Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2013

Lait cru, soja et Cie...

Lecat.jpgJe recommande tout particulièrement la lecture du livre de Marguerite Lecat intitulé Quand les laboureurs courtisaient la terre car il ne concerne pas que le lait cru qui était encore utilisé nature sans pasteurisation. En plus on en trouve de nombreux exemplaires d'occasion. J'ai payé le mien 1,50 € mais en revanche le port était un peu ruineux.

Certes, on y découvre que son père, digne représentant d'une longue lignée de "laboureurs" remontant bien des siècles en arrière, livrait du lait cru à destination des enfants des familles nombreuses de la région d'Etaples mais on y découvre ce qu'était encore une exploitation agricole convenablement gérée où rien ne se perdait et ou toute opération était le résultat d'une expérience et d'une véritable science. Les labourages par exemple bien différents selon la nature de la terre, argileuse ou crayeuse. Moi qui ait passé toute mon enfance à la campagne dans les années 50, je constate que tous cela avait déjà été perdu, du moins je n'en ai pas entendu parler.

Le père de l'inventeur du K-philus et son frère discutaient en latin à table ! On découvre toute une sociologie dont on n'a plus la moindre idée avec des collèges qui formaient une véritable élite. Mais il est vrai que Marguerite Lecat venait d'une région assez privilégiée sous ce rapport. Ainsi ceux qui dans la fatrie ne pouvaient devenir exploitant agricole, devenaient ou prêtres, ou juristes (assez souvent notaires) ou encore médecin et le tout formait un réseau.

On comprend comment la agriculture française a été ruinée par l'invention de la rentabilité du crédit et surtout des "Assurances sociales". Je savais que les "laboureurs" faisaient partie d'une sorte d'élite car ils avaient droit à porter une blason mais je n'avais aucune idée de ce que nous décrit l'auteur de l'organisation matérielle et sociale d'une ferme bien tenue où ne se perdait que la fumée sortant des cheminées.

Concernant le beurre cru et bio ainsi que le lait idoine en version kéfirisée, je m'y suis mis après avoir surmonter une sorte de dégoût et de cette foutue appréhension des graisses saturées. J'ai trop le souvenir détestable du lait chaud de 4 heures qu'on nous faisait ingurgiter en pension... 

L'ajout à ma ration de ces produits + ma cure de charbon plus zéolithe la nuit ou du moins tard en soirée m'a procuré un mieux être palpable qui m'étonne. Je n'ose pas crier trop fort mais bon c'est quand même palpable. Pas de dépression, plus d'humour et beaucoup moins de fatigue. Ces jours-ci j'ai travaillé jusqu'à 3 et 4 heures du matin en ressentant parfois une sorte de tranquillité intérieure dont je n'avais pas idée qu'elle puisse exister. Evidemment je ne me lève pas très tôt mais je suis à la retraite. Je surveille mon poids et je ne constate pas de changement notable alors que j'ai plutôt tendance à forcer sur le beurre. C'est tellement bon avec du pain complet maison et de l'ail à croquer !

J'ai du voir mon généraliste hier pour un banal renouvellement d'ordonnance de kiné et je lui ai raconté ça. Il m'a dit que ses amis endocrinologues se sont mis à déconseiller les laitages (sous entendu industriels puisqu'il n'y a guère que cela). Peut-être à cause des facteurs de croissance, je ne sais, alors j'ai corrigé en soulignant que ce sont les laits trafiqués qui sont en cause.

J'en arrive à la conclusion que beaucoup de personnes souffrant de fatigue chronique, devraient se remettre d'abord au beurre cru et bio et rejeter sans autre forme de progrès toutes ces pseudo beurre ou margarines même bio et revenir à un minimum de graisses saturées animales traditionnelles en réduisant les polyinsaturées. Taty donne comme ratio 50/40 et 10% de graines diverses (noisettes, cajou etc...). Je déconseille l'huile de lin. Même à 4° elle rancit assez vite par contre un peu de graine de lin moulues mais surtout pas cuite dans le pin comme le recommande De Lorgeril, c'est une hérésie!

