est en droit de souhaiter qu'un accident en vienne à pallier à cette carence. n'oublions pas que LLR est mort d'un CANCER DE LA LANGUE.

Et si la justice immanente frappait une seconde fois !

Çà serait drôle n'est-ce pas !

25/03/2015

Silicium : de quoi fabriquer 50 litres de Dissolvurol pour 3,97 €

Dissolvurol-0-25-pour-cent-21604_102_1399636918.jpg

J'avais indiqué dans cette note un produit pas cher permettant de faire par simple dissolution l'équivalent du Dissolvurol à partir d'un produit disponible dans un labo diffusant des produits servant en oenologie établi dans le département 69. La gérante s'étant montrée odieuse et de mauvaise foi à propos d'un colis de charbon arrivé complètement explosé à l'intérieur j'ai du supprimer toute espèce de pub à l'adresse de ce labo. Chercher OBST sur le blog pour en savoir davantage.

Un lecteur m'a signalé la méthode SiMa (je dirais SiMg) de Kathy Bonan et elle lui réussit, dit-il, pour un problème d'allergie au chlore des piscines. La prise d'un comprimé de 48 mg de magnésium (genre Magné B6) ou un peu de Nigari et 5 gouttes de Dissolvurol effaceraient un certains nombres de symptômes.

Nigari voir : http://www.nigari.fr/nigari-chlorure-magnsium/...

La forme du Mg ne paraît pas déterminant. A raison de 5 gouttes le Dissolvurol n'est pas ruineux mais vous avez la possibilité d'en faire des litres pour un prix dérisoire.

On me demande si pour le gel les autres éléments de la formule sont nécessaires. Je ne crois pas mais je vais tester la comparaison avec le gel de méthylsiliconate. L'association avec un salicylate (aspirine) peut constituer une cause d'allergie. Enfin on peut ajouter un peu d'aspirine à la formule qui pourrait compléter l'effet anti-inflammatoire. c'est à tester.

 

26/02/2015

Remarques diverses, silicium, vitamine D, collagène et délires apocalyptiques

Quelques remarques diverses en passant

apocalypse.jpegL'image ci-contre n'est pas pour vous parler de mycothérapie, ça concerne la fin de mon propos visant le caractère toxique d'une certaine apocalyptique contemporaine...

J’ai enfin trouvé une technique pour concilier la typographie des notes, la possibilité de recourir à un correcteur et en améliorer la présentation.

Un certain nombre de notes méritent d’être rassemblées et synthétisés (argent colloïdal, silicium, vitamine C) mais je ne vous dit pas le boulot…

A propos de Silicium…

On m’écrit pour me signaler une marque qui aurait été plus efficace qu’une autre. Je répugne à faire de la pub pour des produits de ce genre tellement il y a pléthore. Renseignement pris, il s’agit d’un macérât glycériné de prêle. Moralité : vous faites un mélange en part égale d’eau, d’alcool et de glycérine (Aromazone), vous récoltez de le prêle (la bonne, voyez les photos sur Internet) où vous l’achetez sèche chez l’herboriste. Vous la coupez au ciseau vous remplissez une bouteille à col large (jus de fruits) en remplissant à moitié la bouteille et vous laissez macérer un mois en remuant régulièrement et vous filtrez… Cela vous évitera d’engraisser tel ou tel marchand et ne vous coûtera presque rien.

Il y a tellement de produits contenant du silicium sur le marché qu'il est impossible de proposer un "hit parade" car les informations sur la composition étant de plus en plus floues de par une réglementation française et européenne qui surprotège des "allégations" qu'en fait le résultat, considéré en termes de lutte contre la fraude, s'avère contreproductif. Si on ne peut pas toujours parler de "fraude" au sens strict d'altération de la marchandise, ça favorise les embrouilles sur la nature réelle du produit vendu !

A l'inverse, côté américain les fabricants, donnent toutes sortes de précisions pour éviter des plaintes et surinforment le consommateur. Au point, à ce que l'on m'a dit, dans les Mcdonalds on ne servirait pas une tasse de café sans avoir indiqué dessus "attention c'est chaud et ça brûle" !  

Collagène de type II

Collagene.jpgJ’ai indiqué un produit chez Iherb. A la demande d’un lecteur, j’en ai trouvé un plus avantageux sur le même site. Il se retourne vers moi en me demandant si celui-ci est nature ou dénaturé.

Réponse : il faut lire les notices, si ça n’est pas précisé, je ne peux pas le savoir et le cas échéant on doit poser ce genre de question à Iherb ou au fabricant. Et on me transmet la réponse. Je ne peux pas tout faire. J’ai parfois l’impression qu’on me prend pour une sorte de « domestique ».

Le demandeur a questionné le fabriquant qui a répondu que le collagène en question n'est pas dénaturé. Ce que l'on pouvait deviner... J'ai donc rectifié mon post "Choix de compléments" en substituant ce produit à ceklui que j'avais indiqué. Je rappelle que l'on peut faire du bouillon de poulet bio en le cuisant longuement à moins de 65°...

Vitamine D

Une lectrice commence par se plaindre que la vitamine D3 conseillée dans mon choix de compléments n’a pas marché. Je creuse la question en l’interrogeant. Il s’avère qu’elle a essayée d’autres marques sans plus de succès. Donc c’est un problème d’assimilation, on a constaté en effet que les supplémentations échouent chez certaines personnes, que les taux demeurent bas même avec 5000 ou 10 000 UI/jour.

La dame interroge un homéopathe qui lui répond que la supplémentation journalière ne convient pas et qu’il suffit de 3 prises par an de Zymad à 200 000 UI  par an. C’est à essayer mais j’ai des doutes.

J’ai lu quelque part qu’il existe une autre forme que le cholecalciférol qui fait monter les taux rapidement mais qui exige un apport constant. Il faudrait que je retombe sur cette info.

Bref 36 problèmes se posent :

Supplémentation journalière ou mensuelle ou trimestrielle ?

Ce n’est pas le problème à mon avis, la première question qui se pose c’est le mode de fabrication. Version compléments alimentaire c’est de la lanoline exposée au UV. Côté pharmacie on ferait intervenir une irradiation (une bombe) pour gagner du temps vu que l’on en fout partout comme additif.

Autre problème pour les formes pharmaceutiques : les adjuvants indésirables. Toute une recherche à faire… Donc il faut commencer par compiler tous les articles concernés du Vidal.

Enfin la question importante c’est pourquoi certaines personnes n’assimilent pas la vitamine D. Dans ce cas de figure, il faudrait peut-être commencer par un examen clinique en bonne et due forme. Ce n’est pas à moi de le faire, je ne suis pas médecin et à distance c’est malaisé. Si je demande à ce qu’on me fasse une petite « bio » et un relevé des symptômes je n’obtiens rien d’exploitable.

Il y a certes des problèmes relatifs à la nature de la Vitamine D utilisée, sa qualité selon la provenance, des carences évidentes et difficiles à combler parfois mais au final et derrière tout cela je suis forcé de discerner une influence du type « panacée ». la pub en faveur d’une supplémentation en vitamine D est une antienne qui permet à D-Plantes en particulier de booster un commerce juteux et scandaleux quand on sait le coût et le rapport de certains produits en France et en Europe.

Donc ma réaction c’est de vouloir «casser » ce genre de réaction et de dire oui la vitamine D c’est important mais pourquoi se polariser uniquement sur elle sachant qu’en médecine particulièrement un train peut souvent en cacher un autre !!!!!!!!!!!

Voici pour la question de la fréquence de prise les réponses d'un spécisliste des compléments :

Bonjour,

Puisque je suis en copie, je réponds par rapport à la fréquence des prises de vitamine D:

Plaide pour un espacement max. d'une semaine.

Le Dr Cannel du vitamindcouncil plaide pour une prise journalière avec des arguments plus intuitifs (se caler le plus possible sur les mécanismes de nos ancêtres qui synthétisaient la D3 via le soleil).

Cet autre article :
http://www.vitamindcouncil.org/further-topics/vitamin-d-p...
est une synthèse des recommandations de Cannell
 
Ce que j'en retiens est qu'une prise journalière est la meilleure si elle est adaptée au style de vie. Qu'une prise hebdomadaire est probablement aussi efficace. Qu'il vaudrait mieux éviter les prises espacées de plus d'un mois sachant que la prise mensuelle prive déjà probablement de certains bénéfices.

La vitamine D doit être prise plutôt à la fin du repas si elle semble ne pas bien s'assimiler, jamais à jeun en tout cas car elle a besoin des corps gras du repas.

Les relations entre prise et taux plasmatiques sont très variables d'une personne à l'autre, à 10 000 UI normalement 99% de la population se retrouve avec un taux adéquat mais cela peut être trop pour certains. A 10 000 UI il donc nécessaire  de faire un test après 3 mois de prise.

bien cordialement

Jacques Valentin
http://gestionsante.free.fr
Gestion Santé : Depuis 14 ans une information indépendante
et sans conflit d'intérêt au service de votre santé 

Dernière nouvelles : ma lectrice s'obstine à vouloir tester 200 000 UI de Zymad 3 à 4 fois l'an. Ca ne marchera pas puisqu'elle n'a pas répondu à 5000 et 10 000 UI jour. Le nom du médicament qui assure une montée certaine des dosages m'a été rappelé c'est le DédrogylUne autre lectrice qui a du recourir au Dédrogyl m'a assuré qu'elle a pu remonter son taux de vitamine D.

Reste à faire des recherches sur les éventuels inconvénients de ce produit car j'ai lu quelque chose à ce sujet dans un forum. Notez qu'il contient du propylèneglycol. Cette "cochonnerie" est-elle "casher" ?

Un autre lectrice me fait savoir que la prise d'IPPs (Oméprazole et Cie) contre l'acidité gastrique s'opposerait à l'assimilation de la vitamine D.

Enfin retenez : pas plus de huit jours d'espacement entre les dose de vitamine D ! Ca ne peut pas être faux ! 

Thérapies de PH élevé

J’ai évoqué une supplémentation à base de potassium, césium et rubidium en faisant des réserves à propos du cancer… Pour l’excellente raison que je n’ai pas eu le temps d’étudier la littérature disponible au demeurant réduite.

Il existe un produit qui pourrait être intéressant dans la simple perspective d’une contribution positive à l’équilibre acido-basique.

Voir http://www.iherb.com/product-reviews/Perfectly-Healthy-pH...

Mais Iherb l’a abandonné, j’ai demandé pourquoi et j’attends une réponse.

Ce produit on le voit sur d’autres sites mais pour l’importer en France, ça parait être la croix et la bannière, Amazon.uk, ne le fait pas !

Appel à l'aide !

Si (au lieu de me poser toujours des questions pour lesquelles on pourrait souvent trouver la réponse en faisant simplement preuve de réflexion, si donc, pour cette fois, on cherchait à explorer les liens existant en cherchant le fournisseur le mieux disant susceptible d’adresser le produit dans l’hexagone ça me soulagerait !

Certes je suis une bonne « agence de renseignements » mais je ne suis pas Madame Soleil, je n’ai pas 6 bras et autant de lobes cérébraux et par-dessus le marché le temps se contracte… Ceusses qui ne veulent pas même débourser 5 € pour être abonnés à la new, pourraient aider à rassembler des infos. 

Quid des différences entre "graisse" et "huile" de coco

Produits à base de coco c'est le bordel !!!!

Je reprendrai prochainement et dans des notes séparées ce qui concerne les produits à base de coco et le cacao. "Graisse" est une appellation fautive de l'huile (qui peut être crue, 2 versions à la Maison du Coco, la crue étant introuvable à Biocoop : on peut commandez directement à ce fournisseur avec le code LMDC14 en fin de commande : port gratuit. Mais il n'est pas le seul il y a Aman Prana.

L'huile est présentée en pots de verre et la graisse en canettes. Or il se trouve qu'à cause de la présentation en canettes je fait une confusion avec la crème qui est du lait gras (15%) tandis que l'appellation "lait" c'est le même produit mais avec 6% de lipides. 

A présent, il me faut trouver les fiches techniques pour les compositions exactes en acides gras de chaque déclinaison à base de coco.

Là encore, la législation européenne de merde commence à nous faire chier dans les grandes largeurs puisqu'on n'est même pas foutu d'imposer des dénominations claires pour chaque type de produit ! 

J'enrage ! Encore une raison d'acheter américain quand c'est possible même si leur gouvernement et leur foutu complexe militaro industriel veut la guerre en Ukraine après avoir échoué en Syrie. Tant pis pour les marchands français, ils n'avaient qu'à se mettre d'accord et faire front pour éviter ces sources de confusion. Confusion qui évidemment les arrange... 

Enfin c'est quand même extraordinaire que d'être obligé de constater qu'en cherchant sur Internet on ne trouve pas une seule page susceptible de rassembler tous les renseignements dont on a besoin sur les produits alimentaires à base de noix de coco !  

Cacao 100% chocolat à 92% de cacao

La pratique du régime cétonique oblige à lire les étiquettes. Je me demande en lisant les compositions comment un chocolat à tant de % de cacao peut contenir la proportion de sucre que l'on indique. Soit il y a erreur de calcul soit le cacao contient beaucoup de glucides. Alors j'ai cherché la composition du cacao sur Wikipedia. 40% dont 11% assimilables, or si vous mâchez des fèves, il est évident qu'il n'y a pas tant de glucides. Donc quand on vous vend une poudre 100% cacao, il ne peut pas y avoir jusqu'à 40% de glucides originels ou c'est du sucre ajouté, alors dans ce cas c'est pas de la poudre de cacao brut, c'est forcément du cacao plus de la merde.

Alors j'ai cherché la composition des fèves mais on ne vous donne nulle part quelque chose qui ressemble à un PLG soit rapport protéines/lipides/glucides. Cependant le taux d'amidon ne peut pas correspondre à 40% de glucides dans le cacao. Donc Wikipedia en parlant de cacao, ne peut pas avoir parlé de cacao brut ! Mais n'allez pas croire que les pages spécialisées dans le chocolat soient plus éloquentes. On vous parle des traitements pour dégager des aromes des variétés végétales etc... 

Bref, ça vous donne une idée sur les biais de l'information nutritionnelle en rapport avec certains produits. 

Un lecteur avisé m'a fait une remarque judicieuse. Le dégraissage de la poudre de cacao interagit sur le pourcentage et la quantité des glucides. J'avais cherché vainement à résoudre le problème sur la toile et évidemment comme énormément de jeunes crétins sévissent sur Wikipedia, la clarté pédagogique n'étant pas une vertu chez ces bénévoles trop imbus d'une trop fraîche science, j'ai perdu mon temps.

Hier j'ai fait mes courses à Biocoop et j'ai comparé les spécifications des produits. Là encore c'est va ys que je t'embrouille ! Seule l'abbaye de Septfonds tient des propos clairs comme Cacao dégraissé sans ajout de sucres. Mais "cacao brut" çà ne semble pas avoir cours chez les moines. Alors je fouille dans un très maigre choix et je trouve une marque allemande, Naturata, propose 2 versions : dégraissé et faiblement dégraissé. Si vous êtes orienté régime cétonique, c'est ce genre de produit qu'il faut privilégier. Mais cette marque ne semble proposé que des paquets minus. Que c'est compliqué de vouloir bouffer correctement !

Bref, toujours le même bordel innommable en fait d'étiquetage avec pour les produits, en particulier non français, l'obligation de faire ses courses avec une loupe éclairante (voir un compte-fils) pour lire les indications. On cherche les indications type PLG et on les découvre sous la boite ton sur ton dans le cas du cacao. 

Une réforme salutaire serait d'imposer un étiquetage précis et minimal sur fond blanc et en caractère de grosseur suffisante sur la face avant du produit en reléguant tous les bavardages mercantiles sur la face arrière. On n'achète pas des images bariolées !

Désinformation et bourrage de crâne apocalyptique

destruction-of-paris.jpgDans un autre post dont je ne donnerai en façade qu’un bref résumé que voici, j'essaierai d’évoquer le caractère extrêmement négatif voir démoniaque de la propension de certains sites à cultiver une thématique apocalyptique qui se caractérise par une crispation réactionnaire autour d’une idée par trop idyllique du christianisme en général et du catholicisme en particulier.

Il faut inverser la proposition : est certainement « démoniaque » toute perspective dualiste tout ce qui tend à ramener toute problèmatique existentielle à un simple conflit de mœurs avec, d’un côté des gens mariés bourgeoisement et de l’autre uniquement des « pervers libertins »… J’aborde de plus en plus les choses selon une perspective assez marxiste, en simplifiant les problèmes essentiels qui sont bien des problème de fric (mainmise des grandes banques) et pas des problèmes de cul ! Là où, comme dans les sociétés orientales et asiatiques restées fidèles à leur culture, il existe un tolérance envers certaines « marges », un relatif équilibre demeure et c’est l’arrogance insupportable de la culture occidentale moderne qui fout partout la merde par le biais de ses comptoirs, de ses colonisation ensuite.

