Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2016

Troisième condamnation du Dr Philippe Bry : un arrière plan de "dérive sectaire" caractérisée

ob_7728b8_p-bry.jpg

J'avais oublié dans mon décompte la condamnation de 2001 à deux mois d'interdiction. Mais il faut bien dire qu'elle n'était nullement justifiée. La première est inique, la seconde porte sur un usage de faux, la troisième est bien différente, elle porte sur une entorse grave à l'éthique d'un médecin or je suis en mesure de prouver qu'il y a derrière l'effet d'une dérive sectaire qui n'a absolument rien à voir avec la pratique de la médecine... 

Sur le volet vaccinal voyez d'abord : https://www.psiram.com/fr/index.php/Philippe_Bry#Les_sout... ainsi que

http://initiativecitoyenne.be/2015/12/vaccination-dr-phil...

Ce dont il va être question n'est pas tout à fait un "scoop" comme je le croyais sauf en ce qui concerne certains "détails" et le contenu du troisième jugement. Voir :

http://www.larep.fr/loiret/actualite/2015/12/17/un-pediat...

L'auteur, un journaliste provincial, Florent Buisson, après avoir évoqué l'affaire du tétanos ajoutait : Quelques minutes auparavant, il était auditionné pour une autre affaire. Un homme l’accuse de s’être immiscé dans sa vie privée, en éloignant sa femme et quatre de leurs enfants. Sur ce cas-là, le conseil de l’ordre rendra sa décision « dans les deux mois ». Mais Philippe Bry sera-t-il toujours médecin en 2016 ? 

Une autre page, qui donne un compte-rendu techniquement précis de l'affaire, évoque également la procédure dont je m'apprête à fournir les tenants et aboutissants :

Une autre affaire le mettant en cause pour intrusion dans les affaires familiales au nom de l'assistance thérapeutique est évoquée. Il s'agit d'une plainte d'un homme, transmise par le conseil départemental de l'ordre des médecins d'Indre-et-Loire qui s'y associe, enregistrée le 20 juillet 2015. Le Dr Bry n'aurait pas respecté la confidentialité et se serait immiscé dans la vie d'un couple et de ses huit enfants au nom de sa profession. Décision dans deux mois sur cette affaire.

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actuali...

Je précise que l'homme en question ne m'a pas demandé de prendre sa défense, c'est moi-même qui ait jugé bon d'informer le public de tout ce que Bry n'avouera jamais de lui-même tandis que la presse risque de "louper" l'arrière plan à base de dérive sectaire.

Le contenu du jugement pour immixtion

Voici les 2 pages terminales du jugement constatant que le Dr Bry s'est bien immiscé dans les relations du couple et qu'il y a lieu de lui infliger une sanction d'interdiction s'ajoutant à la première. Le jugement rejette les demandes qui ne sont effectivement pas de sa compétence propre.

Lire le jugement.

Le délai d'appel n'est pas échu, cependant il est peu probable que le Dr Bry ait le moindre intérêt à contester car le plaignant, qui n'avait pas franchement pris conscience que la preuve d'une dérive sectaire ressortait des éléments en sa possession, pourrait poser une demande incidente pour que la sanction soit alourdie pour résistance abusive au jugement.

Le tétanos aurait été contracté à l’hôpital

Je cite Bry : Plutôt que de rechercher la raison pour laquelle cet enfant a eu le tétanos dans la façon dont la plaie a été traitée en milieu hospitalier, l’ARS s’applique à rechercher une prétendue absence de vaccination qu'on ne peut pas scientifiquement démontrer. Voire... Manque pas d'air le pédiatre !

J'ai donc sous le coude un article qui sera accompagné des fac simile de pièces justificatives dont un jugement du Conseil de l'Ordre daté du 26 janvier dont remontant à deux jours qui ajoute une nouvelle condamnation envers ce médecin pour s'être ingéré dans une histoire de famille et avoir "cassé" un couple.

Sous prétexte d'aide thérapeutique il a cocufié le mari de la mère des enfants devenus ses patients. J'ai en ma possession un constat d'adultère dressé sur ordre d'un TGI qui démontre le fait. Un document hilarant où l'on voit l'huissier tâter, à 6 heures du matin, les deux places chaudes occupées par le couple illégitime.

Un médecin qui débarque accompagnée de la femme qu'il a détournée et d'un tiers au domicile du mari cocufié pour casser en le jetant parterre et s'emparer de l'ordinateur portable d'un fils majeur car il a porté plainte l'histoire des faux certificats, vous conviendrez, j'en suis certain, que cela n'entre pas dans les attribution d'un toubib.

La condamnation est bien légère pour des faits aussi graves car les autres pièces démontrent que ce médecin et sa psychothérapeute préférée sont, de toute évidence, des rabatteurs opérant en faveur la secte débile formé par le fameux Patrick Le Berre, déjà impliqué quoique très indirectement dans le scandale d'un naufrage artistique à Angor Vat.