J'ai consommé régulièrement de l'huile de lin, aucun résultat et sur la peau ça devrait se voir. 

Concernant la vogue du soja, je suis contre mais je dois dire que Taty a tort de minimiser la consommation des asiatiques. On n'a que peu de données précises mais il est faux de vouloir réduire cette consommation à un usage condimentaire. Elle a refusé de prendre en considération la contradiction pour de mauvaises raisons : quand j'ai terminé avec un dossier je classe et j'oublie...

La fermentation ne détruit pas les isoflavones (oestrogènes) qui sont sur la sellette. Sont-elles dangereuses ? Les études sont contradictoires et non seulement c'est toujours ainsi mais c'est voulu ! En grattant, je me rends compte que ce sont probablement les acides gras trans + le déséquilibre en acides gras saturés naturels + la dénaturation des laitages qui sont la principale cause des maladies telles que troubles cardio-vasculaire, cancer (du sein et de la prostate en particulier). Criminaliser les seuls laits dénaturés n'est pas sérieux.

Quant au soja, je préconise de s'en tenir à la vraie sauce de soja, celle qui est fermentée et par obtenue avec des acides, le natto et le tempeh. Les laits végétaux sont surtout des sources excessives de glucides et le lait et les yaourts de soja je ne trouve pas çà goûteux. Idem pour les steack : le tofu n'a pas de goût l'aromatiser est un casse tête et les steack parfumés diversement, au goût fumé ou pas du commerce "bio" coûtent la peau du cul. Voici là donc bien des raisons pour refuser d'entrer dans la polémique autour des études toujours mal foutues et conclure que la seule chose intelligente à faire c'est de revenir à l'alimentation traditionnelle et locale telle qu'elle existait au début du dernier siècle. Tout ce qui est "exotique" devant demeurer dans la rubrique des "amuse gueule" pour "bobo friqués". Ces gens là ont le droit d'exister mais c'est pas l'élite à mes yeux ! 

Voir également la série d'articles de

http://www.satoriz.fr/produits-bio/Bernard-Gaborit---Le-g...

15/06/2013

Alimentation médicatrice, mieux que Kousmine et Seignalet : les "topos de Taty"

tati01b_small.jpg

Sur la maladie de Lyme voir impérativement la dernière note la concernant :

http://silicium.blogspirit.com/archive/2012/09/19/la-mala...

La citoyenne dont il va être question se présente comme chercheuse en cuisine, Inventeur de la non-cuisine, Courtière en régimes-santé. On pourrait préciser qu'elle est hostile aux régimes d'enterrement car elle aime manger...

Mon attention a été attirée sur les publications de cette naturopathe belge qui a publié plusieurs petits livres et une revue. D'un côté surtout des recettes de cuisine et de l'autre des monographies autour de différentes pathologies qui se recoupent quand aux causes multifactorielles et aux moyens de les traiter. Les naturopathes qui suivent cette piste basée sur des travaux de chercheurs et de thérapeutes anglo-saxons qualifient ses livres et ses séminaires de "bordéliques".

Je ne suis pas en mesure de morter un jugement car il y a beaucoup à lire mais le fait est que quand on débarque sur son site on est vite un peu noyé par l'abondance du propos (FAQ), la référence à des concepts censés être connus et aussi par le nombre de publications qu'il faut sans doute prendre dans l'ordre adéquat après avoir réuni entre 6 et 10 titres différents ce qui représente un investissement non négligeable.

A ce propos, j'ai noté que l'auteur se plaint que les Editions Amyris qui proposent encore 3 de ses titres ne lui auraient pas payé ses droits d'auteurs. Aussi la dame a t-elle fondé sa propre maison d'édition et on peut constater qu'en matière de publicité elle sait se vendre, bien qu'elle soit pratiquement inconnue dans l'hexagone.

Projet de recension : appels aux dons pour l'achat des monographies

La matière étant extrêmmement touffue quoique prometteuse, si l'on daigne faire appel à la reconnaissance du petit cochon rose (qui chôme en ce moment et aimerait agiter sa petite queue plus souvent) je propose d'investir et de constituer des résumés de la matière principale car bien évidemment dans ce genre de livre les exemples de succès et les illustrations tiennent la plus large place. Or ce sont les principes et les données méthododiques qui nous intéresse et qu'il faudrait résumer. Et je note à ce propos qu'en fait de synthèse, on ne trouve rien...