Quand j’entends un Hillard comparer l’Europe à une « partouze » où tout le monde est obligé de coucher avec tout le monde (ce qui est une façon d’avouer qu’on est obsédé par la « mariage pour tous ») je suis obligé de constater que les économistes devraient ne s’occuper que de ce qui les regarde. Je répète que je suis hostile aux discours par vidéos : faute de pouvoir noter au fer et à mesure ce que l’on vous assène, vous ne pouvez rien vérifier, c’est sauf exceptions rarissimes pure « prestigiditation » et donc pure manipulation. Ne pas m’envoyer de liens vidéos, ils ont toutes les chances d’être trashés…

Enfin sachez que Nostradamus aurait prédit la fin pour 2017. Il est vrai que 2017 pourrait constituer une année cruciale pour la France et pour Israël mais il faut arrêter avec Nostradamus. Premièrement on n’a guère de lui que des éditions des centuries antidatées toutes truffées de faux quatrains, protestants et catholiques se sont faits une guerre au travers de rééditions falsifiées et il n’y a pas que cela. Certains textes du mage sont empruntées à des « guides touristiques » de l’époque décrivant les fameux chemins de Compostelle.

Les prédictions relatives à la destruction de Paris par le feu du Ciel (ou le feu nucléaire) telle la Sodome Biblique (avec Marseille et la Côte d'Usure) refont surface avec des commentaires sur des peintures d'une banque américaine que l'on dit ressemblances aux fresques de l'aéroport de Denver, tout ce méli mélo refait surface avec la légende du Grand Monarque. Je pourrais sur ce sujet écrire une grosse encyclopédie mais on ne peut pas faire de l'argent en voulant "casser la baraque" aux gens avides de ce genre de sujet sensationnel, aucun éditeur ne voudra d'un tel travail si même je n'ai absolument rien de commun avec les zézéticiens qui sont, ils fut le dire, des cons finis et totalement irrécupérables ! Le "Saint Suaire" existe, ce n'est pas un faux médiéval mais on peut simplement dire que c'est le seul cas où la dématérialisation d'un corps aurait laissée une trace. Au Tibet des initiés se dématérialisent en ne laissant que leurs phanères. Il faudrait faire l'expérience de les entourer d'un drap de lin avant pour voir s'il se passe quelque chose...

Je compte évoquer tout cela de façon intelligible dans une étude assez longue, si je trouve assez d'énergie pour cela, mais il est possible qu'elle soit réservée aux abonnés et ne sortira pas sur ce blog. Il faudra faire un petit effort...

Précisions : Un lecteur et ami, astrologue très chevronné a réagi au sujet de la mention de Sodome dans les prédictions françaises visant paris. Je confirme que c'est bien Paris qui est visé car ces prédictions privées sont en lien avec la prophétie dite de Saint Rémi et le miracle de la "Sainte Ampoule" (???). Noter la différence de terminologie et l'abus des termes employés l'un pour l'autre par toutes sortes de crétins incultes qui se multiplient comme de la vermine sur le Net, embrouillant tout à outrance !

Ce correspondant nie toute référence à l'homosexualité dans la Bible tout en mentionnant les Anges que Lot a voulu protéger en proposant sa fille. Mais il est vrai que ce détail n'est pas dominant et qu'en fait la "sodomie" au sens ancien cumule tous les péchés de la terre : orgueil, arrogance, inhospitalité et ce qui cause encore beaucoup de polémiques n'apparaît qu'à la fin de l'histoire etc... Et en ce sens la capitale parisienne, foyer de toutes les saloperies, mérite bien le surnom de "Sodome". Et cela dit elle n'est pas la pire, quelque soit le point de vue envisagé Washington et Tel Aviv et quelques autres villes américaines peuvent se disputer le pompon.

Cependant et dans le Coran, le sens moderne apparaît dominant dans la sourate dite des Lothiens. Sur cette question particulière, il faudrait consulter les apocryphes. Il s'y trouve des choses étranges qui n'ont autant que je me souvienne rien à voir avec ce dont il est question. C'est un autre astrologue, dont j'ai perdu la trace (un certain Marc G.) qui demeurait dans le Var qui m'en avait parlé.

Enfin le problème qui m'intéresse n'est pas dans le fait de savoir si Paris serait la "nouvelle Sodome" mais d'envisager les relations entre les diverses techniques de prédictions : cyclologie, astrologies diverses etc... Or ici il s'agit d'abord d'examiner les prétentions de la France à revendiquer une "mission" divine. Je signale à toutes fins utiles que Rémi, l'évêque rémois n'a jamais mentionné la moindre généalogie davidienne en faveurs de nos anciens rois. Le mythe prévalent et originel fait référence à une origine troyenne donc grecque et non juive.

Et je ne vous cache pas que sans être le moins du monde "néo-païen" je considère que le legs monothéiste est un legs empoisonné qui conduit à toutes sortes de totalitarismes insupportable, judéo-protestantisme américain et sionisme marchant la main dans la main quoique secrètement ennemis en fait. Cela dit les chinois ont péché aussi par excès de superstitions : le taoïsme populaire est rempli de "recettes de bonne femme" qui me font bien rire ! Ainsi tout est essentiellement relatif et surtout impermanent.

Bref, j'en ai par dessus la tête des "guerres de religion" et nous sommes affrontés à la pire de toutes celles que l'on a connues. De quoi va t-on accoucher après l'embrasement qui se prépare, je n'en sais fichtre rien. L'apocalypse prédit de nouveaux cieux et une nouvelle terre ce qui signifie d'abord littéralement un bouleversement astronomique. Mais ce n'est pas encore le Maha Pralaya...

27/09/2013

"Silice de prêle" : ras le bol des escroqueries et embrouilles à propos du "silicium organique" (G5 et cie)

prele_champs_ps-1.jpg

Mise à jour du 26 septembre 2013

On me demande souvent quel silicium acheter. En dehors de la poudre de silice de prêle toute bête Dieti-Natura est le mieux placé sur le marché pour ce qu'il en est du Monométhylsilenetriol (MMST) de Dufaut :

http://www.dieti-natura.com/gammes-specifiques/la-gamme-au-silicium-organique.c.html

Voyez les ajouts en bleu.

Je rappelle que les catégories à gauche permettent de rassembler tous les posts traitant d'un même sujet

Je reprends cette note datée du 21 août dernier (2012) qui a fait l'objet d'une demande ce rectificatif de la part du Dr Yves Baccichetti. Je précise que j'ai réclamé une copie des travaux invoqués et que je n'ai pas reçu la moindre réponse après 8 émails reçus entre le 17/09 et le 6/10. Cela fait une quarantaine de jours que j'attends et j'estime que la plaisanterie à assez duré. Voici le texte du promoteur d ela silice de prêle avec mes commentaires:

Le droit de réponse du Dr Yves Baccichetti.

Cher Monsieur,

J'apprends par des lecteurs les affirmations qui figurent sur votre blog à propos du silicium contenu dans la prêle. Je porte à votre connaissance les éléments qui vous permettront de mieux informer vos lecteurs.

Les besoins journaliers en silicium sont de 2 à 10mg par jour, soit une moyenne de 6mg. Deux études l'ont montré, Utus et Seaborn en 1996 puis Seaborn et Nielsen. Quant à la quantité à absorber elle dépend de la biodisponibilité du produit. Par exemple pour une biodisponibilité de 10%, prendre 60mg, pour une biodisponibilité de 50% prendre 12mg etc.

Commentaire : j'ai vu d'autres chiffres supérieurs et si ces chiffres sont àprendre en considération, j'en déduis que boire une bouteille d'eau de Salvetat (pour ne citer qu'une marque) qui contient 72 mg de silicium par litre.

Parmi les différentes formes de silicium (16 000 – Voronkov), les plus utilisées sont: le SiO2 ou dioxyde de silicium; peu absorbable, toxique; par voix oral provoque fibrose rénale, hépatique, et cancer de l'oesophage; par voix respiratoire, asbestose et silicose. Les mécanismes intimes sont désormais connus: provoque l'augmentation du TNFalpha; la libération du NFkB, e destruction des membranes des mitochondries; figure dans beaucoup de préparations afin d'augmenter, mais de manière dangereuse, la teneur en silicium.

Commentaire : Là on aura compris que c'est le Dissolvurol en particulier qui est visé. C'est normal, c'est un très bon médicaments et surtout pas cher (surtout) qui est utilisé avec succès par les goutteux. Donc, il est clair qu'il faut faire peur aux gens pour vendre à la place un produit ruineux.

Le silicium colloïdal: il s'agit de silicium minéral en suspension, à la concentration maximale de 0,8mg/L; à cette concentration les doses de silicium absorbées sont minimes, même en buvant 1L/j et heureusement car il se révèle toxique entrainant immédiatement la mort des cellules qui l'absorbent (Chantal Lobry, faculté de pharmacie, Lille, 1986).

Commentaire : De quel "silicium colloïdal parle t'on, la silice extraite de la prêle n'est-elle pas colloïdale et comment pourrait-il en être autrement ? La encore c'est probablement le Dissolvurol qui est visé.

L'acide orthosilicique ou SIOH4; il s'agit de la forme soluble du SiO2; bénéfique lorsqu'il se trouve dans les eaux de boisson, il est difficile de l'utiliser pour une supplémentation en silicium car à la concentration de 10mg/L il commence à former des polymères lesquels ne sont plus actifs; certains y ajoutent de la choline, afin d'éviter la polymérisation, mais celle-ci a des effets nerveux sédatifs (Voronkov); à la concentration de 40mg/L, il détruit les mitochondries rénales qui ne peuvent plus fournir d'énergie et lèse les tubules rénaux (Policart).

Commentaire : Là je hurle ! On se fout carrément de ma gueule ou bien l'auteur de ses lignes écrit n'importe quoi. N'importe quel multivitamine B contient 100 mg de choline. Si la choline est à ce point toxique le ne peux qu'inviter mon interlocuteur à avertir d'urgence l'Académie des Sciences. Je n'ia pas communiqué cette découverte à mon collègue Jacques Valentin de Gestion Santé mais je présume qu'il va tomber de sa chaise en lisant cette énhaurmité. 

Les silanols, connus sous la dénomination « silicium organique »,  lorsque leur concentration atteint 0,8mg/L ils forment des macromolécules et précipitent. Il n'est alors plus absorbable par la muqueuse intestinale; il faut donc en boire plusieurs litres par jour pour subvenir aux besoins.

Commentaire : Là c'est le "G5" qui est visé ! On notera qu'il s'agit d'une affirmation non documentée. Or je m'inscris en faux contre elle. Je faisais du "G5" pour ma consommation perso et ce après m'être concerté avec un ancien élève de Duffaut, un octogénaire qui a dirigé un laboratoire de recherches chez Rhône Poulenc avant de se faire nommer professeur de chimie organique à l'Université de Bordeaux. J'ai donc appris à calculer le poids de silicium à partir de la formule et je peux certifier qu'il faut dépasser 1 g/l de silicium élément pour observer des précipitations.

Oser affirmer qu'on ne peut pas dépasser 0,8mg/L c'est un mensonge éhonté du reste et d'après mes calculs les solutions de G5 disponibles annoncent des taux qui sont de plus de 100 fois supérieurs.

Quant à la possibilité de l'assimiler par l'estomac, Dufaut avait conclu par la négative mais dans la mesure où on ne peut douter que des personnes ont eu des résultats (même si je n'en ai pas relevé dans mon entourage) une partie est assimilée tandis qu'une autre est transformée en silicone et éliminée par les selles.

Tout ceci fait qu'il est préférable de s'adresser au silicium contenu dans les plantes. La prêle est une des plantes les plus riches en silicium (Voronkov). Elle contient du silicium sous de nombreuses formes: silanols, acide orthosilicique, silicium lié à des protéines, des sucres, de l'azote, ce qui est objectivé par la spectrométrie de masse (Lenny Sapei).

Il faut éviter le silicium contenu dans les parois de la plante; très dur et abrasif, irritant pour l'intestin. Il se trouve dans les poudres, gélules, comprimés. Il faut recourir au silicium contenu dans la sève de la plante. 

Commentaire : on notera que cette affirmation d'une abrasion de l'intestion n'est pas documentée. C'est encore pour faire peur selon les procédés habituels du "Système" qui implante toutes sortes de peurs pour tenir les gens à sa merci et les transformer en esclaves dociles. Personne n'a jamais rapporté d'inflammation des intestins dus à la poudre de prêle alors qu'elle est prescrite à raison d'une cuillère à café rase par l'herboristerie Blaise à Marseille par sa titulaire depuis une quarantaine d'années qui me l'a certifié au téléphone récemment.

Pour les teneurs en silicium de cette plante: 10 à 15%; certains expriment des teneurs non pas par rapport à la plante fraîche mais par rapport à ses cendres, ce qui aboutit à des pourcentages fort élevés. Seule la prêle des champs est bénéfique; toutes les autres variétés sont plus ou moins toxiques, notamment la prêle des marais. Des hybridations sont possibles, la plante présente alors un degré de toxicité. Il est difficile de les reconnaître, et les moyens sont microscopie ou chromatographie, comme développé dans l'ouvrage de référence des botanistes Anthon et Wischtl.

Commentaire : je ne suis pas idiot, ni les ceuilleurs, les botanistes savent distinguer les différentes espèces, l'une d'elle étant toxique pour les cheveux. Quant aux risque d'hybridation, c'est encore une peur qu'il s'agit d'implanter pour justifier, une fois de plus un produit cher, enfin la prêle adéquate peut être cultivée aisément et il n'y a pas nécessité de faire appel à la chromatographie pour s'assurer de la conformité des lots à moins que la réglementation ne l'impose.

Silice de Prêle contient 600mg/L de silicium, et non pas 8,2g, provenant dela sève de la plante. Elle est produite par pression à froid afin de ne pas contenir la soixantaine de phénols contenus dans la prêle, lesquels ne permettent pas un usage prolongé. C'est pourquoi tisanes et décoctions de prêle ne doivent pas être utilisés plus de trois semaines.

Le sommet du mensonge éhonté !

Commentaire : le dosage phénoménal invoqué autrefois a été rectifié. Se peut-il qu'il se soit agi d'une erreur involontaire. Qu'importe ! Quant à la soixantaine de phénols contenus dans la prêle premièrement on ne voit pas comment la pression à froid les éviteraient et deuxièmement c'est archi faux ! Parmi les matières médicales que je possède celle de Max Rombi (Arkopharma) qui se réfère à 15 travaux scientifiques ne mentionne aucun toxique. J'ai donc téléphoné à l'herboristerie Blaise pour m'assurer qu'il n'existerait pas des travaux contradictoires plus récents.

Sur les conseils, de la descendante du Père Blaise je viens de téléphoner à la Société d'Ethopharmacologie de Metz qui est dirigée par le Pr Fleurentin qui a succédé à Jean-Marie Pelt qui ont consulté en temps réel l'ouvrage de Anton et Wischtl, la source invoquée par mon interlocuteur dans lequel il n'existe aucune mention de phénols. En fait de malhonnêteté foncière c'est un comble !

S'il est une chose qu'il convient d'éviter à tout prix, c'est de me donner du "Cher Monsieur" si c'est pour me prendre pour un con. Je ne recherche pas la publicité mais une fois n'est pas coutume, j'invite mes lecteurs à faire la large publicité à la manipulation et à la publicité mensongère dont on escomptait me faire le propagateur.

Loin d'en être fâché, je suis ravi de cette tentative de subornation car ou qu'elle risque fort de servir de leçon à ceux qui voudriaent marcher sur les traces du Dr  Baccichetti, elle ne va sûrement pas porter chance à son commerce. Enfin on ne pourra pas me reprocher de prendre qui que ce soit en traître. Cela faisait plus de 40 jours que j'attendais une réponse.

Pour en terminer avec la prêle elle serait contre indiquée en cas d'hypertension et ses propriétés hémostatiques imposeraient une certaine prudence dans certains troubles cardio-vasculaires mais encore m'a t-on précisé que pour qu'elle présente un risque il faudriat en absorber beaucoup plus que la dose usuelle...

Le post original commence ici

On me questionne régulièrement sur le fait de savoir quel est le meilleur silicium organique et j'en ai plus qu'assez de répéter 36 000 fois la même chose. Donc cette fois on va en finir une bonne fois pour toutes !

Donc je répète pour la dernière fois ce que j'ai déjà dit avec quelques détails techniques en plus ! Lisez bien et ne me posez plus de questions à ce sujet !

1) Norbert Duffaut a préconisé l'utilisation d'une dilution de méthylsiliconate de potassium dans une eau acidifiée avec divers acides. J'utilise l'acide citrique. les fabriquants de G5 utilisent l'acide phosphorique qui à la longue n'est pas top selon votre serviteur.

