Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2016

Quelles infos en vrac... Sur Joyeux, Donatini, ses mycéliums, Psiram, Petzouille, l'Oligoscan etc...

facteur003.gifJe pourrais évoquer la cueillette des cerises pour justifier mon silence mais elle ne m'a occupé qu'une bonne semaine. A ce propos quand je vois les prix en ville (de 7,50 à 12 € le kilo), je me dis que les gens sont débiles car en plus elles n'ont aucun goût. Ici ce sont quasiment des tonnes qui se perdent. Je connais un propriétaire qui a 25 cerisiers et n'en fait rien. Il n'y a personne ou presque pour les ramasser pourtant ce ne sont pas les enfants qui manquent dans le secteur. J'ai fait une quarantaine de bocaux et des tartes en pagaille que j'ai distribuées car il va de soi que j'évite le sucre. Je devrais monter un commerce de confitures, il y a de quoi faire fortune. Enfin avec les pluies ce sont des quintaux qui sont appelées à pourrir sur les arbres...

Évidemment ces pluies n'arrangent pas le moral et la politique n'en parlons pas, c'est pire encore...

Si j'arrivais à prendre l'habitude de noter sur un cahier les sujets à traiter, je m'en sortirais un peu mieux mais au moment d'écrire, il me faut ratisser ma mémoire, parfois quasiment en vain car on en est réduit à vivre au jour le jour l'époque ne se prêtant à aucun projet fut-ce à très moyen et même à court terme.

Pour le reste, désolé si ces notes ne seront pas jugées très "constructives", mon style de dévotion est quelque peu shivaïte...

La professeur Joyeux, ses exploits à Medjugorge

medjugorje-scentifique.jpegJ'ai déjà eu l'occasion de stigmatiser plus ou moins ce catholique très réactionnaire, à divers propos. Son combat au sein de Familles chrétiennes  que j'ai censuré à sa demande (et finalement le le regrette) a laissé des traces sur le Web.

Je ne sais plus trop comment je suis arrivé à trouver l'édition définitive 2015 de Marc Hallet sur Les apparitions de la Vierge et la critique historique et c'est ainsi que pour me distraire j'en ai imprimé deux ou trois chapitres. Je savais que les apparitions de Medjugorge étaient une fumisterie mais je ne m'étais jamais intéressé au détail.

Vous trouverez dans l'ouvrage, que je vous recommande chaudement, page 318 à 322, une critique circonstanciée de la valeur des observations prétendument scientifiques de notre joyeux nutritionniste et cancérologue qui s'est acoquiné pour la circonstance avec le fameux père Laurentin, le célèbre historien des apparitions de Lourdes. Je n'avais pas beaucoup d'estime pour cet ecclésiastique bien que je ne m'étais jamais astreint à le lire. Bref, je vous invite à parcourir les pages indiquées (et plus encore si c'est votre goût) car cela est fort édifiant quant à la rigueur.

Il est heureux qu'il existe le Saint Suaire car jusqu'à présent personne n'a pu démontrer la fausseté de ce document sinon le simple fait de lire l'ouvrage cité devrait être mortel pour la survie du catholicisme.

Dans ma naïveté, je pensais que quelques apparitions classiques, telle une certaine apparition mexicaine auraient présenté un caractère au moins "préternaturel" ce qui au demeurant n'est pas suffisant pour accorder le brevet d'authenticité car des djinns très particuliers peuvent toujours intervenir dans ce genre de phénomène dits "surnaturels". Bref, ce n'est au total que "diableries" ou simples forgeries humaines, la Salette étant la pire de toutes...

A propos du Dr Donatini et des mycéliums de champignons

En relisant un article écrit par un certain naturopathe avec lequel j'ai plus ou moins correspondu, je me suis demandé s'il ne serait pas nécessaire de réviser mes posts à son sujet.

Enfin, j'ai pris conscience d'un détail qui m'avait en grande partie échappé. Le bon Dr nie toute efficacité des poudres de champignons et ne jure que par son mycélium, qu'il fait cultiver sur des écorces. Ce qui tend à ficher par terre la totalité du commerce de la mycothérapie et quand au sien, son site demeure fermé par suite, on le sait, d'un abus d'allégations. Après recherche, il n'y a pas de site nouveau et ce commerce ne risque pas de rouvrir de sitôt.

Cependant, j'ai compris qu'il perdure par le biais des thérapeutes que Donatini aurait formé. Autrement dit ces mycéliums continueraient de se vendre sous le manteau. Pour quelqu'un qui revendique un attitude rigoureusement scientifique ce genre d'expédient n'est pas très glorieux.

Mycéliums : une question restée pendante

mycelium.jpgLe plus important est que les questions que je me suis posées demeurent sans réponse. A savoir comment ce mycélium est-il obtenu, comment est-il récolté et surtout quelle quantité peut-on en disposer dans des gélules quand tout semble indiqué qu'il est forcément broyé avec les écorces servant de milieu de culture. Tout ce que j'ai pu savoir est que cette culture se situerait quelque part en forêt du côté de Château-Thierry.

Enfin je note que ces mycéliums ne servent guère que de support pour véhiculer des combinaisons d'huiles essentielles susceptibles de remédier aux diverses modalités de dysbiose. Ces combinaisons étant connues, la question que je me pose est celle de savoir s'il n'existe pas des moyens plus simples et plus rationnels de faire arriver ces H.E. à bon port. Bref et pour commencer il suffirait de recourir à des gélules gastro-résistantes quant au médium proprement dit un pharmacologue compétent ne devrait pas être embarrassé pour proposer une alternative,de la poudre de riz pourrait bien suffire...

Bref, ce que je lis en travers les lignes ainsi résumées m'obligent à poser la question de la spécificité thérapeutique de ces mycéliums en dehors de leur utilisation comme simple véhicule de préservation des HE.

Il ne me faut pas compter sur des éclaircissements du naturopathe qui se fait le promoteur d'un de ses maîtres. Il s'est contenté de pointer une erreur à propos de l'appareil appelé GazDetect au sujet duquel j'avais cru comprendre qu'il ne détectait que l'hydrogène sulfuré. Il faut dire que le lien produit ne mène pas au MX6 en cause mais fait le lecteur se perdre dans les limbes du site du fabriquant.

L'émail complètement invertébré d'un naturopathe

saints-pierre-paul.gifVoici la réponse à ma demande concernant Donatini, je cite :

Tu es mal renseigné ! Le gazdetect au contraire est capable de mesures des centaines de composés organiques volatils.
 
Des centaines cela fait beaucoup avec le risque pour des gens trop rapidement formés de s'embrouiller les pinceaux mais passons.
 
Mais je ne te donnerai aucun autre renseignement car tu es trop critique sur ton blog, tes écrits ne sont pas objectifs du coup leur valeur informationnelle est diminuée.
 
J'en prends acte concernant Donatini et si ses élèves refusent de m'aider à actualiser les infos que je donne qu'ils s'en prenne à ses propres rejetons. Enfin j'ai tiré certaines conséquences logiques et chacun devra s'en débrouiller. 
 
Il n'y a pas que la connaissance et le QI dans la vie, le QE également ça existe ! Avec le QI on n'a que la moitié de la réalité humaine, pas la totalité.
 
Je ne me rappelle pas d'avoir fait l'apologie du QI car la quantification pure de l'intelligence est une grosse farce. Quant à l'existence d'un QE (coefficient émotionnel) c'est pour l'instant une nouveauté encore inconnue bien que des légions de journalistes travaillent inlassablement à développer ce puissant facteur de pure irrationnalité.
 
Et surtout le monde va crever a force d'être envahie de polluants et d'ondes électromagnétiques polluantes 
Je pense qu'il y a d'autres urgences que de faire la gueguére entre personnes branchés médecines naturelles !!
 
Ce n'est pas la guéguère qui va permettre de sauver nos descendants ! Mes propres enfants ont des soucis neurologiques car leur microbiote est catastrophique car la mère n'a pas compris que la clé est là et que elle-même est quasi obèse et à donné naissance à des enfants qui ont un microbiote de piètre qualité.
 
Je suis effectivement d'avis que l'on s'épargne bien des soucis en évitant tout commerce par trop sentimental avec les femmes. Faire des enfants devient ingérable, c'était prévisible dès le lendemain de la dernière guerre.
 
Dans ce contexte si mes enfants ne font pas un effort surhumain pour se détoxifier, leurs enfants seront autistes !!! Et oui c'est ça la réalité de notre future (sic) ! L'espèce humaine peut très bien  disparaitre dans quelques centaines d'années car TOUS nos descendants seront handicapés à la naissance !  Les scientifiques prévoient 1 enfant sur 2 autiste aux USA d'ici 30 ans !!
 
Nous sommes tout à fait d'accord au sujet des dangers mortels à plus ou moins brève échéance de la pollution mais bon si l'humanité (et ses chimères post mortem) devaient disparaître faudra t-il le regretter ? Quand avec tout le recul historique que l'on peut avoir, on vient à faire le compte des prétendus "progrès", avec notamment et au bout du compte la destruction quasi systématique des maigres acquis sociaux assez fondamentalement théoriques des "Trente glorieuse", on ne peut que se dire que c'est un grand privilège que d'être parvenu à peu près entier à l'âge de la retraite. Certes rien n'est moins sûr quant aux générations montantes mais qu'y pouvons nous ?
 
J'ai eu l'occasion récemment de réviser mes connaissances au sujet du risque constitué par les métaux lourds, et entre les partisans de la teinture de coriandre et de la Chlorella contre les praticiens des chélateurs chimiques, c'est toujours la même impasse. Notre naturopathe milite en faveur de Porphyra-Enzym en relayant une page disparue de Michel Dogna, qui est, comme chacun sait la grande référence en matière de médecine naturelle. Le produit qu'il présente comme un "chélateur" n'est probablement que d'un simple adsorbeur. Pour commencer, il me semble qu'il faudrait d'abord faire la différence entre ces deux classes de produits...

Suite...

J'ai demandé à mon correspondant ce qu'il avait à me reprocher. Voici sa réponse :

Si j'ai quelque chose à te reprocher ? Je ne te connais pas assez mais à vue d'oeil, c'est de donner ton avis sur des choses que tu connais peu. Supposer ne suffit pas, même à partir d'études scientifiques...
 
Un observation s'impose ! Je fais en réalité peu de cas des "études scientifiques".  Je pars très souvent de simple réflexion de bon sens car tout le monde sait à quel point les "études scientifiques" peuvent être biaisées.
 
Après tout ce sont les réseaux auxquels on se refère ou auxquels on est connecté qui en disent long sur qui on est vraiment. Se référer de spiram (sic PSIRAM) ou autre Petzouille qui puent le doute systématique et négativant, ça en dit long sur ton niveau vibratoire...

La référence ultime le "quotient émotionnel" et le "niveau vibratoire"

Et bien nous voilà fixés sur ce qui nous divise et ce qui me sépare de l'immense majorité de mes contemporains. Je prétends à une certaine rationalité et je doute de la "Science" qui laisse trop de prise aux manipulations. Voilà mon crime mais qu'importe, si je cite les propos de mon correspondant c'est pour dire surtout à quel point ce genre de reproche me laisse complètement froid. Je suis parfaitement conscient au demeurant de ne pas pouvoir apporter beaucoup de solutions concrètes aux problèmes actuels mais si je peux au moins éviter à mes lecteurs de se fourvoyer dans des voies stériles et à l'occasion de s'y ruiner, je me dis que ce sera toujours mieux que rien.

A propos de réseaux

En fait de "réseaux", c'est l'hospice qui se fout de la charité. Il n'y a pas si longtemps mon interlocuteur souhaitait monter en France une sorte de service d'importation de pour distribuer des compléments alimentaires en cheville avec Life Extension Europe. Je l'en ai dissuadé estimant qu'il n'est pas plus doué pour le commerce que votre serviteur. Il a tablé sur cette antenne néerlandaise de la célèbre fondation alors qu'on peut trouver ses produits moins chers chez Iherb.

Nous sommes marqués par une différence de génération. J'ai fait allusion en racontant plus ou moins ma vie à certaine expérience associative, notamment dans le domaine des sciences occultes, de l'astrologie en particulier avant que je ne m'intéresse à des courants plus "universalistes". Je n'ai connu que des déboires avec notamment un certain leader qui avait fait de votre serviteur son second pour mieux l'instrumenter. Ce fut une expérience douloureuse mais oh combien formatrice ! J'imagine que mon interlocuteur doit rêver à des lendemains qui chantent en pensant ou en se rendant aux réunions de "Nuit Debout". Ce genre d'illusion utopiste, je n'ai jamais eu à m'en guérir car j'ai toujours éprouvé la plus grande défiance envers le genre humain. Dès que j'ai su courir, je sautais au cou des petits enfants qui passaient à ma proximité sans distinction de sexe. On me l'a sans doute interdit car je ne garde pas de souvenir de cette courte période, on me l'a décrite. Quoique l'interdit dont j'ai eu à pâtir parce que ça ne se faisait pas et bien je finis par penser, que tous compte faits, on m'a rendu là un grand service en me préservant de bien des pièges.

Concernant Psiram et le "Pr Petzouille"

Oser dire que Psiram serait une référence alors que je me suis expliqué à ce sujet c'est la preuve que l'on n'a finalement aucun argument sérieux. J'ai déjà préciser il me semble qu'il y a longtemps Psiram m'a proposé de collaborer, or j'ai refusé. J'ai peut-être eu tort car cela m'aurait sans doute permis de diffuser certaines informations sans risquer le moindre procès. Il est arrivé une fois où j'ai du capituler mais je n'ai pas dit mon dernier mot. Je suis extrêmement patient mais très tenace comme tout Cancer qui se respecte. Si je décide de prendre dans mes pinces un imposteur ou des pourris, j'attends que des circonstances favorables se présentent. Au surplus, quand par exemple des gens m'ont fait du tort, ce sont souvent des inconnus qui se sont chargés de les démasquer publiquement et parfois de façon assez "mortelles". Alors quand il s'agit non point de mes intérêts personnels mais du Bien Public je peux être d'une patience très évangélique.

Je déplore le côté positiviste et ultra scientiste de Psiram, son hostilité à l'homéopathie et ses connivences avec le courant "zététique", courant que j'ai souvent mal orthographié en "zézétique" mais qu'importe, tout le monde a compris de quoi j'ai voulu parler... Il n'empêche qu'il est possible, lorsqu'on est habitué à trier les informations, à séparer le bon grain de l'ivraie et c'est pour ainsi dire, en ce qui me concerne, une jeu d'enfant.

Quant au "Pr Petzouille" c'est un ancien visiteur médical de chez Lehning. Lehning ne faisant pas partie de "Big Pharma" sa formation en matière de chimie médicale me semble être un gage minimum de discernement sur beaucoup de points.

Et si on parlait de l'Oligoscan...

oligoscan.jpgEncore une fois, je tiens à souligner que les critiques de mon collègue naturopathe me laisse froid mais puisqu'il me donne une occasion d'exercer mon talent supercritique autant se servir de ses propos pour rebondir. Notez qu'en fait il n'a pas vraiment d'opinion à mon sujet, il dit qu'il ne me connaît pas de sorte qu'il aurait mieux fait de se taire.

C'est un adepte de l'Oligoscan. C'est un système consistant à louver une sorte de douchette comme celle qu'on utilise pour lire des code-barres sauf qu'elle prétend doser les métaux lourds présent dans le sang de la main d'un patient ainsi que les carences éventuelles. 

Je n'ai jamais cru cela possible et j'ai cherché récemment ce que l'on raconte à ce propos.

Voici un avis intéressant : http://forum.lixium.fr/d-1855234594.htm. Je cite l'avis d'un certain Dr Comet :

J'ai acheté l'appareil, et je l'ai essayé sur moi à plusieurs reprise, en changeant ma date de naissance et mon identité, et ce dans la même journée…

Si j'étais vieux (j'ai 66 ans) j'avais beaucoup de carences et de métaux lourds, alors que je suis un régime bio depuis 20 ans, et que je distribue des compléments alimentaires depuis 15 ans,et que je venais de me traiter avec 35 perfusions destinées à éliminer les éventuels métaux lourds du corps…

Rajeunissant subitement, 18 ans administrativement parlant, tout à coup très peu de carences, et surtout très peu de métaux lourds.

Je refis la même choses avec certains de mes proches, et…idem !!!

Je suis un ancien expert en toxicologie près la cour d'appel de Toulouse, habitué à prendre en charge les intoxications aux métaux lourds, plomb et mercure en particulier…

Là je suis tombé sur de véritables escrocs, et je constate que de nombreux "thérapeutes" sont complices de cette arnaque (il faut savoir que les heureux possesseurs de l'Oligoscan touchent des commissions sur les ventes de produits fabriqués par cette société. Mon éthique médicale me pousse à être totalement révoltée contre ce genre de pratique indigne.

Le propos me semble clair. Voici les remarques de "Petzouille" :

Bonjour,

La SPECTROMETRIE est une bonne méthode pour doser les minéraux et metalloides dans une solution mais un dosage trans cutané me laisse un peu sceptique.

D'autre part ces mineraux ne sont pas répartis de manière uniforme dans le corps et le seul "dosage" dans la paume des mains ne donne pas une image réelle de leur concentration dans d'autres organes.

Je vous épargne la suite. le ton est trop modéré tant il est clair qu'il est évident que la méthode est une foutaise. Tout comme l'histoire du Physioscan provenant de la même fine équipe. A ce propos j'ai le témoignage d'une connaissance, qui à l'époque était en grande souffrance rénale. C'était avant sa greffe alors qu'on venait de lui annoncer que ses reins étaient quasiment mort et qu'une dialyse s'imposait. Il a du reste longtemps refusé et la dialyse et la greffe et s'est mis en danger de mort. Dans le même temps l'appareil a délivré un diagnostic mirobolant pour ses reins. Je veux bien croire qu'il a dramatisé la situation ou l'a enjolivée mais je connais la praticien, je le trouve peu crédible mais j'évite de le contrarier car ça ne sert à rien. Si j'avais 60 € a balancer par la fenêtre je testerais l'appareil et je suis sûr qu'il y aurait beaucoup à dire...

Sur Psiram voir : https://www.psiram.com/fr/index.php/Physioscan

Le site qui avait disparu vient de reparaître, je l'ai sauvegardé à toutes fins utiles.

Menace de procès de Fa z up, plainte de l'inventeur

J'ai reçu deux mails assez long d'un certain Abel Franco Garcia dont les brevets sont exploités par la firme. Il s'est déjà plaint à plusieurs reprises sur le Web. Voir :

http://www.sceptiques.qc.ca/forum/viewtopic.php?t=11619&a...

Je rappelle ma position très simple et inattaquable : se passer le plus de portable et utiliser un oreillette analogique en posant l'appareil le plus loin possible. L'éteindre lorsqu'on le porte sur soi car c'est toujours où près du coeur ou près des couilles du moins pour nous autres porteur du "bâton de commandement" comme marqueur de notre très naturelle autorité.

29/04/2015

Francine Lehner-Gallay ou la "Corinne Gouget des métaux lourds"

lehner-4eme.jpgUn correspondant m'a envoyé un exemplaire du livre de cette écrivaine suisse intitulé Maladies liées aux métaux Lourds de 482 pages publié à compte d'auteur qui en est à sa 4ème édition. Apparemment, cette femme dispose de beaucoup de moyens pour pouvoir tirer à ses frais plusieurs milliers d'exemplaires de ce pavé totalement indigeste.

Rapprochement psychologique

Je la rapproche psychologiquement de Corinne Gouget car elles ont toutes les deux le même airs de famille "halluciné", seul la cause obsessionnelle diverge, additifs alimentaires dans un cas, mercure et MLs dans l'autre. Même côté "aggripant" que l'on discerne sur les photos (et les vidéos dans le cas de Gouget) et ces deux femmes n'existe qu'au travers et par leurs idées fixes respectives. Je ne reviendrai pas sur le cas de Gouget, mes lecteurs et lectrices ont fini par se rendre compte que j'ai bien analyser le cas. Pour ce qui concerne Mme Lehner-Gallay j'ai eu un témoignage direct d'une personne qui  l'a croisée. Pensant que cette personne pouvait lui être utile, elle l'a littéralement happée et saoulée au point que la victime a fini par lui faire remarquer que son attitude est excessivement désagréable.

Impressions désagréables

La lecture du livre confirme cette impression désagérable d'insistance et de martellement bavard et le problème c'est qu'au total ce livre n'est absolument pas susceptible d'aider qui que ce soit et je vais dire pourquoi. L'auteur commence par insister sur le fait que tout emprunt à son livre sans autorisation écrite sera systématiquement poursuivi et que le texte du très précieux ouvrage a été déposé chez un huissier. précaution parfaitement inutile dans la mesure où le livre étant publié sous son nom, personne n'éprouvera le besoin de contester sa qualité d'auteur. Ce à quoi j'ajoute qu'en outre personne ne peut éprouver le besoin de s'en inspirer si peu que ce soit car, à tous les points de vue, il est nul puisque le lecteur est noyé sous un déluge totalement inconsistant.

Tout commence par un "vol plané" à grand spectacle

D'abord l'accident par lequel tout a commencé et le cortège de malheurs qui s'en est suivi occupe une place considérable dans le début du livre. Accident certes spectaculaire puisqu'en vélomoteur elle a fait un vol plané sur 6 mètres de hauteur et 80 mètres en longueur. mais miracle elle est demeuré consciente. Bref, on ne peut se déprendre de l'impression que cette femme avait besoin de cet accident pour "exister" et qu'il y a derrière toute cette histoire une tendance notoirement "hystérique" comme dans le cas de Corinne Gouget. Elle attribue tous ses maux au fait qu'elle a été badigeonnée en long en large et en travers d'un antiseptique au mercure, genre "mercurochorme".

Soupçon d'un arrière plan "hystérique"

Je ne conteste pas qu'elle a pu se trouver intoxiquée mais lorsque l'on voit la violence, la récurrence des symptômes et l'infinité de maux qu'elle attribue au mercure, on est, encore une fois, plus ou moins contraint de ne pas exclure la thèse d'un fond très hystérique. Evidemment, c'était une jeune fille modèle qui a fait des études de commerce et a obtenu son diplôme de préparatrice en pharmacie (assez laborieusement) ce qui me fait dire que pour la technicienne qu'elle est censée avoir été son livre est d'une indigence phénoménale quant à la précision.

Haro sur le mercure

Le chapitre 11 par exemple concerne la spiruline, la Klamath et les métaux lourds. Ce chapitre parle des microcystines, cyanotoxines pouvant être fabriquées par ces algues bleues qui sont en fait des cyanobactéries. Elle et ses enfants ont été malades en bouffant des doses énormes de spiruline et Cie alors en dépit de son insistance sur ces polluants, il ne lui vient même pas à l'idée que ses malaises pouvaient être dus à des algues polluées par des toxines. Non il faut que ce soit les métaux lourds !

Intolérance aux laitages : cherchez pas c'est le mercure. Hyperactivité mais bien sûr que c'est le mercure. En dépit d'autres thèses nettement plus évidentes.

