Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2018

Extracteurs, cures de jus frais et jus fermentés, "chèvre" et "Crazy Goat", remarques diverses

J'ai déjà évoque la vogue des jus frais obtenus grâce à des extracteurs vendus souvent très chers.

A propos de la vogue des extracteurs

diabète.jpgJe résume mon opinion à ce sujet : je ne vois pas l'utilité d'investir plusieurs centaines d'Euros dans un extracteur pour des fruits tels que fraises, groseilles, framboises et autres en rejetant la pulpe car ces fruits se mâchent aisément.

Concernant certaines légumes verts, il est possible que ces cures présentent un intérêt, notamment en cas de diabète. Sauf que la consultation du livre du Dr Cousens, Guérir le diabète en 21 jours me laisse perplexe car il évoque des cures faisant appel à 6 litre de jus par jour ! 

Sinon, chez des auteurs et intervenants plus classiques, les quantités recommandées varient de 4 litres à 1/2 litre par jour. Mais personne, absolument personne ne nous indique le rendement en jus des divers fruits et légumes utilisés. Cherchez l'erreur !!!!

Je ne parle pas des problèmes d'approvisionnement, de conservation et de prix de revient pour un résultat, dans le diabète, qui reste à évaluer.

Dans le cas du diabète de type 2, appelé diabète gras, il est clair que le problème consiste d'abord à maigrir et à empêcher la prise de poids car l'accumulation de graisse entraîne une résistance à l'insuline, voire une stéatose. Le problème est assez compliqué car les régimes amaigrissants ne marchent jamais de façon durable. Si donc les cures de jus ont un effet sensible, le risque est qu'il soit très temporaire.

Le Dr Cousens est en prise avec le mythe d'un régime essénien, donc végétarien, voire végétalien et se profile derrière sa campagne l'ombre maléfique du véganisme et de ses excès contemporains en matière de prétendu défense des animaux et de ses arrières plans prétendus "spirituels". D'autre part, j'ai noté que dans son livre on ne trouve pas d'indications précises  sur la manière de conduire une cure mais qu'en revanche, il s'agit d'une publicité à peine déguisée pour des stages, sans doute excessivement coûteux avec pas ou peu de possibilité sur place.

A propos du régime des diabétiques

La seule chose dont je sois sûr c'est que pour maigrir, il ne faut pas manger après 17/18 heures et si possible n'absorber qu'un potage de légumes vers sans source d'hydrate de carbone (patates, haricots et Cie). Je sais d'autre part, pour l'avoir constaté chez un proche que le régime cétogène peut provoquer une hausse de la glycémie car on oublie que le foie est équipé d'une fonction dite "glycogène", ce que personne n'a jamais signalé. En revanche, j'ai pu constater que le jeûne intégral sur une semaine de pratique n'a pas eu cet inconvénient ! On sait d'autre part, que les opérations dites bariatriques (tel l'anneau sur l'estomac) ont considérablement amélioré des patients diabétiques.

Il s'ensuit que le moyen terme entre ces diverses extrêmes n'est pas évident à définir sauf qu'à un régime équilibré (avec dosage des fructosamines avant et après 3 à 4 semaines de mise en place d'un régime ou d'un traitement, plus surveillance de la glycémie, à jeun et après des repas) on peut ajouter la Metformine (Stagid), l'extrait de cannelle, la berbérine et diverses combinaisons de remèdes naturels. Il est à noter que j'ai vu sortir Lampsana Communis dans un cas de résistance à l'insuline et stéatose diffuse dans un bilan du CEIA comme indiqué par le Wikiphyto pour cette plante assez peu connue. Il est à noter également que selon une recherche niçoise, le GABA serait efficace pour régénérer les cellules du pancréas.

Donc méfiance à l'égard de tous les régimes extrêmes portant, plus ou moins en arrière plans, des visées prétendument spirituelles. Il faut rappeler que la privation alimentaire et sensoriellessont à la base de toutes sortes d'entreprises de contrôle mental et cela se voit clairement au travers des phénomènes sectaires les plus haïssables. Un dignaire nazi disait que lorsqu'il entendait le mot "culture", il dégainait son révolver et bien en ce qui me concerne, j'ai tendance à brandir celui que je n'ai point lorsqu'on me bassine avec des histoires de "spiritualité". Les guerres dites "de religion" ont été les plus meurtrières et elles ont souvent servi à couvrir des intérêts parmi les plus grossièrement matériels, alors basta de ces endoctrinements !

Extracteurs ou pressoirs

pressoir.jpgLes extracteurs ne présentent d'intérêt que pour des végétaux tels que curcuma ou gingembre qui sont très durs et très fibreux ou des légumes verts tels que haricots mange tout, brocolis etc...

Je suis allé récemment voir ce que Darty propose, j'ai vu un myriade de modèle dont un qui fonctionne au environ de 40 tours minutes pour un prix relativement modique de 150 E environ. Là je me pose 2 questions : est-il nécessaire d'investir un prix astronomiques, ensuite ce qui m'inquiète également, c'est la question du nettoyage et on ne l'a toujours décrit comme laborieux, ce qui constitue sans doute un frein égal voir supérieur au coût de l'investissement.

Extracteurs : je suis donc intéressé par des avis documentés par un usage régulier!

Pour le curcuma et le gingembre, j'avais signalé un pressoir à main permettant de de compléter un blender. Cet instrument nécessite l'ajout d'eau et on peut y dissoudre de la vitamine C pour compenser le risque d'oxydation. Le problème est que l'usage de ce type de pressoir est laborieux. Comme il est possible de congeler le liquide obtenu on peut, en une seule opération, préparer plusieurs litres de réserve.

Mais dans ce cas il faut trouver un pression à vis de dimension suffisante.

Un de mes correspondants réguliers et moi-même avons cherché vainement jusqu'à ce que je réalise que j'allais trouver l'outil ad hoc chez Brouwland qui propose tout ce qui est utile au domaine de la brasserie et la vinification.

Cliquer sur l'image pour aller sur le site.

Prévoyez une étamine pour envelopper l'objet du pressage ou des sacs prévus à cet effet car sinon la pulpe va jaillir par dessus le bloc de pressage comme j'en ai fait l'expérience avec la papaye.

Malgré la solidité du dispositif et la force du pressage, inutile de rêver, le pressage de rondelles de curcuma ou de gingembre (et de légumes verts type choux et Cie) ne va rien donner quand bien même vous prolongeriez ma manette d'un levier. J'ai essayé en vain !

Prévoyez également un mètre au moins de tuyaux plastique pour le déversement du jus dans une bouteille à loger dans un support très lourd car le tuyau est raide, en se baladant il risque de renverser ladite bouteille. J'ai usé pour cela d'un tube en inox très pesant qui sert à loger la bouteille d'oxygène allant avec le dynamiseur allemand par vortex Leva quell. Un tube en PVC avec fond attaché à une patte de la table peut convenir.

La fermentation des jus

Je dispose d'un exemplaire de l'ouvrage épuisé de Claude Aubert, cet ouvrage capital ne se trouve pas à moins de 40 € d'occasion (Priceminister) et je n'ai pas pu trouvé de version pdf.

Kombucha égal Kvas de thé

aubert aliments fermentés.jpgCet ouvrage est incontournable mais il n'est pas complet et ne parle pas du Kombucha, du moins dans l'index. Sauf que ce produit devenus assez populaire est évoqué très brièvement dans un chapitre sur le thé fermenté page 101. Malheureusement l'auteur, s'il donne les différents noms de ce thé fermenté à l'aide d'un ferment spécial, il ne donne aucune indication sur la nature de ce ferment et sa composition. Et il renvoie page 103 à la fermentation des feuilles de thé noir qui n'a rien à voir avec ce qui nous importe (teechwamm, tea fungus, kombucha, wunderpilz, hongo, cajnij, teekvass) qui serait un seul et même procédé répandu en Asie et en Europe : Russie, Bulgarie, Pologne et Allemagne.