La preuve magistrale de l'implication dans le mouvement de Patrick le Berre

Notez qu'en plus du mail dans lequel Bry a pris RV auprès de Patrick Le Berre, Bry avait dans un autre courrier exposé sa relation avec ce personnage en ces termes, les soulignements sont de lui :

A titre personnel, à un autre moment de ma vie, je n'étais pas loin de partager une conception voisine de la votre du mariage. Aussi j'ai tout tenté pendant 15 ans pour sauver une union qui a duré 19 ans au total. L'avantage de cette attitude et de mes efforts, c'est de n'avoir aujourd'hui aucun regret, même si j'en ai beaucoup souffert.

Il m'a fallu après une longue phase de déni, entrer dans une phase de colère qui alternait avec des périodes de désespoir, puis tenter moi-aussi de marchander ce qui ne faisait que retarder l'échéance et revenir à la colère, avant d'entrer dans une phase dépressive puis d'accepter finalement l'inéluctable.

L'acceptation du passage obligé qui est le devenir obligatoire de tout être humain, est la seule solution pour sortir de la souffrance.

Elle permet d'éviter de rentrer dans le piège qui de victime nous fait devenir bourreau, entretenant alors une "spirale sans fin de blessures, de jugements de soi ou des autres, de culpabilisation ou de dévalorisation".


Chaque être humain a le choix : " il peut décider courageusement le processus intérieur qui va lui permettre d'accéder à ses enseignements enfouis qui deviennent alors des compréhensions, ou enfouir de plus en plus profondément ses ressentis, ses sentiments, pour ne pas faire face à son état de mal être, et se construire une carapace de plus en plus épaisse et rigide, qui retarde le moment de l'éveil de son âme".

Pour vous qui être croyant, vous savez que chaque chose est à sa place, et que même si souvent le dessein de Dieu nous échappe, aucun événement n'est dû au hasard ou est injuste (même si tout nous hurle le contraire !), et qu'en acceptant les voies de Dieu, qui ne sont pas forcément celles que nous avions choisies, nous cheminons sur la voie qui est la nôtre tout en accomplissant les desseins de Dieu.

Je ne sais pas si je puis vous être utile, mais je sais vos efforts, sincères, pour sauver votre mariage, et quel qu'en soit le devenir, je vous souhaite de choisir la voie qui mènera au salut de votre âme.

Très Cordialement,

Dr BRY

Ce "préchi précha" qui est bien d'un "gourou" de pacotille est suivi de l'aveu de citations tirées de Le Berre qui est vanté en sa qualité d'ancien ingénieur et physicien...

Nb : les phrases entre guillemets sont tirés du livre de Patrick Le Berre : "Passeur d'âme", l'heure du choix. Editions Exergue, 16.90 euros.


Patrick Le Berre est ingénieur, physicien, chercheur, devenu métaphysicien, puis Passeur d'âme.


A la citation bien connue : "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme..."  Patrick Le Berre ajoute : " Conscience sans science n'est qu'illusion de la spiritualité".

J'ajouterai que Dieu nous ayant donné l'intelligence, il ne nous ait pas interdit de l'utiliser, y compris dans l'étude de la nature spirituelle de l'Homme.

Notez que le mec il est particulièrement "gonflé" car vous allez découvrir qu'il a pallié à sa propre rupture conjugale non seulement en volant littéralement la femme de celui à qui il a raconté tout cela mais en vivant présentement et indirectement au crochet de sa victime sur la pension versée par l'époux bafoué, ce qui compense sa perte d'exercice en plus du fric qu'il réclame de la charité publique. A moins que l'épouse ait cherché ailleurs un toit.

Voici dans le dans la même rubrique le mail par lequel le Dr Bry a pris un RV chez Le Berre pour l'épouse qu'il allait récupérer un temps plus tard.

Mail qui tue.png

La pétition d'Initiative citoyenne

Lorsqu'on a le culot de se présenter en martyr après avoir commis des faux en écriture en trompant les bonnes gens afin de tenter de lever des fonds (12 000 € aux dernières nouvelles !) pour atténuer le poids des condamnations dont ont à écopé, lorsqu'on n'est pas blanc comme neige, et que l'on veut poser avantageusement sur la toile, il faut s'attendre à se faire gifler publiquement par les mêmes voies.

Le Dr Bry en plus d'une levée de fond se fait entretenir par l'ex femme du mari qu'il a bafoué

La mari me fait observer ceci :

Mon épouse lui apporte plus de 3500 euros par mois (2200 de pension alimentaire a cause d'une erreur de calcul, plus 700 euros de SFS par l'armée, plus 691 d'AF... Même sans travailler, Bry peut survivre...

La notion de "sursis" est à creuser : si Bry n'est qu'un "therapeute" comme il le prétend, alors le sursis devrait sauter s'il continue à s'immiscer dans nos affaires familiales. En clair, s'il continue à héberger mon épouse et nos enfants au titre de "thérapeute", il bousille son sursis. S'il l'héberge désormais au titre de "compagne", il bousille son argumentaire.