Les naturopathes qui diffusent à l'intention de leur propres patients des données venant de Taty Lauwers m'ont paru incapables de résumer les données fournies. J'ai sous les yeux deux exemples, celui concernant la manière de faire le bouillon de poulet et une méthode de prise de tension qui permet de cerner la nature et la gravité d'un état de fatigue. Pour le "bouillon" ça va encore, mais pour la prise de tension, on aurait pu résumer le propos par 2 ou 3 schémas graphiques qui eussent éviter un "baratin" qui embrouille. Je suis un "visuel" et j'aime avoir des images pour fixer ma mémoire.

J'ai demandé des services de presse mais je n'ai pas eu de réponse. Ainsi dans la mesure où il ne me coûte rien de partager le fruit de mes lectures et que d'autre part l'effort consistant à rédiger une synthèse est favorable à l'exercice de la mémoire, je trouverais assez normal que les lecteurs qui souhaiteraient en savoir davantage avancent chacun tout ou partie du prix d'un des livres (22,00 € + port) sinon c'est entre 600 et 1000 pages qu'il leur faudra acquérir et assimiler. Ce qui ne me semble pas si évident.

Les limites du régime de Seignalet

Le régime de Seignalet qui est en gros est un mixage du régime crudivore de Burger et de Kousmine a contre lui deux inconvénients majeurs : le cru n'est pas bon pour tout le monde et en particulier pour ceux qui souffre d'une inflammation intestinale (rectocolite, maladie de Crohn) et la pratique de l'éviction des céréales et des laitages n'est envisageable que temporairement le temps de calmer le jeu. J'ajoute que le fait que le Dr Seignalet soit décédé d'un cancer du pancréas laisse à penser que l'excès de crudités ne lui aurait pas réussi.

J'ai expérimenté ce régime avec un certain succès : digestion hyper rapide au point d'avoir fin une heure après un repas et impossibilité de se jeter sur une viennoiserie ou une pâtisserie. Si certains paramètres ont été améliorés je me suis retrouvé avec des crampes d'estomac que j'ai eu bien de la peine à maîtriser.

Des présupposés moins systématiques

J'ai du imprimer et lire 300 pages tirées du site de l'auteur. On peut constater en parcourant ce qui est accessible que l'auteur après avoir été influencée par un certain systématisme au demeurant très français chez Seignalet qui est un pur cartésien est sortie progressivement de ce carcan. D'abord elle connait la diététique ayurvédique, la diététique chinoise (différents types de Yin et de Yang), s'est intéressée au régime des groupes sanguins et a trouvé son salut chez des chercheurs et des thérapeutes anglo saxons totalement ignorés sous nos latitudes.  Elle dénonce à juste titre des anomalies comme le rejet des cérales au profit du soja (Seignalet) fort sujet à caution, enfin la dysbiose intestinale est au centre de ses préoccupations. Or je suis convaincu que tout le mal ou presque commence par là et que c'est un des plus puissants dénominateurs communs des nouvelles pathologies.

Les ouvrages principaux

Je vais en présenter quelques uns en précisant que si l'on veut s'en faire une idée il convient de se borner à imprimer la plaquette de présentation en pdf qui donne la table des matières et le sommaire. pour juger de l'intérêt d'un livre la table des matières (qui manque souvent) est primordiale. Or les tables tendent a démontrer une certaine tendance à l'exhaustivité. Et cerise sur le gateau, l'auteur donne dans chaque monographie un index. Cherchez donc les livres pourvus d'un index : ils ont la queue courte preuve de beaucoup d'incompétence voir d'un foutage de gueule assez généralisé. Oui je le dis car cela fait 30 ans que j'observe l'évolution de l'édition française dans divers domaines et c'est la CATASTROPHE: on fait des tas de livres creux avec beaucoup d'air dedans et aucune matière palpable. Et la sacro sainte liberté d'opinion nous coûte cher en terme de déforestation !