2) Ce méthylsilicontate se trouve dans le Rhodorsil 51 T, j'ai bien dit "51 T" car il y a 36000 formes de Rhodorsil. Ce produit fabriqué à l'origine par Rhône Poulenc est maintenant dans l'escarcelle des chinois (Bluestar) qui ont repris l'usine. On le trouve également dans le SILRES BS16 de Wacker. Le premier est une solution à 47%, le seocnd à 50%. Ces produits industriels sont prévus pour imperméablisier les terres cuites et les maçonneries. Voyez les fiches de sécurité, ce sont des produit corrosif et hyper basique.

Voir http://www.ellsworth.fi/UserFiles/file/DATABLAD/Bluestar/...

3) Duffaut estimait que cette dilution n'était pas assimilable par voie digestive.

4) Loïc le Ribault a prétendu avoir amélioré la molécule pour la rendre buvable. C'est faux archifaux! Il a tout simplement repris la procédure de Duffaut. Ses brevets (sans valeur, on n'a aucune preuve que ses "inventions" aient été reconnues, il a du reste fait du fric en distribuant des licences bidons) le prouvent. Duffautt s'étant suicidé car tout le monde sauf lui a gagné de l'argent (à commencer par un labo monégasque qui a racheté les brevets valides). La voie étant libre LLR s'est servi du silicium organique finalement basé G5 pour se refaire financièrement.

5) Il faut savoir que si LLR a eu des ennuis judiciaires et a du fuir ce n'est pas parce qu'il a découvert une panacée médicale susceptible de faire du tort aux pharmaciens mais parce qu'expert en micro analyses il a craché dans la soupe et s'est mis à dos la Gendarmerie Nationale et la Défense Nationale en révélant notamment les dessous de l'explosion de la fameuse "Maison des têtes" à Toulon et autre "affaire d'Etat". Bref, s'il avait fermé sa grande gueule, on lui aurait foutu une paix royale ! Il aurait pu vendre n'importe quoi sans être inquiété.

6) Le "G5" a été monté en épingle avec la complicité d'un journaliste attaché à l'époque à un certain quotidien régional. Des légions de vieux et de veilles rhumatisant(e)s ont cru à un complot visant un nouveau médicament. Or d'après mon enquête, je n'ai pas pu obtenir de preuves flagrantes de l'efficacité du "G5" buvable. J'ai fourni de ce "G5" d'une génération datant de la grande époque, c'est-à-dire antérieur à celui du labo irlandais à une dame qui prétendait que les versions ultérieures sont inefficaces. Il reste quelque part entre 100 et 200 lmitres de ce G5 historique... Et bien j'attends toujours que cette dame ait la délicatesse de me faire part des résultats de son essai comparatif. A mon avis si elle ne s'est pas manifesté c'est qu'elle n'a constaté aucune différence à l'avantage de l'original...

7) Les "G5" existant sur le marché actuel à commencer par la version espagnole n'ont strictement rien à voir avec le monométhylsilanetriol de Duffaut. Il s'agit d'acide orthosilicique stabilisé par de la choline. L'EFFSA a interdit le monométhyl en solution buvable au motif que la preuve de son innocuité et de son caractère assimilable n'aurait pas été fournie.

8) Bref, il n'existe plus comme monométhylsilanetriol buvable que le produit du labo irlandais fondé par LLR avec l'aide de son principal amant de l'époque. Baptisé pour la circonstance, "préparateur en pharmacie" ledit amant n'a probablement été que simple vendeur dans une pharmacie proche du labo de LLR. Lors de mon enquête j'ai été frappé par certains traits de mythomanie présents dans la geste de Le Ribault. Ces traits m'ont fait tiquer et ça me rappelait quelque chose de relativement familier sans que je parvienne à trouver l'explication. C'est un jour en discutant avec le commercial d'un labo exploitant une parque de silicium que j'ai fini par comprendre. Celui-ci m'a révélé que l'éditeur belge de LLR aurait déclaré lors d'un dîner mondain, que LLR étant "pédophilie" il aurait eu besoin de beaucoup d'argent. Il suffisait de traduire "pédophile" par "homosexuel" pour que la personnalitté de LLR s'éclaire et en particulier son type de mythomanie. Comme indiqué cela me rappelait le comportement particulier de "phénomènes" auxquels j'avais été confronté. Une recherche sur Google avec comme mots clefs "Loïc le Ribault + homosex" me fit découvrir une page sur les mystérieuses circonstances du décès de LLR où un "concubine" qualifiée de "fausse" par une certaine doctoresse auriat joué un rôle  qualifié de très suspect. Par la suite une dame qui avait hébergé LLR et se trouve être l'une des personnes m'ayant légué une part de ses archives personnelles m'a confirmé qu'à Biganos lors de la kermesse où il s'est vendu tant de bouteilles de G5, LLR avait un rabatteur qui lui amenait un ou deux jeunes pour ses ébats nocturnes.

Je n'ai rien contre les "homos" mais je dois à la vérité de constater que certains sont prédisposés à un type de "mythomanie" assez emblématique. Ayant été en contact avec certains milieux artistiques, j'ai été payé pour le savoir et c'est dommage que je n'ai pas pris de notes car j'aurai pu gagner beaucoup d'argent en publiant un "journal" ou mes mémoires. Bref le type de mythomanie que je viens d'évoquer est bien une clef psychologique pour comprendre la manière dont Le Ribault fonctionnait. Je ne me suis pas étendu dans mon livre sur cet aspect de la question mais l'on pourra constater que ce n'est pas un hasard si le CARME a été racheté par un golden boy de l'immbolier, le fameux Pascal Jeandet, la reine des nuits folles d'Ibiza (et de Paris) des années 90...

9) Les divers "G5" étaient remplis de parabens et le labo irlandais a proposé une version "sans" qui a permis d'en augmenter le prix en vendant la mixture en flacon de 500 ml. On le trouve en France en le commandant à la société de Christian Cotten, un personnage très haut en couleur. Enfin si vous avez du fric à claquer, c'est votre affaire. Cotten vous proposera quantité de gadgets dont du Goji. La Stevia c'est moi qui lui ait indiqué le meilleur fournisseur.

10) Bref je n'entends cautionner AUCUN silicium buvable car je n'ai jamais eu de preuves flagrantes des bienfaits que l'on serait susceptible d'en obtenir. J'ai de quoi en fabriquer des centaines de litres et je n'en consomme plus car après une cure j'ai vu mes ongles devenir cassants. Y a t-il une relation ? Je l'ignore mais en tous les cas, àa pose question.

11) Le gel de monométhyl donne des résultats sur tous ce qui est inflammatoire et superficiel (douleurs articulaires, tendinites etc...) mais si ça soulage parfois assez bien, ça ne guérit pas. Et pour les tendinites, il en est qui résistent. Et dans certains cas le DMSO est plus efficace. Donc j'ai constaté des résultats mais rien de miraculeux.

12) Avec l'interdiction de l'EFFSA qui a foutu un coup au commerce du monométhylsilanetriol, c'est le bordel. Les marchands essaient de suppléer et la tendance est en faveur des solutions végétales (ortie, prêle etc...). Mais là encore comme il faut se distinguer on raconte des CONNERIES en usant de MENSONGES en avançant des faits sans preuves...

Une nouvelle race de prêle tyrolienne

Le 21 novembre 2012 la référence non documentée à Breuss n'avait pas disparu.

Voir en début de post...

On a fait grand cas actuellement d'une variété de prêle tyrolienne découverte par Breuss (l'auteur d'unecélèbre cure de jus de légumes) qui contiendrait 70 % de silice. Outre que l'on ne donne (et pour cause !) aucune indication sur cette mystérieuse variété dont on ne trouve aucune trace ni historique ni botanique nulle part, cette nouvelle INVENTION DE DE PUR MARKETING fonctionne sur la base d'une quasi criminalisation de la variété classique de la prêle des champs, savoir Equisetum arvense qui est accusée d'être hybridée et rendu toxique par la présence de quercetol et/ou de kaempférol comme pour l'ortie (?), deux antioxydants présents dans quantité de plantes médicinales (voyez wikipedia), je cite :

La quercétine ou quercétol est un flavonoïde de type flavonol présent chez les plantes comme métabolite secondaire. Le quercétol est le plus actif des flavonoïdes et de nombreuses plantes médicinales doivent leur efficacité à leur fort taux en quercétol. Les études in vitro et in vivo ont montré que c'était un excellent anti-oxydant.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Querc%C3%A9tine

Je ne comprends pas comment Baccichetti a pus faire du quercetol un toxique ? Il y en a dans les capres, les oignons etc...

Voyons le kaempferol :

Je cite encore Wikipédia :

Comme tous les flavonols, le kaempférol a une bonne activité anti-oxydante. Celle-ci peut être mise en évidence par le rôle protecteur qu’il joue lors de l’hémolyse des globules rouges du sang induite par radicaux libres. Mais Dai et als8. ont observé que l’efficacité anti-hémolytique du quercétol et de ses hétérosides (flavonols liés à des sucres) était nettement supérieure à celle portant un seul hydroxyle phénolique en 4’ comme le kaempférol.

Plantes contenant cette molécule d'après Wikipedia:

La quantité de kaempférol trouvée varie considérablement suivant les variétés cultivées, les conditions de croissance et la saison de récolte4,5,6. Les mesures données sont des moyennes faites sur la forme aglyconeaprès hydrolyse des hétérosides.

  • Câpre, en conserve, 1 355 mg·kg-1
  • Mure (Morus alba), 284 mg·kg-1
  • Aloe vera, feuilles, 258 mg·kg-1
  • Fraise (Fragaria ananassa), 193 mg·kg-1
  • Ciboulette (Allium schoenoprasum), 120 mg·kg-1
  • Brocoli (Brassica oleracea var italique), 100 mg·kg-1
  • Livèche, céleri perpétuel, (Levisticum officinale), 70 mg·kg-1
  • Epinard (Spinacia oleracea), 60 mg·kg-1

aucune trace de kaempférol n'a été détectée dans les carottes ou l'ail.

Comment Baccichetti a t-il pu faire de ces deux antioxydants des toxiques ? C'est pire que de la désinformation ce sont des mensonges avérés !!!!!!

Où trouver du silicium organique ? 

Le but de l'opération dont je viens de publier un extrait est de semer le doute à propos de la poudre de prêle des champs que l'on trouve partout. Vous pouvez en commander chez Dieti-Natura sans vous ruiner.

Prenez comme principe que tout ce qui est affirmé sans que l'ombre d'une preuve ne soit avancée n'est qu'une TROMPERIE !

Combien de fois faudra t-il vous le répéter ??????????????????

Voici pour finir une fiche que la prêle qui est sérieuse, cessez de croire les inventions des trafiquants dont le seul but est de se remplir les poches : 

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplem...

Il existe une loi dans l'Islam qui permet de couper la mains des voleurs, il faudra un jour compléter ce code en ajoutant une loi autorisant les juges à sectionner la langue des gens qui mentent comme des arracheurs de dents ! En attendant cette improbable évolution, vous savez ce qui vous reste à faire !

Cette prêle vous la trouvez à peu près partout, vous pouvez en tirer le jus avec un blender et un peu d'eau et l'aromatiser à votre convenance, vous faites vos doses et les mettez au congélateur. Cela ne vous coûtera qu'un peu de temps... Mais je vous en supplie arrêtez d'être bête et de me poser des questions auxquelles vous pourriez trouver vous mêmes la réponse en réfléchissant un peu. 

Oui comprenez une bonne fois pour toute que personne absolument ne vous veux du bien, on n'e veut qu'à votre fric si vous en savez !

23/09/2013

Silicium organique : une tentative mercantile de récupération de mon livre

logo_sni.pngUn correspondant vient de me communiquer la teneur d'une circulaire publiée par abonnement et venant de Santé Nature Innovation. Un texte signé Jean-Marc Dupuis qui est également à l'oeuvre dans Alternative Santé, autre publication redondante du même tonneau objet de commentaires très critiques de ma part car ces mailing-list n'ont pas d'autre but que de booster le commerce de quelques complices. 

Santé Nature Innovation est censé promouvoir des traitements naturels validés par la recherche scientifique. On va voir ce qu'il en est en réalité.

Le papier que je vais reproduire intégralement et analyser me fait l'aumône d'une mention de mon livre (c'est la première fois que cela arrive dans un document adressé à des centaines peut-être des milliers d'abonnés...) mais c'est en fait pour neutraliser le caractère corrosif de mes critiques et ressortir le discours habituel et purement théorique des promoteurs su silicium organique et c'est même la copie conforme ou presque d'un des documents de promotion de Le Ribault.

J'intercalerai mes commentaires et vous allez voir à quel point ce jeu vise non pas à me rendre hommage mais à faire semblant d'avoir pris en compte mon livres tout en minimisant son contenu de manière à ne pas inciter les lecteurs à le lire en perdant ainsi l'occasion de lire un véritable roman policier qui a au moins le mérite d'être palpitant par son côté fouillé.

Vous allez vite comprendre ! mes commentaires sont en bleu.

Ici commence le texte cité :

From: Sante Nature Innovation <santenutrition@sante-nature-innovation.fr>;
To: XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
Subject: Arthrose : la solution " silicium organique "
Sent: Mon, Sep 23, 2013 3:34:10 PM

 

 

Si vous n'êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous aussi recevoir cette newsletter gratuitement, rendez-vous ici.

Arthrose : la solution « silicium organique »

Le silicium organique est une des « tartes à la crème » de la santé naturelle.

C'est effectivement un excellent résumé de mon opinion sur le sujet mais le but consiste tout en le reconnaissant à resservir in extenso le discours publicitaire habituel car vous allez voir qu'au final on propose le G5 de Le Ribault avant dernière manière c'est à dire la manière irlandaise du labo fondé par l'ex amant de LLR étant rappelé que tous deux sont décédé l'un d'un cancer de la langue pour avoir tant menti et l'autre d'une maladie genre leucémie ou quelque chose dans le genre. Bref, leur drogue miracle ne les a pas sauvés...


Dans tous les salons bio, vous trouvez des stands animés par des commerciaux professionnels vantant ce produit « miracle » pour soigner à peu près toutes les maladies.

La vérité, comme toujours, est plus compliquée. Peu de recherches scientifiques ont été faites sur les vertus thérapeutiques du silicium, et même ceux qui croient en ses bienfaits sont incapables d'expliquer comment il agit ou pourquoi il ferait du bien à l'organisme.

Mais encore une fois ça n'empêche pas de ressortir inchangé le discours puisé dans une des brochures de LLR dont je possède plusieurs versions.

Le résultat est une guerre de l'information sur Internet.

D'un côté, des journalistes balayent d'un revers de la main les fabricants comme les utilisateurs de silicium organique, accusant le produit d'être inutile voire dangereux. Un exemple fort est celui du journal Sciences & Avenir (1), qui, manifestement, ne croit pas du tout aux vertus du silicium... Mais le journaliste ne fait que répéter le discours des autorités sanitaires françaises (AFFSAPS) et européennes (EFSA), ce qui est un peu court quand on connaît leur degré d'ouverture intellectuelle.

En face, vous avez une prodigieuse abondance de témoignages personnels attestant des effets incroyables de ce produit. Vous en avez un aperçu en allant lire les commentaires de ce même article de Sciences & Avenir, où le journaliste se fait assaillir de critiques par ses propres lecteurs, qui semblent, eux, avoir bel et bien essayé le produit, et en avoir bel et bien observé les bienfaits !

Qui se soucie de ce que "Sciences et Avenir", publication du même acabit que "Science et Vie", peut raconter? "Science et Vie" pour ceux qui l'ignorerait en est encore à nier l'authenticité du Suaire de Turin en se basant sur des datations au carbone 14 qui ont fait l'objet de fraude aujourd'hui prouvée et qui à l'appui de ses dires produit un faux grossier d'un célèbre "zézéticien" niçois, une célèbre tête à claque dont j'aimerais gifler l'inqualifiable arrogance et la bêtise crasse...

Quant aux témoignages parlons en ! D'abord mon enquête, je dois le rappeler ne m'a prouvé d'effets palpable que pour les usages externes (gels) et jamais pour des usages internes. Je n'exclus pas à priori qu'ils puissent exister mais je demande à voir.