En effet, si l'épouse (le divorce n'étant pas encore prononcé) vit toujours au domicile de Bry. Le trouble causé par l'ingérence perdure et justifie un appel et non seulement la révocation du sursis mais l'alourdissement de la peine en raison du manquement aux obligations morales d'un médecin. Risque auquel s'ajoute les conséquences possible de la plainte au pénal pour bris et vol d'ordinateur au détriment du fils, plus les dommages et intérêts que ne manquera pas de réclamer le mari bafoué devant la juridiction civile ou pénale compétente, la justice ordinale n'étant pas compétence sur ce plan précis.

J'ai le sentiment d'avoir débusqué une affaire qui si elle est menée à son terme risque de faire date en raison du contexte de dérive sectaire, lequel ne résulte pas d'un manquement aux obligations vaccinales mais d'une confusion des genre. Lorsque les médecins et les "psys" en viennent à se substituer aux curés et aux directeurs ou conseillers spirituels dont c'est le métier, rien ne va plus ! Cela devient même une véritable plaie, c'est la raison pour laquelle j'ai proposé à la victime de tout faire pour tenter de mettre définitivement ce médecin hors d'état de nuire !

J'ose espérer que vous conviendrez que l'affaire n'est pas banale !

Notons que l'interdiction d'exercer pendant x mois ne représente que le volet disciplinaire, et l'ARS aurait entrepris de vérifier la couverture vaccinale de tous les enfants d'une certaine tranche d'âge traités par Bry, ce qui revient à dire qu'un volet pénal pourrait s'ajouter au volet disciplinaire... C'est ce que l'on appelle se foutre dans le pétrin...

Pour l'aspect technique de cette question voir le prochain post...

Une "nouvelle vie" en perspective ?

Le Dr Bry écrivait, dans son appel à l'aide ceci : après avoir été pédiatre durant 28 ans, je serai peut-être contraint, sans votre aide, de changer d’activité et d’utiliser d’autres compétences pour assurer un bien être tant à mes anciens patients qu’à ma famille. Comme il craint d'être radié à a vie, voulait-il dire par là que la seule solution qui lui resterait ce serait de devenir "gourou médecin" ?

Voici pour finir la page terminale du constat d'adultère. Notez à ce propos que les Italiens sont plus raffinés, les huissiers ne se contentent pas de placer un thermomètre manuel pour estimer la température des places encore chaude car si le couple illégitime est surpris au lit, ils passent une baguette entre les deux corps pour déterminer s'ils ne sont pas reliés par quelque chose qui ferait obstacle?

adultère.jpg

 

22/05/2013

Pédophilie et fantasmes sataniques : mise en garde !

LeoTaxilOriginal Poster1.jpg

Pour résumer ma pensée au sujet des histoires de "messes noires sataniques et pédophiles", je ne peux mieux faire en affirmant que ce ne sont guère en fait que des fantasmes de "sans dents"... Il y a eu des abus certes, notamment dans des orphelinats et autres établissements dédiés à l'enfance, mais de là à greffer là dessus des histoires de réseaux plus ou moins diaboliques menés par une élite plus ou moins "reptilienne", il y a des limites que l'on ne saurait franchir sans tomber dans l'invraisemblance...

Il faut certes des conditions et un parcours spécial et donc une mémoire particulière pour évaluer certains phénomènes. Comme "préparation" requise le fait d'avoir connu, au lendemain des années 68, grâce à un certain club parisien tenu par un ancien prêtre (qui demeurait rue Jean d'Arc) des "vieux" appartenant à un milieu particulier et qui étaient introduits dans les dessous de la vie parisienne depuis le début du siècle dernier est un avantage irremplaçable.

A propos de ce "club" marqué par le signe du Verseau car il était domicilié rue du château d'Eau, il se trouve que je connais fort bien la personne qui a été missionnée pour portraiturer l'archevêque de la ville des Sacres lorsqu'un certain Baudry, qui a pris sa retraite aux côté d'un amant sicilien (qui n'avait rien absolument rien d'un Apollon) est entré en pourparlers stériles en vue d'améliorer le sort des gays, ce que le pape en cours de validité aurait tenté vainement...

Ce n'est pas dans des livres qu'on trouve cette connaissance sociologique encore qu'elle existe et qu'elle est bien mieux conservée relativement à celle des dessous des fameuses "années Sida" car la plupart des témoins de cette funeste période ont été décimés et seuls quelques intimes peuvent avoir eu connaissance, directement (ou même indirectement dans mon cas), de "dessous" plus contemporains comme les modalités particulières de la conquête du Marais par les commerces gays et ce avec la bénédictions d'investisseurs juifs venus du sentier....