L'auteur est dotée de beaucoup d'humour, on va le voir !

Qui a peut du grand méchant lait ?

laitcoverp1_small.jpg

Le paysage a tendance à se partager entre lelobby "prolait" et les "antilaits" dont Thierry Souccar est l'actuel chez de file vivant. Et dans ce dernier cas c'est au prix de raisonnements simpliste : le lait est pour les veaux ou les bébés dont pour les adultes c'est caca.

La vérité est bien différente, à savoir que la majeure partie des problèmes vient de la dénaturation du lait du fait des vaches qui ne broutent plus guère et par les traitements ignobles infligé au produit de l'animal sacré des indiens. S'il est exact qu'il y a des gens qui devront se passer ou se méfier des laitages à vie, à condition d'écarter les produits merdiques d el'industrie laitière (avec ou sans bifidus, cette engeance qui fait grossir et rend agressif mais c'est bon pour cloner des technico-commerciaux offensifs et détestables...), il s'avère possible dans certains cas d'utiliser du lait et du beurre cru (que l'auteur rient en haute estime) ou des laits fermentés mais sans excès.

Du gaz dans les neurones (la dysbiose intestinale)

gazcoverp1.JPG

Ce livre est à mon avis essentiel. Le précédant a surtout pour intérêt de faire l'inventaire des dénaturations des produits laitiers. Quand à déterminer qui peut consommer des laitages c'ets une autre affaire et une affaire de "profil", or je ne vois rien dans les table consultées qui aborde cette question. Raison pour laquelle il me faudra sans doute tout lire pour débusquer des indications pratiques.

Le problème de la dysbiose est essentiel. Le livre n'épuise certainement pas le sujet car ainsi que je l'ai dit il faudrait remettre en honneur les fameux nosodes de Bach mais quel homéopathe les maîtrise encore ? J'ai la doc technique mais je ne m'aventurerai pas à les utiliser.

Le problème de la dysbiose c'est qu'elle peut être entretenue d'abord par les glucides et je rappelle que pour aider à la levée de la pâte à pain on met en plus du sel un peu de sucre dans la cuve de la machine. J'étais arrivé à la conclusion que les bureaucrates et les retraités bouffent trop de sucre lents. Or l'auteur a déniché un régime de "glucides spécifiques" qui m'intéresse.

Le Dr Donatini met en garde contre les prébiotiques (fibres) et propose des mycéliums de champignons certainement très faiblement dosés et broyés assez sommairement avec les écorces ce qui réclame des traitements longs avant d'être efficaces. A ce propos j'ai eu confirmation que l'ARS a fait une descente dans sa boutiques et qu'une audience a eu lieu, on devrait savoir le résultat du jugement assez rapidement. C'était bien ce que je pensais : une histoire d'allégations incompatible avec la vente de produits sous le statut des compléments alimentaires. Or un aliment n'est pas censé guérir de sorte que sauf exception les médecins ne se préoccupent de diététique que pour préconiser des régimes éculés, inopérants et finalement nocifs.

Le régime "nouvelle flore" inspiré du régimes des "glucides spécifiques" va plus au coeur du problème puisqu'il consiste d'abord à affamer les bactéries intestinales indésirables en ne donnant que des glucides simples (monosacharrides) dont la digestion est aisée et complète de sorte que les "bestioles" n'ayant rien à bouffer, elles sont contraintes de réduire leur population. Des probiotiques (yaourt maison) (ou K-Philus) font le reste. ceci est un résumé simpliste. La difficulté réside dans la nécessité d'un "profilage métabolique" au sujet duquel on ne trouve pas grand chose sur le site et dans les livres. L'auteur renvoit les demandes sur les "coachs" qu'elle a formés...

Pour qui sonne le gras ?

grascoverp1.JPGA propos de gras voilà une monographie qui sans aborder le problème de la chasse au cholestérol à coup de statines et à doses massives tend à réhabiliter pour certains patients le gras et même les graisses animales. Avec la découverte de lipides dont on ne nous parle jamais comme la graisse de malme non hydrogénée qui aurait la particularité de resserer les intestins poreux.

