Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2017

Une étude du phénomène MMS par Richard Haas

1798904584.jpgJ'ai reçu ce jour un émail de cet auteur ainsi conçu :

Bonjour M. Metzger, (pseudo ??) 

Je vous sait très vindicatif aimant tailler en pièces les uns et les autres. Pourtant, à mes risques et périls, je me permet de vous transmettre mon avis sur la proposition de rendre 11 vaccins infantiles censés devenir obligatoires et un document d’analyse que j’ai effectué sur le MMS.
 
Je ne suis pas "vindicatif" du moins gratuitement comme on le présuppose car j'ai pris la peine de fournir des liens vers les études de cet auteur bien qu'il ait retiré de son site son étude (remarquable) sur le problème des eaux alcalines ionisées, totalement contraires aux règles équilibres tirées de la BEV (bio électronique de Vincent). Ce me semble être la preuve d'une réelle estime et je ne confonds pas les travaux de l'intéressé avec des difficultés d'ordre caractériel dont je ne garde plus à vrai dire qu'un souvenir assez vague.
 
 
Ce retrait a été motivé par des menaces de procès relevant comme à l'accoutumée de véritables tentatives d'intimidation dont son coutumiers certains marchands. J'aurai à revenir sur ce point à propos de la condamnation morale par ce même Richard Haas de la pratique de l'anonymat.
 

" MMS" : un vrai faux ami ?

Malheureusement, n'ayant pas le droit de diffuser ce texte sans le consentement de son auteur, et ne pouvant livrer au public son email qu'il est impossible de trouver sur la toile en raison de la pluralité d'homonyme.

J'ai parcouru très rapidement ce texte conçu en trois parties. La première reprend les affirmation et témoignages en provenance de Jim Humble, la seconde envisage une critique et la science officielle que selon la médecine académique. Quand il s'agit de se référer à la BEV, à Antoine Béchamp, à Gaston Naessens et Günter Enderlein (p 19) comment peut-on parler de "science officielle". Je parlerais plutôt carrément de point de vue de la médecine étendue, raisonnable et alternative !

Mieux vaut sauter aux conclusions : l'auteur se demande si quelque chose n'a pas échappé à la science académique officilleen raison des résultats obtenu par Humble et coll, l'institut Bradford, le Dr Hesselink, le Dr Theresa Forcades etc (p. 33)... Tout en notant de nombreuses incohérences majeures dans les discours pro MMS, l'auteur souligne que les chlorites sont des oxydants puissants (p. 35).

D'où la question suivant, je cite p. 35 :

Une question délicate et très importante ne répond en rien à notre interrogation. Malgré toutes les données positives qui se prononcent en faveur de l’utilisation du « MMS » par voie orale, y a-t-il oui ou non déplacement du terrain de la santé vers l’oxydation par une utilisation du dioxyde de chlore sur le long terme pouvant ainsi générer d’autres maladies ??

Enfin p. 36

Dans certains cas et situations exceptionnelles, il est indéniable que le « MMS » peut être utile et rendre des services incontestés, mais de préférence sous surveillance médicale.

Rappel de mes propres conclusions

J'ai mis l'accent sur l'expérience d'un ami qui a pratiqué le "MMS" pendant de nombreux moins et s'est retrouvé épuisé. Il avait imaginé d'après les symptômes être victime d'une valvulite, ce redoutable effet secondaire du Mediator. C'est en me souvenant qu'il m'avait parlé de "MMS" que l'ayant questionné il m'a répondu que oui il continuait d'ne prendre. Lui ayant conseillé de cesser immédiatement, je lui ai prédit avec succès que dans quelques semaines il n'y paraîtrait plus. Il a effectivement retrouvé son énergie d'avant.

Conclusion

Le mérite et l'intérêt du texte commenté, c'est d'avoir passé au peigne fin la documentation et les témoignages existants et de les avoir confronté à un raisonnement basé sur les acquis de la BEV en particulier. Richard Haas en arrive au fond à la même conclusion que votre serviteur, à savoir que les usages positifs du MMS ne peuvent être que ponctuels et que dans l'état actuel des choses à moins d'être soit même un thérapeute en mesure d'observer finement le cas de patients, on ne peut pas délivrer de conseils précis et l'on se doit de maintenir une ferme mise en garde contre l'usage inconsidéré de ce genre de produit par des particuliers. Il est à noter que les témoignages de succès que l'on trouve sur les sites vendant du "MMS" sont absolument inexploitables. Ne peuvent être considérés comme probants que la publication de dossiers convenablement documentés avec résultats d'analyse et autres constatations objectives.