Le propre du "milieu" masculin dont on parle est d'avoir réuni des extrêmes, les extrêmes s'attirant en principe comme des riches et des pauvres par exemple, les premiers pouvant servir d'ascenseur social. Je parle en observateur des marges et non en acteur car je me suis toujours tenu à distances des partis, des sectes et de tout groupement.

En "sociologue" non répertorié et non académique qui a reçu bien des confidences, j'ai inventé l'observation participante mais sans compromissions avant que cette garce qu'est l'Université n'en revendique le privilège !!!! ...

La médecine et l'hygiène publique nécessitent pour concourir à la bonne santé de la population de tenter de dissiper certaines paniques et d'en indiquer les origines... 

Dans son livre intitulé Ces maladies créées par l'homme, le Pr Dominique Belpomme évoque la pollution cognitive et l'imagogie. Avec les fantasmes dont il va être question on est dans l'une des applications les plus calamiteuses de cette pollution. Ce post est dédié plus spécialement à une chèvre alpestre qui a le tort de se prendre pour une ... licorne... Comprenne qui pourra !

Cela fait deux fois que j'accepte de parler au téléphone avec des lecteurs, puis la conversation vient à rouler sur un certain Stan Maillaud et des histoires de "pédophilie". Je déclare que lorsque je réfute la thèse d'un complot satanique et pédophile mondial international impliquant le gratin des dirigeants la société actuelle et brutalement c'est la rupture des relations sans explications.

Je pense en particulier à une ex commerçant en aromathérapie qui était persuadé qu'un certain Stan Maillaud aurait été assassiné par des gendarmes. Or il est réapparu récemment en avril 2015 et il ressort qu'il avait organisé sa disparition pour faire parler de lui... Ce faisant il en est arrivé à tout simplement perdre toute crédibilité. C'est malade paranoïaque mais ses observations à propos de certains femmes qu'il a voulu aider, Corinne Gouget par exemple qui vient de se suicider le 22 juin à 22 heures en gare de Frontignan sont néanmoins saisissantes de vraisemblance, du moins pour quelqu'un qui a reçu un minimum de discernement. Faut-il rappeler que le "discernement des esprit" est un charisme. Cela ne s'invente ni ne s'acquiert mais peut être développé si un embryon de la chose existe...

Ci-dessus une des sources des fantasmes actuels. Il s'agit d'une littérature antimaçonnique d'un certain léo Taxil qui visait, à l'péoque, à faire perdre le face à l'Eglise catholique. La manoeuvre a du reste réussi et s'est soldée en retour par une vengeance, la fameuse Affaires des fiches. Malheureusement, les demeurés à la mentalité de pions qui font la police sur Wikipedia et la plupart des intervenants bénévoles sur la Toile ignorent tout de ce dont ils parlent et ne peuvant pas savoir qu'il s'est s'agi d'une réponse au canular révélé comme tel lors d'une séance ayant eu pour cadre la Société de géographie...

A propos de Stan Maillaud

stan.jpgStan Maillaud, rappelez vous, j'ai parlé de son témoignage à propos de Corinne Gouget et de son bouquin sur les additifs alimentaires et du procès intenté à son mari pour des faits de pédophilie présumée sur ses filles. Je faisais référence à un texte rédigé par cet ancien gendarme sur une certaine "Affaire Vincent". Texte fort intéressant à mes yeux en ce qu'il donne en particulier des informations au sujet de la geste de Christian Cotten qui est impliqué dans ce que j'ai appelé dans mon livre l'aventure du G5.

Ci-contre, une image délirante accusant la gendarmerie d'enlèvement. J'ajoute qu'il y aurait beaucoup de choses à dire sur la personnalité de cet individu. Je crains en général que les chevaliers blancs qui se mêlent de chasse aux "pédophiles" aient trouvé là un moyen de refouler certaines de leurs propres pulsions.Faute de pouvoir bénéficier de certaines facilités appartenant aux riches, on s'en veut venger en devenant flic et accusateur public.

Je pense en particulier à un personnage détestable qui a sévi jadis. Cela s'est passé dans l'Aube. Il a fini par disparaître de la circulation suite à des condamnations judiciaires pour diffamation... 

Première manifestation délirante et rupture diplomatique brutale

La première fois qu'une rupture brutale est survenue dans une discussion avec l'auteur d'un site que j'avais vivement critiqué pour son côté conspirationniste, son auteur était un personnage connu dans le domaine de la phyto et il était très impliqué au sujet des abus vaccinaux. Très rapidement, je me suis rendu compte qu'il était imbu d'idées délirantes, il prétendait que des amis à lui auraient été noyés dans la Garonne, c'est ainsi qu'il fut question de la disparition de Stan Maillaud. Comme je n'ai pas adhéré, la discussion s'est arrêtée net sans explications. Je n'ai pas beaucoup apprécié pour diverses raisons car j'ai donné satisfaction aux réclamations de ce personnage et la politesse impliquait au moins une réponse marquant son désaccord. 