Chlorella : un chapitre particulièrement venteux

Tout cela pour focaliser sur la chlorella et au stupeur, elle a fait sur le sujet un long développement mais à présent que je voudrais le retrouver pour le commenter la table est ainsi conçue que je ne le trouve pas. Ce n'est pas grave c'est je ne sais combien de pages pour parler de cette algue sans rien, absolument rien apporter en matière de renseignements pratiques. Rien sur les risques de pollution liées à la provenance géographique, or les renseignements existent sur le net. Rien sur la chlorella d'Echorial produite en vase clos, rien sur le coût précis, en revanche la mention de conditionnements géants de plusieurs centaines de comprimés et des évocation de prises phénoménale. Même pas la mention d'un fournisseur de confiance rien que du bavardage qui enfonce des portes ouvertes. Je suppose qu'il faut lui écrire et lui téléphoner pour en savoir plus et encore, je doute !

En résumé c'est un témoignage à charge contre les métaux lourds et le mercure en particulier qui est rendu responsable d'absolument tous les maux avec des énumérations de métiers, de produits susceptibles de contenir du mercure. Avec un procès contre l'Iscador qui comprend des traces purement homéopathiques de métaux mais comme l'auteure exprime les quantités en "nanos" ça donne des chiffres impressionnants qui ne veulent strictement rien dire ! Or les grandeurs en cause sont exprimées conventionnellement soit en mcg soit en ppm.

Une table des matière bordélique

Maintenant si on regarde la table des matières non seulement les titres des chapitres manifestent l'obsession du mercure, ils ne sont pas structurés dans un plan logique. On ne tire pas sur une ambulance et de quelque point de vue que l'on aborde la chose, tout concourt à me persuader que cette ancienne préparatrice en pharmacie n'avait nullement les qualités de logique scientifique pour faire le métier qu'elle a pratiqué. Il existe du reste une contradiction à propos de sa réussite à l'examen, quelque part elle parle d'un échec mais dans le détail elle aurait obtenu le précieux diplôme au troisième essai.

Un livre à brûler

Mon conseil : oubliez l'existence de ce livre et de cette femme. Nul doute que le rapprochement entre la personnalité d'une Corinne Gouget et de cette femme était à faire. Ce n'est pas faute d'avoir passé du temps sur cet ouvrage mais il n'y a strictement RIEN à en tirer. Il est plus nuisible qu'utile. Il ne risque que de persuader des centaines de gens qu'ils sont intoxiqués alors que ce ne serait pas le cas. Bref, je m'étonne que le médecin qu'elle porte au nues ait pu préfacé ce livre qui n'est ni fait ni à faire.

Françoise Cambayrac avait raison

(...) de partir en guerre contre cette malade en dénonçant l'abus de chlorella mais elle aussi a un caractère assez particulier. Je m'en suis rendu compte en correspondant avec elle. Mais son livre est tout de même nettement mieux conçu !

Le livre équilibré, bien documenté, synthétique et pédagogique reste à écrire et pour l'instant je n'ai pas le temps de m'en charger car il faudrait tout reprendre à zéro. Ce que je constate une fois de plus c'est que comme dans le cas de Judith Albertat toute ces femmes ont été incapables de s'effacer devant leur sujet. Elles ont plus ou moins cherché la compassion. J'ai appris récemment que Albertat est une personne assez désagréable et même agressive, un échange a été enregistré sur téléphone portable qui en dit long. L'association de cette femme devenue naturopathe (on se demande comment...) est à couteaux tirés avec une autre mais en vérité il n'y en a pas une pour relever l'autre !

Coïncidences "morphogénétiques"

A propos de l'intolérance aux laitages, j'ai noté une anecdote singulière. cette femme s'est beaucoup basé sur les intolérances et les répulsions alimentaires de ses enfants. Il y a quelque part l'histoire d'une relation particulière de ses enfants à la musique et une anecdote : le prof ayant un jour payé une glace au chocolat à ses élèves lors d'une virée de fin d'année, son fils l'a laissé tomber à terre volontairement, pressentant que ce cadeau était pour lui empoisonné.

D'une part je discerne derrière cela une idolâtrie un peu excessive des qualités "barométriques" supposées de sa progéniture.

Curieusement, Cambayrac qui est prof de piano semble avoir pris en grippe sa collègue chez qui la musique tient une place puisqu'elle souligne quelque part les bons résultats de ses mômes dans le domaine. Curieusement j'ai également un rapport à la musique, cependant leurs "musiques" respectives sont un peu trop discordantes.

Cambayrac semble s'être mise en scène sous le pseudo de Eva, si c'est le cas au moins n'est-elle pas tombée sur la tête alors que dans le cas de Mme Lehner la chose ne fait plus aucun doute.

Notez encore qu'elle revendique avoir eu un grand père vrai inventeur de la lampe à filament éternel un certain Thury, elle ne justifie pas la chose par la production de son arbre mais on doit à la vérité d'admettre que son chapitre sur l'imposture des lampes à économie d'énergie est sans doute le seul à tenir la route mais c'est peu sur près de 500 pages de papier souillé !

18/04/2015

A propos de la "hantise" des métaux lourds

amalgames.jpgDans mon courrier de ces derniers temps, cette question est revenue sur la sellette à plusieurs reprises. C'est devenue une hantise, je ne dis pas que le problème n'existe pas mais c'est pas parce qu'on a des amalgames dans la bouche qu'il faut se mettre martel en tête. Souvent quand j'ai demandé les symptômes il n'y avait pas de raisons formelles de suspecter une intoxication. Certaines personnes éliminent le mercure, du reste çà se mesure et le test est indiqué dans le livre de Cambayrac qu'il faudrait pourtant expurger de ses excès et de ses malfaçons en résumant le propos. Ce livre souffre d'une assez violente animosité d'une "dominante" envers une Suissesse qui ne jure que par la chlorella et qui en est un peu "timbrée", il est vrai... 

C'est un domaine dans lequel je ne peux guère aider, d'une part si j'ai la liste de Cambayrac des médecins et dentistes pratiquant la détoxication à l'aide des chélateurs genre DMSA  et Cie, celle-ci et pauvre et à titre d'exemple, pour la ville de Nice et sa région, les praticiens qui se mettent de la question sont des opportunistes dont certains sont loin d'être en odeur de sainteté si je puis m'exprimer ainsi.

Comme ils ne sont pas nombreux, ils font payer cher leur services, prenant plusieurs patients en même temps, venus parfois de très loin et n'hésitant pas à entreprendre leur protocole même si l'observation clinique ne le justifie pas.

Et revenu sur le tapis la question de la Chlorella. Une dame a fait doser les métaux lourds dans la chlorella d'Echorial par Micro-trace ce qui lui a coûté 172 €. Pas la moindre trace de mercure, en revanche confirmation de la présence d'aluminium. Or sur le comparatif Echorial oublie (sciemment) de mentionner l'aluminium occultation qui relève d'une insigne malhonnêteté !

Voir http://www.echlorial.fr/blog/category/preuves-scientifiqu...

Pour éviter toute contestation du producteur voici la photocopie de l'analyse. La provenance ne figure pas car la patiente n'allait pas sacrifier un mot scellé. Mais on pourrait en cas de litige invoquer son témoignage.

analyse.jpgCependant nous avons calculé qu'à raison de 12 comprimés jours, cela fait 0,02 mg soit 7 mg par an si la cure est continue. Il y a lieu de se poser la question suivante et en fait deux questions distinctes :

  1. Si apport il y a est-ce une dose problématique compte tenu de l'omniprésence de l'aluminium pouvant se trouver dans l'eau du fait de son emploi pour assainissement de l'eau potable et un peu partout.
  2. En définitive la vraie question est-celle-ci : puisque la Chlorella a pour vertus de chélater les MLs passant dans le tube digestif, comment peut-on imaginer qu'elle va relarguer l'infime quantité d'alu qu'elle a capté en circulant dans les tuyaux du producteur ?

J'observe que personne à ma connaissance n'a raisonné ainsi. En d'autres termes et très logiquement (et du moins jusqu'à preuve du contraire) les résidus de pollution de la Chorella ne poserait de problème qu'en cas de saturation. Là encore lorsque je fais appel au bon sens, j'ai une fois de plus l'impression que parmi les gens qui s'expriment ici et là les émasculés du cervelet et les crétins finis pullulent !!!

Autre question : à quoi sert-il de lire tant de livres et de texte si on manque de jugeote ? Commencer par "triturer" les informations dont on dispose vraies ou fausses !

les approximations du Dr Thierry Thomas

La lectrice qui m'a communiquée son analyse m'a communiqué également la page d'un livre portant sur le protocole de Klinghardt. En fait il s'agit d'un livre du Dr Thierry Thomas, intitulé détoxiquez vous du mercure vendu d'occasion 75 € alors qu'il en valait 13 au départ... Encore une preuve que les gens sont prêts à jeter l'argent par les fenêtres. Le propos n'est pas clair, je cite :

Si tous les produits sont pris à fortes doses et tous ensemble dès le début, le mercure va être mobilisés dans tous les compartiments et risque de rentrer dans la cellule. C'est ce qui se passe lorsqu'on prend de la coriandre. Elle va ouvrir la membrane cellulaire et provoquer un intoxication.

La règle est (pourquoi ?) de commencer par la chlorelle qui nettoie les liquides (sang, lymphe, LCR, comment ?) et les débarrasse du mercure. C'est le rôle de la chlorelle. Elle agit au niveau des intestins où elle attend le mercure qu'elle piège dans sa membrane avant que celui-ci ne le (sic) retraverse pour "re-polluer l'organisme. L'ensemble est évacué dans les selles.

Analyse d'un propos contradictoire

Bel exemple d'un émasculé du cervelet qui répète bêtement ce qu'il croit avoir lu sans se rendre compte qu'il se contredit pratiquement et ne justifie rien ! Et c'est à ce genre de crétin des Alpes que l'on balance des doctorats : 7 ans d'étude sans parler des années d'internat pour en arriver à déblatérer de telles imprécisions. Ah la "Faculté", la "sacro sainte Faculté", c'est génial ! Muni d'une "peau d'âne" vous acquérez de droit de sortir les pires conneries et l'on doit écouter religieusement. Voir ...

Donc on nous affirme que la chorelle ferait deux choses différentes :

  1. La chlorelle débusque le mercure hors intestins venant d'ailleurs oui mais comment.
  2. Presque dans le même souffle on précise : c'est le rôle de la chlorelle. Point (ou deux points) Elle agit au niveau de l'intestin sous entendu comme adsorbant. Le mot rôle est au singulier or on postule deux rôles différents si ce n'est assez contradictoire, le premier demandant à être prouvé.
  3. (...) le mercure qu'elle piège dans sa membrane avant que celui-ci ne le (sic) retraverse pour "re-polluer l'organisme. L'ensemble est évacué dans les selles. J'aurais écrit ceci : le mercure étant fermement piégé dans sa membrane il est éliminé dans les selles. or d'autres textes parlent d'élimination dans les urines.

Le pourquoi du refus de communication de "services de presse"

Voilà ce qui mérite d'être appelé un travail de recension digne de ce nom. Ce n'est qu'un tout petit exemple consistant premièrement à lire un texte et savoir le disséquer pour en déterminer la cohérence ou l'absence de cohérence. Evidemment, avec la vogue des traitements de texte n'importe qui se permet d'écrire et comme le public est noyé par un déluge d'informations mal calibrées, il n'y a que quelques rares "chinois" dans mon genre qui voient de suite ce qui cloche.

Il n'existe donc que peu d'ouvrages qui puissent sortir à peu près intact du genre d'épreuve que je leur fais subir et encore, la lassitude fait que j'aurais tendance à laisser passer bien des choses parce que vous ne pouvez pas vous livrer à ce travail de déconstruction sur des pages et des pages, ce serait érintant pour le lecteur !  

Recherches sur Pubmed

Je viens de faire des recherches ciblées sur Pubmed afin de voir si'l existe des études sur la coriandre et l'ail des ours en relation avec les métaux lourds et le mercure. Je n'ai rien trouvé sauf en ce qui concerne la coriandre en relation avec le plomb chez les rats et les souris. Un sorbant (adsorbant ?) à base de coriandre aiderait à purifier les eaux du mercure mais il s'agit là d'une action in vitro n'ayant rien à voir avec ce qui nous intéresse (voir http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15721537).

Est-ce à dire qu'il n'y a rien ? En cherchant je suis tombé sur cette page qui cite des travaux de recherches : http://www.altheaprovence.com/blog/detoxification-metaux-...

Il y a de l'intox dans la détox, comme dit l'auteur, c'est évident !

C'en est même un "lieu privilégié" car la "détox" ça rapporte gros !

J'ai déjà cité ce site pour la fabrication des teintures de plantes et autre procédés de phyto. cette page est la plus intéressante de toutes celles que j'ai vues. 

L'auteur recommande le long terme, avec d'une part une protection des organes d'élimination (foie, reins) par le chardon marie et le desmodium ainsi que des antioxydants. Comme adsorbant il cite la pectine de pomme (très chère et qui a la réputation d'éliminer les radionucléides), la zéolite et le charbon comme adsorbants.

C'est le seul texte accessible qui cite des travaux de recherche pour l'ail ordinaire, l'ail de ours et la coriandre. Je n'ai rien trouvé d'intéressant sur PubMed en croisant des mots clefs mais apparemment en prenant les titres des études en entier on en trouve au moins le résumé.

Il resterait à trouver des patients qui s'étant traités eux-mêmes auraient pris la peine de faire faire des dosages urinaires de leurs élimination avant et après traitement. Mais on ne trouve guère que des avis très subjectifs. Or à partir du moment où le diagnostic clinique de départ est foireux on demeure dans le domaine de l'imagination. 

Le même auteur signale des études tendant à démontrer un pouvoir extracteur de la chlorella mais la question se pose de savoir comme elle agit en dehors de son pouvoir d'adsorption et si ce pouvoir est supérieur à celui de l'ail et de la coriandre. Bien que Echorial ait caché une pollution aluminique, elle ne me semble pas dangereuse, reste à évaluer le coût de ce produit ce que je n'ai pas fait.

En tout état de cause, c'est le seul article raisonné et détaillé que je connaisse qui préconise des mesures de sagesse et n'incite pas à la panique avec la précipitation et les dépenses qu'elle implique.

DMSA et Cie

Le DMSA est utilisable par voie orale. Il est plus maniable que le DMPS par un particulier bien informé mais il n'est pas cohérent d'utiliser un tel produit sans recourir à des dosages de contrôle des excrétions. Ce produit est considérer en France comme un médicament. Il existe un risque à l'importation mais il est un fournisseur frontalier qui, postant ses colis en France, semble pouvoir l'écarter mais à quel prix ? 120 € pour 1 mois de cure. A noter le risque de déminéralisation. 

Les analyses probantes

L'article évoqué n'aborde pas cette question, il faut synthétiser ce qu'en dit Cambayrac et ce que j'ai retenu c'est que le dosages dans les cheveux sont sans intérêt mais parmi mes lecteurs il en est qui se sont fourvoyés à cet égard. Il s'agirait donc de réfléchir à la manière de procéder pour limiter les investigations à deux ou trois dosages. En l'absence de tels sondages biologiques on risque de perdre du temps et de l'argent en vain. 

La dépose des amalgames

Reste le problème de la dépose des amalgames. Mon dentiste prétend que l'on peut faire la dépose en faisant en sorte de refroidir par un jet d'eau l'attaque des plombages. De toutes façons quelque soient les précautions prises (masque pour le patient) il est impossible de protéger les muqueuse de la bouche d'une absorption. La moindre des précautions serait de prendre pas mal de charbon avant et pendant et d'en rincer la bouche après intervention. Je crains que l'incitation à se transformer en scaphandrier ne soit surtout une astuce pour tirer un maximum de fric du patient. Comme peu de dentistes ne veulent s'embarrasser de cette procédure, c'est l'occasion pour ceux qui tablent sur une panique de se distinguer et de bastonner. Il faudrait donc réfléchir à propos des mesures de protection que décrit Cambayrac. Le problème étant que les masques combinaisons sont à jeter et qu'il faut procéder en plusieurs fois. Est-ce vraiment nécessaire ?

Une chose est certaine les plombages devraient être interdits depuis longtemps. Enfin si dans les années 90 j'ai encore vu des dentistes nier l'effet délétère de ces saloperies ce n'est plus le cas. Je ne connais pas de praticiens qui n'aient pas adopté les résines. C'est pas top mais c'est moins problématique que le mercure. Enfin tout ce qui est métal (couronnes, inlays) pose des problèmes. Le nickel est cause d'allergie et d'inflammation mais l'or à mon avis ne vaut pas mieux du point de vue homéopathique. C'est un métal "luétique"... Une dentiste dont j'ai malheureusement oublié le nom m'avait parlé de procédés anciens plus "écolos" qui auraient disparu mais sur le moment je n'ai pas "percuté". 

Conclusion

La méthode douce ail + coriandre + adsorbants est sans risque mais sans contrôle biologique on encourt celui de se leurrer. Le recours au DMSA avec adsorbants est plus fiable, on peut du reste conjuguer les approches par séquences mais je ne peux pas imaginer d'entreprendre un quelconque protocole sans contrôle biologique des excrétions avant et pendant. Il y a donc nécessité d'établir un plan et d'en calculer le coût. Enfin je rappelle que tout doit commencer par un diagnostic clinique : y a t-il vraiment des symptômes d'intoxication aux métaux lourds. On arrive à des listes de symptômes plus ou moins significatifs communs à diverses pathologies dégénératives d'où la difficulté. La rigueur dans l'anamnèse n'exclut pas une part d'intuition mais l'intuition cela n'a rien à voir avec des tendances hypocondriaques et je vois par mon courrier que cette tendance tend à se répandre sous l'influence d'une information floue, bavarde ou mal digérée !

Je ne puis être plus disert sur cette question sans devoir envisager d'écrire un livre, ce qui impliquerait de passer 6 mois à un an à analyser et décanter l'essentiel de la littérature existante et la chose n'est pas à l'ordre du jour. 

26/02/2014

Métaux lourds, Lyme et Cie : Alerte au sujet des médecins qui exploitent le filon et affolent les gens pour les rendre captifs !

Annexe D_medecin.gifJ'ai reçu hier un  mail d'une personne et quoiqu'il m'arrive rarement d'accorder des "audiences" nous avons conversé plus de deux heures et il s'est avéré qu'elle avait été affolée et était plus ou moins persuader d'être atteinte d'une intoxication aux ML et de souffrir d'une maladie de Behçet parce que tel HLA X ou Y était activé !

Foutaise ! Pas de Behçet ! Suffit pas d'avoir fait une aphtose dans sa vie et le HLA je sais plus quoi n'a pas de valeur diagnostique !!!!!!!!!!!!!!!!!

Intoxications au métaux lourds ? Rien de vraiment significatif à l'interrogatoire !

Petite dysbiose oui mais c'est fréquent, un régime sans gluten et sans laitage a amélioré.

J'ai pas demandé combien cette personne a dépensé en milliers d'Euros au total pour faire presque le tour de l'Europe à la recherche d'une solution mais c'est apparemment plusieurs milliers !

Elle s'est tournée vers moi car elle est dans ma région et il se trouve qu'elle a été déçue par un thérapeute niçois qu'un naturopathe que nous connaissons lui avait recommandé. Je ne citerai aucun nom mais j'avais pressenti que ce type n'était pas à la hauteur. Elle était également passée par un certain B. qui cumule les "systèmes exotiques" et sur lequel j'ai les plus mauvais renseignements. Elle était passée également par le célèbre Dr Cuaz

Quelques remarques sur le célèbre Dr Cuaz

 

Le Dr Cuaz qui a un côté "médecin militaire" assez sympathique mais qui a sérieusement dérapé et je n'hésite pas à dire que son besoin de fric à sans doute un rapport avec un excès de "gynécophilie" ! Mais les femmes il les traite plutôt assez mal ! Un exemple : il avait comme patiente une de mes amies musicienne prénommée Rosie et bien il l'appelait "Madame Rose", je suppose qu'il la voyait sous les traits d'une pute ou d'une mère maquerelle. Un jour qu'elle téléphonait pour avoir un mot sur ses derniers résultats, il l'a incendiée parce qu'il était sur le point de partir s'envoyer en l'air avec sa dernière conquête. Elle l'a donc laissé tomber à regret car il lui avait obtenu des résultats objectivés par des radio sur des rhumatismes déformants.

Le problème avec Cuaz (et bien d'autres de ses collègues) c'est qu'il a absolument besoin de dominer les gens, or s'il est une chose que la médecine réclame c'est l'humilité et la prudence, on ne sait jamais tout, donc sur certains points précis un patient peut en savoir plus que son propre médecin.

Cuaz doit avoir dépassé l'âge de la retraite et il a rempilé, il a une clientèle de cancéreux qu'il traite à la vitamine C injectable à 100 € la bouteille, tout laisse à penser qu'il a organisé sa pratique pour en faire une rente confortable et sans risque en sélectionnant une clientèle qui ne risque pas de se retourner contre lui. Il a coûté à une copine d'un ami le prix d'une petite bagnole sans qu'il n'en résulte le moindre résultat. Il fait vendre beaucoup de complément alimentaires vendus cuirs et poil par correspondantes sur laquelle il touche des commissions. Je le sais car j'ai fait semblant de m'inscrire comme thérapeuthe chez un des fournisseurs qu'il préconise et qui propose avec la commission de payer du matériel médical parce qu'en principe ce type de commerce est interdit à un médecin français mais enfin il suffit d'ouvrir un petit compte à l'étranger ou sur Paypal.

J'ai la dent dure certes mais je pense que mon jugement est juste. Cuaz a sans doute fait du bon travail à l'époque mais là ça ne va plus et la cause c'est un problème "caractériel" qui a des conséquences sur son éthique. Fils de militaire, il voulait devenir prêtre ou médecin tout en rêvant de devenir pianiste. Il paraît qu'il improvise en moulinant du pseudo Fauré au mètre et voulait que mon amie transcrire ses éjaculations pianistiques. Mission impossible !

Je n'hésite pas à dire que ce serait un personnage attachant s'il n'était pas affublé d'un trait de caractère qui le rend infréquentable et à la limite dangereux. Enfin il m'a pris pour un con et m'a quand même coûté 100 € pour rien. Je ne lui en veux pas mais ça fait partie des faits qui m'ont décidé à faire la guerre à toutes les formes d'abus et de charlatanisme médicaux !

Sixième sens

Bref, une fois de plus mon 6ème sens ne m'avait pas trompé, plusieurs consultations à 95 € pour un affolement injustifié. Un de ses amis médecins lui avait du reste dit qu'elle n'avait aucune raison sérieuse de s'inquiéter. Je signale qu'une petite déficience en iode ça se traite par quelques gouttes de teinture à la saignée du coude de temps en temps. Manifestement et au cours de l'entretien (non directif) la cause principale est apparue comme une accumulation de stress divers, rien que de fort classique.

Mon sixième sens me vient d'une culture médicale de plusieurs décennies, de la fréquentation d'homéopathes et j'ai aussi travaillé dans un département universitaire en rapport avec une branche médicale où l'on faisait de la recherche et tout çà depuis les années 70.

Halte aux manipulations !

Alors je vous en conjure, ne vous laissez pas manipuler par tous ces pseudos spécialistes, médecins ou pas, qui s'emparent de certains créneaux plus ou moins désaffectés pour drainer une clientèle crédule et l'embarquer dans des protocoles à la fois contraignants et surtout ruineux, voir dangereux.