Vous m'objecterez que ce n'est pas la documentation qui manque sur Internet sur ce type de fermentation. Oui mais, elle assigne à ce procédé une origine orientale qui est sans doute totalement fausse. J'ai lu autrefois, dans les années 90, que ce thé fermenté avait connu une vogue européenne soit au lendemain de la dernière guerre. Vogue oubliée, de mémoire et sauf erreur, il me souvient qu'elle venait de Russie par la Pologne.

Sur cette vogue oubliée voir en particulier :

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/1541-433...

Bien évidemment, tout ce qui concerne les bienfaits supposés de ce breuvage est sujet à caution sans même parler des aléas éventuels d'une fabrication défectueuse. Il existe aussi un risque de consommer trop de sucre en cas de diabète. Je ne l'envisage présentement que comme "levain" pour la fermentation de jus peu sucrés comme celui de la grenade.

Ce dont je me souviens c'est qu'un médecin qui avait préconisé le Guronsan (contenant de la glucuronamide) pour les patient atteints de Sida m'avait fait remarquer que l'acide glucuronique du Komboucha ne serait guère assimilable. A noter que l'on trouve un parent de ces deux molécules, la glucuronolactone, dans une célèbre boisson énergétique, le Red Bull... L'article auquel je fais allusion se trouvait sur http://www.positifs.org/ mais il ne subsiste plus que des mentions de la glucuronamide comme soutien du système immunitaire capable d'éviter son effondrement. Les observations relatives à l'essai du Guronsan dans cette optique ont disparu.

Une découverte : la "chèvre" boisson typiquement savoyarde !

Cette boisson m'a été signalée par un lecteur qui s'est intéressé à la fabrication de cette boisson régionale dont j'ignorais tout.

Il a attiré mon attention sur le site d'un particulier qui propose des bidons de 1 litre capables de supporter une pression de 20 bars et d'emploi facile pour fabriquer la fameuse "chèvre" et diverses boissons fermentées sous haute pression. 

Voir : https://www.crazygoat.fr/fr/

boisson_la_chevre_crazy_goat_recompenses.jpg

La "chèvre" est uns boisson locale fermentée et légèrement alcoolisée fabriquée à partir de jus de pomme qui se consomme sous forme de mousse sous pression au moment de Noël.

Voici un lien indiquant la recette traditionnelle :

http://www.citedevian.fr/la-chevre-une-boisson-digestive-...

"Chèvre folle" ou "bouc un peu dérangé" ?

slogan_crazy_goat_chevre_mousse_alcool.png

Le "bouc" en question s'appelle Serge Gandy.

L'intéressé prétend proposer la meilleure chèvre du commerce et garantit des "orgasmes gustatifs" à celui qui en consommera. Il vend ses bouteilles sous deux formes : pleine de "chèvre" diversement aromatisées (52 €) et vide (39 €) pour en fabriquer soi-même et il fournit à ce propos des sachets d'une composition de levures + sucre dont la composition est bien sûr inconnue et qui aurait nécessité 180 essais.

J'ai testé la "chèvre" maison, en fait d'orgasme, pas que quoi grimper au rideau. N'ayant pas expérimenté la "chèvre" locale de fabrication traditionnelle, je ne saurais dire si la copie vulgarisée vaut l'original et en fait ce n'est pas mon souci.

Si un lecteur m'a signalé cette possibilité de fabriquer de la Crazy Goat c'est parce qu'on peut le faire sans avoir recours aux sachets proposés par Serge Gandy, il suffit par exemple le mêler aux 75 centilitres de jus une proportion de Kombucha pour disposer d'un ferment gratuit et ça marche. A 30° et en une semaine on obtient bien une mousse analogue en consistance à celle que produit le ferment en poudre proposé et formulé sans doute à base de ces levures rapides qu'on trouve pour l'utilisation dans le domaine du brassage de la bière ou en oenologie. Ne me demandez pas leur composition, c'est un domaine dont j'ignore tout !

Un curieux mélange de victimisation et de marketing efficace

Je vous renvoie à la page suivante qui n'a pas cessé d'évoluer mais a été récemment "épurée"...

https://www.crazygoat.fr/fr/avenir-applications-sante/

Je m'explique : j'ai conservé 2 version de cette page, une copie numérique datée du 9/10/18 à 16h01 et une imprimée du 31/08/18.

Voici le début de la version la plus ancienne :

Capturecrazy.JPG

Elle vante le propos comme possible anti-cancer. La version intermédiaire est un peu plus sensationnelle qui parle de "Cancer Killer"...

Le problème n'est pas tant que les deux versions disparues vantent clairement la chèvre made in Gandy comme remède possible du cancer mais que dans les versions antérieures, l'auteur raconte sa vie (il est né en 1965 et a donc 53 ans d'une façon particulièrement désordonnée qui tend à suggérer l'existence possible d'une sorte de délire de la persécution. Il y  était question d'une carrière dans le domaine de la mécanique et d'une action syndicale dans la tentative de sauvegarde d'une boîte, soldée par un licenciement abusif qui lui a valu les pires ennuis avec son lot ce conséquences familiales dont un cancer chez sa femme et une rupture sentimentale, plus des soupçons de "pédophilie" en rapport avec la mention d'orgasmes gustatifs, je cite :

Alors que je me débattais en deuxième cour de
cassation, j’ai vu arriver une pucelle effarouchée, de
23 ans bien sur sans mâle ni enfants qui venait
vérifier si d’aventure, je n’avais pas produit
d’attouchements sexuels sur les enfants que mon
épouse avait précédemment gardés ( nourrice agrée,
1 seul enfant en garde, pour permettre à ma dernière
fille et à sa copine du même age, de mieux à 2, se
développer.
Je n’avais pas compris que mon pitch Marketing
parlant de « distributeur d’orgasme gustatif » l’aurai
choqué à ce point.

Plus des allusions à des investissement financiers considérables, relatifs à un dépôt de brevet pour sa bouteille et différentes tentatives de commercialisation en direction de l'Asie toutes avortées.

Cette "communication" m'a incité a questionné mon informateur sur l'état de santé mentale de l'inventeur. En fait, j'ai fini par considérer qu'il s'agissait là d'une pure maladresse. Je ne doute pas que ce qu'il a raconté au sujet de ses déboires professionnels et familiaux soit exacts, quand à ses investissements supposés en matière de commercialisation, je demande à voir : comment un homme censé avoir été ruiné par le caractère chevaleresque de son action syndicale pourrait-il avoir engagé les sommes fabuleuses qu'il a mentionnées ?

Mon informateur est allé voir l'inventeur, il le connait. Je me suis donc posé des questions sur sa capacité à produire et à assumer un suivi des produits proposés, en particulier des levures et j'ai été rassuré. Manifestement, il n'y a pas péril en la demeure et mis à part les dérapages trop confidentiels évoqués ci-dessus, l'intéressé est moins malheureux qu'il n'y parait et son affaire marche. Il prétend travailler dans un atelier de bricoleur, certes génial mais je doute qu'il en soit ainsi.

Réflexions et expériences en cours

Je me suis intéressé au procédé de fabrication de la Crazy Goat parce que je n'ai pas oublié l'intérêt des fermentations pour rendre certains produits végétaux assimilables, je pense en particulier au jus de grenade et à la papaye fermentée d'origine japonaise qui se vend la peau des fesses.

A l'heure actuelle, la page indiquée a été débarrassée des erreurs de communication qui la défigurait et je pense y être indirectement pour quelque chose. C'est mon informateur qui a du attirer l'attention de l'inventeur sur le côté contre productif qu'elle présentait.

Il reste des informations sur l'intérêt des fermentations mais rien de décisifs sur des vertus anti cancer de quoique ce soit. c'est intéressant à dépouiller mais il n'y a là que des idées à creuser et aucune preuve de quoique ce soit.

L'idée intéressante est celle qui consiste à recourir à du Kombucha, soit à une fraction de thé fermenté pour apprêter du jus de grenade ou autre, voire une tisane quelconque (Gandy évoque un intérêt concernant la camomille). Deux questions alors se posent ?

  1. Que penser de la bouteille proposée ?
  2. Quelles seraient les vertus et avantages respectifs de la levure Gandy versus Kombucha ?