Il est certes dommage que ce texte ne soit pas largement accessible mais d'un autre côté il est à craindre qu'il n'y ait rien de nouveau sous le soleil.

En ce que concerne le projet des 11 vaccinations

Dans un second émail Richard Haas me précisait que :

Les lois d'obligations vaccinales en France sont en contradiction avec la loi sur la liberté de choix thérapeutique. L'article L.1111-4 du code de la santé publique (LOI n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé - dite loi "Kouchner". De plus l'arrêt de la Cour Européenne des Droits de l’Homme rendu en 2002, qui précise « qu’en tant que traitement médical non volontaire, la vaccination obligatoire constitue une ingérence dans le droit au respect de la vie privée, garanti par l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales » (Arrêt SALVETTI c/Italie – CEDH Décision du 9 juillet 2002 ; n° 42197/98)

Nous le savons tous, il n'empêche qu'une obligation vaccinale minimale existe toujours et que cette liberté thérapeutique, lorsqu'elle relève du "viol" caractérisé et du risque d'empoisonnement s'avère inopérante.

Nous ne sommes donc pas en désaccord sauf que je me fais l'effet d'être moins naïf que mon collègue.

12/01/2013

MMS, je maintiens ma "mise en garde" !

MMS.jpgJ'ai eu des avis favorables sur le MMS. On me signale entr'autres chez des personnes âgées une meilleure forme, de la clarté mentale etc...

Je reste malgré tout sur mes positions car j'avais signalé le cas d'un ami qui ayant suivi scrupuleusement le protocole de Jim Humble durant 3 mois, lequel s'est retrouvé dans un état d'épuisement ciomplet (au point de s'être inventé une valvulite) et n'a retrouvé une meilleure forme qu'en arrêtant le MMS. Or il a fait se protocole sous la direction d'une copine qui est chimiste de profession. Il ressort des recherches de cette dernière que l'hypochlorite de sodium donne les effets toxicologiques suivants :

  1. Epuisement
  2. Méthémoglobinémie
  3. Destruction des néphrons

Concernant le dioxyde de chlore, ne sont répertoriés que des effets cutanés et au niveau respiratoire (irritations). En réalité on ne dispose pas de données toxicologique pour son usage interne car personne n'a jugé utile de s'en enquérir tout simplement parce l'occasion d'en absorber accidentellement ne s'est jamais présentée.

Le patient en quesiton a fait un profil de réactivité sérique (technique du Dr Jean-Yves Henry) et le verdict est tombé : terrain hyper oxydé. Les bilans immunitaires sont très mauvais : chute des T4, T8, natural killers. Et aucun effet n'a été noté sur son hépatite C et sur une staphylococcie.

La conclusion qui s'impose est que la toxicologie du dioxyde de chlore produit par l'acidification de l'hypochlorite de sodium est très certainement identique à la toxicologie de la molécule de départ.

Dans ces conditions, je maintiens les réserve que j'ai exprimées mais chacun fait ce que bon lui semble. Il est possible que cette technique ait un intérêt dans le palu mais piour je reste je demande à voir des preuves sous l'a forme de données biologiques.

14:16 Publié dans MMS | Lien permanent | Commentaires (0)

22/04/2012

MMS, appel à témoignage... Maladie de Lyme, Plasma de Quinton...

Sur la maladie de Lyme voir impérativement la dernière note la concernant :

http://silicium.blogspirit.com/archive/2012/09/19/la-maladie-de-lyme-et-le-proces-contre-le-laboratoire-schall.html

Dans une note précédante, j'ai mis en garde mes lecteurs contre la tendance à faire du "MMS" un remède miracle à tout faire et j'ai signalé le cas d'un ami qui après plusieurs mois d'usage de ce produit s'est retrouvé épuisé et n'avait même pas fait la relation avec ce produit oxydant.

Apparition d'un MMS2

mms2_capsules-500x500.jpgJe vois qu'un MMS2 est sorti sous forme de gélules. Il ne s'agit plus d'hypochlorite de sodium mais de calcium. Ma méfiance proverbiale aidant, j'ai vu là encore une effet de commerce.