Cela dit je ne sais pas si les gens que j'évoque sont conscients de leurs incompétents ou s'ils abusent des gens sciemment, dans certains cas le doute est permis mais qu'importe. La méfiance s'impose.

J'ajoute que des particuliers publient des livres qui contribuent également à l'affolement. Livres souvent très mal foutus et critiquables à divers égards (Judith Albertat pour Lyme qui a finit je crois par s'instituer naturopathe) ou totalement indigestes pour un particulier dépourvu du discernement et des connaissances basiques nécessaires (Cambayrac pour les MLs). Mais au moins le livre en question a des côtés rigoureux qui me plaisent bien mais elle a du expurger les dernières sous menaces.

Au plan humain, Cambayrac est une maîtresse femme assez désagréable, genre prof de piano pète sec du style "je suis la meilleure et vous n'y connaissez rien"... Elle est revêche comme il n'est pas permis... Cette "bonne femme" n'a pas l'air de s'être rendu compte qu'on peut savoir bien des choses sur une personne en faisant l'âne pour avoir le son, le problème c'est qu'elle promet le son sans avoir rien à fournir...

Sa liste de médecins pratiquant les techniques de désintoxication est très courte et elle comprend le Dr B. de Nice qui fait tout ce qui est plus ou moins dans la vague alternative.

La conduite à tenir

On commence toujours par la médecine académique, à défaut d'un bon généraliste on se renseigne à l’hôpital sur la présente d'un "interniste" savoir un médecin qui cumule plusieurs certificat de spécialité et qui sait voir les choses de manière globale et on fait le point.

C'est pas en multipliant les examens inédits et sophistiqués qu'on arrive à quelque chose !!!

En résumé on ne peut trouver que si on sait ce qu'il faut chercher. Pour savoir dans quelle direction chercher, on commence par le commencement et le bon commencement c'est un bon médecin de médecine interne!

Je devrais sans doute créer un cabinet d'orientation thérapeutique mais je n'habite pas en ville et ne n'ait pas envie de me compliquer la vie.

28/11/2013

Détoxication : charbon activé et zeolithe pas cher !

Mon-Petit-Docteur-Livre.jpg

J'avais indiqué un certain laboratoire d'oenologie pour se procurer du charbon activé au kilo et pas cher, la gérante s'étend avérée une personne odieuse, de très mauvaise foi révoltante à l'occasion d'un litige survenu suite à la réclamation d'un ami relative à un colis dans lequel ledit charbon est arrivé dans des sacs complètement explosés à cause de la très mauvaise qualité de l'emballage, il me faut inscrire ce labo sur la liste noire et vous le déconseiller formellement, notamment pour l'acide L-ascorbique (OBST). 

==========================

Toute le monde a entendu parler du charbon activé et de ses vertus. Le litre dont photo jointe, Mon petit Docteur de Danièle Starenkyj constitue la "bible" en la matière.

Le problème est qu'une cure de charbon ou de zéolithe revient très cher si on n'est pas très futé....

L'offre des officines pharmaceutiques

Jugez en ! Il est fourni par la Cooper au pharmaciens à 20,85 € H.T. le kilo. Vous comptez la culbute (on m'a dit x 1,8...) plus éventuellement du port. Ca nous emmène au alentours de 45 € le kilo !

L'offre alternative

Chez SFB on trouve du charbon de 9 € les 150 g à 12 € les 100 g., ce qui pour la qualité supérieure nous emmène à 120 € le kilo. On le trouve aussi par 2 kg à + de 80 €.

On en trouve un moins cher il est vrai :

http://www.maboutiqueonaturel.com/produit-charbon-vegetal...

Cela fait quand même du 50 € le kilo mais c'est utile pour ceux qui veulent une petite quantité et on a les boîtes en plus (très utiles car opaques si vous fabriquez du gel d'argent colloïdal...)

L'offre du "petit futé"

Ne soyez pas stupides ! N'engraissez pas ces marchands sans scrupules car vous avez un moyen de faire de sérieuses économies. L'oenologie utilise de l'acide L-ascorbique ce qui nous permet de toucher le kilo de vitamine C identique à la qualité pharmaceutique de 9 € à 28 € H.T....

Et bien on utilise également du charbon activé pour la fabrication du vin (décoloration des moûts et des vins blancs tâchés). Le Geosorb granulé de Laffort est ce qui convient le mieux mais il se vend par 5 kg à + de 80 € et si OBST le détaille par kg, leur paquetage est merdique et risque d'éclater au transport. Chercher la note sur OBST.

Rappel au sujets des fournitures d'oenologie

On peut se procurer à prix raisonnable les produits suivants : acide L-ascorbique (vitamine C), acide citrique, bicarbonate de potassium et charbon activé. Pour les fiches des produits voir :

http://www.laffort.com/fr/produits/traitements-specifiques

La qualité de ces produits étant agro-alimentaire il n'y a pas de souci à se faire !

La zéolithe

Vous trouverez des offres ruineuses (plus ou moins "nanométriques", une connerie...) mais voilà le bon filon :

http://em-france.fr/product_info.php?products_id=177 environ 25 € le kilo pour la + fine (consistance du talc)

http://em-france.fr/product_info.php?products_id=184 19,50 € pour une variété un peu moins fine.

En revanche je ne conseille pas le charbon de EM-France, il n'est pas nocif mais s'avère trop grossier et il n'est pas précisé qu'il est activé. Il sert dans le domaine de la culture pour être mélangé aux sols et servir de "HLMs" aux micro-organismes (EM).

Usages cliniques

Ces produits ont un seul inconvénient, il faut les prendre loin des repas et des prises de médicaments ou de compléments (3 ou 4 heures). J'ai résolu le problème car je me réveille souvent au moins une fois la nuit. A noter que les heures de réveils correspondent au passage de l'énergie dans les méridiens: au voisinage de 2 à 3 heures du matin, c'est foie vésicule par exemple.

Notez qu'il faut calculer l'heure locale. Même chose pour les heures d'aggravation de l'homéopathie, ce que beaucoup d'homéopathes n'ont pas l'air de savoir! Les astrologues sont favorisés car ils savent que l'heure locale se calcule ainsi : 1) ramener l'heure légale à l'heure GMT (celle du méridien de la "sorcière verte", curieux n'est-ce pas ?), 2) ajouter ou retrancher le décalage suivant longitude Est ou Ouest.

Les applications sont extrêmement nombreuses à commencer par toutes les dysbioses intestinales. On peut utiliser le charbon par cure comme désintoxication et le livre évoque une variété de charbon appelé AST 120 qui est utilisé pour retarder les dialyses rénales. Malheureusement, si j'ai pu trouver le web de la firme qui le produit, elle ne réponds pas aux questions et je ne sais où est comment il serait commercialisé. Mais évidemment, si l'on pouvait trouver ce produit il serait idéal à tous égards car son pouvoir d'adsorption a été calculée pour répondre à des critères précis.

Attention, le charbon peut constiper mais j'ai constaté qu'avec la prise de kéfir de fruit ou de lait le transit redevient normal. Je ne conseille pas le sorbitol Delalande qui est un polyol sinon à titre exceptionnel pour "débloquer" une situation critique.

Risque de déminéralisation ?

Le charbon et la zéolithe provoqueraient à la longue de la déminéralisation. Un dentiste qui se traite pour les métaux lourds m'a mis en garde à ce propos. Mais j'ai cherché dans la littérature et je n'ai rien trouvé de solide. Et le diagnostic de déminéralisation quant il repose sur des observations subjectives me parait sujet à caution. On est là dans un domaine, avec l'acidose, dans un domaine excessivement flou où l'on a tendance à colporter des "rumeurs".

Si on craint une déminéralisation, absorber le surnageant d'une cuillère d'argile fouettée dans de l'eau au coucher...

L'information sur Internet est du reste composée à 95% de "rumeurs" à savoir par la répétition d'antiennes non vérifiées. Aussi quand on constate en médecine que la plupart des postulats sont en train de se voir renversés (nocivité des laitages et des graisses saturées ancestrales par exemple...), ces derniers ne relèvent que de "rumeurs". "Rumeurs" également les conclusions biaisées de l'immense majorité des études prétendument "scientifiques". Un remède : taxer à 75% (comme les footballeurs) les profits de l'industrie pharmaceutique afin de permettre aux Etats de financer des recherches indépendantes... * 

Comme je l'ai indiqué en prenant sa "dose" la nuit on doit éviter la séquestration de molécules utiles. Pour les femmes, par exemple ne pas prendre le charbon avec la pilule, sauf si on souhaite "se faire une mauvaise farce" !

* Mais ne rêvons pas ! J'apprends à l'instant qu'une entreprise française aurait réclamé des compensations à l'Egypte pour avoir augmenté les salaires des esclaves qu'elle exploite et ce en vertu d'une loi américaine qui est prévue pour faire obstacle à tout ce qui pourrait entraver le commerce international. L'Europe ferait encore obstacle mais plus pour longtemps. Je n'ai pas de détails pour l'instant mais ce sont bien des malades mentaux complètement désinhibés qui ont décidé d'exploiter la planète comme un véritable camp de concentration... Une bombe à neutrons sur le cœur même de Washington assainirait la planète mais ce ne sont pas les fondamentalistes barbus qui vont nous rendre ce service qui se foutent bien du sort de l'homme et ne s'inquiètent que de l'honneur d'un "dieu" conçu à leur propre image de cinglés. Du reste, on saut qu'ils ne sont pas pour grand chose dans la chute des WTC comme produit d'un art consommé dans l'emploi de la "nano thermite".

15/06/2013

Alimentation médicatrice, mieux que Kousmine et Seignalet : les "topos de Taty"

tati01b_small.jpg

Sur la maladie de Lyme voir impérativement la dernière note la concernant :

http://silicium.blogspirit.com/archive/2012/09/19/la-mala...

La citoyenne dont il va être question se présente comme chercheuse en cuisine, Inventeur de la non-cuisine, Courtière en régimes-santé. On pourrait préciser qu'elle est hostile aux régimes d'enterrement car elle aime manger...

Mon attention a été attirée sur les publications de cette naturopathe belge qui a publié plusieurs petits livres et une revue. D'un côté surtout des recettes de cuisine et de l'autre des monographies autour de différentes pathologies qui se recoupent quand aux causes multifactorielles et aux moyens de les traiter. Les naturopathes qui suivent cette piste basée sur des travaux de chercheurs et de thérapeutes anglo-saxons qualifient ses livres et ses séminaires de "bordéliques".

Je ne suis pas en mesure de morter un jugement car il y a beaucoup à lire mais le fait est que quand on débarque sur son site on est vite un peu noyé par l'abondance du propos (FAQ), la référence à des concepts censés être connus et aussi par le nombre de publications qu'il faut sans doute prendre dans l'ordre adéquat après avoir réuni entre 6 et 10 titres différents ce qui représente un investissement non négligeable.

A ce propos, j'ai noté que l'auteur se plaint que les Editions Amyris qui proposent encore 3 de ses titres ne lui auraient pas payé ses droits d'auteurs. Aussi la dame a t-elle fondé sa propre maison d'édition et on peut constater qu'en matière de publicité elle sait se vendre, bien qu'elle soit pratiquement inconnue dans l'hexagone.

Projet de recension : appels aux dons pour l'achat des monographies

La matière étant extrêmmement touffue quoique prometteuse, si l'on daigne faire appel à la reconnaissance du petit cochon rose (qui chôme en ce moment et aimerait agiter sa petite queue plus souvent) je propose d'investir et de constituer des résumés de la matière principale car bien évidemment dans ce genre de livre les exemples de succès et les illustrations tiennent la plus large place. Or ce sont les principes et les données méthododiques qui nous intéresse et qu'il faudrait résumer. Et je note à ce propos qu'en fait de synthèse, on ne trouve rien...

Les naturopathes qui diffusent à l'intention de leur propres patients des données venant de Taty Lauwers m'ont paru incapables de résumer les données fournies. J'ai sous les yeux deux exemples, celui concernant la manière de faire le bouillon de poulet et une méthode de prise de tension qui permet de cerner la nature et la gravité d'un état de fatigue. Pour le "bouillon" ça va encore, mais pour la prise de tension, on aurait pu résumer le propos par 2 ou 3 schémas graphiques qui eussent éviter un "baratin" qui embrouille. Je suis un "visuel" et j'aime avoir des images pour fixer ma mémoire.

J'ai demandé des services de presse mais je n'ai pas eu de réponse. Ainsi dans la mesure où il ne me coûte rien de partager le fruit de mes lectures et que d'autre part l'effort consistant à rédiger une synthèse est favorable à l'exercice de la mémoire, je trouverais assez normal que les lecteurs qui souhaiteraient en savoir davantage avancent chacun tout ou partie du prix d'un des livres (22,00 € + port) sinon c'est entre 600 et 1000 pages qu'il leur faudra acquérir et assimiler. Ce qui ne me semble pas si évident.

Les limites du régime de Seignalet

Le régime de Seignalet qui est en gros est un mixage du régime crudivore de Burger et de Kousmine a contre lui deux inconvénients majeurs : le cru n'est pas bon pour tout le monde et en particulier pour ceux qui souffre d'une inflammation intestinale (rectocolite, maladie de Crohn) et la pratique de l'éviction des céréales et des laitages n'est envisageable que temporairement le temps de calmer le jeu. J'ajoute que le fait que le Dr Seignalet soit décédé d'un cancer du pancréas laisse à penser que l'excès de crudités ne lui aurait pas réussi.

J'ai expérimenté ce régime avec un certain succès : digestion hyper rapide au point d'avoir fin une heure après un repas et impossibilité de se jeter sur une viennoiserie ou une pâtisserie. Si certains paramètres ont été améliorés je me suis retrouvé avec des crampes d'estomac que j'ai eu bien de la peine à maîtriser.

Des présupposés moins systématiques

J'ai du imprimer et lire 300 pages tirées du site de l'auteur. On peut constater en parcourant ce qui est accessible que l'auteur après avoir été influencée par un certain systématisme au demeurant très français chez Seignalet qui est un pur cartésien est sortie progressivement de ce carcan. D'abord elle connait la diététique ayurvédique, la diététique chinoise (différents types de Yin et de Yang), s'est intéressée au régime des groupes sanguins et a trouvé son salut chez des chercheurs et des thérapeutes anglo saxons totalement ignorés sous nos latitudes.  Elle dénonce à juste titre des anomalies comme le rejet des cérales au profit du soja (Seignalet) fort sujet à caution, enfin la dysbiose intestinale est au centre de ses préoccupations. Or je suis convaincu que tout le mal ou presque commence par là et que c'est un des plus puissants dénominateurs communs des nouvelles pathologies.

Les ouvrages principaux

Je vais en présenter quelques uns en précisant que si l'on veut s'en faire une idée il convient de se borner à imprimer la plaquette de présentation en pdf qui donne la table des matières et le sommaire. pour juger de l'intérêt d'un livre la table des matières (qui manque souvent) est primordiale. Or les tables tendent a démontrer une certaine tendance à l'exhaustivité. Et cerise sur le gateau, l'auteur donne dans chaque monographie un index. Cherchez donc les livres pourvus d'un index : ils ont la queue courte preuve de beaucoup d'incompétence voir d'un foutage de gueule assez généralisé. Oui je le dis car cela fait 30 ans que j'observe l'évolution de l'édition française dans divers domaines et c'est la CATASTROPHE: on fait des tas de livres creux avec beaucoup d'air dedans et aucune matière palpable. Et la sacro sainte liberté d'opinion nous coûte cher en terme de déforestation !

L'auteur est dotée de beaucoup d'humour, on va le voir !

Qui a peut du grand méchant lait ?

laitcoverp1_small.jpg

Le paysage a tendance à se partager entre lelobby "prolait" et les "antilaits" dont Thierry Souccar est l'actuel chez de file vivant. Et dans ce dernier cas c'est au prix de raisonnements simpliste : le lait est pour les veaux ou les bébés dont pour les adultes c'est caca.

La vérité est bien différente, à savoir que la majeure partie des problèmes vient de la dénaturation du lait du fait des vaches qui ne broutent plus guère et par les traitements ignobles infligé au produit de l'animal sacré des indiens. S'il est exact qu'il y a des gens qui devront se passer ou se méfier des laitages à vie, à condition d'écarter les produits merdiques d el'industrie laitière (avec ou sans bifidus, cette engeance qui fait grossir et rend agressif mais c'est bon pour cloner des technico-commerciaux offensifs et détestables...), il s'avère possible dans certains cas d'utiliser du lait et du beurre cru (que l'auteur rient en haute estime) ou des laits fermentés mais sans excès.

Du gaz dans les neurones (la dysbiose intestinale)

gazcoverp1.JPG

Ce livre est à mon avis essentiel. Le précédant a surtout pour intérêt de faire l'inventaire des dénaturations des produits laitiers. Quand à déterminer qui peut consommer des laitages c'ets une autre affaire et une affaire de "profil", or je ne vois rien dans les table consultées qui aborde cette question. Raison pour laquelle il me faudra sans doute tout lire pour débusquer des indications pratiques.

Le problème de la dysbiose est essentiel. Le livre n'épuise certainement pas le sujet car ainsi que je l'ai dit il faudrait remettre en honneur les fameux nosodes de Bach mais quel homéopathe les maîtrise encore ? J'ai la doc technique mais je ne m'aventurerai pas à les utiliser.

Le problème de la dysbiose c'est qu'elle peut être entretenue d'abord par les glucides et je rappelle que pour aider à la levée de la pâte à pain on met en plus du sel un peu de sucre dans la cuve de la machine. J'étais arrivé à la conclusion que les bureaucrates et les retraités bouffent trop de sucre lents. Or l'auteur a déniché un régime de "glucides spécifiques" qui m'intéresse.

Le Dr Donatini met en garde contre les prébiotiques (fibres) et propose des mycéliums de champignons certainement très faiblement dosés et broyés assez sommairement avec les écorces ce qui réclame des traitements longs avant d'être efficaces. A ce propos j'ai eu confirmation que l'ARS a fait une descente dans sa boutiques et qu'une audience a eu lieu, on devrait savoir le résultat du jugement assez rapidement. C'était bien ce que je pensais : une histoire d'allégations incompatible avec la vente de produits sous le statut des compléments alimentaires. Or un aliment n'est pas censé guérir de sorte que sauf exception les médecins ne se préoccupent de diététique que pour préconiser des régimes éculés, inopérants et finalement nocifs.

Le régime "nouvelle flore" inspiré du régimes des "glucides spécifiques" va plus au coeur du problème puisqu'il consiste d'abord à affamer les bactéries intestinales indésirables en ne donnant que des glucides simples (monosacharrides) dont la digestion est aisée et complète de sorte que les "bestioles" n'ayant rien à bouffer, elles sont contraintes de réduire leur population. Des probiotiques (yaourt maison) (ou K-Philus) font le reste. ceci est un résumé simpliste. La difficulté réside dans la nécessité d'un "profilage métabolique" au sujet duquel on ne trouve pas grand chose sur le site et dans les livres. L'auteur renvoit les demandes sur les "coachs" qu'elle a formés...

Pour qui sonne le gras ?

grascoverp1.JPGA propos de gras voilà une monographie qui sans aborder le problème de la chasse au cholestérol à coup de statines et à doses massives tend à réhabiliter pour certains patients le gras et même les graisses animales. Avec la découverte de lipides dont on ne nous parle jamais comme la graisse de malme non hydrogénée qui aurait la particularité de resserer les intestins poreux.

C'est aussi et plus ou moins indirectement un petit livre qui m'a bien l'air de remettre en cause la vogue trop exclusive des Omega 3.

S'y retrouver dans les différentes classes de lipides n'est pas une mince affaire. Je viens seulement de trouver un tabeau comparatif que j'ai pu passer à l'OCR et transcrire sous Excel afin d'opérer des classement par type de lipides.

C'est sans doute le livre de la série qui sera le plus difficile à avaler pour la plupart d'entre nous puisque les graisses animales (saturées) sont plus ou moins réhabilitées. On envisage ici la possibilité d'un accord avec la médecine ayurvédique ou le beurre sous sa forme clarifiée constitue un pilier de la cuisine indienne. Mais ça dépend des doshas !

Il existe plusieurs tests sur Internet pour déterminer le sien. Celui-ci qui est manuel est le plus détaillé. Malgré mon côté apparement très colérique, je suis assez formement Kapha ce qui peut surprendre ceux qui ne connaissent que mon blog. Mais le monde n'étant qu'apparence mes interlocuteurs sont souvent assez surpris au téléphone de ne pas avoir à faire avec un excité... La pratique des tests est des profilage est toujours très délicate car il n'existe pas de type pur et il est souvent difficile de choisir entre 3 options.

En cas de doute ce test permet de cocher 2 colonnes sur trois...

Pour la MTC je ne connais que les 2 volumes signés Eysallet, Guillaume et Mac-Chieu et aucun questionnaire.

Canaris de la modernité

canaricoverp1.jpgDeux autres monographies s'intitulent Gloutons de Gluten et Cinglés de sucres. Je n'en dirai rien, les titres sont assez transparents. A mon humble avis si ces titres sont très porteurs en terme de vente, ils fractionnent la matière étudiée d'une manière qui n'en facilite pas la synthèse et cela aboutit forcément à des répétitions et à une dispersion des éléments utiles.

Pourquoi parler de "canaris" ? Les canaris servaient autrefois à détecter dans les mines la menace du grisou. Quand un des oiseaux mourrait ou tournait de l'oeil les mineurs se barraient vite fait en emportant la précieuse cage. Les "canaris de la modernité" et bien ça rassemble toutes les sujets, des enfants principalement, qui sont devenus hypersensibles à toutes sortes de polluants d'où la multitude des nouvelles pathologies (hyperactivité, autisme, inflammations intestinales etc...).

J'arrête là mon évocation. Vous êtes assez grands pour aller voir vous même le site et découvrir le reste et lire tout ce qui est mis à votre disposition. Mais je doute que vous puissiez en tirer autre chose qu'un vague espoir n'étant pas certain que vous avez peut de chance en lisant ces monographies de pouvoir en tirer des indications pratiques pour votre gouverne.

Je renouvelle donc ma proposition de les lire pour vous et de proposer une synthèse. C'est en haut et à gauche pour les participations....

Candidose et candidose...

L'auteur semble distinguer deux type de candidoses, la candidose classique (vaginale notamment comme effet secondaire notamment de l'abus d'antibiotiques) et une candidose systémique sur laquelle je n'ai pas trouvé d'éclaircissement. Mystère pourt l'instant.

Un espoir pour dans les fibromylagies, les maladies auto-immunes (SEP, polyarthrite), Crohn etc...

On retrouve l'idée que ces maladies ont le même fond commun de dysbiose et qu'il n'y a pas tellement lieu de se poser la question de savoir si la fibromyalgie, la SEP, Charcot seraient des déguisements de la maladie de Lyme car le traitement alimentaire aboutit à des solutions plus ou moins communes.

J'étais très occupé ces derniers temps à essayer d'orienter trois ou quatre correspondantes manifestement atteintes de Lyme et un cas de Crohn m'est tombé dessus parmi des gens qui me sont relativement proches.