Une bouteille résistante mais en aluminium, pas top du tout ?

L'inventeur va jusqu'à émettre l'hypothèse que la pression supportée par sa bouteille, neutraliserait en quelque sorte les résidus de pesticides. je cite la version ancienne :

La Crazy cerise sur le gâteau sera que la fermentation semble détruire aussi la quasi totalité des mycotoxines, résidus de pesticides et neutralise très probablement aussi, les métaux lourds.
http://aem.asm.org/content/82/20/6204.full.pdf+html?sid=4...239dfce37bc1

Le résume de l'étude permet de constater qu'aucun facteur de pression n'est en cause et qu'il n'est question que des propriétés possible d'une souche de lactobacillus dont on ignore si elle fait partie de la compositions de ferments proposés. On est là en pleine extrapolation, rien de tout cela n'est sérieux. L'effet des probiotiques sur des "métaux toxiques" est l'objet d'une étude citée dans la bibliographie. L'inventeur a sans doute voulu conjurer les objections que l'on ne manquera pas de faire au sujet de l'utilisation d'un récipient en aluminium.

Bref, j'en arrive à la conclusion qu'au prix où est vendu la bouteille et ses accessoires, il serait légitime d'exiger de l'inox !!!! Cela dit, la hantise de l'aluminium est probablement assez surfaite. Je crois avoir déjà évoqué ce problème...

Ne peut-on pas se contenter de bouteilles de verre en ménageant un place pour la pression du gaz carbonique. L'inventeur base sa publicité sur la capacité de résistance de sa bouteille métallique évaluée à 22 bars. J'ai fermenté du jus de grenade et du jus de curcuma (étendu d'un peu d'eau) dans les deux modes. Mes bouteilles de verre n'ont pas explosé à une température allant jusqu'à 35 °. IL est en effet difficile d'obtenir une température bien avec les thermostats genre électromécanique. Notez que le thermostat électronique acheté en grande surface et fixé dans la porte de mon étude constitué par un meuble en bois dont une partie a été réservé à cet effet a foiré très rapidement.

D'après mes essais, la combinaison de levure de l'inventeur pour le jus de curcuma aurait moins bien fonctionné que le Kombucha. Avec ce dernier j'ai obtenu un liquide translucide tandis que le ferment type Crazy m'a donné un résultat qui du point de vue de l'apparence (mousse orange) et sur le plan gustatif laisse supposer un manque de transformation. Dans ce dernier cas, le produit s'est avéré quasiment imbuvable tandis qu'avec le mélange avec une part de Kombucha, mis à part le côté aigrelet, c'est consommable.

En revanche la fermentation du jus de papaye par le Kombucha dans une bouteille s'est avérée imbuvable et même indigeste, ce qui est un comble ! En effet on propose sur Internet des recettes de fermentation anaérobie, sans ajouts de quoique ce soit, de papaye en petits morceaux à ajouter à des plats qui seraient mangeables.

Conclusion partielles et provisoires...

Provisoires, en théorie du moins, en fait sans doute définitives car je doute que la question puisse progresser mis à part des progrès empiriques relativement aux expériences pouvant être tentées en faisant varier les conditions de fermentation de jus divers... Il n'y a pas de possibilités pour des amateurs de procéder à des analyses bactériologiques précises...

Il ne m'est pas possible d'avancer quoique ce soit en faveur du recours aux bouteilles type Crazy Goat. L'aspect mousse ne présente aucun intérêt pour ce qui nous concerne. Elles sont très coûteuses, pas du tout "bio" et l'avantage par rapport à la fermentation en bouteille de verre ne me semble pas décisif. Ce que je note c'est qu'il convient de conserver le mode anaérobie car il produit moins d'acide acétique. On parle à propos de seconde fermentation à propos du Kombucha, une première non anaérobie donc avec contact avec l'air mais par le biais d'une étamine pour éviter les insectes et une seconde en milieu anaérobie. Cela revient à faire du thè fermenté par la méthode habituelle et en utiliser une partie pour ensemencer le jus en laissant un espace dans la bouteille.

On obtient très rapidement à +/- 30 degré (en 3 jours) une boisson acidulée moins agréable que le jus natif mais buvable. Je suppose qu'on peut l'améliorer en mettant de la Stévia sous la forme d'extrait si on y tient vraiment.

Maintenant, en ce qui concerne les propriétés thérapeutiques ni mon informateur ni moi-même l'avons d'observations à faire valoir. Je pense tout simplement que la consommation de ce type de boisson aurait des vertus probiotiques supérieures à des jus non fermentés.

Je suggère aux lecteurs qui veulent travailler méthodiquement de se procurer chez Brouwland un densimètre à 3 échelles (densité, alcool, sucre) pour vérifier le taux de sucre avant et après fermentation. Le densimètre auquel je pense est très précis. J'ai dilué 30 g de sucre en morceau dans un litre d'eau et il a marqué la bonne graduation. Je n'ai pas encore mesuré le taux supposé de sucre dans le jus natif et si on rajoute un peu de sucre pour booster la fermentation, il me semble conseillé d'estimer sa consommation mais je ne sais pas si les mesures basées sur les densités avant et après sucrage éventuel et fermentation sont fiables. Peut-être que l'ami physicien et chimiste qui va lire ce post pourra m'en dire davantage.

Je suis contrarié par mon échec à propos de la papaye et il s'agirait de trouver le brevet qui est à la base de la fameuse papaye fermentée tant vantée par un certain Pr Montagnier. Le domaine des aliments fermenté est un vaste continent que l'on peut commencer à explorer en se procurant le livre de Claude Aubert mais nous sommes bien loin d'avoir fait le tour de cette très passionnante "alchimie" et il ne faut pas compter sur des scientifiques pour creuser cette matière car il n'y a pas de fric à gagner en cherchant à optimiser la production d'une super aliment ou d'un super remède.

J'ai donné toutes les indications et les pistes que je connais et il se peut, mais j'en doute, que des lecteurs puissent attirer mon attention sur des informations qui m'auraient échappé. C'est peu probable car cela fait entre 25 et 30 ans que je garde un oeil sur ces questions mais sait-on jamais... Le livre de Claude Aubert date de 1985, j'ai du l'acquérir au début des années 90. C'est entre les années 92/96 que j'ai bénéficié d'un accès universitaire à haut débit à Internet et que je me suis intéressé aux champignons de longue vie et aux fermentations mais de façon évidement assez discontinue. A ce que j'ai pu constater, il n'y a rien de nouveau sous le soleil et je suis même étonné d'avoir retrouvé trace d'un témoignage sur la vogue européenne du Kombucha dans les années 50.

06/02/2016

La Berbérine : mieux que l'extrait de cannelle contre le diabète de type 2

gabriel_cousens.jpgD'abord une remarque au sujet de la campagne du Dr Gabriel Cousens qui prétend guérir le diabète en 21 jours par des jus de légumes, un vieux refrain...

Dans un article intitulé Le cru guérit du diabète qui l'eut cru ? un site grand public vantant la santé naturelle livre un détail suicidaire mais la plupart des gens (+ de 90 %) sont tellement aveugles qu'ils ne voient pas qu'en deux lignes on affirme que la méthode ne guérit rien et surtout pas le redoutable diabète de type I (insulinodépendant).

Je cite en rajoutant la traduction des sigles entre parenthèses, voici donc la "phrase suicidaire" qu'il fallait décrypter :

Actuellement 70% des DNID (d. non insulino dépendant ou type 2) et 45% des DID (insulino dépendant ou type 1) diabète de type 2 (contradiction) sont guéris dans les 21 jours. En diabète de type 1, les niveaux d'insuline sont réduits en moyenne de 70%.

Cette phrase d'un texte en anglais a visiblement été mal traduite par un logiciel idiot qui a bousculé les membres de la phrase originale car les DID sont le type 1 et non le 2. En clair 70 % pour le 2, et 45% pour le type 1 qui voient seulement la possibilité de réduire l'apport d'insuline. Normal dans ce dernier cas car les jus de légumes surtout verts sont hypoglucidiques. Quand aux 70% il ne s'agit que d'amélioration temporaire pas d'une "guérison"!