C'est aussi et plus ou moins indirectement un petit livre qui m'a bien l'air de remettre en cause la vogue trop exclusive des Omega 3.

S'y retrouver dans les différentes classes de lipides n'est pas une mince affaire. Je viens seulement de trouver un tabeau comparatif que j'ai pu passer à l'OCR et transcrire sous Excel afin d'opérer des classement par type de lipides.

C'est sans doute le livre de la série qui sera le plus difficile à avaler pour la plupart d'entre nous puisque les graisses animales (saturées) sont plus ou moins réhabilitées. On envisage ici la possibilité d'un accord avec la médecine ayurvédique ou le beurre sous sa forme clarifiée constitue un pilier de la cuisine indienne. Mais ça dépend des doshas !

Il existe plusieurs tests sur Internet pour déterminer le sien. Celui-ci qui est manuel est le plus détaillé. Malgré mon côté apparement très colérique, je suis assez formement Kapha ce qui peut surprendre ceux qui ne connaissent que mon blog. Mais le monde n'étant qu'apparence mes interlocuteurs sont souvent assez surpris au téléphone de ne pas avoir à faire avec un excité... La pratique des tests est des profilage est toujours très délicate car il n'existe pas de type pur et il est souvent difficile de choisir entre 3 options.

En cas de doute ce test permet de cocher 2 colonnes sur trois...

Pour la MTC je ne connais que les 2 volumes signés Eysallet, Guillaume et Mac-Chieu et aucun questionnaire.

Canaris de la modernité

canaricoverp1.jpgDeux autres monographies s'intitulent Gloutons de Gluten et Cinglés de sucres. Je n'en dirai rien, les titres sont assez transparents. A mon humble avis si ces titres sont très porteurs en terme de vente, ils fractionnent la matière étudiée d'une manière qui n'en facilite pas la synthèse et cela aboutit forcément à des répétitions et à une dispersion des éléments utiles.

Pourquoi parler de "canaris" ? Les canaris servaient autrefois à détecter dans les mines la menace du grisou. Quand un des oiseaux mourrait ou tournait de l'oeil les mineurs se barraient vite fait en emportant la précieuse cage. Les "canaris de la modernité" et bien ça rassemble toutes les sujets, des enfants principalement, qui sont devenus hypersensibles à toutes sortes de polluants d'où la multitude des nouvelles pathologies (hyperactivité, autisme, inflammations intestinales etc...).

J'arrête là mon évocation. Vous êtes assez grands pour aller voir vous même le site et découvrir le reste et lire tout ce qui est mis à votre disposition. Mais je doute que vous puissiez en tirer autre chose qu'un vague espoir n'étant pas certain que vous avez peut de chance en lisant ces monographies de pouvoir en tirer des indications pratiques pour votre gouverne.

Je renouvelle donc ma proposition de les lire pour vous et de proposer une synthèse. C'est en haut et à gauche pour les participations....

Candidose et candidose...

L'auteur semble distinguer deux type de candidoses, la candidose classique (vaginale notamment comme effet secondaire notamment de l'abus d'antibiotiques) et une candidose systémique sur laquelle je n'ai pas trouvé d'éclaircissement. Mystère pourt l'instant.

Un espoir pour dans les fibromylagies, les maladies auto-immunes (SEP, polyarthrite), Crohn etc...

On retrouve l'idée que ces maladies ont le même fond commun de dysbiose et qu'il n'y a pas tellement lieu de se poser la question de savoir si la fibromyalgie, la SEP, Charcot seraient des déguisements de la maladie de Lyme car le traitement alimentaire aboutit à des solutions plus ou moins communes.

J'étais très occupé ces derniers temps à essayer d'orienter trois ou quatre correspondantes manifestement atteintes de Lyme et un cas de Crohn m'est tombé dessus parmi des gens qui me sont relativement proches.

Je dois dire que la découverte des monographies de Taty me laisse quelque espoir raisonnable de pouvoir avancer des solutions naturopathiques alors que récemment encore je doutais des possibilités en cette matière. Certes je persiste à penser qu'il faudrait être médecin et naturopathe pour commencer à être complet et avoir les mains relativement libres mais les choses étant ce qu'elles sont, faut pas rêver !