En tout cas, le silicium organique est un produit sulfureux, notamment du fait des nombreuses affaires liées à ses inventeurs, le chimiste Norbert Duffaut et le géologue Loïc Le Ribault, qui fut l'un des premiers utilisateurs en France du microscope à balayage électronique. Le premier a été retrouvé mort en 1993 (la police conclura à un suicide), le second a été emprisonné et accusé de toutes sortes de fraudes, en particulier d'avoir prétendu améliorer le produit créé par Norbert Duffaut et l'avoir commercialisé en multipliant son prix par douze, sous le nom de G5. Pour tout savoir au sujet de cette ténébreuse affaire, lire « Loïc Le Ribault et le G5 : l'aventure du silicium organique ». (2)

Lapsus : le silicium organique n'est pas sulfureux c'est son histoire qui l'est. Ici intervient la référence à mon livre et la relation qui en est faite est bien conçue pour ne pas inciter à le lire puisque ce que j'ai écrit se trouve déformé et me prouve qu'on ne l'a pas lu et/ou qu'on n'a qu'un but c'est de rendre la dénonciation insignifiante pour l'esquiver et ressortir le discours promotionnel inchangé.

LLR n'a pas été emprisonné sinon à la fin et s'il s'est attiré des ennuis ce n'est pas à cause de ce que son silicium faisait de l'ombre à la médecine et aux pharmaciens mais parce qu'il s'était mêlé de dénoncer, parfois à juste titre des "affaires d'Etat" en réplique à la défaveur de son labo. Mais si la gendarmerie s'est démerdé pour créer son propre labo en mettant la main à bon compte sur une dépouille et en l’occurrence une succursale du labo principal c'est parce qu'il a chié dans la colle. J'ai du reste contesté quelques unes de ses expertises. Il espérait jouer un rôle de justicier dans l'affaire des disparus de Mourmelon. Une affaire de rapt par un militaire "homo". Il est utile de savoir que LLR l'était lui-même. Ce n'est point à priori une tare puisque la plupart des hommes que l'on tient pour "grands" en ont été, mais la chose ne suffit pas à garantir l'accès au génie. Ce genre de difficulté essentiellement sociale peut aider à se surpasser dans divers domaines mais dans le cas de LLR il est utile de le savoir car cela aide à comprendre sa psychologie et explique certains fantasmes que j'ai décryptés.

Bref mon propos consistait surtout à souligner que LLR a tablé sur les inimitiés qu'il s'est bêtement attiré pour convaincre les amateurs de silicium organique que c'est ce dernier qui était visé en raison de son efficacité. Or on vend des tonnes de silicium à la LLR et on n'observe aucune guérison miraculeuse. Force est donc de dénoncer une attitude visant, de la part des lignes critiqués, à vouloir me fourrer dans sa poche. Cela ne risque pas d'arriver et le moyen choisi n'est pas celui qui conviendrait pour me faire taire. Au contraire !

Je ne suis pas vexé de voir que peu de gens s'intéresse à mon livre. Voilà que soudain il existe ! C'est un progrès me voilà devenu célèbre comme l'écrivait en riant mon correspondant mais à quoi bon ! Je ne suis pas dupe mon livre ne vante pas un produit miracle, ce n'est donc pour les amateurs de miracles qu'un tissu d'anecdotes sans conséquences.

C'est leur droit de ne pas s'y intéresser et de se polariser avant tout sur leurs "bobos" et c'est le mien d'adopter et de suivre un autre point de vue et d'insister sur la fausseté de la thèse conspirationniste appliquée au silicium organique !

Il n'en reste pas moins que le silicium organique est peut-être une solution très intéressante pour les personnes soignant l'arthrose, et pourrait soigner de nombreuses autres maladies, comme l'ostéoporose, l'athérosclérose (lésions des artères augmentant le risque d'infarctus), de nombreux problèmes de peau et de cheveux, et renforcer le système immunitaire. C'est pourquoi nous lui consacrons aujourd'hui un article approfondi.

Je vous prie de noter pour commencer de noter une bonne fois pour toutes que si en théorie le silicium peut jouer un rôle dans les pathologies évoquées ses effets sont difficilement objectivables dans le cas d'athérosclérose par exemple. On pourrait donc prendre du silicium par acquis de conscience et à toutes fins utiles mais encore faudrait-il trouver un produit qui ne soit pas vendu au moins 12 fois plus cher que celui que fabriquait son inventeur, à savoir Duffaut qui le distribuait souvent par bidons entiers et gratuitement. Or vous constaterez qu'à la fin on vous inciter à engraisser Christian Cotten, revendeur d'un G5 au demeurant poursuivi pour abus de marque. Le chien en aboyant en vain se mord la queue ! C'est un faux chien de garde et même tout le contraire !

Les origines du silicium organique

Le sable, le quartz, et de nombreuses roches sont faites à base de silicium, qui est le deuxième élément le plus abondant dans la croûte terrestre, après l'oxygène et avant l'aluminium.

Or, il se trouve que vous avez aussi du silicium dans votre corps, et singulièrement dans vos tissus conjonctifs, c'est-à-dire les os, le cartilage, la peau et les tissus de soutien.

Le silicium est même un des principaux minéraux présents dans le corps humain : l'organisme en contient environ 7 grammes, contre 2 grammes pour le zinc et 4 grammes pour le fer, pourtant très importants eux-aussi.

Avec l'âge, les réserves de silicium diminuent de façon inquiétante. Et l'alimentation moderne, comme d'habitude, aggrave les choses puisque nous ne consommons plus beaucoup d'aliments riches en silicium : enveloppe des céréales, fruits et légumes de qualité, eau de source. L'eau du robinet, en particulier, est aujourd'hui systématiquement floculée par l'aluminium qui enlève une grande partie des silicates.

Or, le silicium est nécessaire pour la biosynthèse de nombreuses molécules comme le collagène, l'élastine et l'acide hyaluronique, éléments essentiels des cartilages, des os, de la peau et du système immunitaire. Le silicium intervient également dans la constitution des cheveux et des ongles.

A propos des cheveux et des ongles et bien le silicium a échoué dans mon cas. Pire encore c'est après avoir pris l'équivalent du G5 que j'ai commencé à avoir des ongles cassants. Peut-être une simple coïncidence mais ceci prouve à l'évidence qu'il ne suffit pas d'aborber du silicium pour régler des problèmes de phanères alors quand à régénérer des os et du cartilage, on n'y voit goutte alors tout çà c'est de la théorie. Concernant l'arthrose j'ai signalé une thérapeutique à base de collagène de type II ou de bouillon de poulet. L'arhtrose ne relève pas d'un problème de désassimilation ou d'usure mais semble avoir des causes surtout immunologiques. Elles sont même évidentes dans certains cas alors c'est pas du silicium qui va suffire à remédier...


Passons en revue brièvement ses effets sur les différentes maladies :

Comment le silicium pourrait soigner plusieurs maladies

Arthrose : le silicium est indispensable à la synthèse des glucosaminoglycanes, qu'on trouve en abondance dans le cartilage. Le déficit en silicium peut donc provoquer de l'arthrose, qui est causée par un problème de régénération du cartilage. Des études sur les cartilages embryonnaires montrent que leur croissance est liée à la présence de silicium, qui catalyse la prolyl-hydroxylase, indispensable à la biosynthèse du collagène et des glucosaminoglycanes.

Maladies cardiovasculaires : le silicium intervient dans la synthèse et l'arrangement des fibres d'élastine et de collagène constitutives des parois artérielles, dont elles améliorent la souplesse. Il serait donc un excellent protecteur contre l'athérosclérose, une maladie cardiovasculaire pouvant provoquer l'infarctus, et diminue l'hypertension. Les analyses de la composition d'artères saines et d'artères fortement lésées par l'athérome ont clairement montré une baisse du taux de silicium dans les artères malades.

Problèmes de peau : plus la peau est riche en silicium, plus elle est souple, épaisse, peu ridée, et cicatrise facilement. En effet, le derme, tissu qui se trouve sous la peau et la nourrit, comporte une matrice extracellulaire qui est constituée de fibres de collagène, d'élastine et de glycosaminoglycanes. Comme nous l'avons vu, le silicium est indispensable à la constitution et au renouvellement de ces fibres. Une faible teneur en silicium est aussi associée aux problèmes de peau comme le psoriasis.

Cheveux : le silicium prévient la chute des cheveux et pourrait favoriser la repousse, en intervenant sur les phanères.

Voir plus haut !

Une substance intéressante contre le vieillissement

Le silicium est donc un outil clé pour lutter contre le vieillissement :

  • le vieillissement au niveau articulaire avec l'arthrose ;
  • le vieillissement osseux avec l'ostéoporose ;
  • le vieillissement de la peau, avec les rides et les problèmes de cicatrisation ;
  • le vieillissement des artères avec l'athérosclérose.

Différentes études ont montré qu'il y a décroissance importante des taux de silicium, pouvant atteindre 80 %, notamment au niveau de la peau et des artères avec l'âge, et en particulier à partir de la ménopause chez les femmes.

Faut-il pour autant vous jeter sur le premier tas de sable venu, pour reconstituer vos réserves de silicium ?

Toujours la même théorie simpliste du "manque", la réalité est manifestement beaucoup plus complexe !

Suffit-il de manger du sable pour rétablir l'équilibre ?

Hélas non, ce n'est pas si simple. Le sable contient énormément de silicium, mais il s'agit de silicium minéral, c'est-à-dire oxydé et inerte. Il n'a probablement aucune valeur thérapeutique puisqu'il ne peut pas être assimilé par l'organisme.

J'écris « probablement » car, curieusement, il existe en Afrique du Nord une vieille tradition d'enterrer dans le sable les personnes souffrant de rhumatismes. Or, selon Loïc Le Ribault, les grains de sable auraient justement à leur surface une petite couche de silicium organique, c'est-à-dire actif et assimilable par le corps, et notamment efficaces contre l'arthrose, l'ostéoporose, les problèmes de peau et l'athérosclérose.

Je ne pense pas que la chose agisse par supplémentation, le soleil intervient et donc la chaleur, il s'agit probablement d'une action microvibratoire. On peut chauffer du sable dans une poëlle et l'appliquer là où ça fait mal.

Ces affirmations n'ayant cependant jamais été prouvées par des recherches indépendantes, nous les laisserons de côté ici. Revenons au sable, donc.

Si vous mangez du sable, vous n'avez aucun effet bénéfique à attendre car celui-ci sera de toutes façons évacué par votre corps sans être assimilé.

Mais le silicium se trouve également dans la nature sous forme « colloïdale », c'est-à-dire par microparticules en suspension dans un liquide, comme la sève de certaines plantes : l'ortie, la prêle, le bambou.

Toutefois, même sous forme « colloïdale », il s'agit toujours d'une forme minérale, très mal assimilée par l'organisme. Seul 1 à 10 % parviendra à passer la barrière intestinale. Pour la faible partie qui arrivera à passer dans votre sang, l'essentiel n'entrera jamais au niveau des cellules et du tissu conjonctif. Il sera éliminé par vos reins, dans les urines. Vous avez beau en manger 15 à 40 mg par jour, si vous avez une alimentation normale, vous ne pourrez atteindre les 2 mg par jour qui sont nécessaires.

Veuillez noter que beaucoup de remède absorbés oralement sont de nature purement colloïdale, la gemmothérapie par exemple alors pourquoi serait-elle réputée assimilable et que la chose serait déniée à une forme colloïdale d'un silicium végétal. En fait de quoi parle t-on ? Il s'agit d'écarter la poudre de prêle remède pas cher et qui a pourtant fait ses preuves ! Tous les herboristes sérieux vous le diront. Mais pour l'écarter d'autres disent qu'ils est rapeux et blesse les intestins. Bref on raconte n'importe quoi !

Mais le silicium existe également sous forme organique, c'est-à-dire non oxydée (on dit « réduite »), soluble, et donc active et hautement assimilable par l'organisme, y compris au niveau cellulaire.

Pour les lecteurs qui ont des notions de chimie, il est intéressant de savoir que le silicium organique est constitué d'un groupement méthyl (1 atome de carbone et 3 d'hydrogènes), attaché à un atome de silicium, lui même attaché à une, deux ou trois liaisons alcools (-OH). Plus il y a de liaisons alcools, plus le silicium est actif.

La molécule principale utilisée en complémentation alimentaire, et développée par Norbert Duffaut, est le monométhyl Silane Triol (MMST), qui compte trois groupements alcools (le maximum).

A noter que la façon dont le silicium organique apparaît dans la nature est un mystère. Il n'existe à ce jour aucune publication abordant cette question.

Je suppose que ceci concerne l'action des bactéries sur les grains de sable selon LLR qui a réussit à convaincre (certains continuent d'y croire) que le G5 est fabriqué par des bactéries de laboratoire dressées à cet effet. Ce que peuvent être bêtes certains thérapeutes ! Je m'excuse de le dire crûment mais on n'est pas très critique chez les "naturos"...

Notez que j'ai reçu un texte venant de Glycan Group tendant à insinuer que le GR pourrait polymériser in vivo et non plus seulement in vitro, c'est-à-dire à l'intérieur même des cellules. Je ne peux pas adhérer à cette thèse car s'il vient à polymériser ça se fera dans l'estomac et le silicone ainsi produit sera rejeté avec les selles sans produire de dommages.

Le problème reste le suivant : les effets anti inflammatoires et anti douleur d'un gel sont observables rapidement parfois en quelques minutes, il arrive même que c'est quasiment instantané mais outre que ça ne guérit rien du tout le problème est qu'il est difficile d'objectiver les effets d'un traitement par voie orale et que probablement des gens qui ne sont pas très malades se font beaucoup d'illusions. Enfin je rappelle que le produit est vendu beaucoup trop cher. Enfin c'est connu : plus c'est cher plus les gens ont intérêt à se persuader que ça n'a pas été tout à fait inefficace, c'est pourquoi je n'ai pu receuillir que des témoignages mitigés alors qu'ils sont nets avec le gel. Ca marche ou ça ne marche pas et on est vite fixé.

Intérêt pour la santé du silicium organique MMST

Cette molécule est dotée, grâce à sa structure, d'une double polarité : elle est à la fois hydrophile, grâce à ses liaisons alcool, ce qui lui donne une bonne solubilité dans l'eau, indispensable au passage dans le sang. Mais elle est également hydrophobe, grâce à son groupement méthyle, ce qui lui donne une affinité pour les graisses, et permet le passage à travers le film protecteur de la peau.

Lorsqu'il est suffisamment dilué dans l'eau, et on ne le trouve de toutes façons dans le commerce que sous forme liquide, le MMST associé aux acides aminés ne se polymérise pas et donc ne précipite pas, ce qui garantit sa très grande biodisponibilité. Une étude rigoureuse des travaux de Duffaut conduit à choisir une concentration de l'ordre de 0,03 % pour garantir cette absence de précipitation, qui neutraliserait les effets du silicium organique.

Qu'est-ce que c'est que cette fable d'un G5 aux "acides aminés" ? Là on est devant une invention dont je n'avais jamais entendu parler. Complexer le silicium avec des acides aminés pourrait à la risqueur se justifier dans une perspective consistant à élargir la complémentation mais je ne sache point que l'ajout d'acides aminés puisse servir à empêcher une polymérisation qui est affaire de pH. Le méthylsiliconate de potassium est à plus de 13 de pH, il faut le diluer et l'amener à un pH un peu inférieur à 7. C'est la quantité de Si élément qui est à considérer. les ennuis commencent quand on veut plus de 1 g. litre de Si ! Et si ça polymérise on le voit de suite ou très rapidement, ça fait des paillettes blanchâtres qui nagent dans le liquide. Avec le titrage en Si du G5 les fabriquants ne prennent pas le moindre risque mais 35 € le litre en moyenne pour un litre bien inférieur à 1000 mg litre c'est du vol. A ma connaissance le MMST le poins cher du marché se trouve auprès de Dieti-Natura qu'il s'agisse de la forme liquide ou du gel !


Il reste néanmoins fragile, y compris sous cette forme. Le silicium organique MMST ne doit entrer en contact ni avec le verre, ni avec le métal. On doit éviter de l'exposer à de trop grandes chaleurs, au froid et à la lumière. Il doit être conservé à température ambiante, dans un flacon opaque, bouché, et doit être dosé directement avec le bouchon ou un doser plastique.

Dans ce cas, l'assimilation dans le sang est estimée entre 50 et 70 %, contre 5 % pour le silicium colloïdal.

Seuls 5 % de la partie assimilée sera éliminée par les urines, le reste étant utilisé par les cellules et les tissus conjonctifs, contre 50 % pour le silicium colloïdal.

Une cure apportant environ 2 mg de silicium organique par jour permettra de reconstituer les réserves, et de redémarrer la production des tissus conjonctifs, en particulier du cartilage dans le cas de l'arthrose (lorsque la destruction de celui-ci est liée à un déficit de silicium bien sûr).

Il a bien été prouvé que le MMST est bien assimilé puisqu'on le retrouve dans les urines très rapidement mais ça ne prouve pas pour autant qu'il fait des miracles.

Utilisation

L'usage alimentaire du silicium organique a été interdit depuis le 1er janvier 2010 sur avis de l'agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA). Il était toutefois autorisé auparavant sans effets indésirables notoires et sa commercialisation reste autorisée à condition de ne pas le présenter comme un produit alimentaire.