Je dois dire que la découverte des monographies de Taty me laisse quelque espoir raisonnable de pouvoir avancer des solutions naturopathiques alors que récemment encore je doutais des possibilités en cette matière. Certes je persiste à penser qu'il faudrait être médecin et naturopathe pour commencer à être complet et avoir les mains relativement libres mais les choses étant ce qu'elles sont, faut pas rêver !

Conclusion provisoire

Les monographies évoquées sont  de nature à bousculer complètement les idées que l'on peut avoir sur la diététique. Elles bousculent non pas seulement les recommandations académiques officielles (recommandations que je qualifierai de "profanes" car la médecine dite "officielle" se contrefout royalement de la diététique et tend à vouloir imposer à tous les même "régime antigras" avec 5 fruits et légumes (pestiférés) rien que pour booster le commerce du maraîchage empoisonné) mais également tous les systèmes de régime existants qui il faut le dire tendent à une sorte de "standardisation" alimentaire car du côté alternatif un schéma plus ou moins apparenté au "seignalétisme" tend à dominer le tableau. Rien qu'avec ce que l'on trouve sur le site de Taty, il y a bien de quoi se trouver complètement déstabilisé. Et ce que je me demande (et je ne le saurai qu'après avoir lu les monographies) c'est dans quelle mesure l'auteur fournit les notions suffisantes permettant d'effectuer le "profilage" déterminant quant au choix de la stratégie à adopter.

La lecture de la FAQ lorsqu'est évoqué le cas d'enfants "canaris" hyper réactifs fait peur quand à la complexité du problème quant aux rechutes possibles tenant à des causes qui sont loins de sauter aux yeux. 

Les vertus du bouillon de poulet

On a attiré mon attention dnas le même temps sur les vertus du bouillon de poulet qui avec un régime d'exclusion pour commencer consistue un piste à suivre.  Le régime de purification appelé Khichadi de la diététique indienne c'est au fond du Seignalet en mode exotique et ça évite de se casser la tête. Seulement je note en passant que puisqu'il est basé sur le riz + une légumineuse il ne semble pas compatible avec le régime dit des "glucides spécifiques". 

Quand au bouillon de poulet il constitue  une solution dans divers problèmes inflammatoires. Je tiens de Jacques Valentin un lien vers l'explication scientifique.

Le bouillon de caracasse de poulet contient de l'UC-II (undenatured type II collagen) qui est disponible sur le marché des suppléments. Celui-ci diminue fortement la réponse inflammatoires au niveau des cartilages.

Lire par ex :

http://www.lef.org/magazine/mag2012/feb2012_Protect-Joint...

Le complément correpsondant :

http://www.iherb.com/Source-Naturals-UC-II-40-mg-120-Caps...

Une stratégie contre l'arthrose en général

L'article évoqué évoque d'autres compléments (Boswellia, Bore, Glucosamine etc...) qui doivent être associés dans le cas des inflamations dont le siège est articulaire.

Inflammation intestinales (Crohn, entérocolite, colites)

Le bouillon de poulet pose un certain nombre de problème. J'ai acheté un poulet bio à Auchan de préférence à une volaille label rouge. La viande est sans goût et aucune couche de graisse ne s'est déposée à la surface du bouillon en dépit de 4 heures et demie d'infusion. Une fois de plus les choses simples deviennent compliquées en pratique... Le cas échéant, si on me le demande je feria une fiche sur la question.

Commencer par exclure les céréales et les laitages (voir régime ayurvédique cité plus haut, c'est un plat de riz blanc long et de haricot Mungo jaunes avec des épices). 

Ensuite Jacques Valentin précise : beaucoup d'omega 3 alimentaires : poisson + Colza, peu de viande rouge et de porc, plutôt viandes blanches.

De la vitamine D (études encourageantes) auquel j'ajoute impérativement par des apports journaliers, les apports en dents de scie des doses mensuelles ne donnent pas les mêmes bénéfices. 

On peut aussi essayer des immunomodulateurs comme Epicor ou Tinofend le nouveau produit de Life extension.

http://www.iherb.com/Healthy-Origins-EpiCor-500-mg-150-Ca...

http://www.iherb.com/Life-Extension-Immune-Modulator-with-Tinofend-60-Veggie-Caps/48807

N'oubliez pas si vous commandez chez Iherb.com le code FIH016 qui vous donnera droit à une réduction de bienvenue.

Ils favorisent une réponse immunitaire dans des limites saines.

Commencer par Epicor pendant 3 mois qui a un profil d'efficacité très bien documenté en commençant par 2 par jour puis 1 après 1 mois.

Mais commencer par régime + vitamine D.

Pour la vitamine C prendre une forme tamponnée (pas d'acide ascorbique pur).

Un complexe de vitamines B peut aider également.

On préconise la poudre d'absinthe qui agirait sur la THNF alpha (500 à 750 mg/jour) mais attention ça ne peut pas constituer un traitement au long court car l'absinthe contient de la thuyone.

J'aurais sans doute l'occasion de revenir sur ces pathologies et de définir des propositions plus élaborées mais il y a du pain sur la planche...

10/05/2013

Chlorella, origine de sa vogue en France

Chlorella.jpgJ'ai eu l'occasion de discuter l'autre jour avec un copain qui, il y a quelques années (c'était avant la vogue d'Internet, et donc au début des années 90 voir à la fin des années 80) s'était ruiné en téléphone pour enquêter sur différents produits tels le germanium... et la chlorella.

C'est ce fouineur qui a attiré mon attention sur le rôle d'un certain Claude Serres basé à l'époque à Aubagne qui serait à l'origine d'un fort battage médiatique en faveur de la chlorella. Il lui a du reste téléphoné et l'a classé dans la catégorie des "cons" mercantiles et excessivement dominateurs.

International Nutrition a disparu en 2010? Voir :

http://greenseeker.wordpress.com/2009/02/14/la-chlorella-...

Cependant j'ai vu quelque part de la chlorella de cette firme encore en vente.

http://dietcity.fr/produit-naturel-et-bio.php?ref=9056539

Et Dietcity est basée à Toulon et Toulon c'est pas loin d'Aubagne. Mais la gérante est une certaine Marie-Claire Enjalvic, qui semble être pharmacienne d'un côté (Pharmacie Vedel) et est bien gérante de Dietcity d'autre part :

http://www.societe.com/societe/enjalric-marie-claire-4504...

Bref, des produits griffés International Nutrition continue d'exister alors que la société qui les produisait a disparu. Mystère et boules de gommes mais c'est sans importance...

La polémique tendait à l'époque à enfoncer la spiruline et cet ami avait téléphoné à une spécialiste qui à hiyères s'occupait de formation à la culture de la spiruline. Il doit s'agir d'Agricampus. Voir :

http://www.hyeres.agricampus.educagri.fr/cfppa/formations...

Cette spécialiste avait complètement ratiboisé les arguments du Sieur André Serres qui se présente effectivement comme l'introducteur de la vogue de la Chlorella en France.

Voir les commentaires de :

http://greenseeker.wordpress.com/2009/02/14/la-chlorella-...

Et je cite : je suis le premier en france à avoir introduit la chlorella en france et à avoir communique par des informations scientifiques meme un film realise à taiwan à l'époque on fournissait deja un certificat d'analyse de la chlorella avec 2 pages completes dont les metaux lourds on pouvait en trouver à l etat de traces mais il faut savoir que la prise de la chlorella empeche la fixation des metaux lourds et favorise son elimination naturelle ca n arien à voir avec une chelation chimique donc il y a 2o ans j'introduisais la chlorella de taiwan chlorella avec des succes remarquables et je vous conseille d'associer la chlorella et la spiruline ensemble car un a le cgf le chlorella growh factor l autre la phycocynine.

Le discours a un peu changé car pourquoi ne pas vendre aussi de la spiruline puisqu'elle à la côte !

Enfin ce Claude Serres qui parait être à l'oeuvre derrière une officine toulonnaise est devenu quasi invisible par rapport à des firmes comme Echorial et Cie. Il s'est donc lancé dans la diffussion de produits (Usana et Stemtech un extrait de Khlamath) dont je ne tiens pas à parler car ça très longuement.  Je cite:

Pensez aussi à decouvrir le miracle des cellules souches avec STEMTECH oui cette algue klamath que j'ai fait connaitre en france il y a plus de 18ans avec la chlorella est disponible en concentre avec preuve de son efficacite en association avec usana resultats tres tres interessants.

Je reçois beaucoup de courrier au sujet de la chlorella mais c'est toujours la même histoire, on en prend si je puis dire par acquis de conscience mais j'en reste aux critiquies du Dr Melet qui ont été solidement documentées. D'autre part, qu'il s'agisse du Growth Factor de la Chlorella, de la phycocynine de la spiruline, ou encore de la télomérase l'argumentaire me fait penser à l'engouement pour la pierre philosophale qui est censé transformer le plomb en or et servir de base à des préparation rajeunissantes. Mais sur le plan scientifique et quand aux relations entre télomérase et astragaloside IV il n'y a rien sur PubMed, sauf 2 articles sans intérêt pour ce qui nous concerne. En revanche, il existe 183 articles sur l'astragaloside IV mais sans relation avec ces bouts de l'ADN dont la repousse assurerait la longévité. Maintenant il faudrait passe au moins 3 mois à traduire ces articles pour déterminer quels bénéfices  on aurait de prendre de l'astragaloside IV au prix où la chose se vend.

29/04/2013

Pétite précision à propos du DMSA

DMSA.jpgJ'ai du réserver la pratique du DMSA comme chélateur aux médecins. On m'a objecté, à juste titre qu'il se trouve en vente libre sur Internet et que par conséquent n'importe quel thérapeute ou particulier peut se le procurer.

Je ne l'ignorais pas et ne pouvait pas l'ignorer puisqu'on tend à me prendre pour une véritable "base de donnée" dans le domaine de l'alternatif. C'est pratique en effet, on pose la question et 9 fois sur 10 sans mettre de pièce dans la machine une réponse sort...

A ce propos, ce n'est pas que je cours après le fric mais je me rappelle que mon acupuncteur quand il me faisait une séance gratuite exigeait cependant 1 francs symbolique. C'était symbolique en effet, il s'agissait de souligner que bien mal acquis ne profite jamais et que rien en ce monde n'est gratuit, ce qui ne nécessite pas d'effort tend à être méprisé... Tirez en les conséquences...

Donc pour revenir à notre histoire le DMSA est en vente libre au moins sous la forme orale. Mais il y a un hic: Cambeyrac avance des arguments que je toruve convaincants pour ne pas commencer par le DMSA si on opte pour un chélateur chimique. Or comme il faut en passer d'abord par le DMPS et qu'il n'est délivré que sur ordonnance, il y a nécesité d'en passer par un toubib. La liste que diffuse Cambayrac m'a été fournie par un lecteur, je la tiens à disposition, elle n'est pas longue et il va de soi qu'elle n'est accompagnée d'aucune espèce de garantie de ma part. 

En d'autres termes, je suis lu par des centaines de visiteurs, je ne peux pas me permettre de raconter n'importe quoi. J'ai le sens des responsabilités. Je peux certainement m'automédiquer sans trop de risques parce que je me renseigne longuement avant de faire quoique ce soit mais on m'accordera que je suis un "cas". Quand j'arrive chez un toubib, y compris un spécialiste, j'en sais plus que lui sur certains points. Comme je ne m'adresse pas au premier venu et que la profession évolue et se rajeunit, ils admettent n'avoir pas le loisir de s'informer sur tout ce qu'il leur faudrait savoir. Ils ne vont pas jusqu'à solliciter mon avis sur certaines questions mais ils me respectent et les choses se passent bien. Il me font confiance, les pharmaciens également mais dans ce domaine j'ai de la chance, le mien est un type tout-à-fait exceptionnel. Dès lors que je ne lui demande pas de stupéfiants (et ça ne m'intéresse pas) si c'est possible il me procure le produit désiré. Il m'a questionné sur le silicium et voudrait que je lui trouve une formule d'or potable... Il se trouve que j'ai atterri dans son secteur, je considère cela comme un "signe" que je suis bien à la place où je dois être...

Bien évidemment, en me défaussant sur les médecins et les thérapeutes, je suis conscient que dans la mesure où l'immense majorité n'est pas formée pour pratiquer les désintoxication qui s'imposent, c'est un peu faucheton de ma part que de me défausser ainsi... Mais alors que je commence à goûter la sérénité que procurer une retraite à laquelle je me suis préparé depuis au moins 25 ans très progressivement, je ne vais pas courir au devant des emmerdements... L'état sanitaire des patients est tellement brouillée par toutes sortes d'errances (et de pollutions psychiques) imposées par l'ambiance, soigner autre chose que des grippes ou des refroidissements devient une gageure ! Je n'y peux rien, c'est comme cela ! 

Mercure, Alzheimer et ... aluminium

alz.jpg

Mise à jour du 29 avril 2013 : La conclusion a été réécrite.

Je vous conseille, si vous ne l'avez pas déjà fait, de vous procurer un texte de Marie Grosman et André Picot intitulé Le mercure des amalgames dentaires, l'un des principaux facteurs étiologiques de la maladie d'Alzheimer?

Voir http://atctoxicologie.free.fr/archi/bibli/MercureDentaire...

Un texte très technique mais qui nécessite d'être lu avec une attention extrême. Alors dites moi quelle est cette chose qui brille par son ABSENCE ?

Vous avez deviné, c'est l'aluminium ? Il n'est cité qu'une seule fois ! Et mon bon daïmon me sussure à l'oreille : et si on avait astucieusement criminalisé l'alu pour préserver le commerce juteux des amalgames dentaires. 17 tonnes par an en France ces dernières années, sans parler des maladies que cela occasionne, un méga rente pour Big Pharma.

L'aluminium joue peut-être un rôle dans l'Alzheimer mais il est à craindre qu'on l'ait intentionnellement exagéré. Une enquête sur l'origine, les circonstances et la manière dont cette thèse s'est développée pourrait s'avérer intéressante. Alors je googelise "Ahzhzimer + aluminium" et je trouve ceci :

Les médias seraient à l'origine de l'alerte ; ce sont eux qui auraient incité les ménagères à éliminer l'aluminium de la cuisson et de la conservation des aliments. Un conseil d'autant plus difficile à suivre que l'aluminium, abondant dans les sols, les argiles, les minéraux et les roches, a migré dans l'air, l'eau, enfin et surtout dans presque tous les aliments.

Au début des années 1990, personne ne parlait plus de l'aluminium. Fin du premier acte. Autant savoir inaugure l'année avec un reportage intitulé « Aluminium folie1 ». Tous les éléments semblent réunis pour réanimer l'alerte : primo , une controverse scientifique autour d'un risque l'aluminium provoque-t-il des lésions cérébrales ?, secundo , de nombreuses victimes potentielles, tertio, un responsable : l'industrie de l'aluminium.

Deux scientifiques en blouse blanche nous racontent - rats, microscopes et ordinateurs à l'appui - comment l'aluminium pénètre dans le cerveau et comment on en meurt. Face à eux, le représentant de l'Association européenne des industriels de l'aluminium propose une autre version : « La majorité des chercheurs ne trouve aucun lien causal entre l'absorption d'aluminium et l'apparition de lésions cérébrales ». Moins préparé et donc moins persuasif, l'homme ignore sans doute qu'il s'est fait prendre au piège.

Je passe quelques alinéas très détaillés et on arrive à ceci :

Il y a de toute évidence encore aujourd'hui une controverse scientifique sur le rôle de l'aluminium dans les démences séniles et la maladie d'Alzheimer. Mais la balle semble avoir changé de camp. On assiste en effet à une sorte de revirement après une quinzaine d'années - la période 1975-1990 - où l'aluminium fut plus systématiquement montré du doigt. Symbole de ce retour à la prudence : l'article de Martyn et ses collaborateurs publié en 1997 qui conclut sur des résultats négatifs alors que cette même équipe avait en 1989 publié un article dans le Lancet associant l'aluminium de l'eau de boisson à la maladie d'Alzheimer. En réalité, quel que soit le résultat obtenu, la circonspection est de mise dans les conclusions des articles, comme si cette science, l'épidémiologie, nécessitait d'autres outils, d'autres protocoles de mesure. 

Source : http://www.larecherche.fr/actualite/aussi/aluminium-malad...

Notez car c'est quand même extraordinaire : l'article arrive en tête de la recherche. N'est-ce pas étrange?

Bref, les scientifiques sont en train de revoir leur copie. Alors je me demande ceci : et si le Diable avait lancé le monde sur une fausse piste de manière à faire en sorte que le mercure continue de faire des dégâts et il n'y a pas de doute que c'est une belle saloperie. Cependant un enfant peut absorber 200 g. de mercure liquide sans en crever. J'ai lu cela sous la plume d'un toxicologue patenté, il me semble que c'est dans le document proposé. Ce sont les vapeurs qui sont nocives et totalement invisible par dessus le marché.

Conclusion : je ne dis pas que l'aluminium est innocent, qu'il faut en bouffer mais il y a bien une controverse et ce qui me surprend c'est que l'Afsapps envisage des mesures alors qu'elle reste de marbre ou presque au sujet des amalgames. Je me dis que l'on pourrait bien avoir saisir une occasion de détourner l'attention de la responsabilité du mercure. Comment ont fait les industriels du tabac pour faire oublier le caractère cancérigènes des cigarettes et des cigares ?

Ils sont allé voir un consultnat en communication qui leur a dit ceci : mais c'est très simple vous payez des scientifiques pour qu'il fasse des travaux et démontrent toutes sortes de pollutions phytosanitaires et autres et comme ça ça va détourner l'attention des fumeurs et relativiser les méfaits du tabac. Comme les gens y sont accrocs, ils seront ravis de savoir que quoiqu'ils fassent ils seront polluées et que de toutes façons il faut bien crever un jour. Alors en attendant autant ne pas se priver... 

28/04/2013

Chélateurs de métaux lourds : recherches sur Pubmed


pubmed.jpgVoici le résultat d'un sondage sur Pubmed.

Allium ursinum (ail des ours)

Sur les 42 études qui ressortent de la consultation de PubMed sur Allium Sativum, il n'y a RIEN qui concerne un effet chélateurs ou adsorbant. On trouve surtout des recherches sur la composition chimique et quelques études donnant des indications sur des propriétés médicinales (maladies cardio vasculaires en particulier mais surtout pour Allium Sativum, ulcères etc...) Cette plante n'est pas inintéressante mais on n'arrive pas à savoir d'où viennent ses indications dans le cas qui nous occupe. J'ai supposé que l'ail serait bon pour l'apport de sélénium mais c'est très périphérique et on a besoin de gros apports de sélénium et de zunc dans le cas d'une intoxication métallique.

Dietrich Klinghardt

Aucune étude signée du Klinghardt qui nous occupe sur PubMed. Mais lui-même en signale une seule qui n'est pas répertoriée.

Etudes sur la chlorella

Il existe 3889 études sur la Chlorella en géneral, 30 études en rapport avec le mercure, 61 études concernant la supplémentation, 25 études en rapport avec la détoxification, 352 en rapports avec les métaux lourds. Parmi les études qui m'ont sauté aux yeux celle-ci est à prendre en considération :

. J Toxicol Sci 2011 Oct; 36 (5) :675-80.

Chlorella supprime le transfert de méthylmercure pour le foetus chez des souris enceintes.

Résumé

Pour étudier les effets de la chlorella sur le méthylmercure (MeHg) le transfert au fœtus pendant la grossesse, les souris C57BL/6N femmes (âgés de 10 semaines) ont été logés pendant 7 à 8 semaines, à partir de 4 semaines avant l'accouplement à la naissance, avec des régimes contenant 0% ou 10% chlorella en poudre (CP) et de l'eau potable contenant du méthylmercure (2 ng Hg / ml). Le volume de la consommation de l'eau contenant du MeHg a été limitée à 15 ml / souris / semaine tout au long de l'expérience. L'eau distillée et un régime de base (0% CP) a été administré à des souris de contrôle. Sauf pour la période d'accouplement, lors de la 5 (e) semaine, les souris ont été logés individuellement jusqu'à la parturition. Deux nouveau-nés ont été choisis au hasard dans chaque souris maternelle dans les 24 heures après l'accouchement pour l'analyse Hg du sang, le cerveau, le foie et les reins. Les souris ont été sacrifiées mère, le même jour que les nouveau-nés à obtenir des échantillons de tissus pour des analyses de mercure. Les concentrations de Hg dans le sang et le cerveau des deux nouveau-nés et des mères dans le groupe d'alimentation CP étaient significativement plus faibles que ceux dans le groupe régime de base. Bien que l'insuffisance hépatique et rénale niveaux de mercure ne sont pas significatifs chez les mères entre les deux groupes alimentaires, les nouveau-nés, le groupe d'alimentation CP ont montré des niveaux de mercure significativement plus faibles dans ces tissus que le groupe de régime de base. Les résultats obtenus ici ont révélé que la consommation de CP continue supprimé MeHg transfert pour le fœtus, en plus de l'accumulation de MeHg suppression effective dans les cerveaux des mères.

Une recherche de longue halaine s'impose avant de pouvoir faire le point. Mais je ne voudrais pas que les marchands s'engouffrent dans la brêche que je viens d'ouvrir. Ils doivent répondre de la pureté de leur produit et Melet et Camabayrac ont démontré que Echorial a triché en dissimulant les taux d'aluminum. Ne pas oublier que selon Lehner la chorella donne une pseudo jaunisse, fait perdre les cheveux et donc rend malade... Il y a bien un problème dont les causes sont à élucider.

 

27/04/2013

Métaux lourds : Cambayrac version 2011

Cambayrac.jpgUne lectrice m'a prêté cette dernière version. Un premier coup d'oeil ne décèle pas de modification majeure dans la plupart des chapitres sauf que le long chapitre 14 des éditions antérieures posant la question du pourquoi de la vogue des "produits miracles" dont la chlorella a carrement disparu. Plus question de Lehner et de ses 128 comprimés par jour, plus rien sur les spécialités diverses de la naturopathie.

Le chapitre  sur la chlorella a terriblement maigri

Ce qui concerne la chlorella a été comprimé dans une toute petite division après celui concernant la carbothérapie. J'ai oui dire que l'auteur a été en conflit avec son premier éditeur et on n'en connaît pas les raisons. Le second lui aurait imposé un nettoyage et un polissage dont les résultats se sont fait sentir particulièrement sur le contenu du chapitre 14.

Quand aux apports nouveaux pour l'instant, ils ne m'ont pas sauté aux yeux. Comme il traine une édition pdf piratée de la version 2009, l'intérêt documentaire commande de la préférer à la version actuelle trop expurgée.

Les menaces proviendriaent des vendeurs de "produits miracles"

Tout ceci laisse à penser que les menaces dont on parle ne sont pas venus des milieux médicaux ou d'industriels mais des marchands de compléments alimentaires et de chlorella en particulier. Or il n'avaient aucune chance de gagner en Justice,, strictement aucune. Mais les éditeurs n'aiment pas les procès et la technique consistant à les terroriser par une menace judiciaire est malheureusement très efficace. Enfin quoiqu'il en soit ce que l'on peut déduire en lisant entre les lignes ne va sûrement pas favoriser leur trafic aux yeux de ceux qui me lisent. Malhreusement, si ce blog voit tous les jours des nouveaux abonnés arriver il n'a pas l'audience de certaines revues et de certaines newletter qui, sous prétexte d'informer les patients sont surtout et avant tout des organes publicitaires pour servir d'enseignes avancées pour des boutiques qui sont derrière.