Mais si on arrête ça repart, le problème n'est pas réglé. Il est à noter qu'en cas de régime cétonique le foie à tendance à se démerder pour compenser par une glycogenèse et le glucose peut paradoxalement monter au lieu de descendre. Mais çà ceusses qui font du copié collé ou vendent des livres vous le disent pas car ils l'ignorent, faut observer ou aller gratter chez certains auteurs américains plus finauds que les copistes français de profession qui font dans la vulgarisation pour lecteurs à moitié débiles. Il faut dire que je suis un phénomène à divers points de vue : le Metformine et le Gymnema ont tendance à faire monter un peu ma glycémie... 

Lisez à présent la notice wikipedia sur Gabriel Cousens, c'est un médecin certes mais un "médecin illuminé" qui se prend plus ou moins pour un essénien.

berberin iherb.jpgExtrait de cannelle et Berberine

En cas de diabète de type 2 il va de soi qu'il faut commencer par modifier le régime, bannir au maximum les apports de sucres non seulement rapide mais également lents qui ne sont pas utiles surtout en cas de sédentarité et avoir autant d'exercice physique que possible.

Un lecteur m'a signalé avoir eu des effets supérieurs sur sa glycémie avec la berbérine plutôt qu'avec l'extrait de cannelle.

Extrait de cannelle chez Iherb

Berbérine chez iberb 

Compléments alimentaires recommandés - Cliquer Ici

29/04/2015

Le régime cétonique aggraverait la résistance à l'insuline

Imlage12.pngJ'entends souligner, au cas où on ne l'aurait pas compris que je ne suis pas là pour fournir des solutions toutes faites, c'est de toutes façons impossible car toute médecine doit être individualisée, il s'agit donc seulement de fournir des éléments de réflexion et de discernement afin que chacun puisse discuter de la conduite à tenir avec le médecin, voir d'en changer s'il s'avère qu'il est ignorant ou par trop arrogant. Vive la sélection naturelle !

Hier, en rédigeant mon dernier post, j'ai mis en évidence un phénomène d'aggravation de la résistance à l'insuline par les régimes low carb dont le régime cétonique en rapprochant mes observation d'une mention trouvée par hasard indiquant que la résistance à l'insuline se traduit par la libération d'acides gras dans la circulation dont la nutrition des muscles s'accommoderait. Avec, si j'ai bien compris production de néoglucogenèse par le foie pour compenser. Cette néoglucogenèse un médecin de ma connaissance l'avait mentionnée au fond comme preuve que l'homéostasie du corps et son système de compensation et donc d'une manière relativement positive.

En fait il semble n'avoir pas "capté" qu'il y a derrière ce que j'ai observé une véritable aggravation de la résistance à l'insuline. Rien d'étonnant, je n'ai jamais trouvé nulle par dans un texte en français de relation entre la résistance à l'insuline et la libération d'acides gras dans la circulation. Pourtant ce n'est pas faute d'avoir cherché !

Or un correspondant vient de me confirmer qu'il a lui-même constaté le même phénomène et m'a indiqué un article en anglais évoquant ce problème :

http://freetheanimal.com/2014/10/physiological-resistance...

Cet article est quasiment illisible lorsqu'il est traduit par le traducteur automatique de Google mais le problème que je viens de découvrir semble être plus ou moins une sorte de "lieu commun" dans les milieux américains intéressés à la recherche. C'est encore l'occasion de constater que si en France, les médecins sont hostiles en général au régime cétonique ce n'est nullement du fait de connaissances rationnelles mais par tradition de ROUTINE imposée par une Académie de notables dont on ne connait hélas que les plus sinistres travers (compérage, dépendance envers Big Pharma qui les sucre, mentalité mandarinale de merde, tendances à abuser de la chirurgie et de certains examens invasifs avec suppléments etc...).

Bref une fois de plus on constate que la France est à la traîne... Et il faut l'aide du "Saint Esprit" pour tomber sur des détails déterminants mais comme visiblement lui aussi est dur à la détente, je présume qu'il doit également manquer de potassium... il a du reste déserté complètement le Vatican, le dernier concile par la merde qu'il a provoquée a largement prouvé qu'il a bel et bien brillé par son absence...

Considérant ce que je viens d'énoncer, je ne suis pas étonné qu'en coulisse le bruit court que le régime cétonique dans le cas de cancer s'avèrerait plus ou moins décevant. ce que l'on aurait pu deviner si l'on avait découvert avant moi le détail indiqué plus haut à savoir l'existence d'une libération d'acide gras aboutissant à une surproduction de néoglucose !

Bref, il est quand même EXTRAORDINAIRE qu'en France il faut que ce soit des non-médecins qui en arrivent à mettre le doigt sur des évidences. Mais bonté divine, l'information va forcément circuler et je vous invité à faire pression sur vos toubibs et vos mandarins pour qu'il se décident à complètement clarifier cette question et non en s'en tenant à la routine d'une norme du "manger normal", expression qui, dans les circonstances actuelles n'a aucun sens dans la mesure où tous les aliments sont pratiquement dégradés et plus ou moins pollués ce qui fait qu'un régime ancestral ne peut pas l'être puisque, par exemple, le beurre et les laitages sont désormais pasteurisés. Maudit soit le sinistre personnage auquel on doit la disparition de la lipase du beurre et du lait ainsi que des tonnes de vaccins remplis d'aluminium et de mercure avec les combines des vaccins combinés afin d'imposer ceux qui ne sont pas obligatoires. bref, devant tant de malhonnêteté et d'absence de curiosité et de rigueur intellectuelle, on a bien le droit d'être en pétard !

L'article évoque reste à analyser et j'espère revenir sur cette question mais en attendant il m'a paru nécessaire de sonner le toscin !

24/05/2014

Diabète, fructosamines, HbA1c, microalbumine, extrait de canelle

regime diabetique.jpgJe crois nécessaire de revenir sur la question de l'intérêt du dosage des fructosamines car beaucoup de médecins ne savent pas de quoi il s'agit et quand on en parle à une personne diabétique, elle demande à quoi bon doser son fructose...

Explication : le dosage des fructosamines était la référence en diabétologie pour le suivi d'un traitement, et le reste au moins pour la mise au point de ce traitement car la période de référence de ce dosage est courtes 2 à 3 semaines 3 mois au moins pour la fraction HbA1C (hémoglobine glyquée).

Dans ces conditions, instituer un traitement sans doser les fructosamines avant et au bout de 3 semaines d'essai pour voir si le patient répond bien témoigner d'une bonne dose d'incompétence. En d'autres termes la fraction HbA1C n'a d'intérêt pour un suivi espacé mais la tendance est à faire oublier le dosage des fructosamines au profit d'un examen moins coûteux car moins fréquent. Donc les vieux médecins connaissent mais les plus jeunes sont parfois obligé de consulté Internet quand on leur parle des fructosamines. Ce qui montre à quel point l'éducation des générations montantes est mal faite. Alors je ne parle pas des médecins, nombreux hélas, qui contrôlent le glucose à jeun et en cas de hausse instituent un traitement sans rien contrôler du tout. Malheureusement, ça existe et je connais des cas !

Concernant le glucose à jeun il y a peu de temps, l'OMS considérait qu'il y avait problème au delà de 1,26 g et la norme a été révisée à la baisse sans doute pour booster la vente de médocs.

Mais si une HbA1C inférieure à 6% est considérée comme normale, il peut y avoir un problème de diabète en deçà (résistance à l'insuline), là il faut considérer une éventuelle tendance à l'obésité, un manque d'activité physique et la nécessité d'un régime consistant à bannir tout sucre rapide et à consommer des aliment à indice glycémique bas étant précisé qu'on n'a pas besoin de beaucoup de sucres lent si on ne bouge pas assez. Donc la tendance serait en faveur de régimes cétoniques de plus en plus préconisés en cas de cancer. Or il y a un rapport entre cancer et diabète puisque le propre des cellules cancéreuses est d'être avide de sucre...

