Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2012

A propos de l'Ormus

ormus.jpgComme je l'ai indiqué le personnage dont j'ai fait le procès dans la note précédante m'a demandé si j'avais des informations sur l'Ormus.

J'ai bien sûr constitué un dossier sur le sujet car on en a parlé à plusieurs reprises dans Nexus en relation avec l'alchimie et la chose ne pouvait me laisser insensible.

J'ai gardé dans ce dossier l'échange d'un forum animé par un certain "Queuedeville" et on en était resté à des essais (sans conclusion) sur des géraniums. Le forum a disparu et je ne trouve trace nulle par de résultats concluants de sa part.

On a produit d'autre part des photos de végétaux et de fruits qui paraissent atteint de gigantisme. Or il ne peut s'agir de truquages. l'Ormus ne serait pas le seul procédé de fertilisation à agir de façon spectaculaire sur des plantes mais certaines photos posent question qui mettent en scène des noix et un framboisier, ainsi que des plants de maïs.

Sur les circonstances de la découverte, on dispose de deux textes dont un est d'un certain Taylor et il n'est que de les lire attentivement pour constater qu'il ne s'agit que de données incohérentes à bien des égards. La plus grande des incohérences est celle qui a consister à prétendre que le terrain qui est à l'origine du "mythe" recèlerait des particules métalliques sous une forme qu'il est impossible de prouver par les techniques existantes. Le concentré obtenu se voit alors subitement doté de propriétés extraordinaires comme celle consistant à disparaître puis à réapparaître, à changer de poids et aussi à amasser des charges électriques etc...

On s'est empressé d'accoler à cet amalgame de notions pseudo et para scientifiques une relation avec l'alchimie. En fait les plus matérialistes suivent les traces d'un Tesla au travers d'une course à l'énergie libre tandis que la fraction des amateurs les plus spiritualistes rêvent de la fameuse pierre philosophale. Laquelle auriat tendance à se démocratiser puisque l'on pourrait en somme tirer quelque chose qui lui ressemble d'un vulgaire sel de mer brut, celui de la Mer morte étant, par sa concentration, réputé le plus chargé en Ormus.

De nombreux sites, le plus souvent non localisables ont fleuri pour vendre le précieux dépôt que l'on obtiendrait à partir d'une procédure relativement simple puisqu'il consiste à dessaler de l'eau salée en opérant dans une zone de pH très exactement limitée. Là encore toute la question est de savoir comment on a déterminé cette zone. Les renseignements dont on dispose sur l'histoire de la découverte sont excessivement flou et quant à la fortune du découvreur (un certain David Hudson) on découvre les affirmations les plus contradictoires allant de milliers de dollars dépensés à des millions. Aux dernières nouvelles, l'intéressé ferait payer 500 $ pour être inscrit sur une liste qui permettrait d'être averti lorsque l'intéressé aura mis au point son "or buvable". Si c'est le cas, c'est que ce dernier tarde à se manifester.

Puisque l'on fait appel aux mythes alchimique, il faut se résoudre à dire deux mots de cette discipline : s'agit-il d'un simple système allégorique pour, sous prétexte d'expliquer comment transformer l'or en plomb, enseigner une méthode de réalisation spirituelle. Il ne fait aucun doute que l'alchimie est avant tout "spirituelle". La présence d'un symbole comme celui du Rebis - qui n'est autre que la figure de l'Androgyne primordial, à savoir l'état adamique d'avant la (malheureuse) extraction d'une côté de notre mythique ancêtre pour la transformer en Eve, voir d'abord en Lilith selon une légende rabbinique, - cette figure disions-nous ne permet pas de douter que le propos est bien spirituel.

Doit-on pour autant remiser dans le magasin des supercheries éventuée les histoires de "poudre de projection" ? Je n'en suis pas absolument certain. Il y a trop de témoignage historiques pour pouvoir tirer promptement un trait sur la question. La science d'autre part admet la possibilité de transmutations, voir les travaux de Kervran.