Michel Dogna principal pourvoyeur du blog

Mais enfin, je me contente de mon rôle modeste de lanceur d'alerte discret et je remarque une fois de plus qu'on arrive ici en cherchant des informations sur Michel Dogna avant de trouver tout autre chose. Mon éditeur me dit avec malice que c'est ma "bête noire", si "bête noire" il y a c'est une toute petite "bête noire" et certains écrits de ses début ont présenté un intérêt mais ça a dérapé ensuite.

J'ai reçu plusieurs courriers ou il est question de la chlorella, ce que j'ai dit, visiblement ne pas pas bien. C'est normal ceux qui sont branchés naturopathie sont contraints de s'aggriper à elle car ils n'ont pas accès au DMPS et au DMSA que seuls des médecins peuvent prescrire. Je suis désolé mais je me soucie d'efficacité et je refuse les biais visant à préserver le job des naturapathes.

Naturalisme et "naturopathie"

Si j'étais plus jeune et si j'avais le dessein de me lancer dans la thérapeutique, je ne me dirais pas naturopathe. Le termes est IDIOT, étymologiquement il signifierait que la nature rend malade. Alors on à biaisé en lui cherchant une étymologie ... anglaise. La naturopathie serait le chemin de la nature... Path = chemin en Albion... 

Evaluation des publicationde Klinghart en cours

Maintenant, je ne veux rien laisser au hasard. J'ai entrepris de visiter tous les textes en français de Klinghardt, vu d'assez loin c'est assez impressionnant. Il se pourrait que Cambayrac ait caricaturé sa pratique d'une technique apparentée à la kinésiologie. Notez que c'est possible sans que pour autant elle ait entièrement tort mais j'ai relu ses propos initiaux sur la chlorella. On aurait pu imaginer une synthèse moins polémique mais pour l'instant je ne vois rien à redire sur le fond. Il y a toute de même des parties assez faibles. Pour faire bonne mesure Cambayrac suspecte la Chorella de provoquer une déminéralisation en disnat qu'elle ne voit pas pourquoi cette algue respecterait le calcium. Le problème c'est qu'un usage prolongé du DMPS provoque également des déplétions diverses qu'il faut connaître et éventuellement compenser. On est donc loin d'avoir un tableau précis et complet de ce que l'on peut et doit savoir avant de se lancer.

Enfin je note que Cambayrac avait rapporté le témoignage de gens qui avaient pris longuement de la chlorella et éprouvé des effets secondaires mais elle ne précise pas. Tous ces relâchements dans la rigueur et la précision qui est due aux lecteurs c'est vraiment fatiguant ! Mais je suis très très exigeants dans ce domaine. Et le serait de plus en plus.

Moralité

J'entends ceci : je fais du fric avec mes bouquins (enfin pas beaucoup), je pose en sauveteuse des intoxiqués mais... Démerdez vous ! C'est chacun pour soi et le Diable pour tous.

24/04/2013

Le diagnostic de l'intoxication mercurielle

Hermes.jpgLorsque je parcours la liste des symptômes censés dépeindre une intoxication mercurielle provenant des amalgames chez Cambayrac et all, je me dis qu'à peu près tout le monde peut se reconnaître. Même chose pour la liste des symptômes de la maladie de Lyme et comme ils se recouvrent.

Soyons clairs : c'est complètement et archi nul !

Ca fait quelques jours que ça me travaille et je me suis dit que je devrais regarder la matière médicale de Mercurius en homéopathie. Cette nuit, je me suis réveillé à 3 heures du matin et j'ai empoigné 2 ou 3 matières médicales. Et j'ai trouvé !

Est-ce un problème d'encombrement des méridiens foie-vésicule ou le ... Saint Esprit ? Une seule chose est sûre, il a cessé depuis longtemps de souffler dans les couloirs du Vatican, si tant est qu'il ait jamais soufflé dans cet endroit pourri...

Oui, pour faire un bon diagnostic, il faut être homéopathe. Mais je m'empresse de dire que cela ne suffit pas. Et je m'explique : je suis musicien, je pratique la musique dite "ancienne". Les amateurs savent que s'il existe des partitions, tout n'y est pas écrit. Il y a les fameuses "notes inégales" et pour ceux qui pratiquent un clavier des "doigtés anciens" qui varient suivant les pays et les époques. Si on ne maîtrise pas ces deux choses là, on ne peut pas s'en sortir. Les doigtés en usage à l'époque procurent automatiquement les articulations désirables. On bénéficie d'une certaine liberté à cet égard mais il faut au moins connaître les articulations et il faut même qu'elles soient devenues comme une seconde nature.

Enfin ce n'est pas tout, plus on remonte dans le temps plus on se heurte à des difficultés de lecture. On peut être rompu au style français et ne rien comprendre à la musique espagnole et son système de proportion qui débouche sur des combinaisons de rythme très compliqués et nécessité une très grand virtuosité. Un pianiste peut jouer du Franz Listz et ânonner dans une invention à 2 voie de Bach. Je me rappelle d'une époque où j'avais accès à un clavecin très décoré dans un Musée et je jouais tandis que des visiteurs déambulaient. régulièrement, il y avait toujours un pianiste pour prendre langue. Alors je le faisais s'assoeoir devant l'instrument, je mettais la première invention de Bach sur le pupitre et lui proposait d'essayer. Immanquablement, il se fichait dedans dès les première mesure et ne voyait pas un ornement écrit en toutes lettres qui marque une fin de phrase. Il n'est pas question de le jouer "mesuré". Bref, il collectionnait les fautes. Goguenard, je les comptais : ce sont toujours les mêmes. Et évidemment je corrigeais avec les explications. Je vous dis pas la tête du pianiste sioumis à ce supplice, lorsqu'il découvrait l'étendue de l'ignorance de ses maîtres. Quand il s'agissait de jeunes, il réalisait que quelque chose leur a échappé et j'imagine que ça les a travaillé et a changer leur regard. Ceux qui s'avérait incapables de se remettre en question se sauvaient la queue entre les jambes.

Pour en revenir à la matière médicale homéopathique, c'est comme la lecture de certaines partitions. On ne voit que des notes, on les lit mais on n'y comprend rien puis un beau jour on ne sait pas pourquoi, ça s'éclaire et on devient capable de déchiffrer des musiques très archaïques. Je ne pourrais pas dire comment ça se fait, tout ce que je sais c'est que cela ne se commande pas ! Là encore il faut recourir à l'intuition pour expliquer le phénomène. Je ris quand on parle de l'intuition féminine, c'est qu'à l'époque où je fréquentais des astrologues, j'ai connu des voyantes qui ne cessaient de me prédire le mariage. Qu'est-ce que j'ai pu rigoler !

Pour en revenir à Mercurius, il faudrait que je consacre au moins 15 pages voire le double à une exégèse de la pathogénésie de ce remède en confrontant plusieurs matières médicales. Peut-être que si quelques uns se décident à mettre une obole dans le petit cochon ça me motivera mais soyons sérieux, c'est certes gratifiant de jouer les M. je sais tout et de paraître prendre les autres pour des cons mais si ça ne les fait pas avancer, ca reste un jeu cruel assez gratuit. Ce jeu là ça peut correspondre du reste à un aspect du type sensible...

Bon je vais quand même faire quelques remarques. Je prends la matière médicale de Jouanny (Edition Boiron) et je tombe sur ceci :

Dans le stade moins évolué (du type sthénique) c'est un nerveux qui ne tient pas en place. C'est l'enfant "touche à tout" c'est celui qui parle très vite et aussi enclin au bégaiement.

L'enfant qui touche à tout lors de la visite chez le Docteur c'est très "luésique" mais si vous êtes fûté, vous pensez tout de suite à cette hyperactivité que l'on impute justement au mercure des vaccins, voir des amalgames de la mère dégorgeant en direction du foetus qui sert de "poubelle"... Des enfants comme cela j'en ai vu un l'autre jour dans la file d'une caisse de super marché. La main m'a démangé, j'ai changé de file. C'est crispant et totalement insupportable. Evidemment, la mère n'arrête pas de parlementer, de négocier et la grand mère est tentée par la méthode forte mais personne ne pensera jamais au DMPS...

Le même bouquins parle du type asthénique morose, timide, anxieux qui se croit coupable de faits qu'il n'a pas commis et entre les deux extrêmes il à ya souvent l'individu au psychisme ralenti, qui a des faiblesses de mémoire, oubliant le nom des personnes, ce qu'ils ont lu... et ils sont peu doués pour les mathématiques.

Vous reconnaissez immédiatement, l'histoire du petit Gilles dans le livre de Cambayrac, enfant enjoué qui soudain devient taciturne et se mure. Au pire c'est l'autisme qui croit de façon exponentielle.

Reste les mathématiques... La il faut recourir à la mythologie mercurienne. Mercure en mode positif préside à la littérature, c'est l'écrivain, le littéraire plus ou moins polémique, plus ou moins brillant, à la plume acérée. Son esprit c'est du vif argent Il peut être brillant mais les chiffres çà le fait royalement chier. Il n'aime pas les statistiques et n'a de cesse de démontrer que c'est pure manipulation. 

Jouanny parle d'un type sthénique comme chef de bande, gangster, pervers et méchant, autoritaire qui n'admet pas de réplique et se manifeste par un esprit de contradiction. J'ajouterai un détail que peu d'homéopathes connaissent. Certains patients qui ont eu dans leur ascendance des lointains parents syphillitiques et donc traité par le mercure peuvent éprouver un goût particulier pour les ... armes blanches. C'est assez mystérieux, je n'ai pas encore trouvé l'explication symbolique.

Si vous prenez la matière médicale du Dr Grangeorges, vous retrouvez le même type de notation mais exprimées d'une manière beaucoup plus fine. Il parle du délit d'initié comme étant une arnaque type Mercurius. Il me vient à l'esprit qu'il y a sans doute une relation entre l'invention des amalgames en 1816 et le développement d'une civilisation bourgeoise essentiellement marchande comme conséquence de la rupture qu'a constitué la révolution française. Mercure c'est aussi l'hermétisme en tant qu'ésotérisme. C'est aussi très en vogue actuelle et il y a même des librairies spéciales pour cela. Alors les délits d'initiés c'est aussi l'entubage que pratiquent les "gourous" et ils sont nombreux parmi les prétendus thérapeutes. Signe particulier : beaucoup d'entr'eux prospèrent avec les dividentes procurés par la chorella sans parler de ces analyses de cheveux qui ne mènent à rien si ne n'est qu'à ruiner les gogos.

Résumons le propos et disons qu'au psychique Mercurius est un manipulateur, ce peut être pour le meilleur et pour le pire ! C'est la raison pour laquelle je soupçonne une part d'hystérie dans le tableau dramatique que l'on dresse de certaines intoxications. Mais il y a bien quelque chose de réel, la fatigue intense, les douleurs de brisure.

Bref, je pourrais vous en raconter comme cela jusqu'à demain. Jouanny parle également de ces mercurius  qui sont poussés à nuire ou même à attenter à ceux qu'ils aiment. Et vous reconnaîtrez au passage les signes d'agressivité et de colère que Cambayrac a fait figurer dans son listing. Cependant, je m'empresse de vous dire que les uns et les autres on péché en restant à la surface des choses. Le côté "accumulation sténographique" à la manière de Cambayrac est pire que tout !

Faire de Mercurius un gangster ou un méchant narcissique et pervers de surcroit est tout aussi faux. Sa méchanceté n'est qu'apparente, s'il blesse ceux qu'il est censé aimer, ce n'est pas pour jouir de leur peine enfin pas toujours. N'oubliez pas une chose le vrai Mercurius est un initié. On peut l'être de différentes manières, une manière très matérielle qui incite à exploiter les autres et une autre qui l'est moins et qui implique peut-être d'écarter toute possibilité d'attachement pour se réaliser.  Et aussi et parfois de se faire détester pour n'être pas tributaire d'autrui... Bref, je ne peux pas trop m'étendre là-dessus...

Enfin, Grandgeorges dit que les traits de Mercurius sont très répandus et ils sont forcément sujets à une infinité de degrés au plan psychique.

Au plan pathognomonique, Jouanny en revanche est très bien. Grangeorges garde l'essentiel. Langue épaisse, salivation profuse, haleine fétide, goût métallique sont des signes importants. Haleine fétide ! Notons que dans le cas d'un Mercurius cynique, il peut puer de la gueule au sens figuré... 

Il y a aussi des couleurs et en l'occurence le jaune-verdâtre des excrétions. Quand à la pratique, le discernement ne peut s'exercer qu'en présence de son objet, on ne fait pas de la médecine en cochant des signes dans une liste. Ca n'est qu'un travail préparatoire, ensuite il faut mettre en confiance la personne, la faire parler en la distrayant de ses éventuelles idées fixes qui peuvent être fausses comme d'avoir besoin d'un supplément nutritionnel en pré ménopause et j'en passe. L'ennui est que toute ce commerce des compléments alimentaires induisent les gens sur des fausses pistes.

Il faut encore préciser que l'on peut présenter des signes psychiques et quelques signes somatiques sans que ce soit imputable à une intoxication récente. L'emploi abusif du Mercure en médecine ne date pas de 1816. C'est bien la matière médicale homéopathique qui fournit une description "vivante" d'une forme d'intoxication "diffuse" mais discerner une imprégnation qui remonte loin d'une intoxication actuelle réclame un certain discernement.

Je terminerai par une remarque portant sur l'opinion de Cambeyrac à propos de l'homéopathie. L'homéopathie et en particulier l'administration de Mercurius vivus ou solubilis en haute dilution aggraverait terriblement les patients et ça conduirait à une impasse. On peut dire cela de tous les remèdes. Je hurle quand je vois certaines ordonnances avec la répétition matin midi et soir de plusieurs remèdes pendant des jours et des mois. Si les remèdes vendus en France étaient ce qu'il devraient être, ca ne manquerait pas de provoquer des catastrophes. Mais bon si Dogna raconte des conneries à propos du chauffage de certains produits, tout ne va pas pour le mieux...

Il a été prouvé que l'homéopathie peut faire sortir certains toxiques, il me semble, c'est à vérifier que l'on a fait des expériences avec l'arsenic en dosant les excrétions urinaires. En d'autres termes cela veut dire que convenablement géré un Mercurius utilisé en parrallèle avec un chélateur leur l'aider dans son travail.

La rage me fait bouillir quand je pense à ces médecins qui pour la plupart sont des incapables plus ou moins arrogants mais d'un autre côté je n'ai pas envie de me mêler de leur montrer comment on devrait pratiquer et cela pour deux raisons. Le minimum c'est de pouvoir ordonner soi-même les bons examens au bon moment et surtout je n'ai pas envie de me mêler de la vie privée des gens. Il faut user de tellement de salive pour combattre leurs idées fausses, les ramener à l'essentiel avant de pouvoir entreprendre un traitement. Et puis j'entends toujours les même histoires, c'est pas très varié. Enfin et surtout je redoute par dessus tout le risque du transfert plus ou moins affectif mais il est vrai également que puisquelle procède d'une certaine reconnaissance, il faut bien dire que l'inverse n'est pas moins déplaisant. Combien questionnent et disparaissent en ne disant même pas merci. Ou s'il le dise on ne sait même pas si on a pu les éclairer un tant soit peu.

Enfin il y a encore quelques personnes normales quio apprécient l'aide que l'on a pu leur procurer. Mais j'ai aussi l'impression que c'est tellement facile de mieux faire que la plupart des médecins que si je ne prenais pas certaines précautions, jze risquerai de devenir une "idole" et ce n'est évidemment pas mon but, c'est même ce que je redoute par dessus tout !

Je m'excuse d'être un peu hermétique mais c'est le sujet qui veut cela. Comprenne qui pourra !

==========================

Voici les sources qui ont inspiré Jouanny mais j'insiste bien sur le fait qu'il s'agit d'une vision très extérieure et même tributaire du moralisme anglo saxon. Grandgeorges est allé un peu plus loin mais il n'a pas tout compris. Je parle évidemment des traits psychiques qui nécessitent une connaissance érudite des mythologies et du symbolisme en général et peut-être une inspiration particulière dont jusqu'à présent je n'ai trouvé trace nulle part... Sauf peut-être chez une religieuse dont j'ai entendu parler à Fréjus mais dont je n'ai pas retenu  le nom. Encore un coup de Mercurius ! Peut-être qu'en prenant du du DMPS ça va me revenir mais je ne trouve pas de nom dans les bibliographies qui me rappele cette personne et je ne sais pas si elle a publié et de toute façon son oeuvre est demeurée très confidentielle...

http://homeoint.org/books3/hbhpubli/mercur.htm

La pathologie mercurielle est très ancienne et elle date de bien avant l'apparition des amalgames mais à partir de là ca c'est singulièrement aggravé.

Chlorella, chélation ou adsorption ? Réactions !

Chélation.gifJ'ai reçu plusieurs emails me reprochant plus ou moins de mettre toutes les chlorellas dans le même sac. Il existerait une chlorella asiatique cultivée en vase clos et très appréciée des Japonais qui offrirait toutes les garanties. J'ai parlé d'une chlorella européenne qui pose problème. Je ne peux connaître toutes les offres et si un producteur ou un distributeur a des informations à communiquer ou des objections à faire, ce n'est pas à moi de les solliciter et il doit bien être entendu que je ne me contenterai pas de simples affirmations.

Le problème n'est pas tant de savoir s'il existe une chlorella indemne de toute contamination mais de cerner les limites à l'action de la chlorella.

J'ai opposé la notion de chélation à la notion d'adsorption. Chimiquement ce n'est pas la même chose. L'adsorption ça fonctionne comme un buvard qui ramasse l'encre en excès. Si le buvard tombe dans un récipient contenant de l'eau, il va dégorgé. Si donc les intestins fonctionnent mal, la chlorella risque de relargue.

La chélation c'est différent. Il y a complexion chimique entre le chélateur et le métal indésirable qui est pris en tenaille et conduit sans ménagement vers la sortie.

Bien que le terme ne convienne pas du tout, on pourrait dire que la chlorella "chélate" ce qu'elle trouve sur son passage, tube digestif essentiellement. Mais c'est pas une vrai chélation. La vrai chélation se fait avec le DMPS et ler DMSA dans l'ordre indiqué. je viens de recevoir quelques éclaircissements d'un dentiste qui reproche à Cambayrac d'être excessive et qui dit ceci :

Il faut commencer par eliminer les ML facilement accessible (intestins, lymphe)  avec le protocole Klinghart (chlorella ail puis coriandre)+ charbon (voir nanozeolite). Ensuite, au bout de quelques mois on peut aller chercher les ML plus incrustés avec le DMPS, grace au protocole MIDORA/Cutler (...)

Je n'exclus pas que la chlorella puisse aller plus loin que le tube digestif et fasse dégorger la lymphe. Mais vous noterez que ce praticien a recours à un coktail et ne parle pas de bouffer 128 comprimés de Chlorella par jour ! Dans ces conditions si pollution de la chlorella résiduelle il y a, vu les faibles quantités absorbées, il n'y a sans doute pas lieu d'en faire tout un plat.
 
A propos de cette question de pollution, je vous renvoie à une note précédante ou je dis que je me pisse de rire dessus quand la Cambayrac effraie le monde à propos d'arsenic et de l'argent des Granions et de certains filtres au charbon. Moi çà me fait franchement rigoler mais en même temps je grince des dents car elle nous prouve son incompétence à maîtriser totalement le sujet. Et le résultat c'est ce que j'ai décrit dans le post précédant à propos de cette mauvaise chute et de ses suites !
 
Je ne suis donc pas hostile à un traitement préparatoire à l'emploi des vrais chélateurs, je serais tenté de dire : ne serait ce que pour se donner le temps d'y voir plus clair et de ne pas traumatiser le patient... Mais il faut dénoncer énergiquement les incitations à des escalades ruineuses telles celles que préconise la Lenher. Il est donc absolument nécessaire de tordre le coup à un commerce qui pousse à une consommation effarante de chlorella !
 
Enfin il est bien vrai qu'il y a des choses contradictoires dans la fameuse conférence de Klinghardt. Il sera question dans le prochain post de la manière de conduire le diagnostic de l'intoxication mercurielle et de bien d'uatres choses mais je ne pourrai pas m'étendre...

Métaux lourds : pas de panique ! Attention aux fausses routes !

osteopathie.jpgJe viens d'avoir la preuve que l'agitation essentiellement "littéraire" (livres, forums) autour des métaux lourds et du mercure crée une situation de panique exploitée par des thérapeutes très intéressés et/ou incompétents, ces deux "qualités" n'étant nullement incompatible. Bien au contraire !

Voici un exemple :

Je reçois un email d'une femme qui me dit ceci :

J'ai des questions par rapport aux métaux lourds : en fait, je me suis fait retirer mes amalgames il y a quelques mois.

Pourquoi ? Pour 2 raisons : la première, ça me faisait un effet "pile" dans la bouche assez désagréable avec, en plus, un sale goût métallique.

Deuxièmement, j'ai des douleurs depuis plus de 4 ans que je tente d'expliquer et que personne n'arrive à soulager. Donc, je me suis demandée s'il n'y avait pas un rapport avec les ML et j'ai décidé d'agir.

J'ai fait le test Mélisa en Belgique qui a révélé une légère sensibilité au mercure, puis l'analyse des porphyrines urinaires au Labo Philippe Auguste qui lui a montré une intoxication certaine, 1/3 de mercure, 2/3 xénobiotiques si je ne dis pas de bêtises.

Le dentiste qui me suit est spécialisé dans ce domaine et il m'a conseillée de prendre de la chlorelle et de la zéolite pendants 2 mois, plus du sélénium.

J'en arrive à me demander si je fais les choses correctement et si je n'aurai pas mieux fait de choisir les traitement du style DMPS et compagnie.

D'après ce que vous connaissez, que pensez-vous de tout ça ?

Je lui réponds en substance ceci :

  1. Le test Melissa ne prouve pas une intoxication, il sert à dépister les allergies aux métaux.
  2. L'intoxication se prouve par le test de provocation au DMPS (dosage dans une urine après 8 jours d'abstinence d'aliments pouvant contenir des ML + dosage d'une urine après administration de DMPS.
  3. Cette dame a bien fait de faire retirer ses amalgames (effet pile, goût métallique donc galvanisme aggravant le relargage). Il ne semble pas en être résulté une aggravation, mais si on le dentisme a obturé immédiatement, le dent reste imprégnée de mercure, il aurait fallu une série de pansement à l'Eugenol pour faire dégorger le toxique.
  4. Mais enfin comme je ne sais rien des douleurs, des modalités et des circonstances de l'apparition, je ne peux pas affirmer qu'on est en présence d'une intoxication mercurielle. Donc pas de panique!