Contrôler la microalbumine et pas n'importe comment

Doser la micro albumine permet en cas de dépassement à plusieurs reprises d'un certain seuil de prévoir des complications propres un diabète. Or la tendance est à un dosage dans les urines du matin. C'est à mon avis une aberration et c'est pas fiable car j'ai observé que le taux d'albumine dans les urines varie au cours de la journée. Avec des bandelettes, il est silencieux au réveil mais peut monter de 2 indices dans la journée, il semble donc que l'activité physique et la position debout influe sur son débit.

Dans ces conditions, l'examen n'est fiable que si on dose dans les urines de 24 heures et qu'on fait une moyenne. Je ne crois donc pas aux formules d'extrapolation que certains spécialistes utilisent.

Intérêt de l'extrait de cannelle

L'extrait de cannelle ne doit pas être confondu avec les arômes de cannelle dont on se sert en cuisine et à ma connaissance on n'en trouve pas en Europe.

Il est évoqué chez http://www.supersmart.com/data/pages/fr/nouveautes0706.pdf mais introuvable sur le site de vente. de toutes façons c'est toujours moins cher chez Iherb.com

DRB-00314-3.jpgChercher sur Iherb Cinnamon Extract

Notez qu'il existe une option avec suivi. Quand l'entrée dans le pays est signalée en général ça arrive à peine plus de 48 heures plus atrd.

On conseille 2 gélules jour mais, en tout état de cause toujours faire un dosage des fructosamines avant et après 3 semaines et ensuite ajuster, porter à 3 gélules si nécessaire et redoser. Une fois la posologie établie. Éventuellement contrôler les fructosamines tous les 2 ou 3 mois.

Ne pas prendre de la poudre de cannelle à la place surtout s'il s'agit de cannelle de Chine (se reconnait à la couleur rougeâtre alors que la cannelle de Ceylan est plus jaune et plus terne). La meilleure est la cannelle de Madagascar mais pour les tartes de pommes la Ceylan est bien suffisante. On m'a signalé un risque d'hypertension avec l'abus de cannelle, de Chine sans doute...

Le diabète marchant souvent en tandem avec les problèmes cardiovasculaires, je rappelle qu'en cas d'hypercholesterolémie il faut doser la lp(a) et prendre de la niacine, ça chauffe un peu sur le moment mais c'est un bon supplément. Là encore contrôler l'effet sur la lp(a) si elle était élevée. Ce dosage n'est pas remboursé (17 €) mais c'est un bon investissement.

Concernant les statines dont j'avais signalé les dégâts chez un agriculteur à la suite d'une hausse épisodique du cholesterol traitée bêtement par un généraliste inepte, le taux s'est normalisé à la suite de la prise régulière de chrysantellum, une plante. Mais là il y a un détail à approfondir : on parle de la variété americanum or c'est la variété indicum qui convient. Pour certains auteurs c'est pas la même plante.

Bref, ne vous fiez pas à ce que fait votre médecin, informez vous et contrôlez tout. Du médecin, vous ne pouvez pas vous en passer parce que de son ordonnance dépend le remboursement mais hélas je constate de plus en plus qu'un bon nombre font mal leur boulot. Sachant que l'on n'est jamais mieux servi que par soi-même, il faut être vigilant. S'enfuir la tête dans le sable et attendre que çà passe c'est jamais la solution.  

16:31 Publié dans Diabète | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

25/04/2014

Sur les approximations de Corinne Gouget : huile de palme, dioxyde de titane et cie

Gouget.jpg

Corinne Gouget est décédée le 11 juin 2015 (suicide) voir :

http://silicium.blogspirit.com/archive/2015/06/24/corinne...

Cette note se référant à des pages du site de cette femme, site aujourd'hui fermé et qui n'existe plus, il n'y a pas lieu d'en conserver le textes puisque les liens donnés en références ne sont plus valides

============================

 

28/09/2013

Du nouveau et des convergences à propos de la guérison du cancer

Scwartz.jpgSur le Dr Schwartz et son protocole contre le cancer, voir les dernières nouvelles

http://silicium.blogspirit.com/archive/2016/09/19/le-dr-s...

http://silicium.blogspirit.com/archive/2016/09/05/le-dr-s...

Mon attention a d'abord été attirée sur un livre sorti début 2013 par un copain très versé dans certaines recherches.

Laurent-Schwartz-©Vanda-Spengler-150x150.jpgCet ami m'a donc signalé les travaux d'un cancérologue radiothérapeute parisien, le Dr Laurent Schwartz auteur d'un livre intitulé Cancer guérir tous les malades ? Voici sa fiche sur Wikipedia :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Schwartz_(m%C3%A9dec...

 

 

 

 

Cancer.jpgVoici le livre en question :

http://www.amazon.fr/gp/product/2755611472/ref=as_li_tf_tl?

ie=UTF8&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=...

Voici le brevet qu'il a déposé sur une combinaison d'acide alpha lipoïque et d'hydroxycitrate qu'il propose pour traiter tous les cancers.

http://worldwide.espacenet.com/publicationDetails/origina...

Ce brevet cite en référence des expériences sur les souris permettant d'extrapoler les doses utilisables en thérapie humaine. Dans son livre l'auteur cite plusieurs cas d'expérimentation humaine entreprises sur des cas désespérés et qui ont réussi à procurer pour l'instant des rémissions ayant dépassé les prévisions des oncologues.

Voici plusieurs liens qui mettent d'avoir une idée de la thérapeutique utilisée et des autres acquis de l'équipe de Laurent Schawartz qui a travaillé sur le tabagisme et est arrivé à la conclusion que c'est le gaz carbonique et non la nicotine qui est le principal responsable du cancer du fumeur tant actif que passif.

http://l-ordonnance-ou-la-vie.com/cancer-guerir-tous-mala...

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=542927

Voici le site de la startup de l'équipe du Dr Schwartz, çà s'appelle Biorébus :

http://biorebus.wordpress.com/publications-english/

Vous y trouverez un résumé de ses publications qui me dispense d'entrer dans certains détails.

A propos de l'acide alpha lipoique

Concernant l'acide alpha lipoïque plusieurs médecins et chercheurs travaillent sur cette piste. Une firme a même créé une variation sur cette molécule afin de la protéger par un brevet :

http://www.cornerstonepharma.com/platforms-pipelines/aemd

http://www.cornerstonepharma.com/wp-content/uploads/CPI.T...

Un autre médecin utilise cet acide alpha lipoïque en combinaison avec la naltrexone et le bicarbonate.

Voici à ce propos une des textes scientifique que l'on trouve :

http://www.magicwater.org/storage/Case%20study%20Pancreat...

Lipoiq_.jpgVoici un livre qui tourne autour de la question :

http://www.amazon.com/Alpha-Lipoic-Acid-Breakthrough-Anti...

Mais à mon humble avis, le meilleur assemblage est celui que propose Schwartz et qu'il justifie ainsi :

Selon ce chercheur l'acide alpha lipoïque permet de lever le blocage qui empêche la cellule tumorale de digérer le glucose (En langage technique c'est un co-facteur de la pyruvate déshydrogénase). Quant à l'hydroxycitrate, il bloque la synthèse des lipides de la membrane et force la cellule à brûler (En langage technique, c'est un inhibiteur de la citrate lyase.)

L'hydroxycitrate ? Une vieille connaissance...

Et oui beaucoup de femmes qui veulent maigrir connaissent l'acide hydrocicitrique, on le tire de Garcinia Cambodgia et on en trouve partout. Voici l'une des meilleurs fiches sur ce Garcinia :

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplem...

garcinia-cambogia-fruit.pngCette molécule est censée empêcher la transformation des glucides excédentaires en graisses :

Le mécanisme d’action de l’acide hydroxycitrique (AHC), la substance active que renferment les extraits de Garcinia cambogia, est alléchant. En effet, selon les données animales, l’AHC aurait la capacité d’empêcher les cellules graisseuses de stocker des graisses à partir des sucres de l’alimentation. Les sucres et les féculents sont stockés dans l’organisme sous forme de graisses par un enzyme appelé citrate lyase ATP. L’AHC inhibe cet enzyme. Cet effet inhibiteur, vérifié chez l’animal, est controversé chez l’humain. En effet, chez ce dernier, le mécanisme de stockage des graisses est plus complexe, car il ne dépend pas exclusivement des glucides.