Le MMST peut-être utilisé sous forme de lotion. On l'applique sur la peau en imbibant une compresse. Comme il pénètre très bien dans la peau, il rejoint le tissu conjonctif le plus proche. C'était le moyen utilisé par Norbert Duffaut.

Il existe aussi sous forme de gel, plus facile d'utilisation, mais il est alors mélangé à des excipients, dont il faut vérifier qu'ils répondent aux exigences de la charte « Cosmébio » pour avoir un produit optimal.

Il est aussi diffusé sous le nom de Conjonctyl, qui est un produit à usage injectable, et qui dispose d'une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) dans tous les pays européens.

Mise en garde

Les effets très divers relatés par témoignages, le manque de connaissances sur la forme réellement active sur les cellules, et l'absence d'études sur les effets de la complémentation en silicium organique laissent une grande zone de mystère sur la manière dont agit le silicium organique.

Erreur : s'il agit on se fout  de savoir comment le problème je le répète est qu'il est difficile d'objectiver de façon nette l'action interne d'une complémentation orale. Elle ne susciterait aucune objection si le produit était pas cher mais les liens qui suivent profitent d'abord au principal inventeur du filon où du moins à ses continuateurs. Soyons clair 10 € le litre de G5 serait bien payé.

Un aspect qui semble évident est que le silicium a une action nutritive, surtout chez les personnes âgées. Un organisme qui manque de silicium disponible perd une partie de son potentiel et certaines de ses fonctions s'affaiblissent. Lui apporter du silicium assimilable peut avoir des conséquences dans divers domaines (articulations, os, artères, peau, cheveux, système immunitaire, yeux) car le silicium intervient dans de nombreuses structures et fonctions.

Si vous êtes intéressé, vous pouvez par exemple vous rendre ici (lien cliquable), chez l'un des principaux distributeurs français, pour vous procurer du silicium organique MMST.

Si vous préférez vous procurer un silicium végétal, à base d'acide silicique, vous pouvez vous en procurer ici (lien cliquable).

Pour chacun de ces produits, il est conseillé d'associer à la solution buvable, un gel à base de silicium pour une application locale sur les zones les plus douloureuses.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

18/04/2013

Pour en finir avec le silicium organique...

elixir.gif

Mise à jour du 21 avril : le correspondant qui est à l'origine de ce post a eu connaissance de ma réponse. Il insiste pour avoir les coordonnées d'un labo ou d'un marchand. Mon propos était clair, il y a un malentendu quelque part où j'ai à faire à un malade... Je lui ai proposé de m'indiquer un n° de téléphone pour tenter de comprendre et surtout de savoir ce qu'il attend du silicium. Depuis silence radio !  Je me pince, je suis bien éveillé il me semble et je parle un français intelligible. Non ?

Je reçois ce mail d'un certain NB qui parait résider du côté de Montélimar. Encore une excellente occasion de rebondir en précisant certains points puisque visiblement, il est encore des gens qui ne comprennent pas le français où ne lise pas tout.

Monsieur, 

Je me suis désabonné de votre blog, en supprimant mon abonnement au blog de M. DOGNA, cette adresse n'étant qu'une adresse technique qui faisait la synthèse de très nombreuses adresses de dizaines de personnes.

Je n'ai rien à voir avec Michel Dogna et son blog et je ne comprends rien à cette histoire d'adresse technique mais qu'importe.

Au nom de dizaines de personnes, je vous avais écrit pour une info sur le silicium - mais vous n'avez jamais répondu.

Après recherches, je ne trouve trace d'aucun email antérieur et je réponds toujours dans la journée parfois dans l'heure qui suis la réception d'un courrier s'il se trouve que je suis devant mon ordi.

Sur votre blog, specialement consacré au silicium, sauf erreur, vous annoncez où trouver du silicium - on supposera du vrai et efficace. silicium... mais vous ne procurez aucune adresse.

Le blog n'est pas spécialement consacré au "silicium", un livre sur l'aventure du G5 a été la cause occasionnelle de sa création. Je ne peux pas changer l'url sinon je le ferai cependant qu'il est clair que le G5 est devenu le cadet de mes soucis... Le livre en question vit sa vie indépendemment de celle de de son auteur et je ne m'en soucie pas mais si on daignait lire attentivement ce livre (voir http://www.editions-ambre.fr/sante/75-loic-le-ribault-le-...) on ne s'imaginerait pas que je serais là pour procurer des adresses. Je ne suis pas là pour faire de la réclame pour des produits quelconques. Je conseille http://www.iherb.com comme fournisseur aux amateurs en recherche de supplémentation parce que les prix sont avantageux par rapport au marché européen mais je me garde comme la peste de promouvoir tel ou tel produit en particulier. 

Enfin puisqu'une question est posée je vais y répondre quitte à me répéter :

Le silicium organique se présente sous deux formes une forme alimentaire (liquide) et un gel d'usage externe. Je n'ai jamais constaté d'effets marquants suite à la prise de silicium en tant que complément alimentaire. Cela ne veut pas dire que c'est inutile mais j'ai bien des raisons de douter de la valeur des témoignages dithyrambiques qui furent publier par Loïc le Ribault. En revanche, 8 fois sur 10 le gel s'avère efficace sur les douleurs musculaires et articulaires, les tendinites et les brûlures. Et du gel de silicium, on en trouve partout. A mon avis tous se valent. Je dose le mien à 1 g de silicium élément par litre mais je n'ai pas de raisons de penser qu'il soit supérieur à celui du commerce. Quand je consens à en procurer à des proches que je connais bien, il est moins cher que dans le commerce mais que les choses soient bien claires : je n'ai pas l'intention d'ouvrir une boutique pour l'excellente raison que ce serait mentir que de prétendre détenir un secret de fabrication qui confèrerait à mon propre gel une qualité particulière.

Je vis dans un village. J'en ai donné à une dizaine de personnes qui s'en sont trouvé bien. Elles ont été plus ou moins soulagées mais non guéries. Elles en redemandent mais il n'y a pas la queue à ma porte. Les résultats observés n'ont pas défrayé la chonique locale, preuve que ce produit ne fait pas de miracles. Il s'avère généralement bien plus efficace que les pommades anti-inflammatoires classiques. Un médecin qui a été témoin d'un résultat assez spectaculaire sur un de ces patients, a eu toutes les informations plus des échantillons, il ne m'en a jamais reparlé. Faut-il préciser que je n'ai pas manqué de souligner que le produit que je sais fabriquer (c'est enfantin) on peut l'obtenir dans n'importe quelle pharmacie. Si à ce propos le Laboratoire Dexsil a ses entrées dans les officines, cela ne veut pas dire que les produits concurrents soient inférieurs. Je le répète : il n'existe pas de secret. C'est toujours une dilution de méthylciliconate de potassium et il n'existe pas 36 façons de s'en procurer. La seule chose qui peut changer ce sont les excipients pour faire le gel. J'ai recours à un carbomère, et il existe des formulation plus sophistiquées. Ce qui peut changer ce sont les huiles essentielles. J'utilise bêtement de l'he de Gaulthérie et d'Eucalyptus citronné. Il existe d'autres choix possibles.

Bref, mon gel s'est avéré efficace et fidèle dans son efficacité mais cela ne m'a pas valu une réputation de sorcier ou d'alchimiste. Comme je l'ai indiqué, je ne vis pas en état de siège. Si je passe pour un "sorcier" et si j'ai entendu l'autre jour le voisin d'en face dire qu'il faudrait brûler un certain petit chat noir avec son "patron" c'est que le matou en question est un bagarreur et il attaque sauvagement les chattes qui ont été stérilisées. Quand aux chattes demeurées entières je ne sais pas ce qu'il en fait. Je ne le surveille pas la nuit. Je le soupçonne d'être un peu "pédé" sur les bords vu la dévotion dont je suis l'objet. C'est qu'il me suit partout. Evidemment, comme je me suis fait remarquer par mon franc parler, ceux que j'ai remis à leur place rêvent d'élever un bûcher en mon honneur mais cela n'a strictement rien à voir avec de quelconque facultés de guérissage de provenance plus ou moins suspecte. Enfin les gens auxquels j'ai déplu on bien le droit de fantasmer mais je pense qu'ils ont tout intérêt à ne pas trop s'y frotter car je me soupçonne d'avoir, malgré tout, le mauvais oeil !

Enfin concernant le silicium en version complément alimentaire, il existe sous plusieurs formes. Le monométhylsilanetriol, un nom de baptême inventé par Norbert Duffaut. On le trouve facilement, Christian Cotten diffuse la version irlandaise et je n'ai pas de raisons de penser que le mode de fabrication ait changé après le désaveu de Loïc le Ribault lorsqu'il s'est trouvé en bisbille avec son ancien amant bordelais un prétendu préparateur en pharmacie. La seule chose dont je sois sûr c'est qu'il a été vendeur dans une pharmacie et qu'il avait du succès auprès des filles du coin qui se trouvait des petits bobos pour avoir un prétexte pour franchir le seuil de la boutique où il était employé. Ce sont des détails que je tiens d'une ex "reine du silanol" qui a bien connu les acteurs visés. Ben oui quand je me livre à des enquêtes je parais avoir le chic pour dénicher des informateurs de premier plan. J'ai même hérité de deux dépôts d'archile de Le Ribault, un français et un belge...

Il faut arrêter de croire que Le Ribault était détenteur d'une formule qui n'aurait appartenu qu'à lui. Je ne cesse de répéter qu'il n'a fait que copier la procédure décrite dans les brevets de Dufaut, à savoir de diluer (un peu trop à mon avis), un produit pas du tout mystérieux et qui n'est autre que le Rhodorsil 51T. C'est un produit industriel destiné à l'imperméabilisation des terres cuites et des maçonneries. Ce produit  constitue la matière première d'une foule de produits que l'on trouve un peu partout notamment dans les points P sous le nom de Conservado, IJ222 etc etc... Si ce n'était le problème de la qualité de l'eau utilisée pour préparer ces solutions comprises entre 1, 2 et 5% de méthylsiliconate de potassium, ils pourraient faire l'affaire.

Mais puisque l'on me pousse à bout, je dois souligner que ce n'est quand même pas très honnête d'avoir eu recours à un produit industriel non destiné à la pharmacie pour préparer un complément alimentaire. En effet, Norbert Duffaut qui connaissait parfaitement la chaîne de fabrication des silicone puisque c'est un de ses élèves qui a dirigé un laboratoire de recherches de Rhône Poulenc à l'époque où elle existait encore et fabriquait le Rhodorsil a estimé que ce produit était suffisament propre pour servir à des applications externes. J'ai discuté longuement de cette question de "propreté" avec son élève qui est maintenant à la retraite après avoir quitté le privé pour enseigner dans le département de chimie de l'Université de Bordeaux. Nous sommes arrivé à la conclusion que la méthode de distillation (très pointue) exclut la présence de métaux lourds mais je n'ai pas de certitude que l'on ait fait analysé ce produit avant de le diluer pour un usage alimentaire.

En d'autres termes, ce qui ne peut manquer de surprendre un fouineur de mon espèce, ce que si nous disposons des minutes du procès et si le Rhodorsil 51 T a bien été mentionné comme matière première du G5 quoique le nom ait été écorché par le sténographe qui a enregistré les débats (un certain Lucas de Paris...). Oui personne n'a pipé mot alors qu'on faisait courir le bruit que Le Ribault avec mis des bactéries à contribution pour fabriquer sa panacée) la présidente du tribunal, bien qu'elle se soit ingéniée à plus ou moins humilier le prévenu n'a pas relevé ce détail. Personne au demeurant ne l'avait remarqué, même pas Christian Cotten qui ne savait rien de la fabrication du produit qu'il vend ! J'ai toujours pensé que si l'on avait vraiment voulu démontrer l'imposture de Le Ribault, il aurait suffit d'un peu de publicité autour de cette matière première pas du tout rare et qui se vend par bidons de 25 kg.

J'en ai reçu 5 litres de la part d'amis de cet ancien chimiste que j'ai évoqué plus et qui a succédé à Dufaut. Quand il m'est arrivé de fabriquer du silicium à usage alimentaire pour le consommer moi-même, j'ai eu recours à une autre source de méthylsiliconate, j'y reviendrai. Le fait que le monométhylsilanetriol ait été interdit en tant que complément alimentaire par l'EFSA constitue en soi une raison nécessaire et suffisante refuser toute fourniture de ce type.

Concernant l'autre source que je viens d'évoquer, elle provient d'une firme allemande et elle parait plus propre. Elle est parfaitement limpide et de couleur blanche alors que le Rhodorsil est un peu jaunâtre. Elle est également un peu plus concentrée (50% au lieu de 47). Des tests ont été faits avec l'Airmed par un radiesthésiste portant sur une dilution de Rhodorsil 51T et une autre de ce méthylsiliconate que j'ai utilisé pour ma propre consommation sans, je le rappelle, noter le moindre effet. Au contraire, j'ai depuis lors des ongles cassants mais je me garderai bien d'établir une relation de cause à effet. ce peut être une simple coïncidence, on vieillit chaque jour un peu plus...

D'après les tests en question, le G5 obtenu à partir de Rhodorsil est nul. Ca n'est pas nocif mais c'est, en termes d'efficacité supposée ni plus ni moins que de l'eau claire. A contrario, la dilution de l'autre source (appelons le "produit SW", les "initiés" comprendront...) serait très performante. Ce résultat est étrange car je n'ai pas de raisons de penser que le radiesthésiste ait pu être influencé par une suggestion quelconque. Il reste à répéter ces test en double aveugle mais je suis paresseux quand à imaginer un protocole et préparer les petits flacons numérotés. Bref, il n'existe aucune raison de penser que l'une des matières première pourrait être supérieure à l'autre et ce d'autant plus que le gel de Rhodorsil marche très bien.

Enfin et pour éviter tout fantasme et tout vain espoir, je tiens à préciser que ma réserve du "produit SW" est épuisée et je n'arrive pas à me procurer un nouvel échantillon. La société qui diffuse le produit qui est allemand n'a plus d'échantillons. 

Encore un détail pour terminer: j'ai la possibilité de puiser dans une réserve de G5 datant d'avant l'invention du laboratoire irlandais. Ce G5 est parfaitement conservé, je disposais d'un litre que j'ai envoyé à une dame qui prétendait que le G5 fabriqué actuellement ne lui procure pas l'effet qu'elle en obtenait du temps où ce G5 était fabriqué par un laboraotire du Sud Ouest dont le nom est cité dans mon livre. Elle s'était engagée à me faire part d'une différence éventuelle et je dois dire que cela fait maintenant plus de deux ans que j'attends qu'elle me donne signe de vie. Si mes renseignements sont exacts l'eau utilisée par ce labo provenait d'une bonne source. Mais s'il avait capté par hasard l'eau d'une source miraculeuse j'aurais eu des nouvelles de la dame. Bref, elle a du se rendre compte qu'elle s'était fait des idées.

Reste à rappeler que la plupart des marchands de silicium, Dexsil en tête ont opté pour l'acide orthosilicique stabilisé par de la choline. Il s'gait d'autre choses et en tant que complément alimentaire je n'ai jamais eu plus d'échos positifs qu'avec le monométhulsilanetriol pour parler comme Dufaut.

Je poursuis la réponse au courrier cité :

Il existe des blogs qui prevoient des "mp" - messages privés/ perso, pour infos confidentielles et ciblées, par exemple - mais pas le vôtre, ce qui serait judicieux et bien quand on parle d'une chose aussi grave que la (mauvaise) santé.

Le système de newletter destiné à servir les abonné, permet des "mp", j'y ai eu recours mais il y a là encore un malentendu. A savoir que je ne dispose ni d'un don particulier ni de sources d'informations inaccessibles au commun des mortels. Simplement, j'ai développé un talent particulier pour débusquer et décrypter les informations lorsque quelque part il en existe. C'est un talent nécessitant des dispositions d'esprit particulières certes et un exercice de plusieurs années. Certes, j'ai eu des contacts avec des gens placés à des postes plus ou moins privilégiés mais je tiens à préciser que je n'appartiens à aucun réseau occulte de quelque nature que ce soit. Ce qui me différencie du commun des mortels c'est que je possède sans doute une aptitude particulière pour lire entre les lignes et aussi beaucoup de chances. esprit curieux, j'ai traîné au contact de milieux divers et très particuliers d'où des rencontres décisives avec des gens qui se sont trouvé à point nommé pour m'éclairer sur certains aspects particuliers du monde actuel. Dois-je préciser qu'il suffit d'aimer cela tout en ajoutant que ce que j'évoque présente certains risques et peut occasionner des situations fausses excessivement désagréables et parfois dangeureuses.  Mais  grâce à Dieu j'ai un bon ange gardien... 