Et c'est alors que je reçois le mail contenant les faits suivants :

En 2008, mon mari avait l'opportunité d'évoluer dans son job et nous nous sommes installés à XXX. Juste avant, en vacances j'ai fait une grosse chute dans des escaliers et j'ai dévalé 4 ou 5 marches avec mon fils dans les bras, tout sur coccyx sacrum, l'horreur. Comme le contexte était un peu spécial, j'ai ravalé ma douleur et je n'ai pas fait d'examen particulier. Puis la douleur s'est estompée.

Arrivée en XXX, j'ai voulu reprendre un peu le sport et j'ai fait du pilates : très bien jusqu'au moment où j'ai eu de fortes douleurs dans le bassin et le bas du dos. Depuis, je cherche, je suis passée entre les mains d'ostéopathes, de kiné Mézières, posturologues, podologues, rhumatologues avec IRM, scintigraphie osseuse, rien, rien, rien...

J'ai même fait avec un médecin des injections d'anesthésiants dans les fesses et bas du dos pour voir si c'était les points trigger. Pas d'amélioration sur le long terme.

Mais sédation temporaire quand même, c'est important...

Si je dois décrire ce que je ressens, je peux dire que j'ai une douleur de type inflammatoire qui part des sacro illiaques et qui descend  assez bas, tout le bas du dos est douloureux, les muscles aussi les je sens mes terminaisons nerveuses courir dans mes jambes, entre la sciatalgie et la cruralgie.

Les douleurs sont soulagées en position debout, agravée assise (surtout sur les longs trajets en voiture) mais le pire c'est quand je suis couchée, si qqchose me réveille alors c'est en chien de fusil que c'est le plus douloureux et je ne sais plus comment me mettre : ça lance et ça brûle.

Récemment, je me suis fait un lumbago à gauche donc je suis allée voir une ostéo que beaucoup de monde me recommandait, elle s'est rendue compte que mon coccyx était complètement dévié donc elle l'a remis en place. Je dois la revoir cette semaine : pour elle, il y a beaucoup de choses à corriger du fait de l'ancienneté des déséquilibres. Je me dis que c'est peut être une partie de la solution.

Je vais donc continuer dans cette voie et aussi explorer du côté des intestins, je vais voir mon médecin demain soir pour ça, j'en saurai donc un peu plus cette semaine.

Je pense effectivement que c'est au moins "une partie de la solution". Ma lectrice a crié une évidence, elle dévale un escalier sur le dos, elle n'a rien fait, pas vu un ostéo et peu de temps après douleur dépendant de la position

Pas l'ombre, du moins pour l'instant, d'une responsabilité d'un mercure embusqué dans les tissus. Je donnerai dans un autre post quelques indications sur la manière de faire le diagnostic. Il faut espérer que cette fois la patiente est tombée sur la bonne ostéopathe. Après on verra...

Je trouve extraordinaire que le dentiste qui l'a soigné ne semble pas l'avoir questionné ou s'il l'a fait il a pensé à ses intérêts. Il aurait du dire : Ok je vous enlève vos amalgames, j'ai une bonne raison de le faire, mais vous avez fait une très mauvaise chute, occupez vous de faire remettre votre bassin et votre dos en état ! Ensuite on avisera...

23/04/2013

Chlorella, Klamath, Spiruline, algues alimentaires, quel intérêt ?

Klamath.jpgLe topo que je viens de publier sur la chorella m'a valu la question suivante :

Ok, mais la klamath? qui vient de l'Oregon et qu'on peut acheter chez herbajovis? (et non pas chez algotonic), j'ai un comparatif des nutriments entre chlorella spiruline et klamath qui sont quand même parlants en faveur de la dernière.

J'ai répondu ceci : Pour savoir si c'est intéressant comme les teneurs sont données j'imagine pour 100 g faut faire la règle de trois. Je présume que ca doit entraîner un fort désanchantement...

Voici le tableau comparatif que l'on m'a communiqué : 

http://viealternative.free.fr/telechargement/KLAMATH/Klam...

Pas besoin de règle de 3, supposons que vous ayez les moyens de vous goinfrer de 100 g de Klamath par jour (coût : 94,44 € soit 2833 € par mois, c'est sans commentaire) et tout çà pour avoir quoi ? En termes de vitamines faites vous même la comparaison avec ce que contient un comprimé de B-100 de Natrol, il n'y à guère que la B1 qui vaut la peine. Ajustons le coût sur cette base en divisant par 4 ca fait encore 708 € par mois contre 11,21 $.

Bref, si l'on raisonne en terme de supplémentation et du point de vue quantitatif, c'est vite vu ! En supposnat l'équivalent des € et du $, et une équivalence quantitative pour tous les nutriments de chaque formule (?) c'est 60 fois + cher. Je vous laisse juge !

Très franchement, était-il besoin de me poser une question dont la réponse pouvait se deviner sans avoir recours à une calculette ? A l'évidence, il fallait s'attendre à ce que la Klamat ne soit guère plus performante. Mais puisque l'on me contraint à mettre les points sur les I, notez que cela ne me dérange pas mais les marchands de Klamath vont me haïr, car évidemment ce n'est pas fini, çà ne fait même que commencer.

La pollution par les microcystines

Avec la Klamath se pose le problème d'une pollution sous forme de microcystines dont la spiruline est exempte

http://www.eco-bio.info/forum/upload/topic/2419-spiruline...

Je cite pour le cas où vous négligeriez le déplacement :

Certaines algues bleu-vert autres que la spiruline, l'aphanizomenon notamment, sont généralement commercialisées par un système de vente à paliers multiples. Contrairement à la spiruline, elles n'ont pas fait l'objet d'études cliniques indépendantes publiées et n'ont pas été consommées comme aliment de façon traditionnelle. En outre, Santé Canada a émis des mises en garde à leur sujet. En effet, presque toute la spiruline du commerce est cultivée en milieu contrôlé, tandis que les autres algues bleu-vert proviennent le plus souvent de peuplements naturels et sont, par conséquent, plus sujettes à une contamination.

En 1999, Santé Canada lançait un programme d'analyse d'un large échantillonnage de produits à base d'algues bleu-vert afin d'en vérifier la teneur en microcystine. Cette toxine, dangereuse pour le foie et possiblement cancérigène, colonise souvent les peuplements d'autres espèces de cyanobactéries. Les résultats des tests ont indiqué que nombre de produits d'algues bleu-vert, autres que la spiruline, contenaient des quantités de microcystines supérieures à celles considérées comme acceptables par Santé Canada et par l'Organisation mondiale de la Santé, et ce, sans dépasser les dosages quotidiens recommandés par les fabricants5. Noter que la chlorelle, qui est une algue verte, n'est pas visée par cette mise en garde.  (Oregon, aux États-Unis), une source importante de la cyanobactérie Aphanizomenon flos-aquae. Santé Canada a demandé aux producteurs de renforcer leurs mesures de contrôle.

Et les métaux lourds ?

Bref, il existe un fort risque de pollution de TOUTES les algues bleu-vert, y compris la Klamath, mais personne ne parle de la pollution aux métaux lourds. Vous n'imaginez tout de même pas que les marchands vont se ruiner à faire analyser leurs lots et à publier les résultats.

Or fatalement, tout ce qui pousse à l'air libre soit à l'état sauvage, soit sous forme de culture non protégées des retombées est forcément pollué. Or comme la réglementation n'impose pas des contrôles draconiens vous pouvez être sûr d'avaler plus ou moins de saloperies.

Et la spiruline ?

La spiruline n'est jamais polluée par les microcystines et si elle est cultivée dans des espaces protégés comme c'est le cas dans le Sud Est du côté de Carqueiranne où il semble que l'eau servant à la culture soit très contrôlée. 

Bien évidemment, je ne ferait pas une consommation massive de Spiruline indienne. l'intérêt de la spiruline en dehors des protéines (et les 3 algues se valent) c'est sa richesse en fer ce qui explique ses résultats dans certaines anémies.

Miantenant, il n'existe pas d'études scientifiques sur le Klamath alors que la spiruline a fait l'objet de recherches. Maintenant si on raisonne en termes de supplémentation quantitative, toutes les 3 sont nulles ! Il faut raisonner en terme d'énergie subtile et ont est là dans le domaine oligoélémentaire et quasi homéopathique. C'est autre chose ! A Carqueiranne c'est à vérifier l'eau serait dynamisée par système Mennon et une amie me dit avoir ressenti un effet très palpable. J'ai constaté des effets dynamisants en trois jours chez une personnes qui était attaquée régulièrement par des moyens subtils relevant de la sorcellerie des campagnes. Evidemment ça ne durait pas et elle a fini par en mourrir alors que j'allais lui procurer une boule de métal alchimique qui est censé absorber les sorts. C'eut été un moyen excellent de la tester mais je n'ai pas été assez rapide...

Savoir ce que l'on cherche avant de consommer un produit !

On était parti d'une discussion portant sur la chélation. Je rappelle que la chlorella n'est pas un chélateur mais un adsorbant. Il en va de même de la Klamath (et de toutes les algues, voir des champignons qui ont ramassé dans le Mercantour les retombées de Tchernobyl... Mais bien évidemment on prête à la Klamath un pouvoir de désintoxication qu'elle ne possède pas. Voici un bel exemple de bourrage de crâne fallacieux.

http://www.infovitamine.com/wordpress/archives/

J'en suis donc arrivé à demander à mon interlocuteur ce qu'il attend d'une algue, si c'est une supplémentation en termes quantitatif mieux vaut faire une croix dessus (voir plus haut). Si on raisonne en matière disons "micro vibratoire" c'est une autre histoire. Dans ce cas on peut se demander si certaines eaux nutritives déjà évoquées et que l'on aurait convenablement "dynamisées" ne seraient pas moins coûteuses. Là on tombe dans un domaine où les moyens de vérification sont très subjectifs.

Je suis petit fils de terriens alors je raisonne de façon très pragmatique. La spiruline cultivée en milieu clos a fait ses preuves. Elle coûte moins cher alors dans ces conditions... Mais il y a l'attrait de tout ce qui est "exotique" parce que c'est plus rare, plus mystérieux et favorable au tissage de "légendes". 

Et les algues alimentaires ?

Elle ne peuvent être que des adsorbants et pas des chélateurs. Elles cumulent des nutriments qu'elles empruntent au milieu marin. On s'est affranchi du Japon puisque le plupart se sont acclimatées sur nos rivages en Bretagne notamment. Ces rivages ne sont pas exempts de pollution, y compris de pollution mercurielle. Bien évidemment on n'a pas de donnée concernant les métaux lourds, or ce serait nécessaire car on les consomme forcément en plus grande quantité tandis que 4 gélules jour de 250 mg de Klamath, si elle est polluée à raison de centaines de microgrammes/kilos, çà ne doit pas être bien dangereux.

A ce propos, je me pisse dessus de rire et je trépigne à la fois quand je vois qu'on ne manque pas d'insister sur la pollution à l'arsenic qui figure dans le lot des pollutions de la Klorella. ca me fait rigoler parce qu'il a existé des mangeurs d'arsenic. Bien évidemment, ce n'est pas une chose à faire que de tomber dans ce genre d'addiction mais il existe un remède à base d'arsenic dans la série des Granions. il est indiqué dans les convalescences et surtout en cas d'anorexie. Ca n'est pas du tout dangereux quand on sait manier ce genre de chose. Il existe aussi des Granions d'Argent et plus précisément de nitrate d'argent que Dame Cambayrac a déclaré toxiques. Il le serait si le patient se mettait à consommer 3 ampoules par jour pendant des mois et des mois, mais les remarques effarouchées auquel donne lieu les dérivés d'argent dans son livre (présent dans certains filtres à charbon) montre que si elle n'est pas tout à fait sotte et dit souvent des choses justes quoique sa prose soit très embrouillée et excessivement bavarde au point qu'il faut être très au fait des questions qu'elles traîte pour vraiment en tirer parti, cet auteur n'a manifestement pas toutes les compétences requises pour trtaiter pareil sujet.

Mais enfin son livre a le mérite d'exister et c'est malgré ses défauts et en l'état actuel des choses ce que l'on peut trouver de mieux. Et dans ma bouche ça reste, quoiqu'on puisse en dire, un compliment...

Conclusion

Je ne voudrais pas décourager mes lecteurs de poser des questions qui apparaîtront finalement comme étant un peu "bêtes" tant il est vrai qu'ils auraient pu trouver la réponse eux-mêmes. Mais dans la mesure où cela m'offre l'occasion de développer ma pédagogie, je ne vais pas m'en plaindre. Cependant et une fois de plus çà montre l'incapacité d'une forte proportion de consommateurs à raisonner plus loin que le bout de leur nez.

Il me semble qu'il serait facile (c'est pas une affaire de "connaissances" à proprement parler) que de raisonner par transposition ! Mais on constate une fois de plus que l'on me prend pour une sorte "système expert". Puisqu'il suffit de déposer la question et d'appuyer sur le bouton, pourquoi se gêner ?

Enfin les exploiteurs et les sangsues qui vivent de leur "baratinage" ont encore de beaux jours devant eux. C'est assez franchement désolant mais qu'y faire. Enfin ça me donne l'occasion de purger mon foie de ses "humeurs peccantes" en les faisant bouffer aux marchands sans scrupules. Sur qu'ils n'apprécient guère mais ils n'ont pas le choix et n'ont strictement aucune chance de pouvoir m'opposer le moindre argument pertinent.

22/04/2013

Métaux lourds, Ail des Ours, Chlorella versus charbon actif et tutti quanti... Du pur "pigeonnage" !

Chlorella.gifLes substances (unitaires ou complexes) censées favoriser l'élimination des métaux lourds est l'objet d'un commerce florissant et excessivement rémunérateur pour les marchandes de compléments alimentaires.

Ail des ours et ail commun

Premièrement, je mets au défi quiconque de m'apporter la moindre preuve que l'aïl des ours possède des vertus particulières en faveur d'une telle désintoxication. Et quelle différence entre entre alium ursinum et alium sativum, l'ail commun celui que l'on cultive dans son jardin ou sur son balcon ?

La réponse la voici : Les principes actifs de l'ail des ours sont sensiblement les mêmes que ceux de l'ail commun (allium sativum) à cette différence qu'on les retrouve à des concentrations supérieures.

Voir : http://phytotherapie.medsource.fr/article/ail-des-ours/253

Dans ces conditions quand on n'est pas trop con, vu que l'ail sauvage est un condiment de luxe qui coûte cher, si tant est que  l'ail ait un intérêt dans l'affaire, on consomme un peu plus d'ail ordinaire (bio bien entendu et je ne parle pas des traitements fongicides dont sont l'objet les plantes formant des "oignons"...).

Mais quel intérêt dans le cas présent ? Je ne vois qu'une explication. Sachant que le Dr Melet faisait grand usage du sélénium (et du zinc) dans ses supplémentations et que l'ail est une bonne source de ce nutriment, je ne vois que cette explication pour justifier la faveur de l'ail des ours mais il resterait à écrire l'histoire de cet engouement. Cambayrac n'y est pas parvenu mais elle n'a pas beaucoup cherché non plus et s'est bornée à constater que le Dr Khlingardt a omis de justifier la chose...

Maintenant rien ne vous empêche de ramasser de l'ail des ours ou d'en cultiver rien que pour la finesse et la rusticité de ce condiment mais n'en attendez rien si vous êtes plombé ou mercurisé ! Je bouffe beaucoup d'ail parce que j'aime çà et que cela éloigne les vampires ou que ça tient à distance les importuns mais je prend quand même des suppléments de sélénium et de zinc à toutes fins utiles.

Portrait médicinal de la chlorella en 4 coups de cuillères à pot

Pour dissiper les illusions entretenues par les marchands de chlorella qui se font des couilles en platine avec la fameuse algue verte, il convient de ne pas tourner autour du pot :

  1. La chlorella n'est pas un chélateur, mais un adsorbant. Comme le charbon actif. Ce qui explique qu'elle peut servir à dépolluer parce qu'elle ramasse toutes les saloperies qu'elle rencontre.
  2. En conséquence la chlorella (et le charbon) ne vont pas aller déloger le mercure dans le tissu conjonctif comme le DMPS ou dans les masses adipeuses comme le DMSA... Ces deux substances ne peuvent ramasser que mes métaux lourds apportés au jours le jour par une alimentation toujours plus ou moins polluée.
  3. Vu le prix prohibitif de la chlorella et le fait qu'il a été démontré qu'elle était toujours plus ou moins polluée, le charbon actif l'emporte sous le double rapport de la sécurité et de son coup très économique. Enfin n'importe quelle pharmacie peut fournir un kilo de charbon actif et il restera à comparer les prix de la poudre vendue par 150 g dans les magasins diététique avec le prix en pharmacie. A vue de nez le charbon actif serait plus cher chez Fagron (compte tenu de la culbute du pharmacien) que sur Internet où on le trouve à moins de 10 € les 150 g. Venant de la Cooper et acheté au kilo, je ne sais pas combien il coûte. Les tarifs de ce fournisseur ne sont pas publics.
  4. Dernier argument : la richesse en nutriments de la chorella est trompeuse. les taux sont donnés pour 100 g mais comme la dose conseillée est de 3 g/j quand vous faites la règle de trois, les apports sont insignifiants. Je vous fais grâce des chiffres, Cambayrac les donne. C'est dommage qu'au lieu du baratin, elle n'ait pas fait un simple tableau qui aurait été plus éloquent mais vous pouvez me croire sur parole.

La chlorella est toujours polluée

La chlorella est toujours polluée. Systématiquement quand elle est cultivée à l'air libre par des producteurs asiatiques et hélas aussi lorsqu'elle l'est en Europe dans des tubes de verre (Echorial et Cie).

Elle l'est pour deux raisons : l'eau dans ce dernier cas de figure provient d'une source. Cette source se trouvant forcément dans le milieu externe, elle ne peut pas échapper à la pollution généralisée. On nous dit qu'elle vient d'une source ce qui pose le même problème que pour l'eau de coupage du plasma de Quinton produit en Espagne ! Je rappelle que la firme n'a pas répondu à mes questions sur ce point. On nous le dit mais je demande à voir et si on nous répondais que cette eau est traitée, j'exigerai la preuve qu'elle l'est bien avec les photos du dispositif. Que les choses soient bien claires !

Le problème est qu'il a été prouvé que cette chlorella, ce n'est pas tant par le mercure qu'elle serait polluée mais par l'aluminium et Melet et Cambayrac ont supposé qu'elle l'est au stade ultime lors du transport vers son conditionnement. Enfin comme elle l'est, franchement on s'en fout. Je m'en tiens au fait que les analyses pratiquées font état  de 10 000 microgrammes d'alu par kg et que d'autre part dans les analyse publiées par le production l'aluminium est absent du tableau.

D'autres part, comme l'a fait justement remarquer Cambayrac, les chiffres sont donnés en mg ce qui égare le consommateur...

Conclusion : la chlorella ? Poubelle ! Vive le charbon actif !

On m'objecte que Cambayrac a fait tant de tapage autour de la chlorella que les producteurs visés ont bien du remédier au problème. Si c'est le cas qu'il le prouvent ? Mais même s'il venait à prouver qu'elle a gagné en pureté, çà ne changerait rien à mon jugement.

Attendu que la chlorella ne peut pas être utilisée comme supplément nutritionnel sans coûter la peu des fesses vu qu'il faudriat en bouffer au moins 100 g jour, attendu qu'en tant qu'adsorbant elle n'offre aucun avantage qui puisse la distinguer du charbon actif, je considère que c'est pesé et emballé !

Je serai toutefois bon prince : si toutefois la chlorella pouvait revendiquer un service supérieur à celui de la carbothérapie, je serai disposé à admettre que Cambayrac, en insistant sur la pollution que le Dr Melet a prouvé par l'analyse de divers échantillons, en fait peut être un peu trop. L'aluminium mis à part çà si l'on a fait la connerie d'utiliser l'aluminium pour manutentionner la chlorella dans son préconditionnement, c'est une faute impardonnable.

Mais enfin la chlorella ne se distingue pas du charbon actif, le charbon actif est d'un coup modique, il ne risque absolument pas de relarguer à la condition de traiter les tendances à la constipation qu'il peut engendrer, il n'existe aucune raison de tournicoter en voulant pinailler :

il n'existe strictement AUCUN argument qui justifie, si peu que ce soit l'engouement en faveur de cette algue.

J'ajoute que toutes les algues posent le même genre de problème car la pollution ne laisse aucun coin de la planète indemme puisque l'on retrouve du mercure là où vivent les ours blancs et que c'est sous sa forme volatile diffusée par les vents et la pluie qu'il est le plus meurtrier.

Je regrette de devoir faire de la peine à un vendeur de compléments alimentaires avec lequel j'ai des échanges amicaux mais la vérité, en cette matière et d'une parfaite limpidité et je n'y peux fichtre rien.

La Carbothérapie, comment pratiquer

Le seuls problèmes avec tous les adsorbants (et les résines, nottamment celles utilisées pour faire baisser le cholestérol, l'huile de parrafine etc...) c'est que ces substances peuvent piéger les poisons ET les nutriments utiles. Il faut donc absorber le charbon à distance des prises alimentaires, supplémentaires et médicamenteuses.

J'ai longuement réfléchi à la question et la meilleure solution me semble de dîner tôt et légèrement (18 h, pas de sucres lents et de lipides si on a tendance à gonfler...) et de prendre le charbon au coucher. Si on est un couche tard, c'est parfait. Mais Cambayrac recommande un jour sur deux ou une semaine sur deux. Je pense que c'est raisonnable.

J'ajouterai pour ma part ceci : il ne faut pas une fois de plus se focaliser sur le charbon comme s'il s'agissait d'une panacée et se persuader qu'on est profondément intoxiqué et prendre un abonnement à vie. des études ont été diligentées qui tendent à montrer que l'ajout de 5% de charbon à la ration alimentaire d'animaux n'a pas modifié la teneur de leur sérum en nutriments essentiels. Le problème c'est que je ne suis pas sûr que cette méthodologie soit fiable pour 3 raisons. Comme il demeure une inconnue, je pense que par prudence il faut couper la poire en deux.

Mais on doit toujours avoir du charbon sous la main. En disant cela je réalise que je suis comme les curés : faites ce que je dis pas ce que je fais ! J'ai sous la main un mélange de charbon et de zéolite (EM France) et je ne pense jamais à l'utiliser. Cette nuit j'ai eu une vie onirique agitée avec rêves hallucinatoires (modérés). Peut-être que Francine Lehner n'a pas apprécié mon "traitement" et qu'elle est un peu sorcière mais je pense plutôt à une intoxication alimentaire et je soupçonne une sauce au pistou d'être la cause du dommage. Bref, je me suis réveillé avec un estomac chargé. j'ai donc fait un bain huile bouche (j'en reparlerai), un rinçage suivi de l'absorption d'un grand verre d'eau bouillie (remède tibétain) et ensuite j'ai ingurgité une cuillère de charbon mélangée à de la zéolite. Une heure après j'avais une faim de loup et je dévorai ! C'est efficace mais en fait de constance je n'en fais pas assez quand d'autres en font trop.

Bref, il va de soi qu'il ne faut jamais tomber dans un "système" et une routine mais au moins concernant la chlorella vous voilà fixé ! Maintenant si vous tenez à vous ruiner bêtement c'est votre affaire, je respecte la libreté de chacun et franchement je m'en tape ! Enfin vous voilà prévenus...