Seconde manifestation délirante

C'est une personne qui m'écrit en me disant qu'elle a consulté le Dr Donatini en faisant 1400 km à cet effet, elle demande à m'en parler au téléphone mais sans fournir le sien. Elle commence par me dire qu'elle a été défavorablement impressionnée par une tête de boeuf sur la façade de l'établissement et des fenêtres lui faisant penser à un hibou. Elle imagine des symbôles maçonniques. Je rectifie en disant qu'en réalité elle a dans la tête quelque chose qui a à voir avec le Bohemian Club. La chose lui fait penser au veau d'or... Bref cette tête de boeuf aurait une serviette entre les cornes et une couronne de fleurs, et donc la façade aurait changé par rapport à l'image collectée sur Google. C'est un exemple qui montre comment les gens en arrivent à littéralement "amalgamer" dans leur esprit confus toutes sortes de faits à des souvenirs de lectures mal digérées.

Visite au Dr Donatini

Je n'en dirai pas davantage. Le post publié le 23 mai à propos de l'espèce de détraquée avec laquelle j'ai eu affaire me dispense de m'étendre sur le rapport foireux de cette bonne femme qui a manifestement du gaz dans les neurones comme dirait une certaine Taty. La mononucléose de sa fille diagnostiquée par Donatini comme devant lui monter au cerveau (sic) est devenue un une herpangine avec une grippe à coxackie (resic).

camisole.jpg

Idées délirantes

Comme indiqué plus haut, j'ai flairé, chez cette femme, des idées délirantes avec l'histoire du glucose censément trafiqué que Donatini est censé lui avoir infligé et de la tête de boeuf. La dame est du reste un peu revenue de son soupçon d'empoisonnement car je lui ai conseillé de refaire l'expérience en se procurant une dose de glucose en pharmacie.

Bref, j'étais assez embarrassé par cette conversation. Survient alors un flot d'évocations où il fut encore question de Stan Maillaud et de ses démêlés avec la thèse d'un réseau pédophile et sataniste aux ramifications internationales. Selon elle ça date non pas de quelques siècles mais de plusieurs millénaires etc... Je l'informe que j'ai évoqué le cas de Stan Maillaud à propos de Corinne Gouget. Elle me dit savoir qu'ils sont fâchés mais visiblement elle ne s'est pas posée la question de savoir si Maillaud n'avait pas de bonnes raisons avait de plaquer celle qu'il avait voulu aider. En moi-même cette femme, par ses attitudes, me faisait penser à quelque chose et je découvrais subitement qu'il s'agissait d'une sorte de réplique atténue de cette fameuse Corinne. Pas de problème de pédophilie mais un "air de famille" dans la manière d'être hystérique.

Sur la disparition de Stan Maillaud

La dame me parle du fameux CD de Zandvorst, vieille histoire des années 90, et me donne l'url d'un site et une longue liste de liens sur l'affaire Maillaud dont il n'y a rien à tirer. Je ne pense pas que la gendarmerie l'ait descendu et ait escamoté son cadavre. Il est en fuite simplement et je le situerais volontiers en Corse. Or il vient de réapparaître en 2015

Suite de correspondance

J'ai pris la peine d'aller voir le site indiqué http://dondevamos.canalblog.com/ et je vous le recommande comme étant l'exemple le plus emblématique de ce que l'on peut faire de plus délirant dans le domaine. J'ai pris la peine d'exposer assez brièvement mes critiques dans deux mails assez consistants, en faisant le pari que très probablement j'allais être classé dans la catégorie des complices de cette histoire fantasmatique de réseaux car c'est effectivement le sort de ceux qui opposent un déni à ces délires carabinés. Je suis même allé jusqu'à dire que très probablement je n'obtiendrai aucune réponse. C'est effectivement ce qui s'est produit. On trouve normal de me déranger un dimanche ou même un jour férié à 10 heures du soir mais quand à avoir la politesse d'accuser réception d'un courrier, c'est bernique.

Alors que les choses soient claires ! Je n'apprécie pas du tout !

A propos des histoires de réseaux pédophiles

Diable-bataille.jpgA gauche vous avez la principale source des fantasmes dont il est question. Si vous allez sur Gallica et tapez "Léo Taxil" ou "Docteur Bataille" vous verrez tout ce qui a été produit dans le genre. C'est tout simplement hallucinant ne serait-ce que par le nombre de publications que représente ce courant.

Que les choses soient claires ! Cela fait une bonne trentaine d'années que je m'intéresse de fort près à cette fameuse thématique centrée autour d'une idée de conspiration mondiale plus ou moins satanique que certains vont jusqu'à faire remonter à une histoire de reptiliens à la Anton Park. Voyez Wikipedia pour cet auteur et pour Sitchin... Et j'ai conclu que tout cela n'est que fantasmagories et je suis formel. Le Diable se niche dans des petits détails et il est plus efficace quand il se fait oublier...