Vous écrivez, toujours sauf erreur de notre part, que vous fabriquez votre propre silicium ? Mais, ce que vous en dites, est inaccessible "au commun"... Vous ne donnez aucune info de nature à AIDER les lecteurs de votre blog à faire comme vous. si au moins, vous disiez que vous gardez votre formule, personnellement, cette franchise serait sans doute comprise meme si elle n'etait pas admise.

Car, enfin, A QUOI SERT UN BLOG QUI PRETEND INFORMER MAIS QUI NE LE FAIT QU'EN PARTIE, GARDANT POUR VOUS DES INFOS QUI ONT TRAIT A NOTRE RECHERCHE POUR UNE MEILLEURE SANTE ?

Après ce dernier commentaire, nous allons nous arrêter là car le mail comprend encore une "tartine" de choses sans intérêt.

Premièrement, si la plupart des gens qui me lisent n'ont pas les notions élémentaires de chimie et d'électricité qui leur permettrait de comprendre ce que je raconte, je n'y peux rien. Je ne suis pas Ministre de l'Education Nationale sinon vous pouvez être sûr que ça valserait ! Pour commencer il suffirait de retourner à certaines des vieilles recettes : un peu d'éducation civique pour commencer et beaucoup de sciences naturelles à vocation utilitaire. Quand je compare mes vieux livres de classe primaire et ceux de la génération qui m'a précédé à ce que j'ai vu entre les mains de mes petits neveux quand j'étais convié à les aider dans leur devoir de vacances, je frémissais et finissais par m'esbigner sous un vain prétexte. c'était "mission impossible"....

Oui je fais mon silicium comme je fais ma cuisine car on n'est jamais si bien servi que par soi-même mais combien de fois faudra t-il répéter que je ne détiens aucun secret de fabrication de quoique ce soit. J'ai certes la main assez verte mais à ma connaissance je n'ai jamais guéri qui que ce soit et encore moins ressucité un port, ou alors ça m'a complètement échappé.... Je me borne à donner des conseils qui peuvent savérer judicieux quand on me fournit assez d'éléments mais une chose doit être : il n'existe nulle part de silicium doté d'un effet plus ou moins miraculeux et tout le monde le fait à peu près de la même manière. D'autre part, il existe plusieurs molécules sur le marche ainsi que des silicium d'origine végétale donc colloïdaux et je ne connais pas de protocole qui permettrait de les tester.

Le silicium fait partie des compléments alimentaires que l'on peut prendre par acquis de conscience dans le cadre d'une supplémentation beaucoup plus large et j'insiste sur ce point : il convient de n'en attendre aucun effet visible. Le gel de silicium par contre donne souvent des résultats palpables.

Quand au gel d'argent d'argent colloïdal dans lequel le méthylsiliconate est utilisé comme base pour donner la consistance adéquate, ca marche très bien lorsqu'on le tartine sur une plaie convenablement nettoyée. J'ai noté plusieurs résultats positifs sur des animaux blessés (chat, oie etc...). Un ami qui vient de le tester sur un staphylo qui lui fait des pustules sur la figure est en train de constater qu'une application deux fopis par jour se solde par une amélioration nettement palpable mais je me garderai bien de crier victoire. je note simplement un résultat là où plusieurs huiles essentielles avaient échoué. Mais l'on ne saurait parler de guérison pour l'instant.

Ce produit est actuellement introuvable, mais qu'y puis-je si les pharmaciens ne font pas leur boulot ne savent plus ou ne veulent plus faire de préparations? Enfin j'ai indiqué un générateur simple pour faire son argent colloidal et on peut faire un gel avec de l'agar agar, ou de la gomme xanthane ou de l'alginate. Aromazone en matière de fournitures pour des produits cosmétiques constitue un site de référence quant à des solutions "écolos".

J'espère que tout est clair à présent !

20/07/2012

Gel de DMSO versus gel de G5 dans les tendinites

DMSO-elpot.pngComme chacun sait je fabrique mon propre gel de silicium organique, gel que j'ai testé lors de la rédaction de mon livre. Je me suis débarassé de douleurs dans le "trapèze" (le dos à la hauteur des épaules)  ainsi que des douleurs d'une tendinite contractée à la suite d'un déménagement. Entendons nous bien ces troubles ne sont pas guéris, ils se remanifestent notamment lors de certains changements de temps mais ils cèdent immédiatement à la première application.

Ainsi lorsque dans mon entourage, on me parle de tendinites, je vais chercher un petit pot de G5 maison et je recommande d'appliquer le produit 3 fois par jour. En général, j'en ai de bons retours mais personne ne se presse à ma porte tant on s'habibue rapidement au bien être que procure un soulagement rapide.

La médecine académique n'a rien mis à part les anti-inflammatoires soit par voie interne soit in situ mais dans ce dernier cas ils ne sont pas toujours efficaces.

Mon dernier cobaye est un poisonnier/écailler qui à cause de micro mouvements répétitifs souffre d'une violente tendinite. Il avait tout essayé. Déçu par les pommades classiques il s'est tourné vers l'acupuncture avec un résultat très provisoire. Le silicium n'a donné qu'un résultat minimaliste.

Me grattant la tête j'ai pensé au DMSO (un dérivé du soufre voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Dim%C3%A9thylsulfoxyde). J'avais sous la main un peu de gel fait à l'aide d'agar agar. J'en ai prélevé 2 cuillères et j'ai eu le résultat une semaine plus tard. Un soulagement beaucoup plus net une heure après l'application.

Bien sûr on ne peut pas tirer une règle d'un seul cas mais cette expérience confirme la réputation du DMSO en tant qu'anti inflammatoire. Donc le gel de silicium et/ou le DMSO peuvent soulager les tendinites et les douleurs articulaires plus nettement que les onguents classiques. L'ennui c'est qu'on ne trouve pas aisément du gel de DMSO, il faut déjà trouver le produit de base. C'est déjà toute une aventure car il faut l'acheter en assez grande quantité. Un correspondant qui l'utilise plus couramment m'en a fourni une peu. Je n'avais pas eu l'occasion de le tester sur ma pomme vu les résultats satisfaisant obtenu avec le gel de G5 maison.  

Par ailleurs une correspondante vient d'essayer les sangsues, on va voir combien de temps dure la sédation... Il faut voir, compte tenu de le complication engendrée par ce type de traitement si c'est avantageux par rapport aux autres solutions.

24/05/2011

Silicium organique : Dexsil déclare la guerre à ses principaux concurrents...

dexsil-06502110.jpg

 

J'ai reçu ces jours-ci une plaquette du Labo Dexsil de 8 pages qui est destinées qui s'adresse aux distributeur revendeurs de silicium organique.

Cette plaquette offensive vise manifestement à casser les reins à la concurrence car au final elle invitent particulier et entreprises à porter plainte contre les marques désignées à la vindicte populaire. A défaut, les revendeurs choisiront Dexsil pour n'avoir pas de problèmes. Le labo belge ayant pour lui l'avantage d'être distribué en pharmacie.

Tout cela, il faut en convenir est assez malhonnête et je ne peux relever ces faits sans les commenter en toute indépendances.

Contenu de la plaquette

Elle vise à dénoncer 4 infractions qui sont ainsi détaillées :

1.       Présence de monométhysilanetriol interdit depuis le 31/12/2010 en tant que complément alimentaire.

2.       Tromperie sur la concentration en silicium.

3.       Etiquetage erroné du titre alcoolique.

4.       Compléments alimentaires "déguisés en cosmétiques buvables.

Un acte de guerre caractérisé

Cette plaquette de 8 pages vise à éliminer du marché tous les concurrents importants du labo Dexsil, en particulier la famille Janet (Dynasil), les deux G5, les produits du Dr Saubens. Et ce en faisant peur aux revendeurs et en lançant un appel à la délation.

Concernant, les revendeurs, ceux-ci ne peuvent pas être inquiétés quand ils revendent un produit fabriqué en Europe.

Cette offensive directe auprès des "maisons de régime" a été assortie par la création d'un Web rappelant la réglementation européenne qui se présente de telle manière que l'on puisse croire qu'il s'agirait d'une initiative officielle. Or ce ne peut être le cas et sans nul doute ce site hébergé par la société OVH située dans le nord de la France à la frontière belge est une création de Dexsil. Il faut rappeler que OVH avait hébergé l'un des miroir d'un célèbre Wikileaks...

Argumentation détournée

Je dois dire que je suis profondément choqué par cette manigance et par-dessus le marché cette brochure reprend l'une de mes idées en comparant le dosage des concurrents à celui d’une demi douzaine d’eau minérale en silicium élément. C’est que j'avais affirmé en substance que le G5 irlandais c’est quasiment de l’eau minérale. Or Dexsil est abonné à mon blog…

Si le produit de Dexsil tient ses promesses à 20 mg près, quand on sait faire les opérations élémentaires en arithmétique on trouve qu’un litre de silicum buvable de Dexsil dosé à 840 mg, cela ne fait guère que 10 fois 84 mg, soit un peu plus de 10 litres de Salvetat. Alors faites les comptes vous-mêmes en termes de prix de revient !

Je n’apprécie guère de voir qu’un labo qui est en train de se comporter comme un requin se sert des éléments que je publie pour faire son beurre et je pourrais très bien me fâcher.

Petit rappel

En voulant éliminer de façon aussi sauvage tous ses concurrents par un appel à la délation, Dexsil oublie que la fortune de ses actionnaires repose sur l'exploitation antérieure d'un méthylsiliconate de potassium de qualité non pharmaceutique puisqu'il s'agit d'un vulgaire produit de droguerie (le Rhodorsil 51T ou le Silres BS16) destiné à l'origine à l'imperméabilisation des murs ou des terres cuites, produit dont on trouve de nombreux dérivés dans le commerce et notamment dans les "Points P".

A propos d’une histoire de corbillard

Dans mon livre, je raconte que la première fabrication industrielle de G5 pour le compte de Le Ribault est le fait d’un chimiste grassois et que le produit a transité entre la cité des parfums et la région de Bordeaux dans un corbillard qui appartenait à un entrepreneur marseillais censéavoir été une émanation de la maffia locale.

Question ! Qui donc est ce chimiste grassois, comment s’appelle t-il et où le retrouve t-on ? RV dans mon livre…

Chiffre d’affaire en chute libre

En même temps que je recevais la plaquette de Dexsil, un mail arrivait provenant d’une dame qui s’inquiétait après avoir, à Libourne acheté leur produit chez un pharmacien. Craignant qu’il ne s’agisse d’une sorte de sondage de la part du labo qui m’a envoyé la plaquette pour déterminer mes sentiments à son égard, j’ai pris la précaution de m’assurer qu’il s’agissait d’un particulier avant de répondre. Je l’ai du reste contactée par téléphone.

Ce qui l’inquiétait, c’est que la mention « Silicium organique » avait disparu d’où ses recherches et la découverte de mon blog. Or la page 7 de la plaquette annonce qu’à partir du 15 mai le nouvel étiquetage va mentionner à nouveau qu’il s’agit bien de silicium organique.

Conclusions

L’interdiction d’emploi du monométhylsilanetriol en tant que complément alimentaire a fait des ravages d’où la tentative en cours de discréditer les concurrents les plus actifs de Dexsil afin, si possible de demeurer seul en lice. Et cela en recourant à une campagne de dénigrement (avec je le rappelle la création d’un pseudo site d’apparence officielle) et un appel à la délation d’une audace inouïe.

A mon avis quand on a recours à des procédés pareils, c’est que rien ne va plus ! Doit-on préciser que le « G5 » irlandais n’a jamais été « déguisé en cosmétique buvable » mais que ceux qui savent que le produit n’ayant pas changé sont en droit de le boire, ce qui n’est pas du tout la même chose.

Bref, je pourrais commenter en long en large et en travers l'acte de guerre que j'ai sous les yeux mais je suis tellement dégoûté par le peu de discernement de mes lecteurs que je me demande si cela vaut le coup de continuer.

Prochainement, je vais mettre en place un système de dons modiques par Paypal pour moraliser ce blog car je paie pour qu'il continue. Pas cher mais suffisamment pour être littéralement écoeuré d'une part par le fait que les gens ne voient pas ce qui est dit sur et entre les lignes.

De quoi mettre tout le monde d’accord !

Je rappelle à toutes fins utiles que je n'ai aucune preuve que le silicium buvable sous quelque forme que ce soit ait prouvé un bénéfice palpable.

En ce qui me concerne, j'ai des ongles qui cassent après avoir bu du Dexsil d’une part et du monométhylsilanetriol maison fabriqué selon des modalités qui sont un secret de polichinelle. Ca pose le problème de déterminer si un excès de silicium n’est pas dommageable.

Dans le doute je conseille de consommer des gélules de poudre de prêle et du soufre organique (capsules de huile de Haarlem) à ceux qui ont des problèmes de phanères. Il faut arrêter de prendre du « G5 » en s’imaginant que c’est une panacée anti cancer etc !

En revanche je peux attester d'effets intéressants mais non miraculeux pour les gels et c'est valable pour toutes les marques qui utilisent du monométhylsilanetriol qui n'est pas interdit dans ce cas de figure !

03/03/2011

Une bombe contre le silicium organique (G5) passée inaperçue...

bombe.jpgJe vous invite si vous ne l'avez pas fait à lire la notre précédante...

Les visiteurs lisent en diagonale. Je ne leur en veux pas car c'est l'époque qui veut cela. Mais j'ai constaté ceci : même un étudiant en médecine  qui cherchait un moyen économique de supplémentation en Si qui m'a téléphoné depuis n'avait pas vu que dans mes voeux javais donné la recette du G5 qui se fabrique avec du RHODORSIL 51T ex produit de Rhône Poulenc et qui est une solution de méthylsiliconate de potassium à 47 % qu'il suffit de diluer dans une eau préallablement acidifiée (acide citrique de préférence, l'abus d'acide phosphorique étant à déconseiller bien qu'il s'en trouve en masse dans le Coca !)

La molécule vous la trouvez dans quantité de produits destinés à empêcher les remontée d'humidité dans les maçonnerie et la liste et longue. Je pense en particulier au CONSERVADO et autres produits similaires que l'on trouve dans les points P ! En fait ces solutions diluées de 1 à 5% ne posent que le problème de la qualité de l'eau servant à la dilution. Ca ne peut pas être de l'eau osmosée et redynamiser avec un système de vortex dans de la céramique enrichie en EM par exemple (Dileka)...

Le RHODORSIL 51 T c'est aussi le FANTOMASK etc. Le seul inconvénient c'est qu'il faut acheter ces produits par 50 ou 60 litres !

Or je peux vous administrer la preuve formelle que le G5 irlandais est toujours fabriqué avec du Rhodorsil 51 T. En effet dans la demande d'agrément pour le monométhylsilanetriol auprès de l'EFSA, il est mentionné une solution de méthylsiliconate de potassium à 47 % et il n'en existe qu'une sur le marché et elle est actuellement fabriquée par Bluestar, une firme chinoise qui a racheté le potentiel de Rhodia une filiale de Rhône Poulenc.

Compte tenu de ce que j'ai constaté sur mes ongles (et mes cheveux) j'ai là ce qui parait bien être une présomption en faveur d'un doute à propos de l'usage du G5 par voie orale. Mais on va m'objecter que je suis "un cas". De toutes façons, je suis conscient que LLR a tellement bourré la tête de ses dupes à propos de son G5 que toute critique risque de passer pour de la pure diffamation. Et les gens qui vouent un culte à LLR ne liront jamais mon livre car ils seraient contraints d'admettre qu'ils se sont fait, osons le mot, "baiser" par un charlatan et un escroc !

Il en va du G5 et assimilé comme des sectes apocalyptiques. Elles font des prédictions catastropgiques et quand les événements leur donnent tort, elles se réfugient dans une forteresse et ça se termine par un suicide collectif. Dans le cas présent des particuliers ne se suicident pas mais il campe sur leur déni tant il est difficile d'admettre que l'on a pu être assez bête pour se laisser tromper.

Ce que je dis au sujet de mes ongles et de mes cheveux va bien sûr être exploité par les vendeurs de silicium d'origine végétale mais dites vous bien qu'il n'existe nulle par de preuves de l'efficacité ou de la parfaite assimilabilité des organo-silicés et si elles existent, je les attends et ne les publierait que si elles sont réellement probantes du point de vue scientifique. Disons pour être plus précis que si les divers produits existants sont en partie assimilables le problème c'est celui de la quantification respective. Or comme je n'ai à ma disposition que des discours marketing je dis que ces discours se situent au niveau du zéro pointé. On cite des articles que personne n'a lu. D'abord il est quasiment impossible de se les procurer et personne n'en a fait publié une critique sérieuse. Or moi qui ai travaillé 7 ans dans une fac occupée à des recherches expérimentales à caractère thérapeutiques je sais ce que valent la plupart des expérimentations financées par les labos !