21/04/2013

Chasse au mercure et Cie : les conseils pratiques de Françoise Cambayrac,

Natural-Chic.jpg

La photo ci-jointe extraite du site d'Emile Henry, créateur de récipients chic pour la cuisson au four résume bien la teneur des conseils qu'il s'agit de commenter. Enfin si vous en avez les moyens rien ne vous empêche d'acquérir ce genre d'ustensile dont certains offre de très beaux coloris acidulés. Seulement en fait de régime, souvenez vous que selon Seignalet le cru serait préférable au cuit et que dans le cas des grillades au four, çà donne des "réactions de Maillard" et donc des molécules indestructibles. Si vous avez les intestins poreux comme c'est le cas des intoxiqués il faut éviter ce genre de cuisson. Enfin et puisque mon lectorat est assez majoritairement féminin, voici le lien :

 http://www.emilehenry.com/efr/les-collections

Passons aux choses sérieuses...

Dans un post précédant, j'ai évoqué deux livres à propos du problème de l'intoxication aux métaux lourds. Le livre de Françoise Cambayrac est sans doute nettemment plus intéressant que celui de Francine Lehner mais je déplore son côté franchement bordélique qui rend la recherche des renseignements très malaisée à cause du manque d'index et surtout d'un plan très confus. Quoique détaillée en apparence la table des matières ne permet pas d'aboutir aisément aux informations désirées et ce à cause d'une dispersion de de ce qui se rapporte à un sujet déterminé. Enfin je suis heureux de constater qu'une lectrice m'a écrit imméditament pour me dire qu'elle partage mon jugement.

Je suis pugnace et cette question de métaux lourds m'intéresse car j'arrive à la conclusion qu'elle constitue bien une des types de pollution parmi les plus responsables des pathologies émergentes. Je dirai même que je crois de moins en moins à la hantise de la maladie de Lyme apparue avec l'affaire Schaller. 

Les conseils pratiques figurent sur la page suivante :

http://francoise-cambayrac.org/index.php?option=com_conte...

L'auteur demande à ceux qui voudraient la questionner de commencer par lire son livre. Soit ! Mais on sent trop que c'est sa principale préoccupation vendre ses deux livres, 36 000 liens menant vers Amazon ornent diverses pages et chose curieuse des liens vers des sites externes censés fournir des informations en rapport avec le sujet traité mènent encore vers Amazon !

Ca fera bientôt 20 ans que je confectionne des pages de Web, je ne m'explique pas ce phénomène. Erreur ? Depuis le temps que ça doit durer ce n'est guère possible. Enfin ça la fiche mal. Or la plupart des gens n'auront pas l'idée de faire un copié collé de l'adresse url et de la ficher dans un onglet de leur navigateur pour atteindre la page afin de courcircuiter cette redirection complètement imbécile !

Ca la fiche mal car je ne vois pas l'intérêt de truffer de telles pages de liens mercantiles et répétitifs si c'est pour vendre un bouquin qui doit rapporter 1 € de droit par exemplaire vendu. Et encore je suis large. La tarif de base c'est 7% du prix public. Je suis bien placé pour le savoir. Je suis auteur et éditeur moi-même. Notez que je n'incrimine pas les éditeurs. Ils ont la vie dure, ce qui plombe le métier ce sont les diffuseurs. Ah ces salopards ne prennent pas de risques et il n'y en a pas un pour relever l'autre ! Autrefois il existait un tarif postal avantageux pour les livres et les libraires commandaient directement aux éditeurs mais il est vrai qu'il y avait moins de livres et moins d'éditeurs et que la production était d'une qualité bien supérieure. Force est de constater qu'on rase des forêts entières pour publier un pourcentage effarant de merdes ! Dans le meilleur des cas les bouquins sont mal foutus et bâclés. Bref les gens qui ne pensent qu'à vendre et qui n'ont le sentiment d'exister que par leurs livres m'exaspèrent.

Il est normal de publier quand on a quelque chose à dire mais de là à harceler à ce point le lecteur potentiel, ça devient fatiguant pour dire le moins.

Je vais vous faire une confidence, j'ai beaucoup publié dans divers domaines. Je laisse mes écrits vivre leur vie. J'ai dirigé une revue pendant plusieurs années dans laquelle j'ai publié (c'était dans une "vie antérieure") environ 700 pages de textes fouillés. Des recensions d'ouvrages plus ou moins "ésotériques". Certains de ces textes ont été pompés intégralement et se sont retrouvés dans des forums. Il m'est arrivé de tomber au lieu de l'un d'eux et de ne pas le reconnaître sur le champ. De me dire tiens c'est intéressant mais où donc il a pu trouver cela puis de trouver la source indiquée en bas de page en réalisant soudainement que c'est moi qui en suis l'auteur.

Aurais-je perdu la mémoire ? Serais-je atteinte de la maladie d'Ahlzeimer ? Pas du tout ! Le genre de texte auquel je fais allusion a nécessité de fréquenter toutes sortes de milieux assez dangereux par leur folie et leurs implications troubles et cela m'a valu des aventures à peine racontables et assez franchement déstabilisantes. Une fois tiré les enseignements qui nécessitait d'être tiré un être normal est ainsi fait qu'il "classe" certains souvenirs et les recouvre d'un oubli salutaire. Cet après-midi même mon beau frère me conseillait de faire de l'argent en écrivant mes mémoires. Et bien non je ne peux pas m'y résoudre car réanimer toutes ces "vies antérieures" ce n'est pas bon pour la santé. Ca ne présente plus aucun intérêt. J'ajoute que les gens qui n'ont pas été confrontés au genre de folie que j'ai cotoyé  pour résoudre certaines énbigmes ne peuvent pas s'imaginer la chose. A en juger par le discernement ambiant à propos de ce qui se trame, il faut s'estimer heureux de pouvoir garder la tête froide en ne perdant pas le nord.

Je ne peux qu'éprouver un sentiment d'impuissance navrée devant la facilité avec laquelle la plupart des gens se laissent couillonner par des bobards mais il n'y a jamais de bourreaux sans victimes plus ou moins consentantes. Voyons ce que raconte Dame Cambayrac...

Régime sans gluten

Les conseils commencent par un lien vers une page sur le régime sans gluten. Vous tombez sur une page de recettes apparentée concernant des régimes divers et ma foi ma patience étant limité j'ai renoncé. A mon avis il serait plus simple de confectionner une liste d'aliments à exclure de façon que la personne intéressée dresse elle-même la liste de ceux qu'elle peut consommer. C'est ainsi que j'ai procédé quand étant libéré de toute obligation professionnelle j'ai eu le temps de reprendre en mains ma diététique après avoir pratiqué le régime de Seignalet quelques années auparavant...

Donc on fait la liste des aliments ou matière première autorisée et on se démerde après pour les recettes.

Enfin tant qu'à faire le test autant supprimer également les laitages...

J'ajoute qu'il aurait fallu dire à quoi est censé servir ce régime. On vous répondra qu'il faut lire le bouquin.  Alors je vous explique : ce régime est censé après un temps limité à quelques semaines provoquer une amélioration. Si c'est le cas vous êtes censés être intoxiqué au mercure.

Ma foi j'en accepte l'augure mais je ne suis pas convaincu car Seignalet qui pronait également l'exclusion des céréales et donc du gluten notamment dans le cas de maladies auto-immunes insistait bien sur le fait que les résultat peuvent se faire attendre au moins plusieurs mois voir plus d'un an !

Restaurant sans gluten

Ensuite vous trouvez l'adresse d'un restaurant parisien sans gluten. A en juger par la photo de Dame Cambayrac nous avons à faire avec une bourgeoise nantie de revenus confortables. peut-être qu'elle a des actions dans ce restaurant mais je crois plutôt qu'elle serait totalement inconsciente du caractère dérisoire et même insultant de sa suggestion : je ne pense pas qu'une personne souffrant le martyre de fibromyalgie goûte ce genre d'incitation...

Frivolités

Les produits sans gluten coûtent cher, les restaurants n'en parlons pas c'est du luxe. Il est à noter que si la solution de beaucoup de pathologie commence (je dis bien commence...) par l'exclusion du blé, des céréales en général et des laitages, il ne peut s'agir que d'une solution transitoire. Ce qui pose problème avec les laitages c'est la dénaturation qu'il subissent de la part des industriels. Le lait cru et les laitages fermentés bio peuvent chez certains patients être réintroduits arpès éviction et avec modération. 

Laboratoire d'analyses et médecins disponibles en France

On trouve ensuite un laboratoire d'analyse d'origine allemande dont les pages en français sont mal traduite. Il s'agit de http://microtrace.fr Le labo est le seul qui soit fiable.

Premièrement, il faut savoir quel test faire et ce n'est pas évidemment d'autant plus que le labo propose des analyses de cheveux qui sont sans intérêt pour maintes raisons dans le cas envisagé.

Voici le formulaire concernant les rechercherches en relation avec le test de provocation.

En tout état de cause, il faut passer par un médecin pour faire le test de provocation qui nécessite une intraveineuse lente. Or la liste de médecins que communique l'auteur est dérisoire en ce qui concerne la France. La France toujours extrêmement et éternellement mal lotie en ce genre de matière ! J'ai noté à ce propos que la liste concernant le Sud ne mentionne que deux praticiens dont un au sujet duquel j'ai fait des réserves à propos d'une analyse de cheveux censée dépister les incompatibilités alimentaires (!!??). L'autre est manifestement un opportuniste dont la famille a défrayé jadis la chronique locale. 

Problèmes de santé dus aux champs électromagnétiques

Suis un lien menant à un éditeur qui vend des publications sur le sujet et des sujets apparentés. Il est suggéré de chercher la vidéo sur les ampoules à basse consommation. Mais vos efforts seront détournés vers Amazon.

Alors un conseil : si vous avez des raisons de penser que vous êtes intoxiqué, laissez tomber le problème de la pollution électromagnétique et occupez vous de vérifier l'hypothèse d'une intoxication et traitez là. Vous éviterez l'electrosensibilité où si elle existe vous serez amélioré et il sera tant de s'occuper de vous protéger des champs électromagnétiques. Commencez par éteindre le portable chaque fois que c'est possible et bannissez la Wifi.

Débarrassez vous des lampes à basse consommation et procurez vous des vieilles ampoules à incandescence non halogène. On en trouve encore, y compris des dépolies, à vis ou a baïonettes chez France Lampes en particulier. Leur vente est en principe interdite aux particuliers. La feinte ? Vous vous arrangez avec une association pour faire une commande groupée. Si l'association est visible sur le Net on vous servira. N'hésitez pas à faire un bon stock des modèles dont vous aurez besoin jusqu'à la fin de vos jours. S'il est bien une chose qui me met en boule et qui m'inspire des idées criminelles c'est le fait de savoir à quel point ces ampoules sont polluantes, très rémunératrices grâce à la complicité des mauviettes qui nous gouvernent.

Dans son livre, Cambayrac conseille les lampes à diode ! C'est une connerie ! D'abord les modèles sont à hurler, inesthétiques, très cher et certes apparemmant non polluant mais indestructibles et non recyclable ! Non et non, tout milite en faveur des bonnes vieilles ampoules. Les halogènes qui les imitent vont du reste disparaître elle aussi. Alors stockez pendant qu'il en est encore temps !

Se supplémenter au meilleur prix

Cambayrac propose pour commencer le Régulat et la vitamine C de Normandy-Vitamine C. La vitamine C bio est très cher. Mes lecteurs savent comment s'en procurer dans les labos d'oenologie (E-300 de 8 à 23 € le kilo suivant les marques et l'époque...)

Le Régulat, oui c'est très bien mais très coûteux, si j'avais les moyens j'en ferai un usage très particulier pour faire fermenter et rendre plus biocompatible du jus de grenade mais on peut aussi le "kéfiriser" avec un ferment destiné à faire le kéfir de fruit. Faut être futé dans la vie et se creuser la tête. Avec ce genre d'astuce votre flacon de Régulat conservé au frigo peut faire long feu. Mais si c'est un très bon produit, il ne fait pas de miracles et en fait d'enzyme il y a d'autres alternatives, le Wobenzyme par exemple...

Vient ensuite un lien (pourri) vers Synergia. Des formules très classiques dont certaines bien conçues au niveau des composant mais terriblement sous dosées. Si vous comptez vous en sortir avec 327 mg d'huile de lin, 200 mg d'omega d'huile de poisson, je vous conseille la méthode Coué : vous faites une boulette de pain vous la visualisez comme une gélule miraculeuse et vous avalez. Soyons sérieux ! L'huile de lin oui mais ça s'achète par flacon de 250 ml à Biocopp par exemple et ça se consomme à coup de cuillères à soupes.

Voici la formule de Bio Osteo : Actifs pour 1 cap (% des AJR) : Huile de lin riche en oméga-3 : 327 mg, dont ALA : 200 mg, Huile de poisson : 200 mg, dont DHA : 80 mg, dont EPA : 12 mg, Vitamine C (112%) : 90 mg, Vitamine E naturelle : 10 mg (83%), Zinc : 10 mg (100%), Béta-carotène : 4,8 mg (100%), Vitamine B6 : 2,6 mg (192%), Vitamine K1 : 0,11 mg (148%), Sélénium : 25 µg (50%), Vitamine D3 : 5 µg (100%). 

Bref comme programme de supplémentation, c'est franchement maigrelet, dérisoire (la vitamine D3 surtout !) et ruineux. Ne vous faites aucune illusion : si vous allez mieux avec si peut c'est que c'était dans la tête !

Vient ensuite un lien (pourri) vers une page sur la "méthode huile-bouche" consistant à insaliver longuement un mélange d'huile de catharme et de tournesol et de surtout recracher. Ca ne coûte rien d'essayer cette méthode ukrainienne traditionnelle. La Russie en dépit des méfaits du stalinisme et des maffias connaît des avancées intéressantes. Ca s'explique par le fait que dans un pays communiste la pieuvre qu'est "Big Pharma" n'est guère susceptible de poser ses tentacules sur le système. Un climat de pénurie a rendu possible la mise en valeur de diverses méthodes naturelles ou peu coûteuses utilisant des certaines "ondes" électromagnétiques. Seul inconvénient, faut avoir la patience de garder l'huile 15 à 20 minutes par jour.

Je ne peux pas me prononcer sur cette méthode, je n'ai ni témoignage ni travaux scientifiques à commenter. Tout ce que je peux dire c'est qu'après la proposition d'une supplémentation dérisoire l'ensemble fait l'effet "bric à brac" et même d'un "cache misère"...

Des récipients de cuisson non polluants

Après deux pistes foireuses à destination de parents d'enfants autistes, on tombe sur une pub pour des faïcens "chic" mais surprise, ces objets agréablement colorés et de fort bon goût et sans doute pas très bon marché me font l'effet d'être des "OVNIS". Je m'explique aucune indication sur la composition. Est-on sûr qu'il ne contiennent pas de métaux, et les colorants c'est pas des métaux. J'ai fais de la peinture à l'huile et je me rappelle du rouge de cadminum et du bleu de cobalt.

Question à 100 sous ? Qu'est-ce qui nous prouve que ces colorants ne vont pas migrer. Et puis surtout quelle différence avec les mêmes ustensiles vendus en grande surface ? Ne trouvent t-on pas des plats allant au four pour faire les lasagnes et les gratins. Le Pyrex c'est toxique ?

Là encore je tombe sur le cul ! Je vois là une fantaisie et une "envie" de bourgeoise plutôt friquée.

Deux bons points pour terminer

Je reproduit texto deux révélations et la seconde confirme ce que j'ai énoncé il y a déjà bien longtemps. Ca concernait ces fameux bains galvaniques. L'appareil original est anglais et un type de Montpellier (vanté par Dogna) a copié le procédé. Il existe du reste quantité d'imitations. De vous à moi je ne pense pas que la dame ait financé une analyse de la flotte mais la boue marron noire c'est bien le fait de la décomposition de la bobine par le phénomène de l'électrolyse. Peut-être qu'elle a pompé sur un de mes posts mais je ne crois pas car j'ai vu par la suite qu'on avait reconnu le phénomène et qu'on proposerait des bobines inoxydables.

On m'a posé la question au sujet des patchs de détox. J'ai répondu qu'il ne pouvait s'agir que d'une arnaque et bien on sait maintenant que c'est l'eau et la chaleur des pieds qui est cause du phénomène, resterait à identifier le réactif et çà ne doit pas être bien sorcier.

Enfin merci Françoise, ce peut est quand même appréciable et il faut vous rendre justice à propos de votre esprit critique. J'aime bien mais le protocole Melet si ce n'est que ce genre de supplémentation, ce n'est pas très crédible...

* Que faut-il penser des détox patchs dont on nous vante les vertus détoxifiantes ?
 Devenus marrons au petit matin, ces patchs à coller sous les pieds durant la nuit, auraient aspirés les déchets et toxines de votre organisme pour vous rendre la santé ...  Qu'en est-il exactement ? Une lectrice de "Que Choisir Santé" a eu l'idée d'en passer un à la vapeur d'eau pure, pour voir ..  Surprise ! le patch est devenu marron !!

*Que faut-il penser des bains de pieds censés détoxifier ?  Nous n'avons ressenti ni bien-être particulier, ni aucune autre action bénéfique après une cure de 10 séances de ces bains de pieds. Aucun effet sur la douleur ou autre. Par ailleurs les analyses de l'eau et des boues marrons/noires après passage du courant dnas le bain de pieds ne comportent aucun mercure. Les métaux ressortis sont ceux des composants de la bobine en contact avec l'eau. Analyses réalisées avec un laboratoire allemand fiable, accrédité pour ce type de recherche.

Métaux lourds, amalgames dentaires, observations et enquête...

Amalgame.jpgIl y a de cela quelques mois, j'ai eu plusieurs correspondants qui à titre préventif voulaient se désintoxiquer des métaux lourds et trouver un moyen d'éliminer ceux que l'alimentation apporte malgré tous les soins que l'on peut prendre. Comme ces personnes ne présentaient pas de symptômes particuliers et qu'elles étaient visiblement influencées par les alarmes qui traînent, j'ai mis cela sur le compte de tendances hypocondriaques mais j'ai tenu malgré tout à m'informer.

Francine Lehner et Françoise Cambayrac


couv_lehner.jpgC'est ainsi que je suis tombé assez rapidement sur deux auteur(es) qui semblent du reste être plus ou moins en concurrence. J'ai nommé Francine Lehner et Françoise Cambayrac.

La première a commencé sa croisade en 2001, la seconde n'étant apparue sur le marché qu'en 2007.

Lehner semble avoir publié son livre à compte d'auteur en tous les cas il est mal diffusé. Amazon ne le connaît pas ! Cambayrac en est à sa seconde édition et la première a connu 4 tirages chez Marco Pietteur avec sans doute des petites différences puisque la 4ème édition comporte une sorte de réparation d'une "offense" (sic) fait au dénommé Christophe le pharmacien de Nutrivital impliqué dans l'affaire Schaller...

Preuves d'une rivalité d'auteur

Ce qui me fait dire qu'il existe une rivalité entre les deux femmes repose sur le fait que Françoise Cambayrac a critiqué sévèrement la dévotion de Lehner envers la chorella dont elle a bouffé jusqu'à 128 gélules jours, une rente pour le fabriquant ! Cambayrac (qui la cite 15 fois) a parlé de naïveté là où j'aurais employé le mot "bêtise".

Le problème est que Francine Lehner continue a bouffer de la chlorella et qu'il est prouvé que pour diverses raisons qui sont précisées par Cambeyrac ce produit est toujours plus ou moins pollué même lorsqu'il est produit en vase clos car il circule en direction de son conditionnement dans des tubes d'aluminium. Or des analyses imparables ont été diligentées par le regretté Dr Melet auprès d'un loaboratoire allemand de référence.

Je sais d'autre part que lorsqu'e Lehner est questionnée au téléphone, elle ne manque pas de critiquer sa consoeur. Or notre Suissesse vient en 2012 de publier un nouveau livre qui parait plus structuré et moins axé vers le côté témoignage dramatique du premier où elle révélait avoir empoisonné ses trois enfants...

Ce livre paru un an après la seconde mouture du Cambayrac (2011) pourrait bien constituer une tentative en vue d'essayer de maintenir son rôle de pionnière. De là à penser qu'elle a plus ou moins pompésur le modèle français, il n'y a qu'un pas mais qu'importe car dans la mesure où rien n'indique que Francine Lehner aurait renoncé à sa "chlorellomanie", tout ce qu'elle peut dire et faire s'en trouve disqualifié.

"Mondanités" Lehneriennes


lehner.jpgJe me suis abonné par curiosité à sa liste et elle se borne à annoncer des signatures dans des commerces diététiques et à relayer des émissions de radio où elle a pu participer. Ou elle annonce telle conférence de tel préfacier. Bref, rien que des "mondanités" sans intérêt. Je lui ai demandé si elle pouvait me fournir le sommaire de son livre. Réponse : il faut se contenter de la 4ème de couverture.

Je regrette je n'achête pas les livres dans un sac et la moindre des choses c'est d'avoir la table des matières puisque 26 chapitres auraient été ajoutées. Tant que nous ne disposerons pas de cette information, je vous conseille de faire l'impasse sur ce livre.

L'avantage est à Cambayrac mais...

francoise_cambayrac.jpg

Le livre de Françoise Cambayrac est-il plus recommandable? Oui assurément mais tout est relatif ! Je n'ai pour l'instant que la première édition (2007) et la quatrième (2009).

Notez que ces éditions ont été piratées. La première n'est plus accessible à moins de savoir où elle est publiée et de réclamer login et mot de passe. Etant tombé dessus, j'en ai fait une sauvegarde. La reproduction pour l'usage privée du copiste étant un droit, je considère que c'est une bonne chose que de pouvoir avoir accès à cette première édition, on verra plus loin pourquoi.

 

2009.jpgLa 4ème édition a été également piratée et elle est toujours accessible moyennant une procédure que les petits futés maîtrisent parfaitement. Je tiens quand même à préciser que les logiciels Torrent installent des saloperies. Mon navigateur Chrome s'est trouvé pollué avec pour effet de ralentir ma station de travail. J'ai du désinstaller le fautif (Total Uninstall) et finir à le ménage à la main encore faut-il savoir comment procéder quand il s'agit de nettoyer des répertoires et de virer des clefs de registres récalcitrantes. Notez que la pratique de l'informatique est sujette à des risques mais le prêt de livre étant encore licite ça laisse des possibilités d'échanges de service entre particuliers...

Cette copie existe sous la forme d'un pdf que j'ai passé à l'OCR ce qui permet de faire des recherches rapides. Et là encore c'est pour un chercheur une bénédiction car en l'absence d'index dans la majorité des livres actuels, on est ne s'en sort pas. Aussi quand on veut faire un travail sérieux, on est obligé de tout scanner et de passer le résultat à l'OCR, c'est pourquoi les éditions numériques mériteraient d'être développées mais elles restent beaucoup trop chères car elles coûtent à quelques €uros près presque aussi cher que la version papier. Surtout en France !

Or il existe des moyens d'individualiser la version numérique vendue et d'empêcher sa diffusion. Ce procédé consiste  a inclure sous forme de filigranne des données identifiant l'acheteur, son nom et éventuellement son adresse et cela de façon automatique. Mais certains éditeurs tordus usent de moyens tordus qui font que si on doit réinstaller son système, on perd ses clefs.