Conclusion provisoire

Les monographies évoquées sont  de nature à bousculer complètement les idées que l'on peut avoir sur la diététique. Elles bousculent non pas seulement les recommandations académiques officielles (recommandations que je qualifierai de "profanes" car la médecine dite "officielle" se contrefout royalement de la diététique et tend à vouloir imposer à tous les même "régime antigras" avec 5 fruits et légumes (pestiférés) rien que pour booster le commerce du maraîchage empoisonné) mais également tous les systèmes de régime existants qui il faut le dire tendent à une sorte de "standardisation" alimentaire car du côté alternatif un schéma plus ou moins apparenté au "seignalétisme" tend à dominer le tableau. Rien qu'avec ce que l'on trouve sur le site de Taty, il y a bien de quoi se trouver complètement déstabilisé. Et ce que je me demande (et je ne le saurai qu'après avoir lu les monographies) c'est dans quelle mesure l'auteur fournit les notions suffisantes permettant d'effectuer le "profilage" déterminant quant au choix de la stratégie à adopter.

La lecture de la FAQ lorsqu'est évoqué le cas d'enfants "canaris" hyper réactifs fait peur quand à la complexité du problème quant aux rechutes possibles tenant à des causes qui sont loins de sauter aux yeux. 

Les vertus du bouillon de poulet

On a attiré mon attention dnas le même temps sur les vertus du bouillon de poulet qui avec un régime d'exclusion pour commencer consistue un piste à suivre.  Le régime de purification appelé Khichadi de la diététique indienne c'est au fond du Seignalet en mode exotique et ça évite de se casser la tête. Seulement je note en passant que puisqu'il est basé sur le riz + une légumineuse il ne semble pas compatible avec le régime dit des "glucides spécifiques". 

Quand au bouillon de poulet il constitue  une solution dans divers problèmes inflammatoires. Je tiens de Jacques Valentin un lien vers l'explication scientifique.

Le bouillon de caracasse de poulet contient de l'UC-II (undenatured type II collagen) qui est disponible sur le marché des suppléments. Celui-ci diminue fortement la réponse inflammatoires au niveau des cartilages.

Lire par ex :

http://www.lef.org/magazine/mag2012/feb2012_Protect-Joint...

Le complément correpsondant :

http://www.iherb.com/Source-Naturals-UC-II-40-mg-120-Caps...

Une stratégie contre l'arthrose en général

L'article évoqué évoque d'autres compléments (Boswellia, Bore, Glucosamine etc...) qui doivent être associés dans le cas des inflamations dont le siège est articulaire.

Inflammation intestinales (Crohn, entérocolite, colites)

Le bouillon de poulet pose un certain nombre de problème. J'ai acheté un poulet bio à Auchan de préférence à une volaille label rouge. La viande est sans goût et aucune couche de graisse ne s'est déposée à la surface du bouillon en dépit de 4 heures et demie d'infusion. Une fois de plus les choses simples deviennent compliquées en pratique... Le cas échéant, si on me le demande je feria une fiche sur la question.

Commencer par exclure les céréales et les laitages (voir régime ayurvédique cité plus haut, c'est un plat de riz blanc long et de haricot Mungo jaunes avec des épices). 

Ensuite Jacques Valentin précise : beaucoup d'omega 3 alimentaires : poisson + Colza, peu de viande rouge et de porc, plutôt viandes blanches.

De la vitamine D (études encourageantes) auquel j'ajoute impérativement par des apports journaliers, les apports en dents de scie des doses mensuelles ne donnent pas les mêmes bénéfices. 

On peut aussi essayer des immunomodulateurs comme Epicor ou Tinofend le nouveau produit de Life extension.

http://www.iherb.com/Healthy-Origins-EpiCor-500-mg-150-Ca...

http://www.iherb.com/Life-Extension-Immune-Modulator-with-Tinofend-60-Veggie-Caps/48807

N'oubliez pas si vous commandez chez Iherb.com le code FIH016 qui vous donnera droit à une réduction de bienvenue.