Maintes raisons m'ont poussé à m'intéresser à ces histoires, premièrement il s'agit d'énigmes et presque toutes les énigmes m'intéressent. Enfin et surtout la ville de Nice a été quasiment révolutionnée par une affaire de magistrats pédophiles qui a fait pendant longtemps la une des quotidiens et des hedomadaires hexagonaux. Voir :

http://denidejustice.wordpress.com/category/b-19-magistra...

Nice ville emblématique du mythe satanique et pédophile

Cette affaire est emblématique d'influences venues d'Outre Atlantique. Je peux le dire : cette affaire relève bien d'un pur fantasme à la Léo Taxil. Elle a été relayée par une association suisse dont le président avait déclaré que la guerre à la pédophilie sera déclarée lorsque l'on mettra à jour des charniers d'enfants... Quand vous entendez des choses pareilles ça nous ramène bien aux histoires taxiliennes avec le type particulier de "rumeurs urbaines" selon lesquelles en creusant sous d'anciens couvents on trouverait des charniers d'enfants et un ou plusieurs souterrains reliant ces couvent à des monastères d'hommes.

Ja rappelle qu'une magistrate, bonne amie de Christian Cotten, avait relayé cette rumeur en France et il me semble ordonné des fouilles en vain. Quoiqu'il en soit le dossier de cette affaire niçoise est vide. On est allé jusqu'à prétendre établir des relations avec l'affaire de l'Ordre du Temple Solaire et l'affaire Dutroux. Dans le cas de l'OTS, on a fait un amalgame avec des rituels surréalistes à base de capes blanches qui se sont tenues dans le cadre d'un club médeciniste (le Cube) qui avait son siège à Acropolis. Le quotidien local en a longuement parlé après la déchéance du fameux maire niçois...

Il n'en subsiste qu'une seule trace sur Internet. Voir https://www.google.fr/#q=nice+le+Cube+club+m%C3%A9deciniste

Et seulement ceci : http://cdlm.revues.org/54 dont j'extrais ce passage :

En 1993, le Tribunal Correctionnel doit aller jusqu’à statuer sur l’affaire du “Cube”, club où les notables niçois, sur les deniers publics , s’offraient des soirées animées. En 1994, c’est le président de la Chambre des faillites du Tribunal de Commerce, peu éloigné de “l’élite” locale qui est inculpé de corruption passive à la suite d’une descente de deux magistrats versaillais. 106 Il manque, dans cette liste très partielle “d’affaires” de nombreuses autres manifestations de l’indélicatesse chronique d’une large partie de la classe politique niçoise se croyant tout permis dans l’indifférence “active” de l’État.

Voilà bien le type même du terreau propice au genre de fantasme des "sans dents" que je dénonce !

Il se trouve que le hasard a fait que j'ai des relations dans des milieux très divers, ben oui je suis curieux de nature. Un éditeur niçois que je connais fort bien  qui a produit un livre sur Raspoutine (qui a vécu à Nice) et qui a concouru dans l'arène politique (il est décédé à la veille d'une élection locale) entretenait de bonnes relations avec le juge qui a instruit une autre affaire de pédophilie niçoise, celle d'un évêque, un certain Mgr Paul. Voir :

http://www.liberation.fr/societe/0101376492-a-nice-du-rif...

Les hasards de la vie m'ont placé à des postes d'observations uniques. Cet éditeur et le juge étant assez en fort bon terme j'ai eu un petit regard à l'intérieur du Palais...

Là encore j'ai connu personnellement le personnage de Mgr Paul en accompagnant un ami dans des démarches ecclésiastiques de régularisation qui n'ont pas abouti. Il a cependant obtenu son rattachement au patriarcat de Moscou avant de finalement opter pour une branche du soufisme turc...

J'ai même mangé à la table de Mgr Paul qui devenait subitement nerveux quand on évoquait les affaires de "pédophilie" dont certaines églises, les "petites" en particulier, sont assez florissantes... La façon dont il se comportait avec ses enfants de choeur et la manière dont il s'immisçait dans leurs petites querelles m'avait mis la puce à l'oreille.

Ensuite ayant assisté à une messe en la cathédrale russe, une vieille dame s'étant bouchées les oreilles lors du sermon avant de sortir durant le prêche, il m'a été suggéré d'aller la "confesser" sur le parvis. La bouche en cœur, je lui ait demandé pourquoi elle n'aimait pas ce prélat. La première chose qu'elle m'a dite est ceci : c'est un sale pédé, ensuite elle l'a accusée de trafics immobiliers frauduleux portant sur les biens de la paroisse. Si la nouvelle de la mise en examen de ce personnage a retenti dans la baie des requins telle un coup de tonnerre survenant dans un ciel bleu d'outremer, je n'ai pas été vraiment surpris...