La mise sous gélules est toujours un moyen de gagner plus d'argent et ce d'autant plus qu'il en faut pas mal et que la plupart des protocoles préconise de jeter une partie de leur contenant alors que la solution aurait été au lieu d'utiliser des modèles n° 0 de taper dans les dimensions inférieures (3 possibilités) et d'offrir des conditionnements d'une contenance double ou triple.

Pour contourner ce gaspillage, on peut se procurer la poudre et faire ses gélules. Voir par exemple : http://keavyscorner.com/index.php?main_page=index&cPa... mais je ne garantit pas que c'est la solution la moins onéreuse.

J'ai de plus en plus de question au sujet de ce type de traitement. Malheureusement, je ne peux pas répondre. Bien des questions restent en suspens. D'abord parce que c'est un produit oxydant et que la faveur va massivement aux anti-oxydants. Du reste le MMS est incompatible avec la vitamine C et quantité d'autres molécules. Ne parlons pas de ceux qui suivent un traitement médicamenteux classique. Ils doivent observer un intervalle d'au moins 2 heures entre les autres prises et le MMS et comme la tendance est au protocole des doses filées à raison de 2 à 3 gouttes toutes les deux heures, ça peut devenir très compliqué à utiliser.

A supposer qu'il faille admettre que le MMS produit les miracles dont on parle, cette question de protocole n'est pas simple.

Je vais voir ces jours-ci avec un ancien élève de Norbert Duffaut pour ce qui concerne l'aspect chimique mais il n'est pas sûr qu'il pourra répondre à mon attente. Quant aux témoignages, on a depuis longtemps dépassé les applications dans les cas de paludisme, de Sida, de cancers car voilà que l'on met ce MMS à toutes les sauces et qu'on le préconise pour le diabète.

Appel à témoins

Enfin, si parmi les nombreux témoignages certains sont trop peu détaillés pour être probants, il convient probablement dans certains cas de ne pas totalement exclure les services que pourrait rendre ce produit. Je demande donc à ceux qui en auraient fait usage avec profit de me décrire leur expérience.

Maladie de Lyme

Tique.jpg

Tout ce qui concerne la maladie de Lyme a été repris dans une note plus récente contenant le commentaire du procès du 18 septembre 2012 contre le laboratoire Schaller de Strasbourg et le pharmacien inventeur du Tic Tox.

 

 

 

 

 

 

Plasma de Quinton : guerre commerciale le Canada et l'Espagne...

Quinton.jpgJ'ai été amené à m'intéresser également à la fabrication du plasma de Quinton. Je suppose que l'on sait de quoi il s'agit et je ne vais pas refaire pour l'instant l'historique de cette thérapeutique.

Une guerre existe entre Quinton International (Espagne) et Quinton America (Canada, alias Biocean). Depuis la réadaction de la dernière note j'ai été amené à envisager de changer mon point de vue et je risque d'arriver à des conclusions assez diamétralement opposées à celles que j'avais tirées.

L'analyse serrée d'un document qui circule venant des importateurs français de Biocean m'a mené à la constatation d'une tromperie manifeste au sujet des procédés de fabrication (secret) qui sont censés produire un plasma de qualité supérieure à celui de la firme espagnole, héritière directe par reventes successives du fond de commerce de la famille Quinton... Il s'agirait tout bêtement de la tyndallisation qui était en usage depuis ... 1989. Des vérifications de mes déductions sont en cours. Mais si j'ai vu juste mon exégèse risque de causer, non pas un tsunami mais bien de faire quelques ... vagues !

Et je découvre que l'avant dernier abonné est un ... canadien. Assurément ce n'est pas un hasard. Mais s'il est venu en éclaireur pour le compte de la firme il risque d'avoir un petit ... choc en découvrant que le discours de Michel et Denise Piers est en train de ... prendre l'eau... 

La suite au prochain numéro, et je crois qu'elle sera très suivie... En effet, je démontrerai que le texte en question que j'ia trouvé sur http://wwws.cribd.com est un pur bidonnage !

