Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2013

"Science et Avenir" joue les inquisiteurs !

sciences_et_avenir_web.jpgJe reproduit ci-après un mail de mon collègue Jacques Valentin et vous invite à consulter sa nouvelle page.

Chers lecteurs de *Gestion Santé*,

Un nouvel article a été ajouté au site.

Bonne lecture !*

 

Attaques virulentes de Sciences et Avenir contre la place des sciences humaines à la faculté d'Angers et contre l'introduction des médecines complémentaires en milieu hospitalier**

*Science et Avenir* est une revue de vulgarisation scientifique française qui tente de survivre dans un environnement très concurrentiel. Personnellement je préfère, dans le domaine généraliste de la vulgarisation scientifique, lire de temps en temps *Sciences et Vie* que je trouve plus complet, qui fouille plus les sujets et dont les illustrations scientifiques sont souvent remarquables.

Certains dossiers de *Science et Avenir* peuvent cependant être intéressants, les revues de vulgarisation traitant souvent des thèmes différents et chaque revue a ses avantages et ses inconvénients et cherche à s'adresser à un public spécifique.  *Science et Avenir *a malheureusement adopté depuis quelques temps un positionnement assez déplaisant, avec des dossiers d'enquêtes qui se situent entre la revue de consommateur, le cours de catéchisme scientiste et l'appel à la répression étatique sur différents sujets de société, en particulier la santé, où elle croit devoir nous imposer ses points de vue. Avec une telle approche il ne faut pas s'étonner que la revue maltraite plus souvent ces sujets qu'elle ne les traite, lorsqu'elle se lance ainsi dans du journalisme qui se prétend d’investigation et qui se révèle être d’un niveau souvent médiocre et en outre très mal mis en perspective.

En France, on préfère de longue date, dans la presse, fixer des interdits et nourrir des préjugés plutôt que d'encourager le développement d'une intelligence critique chez le lecteur, ce qui nécessite de s'appuyer sur une véritable interdisciplinarité, seule en mesure de mettre vraiment en perspective les questions de société que l'on présente. Malheureusement, l'époque est au conformisme, dans un climat de réaction politique qui domine depuis plus de deux décennies en France. *Sciences et Avenir *qui fait partie du *groupe de presse Perdriel*<http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Perdriel> (qui comprend le Nouvel Observateur) participe comme les autres titres du groupe à la diffusion d'un prêt à penser très formaté. Le fait qu'il s'agisse d'une revue de vulgarisation scientifique n'y change hélas pas grand chose. Le conformisme de la presse explique aussi que les pseudo scoops de * Sciences et Avenir *bénéficient souvent de relais complaisants dans d'autres titres de la presse française.

C’est dans ce contexte que* Sciences et Avenir* (novembre 2012) a proposé un dossier « *Quand les charlatans ont leurs entrées à l'hôpital*

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/decryptage/20121024.OBS6821/exclusif-des-sectes-dans-les-hopitaux-et-les-universites-en-france.html

(le titre internet de la page étant "exclusif-des-sectes-dans-les-hopitaux-et-les-universites-en-france"), qui est une tentative particulièrement agressive de la revue pour bloquer l’arrivée des médecines complémentaires à l'hôpital.

Lire la suite

 

Jacques Valentin

http://gestionsante.free.fr

*Gestion Santé : Depuis plus de 10 ans une information indépendante

et sans conflit d'intérêt au service de votre santé *

La MIVILUDE à raté son "immunité juridictionnelle"...

miviludes-163x127.jpegCette mission ministérielle dépendant du Premier Ministre avait envisagé de se doter d'une "immunité juridictionnelle" afin d'empêcher tout procès en diffamation. ERt l'on sait qu'elle s'occupe énormément de veiller à ce que notre médecine reste fidèle à l'orthodoxie acédémique en vogue...

Voir http://www.senat.fr/leg/ppl12-233.html

Hélas deux "mouvements sectaires" venaient de gagner en justice contre la France pour violation de la liberté de pensée, de conscience et de religion au point d'avoir obtenu la possibilité de se faire rembourser des sommes colossales prélevées par le Fisc qui n'avait pas voulu reconnaître leur qualité de congrégation religieuse. C'est là que réside la véritable raison du retrait du projet...