Ils favorisent une réponse immunitaire dans des limites saines.

Commencer par Epicor pendant 3 mois qui a un profil d'efficacité très bien documenté en commençant par 2 par jour puis 1 après 1 mois.

Mais commencer par régime + vitamine D.

Pour la vitamine C prendre une forme tamponnée (pas d'acide ascorbique pur).

Un complexe de vitamines B peut aider également.

On préconise la poudre d'absinthe qui agirait sur la THNF alpha (500 à 750 mg/jour) mais attention ça ne peut pas constituer un traitement au long court car l'absinthe contient de la thuyone.

J'aurais sans doute l'occasion de revenir sur ces pathologies et de définir des propositions plus élaborées mais il y a du pain sur la planche...

14/12/2012

La diabolisation de l'huile de palme : dégâts prévisibles, le remède pire que le mal...

Palme.jpgL'association Greepeace est partie en guerre contre l'huile de palme car elle donne lieu à beaucoup de déforestation notamment en Indonésie. Elle a réussit à contraindre des réseaux de grandes distributions à boycotter des produits à base d'huile de palme. Et on parle de taxer les importations à 300% !

J'en profite pour dire que je hais bien des choses, les marchands bien sûr mais aussi toutes ces ONGS dont on sait qu'elles ne sont que les caisses de résonance d'intérêts occultes multiples et divers. Puisque j'ai l'occasion d'aborder cette question, foutez vous dans la tête une bonne fois pour toute que si la générosité et la sincérité peut exister chez les particuliers, à partir du moment où cela donne lieu à un groyupement ou une association quelconque, il existe un grand danger de récupération. Donc si vous voulez faire du bien faites du bien autour de vous. A propos mon petit cochon rose vous tends les bras...

On reproche donc à l'huile de palme d'aboutir à un désastre écologique et la vie de certains grands singes serait menacée. C'est un fait qu'il existe un danger mais diabolise l'huile de palme serait pire encore.

Contrairement au soja, au tournesol et autres la culture du palmier est très productive, elle demande moins de surface, moins d'engrais et surtout moins de pesticides. D'autre part si l'huile de palme contient des graisses saturées, elle en contient moins que le beurre et un spécialiste de l'Institut Pasteur est d'avis que si l'on doit limiter sa consommation sa nocivité est exagérée. D'autre part, si on supprime l'huile de palme il faudra la remplacer soit par le beurre (qui est pire car l'huile de palme contient 15% en moins de graisses saturées tout en apportant de la vitamine E et du bétacarotène) soit par des huiles hydrogénées pour obtenir le caractère solide de l'huile de palme. En d'autres termes, ce serait multiplier la consommation d'acides gras trans qui est la pire des calamité dans le domaine.

Bien évidemment, nous sommes gouvernés en majorité par des corrompus qui ne songent qu'a s'enrichir et quant aux parlementaires c'est encore la pire des calamnités. Je trouve scandaleux pour ma part que l'on puisse autoriser des gens qui n'ont pas fait la moindre étude juridique à voter des lois. S'il ne tenait qu'à moi j'éxigerai pour être élu au moins un doctorat ! En plus de la corruption éventuelle s'ajoute tout simplement l'imbécilité de gens qui par leurs carences intellectuelle et leur incapicité à réfléchir plus loin que le bout de leur nez sont exposés à toutes les manipulations possibles et imaginables.

Donc l'huile de palme, dès lors qu'elle n'est pas hydrogénée et donne lieu à une culture raisonnable demeure une denrée VITALE. S'en priver c'est aller au devant de problèmes pires que ceux qu'il s'agirait d'éviter.

Voici en vrac quelques lien pour vous faire une opinion sur le sujet :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Huile_de_palme

http://www.rfi.fr/france/20121117-pourquoi-huile-palme-nu...

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/11/26/19485-faire...

http://www.santenatureinnovation.fr/quelles-solutions/nut...

http://www.cirad.fr/actualites/toutes-les-actualites/arti...

20:24 Publié dans Lipides | Lien permanent | Commentaires (0)