18/11/2010

Tir de barrage contre le fameux MMS de Jim Humble

jim_humble_med.jpgNotre très haute hautorité vient de publier une mise en garde contre une "solution minéral miracle" vendue sur Internet. Je cite :

Il s’agit en fait d’une solution de chlorite de sodium à 28% qui, selon l’utilisation préconisée sur Internet, doit être mélangée avec un kit d’activation (de l’acide citrique à 10%) pour produire du dioxyde de chlore. C’est à ce produit final que sont associées les allégations médicales citées plus haut.

On prétend en effet qu'elle guérit non seulement la malaria mais toutes sortes de cancers et même le Sida.

Le dioxyde de chlore est normalement utilisé en tant qui biocide [2] pour la désinfection de l’eau courante. Aucune efficacité médicale de ce produit n’est avérée.

Ces deux substances, chlorite de sodium et dioxyde de chlore en solution, peuvent être irritantes pour la peau ou les muqueuses oculaires en cas d’application ou de projection. Par voie digestive, les effets toxiques varient selon la quantité ingérée : vomissements, fièvre, douleurs gastriques et thoraciques, et parfois de graves brûlures des muqueuses de l’œsophage et de l’estomac. Des troubles sanguins (anémie hémolytique, atteinte de l’hémoglobine) peuvent également être observés.

Voir : http://www.afssaps.fr/Infos-de-securite/Communiques-Point...

L’avis de Michel Gogna

Cet avis a été reproduit à des centaines d'exemplaires sur 36 000 sites Internet et le n° 86 du Journal de Michel Dogna s'en est fait l'écho. A l’entendre, les accidents ayant eu lieu seraient dus à une mauvaise utilisation du produit et à une augmentation trop rapide de la dose. Ce qui a vrai dire n’aurait rien d’étonnant. Il les met également sur le compte du caractère confus des explications de l’inventeur qui est en fait un ancien chercheur d’or qui aurait trouvé ce remède de cheval pour soigner la malaria de ses compagnons d’aventure. Enfin, il prétend que si un mauvais usage du produit est bien susceptible de produire des effets secondaires fort désagréables et particulièrement impressionnants, personne n’en serait mort.

Mais Dogna ne parle que de vomissements, de coliques et il élude l’accusation portant sur la possibilité de troubles sanguins. S’agit-il de troubles réels ? Le problème est que nos hautes autorités se contentent toujours d’asséner leurs verdicts sans jamais s’estimer tenus de les justifier en faisant référence, dans le cas présent, à des accidents réels qui auraient laissé une trace dans la presse.

Le personnage de Jim Humble

Le personnage est du fait même de son extraction une caution douteuse. Un ancien chercheur d’or est bien tout le contraire d’un bienfaiteur de l’humanité, c’est d’abord un aventurier assez généralement capable du pire qu’il s’agisse de meurtres éventuels en cas de conflits ou plus simplement de crimes contre l’écologie. Mais on conviendra que l'intéressé à une bonne tête mais de là à lui donner le bon Dieu sans confession, ne soyons pas idiots !

Une certaine légende tend à en faire un bienfaiteur désintéressé mais la réalité ne saurait être aussi belle. Il est clair que des gens avides de fric sont à l’œuvre derrière la promotion de ce produit que l’on vend du reste assez cher alors qu’il s’agit d’une molécule finalement apparentée à la célèbre eau de Javel et tout aussi peu coûteuse à fabriquer.

Ce qui donc est assez renversant c’est la vogue subite et l’aura quasi magique qui entoure l’utilisation particulière d’un biocide éminemment suspect par son caractère très oxydant.

J’ai cherché à en savoir plus sur ce MMS et tout ce que j’ai trouvé vient d’un médecin américain qui n’a fait qu’effeurer le problème posé par le caractère hyper oxydant de cette technique.

La fiche de Dogna p. 92 du Tome 3 de Prenez votre Santé en mains »

Une « mission humanitaire » aurait invité Humble a faire connaître sa découverte en Afrique où il aurait traité 2000 cas de malaria. Ce dont je me souviens c’est que les relations entre Humble et certains « missionnés » n’ont pas été très harmonieux mais comme j’ai du traduire des textes anglais à l’aide du traducteur de Google, le résultat m’est demeuré assez obscur. Et ce d’autant plus que j’ai remarqué en bien des occasions que les anglophones ont tendance à tourner autour du pot quand il s’agirait de dire des choses désagréables…

Un certains Dr Thomas Hesselink aurait établit une liste de 160 publications scientifiques décrivant plus de 100 000 observations sur une période de 15 années. Mais que valent des « observations » sans apparement de protocoles scientifiques et sans analyses avant et après traitement ! Bref on est encore là dans le domaine du bourrage de crâne et dans les sempiternelles incantations et c’est fou ce qu’elles ont tendance à prendre un caractère tangible par la grâce de l’Internet !