Les résultats des études sur le garcinia sont contradictoires. Ces divergences peuvent résulter de la façon dont certains essais ont été faits. 

Evidemment, quand il s'agit de recourir à des remèdes naturels les "agents" payés par Big Pharma ou les idolatre et cette incarnation particulière du "Veau d'Or" sont toujours là pour controverser, ils vont même jusqu'à contester les résultats évident des régimes cétoniques dans le cas de l'épilepsie lorsqu'elle est résistante aux traitements classiques et ces enfoirés vont jusqu'à commettre l'imbécilité consistant à déplorer l'absence d'expérimentation en double aveugle. Comme si c'était possible dans le cas du test d'un régime. Un médicament enrobé ou un placebo on peut ne pas faire la différence mais un régime !

J'ouvre une parenthèse pour dire que je ne CONTREFOUS personnellement des expérimentations en double aveugle car lorsque l'action d'une substance est évidente on n'a nul besoin de la confronter à celle d'un placebo. C'est critiquable et même criminel dans certains cas ! Si la "Science" c'est ce genre de pratiques qui ne visent qu'à compliquer le parcours du combattant, et bien la "Science" en question je lui pisse au cul !

Bref, la citrate lyase existe et je suppose que Laurent Schwartz n'est pas assez con pour avoir pris en compte une enzyme qui serait "mythique" chez l'homme... 

Elle semblerait donc avoir un autre effet, à savoir celui d'obliger les cellules cancéreuses à brûler le sucre.

warburg-pic.jpgFlask back sur les travaux de Otto Warbug et de Auguste Lumière

L'intelligence de l'équipe de Schwartz aura consisté à repartir des travaux de Warburg qui avait constaté qu'étant incapable de métaboliser le sucre les cellules cancéreuses en sont avides vu le faible rendement de ce sucre dont elles se goinfrent. D'où la conclusion logique que les cancers sont des maladies métaboliques et que la solution est forcément simple.

La solution proposée on la connaît et elles résultent d'expérimentations animales parfaitement concluantes et de quelques résultats prometteurs sur l'homme. Je suis convaincu qu'on tient là une clef décisive et j'ajoute que sa mise en oeuvre est à la portée du particulier en cas de résistance des spécialistes. Il y a même là la possibilité d'un traitement préventif avec l'association à un régime "low carb", on va y venir.

Pour se procurer ces fameux compléments voir le choix de compléments alimentaires. L'acide lipoïque proposé est le seul stable et il est utilisable par voie orale. Si j'ai bien compris, le Dr Schwartz l'a utilisé par voie intraveineuse. Il cite un fournisseur dans le brevet mais le produit est très cher est n'est plus disponible. On pourrait se le procurer en Italie et en Andorre mais je n'ai pas cherché de ce côté.

Je ne donne pas de posologie, on comprendra pourquoi mais rien ne vous interdit de réfléchir et de peser les informations dont vous disposez pour définir une stratrégie et j'ajoute qu'il est important de comprendre ce que l'on fait et dans quel but on le fait car la foi lorsqu'elle est bien placée est un facteur de réussite, insuffisant en lui-même, mais opératif à titre subsidaire. 

L'équipe de Schwartz a consulté également les travaux d'Auguste Lumière et a constaté que les cellules cancéreuses sont des cellules dépolarisées ce qui participe à leur développement anarchique et invasif en "crabe". Ceci nous renvoi au succès de la négativation électrique selon Laville, malheureusement quant à la reconstitution de l'appareil, c'est un des derniers secrets qu'il me reste à percer. En attendant, de le redécouvrir je rappelle que l'expérimentation de cet appareil sur des animaux atteints de carcinomes à l'Ecole Vétérinaire de Maisons Alfort avait provoqué une fonde des tumeurs si rapides que les toxines mis en circulation les ont tués.

L'appareil d'électrocolloïdothérapie du Dr Defaut étant capable de défloculation et la floculation découlant d'une perte de charge électrique, il est possible qu'il puisse aider dans le cas du cancer mais il ne peut être qu'un adjuvant au demeurant sans danger puisqu'il rétablit des courants physiologiques.

Diabète et cancer

Lorsque j'ai pris connaissance de ces données j'ai tout de suite pensé à la Metformine, un médicament de première intention dans le cas du diabète qui a la réputation de correspondre, chez les patients qui l'on pris depuis des années, à une baisse des taux de cancer par rapport à ceux qui apparaissent chez les diabétiques non traités par la Metformine. D'autres antidiabétiques, à moins que ce ne soit l'administration de l'insuline est suspectée de faire le lit du cancer.

Mais sans aller chercher dans les détails une chose saute aux yeux, à savoir que si les cellules cancéreuses se goinfre de sucre, elles sont à la fête chez les diabétiques !

Ce goinfrage est du reste mis à profit pour le diagnostic :

http://newsoftomorrow.org/vie/nutrition/le-sucre-illumine...

De fait une recherche rapide montre qu'il existe chez les diabétiques un terrain éminemment favorable au cancer. Voyez :

http://rms.medhyg.ch/numero-252-page-1193.htm

http://www.em-consulte.com/article/219293/diabete-et-cancer

Et en cherchant un peu plus loin je découvrais qu'à Nice une expérimentation était sur le point d'être lancée au centre Lacassagne :

http://www.arc-cancer.net/A-la-Une/metformine-un-anti-dia...

http://www.medscape.fr/diabete/articles/1280185/

Nous sommes le 28 septembre et Nice-Matin consacre une page à cette entreprise qui consiste à tester la Metformine sur une centaine de cancers de la prostate ayant échappé à la thérapeutique hormonale , celle là même qui avait été tentée sur le Président Mitterrand et dont on connaît les effets féminisants (gynécomastie etc...). Il est question de conjuguer la Metformine et la chimio.

Je prends le risque de me livrer à un pronostic : il est probable que l'on pourra constater une gain mais ce que j'ai retenu me laisse à penser qu'il ne sera pas suffisant pour constituer une arme décisive.

La fragmentation des recherches: un phénomène régatif

La première chose qui m'a sauté aux yeux c'est que le Dr Schwartz ne semble pas être au courant des observations à propos de la Metformine, or un rapprochement s'impose entre sa thérapeutique et ce vieux médicaments à raison de ce que tous deux convergent sur un excès de sucres dans les cellules cancéreuses. Cet oubli ou même cette ignorance est surprenante car à supposer que la Metformine ne puisse procurer qu'un appoint le rapprochement s'imposait, or si j'ai bien lu l'auteur ne mentionne pas la fréquence des cancers chez les diabétiques. Voilà pour Paris !

A Nice, le Dr Dubost n'a pas l'air d'être au courant des avancées parisiennes du Dr Schwartz et all. Il planche sur un schéma de recherche mineur. 

Il est sans doute possible d'utiliser la Metformine dans la thérapeutique des cancers mais ça suppose d'étudier les rapprochements possibles entre son mécanisme d'action et celui de la formule préconisée par Schwartz.

Sur la Metformine

Voyez Wikipedia pour les données générales : 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Metformine

Pour le mécanisme supposée de son action voyez l'article de mon collègue Jacques Valentin. C'est le seul, du moins en France qui donne des informations aussi précises :

http://gestionsante.free.fr/journal_de_bord_0412.htm

Les régimes cétogènes

keto-diet-régime-céto-cyclique-cétogene-régime-keto.jpegAu vu de ce qui précède, il tombe sous le sens que la meilleure prévention du cancer consisterait à l'imiter les glucides. Or, vous le savez, tout concourt à favoriser l'inverse. Ca ne veut pas dire qu'il faille se bourrer d'oeufs et de saucisses...