Il se trouve qu'en ce qui concerne la fameuse affaire de la cathédrale russe revendiquée par la Fédération de Russie qui date à peu près de la même époque, je me trouve avoir joué un rôle médiatique assez particulier qui a causé bien des sueurs du côté de la rue Daru... J'avais par un jeu de circonstances particulières un "micro à deux pattes" en la personne d'un "aristo" d'origine teutonique en contact direct avec le patriarcat. C'est une histoire compliquée de "géopolitique" que je n'entreprendrai pas de résumer ici.

Sur une (fausse) affaire bien niçoise

Par cet éditeur évoqué plus haut et qui a du reste publié un livre où la personne accusée dans l'affaire Kamal se défend de toute implication pédophile, j'ai su comment l'affaire des magistrats pédophiles a commencé. Maintenant que le soufflé est retombé, je peux bien donner quelques explications bien qu'à l'époque j'ai juré le secret le plus absolu.

Il était une fois un certain substitut du procureur dont la femme (assez corpulente) venait tricoter dans le bureau de son mari. Le couple, venu je crois du nord, habitait près de Sainte Réparate, dans la rue derrière son domicile demeurait un syndicaliste a fausse particule qui a défrayé maintes fois la chronique locale avant de complètement disparaître, un certain Bisson de quelque chose...

Le mari absent, le téléphone sonne, la femme décroche : c'est une personne appartenant à la famille Kamal venue des USA qui lui donne RV au Négresco. Sans consulter son mari, la dame file au RV mais la personne était filée par le FBI et c'est ainsi que l'affaire aurait éclaté. je ne sais plus comment car je ne lisais pas Nice-Matin à l'époque et j'ai pris le train en marche quand un certain M° Grattirola s'est emparé de l'affaire. Or il y a derrière toute cette histoire une manoeuvre d'un certain Vergès (qui s'est rebaptisé le salaud lumineux) qui a voulu tirer vengeance d'un certain échec judiciaire... Un personnage au demeurant très énigmatique ce Vergès. C'est ce Vergès qui s'étant abouché avec une association suisse a pratiquement monté l'affaire...

Une autre affaire, une vraie celle-là...

Pot aux roses.jpgGrattirola est un con, j'ai pris la peine d'aller le voir pour l'inciter à la prudence et lui signaler une affaire de pédophile bien réelle et bien institutionnelle celle là. Celle-là s'est déroulée dans une ville très bourgeoise que je qualifierai de malodorante à tous égards autour d'une certaine école où l'on enseignait le chant en particulier.

L'histoire avait commencé par le meurtre d'un prêtre que l'on avait retrouvé nu et baignant dans son sang du côté de Mougins. Un adolescent avait été impliqué qui avait du être abusé par ce prêtre dont on savait qu'il était proche du milieu des manécanteries. Puis subitement Nice-Matin s'est tu.

J'ai tout de suite deviné qu'il s'agissait d'une vengeance d'une victime d'abus sexuels. Ensuite apparait la fameuse école. J'y avais des antennes par des pions, des profs et je savais que c'était un repère de pédophiles, que le Maire qui avait été inquiété lors d'une rafle liée à l'affaire Toro Bravo avait joué un rôle dans la création de la chose. Ce Maire (à particule) très orienté FN est décédé à 75 ans d'une crise cardiaque sur la voie publique devant son hôtel particulier. Un film de fiction censé se dérouler en Allemagne sur lequel je suis tombé je ne sais trop comment m'a révélé le mécanisme du "réseau" en question.

Il s'agissait bien d'un "réseau", un réseau lié à un milieu particulier, celui des manécanteries. Quelque chose au demeurant d'assez catholique puisqu'il comportait son lot de "curés pédophiles". Le film en question qui plaçait il me semble la scène en Autriche  m'a fait faire la relation avec festival local servant à attirer des chorales et les profs devaient présenter les élèves complaisants à des personnalités qui leur faisaient je l'imagine visiter le pays avec passage plus ou moins obligé dans un lieu intime. Impossible évidemment de déboulonner cette affaire car l'école était très prisée. Un magistrat qui y avait mis un rejeton a du reste défrayé la chronique dans une affaire politique dont je ne me rappelle plus les tenants et les aboutissants, il me souvient qu'elle devait avoir un versant "arabique".

Un des directeurs de cette école a été défenestré par une de ses victimes. Je connais de très longue date la personne amenée à œuvrer dans l'établissement qui a constaté le décès en arrivant le matin à son poste. Bien entendu tout le monde savait que ce ne fut point un suicide. Enfin comme les choses étaient allées trop loin que les profs allaient jusqu'à importuner certains élèves dans les "chiottes", il a fallu mettre de l'ordre dans tout cela. On a donc démantelé la fameuse école bien proprement en mettant sur le carreau tout le personnel.