En plus on apprend que le nouveau président nommé par Hollande avait fait passer ses émoluments de 1800€ à 4000€.

Voir http://www.comptes-publics.fr/2013/01/23/miviludes-vers-u...

Mais quant au pourquoi du retrait de la proposition de oi on n'est pas très clair du côté du Sénat.

http://www.paristribune.info/Miviludes-une-proposition-de...

Est-ce partie remise ?

Si oui ça coïncera parce que les gens de la secte appelée "Milivude" n'ont pas le statut de magistrats et ne constituent pas une cour de Justice de sorte que la Cour européenne serait en mesure de condamner cette dérive si le projet venait à être ressorti. 

06/11/2012

Renaissance de l'Inquisition : après les Milivudes une commission sénatoriale pour suivre l'influence des "dérives sectaires" dans le domaine de la médecine : décryptage...

senat-palais-du-luxembourg_96.jpg(10 octobre de l'an fatidique 2012) Le Sénat constitue une commission d’enquête sur les mouvements sectaires dans le domaine de la santé

Objectif : Le développement de pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique sans fondement scientifique ou encore de prises en charge psychologiques hors du cadre psychothérapeutique pose aujourd'hui une réelle question de santé publique encore mal connue, qu'il importe d'évaluer. Au-delà du risque pour la santé, toutes ces pratiques ne sont pas sectaires, mais elles sont une véritable porte d'entrée pour les mouvements sectaires.

Il est précisé que : Les commissions d'enquête disposent de moyens plus contraignants que les missions d'information.

http://www.senat.fr/espace_presse/actualites/201210/le_se...

J'ai appris cette innovation par Dominique Bourdin. Dans la mesure où il s'était un peu plaint de mon article je lui avait répondu par mail et n'obtenant pas de retour je lui ai téléphoné. En fait il n'a pas reçu mon mail (??) et c'est lui qui m'a appris que cette docte assemblée aurait cité son entreprise comme l'exemple même de ce à quoi il s'agit de faire la chasse.

Mécanisme de cette nouvelle inquisition

Deux objectifs sont clairement visés :

  1. Dénoncer comme commerce sectaire toute pratique à visée thérapeutique non estampillée par la médecine académie donc non revêtue d'un aura "scientifique". Je dis bien "aura" car en fait de "fondements", ils sont dans certains cas discutables et l'on peut relever des pratiques empiriques dont le mécanisme d'action est loin d'être expliqué.
  2. Faire la guerre et interdire à terme toute prise en charge psychologique hors d'un cadre psychothérapeutique encadré par la loi.

Si vous n'êtes pas devenus complètement "bouchés" par l'atmosphère ambiante de bourrage de crâne à base de culpabilisation sur la base d'un climat d'intimidation rampante vous allez vite comprendre. 

Les groupements associatifs d'aide souvent purement morale sont là pour pallier à la démission des curés qui, sous prétexte de "nouvelle évangélisation" sont occupés par leur appareil a une activité appelée "réunionite aiguë" de sorte qu'ils n'ont plus le temps (et ça les arrange bien) de s'occuper de leur ministère spirituel. Il délègue en général des avatars de ces anciennes "dames patronesses" quand ils ne se munissent pas out simplement d'un répondeur étant précisé qu'ils ne rappellent presque jamais.

Comprenez bien que sous prétexte de dérive sectaire, il s'agit de persécuter tout groupement qui professerait des vues non consensuelles sur les sujet évoqués.

Un crime contre la liberté d'expression et la liberté de choix thérapeutique

La médecine acdémique étant de plus en plus décriée, les gens cherchent ailleurs. Plutôt que de reprendre certaines avancées alternatives et de les inclure dans le giron des pratiques académiques et parce que le lobby pharmaceutique exerce un contrôle quasi absolu sur les protocoles en vigueur, plutôt que d'être obliger de confesser sa quasi nullité dans bien des domaines la médecine académique a recours à ce genre de moyens pour éviter de complètement perdre la face et conserver son fromage.

C'est tout simplement infect et odieux et il est à prévoir que cette commission va se heurter à des résistances de plus en plus vives et même à des procès car ses objectifs, quoique présentés sous l'auspice de bons sentiments, à savoir de protéger le consommateur, sont en contradiction avec plusieurs droits fondamentaux.