Ce qui est sûr, c'est que la médecine spagyrique a pu faire merveille. Certains secrets sont-ils perdus ? Un livre comme celui de Majvéric permet de renouer avec des éléments fiables. La procédure pour constituer un remède végétal à partir d'une plante est simple et se déroule en deux étapes. La première est une macération dans l'alcool absolu. La seconde consiste à calciner dans une récipient de terre de préférence les résidus solides. Ensuite on lessive les cendres. On concentre chaque fraction obtenue et on mélange le tout. Je connais quelqu'un qui s'est livré à ce type d'expérience avec la prêle, plante réputée saturnienne et a administré quelque gouttes de son extrait dans le Coca Cola qui était à disposition lors d'une réunion où l'on fumait du H. Les crises de fou rire auraient cessé brutalement et tout ce petit monde aurait été dégrisé brutalement, chacun se demandant ce qu'il faisait là... Je n'y étais pas mais mon témoin est fiable.

Pour en revenir à l'Ormus, j'attends de pouvoir entrer en contact avec quelqu'un qui soit susceptible de me prouver que le produit qu'il aura absorbé a eu une autre action que purement psychique. J'ajouterai qu'en ce qui concerne l'apparition de certains végétaux monstrueux dans la mesure où l'on invoque une relation et même une sensibilité de l'Ormus aux intentions de l'utilisateur, il pourrait bien s'agir tout simplement d'une "support" et ce serait en définitive la foi mise dans ce dernier qui agirait. Je ne puis m'empêcher de penser à certaines expériences faisant appel à des "devas" de la nature comme le jardin de Findhorm et quand on voit avec quelle facilité les gens qui parlent d'Ormus passent d'une "science" d'avant garde aux contours les plus indécis à tous les "mythes" en rapport avec les "forces" en jeu dans le monde intermédiaire, je ne peux pas exclure que l'action en jeu aurait sa source dans la volition des utilisateurs d'Ormus.

Je suis prêt à utiliser des échantillons sur les cultures de mon balcon et si ça marche, comme je suis de nature aussi sceptique qu'un Saint Thomas, ce n'est qu'à partir de ce moment là que je pourrai me dire qu'il y a bien quelque chose dans l'Ormus.

Puisque l'on vient de parler de psychisme, je n'ai pas manqué d'être frappé par l'expérience d'un correspondant qui s'est adonné à la pratique d'une certaine "voie humide" et a failli y perdre la vue. Ses tentatives de laboratoire ont été précédées d'expériences psychiques à caractère "initiatique" qu'il ne peut pas avoir inventées. Elles ont du reste provoqué du trouble dans on entourage familial. On pourrait certes longtemps discuter sur le fait de savoir si le contenu de ces expériences présente un authentique caractère spirituel ou si au contraire elle ne recèlent point un côté parodique. Mais là n'est pas la question, ce que je note c'est que la personne concernée a ajouté fois dans une théorie conspirationnsite en vogue, laquelle comporte, à mes yeux, du moins une contradiction rédhibitoire.

Je m'explique on ne peut pas d'un côté professer que telle oligarchie qui tiendrait toutes les commandes dans le monde actuel puisque avoir programmer l'extermination (notamment par des vaccins) de la majeure partie de l'humanité actuelle et pour finir une situation apocalyptique susceptible de la contrainte à mener une vie de taupes dans des abris souterrains si par ailleurs on postule que son  but serait de faire travailler cette majorité composée d'esclaves à son service exclusif. ce qui est certain c'est que les jeux d'intérêt dominants provoquent des convergences et que l'on va droit dans le mur. Ces convergences et certaines complicités peuvent donner l'impression qu'il existe quelque part une centrale de décision mais l'on ne doit pas oublier une vérité théologique basique, à savoir que les armés de l'Adversaire sont divisées contre elles mêmes. C'est une chance qui nous laisse encore un peu de répit. Sans doute plus pour très longtemps mais il faut éviter à la foi le déni systématique quand il est question de "complots" et le genre de délire évoqué ci-dessus.

Pour en revenir au problème posé par l'Ormus, je suis tout de même obligé de faire une place de plus en plus grande à ce moteur que constituent les forces psychiques. La médecine académique se retranche derrière l'effet de suggestion quand il s'agit de l'homéopathie, ce en quoi elle a tort. Cependant, il est de plus en plus clair que le psychisme peut dans certains cas paraître dominer la matière.

 

12:48 Publié dans Ormus | Lien permanent | Commentaires (0)