La solution serait un régime cétogène qui en limitant au strict nécessaire forcerait les mitocondries de nos cellules à consommer de la graisse et non des glucides. Il est clair pour commencer que les personnes sédentaires et âgées ont tout intérêt à limiter l'alcool et les glucides qui risquent d'occasionner un surpoids.

Notez qu'un régime cétogène implique de décriminaliser les graisses saturées originelle, le beurre en particulier qui contient des acides gras à chaîne courte favorable au système immunitaires. Vous pouvez d'ores et déjà faire le rapprochement à ce qui se dit du côté des auteurs mentionnés par Taty la belge. Evidemment ce que je suis en train d'écrire risque de faire hurler les cardiologues qui campent sur l'hypothèse lipidique hostile au cholesterol et donc promoteur de ces fichues statines, un poison musculaire qui bloque la synthèse de la co-enzyme Q10. Or je suis de plus en plus convaincu que ce qu'il faut surveiller en cas de risque vasculaire ce n'est pas le bon et le mauvais cholestérol mais la lp(a). Le coût de ce dosage 17 € n'est pas remboursé mais s'il est élevé il faut tenter de le faire descendre en prenant de la niacine (anti flush) éventuellement. Or le sevrage en acides gras saturés et certaines statines (comme le Crestor) feraient grimper la lp(a) !

Notez qu'un régime cétogène a des effets proches d'un jeune, or le jeune thérapeutique sous surveillance médicale fait des progrès non seulement dans l'esprit du public mais chez quelques médecins. Pas tellement en France mais en France on est dans un pays bloqué à tout égard. Le dogmatisme y fait des dégâts dans tous les domaines à tel point que c'en est hallucinant et ça présente même, par le cynisme qui se cache derrière, un côté parfaitement démoniaque. 

Enfin pour ceux que cela intéresse voici quelques liens :

http://newsoftomorrow.org/vie/nutrition/gabriela-segura-u...

http://newsoftomorrow.org/vie/nutrition/cancer-du-cerveau...

http://newsoftomorrow.org/vie/nutrition/le-regime-cetogen...

http://newsoftomorrow.org/vie/nutrition/cancer-et-sucre-s...

Voici pour finir un document scientifique sur la diète cétogène telle qu'elle est utilisée pour soigner l'épilepsie. C'est assez compliqué :

http://www.afdn.org/fileadmin/pdf/id-regime-cetogene.pdf

Notez au passage une indication qui me semble intéressante : c'est en médecine ayurvédique le tempérament Vata qui aurait le plus besoin de graisses. Or c'est, transposé selon des vue occidentales, le tempérament le plus sujet à des phénomènes dits "nerveux". Qualifier quelqu'un d'instable de "nerveux" ne signifie pas grand chose scientifiquement, c'est même très péjoratifs et on propose des calmants or le "calmant" par excellence semble consister en certaines matières grasses ... saturées. Simple indication !

Conclusion provisoire

Mon intention n'est pas de proposer un schéma de prévention ou un traitement mais des pistes de recherches ou plutôt de réflexion pour une prévention et un traitement en cas de sinistre. Je ne donnerai pas d'indications plus précises. Schwartz fait remarquer que la chimiothérapie est un développement pacifique de l'industrie de guerre allemande qui inventa le "gaz moutarde", la radiothérapie c'est la bombe atomique anti-cancer mais ça tue tout. Il existe une bombe protonique que l'auteur aurait connue au U.S.A., à l'entendre il n'y aurait qu'une machine de 30 000 tonnes en France et la maniaturisation entreprise aurait buté sur le manque de fond. 

Je suis surpris qu'il n'ait pas mentionna la protonthérapie niçoise :

http://www.centreantoinelacassagne.org/fr/pourquoi-choisi...

Elle se limite pour l'instant faute de puissance à des tumeurs peut profondes mais il me semble avoir lu qu'un projet plus conséquent est en gestation.

Quoiqu'il en soit, si j'avais le malheur de me découvrir une tumeur, je saurais quoi faire sans devoir me soumettre à l'arsenal en vigueur. J'oubliais de dire que si le livre de Schwartz donne peu de détails sur sa thérapeutique car il criant l'automédication, il n'hésite pas à persister et à signer en affirmant statistiques sérieuses à l'appui, que les résultats en terme de guérison sont pratiquement nuls. Il estime le progrès à 5%.

A propos de la chimiothérapie il est prouvé qu'elle provoques des métastases. Voir :

http://www.maxisciences.com/cancer/cancer-la-chimiotherap...

Hélas plutôt que de chercher dans une autre voie, on s'obstine à vouloir coupler la chimio avec un anticorps de la protéine WNT16B qui est responsable du maléfice. Il est vrai que la chimio ça rapporte un tas de fric, surtout en France où on paie les médocs et quantité de fournitures médicales plus cher que partout ailleurs !  Les maniaques de la chimio sont à tuer !

Donc pour moi, c'est vite vu ! Plutôt crever que dans passer par cette chimio qui tend à multiplier les métastases. En cas de problème je ne m'adresserai pas à la médecine académique sauf pour le diagnostic et le contrôle. Mais hélas j'ai vu plusieurs cas où le refus de la "chimio" se soldait par un refus de scanner. En cas de chantage de ce genre, je connais un riposte foudroyante, c'est le procès et la publicité sur Internet avec éventuellement un enregistrement pirate de la consultation.

Bref, c'est comme avec les livres de De Lorgeril et Even sur le mythe du cholestérol, les médecins et les cardiologues s'en foutent et ne veulent pas sortir de la routine. Schwartz dénonce à juste titre les dépistages précoces de cancer du sein et de la prostate peu menaçants mais ça continue, vous ouvrez la radio ou lisez un journal et bien il ne se passe pas de jour sans qu'on nous serine sur la nécessité de ces foutus dépistages qui n'ont rien résolu.

Tirez en les conclusions ! 

28/05/2013

Diabète de type II - Intérêt du dosage des fructosamines et de l'extrait de cannelle (Cinnulin PF)

diabète.jpgMise à jour du 28 mai 2013 : cette note à été passablement remaniée. Les parties modifiées sont en bleu.

Le sujet en observation vient d'avoir sa glycémie à jeun et son taux d'héoglobine glyquée. La glycémie est passée de 1,30 à 1,10 g. Le taux d'hémoglobine glyquée est passé de 5,6% à 5,3%. Pour ce dernier paramètre ce n'est pas spectaculaire ni significatif sur le plan clinique mais ça prouve l'existence d'un progrès et d'une efficacité de l'extrait de cannelle.

Je précise qu'il faut utiliser l'extrait purifié car la présence de coumarine dans l'extrait courant peut causer à la longue des dommages au foie et au rein qui seraient
fructosamines,protéines glyquées,diabète,glycémieréversibles. Voir : 

Iherb Natural-Factors-WellBetX-Cinnamon-Extract-20-1-150-mg-60-Capsules

Je suppose connue la différence entre diabète de type I (insulino dépendant) et de type II (non insulino dépendant).

Diagnostic

Concernant le diabète de type II, on considèrerait qu'une personne est diabétique si la glycémie à jeun le matin est supérieure à 1,26 g. C'était du moins l'ancienne norme de l'OMS et je vois que l'on a tendance à descendre et je vois que les valeurs de référence de mon labo sont à 1,06 g. Evidemment, il s'agit de faire vendre des médocs comme pour le cholestérol !

Bref, l'appréciation du chiffre est relative. Le repas de la veille au soir influe sur le résultat. Un moyen de faire baisser sa glycémie matinale c'est de bannir les sucres même lents le soir et de manger légèrement ce que l'on a beaucoup de mal à faire. Donc pas de panique !

Appareils piqueurs

Je rappelle que les appareil de mesure doivent être étalonné sur le labo. On fait une mesure en même temps que la prise de sang et on compare 2 ou 3 fois de suite pour déterminer une correction éventuelle. certains lots de bandelettes majorent le chiffre réél, ça aussi ça doit être voulu car plusieurs observations et calculs m'ont convaincu que les % de déviations admis sont souvent dépassés. L'utilisation de ces appareils demande un certain doigté.