Donc retenez ceci !

Tous les labos (et je dis sans exception !) qui ont vendu du silicium organique sous forme de méthylsiliconate dilué se sont fait des couilles en or sur le dos de légions d'idiotes et d'idiots et comme il ont vendu cette mixture qui ne coûte que quelques centimes par litre, ce sont non pas à proprement parler des escrocs (car ils respectent les lois) mais des exploiteurs et tous sont à mettre dans le même sac.

Quant à ceux qui commercialisent actuellement de l'acide orthosilicique stabilisé par de la choline, à supposer que cette solution soit meilleure CELA N'EXCUSE PAS LA FAUTE QU'ILS ONT COMMISE ANTERIEUREMENT.

Cela dit je ferais davantage confiance à l'acide orthosilicique qu'au monométhylsilanetriol interdit par l'EFSA pour la voie buvable.

Je mets donc en demeure ces fabriquants de PROUVER par des études scientifiques dignes de foi que leur produit apporte un bénéfice réel et palpable en terme de santé.

Même DUFFAUT qui était loin d'être l'escroc que fut LLR a attribué à son silicium des vertus probablement inexistantes. Je peux vous certifier par exemple que le G5 est inefficace sur les excès de tension par contre le nitrate de potassium (qui est très décrié en raison de sa transormation en nitrites jugés cancérigènes) il est très efficace lui. Maintenant je ne préconise pas d'acheter du salpêtre (E252) mais c'est l'occasion de vous inviter à consulter la note de mon collègue Jacques Valentin sur le sepsis !

http://gestionsante.free.fr/nitrites.htm

Encore un mot à propos des parabens

On s'est polarisé sur ces parabens sans regarder à côté. Le résultat de mes mises en garde c'est que le labo irlandais vient de proposer une version sans parabens. Soit mais il s'y retrouve en disant que sa durée de conservation est limitée mais le prix du produit n'a pas baissé pour autant. S'agissant toujours de Rhodorsil 51 T dilué, ce produit qui ne coûte rien une fois l'équipement du labo amorti coûte toujours aussi cher et l'arnaque continue.

Et ce n'est pas tout ! On s'est focalisé sur les parabens mais croyez vous que les industriels qui annoncent un produit sans paraben se dispensent pour autant d'ajouter un conservateur quelconque ? La nécessité de garantir une date de conservation éloignée s'oppose à l'absence de tout conservateur. Alors je vais vous dire ce qui se passe, les fabriquant honnêtes utilisent du sorbate de potassium bien en deça des quantités autorisées tandis que certains, j'en suis convaincu, doivent rajouter un peu de sulfites car il existe des conservateurs dont la déclaration n'est pas obligatoire sur les étiquettes !

Ben oui ! La réglementation dans le domaine considéré est un tel maquis que bien des mensonges par omission sont possibles ! C'est comme cela et je n'y peux strictement rien.

Je vous rappelle que concernant les fameux OGM un certain % est autorisé sans nécessité de déclaration sur les étiquettes. En d'autre termes la législation actuelle favorise ce qu'il faut bien appeler une FRAUDE car le consommateur est en droit de connaître le détail de tout ce qu'il absorbe. Il existe donc ce que l'on pourrait appeler des moyens de fraude légaux ! N'oubliez jamais cela !

Raison pour laquelle vous comprendrez que je ne puisse rien garantir car je n'ai pas les moyens d'analyser tous les siliciums présents sur le marché car il faudrait y consacrer une fortune. En plus pour analyser un produit il faut savoir ce que l'on cherche, on peut donc tomber à côté si l'on n'a pas su imaginer tous les scénarios possible de "fraude légale". Et dites vous bien qu'aucune société de consommateurs ne peut vous offrir la moindre garantie contre un tel risque devenu omniprésent.

Maintenant il faut être raisonnable et ne pas s'obnhubilier sur le problèmes des additifs, voir la note suivante...

 

 

Quel silicium choisir ? (version corrigée 3ème version 4 à relire)

G5.jpg

G5 ES.jpgVitasil.jpgsilicea.jpgrigolo.gif









Note supprimée ! Cette note a fait naître divers soupçons. Certains ont pensé que j'aurais été subventionné par un ou plusieurs laboratoires. C'est bien mal me connaître et l'autre note que je publie par ailleurs avec sa petite bombe devrait dissiper les soupçons... Et tant pis s'il en résulte un troubler et plus de perplexité encore qu'avant car je suis là pour vous aider à cultiver votre discernement en apprenant à lire les étiquettes pour foutre à la poubelles les arguments marketing que je ne peux pas citer sans mettre en cause directement telle ou telle marque. Je dois aussi vous signaler que certains additifs ne sont pas forcément indiqués sur les étiquettes, les sulfites par exemple puisqu'à ma connaissance il est toujours interdit de mentionner l'absence de sulfites dans le pinard pour ne pas faire de concurrence aux vins industriels qui utilisent massivement ce pseudo concersateur.

D'autre part, j'avais mis en garde les consommateurs contre les allégations manifestement excessives des marchands touchant aux vertus internes du G5 et Cie.

G5 et ongles cassants

Or je viens de constater ceci : j'en consomme depuis 6 mois et mes ongles sont devenus cassants. Je remarque qu'il ne sont pas lisses et qu'ils sont striés dans le sens de la longueur et ont tendance à se fendre! Je ne les ai pas observé avant mais ce dont je suis sûr et même absolument sûr c'est de ne jamais avoir observer le genre de cassure indiquée. C'est du reste extrêmmement gênant.

Mes cheveux non plus ne se sont pas améliorés, se sont-il dégradés ? Je l'ignore mais ils sont devenus excessivement fins et ils blanchissent ce qui est peut-être normal vu l'âge mais en tous les cas ça ne milite pas en faveur de l'absorbsion de monométhylsilane triol comme l'avait préconisé LLR...

Mais je sais ! On va me dire que le silicium que je fabrique pour ma conso personnelle ne vaut rien ! Et je rappelle à toutes fins utilise que je donne la référence et le résumé des principaux brevets existants et je continue d'affirmer que les rares produits à base de monométhylsilanetriol comme disait Duffaut, sont tous fabriqués selon le même protocole : c'est une dilution de RHODORSIL 51T ou de SILRES BS16 de Wacker dans une eau acidifiée et c'est enfantin à faire. La seule difficulté c'est de se procurer ces produits en petites quantités. Pour le SILRES BS16 et bien je me suis démerdé pour obtenir un échantillon de 500 g.

Enfin je rappelle que le but de mon livre était de démontrer l'escroquerie de Le Ribault et à ce propos je viens d'avoir une longue discussion avec le patron d'un laboratoire qui fabrique des produits bio pour le compte de donneurs d'ordre, c'est à dire de vulgaires marchands et bien qu'il savait que LLR n'était pas clair, il ignorait les révélations qui se trouvent dans mon bouquin.

Je ne pousse pas à la vente car les droits d'auteur sont devenus insignifiants mais au lieu d'en rester à mes notes, on ferait bien d'aller voir de près ce livre car cela éviterait des jugements superficiels.

 

06/01/2011

Meilleurs voeux + coup de gueule....

nouvel-an-02.jpgJe viens de recevoir l'email suivant :
 
Bonjour

Etant une lectrice assidue je suis tombée sur votre blog et je ne comprends pas votre acharnement sur le silicium et en particulier le G5 Irlandais ? Pourtant celui-ci m'a soignée de bien des douleurs physiques contrairement aux autres silicium que j'ai aussi essayée, étant une sportive je me soigne avec ce produit qui me satisfait et ce n'est pas placébo comme vous le dites si haut et fort. Et je le recommande à mes amis qui en sont également satisfaits. C'est fou comme le monde peu être méchant et cruel.
 
Bien à vous

Christiane

La réponse :

C'est fou ! Les gens ne savent pas lire ou ils lisent en diagonale tout en projetant leur idées sur ce qui est dit. Voici la réponse donnée

Bonjour,
 
Avez vous lu le livre ?
 
Je ne m'acharne pas sur le silicium G5 ou autre mais sur l'imposture de Le Ribault qui n'a strictement rien inventé ni perfectionné ! Et il me semble que ça n'est plus, par dessus le marché, le sujet principal du blog puisque l'on traite à présent d'un problème de réglementation européenne des plantes médicinales.
Je ne me souviens pas d'avoir emploi le terme de "placebo" quelque part.
 
Quand au silicium je l'utilise surtout sous forme de gel et je fabrique celui que j'utilise et que je donne à des proches ou des amis.C'est ainsi que je fournis un ancien élève de Duffaut qui a dirigé un labo de recherche de 150 personnes ainsi qu'un ex mécène de LLR qui s'est mordu les doigts de l'avoir subventionné avant de découvrir qu'il n'a été qu'un escroc.
 
Or je dis bien qu'il est efficace sur les douleurs en général, je dis même que c'est à ma connaissance le seul domaine où son efficacité peut être mise en relief sans aucune équivoque... Ce qui ne veut pas dire que le G5 liquide ne présente aucun intérêt mais qu'il me semble difficile de le démontrer de façon évidente. Ce que j'ai dit c'est que je ne crois pas que ce G5 puisse soigner ou même guérir toutes les pathologies que LLR a indiquée. Trouvez moi par exemple quelqu'un qui ait été guéri de ses troubles cardio vasculaires par du G5 !

Bien sûr, pour les douleurs, ça ne veut pas dire que ça marche à tous les coups, j'observe des échecs dans la goutte ou les résultats ne sont pas flagrants et le Dissolvurol serait plus efficace avec le massage des parties douloureuses pour casser les cristaux d'acide urique. En revanche j'ai au moins 80% de résultats quand je donne des échantillons de mon silicium pour des douleurs communes, articulaires ou inflammatoires en général si elles sont relativement superficielle. Ca marche sur les tendinites mais ça ne les guérit pas, ca les soulage grandement.
 
Enfin ce que je dis c'est que le silicium sous forme liquide à 35 Euros et + le litre est une momumentale escroquerie. Maintenant s'il vous plait d'absorber des conservateurs iniutiles et toxiques (paraben) avec le silicium irlandais par exemple c'est votre problème. Je connais quelqu'un qui au bout de plusieurs mois de consommation régulière a eu des problèmes de foie et de pancréas qui se sont arrêtés quand il a cessé le produit !
 
Autre chose le problème est que pour le prix le dosage en silicium est ridicule soit si j'ai bonne mémoire 150 mg environ dans le produit irlandais alors que l'on peut faire une solution à 1 ou 1,5 g de silicium élément dans le cas de ce que l'on appelle le monométhylsilanetriol, un nom inventé par Duffaut qui est censé désigné le principe actif qui est en réalisé un composé de potassium.
 
Enfin puisqu'il faut mettre les points sur le i, le G5 est fabriqué à l'aide de Rhodorsil 51T un produit élaboré au départ par Rhône Poulenc et repris par la firme chinoise Blue Star. C'est un produit à 47% de méthylsiliconate de potassium ce qui m'a permis, à partir d'une notice de l'EFFSA d'avoir la preuve formelle que le labo irlandais utilise toujours comme point de départ ce produit industriel. Les autres agissent de même mais s'abstiennent de laisser traîner ce genre d'indice.
En effet dans le document concernant la tentative faite en vue d'obtenir l'autorisation d'utiliser le monométhylsilanetriol comme complément alimentaire, le requérant parle bien d'une solution à 47%. Et il n'en existe qu'une dans le commerce c'est le Rhodorsil 51 T.
 
Ce produit, à l'origine, est destiné à l'imperméabilisation des terres cuites (voyez la notice sur Internet)  et le méthylsiliconate est employé pour empêcher les remontées de salpêtre dans les murs.  La molécule vous pouvez la trouver déclinée en droguerie (Point P par exemple) sous quantité de marques que je pourrais vous indiquer. Mais dans la mesure où l'eau de dilution n'est pas canon, je déconseille de recourir à ces sous produits.
 
Le méthylsiliconate est disponible également sous le nom de SILRES BS16  de Wacker  (50% de méthylsiliconate en solution très limpide au contraire du RHODORSIL qui est jaunasse). Lisez le script du procès de LLR et vous verrez que l'on a bien parlé de RHODORSIL quoique le nom du produit ait été écorché par le transcripteur des débats.
 
Dites vous bien que j'ai un dossier en béton, j'ai tous les brevets (à commencer par ceux de Duffaut et de LLR etc...). Je ne raconte pas de bêtises. Ce qui me tape sur les nerfs c'est les gens qui ont quasiment fait de LLR un héros national en s'imaginant qu'il avait été persécuté à cause du silicium. En réalité le silicium n'a jamais été interdit mais quand le labo de microanalyse de LLR a commencé à faire de mauvaises affaires, cette grande gueule a fait chier et la Gendarmerie et l'Armée en révélant les dessous d'histoires pas claire. Et ç alui est retombé dessus. Dans la vie, il faut éviter de faire le con et de mordre la main des gens qui vous ont fait bouffer quand il se trouve qu'ils sont puissants. De toutes façons si la Gendarmerie a ouvert ses propres labos, c'est aussi parce que LLR a chié dans la colle en surfacturant ses prestations. Par dessus le marché certaines de ses expertises se sont avérée foireuses (Affaire Chanal et Cie).
 
Maintenant si vous voulez payer une fortune pour boire quelques mg de silicium, là encore cela vous regarde mais avant de vous plaindre de ce que j'ai énoncé, commencez par lire ce que j'ai réellement écrit ! Cela dit vous avez des excuses car les informations ne vous ont pas été données en bloc, il faut recouper ce qui a été dit sur le blog et dans le livre. Il y a des choses que je devais laisser deviner. Mais lisez le livre si vous ne l'avez pas déjà fait, vous verrez que c'est très instructif.
Oui le G5 est vendu beaucoup trop cher. Il ne coûte rien à fabriquer mais les normes, la communication, le personnel ca coûte très cher. Mais là c'est trop. Et la nouvelle formule de silicium buvable stabilisé par de la choline est tout de même plus avantageuse.
 
Si ça continue je vais proposer à la vente des Dosettes de méthylsiliconate de potassium avec le mode d'emploi. Et je vous assure que c'est enfantin. Vous mettez 1 g. d'acide citrique dans un litre d'eau distillée, vous ajoutez 6 ml de méthylsiliconate, vous remuez et vous corrigez le pH avec de l'acide citrique pour descendre le liquide à un pH compris entre 5 et 6. Coût de l'opération 1 pHmètre (15 Euros sur Ebay). Les réactifs papier ne sont pas très précis.
 
Pour le gel vous mettez dans un saladier 1 litre d'eau distillée. Vous répandez dessus 10 g de Carbopol adéquat acheté chez le pharmacien, une fois qu'il est bien humecté, vous mélangez avec un fouet, vous injectez vos huiles essentielles, vous fouettez, vous injectez lentement les 6ml de méthylmachin, vous fouettez encore et vous mettez en pots.
 
Si vous voulez un gel plus "écolo" vous pouvez utiliser de l'alginate de calcium qui sert dans la cuisine moléculaire. C'est un peu plus délicat à fabriquer. Mais enfin les formules de gel du commerce on recours à des produits qui ne sont pas "bio". Ce qui ne veut pas dire qu'ils soient toxiques. Lisez les étiquettes...
 
D'une manière générale, y en a marre avec les compléments alimentaires à l'européenne où il faut multiplier les doses par 4 à 10 pour avoir des résultats ce qui coûte une fortune. C'est vraiment un scandale intolérable !
 
Mais encore une fois si vous voulez jeter votre argent par les fenêtres cela vous regarde.
 
Que ceci ne m'empêche point de vous adresser mes voeux
 

JDM

Ces voeux j'invite tous mes lecteurs à les agréer : santé, énergie et prospérité, voeux hélas aussi sincère que probablement inefficaces...

Les produits Metzger n'existent pas !

Sur ce ma correspondante me demande où trouver mes produits. Et bien je ne vends rien ! C'est simple !

25/11/2010

Loïc le Ribault et le G5 - L'aventure du silicium organique

LLR & G 5 argu_2010-07-08-17-46-54-265_Page_1_Image_0001.jpgEst paru  en octobre 2010, aux Editions Ambre, l'ouvrage intitulé Loïc le Ribault et le G5, l'aventure du Silicium Organique de Jean-Daniel Metzger. Ce livre contenant des révélations totalement inédites sur le rôle réél de Loïc le Ribault dans la genèse du fameux "G5" ne manquera pas de causer un choc dans les rangs des fans inconditionnels de ce personnage.

Table des matières

Vous pouvez consulter le détail de la table des matières du livre :

http://silicium.blogspirit.com/files/LLR%20%26%20G%205.pdf

Pour commander le livre :

http://www.editionsambre.com/fiche.php?id=369&id_cate...

Rappelons les grandes lignes de l'histoire...