Je vois peu de différences entre la version 2007 et la version 2009. La critique au sujet du produit Nutrivital semble avoir disparu, c'est à vérifier mais dans l'ensemble pas de changement majeur semble t-il.

Manque d'index et de ... sommaires 

Concernant l'édition 2011, on n'a pas de sommaire. Bref c'est exaspérant tous ces auteurs qui font de la réclame pour leurs oeuvres mais qui négligent de fournir ce genre de renseignements. A l'époque où on vend beaucoup par correspondance, fournir un sommaire constituerait la moindre des politesses ! Voir celui que je propose à propos de mon livre sur le silicium, il est tellement détaillé qu'à la limite on pourrait se passer du bouquin ! Mais enfin il se passe ceci de particulier c'est que depuis que la micro informatique permet à des tas de gens de se découvrir une vocation d'écrivains, cette faculté de "créer" leur monte à la tête et quand par dessus le marché ils s'imagine participer au sauvetage de l'humanité, ils estiment qu'on doit leur faire confiance sur leur bonne mine. Et bien non moi je ne marche pas, je le dis et même je le crie !!!!!!!!!!

Il devient impératif d'exiger des index et de réclamer des éditeurs qu'ils offrent la possibilité de feuilleter quelques pages du livres et en particulier l'index et le sommaire, voire de pouvoir les imprimer. Si un livre est bien foutu c'est le meilleur argument de vente !

Faire l'impasse sur le livre de Francine Lehner

J'ai des raisons de penser que l'on peut faire une croix sur le livre de Francine Lehner pour la raison indiquée plus haut à savoir que toute sa stratégie parait se résumer à bouffer de la chlorella nécessairement plus ou moins pourrie !

Et puisque l'on parle d'une algue, ce genre de végétal constitue une pompte à saloperies et on aurait sans doute de douloureuses surprises si l'on avait les moyens de financer des dosages de métaux lourds d'une multitude d'chantillons puisés dans le commerce en faisant appel à un labo de référence.

En ce qui concerne les preuves de la nocivité du mercure, elles abondent et ce qui nous intéresse ce sont les parades !

Cambayrac : édition 2011, mes craintes...

Cambayrac.jpg

L'édition 2011 a été apurée m'a t-on dit, je ne sais pas encore dans quelle mesure mais je sais par un proche des Editions Mosaïque Santé que ce nouvel éditeur lui a imposé une censure de propos très critiques qui avaient donné lieu à des menaces. Il serait intéressant de savoir de quel secteur provienne ces menaces. Mais en tout état de cause le livre tel qu'il se présentait dans sa première mouture ne pouvait en aucun cas donner lieu à un procès susceptible d'aboutir. Je crains par conséquent que l'édition actuelle ait été trop édulcorée.

Je tâcherai de me procurer d'occasion cette version 2011 pour comparer mais le plan n'a pas du changer. Il ne doit différer que par l'auto censure imposée afin de le rendre plus "clean". Mais moi je n'aime pas ce qui est trop "clean", c'est nécessairement trompeur et je préfère les gens qui manifestent plus ou moins bruyamment leur sens critique. A cet égard le ton des premières éditions m'a beaucoup plus et m'a paru normal. Je crains donc d'être déçu par la nouvelle version d'autant plus qu'en fait de mise à jour, il n'y a forcément rien de nouveau sous le soleil, du moins en fait de thérapeutiques.

Un livre intéressant mais mal foutu

Puisque j'évoque l'intérêt relatif du livre de Françoise Cambeyrac, je note que si elle chiffre le coût d'un chélateur comme variant entre 14 et 80 € par mois suivant la molécule retenue, elle ne donne aucun renseignement précis sur l'ordonnance complémentaire préconisée par le Dr Melet et rien sur son coût. Ou alors l'information est perdue dans un coin. Le problème est que justement les informations disponibles qui sont nombreuses et souvent pertinentes font l'objet de répétitions plus ou moins incantatoires et sont noyées dans un plan qui est loin d'être satisfaisant.

Concernant la chorella, il en est question 166 fois entre la page 42 et la fin du livre. Or il aurait été plus digeste d'en finir une bonne fois pour toutes dans un chapitre spécial. L'auteur procède par touches successives et ce pour pratiquement tous les sujets qu'elle aborde. Ce procédé basé sur l'insistance a plutôt tendance à insinuer l'idée que ce bourrage de crâne a eu surtout pour effet de convaincre l'auteur qu'elle n'a pas rêvé ses misères. D'autre part des chapitres à vocation émotionnelle sont insérés à intervalle régulier pour relancer l'intérêt du lecteur sur un nouveal aspect de la question. Ca serait pertinent si la typographie de l'ensemble de l'ouvrage, table comprise participait à donner une image claire du plan. Ce n'est pas le cas, le plan est détaillé mais très "mastoc" et pas du tout rationnel de mon point de vue. Mais enfin le problème est surtout que pour avoir la réponse à une question, il faut grapiller les éléments de cette réponse en plusieurs endroits et ça je ne supporte pas ! A mon âge je ne conçois plus de perdre du temps à errer car ce qui se conçoit clairement s'énonce de même. L'émotion et le suspense je m'en tape, je veux du pratique !

Le Dr Melet est cité 165 fois et on ne trouve aucune indication précise sur sa supplémentation, on sait seulement que le zinc et le sélénium en font partie. Rien que de très banal, toute supplémentation classique quelqu'en soit le but impose ces deux éléments... Le protocole diagnostic de dosage, il faut le reconstituer à partir d'allusions disséminées dans l'ouvrage. J'ai du chercher sur le Net un résumé clair et je l'ai trouvé dans le forum du Dr Petzouille.

Bref, s'il me fallait faire une recension détaillée, il me faudrait dire beaucoup de mal de ce livre. Mais en dépit de ce caractère mal foutu, il me semble être le plus complet existant sur le marché. Mais au bout du compte, je ne crois pas que l'auteur puisse s'en tirer avec des idées claires. j'en suis à ma seconde lecture et je n'ai toujours pas une image très nette des solutions proposées. Ce qui est un comble car puisque l'on se plaint parfois des données trop techniques que je fournis, je suis probablement un des lecteurs les plus privilégiés quand aux possibilités d'assimilation en la matière.

Le commerce de l'émotionnel

Bref, il faudrait réécrire cela dans un tout autre ordre et dans une toute autre perspective. Ce genre le livre qui prospère dans le sillage des nombreux scandales sanitaires dont la France en particulier s'est faite une spécialité, jouent avant tout sur l'émotionnel.

Et à ce propos il est quelque chose qui me surprend beaucoup et je note une contradiction. Se référant à une métaphore inventée par le Dr Melet, Cambayrac décrit l'empoisonnement au mercure comme étant comparable à une baignoire qui se remplirait lentement par un robinet fuyant goutte à goutte. Si le bouchon est tiré, pas de dommage mais si le bouchon de la bonde est enfoncé la baignoire se remplit et c'est l'overdose.

Soit mais dans ce cas comment expliquer le caractère brutal et hautement dramatique des témoignages servant d'illustrations à ce type de bouquin. J'ai fait enlever mes plombages sauf un, il ne s'est rien passé. J'ai travaillé 7 ans dans le milieu dentaire. On niait dans les années 90 la toxicité des amalgames. J'ai été témoin de bien des abus criminels notamment en matière de prothèse mais jamais je n'ai eu connaissance de phénomènes aussi aigus que ceux qui sont décrits. Cambayrac évoque le cas d'un petit garçon dont le caractère a brutalement changé et qui a fini par souffrir physiquement et l'impute au bris d'un thermomètre et aux fumées de combustion d'emplâtres mercuriels utilisés par la père sur des animaux. Je me souviens d'avoir joué avec des billes de mercure provenant d'un thermomètre cassé. Je ne suis pas devenu fou comme un chapelier...  

Il est vrai qu'aux yeux de cette "nouvelle citoyenneté" qui a intériorisé la langue de bois du "politiquement correct" en vogue, je peux paraître un peu "timbré" à cause de mes coups de gueule mais il resterait à prouver que la génération née au lendemain de la guerre et au Nord de la loire de laquelle je tiens mon franc parler aurait été massivement intoxiquée. Peut-être l'a t-elle été par la fumée des canons allemands mais cela nous a procuré une immunité qui fait défaut dans le Grand Sud où la mentalité est très faux cul...

A propos de la dépose des amalgames

J'ai commencé à creuse un peu la question dont on parle et je suis tombé sur un texte concernant le Dr Huggins qui a mené une campagne contre les amalgames. Ce texte rédigé par un médicastre adonné à la thèse de l'innocuité des amalgames est évidemment très orienté mais il met malgré tout en lumière tout un commerce très américain visant à faire peur aux gens afin de les inciter à faire déposer leurs amalgames et des pratiques incitatives très contestables faisant usage d'appareils scientifiques considérés comme des gadgets. L'article commence par l'évocation d'une amission de télé à la Orson Wells qui a provoqué une panique qui a tendui à faire la fortune de quelques cabinets américains.

Au moins Françoise Cambayrac est-elle raisonnable en montrant que la dépose des amalgames n'est pas une urgence. C'est bien mon avis. Mon dernier dentiste a pris sa retraite en novembre dernier. Il devait m'enlever mon dernier plombage. Ayant lu la version 2007 à la fin de l'été 2012, je n'ai pas donné suite à sa réponse favorable. Il y a de quoi être effrayé par les tableaux dramatiques qu'elle dépeint comme pouvant faire suite à une dépose.

Psychiatrisation et hystérisation en réplique

Hystérie.jpgOr, pour l'intoxication au métaux lourds comme pour la maladie de Lyme, les victimes dénoncent un déni et un complot visant à les faire passer pour hystériques.

J'ai vu et entendu un grand professeur dire à une personne que j'ai accompagné dans son cabinet lui affirmer que si elle voulait soigner ses troubles par la médecine alternative, elle pouvait être sûre de crever (sic) ! L'inhumanité et l'arrogance d'une partie du personnel hospitalier est un fait avéré.

Maintenant, si les mécanisme d'intoxication au mercure sont bien avérés, on ne peut manquer d'être saisi d'un doute à l'évocation de l'ampleur des souffrances que l'on nous dépeint. Et là encore le problème est que les symptômes se recouvrent qu'il s'agit de Lyme ou de d'intoxication supposée. Or sans atteindre de tels paroxysmes j'ai parmi mes correspondants des gens qui souffrent. Je note qu'il s'agit en majorité de femmes. Il est vrai que les hommes sont moins enclins à se plaindre et la différence de réaction peut s'expliquer également par des différences hormonales, du moins chez les femmes non ménopausées.

Bien évidement si ces manifestations sont consécutives à une intervention dentaire, il existe des raisons de penser à un problème d'intoxication mais encore une fois la métaphore de la baignoire ne cadre pas avec le caractère à la fois paroxytique et surtout très subit des témoignages.

Une seule chose à savoir que le fait d'avoir pensé à inclure du mercure en bouche est une monstruosité. Mais cette mode apparue entre 1816 et 1826 à l'initiative d'un français n'a rien de surprenant, les médications anti-syphillitiques étaient à base de mercure. Un travail sérieux sur le sujet impliquerait de revisiter ce volet de l'histoire de la médecine mais qui s'en soucie ?

Francis Lehner évoque Paracelse mais sans paraître savoir qu'il a existé des médications alchimiques à base de mercure purifié comme il s'en fabrique toujours en Inde. A ce popros Cambayrac incrimine les médecines ayurvédiques. Certes ont peut se demander si les fameuses recettes de purification n'ont pas constitué un "hoax traditionnel" et le cas échéant et à supposer qu'il ne s'agisse pas d'un bobard, il n'est pas impossible que la recette ait été perdu et que des formules traditionnelles ne soient plus ce qu'elles étaient.

Mais là encore, il n'est pas permis quand il s'agit de dresser la liste de toutes les sources d'intoxication d'en rajouter parce que les gens qui prennent des médecines ayurvédiques constituent en Europe une minorité insignifiante et si l'on estime devoir parler de cette question, il faut avoir la compétence et l'honnêteté qui permettrait de la traiter en employant tous les nuances désirables. Pour ce qui concerne le mercure purifié, j'ai un correspondant qui en possède sous la forme d'une boule métallique solide. Je n'ai pas pu en obtenir encore et je n'en connais pas les propriétés mais j'ai de bonnes raisons de penser que cette histoire de mercure purifié n'est pas une invention charlatannesque. Mais on en va pas ouvrir ici un débat sur l'alchimie, presque toute la documentation existante a été numérisée et se trouve sur le Net. Quant à faire le tri, il faudriat être assuré de plusieurs vies pour le mener à bien...

Le soupçon d'hystérie et les questionnaires surréalistes auxquels il donne lieu témoignent d'excès qui laissent à penser que certains stratèges ont délibérément inventé ces procédures dissuasives afin de couvrir les errances de ma médecine actuelle. Il y aurait une enquête à faire sur les personnages qui sont à l'origine de ces pratiques et comment on en est arrivé là.

Je n'ai pas de raisons de nier l'existence d'un déni systématique mais le caractère dramatique et parfois si brutal des troubles allégués et qui je le rappelle ne cadre pas avec la métaphore de la baignoire, sont bien de nature à susciter un doute et tendent pour le moins à suggérer la possibilité d'exagérations plus ou moins théâtralisées.

Francine Lehner en particulier me donne l'impression qu'elle n'existe que grâce à son intoxication. d'une certaines manière cela aura été la chance de sa vie ! Elle est maintenant reconnue, elle signe des livres, passe à la télévision, participe à des conférences mais hélas elle n'a pas grand chose à dire de pertinent puisque je le rappelle elle sert avant tous les intérêts des marchands de chlorella.

Il y aurait sans doute d'intéressantes observations à faire en comparant le style des auteurs qui s'attachent à dénoncer certains scandales sanitaires selon qu'il s'agit d'homme ou de femmes. Mais je crains qu'il ne faille beaucoup de discernement pour en tirer des conclusions car il y a toute cette faune d'internautes, des jeunes hommes qui s'inquiètent beaucoup de risques de santé qu'ils encourent. Et je pense à l'un d'eux qui m'a littéralement harcelé de questions basiques en me voulant presser comme un citron et pour pas un rond. Mais c'était un phénomène assez caricatural. Il n'empêche que je constate un manque de sens critique et d'immunité à l'égard des alarmes plus ou moins contrefaites qui circulent. Sans pour autant être "hystériques" ils témoignent au moins d'un manque de jugeotte qui les fait s'emballer et parfois pétitionner à la moindre alerte.

L'eau d'Aix en Provence est-elle méchamment polluée aux métaux lourds ?

Je note qu'on m'incite à regarder des vidéos qui ne tiennent pas la route. La dernière consistait en une démonstration visant à prouver que l'eau d'Aix en provence serait bourrée de métaux toxiques. Un appareil chinois dont on néglige d'expliquer le principe a pour effet de faire bouillir l'eau litigieuse. Mais la démonstration commence par une lecture erronée de la conductivité de l'eau de source servant de référence. J'ai lu 119 et non 19 pour 256 pour l'eau incriminée. L'éclairage est défectueux, c'est une vidéo d'amateur complètement nul alors il faut écarquiller les yeux. Ces mesures sont parfaitement normales. Notez qu'on n'a pas précisé s'il s'agissait de ppm ou de microsiemens.

J'ai arrêté le visionnage au bout de 3 minutes. Si je tenais l'espèce de con qui a concocté ce bobard, je lui ferais passer un très sale quart d'heure. Vouloir se rendre intéressant en affolant les gens de cette manière c'est pas seulement irresponsable c'est criminel, cela mériterait des poursuites pour diffusion de fausses nouvelles. Mais enfin ce qui me surprend c'est que des correspondants que je tiens pour sérieux puisse me convier à "expertiser" de genre de connerie. Mais il est vrai que dans la mesure où il est probable que peu de choses m'échappent, c'est très pratique pour lever les doutes. Mais j'ai tout de même autre choses à faites que d'examiner ce genre de stupidités.

On me pose surtout des questions sur des compléments alimentaires français et européens. C'est peine perdue : je ne peux que chanter le même refrain : formule non originale, sous dosage, trop cher, c'est du vol ! On vient de me soumettre une question à propos d'un truc qui est censé remplacer les pompes à protons et réduire l'acidité stomacale. En fait un des composants n'était rien d'autre qu'une marque déposé recouvrant un mélange d'éléments des plus banaux (méthionine, TMG et je ne sais plus quoi). Ce n'est pas tant certaines connaissances qui manquent mais à l'évidence beaucoup de gens ne savent pas lire et sont donc incapables d'exploiter et de traduire les maigres renseignements qu'on leur fournit.

Je vais finir si ca continue par faire payer 5 € pour chaque question posée. Mais certains sont habiles, il m'envoie un lien ou une copie de documents sans question. Mais bon il faudrait arrêter de me prendre pour un con !

Voici la fameuse vidéo, jugez par vous même !

http://www.dailymotion.com/video/xacqia_un-peu-deau-du-ro...

A propos des vidéos, je prie gentiment mes lecteurs de me foutre la paix avec ce genre de truc généralement peu intéressant et qui demande beaucoup de temps. Un texte avec l'expérience on peut lire en diagonale et se faire un jugement en quelques secondes. Une vidéo on ne peut pas zapper. Donc si on a des questions à poser sur ce genre de document que l'on ait au moins de délicatesse de me faire un résumé du problème posé, si l'on tient à obtenir une réponse. 

Conduite à tenir

Le peu que l'on sait du protocole de supplémentation de Melet montre qu'en fait de supplémentation, c'est un programme classique et comparable sinon identique à ce que nbeaucoup de naturopathes préconisent. Il suffit de préciser que la chlorella est suspecte, que de toutes façons en cas d'intoxication elle ne sert à rien et il en va de même de l'ail des ours dont on ne sait pas comment on en est arrivé à lui trouver des propriétés chélatrices. Il y a longtemps que je me suis intéressé à l'EDTA et je l'avais rejeté bien avant de lire Cambayrac.

Donc il n'y a rien de spécial à faire si ce n'est de manger bio et d'éviter les gros poissons qui sont en bout de chaîne alimentaire (thon saumon), bref rien d'autre que ce que tout le monde devrait faire avec la réforme au sujet des lipides (Omega 3 mais sans capsules ruineuses), vitamine C, zinc, sélénium etc..

Maintenant en cas de manifestations paroxytiques telle que décrites chez nos auteurs, on se retrouve avec le même problème que pour la suspicion de Lyme, sauf que dans ce dernier cas faire faire le WB de All diag n'est pas ruineux tandis que le protocole de mise en évidence d'une intoxication est complexe et très coûteux et il nécessite un prescripteur médecin, or il faut courir après ceux qui accepteront de prescrire les chélateurs nécessaires au test de provocation.

Etat des échanges et de leur suivi

Je réponds rapidement à ceux qui m'exposent leurs problèmes relatifs à une suspicion de Lyme et je les oriente volontiers quand à la méthode à suivre pour débrouiller leur cas. Ce qui nécessite pour elles de convaincre un médecin de les assister dans le sens préconisé. Comme la plupart ne sont pas sensibilisés et criagnent que la foudre ne les consume s'ils sortent de leur routines habituelles, ça coïnce. Encore heureux quand les demandeurs répondent à mes questions. Mais dans bien des cas j'ai répondu et je n'ai pas eu de nouvelles. Je n'ai pas eu de nouvelles et je ne peux pas relancer ces personnes car il faudrait que j'ouvre des dossiers ou que je tienne un compte de mes échanges par un système de notes or logiciel de mail. Je ne peux pas m'y résoudre d'abord parce que je respecte la liberté des gens et que je n'ai aucune raison de me compliquer la vie. C'est bien assez de répondre, parfois dans l'heure qui suit, quand je suis devant l'ordi.

Mais il me faut constater que je n'avance pas. En voici un exemple : le premier "patient" qu'il m'a été donné de rencontrer (en chair et en os car c'est un client de mon ostéopathe) est passé par toute une kyrielle d'examens dans un service de médecine tropicale à l'Archet (Nice). Son médecin référent qui est acupuncteur a bien du recevoir les résultats ou si cela n'a pas été le cas, il était de son devoir de les réclamer. Et bien le "patient" ne veut pas retourner voir son toubib parce qu'il a le sentiment de ne pas être écouté. Il est vrai qu'un ami qui a fait appel au même médecin l'a trouvé extrêmement directif et dominateur, il ne dit pas grand chose et n'encourage guère les questions. Il y a sans doute un problème de "communication" mais tout ce que le patient trouve à dire, c'est que ce médecin débite 2 fois sa carte Vitale mais puisque cette opération ne lui coûte pas un centime, je ne vois vraiment pas ce qui l'empêche, une dernière fois de tenter d'obtenir les fameux résultats afin que j'en prenne connaissance.

J'ai passé assez de temps sur son cas, ce serait la moindre des choses qu'il me honore son engagement puisqu'il s'était obligé à me communiquer ces résultats. J'ajoute qu'ayant égaré le résultat de son test, je lui ai demandé, il y a plus de 6 mois, de me le redonner. J'attends toujours...

Ce Monsieur souffre de migraines. On lui a conseillé de prendre du Cobalt comme oligoélément. Il m'a demandé si je pouvais lui en fabriquer. Je lui donne gracieusement des litres de magnésium ionique. Oui je peux fabriquer du cobalt par voie électrique mais il faut procéder à des essais et imaginer un dispositif pour constituer les électrodes sans faire intervenir un autre métal. Il y a une solution mais c'est compliqué et je n'ai ni l'envie ni le temps de m'occuper de cela. J'ai donc conseillé à l'intéressé d'acheter son Cobalt sous forme d'oligosol. Mais c'est pas remboursé...

Soyons sérieux, il lui en coûterait 15 € de faire l'essai avec 2 boites. Si ça marche j'aurais un motif d'investir du temps dans la fabrication d'une solution de Cobalt mais là je n'ai aucun motif de me livrer à ce genre de passe temps. je peux avaler ce que je veux çà ne me fait jamais beaucoup d'effets.

Ma patience à des limites, je crois que je vais finir par lui dire carrément son fait et le mettre au pied du mur.

C'est notez le bien un cas assez extrême mais j'observe que la plupart du temps les gens quesitonnent, je réponds mais ça reste sans suite, je ne sais que rarement ce qu'ils ont pu tirer des informations données alors on n'avance pas. Le drame c'est qu'il faut être médecin pour avoir l'autorité, la poigne et les habilitations pour faire le boulot et la majorité de ceux qui sont là pour le faire se borne à ouvrir le parapluie en appliquant des protocoles qui dans le meilleurs des cas restent lacunaires.

Appel à témoignage

Je viens de résumer mes conclusions actuelles sur la question de l'intoxication aux métaux lourds. Je suis à l'écoute de toutes les observations, éventuellement critiques qui pourraient m'être faites et j'aimerais savoir ce que mes propos inspirent à ceux qui pensent à tort ou à raison être concernés par un problème d'amalgame. Ma soeur a été assistante dentaire, je n'ai pas pensé à la questionner à ce propos mais c'est une bonne occasion de lui téléphoner.