Suivi de la glycémie

La plupart des médecins ne connaissent que l'hémoglobine glyquée qui reflète la glycémie moyenne des 3 ou 6 mois en arrière. A noter que l'on peut observer une tendance diabétique (résistance à l'insuline) avant d'atteindre les 6%. Là encore l'interprétation de ce paramètre est chose délicate.

Voir http://www.diabete-vals.info/Comprendre/examens-hemoglobi...

Le dosage l'hémoglobine glycosylée concerne le long terme (4 dosage maximum par an) et et le dosagede la fructosamine sert dans le le cours terme pour l'ajustement précisé et rapide du régime et traitement naturel ou médicamenteux.

Contrôle général de la diététique et du traitement éventuel

Si les examens révèlent un problème, on a tout intérêt à se munir d'un appareil de contrôle, de l'étalonner convenablement et d'observer l'influence du régime sur la glycémie matinale et post-prandiale. Cela est valable même si le médecin n'a pas jugé utile de prescrire un médicament hypoglycémient étant précisé que le médicament de première intention c'est la METFORMINE dont les vertus anti-âge sont très prisées côté américain. La Metformine ne presse pas le pancréas comme un citron pour stimuler la production d'insuline, il favorise la consommation du glucose au niveau cellulaire et musculaire. On n'a jamais intérêt à démarrer trop trop une médication qui a la longue finira par épuiser le pancréas et obliger au recours à l'insuline.

Voir : http://gestionsante.free.fr/journal_de_bord_0412.htm

L'opération consistant à se piquer régulièrement un doigt a bien des inconvénients, psychologiques en particulier. C'est une source de stress et si le patient ne sait pas interpréter correctement la varitation des résultats en relation avec son régime, elle doit être éviter.

Voir aussi : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2129164/

Contrôle en finesse de la glycémie (dosage des fructosamines)

Outre les régimes fondés sur les restrictions des sucres rapides, voire leur suppression et la limitation des sucres lents si on a peu d'activité physique, il existe bien des médications naturelles qui peuvent aider à faire baisser la glycémie. Je n'en ferai pas la revue car cela m'obligerait à rédiger une brochure voir un livre et je me contenterai de citer plusieurs médications de première intention qui peuvent permettre, en sus de la maîtrise de son régime, de tendre à régulariser sa situation glycémique :

  1. Metformine (sur ordonnance)
  2. Extrait de Cannelle
  3. Diabène et Diacure de Lenhing
  4. Poudre de Gymnema Sylvestris

Un moyen de contrôler scientifiquement l'effet d'un traitement palliatif c'est de soser les fructosamines ou protéines glyquées qui représente les deux à trois semaines de glycémie précédant le dosage. C'est le seul moyen que l'on ait d'ajuster finement un traitement. L'hémoglobine glyquée répsentant au moins 3 mois de glycémie adaptée qu'à un contrôle très périodique (2 fois l'an au minium)

Et c'est remboursé. Si votre médecin renacle, ou vous changez de "fournisseur" ou ça vaut la peine de payer de votre poche (B30 8,10 € + prise de sang). Certains médecins ne connaissent pas mais il s'agit d'un vieux dosage qui était très utilisé dans les service de diabétologie.

Faire un dosage de référence, puis un dosage après 3 semaines du remède à tester. Les valeurs de références contiennent 2 plages, une plage de "normalité", une plage correspondant à un diabète maîtrisé. Il s'agit de rester dans ces "clous" là et si possible de faire baisser le chiffre dans la première plage.

Cette méthode a l'avantage d'éviter le stress des pipures et contrôles régulier. A utiliser quand il n'y a pas d'urgence à traiter et dans le but d'optimiser par des moyens naturels sa glycémie.

Concernant le Gymnema Sylvestris

J'ai observé des perturbations avec le Gymnema Sylvestris et je ne suis pas seul. J'acques Valentin m'a confirmé le caractère problématique de cette plante ayurvédique, je cite : à titre anecdotique j'avais testé Gymnéma Sylvestris il y a quelques années et l'avais mis rapidement à la poubelle car je pense que cela me déréglait la glycémie en tout cas je me sentais assez mal après. Par contre l'extrait de cannelle a une action très douce et je ne sens rien quand j'en prend. Mais ce sont peut-être des réactions individuelles. En tout cas ça incite à l'utiliser d'abord surtout vu vos propres constatations et résultats !

Observations paradoxales

Le diabète est une maladie grave. L'automédication est possible tant qu'on demeure dans la zone de "maîtrise" indiquée mais c'est à la condition de pouvoir contrôler OBJECTIVEMENT les résultats de ce que l'on fait. Notez que la plupart des médecins appliquent des protocoles et ne se cassent pas la tête. Dans ces conditions vous avez tout intérêt à prendre votre sort en mains et à strictement contrôler ce qu'il font. Un patient bien ordonné classe ses résultats en les reliant et tient des courbes de certains facteurs. Avec un tableur, c'est pas sorcier....

J'ai observé, chez un proche que je suis de près, que les substances hypoglycémiantes citées ci-dessus peuvent majorer la glycémie matinale et donc provoquer l'effet inverse à celui recherché. Par exemple une glycémie à 1,30 g va avoir tendance à grimper de 10/15 voir 20 centièmes. Je ne connais pas l'explication de ce phénomène et c'est précisément pour l'observer de plus près que j'ai cherché un moyen de quantifier les résultats d'un traitement palliatif. Et j'en saurai sans doute un peu plus d'ici quelques semaines ou mois.

Preuve de l'efficacité de l'extrait de cannelle (Pure Bulk)

Je viens d'avoir les résultats d'un test de cet extrait sur un proche. Voici le dosage des fructosamines (protéines glyquées) avant et après prise d'extrait.

Le sujet est passé de "diabète maîtrisé" à sujet non diabétique, preuve qu'il est relativement aisé de remédier à une tendance diabétique à la condition de ne pas agir en aveugle mais de CONRTOLER l'efficacité des pratiques adoptées. On verra si l'usage d'antiglycation améliore ce résultat qui d'ores et déjà est "rentré dans les clous"... Cliquer sur l'image pour l'agrandir

fructosamines,protéines glyquées,diabète,glycémie

Complément antiglycation

Ce sont :

  1. Le P5P forme o-enzymée de la B6, présent dans le Life Extension Mix Tablets (2x3 comprimés jour au lieu de 9).
  2. La Carnosine  (250 mg X 3 / jour) fractionner les comprimés.
  3. La Benfotiamine (forme de B1)
  4. Le R-Lipoïd-acid (forme R impérative !) à prendre au coucher

Comme leur nom l'indique ces molécules ont pour fonction de limiter les dégâts au niveau cellulaire. Leur action positive doit se matérialiser par une baisse du taux des fructosamines.

Voici les liens chez Iherb.com car bien évidemment c'est là qu'on trouve ces produits à des prix abordables.

Chercher sur Iherb.com les produits suivants et consulter la notice

Life extension Mix Tablets

Le même avec Niacine (hypoerchlolestérolémie)

Benfotiamine

Carnosine

R-Lipoic-Acid

P5P

Nouveau dosage des fructosamines (après antiglycation)

Le dosage est passé de 272 à 289 au 22 mai, ce n'est pas catastrophique mais un peu décevant. Selon Biomnis ce taux est limite. La remontée peut être due à des repas trop sucrés, on n'a pas tenu de compte des entrées alimentaires. Mais en revanche les ajouts ont été sans influence. Comme quoi le mieux peut être aussi l'ennemi du bien...

On me donnera le chiffre de l'émoglobine ces jours-ci.

Normes selon le Dr Klinghardt

Ces normes sont plus détaillées les voici :

  • <210 mmol 1 hypoglycémie
  • 210-240  transition vers l'hypoglycémie
  • 240-260 valeurs normales
  • 260-290 transition vers le diabète ou intolérance au fructose
  • > 290 diabète, intolérance au fructose. 

De ce point de vue le résultat est encore tangent et mérite d'être amélioré. Il va donc falloir reprendre des essais notamment en commençant par la Metformine, puis en reprenant l'extrait de canelle.