Norbert Duffaut (1923-1993), professeur de chimie organique à l’Université de Bordeaux, trouve, en 1959, le moyen d’utiliser le silicium à des fins thérapeutiques. Il fait alors breveter un procédé permettant la dilution de composés organo-silicés et baptise le composé obtenu monométhylsilanetriol.

En 1993, quasiment ruiné, Duffaut constate que tout le monde s’est enrichi avec sa découverte sauf lui. En 1982, Duffaut avait rencontré, lors d’une exposition, un certain Loïc Le Ribault. Le Ribault décidera d’exploiter la découverte de Duffaut. En 1995, il lance, à Biganos, ce qu’il appellera plus tard sa “bombe G5”. Usant de nombreux mensonges, Le Ribault, a réussi à persuader ses dupes qu’il aurait en quelque sorte amélioré les composés mis au point par Duffaut.


Loïc le Ribault, parasite de Duffaut et grand arnaqueur devant l'Eternel


Le Ribault s'est borné a multiplier par un facteur 12 le prix de l'ancien "DNR" de Duffaut quand ce dernier ne le donnait pas gratuitement, ce qui était fréquemment le cas ! Nous payons donc très cher la popularisation d'un produit demeuré jusqu'alors d'un usage très confidentiel quoique éminemment précieux à certains égards.

Non seulement Le Ribault s'est borné, en tout et pour tout à populariser et surtout à exploiter les travaux de Duffaut mais sa gestion du C.A.R.M.E., le fameux laboratoire de micro-analyse par microscopie électronique aura été le théâtre d'assez nombreuses malversations portant sur un trafic d'actions de la société qui fut finalement reprise par un jeune golden boy grand organisateur de soirées à Ibiza.

Une mort mystérieuse...

En juin 2007, Le Ribault décède dans des conditions fort mystérieuses lors d'une chimiothérapie à l'hopital de Dinan mais le mythe qu’il a créé de toutes pièces lui a survécu grâce à la cécité ambiante. Ce livre a donc pour but de détruire un certain nombre de fantasmes par la publication de faits et de documents et de recoupements qui vont s'avérer absolument irréfutables !

Concernant les conditions du décès de Le Ribault, la thèse qui prévaut est celle d'un assassinat fomenté par des ennemis bien placés dans les rouages de l'Etat français. L'auteur en démontre la fausseté manifeste et propose en échange deux ou trois solutions dont la plus vraisemblable présente un caractère des plus édifiants...

Une enquête soignée et très documentée

L’auteur, alors qu'il allait boucler son manuscrit a hérité d'une partie des archives de Loïc le Ribault, et de dossiers et de coupures de presse de l'époque annotés de sa propre main. Il a pu ainsi éclairer d'un jour nouveau une sombre histoire de trafics et d'expertise de tableaux de maîtres à laquelle on n'avait rien compris...


Absence de complot au détriment du silicium organique


Le livre à paraître démontre, et c'est capital, que les ennuis judiciaires qu'a connus Le Ribault (et la longue cavale qui en est découlée) n'ont strictement rien à voir avec le silicium organique. Si cette "grande gueule" s'est fait des ennemis du côté du Ministère de l'Intérieur et de la Gendarmerie, c'est tout simplement parce qu'il s'est mêlé de certaines "affaires d'Etat". En d'autres termes, le lobby pharmaceutique n'a joué aucun rôle dans les poursuites engagées contre le célèbre expert qui avait tout intérêt à convaincre ses dupes d'un complot contre son "G5"...
Quant à certains de ses expertises, notamment dans l'Affaire Chanal et celle célèbre berger en butte à des chasseurs de l'arrière pays mentonnais, elles ne furent pas exemptes de tout soupçon...

En dépit des révélations à paraitre, tout ne sera pas résolu pour autant car la santé humaine à toujours contre elle deux ennemis complémentaires, savoir ce fameux lobby pharmaceutique et celui des “compléments alimentaires”. Ils ont en commun de ne s’intéresser principalement qu'au porte-monnaie des consommateurs.

Quoiqu’il en soit, il faut espérer que les révélations de ce livre inciteront ses lecteurs à faire la sélection qui s’impose parmi les nombreuses offres du marché à base de silicium organique. La multitude des offres à ce propos aurait du suffire, dès le départ, à démontrer l'absence de toute véritable coalition contre la fameuse "panacée"...

Actualité du silicium : invitation à boire un "cosmétique"

A noter qu'en annonçant la mort de Luc Verardo, qui dirigeait le laboratoire irlandais du G5, Christian Cotten écrit ceci :

À ma connaissance, aucun autre laboratoire européen ne fabrique de produit identique à base de monosméthylsilanetriol, la molécule qui a fait la notoriété et la réputation du Silicium Organique G5, qui reste à ce jour le produit qui fait l'objet du plus grand nombre de recherches et publications scientifiques. Aucun autre laboratoire européen ne peut revendiquer savoir produire un Silicium Organique G5 qui serait équivalent au produit d'origine, le G5 d'Irlande, exclusivement fabriqué par le laboratoire LLR-G5 Ltd fondé en 99 par Loïc Le Ribault et Luc Vérardo.

Je me demande comment on peut publier pareilles contre-vérités : non seulement les laboratoires produisant du monométhylsilanetriol sont légion et ils procèdent tous à partir du même produit industriel qui se vend par bidon de 25 ou 200 kilos.

Depuis le 1er janvier 2010, la molécule est interdite par l'EFSA en tant que complément alimentaire et certains en sont réduits à inciter leur clients à boire un ... cosmétique....

Notons que la plupart des fabriquants on opté pour un complément alimentaire soit à base de silicium d'origine végétale soit pour l'acide orthosilicique au lieu de CH3 Si OH3... Ce qui a incité Christian Cotten à écrire ceci dans une circulaire du 25 janvier 2010 :

À l'aimable attention des utilisateurs de Silicium Organique G5


Le Complément Alimentaire Silicium Organique G5 liquide n'est plus !

Vive le Silicium Organique G5, le premier cosmétique buvable, qui vous embellit l'extérieur par l'intérieur !


Nos lecteurs et clients l'auront compris : le MonoMéthylSilaneTriol, la molécule active du Silicium Organique G5, utilisée sous différentes formes pour de nombreux produits, ne peut plus être utilisée pour un Complément Alimentaire, depuis le 31 décembre 2009.

Le laboratoire LLR G5 Ltd, en accord avec les autorités sanitaires européennes, va donc fournir à celles-ci, sous douze à dix-huit mois, les études nécessaires et utiles pour démontrer que le Silicium Organique G5 est bien un Complément Alimentaire à part entière.

Et donc, pour cette période limitée dans le temps, le G5 liquide devient... un Cosmétique, tout comme le Gel, considéré comme cosmétique depuis de nombreuses années déjà.

Que nos clients inquiets de ne plus pouvoir se fournir aisément en G5 liquide se rassurent donc : la rumeur publique le tenait depuis quelques semaines pour "interdit à la vente". Il n'en est rien : mais les étiquettes vont devoir changer et les distributeurs ne pourront plus mettre en évidence les bénéfices du G5 liquide comme Complément Alimentaire...

Mais nous avons tous bien entendu la liberté de boire aussi un Cosmétique...


La fabrication et la distribution du G5 se poursuivent donc sans interruption et sans changement, les qualités du produit et les procédés de fabrication restent strictement identiques, seule l'étiquette des bouteilles qui nous arriveront d'Irlande dans les prochaines semaines va devoir changer.

Nous tenons à remercier tous nos clients de leur confiance.

Restant à votre disposition pour toute précision utile,

Bien à vous et belle santé pour 2010 !

Christian Cotten,
gérant EDCAE


Deux morts très symboliques

Enfin et quoi qu'il en soit cette fameuse "panacée" s'est avéré totalement inopérante quand à guérir Le Ribault de son cancer de la langue (ça ne s'invente pas !) et elle ne s'est pas montré plus active sur le lymphome* qui a eu raison de son compagnon et co-fondateur du labo irlandais. A ce propos, il n'est pas impossible que le livre à paraître, dont Verardo à reçu une version ancienne du manuscrit ait hâté sa fin. On notera qu'il s'était empressé de gommer, sur son propre site, toute allusion au rôle de Loïc le Ribault.

D'après une note à usage restreint de Cottent datée du 25 juin dernier, Luc Vérardo est décédé dimanche soir 20 juin d'un lymphome avec lequel il se battait depuis plusieurs mois, à l'âge de 48 ans.

Je ne pense pas que le fait d'avoir bu du méthylsiliconate de potassium à dose quasi homéopathique soit la cause de ce lymphome mais une fois de plus on constate qu'il ne protège pas contre les cancers....

L'avenir du silicium organique

On espère que cette mise au point salutaire incitera les médecins et surtout les particuliers à reconsidérer l’intérêt du silicium de façon plus objective.

Soyons clair : si Loïc le Ribault n'a fait qu'exploiter jusqu'à la corde une "recette" de Duffaut sans l'améliorer en rien, le silicium organique, notamment sous la forme de gel est un produit efficace contre les douleurs articulaires et les brûlures en particulier. L'auteur du livre, non seulement a percé tous les secrets de sa fabrication (et il donne des indications à ce sujet...) mais il l'a testé et obtenu 70 à 80 % de résultat sur ces indications. Ceci demeure un point positif, néanmoins toutes les autres indications fournies par Le Ribault sont très largement sujettes à caution. Le silicium organique ne saurait être pas un "remède miracle" !

Nul doute que l'on n'a pas fini de parler de silicium organique et que ce livre va faire des heureux !


Dernières nouvelles

Soit en passant, Silicium Espana continue de se prévaloir de la caution de Le Ribault tout en précisant que son nouveau G5 est adapté à la nouvelle réglementation européenne car ce Nouveau G5 buvable est obtenu à partir de la Silice naturelle extraite de la Prèle des champs (Equisetum arvense) et de l'acide silicique.

On se fout vraiment du monde mais il est vrai que l'on se demande parfois si les gens savent lire et décrypter une pub...

ISBN 978-2-940430-29-1, broché, format 15 x 24, 160 pages,.17 €/28 CHF

25/08/2010

Affirmations mensongères

Je viens de recevoir de Christian Cotten une circulaire contennat les affirmation suivantes:

Distribution du Silicium G5 en France : contrairement aux rumeurs qui courent sur Internet ou ailleurs, le Silicium Organique G5 reste tout à fait autorisé en France et en Europe, en tant que cosmétique et ce, sans aucun changement dans sa formulation et ses procédés de fabrication.

EXACT: le monométhylsilanetriol (CH3 Si OH3) ne peut plus être vendu en tant que solution buvable (complément alimentaire) et Cotten recommande de boire un "cosmétique". Curieusement et aux dernières nouvelles Dieti-Natura propose toujours à boire du monométhylsilanetriol.

Suite aux études scientifiques en cours demandées par les autorités européennes au laboratoire LLR-G5 Ltd, le G5 devrait retrouver son statut de "Complément Alimentaire" dans quelques mois.

DOUTEUX : L'EFFSA n'a pas réclamer quoique ce soit, c'est à un éventuel pétitionnaire de fournir les preuves d'innocuité et d'assimilation d'une molécule afin d'obtenir son inscription dans la liste européennes. Mais si un laboratoire obtenait ajout à la liste tous les producteurs en bénéficieraient... Je doute que le problème puisse être résolu dans "quelques mois". Le seul labo possédant le recul suffisant pour produire les garanties exigées est Exsimol à Monaco. Le fera t-il ?

Les autorités compétentes nous ont demandé quelques changements dans l'étiquettage, qui seront mis en oeuvre prochainement, en nous confirmant que le produit restait tout à fait autorisé en tant que cosmétique, ce qui ne change strictement rien à l'usage que chacun peut en faire.

POSSIBLE : Mais quand les emballages auront été modifiés, les clients vont-ils accepter indéfiniment de boire un "cosmétique" sans se poser de question.

Aucun autre laboratoire européen ne fabrique de produit identique à base de monosméthylsilanetriol, la molécule qui a fait la notoriété et la réputation du Silicium Organique G5,

ARCHIFAUX : 36000 laboratoires fabriquent du "G5" parfaitement identique au produit irlandais au dosage près, le plus souvent avec parabens et conservateurs. Ces ajouts sont inutiles et indésirables. Je fabrique mon propre "G5" depuis plusieurs mois et il se conserve parfaitement et sans dépôt à une concentration légèrement supérieure à 1 g. de silicium élément par litre.

Le procédé de fabrication est ultra simple, il est indiqué d'une façon relativement cryptée dans mon livre à paraître mais si ça continue je vais publier un fac simile du procédé indiqué par Le Ribault dans un document conservé dans des archives que LLR a laissées chez un certain Jacques Declercq. C'est une recette pour 150 litres de mélange qui n'as rien de sorcier ! La matière première est un produit industriel qui se vend par 25 kg et sert à imperméabiliser les terres cuites (briques, tuiles etc...). Elle se trouve être déclinée dans une infinité de produits que l'on trouve en droguerie sous une forme plus ou moins diluée. Si j'étais sûr que l'eau utilisée pour la dilution répond à certain critères de pureté, je ne manquerais pas d'en donner la liste.

MORALITE : Si vous voulez acheter du silicium organique exigez pour le moins l'absence totale de parabens et de conservateurs ainsi que le dosage en silicium. Rien que cela suffit à éliminer le "G5" irlandais en raison de la présence de parabens. A noter également que la concentration en silicium élément est ridicule.

Le "G5" irlandais ne contient que 115 mg de silicium élément par litre. On se fout du monde, un bon pinard peut en contenir autant. Ca fait cher pour de l'eau minérale !

qui reste à ce jour le produit qui fait l'objet du plus grand nombre de recherches et publications scientifiques.

ARCHIFAUX : Où sont-elles ces études. On demande des références car à supposer que Verardot se soit abouché avec une université anglaise pour ces études elles n'ont jamais été publiées nulle part. Aucun laboratoire en fait n'a publié quoique ce soit pour la simple raison qu'une avancée dans ce domaine serait plus ou moins confisquée par tous les conccurents vendant du silicium organique.

Aucun autre laboratoire européen ne peut revendiquer savoir produire un Silicium Organique G5 qui serait équivalent au produit d'origine, le G5 d'Irlande, exclusivement fabriqué par le laboratoire LLR-G5 Ltd fondé en 99 par Loïc Le Ribault et Luc Vérardo.

ARCHIFAUX : Encore une fois c'est un mensonge éhonté ! Le Ribault n'a jamais amélioré la formule de Duffaut consistant à diluer du méthylsiliconate de potassium dans une eau légèrement acidulée avec de l'acide citrique et/ou de l'acide phosphorique. Pour obtenir 1 litre de "G5" irlandais il suffit d'environ 1 ml d'une solution de méthylsiliconate à 47%. Le cours du produit de base ces dernières années était au sortir de l'usine d'à peine plus de 2 €uros le kilo. Et avec 1 kilo on fait presque 1000 litres de "G5" !

Conclusion : Il faut arrêter de se foutre du monde avec cette arnaque monumentale ! Le silicium organique est efficace dans certains limites mais sont exploitation est sans doute l'un des commerces le splus juteux existant au monde...

09/07/2010

Défaite judiciaire de LLRG5 ltd au profit de Silicium Espana

Un article du blog des Editions Trédaniel relate une action judiciaire désespérée du laboratoire iralandais du défunt Vérardo contre la société espagnole. Voir :

http://editions-tredaniel.com/blog/index.php?post/2010/06...

Je cite : Le fait est prouvéque la société Silicium España est propriété de la marque déposée SILICIUM G5 en France et dans toute l'Europe et a une autorisation exclusive pour utiliser les marques Loïc Le Ribault et LLRG5 et que par conséquent, les sociétés LLRG5 ltd, Bioticas et Edcae agissent en fraude de la loi."

Soit les droits de la société espagnole, bénéficiaire d'un dépôt de marque et d'un contrat en bonne et due forme signé par Le Ribault et confirmé par les héritiers, ne change rien au fait que tout le monde peut faire du "G5" et qu'à la rigueur seules les marques réellement déposées sont protégées. Quant aux brevets censés correspondre à la prétendue amélioration du "DNR" de Duffaut, ils demeurent inexistants.

Rien donc de nouveau sous le soleil. Le choix de Le Ribault est confirmé et soit dit en passant le labo irlandais continue de vendre sa camelote sans que personne ne puisse objecter quoique ce soit...

Quoiqu'il en soit le fait de pouvoir se recommander de l'héritage de Le Ribault va devenir un handicap si le livre annoncé parvenait conquérir un large public !

<script type="text/javascript">

var _gaq = _gaq || [];
_gaq.push(['_setAccount', 'UA-19830813-3']);
_gaq.push(['_trackPageview']);

(function() {
var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true;
ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js';
var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s);
})();

</script>