L’objectif serait de produire du dioxyde de chlore par acidification du chloride de sodium. Les globules rouges seraient incapables de discerner entre ce dioxyde et l’oxygène si bien que le dioxyde rencontrant des microbes, des parasites et des champignons les occiraient. Si rien de tout cela n’a lieu, le dioxyde de chlore est censé s’annihiler en perdant un ou deux électrons.

Or Dogna est censé être un chimiste diplômé. Qu’il ait écrit cela sans se poser la moindre question au sujet du sort de ces électrons et des dégâts éventuels qu’ils peuvent causer et sans se rappeler qu’il a écrit ailleurs que le défaut de la cancérologie officielle c’est précisément d’utiliser des oxydants hyper toxiques alors que la vogue est aux antioxydants laisse pantois !

En plus il est question de chlore et l’auteur ne nous dit pas ce que deviennent les ions chlore de la formule mais j’imagine qu’il va nous raconter que l’estomac les récupère pour fabriquer son acide. Mais apparement il a une autre solution à proposer : la perte d’électrons permettrait au système immunitaire de fabriquer de l’acide hypochloreux pour éliminer les pathogènes.

Résumé du mécanisme de guérison par Dogna

A noter  qu’il a été question au début d’acide chloreux comme précurseur du dioxyde de chlore. On a donc le schéma chroide de sodium + acide = acide chloreux puis dioxyde de chlore. Ce dernier étant censé perdre ses électrons pour devenir de l’acide hypochloreux qui serait vraiment à l’origine du travail d’élimination. Cependant auparavant et avant de perdre ses électrons le dioxyde de chlore véhiculé par les globules rouges suffirait à détruire les intrus…

En somme le produit agirait selon deux mécanismes au demeurant assez contradictoire.

Bref, ce qui choque dans cette formule magique c’est le recours à un super oxydant chloreux alors qu’on fait tant d’histoires avec les résidus de chlore de l’eau de concession ! Et ce qui me parait encore plus extraordinaire c’est qu’aucun biologiste ne se soit donné la peine de confirmer ou d’infirmer un scénario chimique qui me semble ne relever que d’une pure manipulation mentale car pour que cela soit sérieux, il faudrait, pour le moins décrire le circuit complet de la mutation des composés sucsessifs…

Encore une preuve d’irresponsabilité criminelle

La nausée ou la diarrhée ne sont pas un mauvais signe. Le corps déclenche un processus de purification en éliminant des poisons (air connu !). En fait, de nombreux témoignages rapportent un mieux être après la diarrhée…

En somme c’est postuler que plus une pilule est amère, meilleure sera son efficacité. C’est là une conception qui ne peut rencontrer un crédit que dans un monde profondément traumatisé par un masochisme hérité d’une mauvaise utilisation et compréhension du christianisme.

Quant au mieux être après la diarrhée, ça rappelle la sensation de résurrection après une violente indigestion. On croit revivre, voire renaître mais est-on guéri pour autant ? Disons que dans le cas du MMS l’amélioration vient à priori du fait d’avoir échappé à une intoxication qui a toutes les chances de demeurer légère si l’on observe la progression proposée.

Mais-est ce que le MMS guérit quoique ce soit ? Où sont les preuves formelles ?

Certes, je ne vois pas à priori de raisons d’écarter l’hypothèse d’un soulagement possible voire d’une éradication du parasite causant la malaria mais ce n’est pas parce que le MMS serait capable de lutter contre le paludisme et constituerait à cet égard un remède de cheval peu coûteux qu’il faudrait le conjuguer à toutes les sauces contre les cancers, le Sida et j’en passe. Donc et c’est à vérifier, le MMS n’aurait d’intérêt que dans un traitement très ponctuel de maladie où le parasite logerait dans le sang.

Malheureusement, il ne faut guère escompter que quelqu’un de sérieux daignera reprendre mes remarques et tirer la chose au clair. Il en va du domaine thérapeutique comme des religions, on fonctionne dans le Tout ou Rien ! Et on n’est pas prêt d’en sortir !