J'ajoute encore une fois que la France qui peut postuler comme étant la terre d'élection de la SORCELLERIE MEDIATIQUE vient de verser dans un nouveau travers inconnu ailleurs. Une telle chose n'est pas concevable dans les pays de droit anglo-saxon et même dans les pays de droit romain comme l'Allemagne on n'en n'est pas arrivé à un tel niveau de contrôle inquisitorial du citoyen.

De la sorcellerie médiatique à la SORCELLERIE PARLEMENTAIRE !

Dans la mesure où personne peut être dupe de ce que les objectifs n'ont rien d'altruiste mais qu'ils visent à renforcer l'action des juridictions ordinales, cette anomalie scandaleuse hérité du régime honni de Vichy, on peut bien parler de SORCELLERIE dans la mesure où cette nouvelle commission compte bien exercer sa funeste influence en répandant la peur à l'aide de rituels secrets (des délibérations occultes réservée à des membres choisis d'une élite revêtue d'une sorte d'immunité régalienne).

Il ne faut pas oublier en effet que nous sommes dans un diomaine parajudiciaire et qu'il n'existe aucune définition légale de ce qu'est une dérive sectaire. La dérive sectaire ça n'existe pas dans notre Code Pénal, il y a dans sa nouvelle version des choses qui émanent de tarés assez pervers mais on n'en est pas encore arrivé jusque là. Ce qui revient à dire que cette commission n'a strictement aucune autorité.

Une justice paralysée

Je récuse tout parlementaire comme faisant partie d'une race de parasites grassement payés dont le propre est, au moins pour l'immense majorité d'entre eux, d'être incompétents dans la matière dont il s'occupe. On devrait poser pour le moins comme condition que celle minimale pour avoir un siège à l'Assemblée ou au Sénat c'est d'être au moins licencié si ce n'est Docteur en droit !

MM. les juges qui ont à faire avec la multiplication de lois et de décrets souvent inapplicables seraient les premiers à s'en féliciter. Je les plains sincèrement et je ne voudrais pas être à leur place car qu'il s'agissent d'eux ou des policiers ils sont souvent paralysés dans leur action.

N'oublions pas qu'il y a de cela une cinquantaine d'année tout chef lieu de canton avait son juge de pays. On pouvait solutionner sur place les menus litiges. A présent du fait de la suppression d'un bon nombre de tribunaux d'Instance il faut parfois faire des centaines de kilomètres pour obtenir justice au delà de délais insupportables.

Donc renforcement d'un côté des procédures inquisitoriales visant à faire rentrer les citoyen dans un moule afin de permettre à toutes sortes de pompes à fric de les tondre (en les empoisonnant éventuellement par des "génériques" merdiques) et de l'autre une justice saturée.

Faisons notre contrôle citoyen nous mêmes !

Il existe des abus, je suis le premier à les dénoncer. On ne peut sûrement pas me reprocher de faire de la pub à certaines approches "alternatives" puisque j'en signale les dessous. Il y a beaucoup à faire et c'est à nous citoyens de nous charger de faire notre propre police dans ce domaine. Enfin on ne peut pas protéger les gens qui sont prédisposées à être des victimes ou alors il faudrait commencer par leur apparendre à l'école à exercer leur discernement. La "science" toute puissante y prétends mais elle ne connaît dans ce domaines que ses sacro saintes statitisques manipulatoires. Je ne me torche même pas le cul avec car le papier imprimé c'est cancérigène.

Et puisque l'on parle de statistiques le pourcentage non pas de guérison du cancer à 5 ans mais d'absence d'issue non létale serait compris entre 2,2 à 2,5%. En d'autres termes il est pour ainsi dire nul avec les méthodes académiques. Evidemment comme la chimo coûte une fortune, on commence à laisser un peu plus tranquille les vieux en estimant qu'il est plus sage de ne pas leur pourrir la vie en voulant repousser l'échéance de quelques mois ou misérables années. Alors on juge au cas par cas, mais notons que ce n'est pas par charité ni compassion mais parce que le système est ruiné !

La vie est une maladie sexuellement transmissible qui se termine souvent assez mal 

N'oublions pas cette grande vérité ! Optons pour la prévention et dans ce domaine les avancées sont certaines !