La seule condamnation a concerné un producteur de disque qui a commis l'erreur de vouloir exercer ses talents sur le fils de la secrétaire de l'association organisatrice du festival. J'ai travaillé comme technicien pour ce producteur lors de l'enregistrement d'un opéra pour enfants de Mozart ce qui m'a donné l'occasion de visiter l'école en question qui servait de lieu de restauration. Rien absolument rien de ce que j'évoque n'a transpiré hormis la condamnation de ce producteur parisien. Il fallait avoir des accointances avec un certain milieu artistique pour pouvoir percer la chape de plomb qui a pesé sur cette histoire très provinciale.

Ma foi s'il se trouve un éditeur susceptible de m'offrir la possibilité, avec un contrat en béton de publier mes mémoires, sur ce que j'ai vécu à Nice et au delà du Var, je veux bien examiner toutes propositions quoique l'idée d'évoquer par le menu des affaires aussi nauséabondes qu'il faudra de toute façon "coder" car des acteurs sont encore vivants ne m'enchante guère...

Baie des Anges ou baie des démons ?

Nice baie.jpgEnfin, si l'affaire de Nice dite des "magistrats pédophiles" a connu une telle renommée, c'est, il faut le dire à cause d'une décision inopportune de la Chancellerie. On a déplacé le procureur, un certain d'Auméras en poste depuis des décennies et plusieurs magistrats. C'était le plus sûr moyen ce renforcer des soupçons... Il est vrai que Dauméras classait tout. J'en ai fait l'expérience à propos d'un sérieux problème de voisinage et d'un viol de domicile. Il tenait à lisser la réputation de sa ville. certes il y a derrière tout cela une connivence de classe mais de là à imaginer cet homme comme le protecteur d'un réseau occupé à des "messes noires pédophiles" il y a un pas qu'on ne saurait franchir !

En revanche, me concernant, il a quand même fait instruire une plainte motivée par une série de lettre anonymes dont j'avais été la cible, plainte accompagnée d'une expertise en écriture qui m'a incité à désigner un coupable potentiel demeurant à l'époque rue de Russie. Il s'agissait d'un type assez délirant qui m'avait été présenté par un amateur d'astrologie et qui avait été vexé que je m'endorme à l'exposé de ses délires ésotériques à base entre autres de lydiennes. Si c'est encore une affaire à base de fantasmes sexuels, rien à voir avec la "pédophilie", les lydiennes, autant que je me souvienne d'était plutôt des "gouines"...

Ce personnage avait, je l'ai su plus tard, terrorisé les fidèles d'un centre bouddhiste de la promenade des anglais en arrivant déguisé en samouraï.

Le dossier que j'ai déposé à l'appui de ma plainte a finalement disparu, il parait qu'il aurait été subtilisé par un policier dont le collègue aurait été assassiné par la bande dont aurait fait partie l'auteur des lettres anonymes (un certain R.P.) dont une me donnait RV dans le cimetière de Cimiez, de nuit pour une association à caractère "vampirique". J'ai appris plus tard et très incidemment, en rentrant plus tôt que d'habitude que ce R.P. était renseigné par un voisin avec lequel j'étais en conflit pour des histoires de tapage. Il était relié à un apprenti boulanger de la vieille ville dont j'ai su plus tard, par le sacristin de la cathédrale, qu'il aurait racketté des travestis ou des exhibitionnistes au Mont Boron qui surplombe la ville... La métropole azuréenne est, comme vous pouvez le constater, un foyer d'intrigues assez hautes en couleur, il y en a pour tous les goûts...

Soit dit en passant, bien des années plus tard, j'ai découvert qu'un personnage qui a défrayé la chronique judiciaire monégasque lors d'une affaire d'atteinte au prestige princier était lié jadis au groupe en question. Groupe comportant un "mage noir" qui aurait fait l'objet d'une interdiction de séjour suite à une histoire de détournement de mineurs. Tout cela remontant aux années 70 soit une décennie avant que je débarque en gare de Nice. J'ai du reste eu récemment la confirmation des liens du monégasque (un musicien d'église) avec le "milieu" que j'évoque (et le fameux "mage noir") en rencontrant, lors d'une sortie à Clans, un ancien chauffeur de bus connu pour avoir produit beaucoup de livres sur des questions dites "ésotériques". J'ai nommé un certain Guy Tarade...

Je vous prie de croire que je n'invente rien et je n'évoque qu'un centième de toutes les ramifications bizarroïdes que j'ai pu constater et auxquelles j'ai été plus ou moins incidemment affronté au sein de la métropole niçoise. Cela dépasse tout ce que l'on raconte sur le milieu maçonnique car des tas de gens sont liés à des titres divers et dès qu'on commence à occuper des positions où l'on est forcément amené à prendre des initiatives, on se heurte fatalement à toutes sortes de "réseaux" plus ou moins imbriqués les uns dans les autres. mais ce sont des "réseaux" à vocation essentiellement "économique" et non sexuelle. C'est hallucinant ! Il faut sans doute une santé de fer et même d'acier pour survivre à tout cela.

Une affaire de tromperie pharmaceutique sabotée (Rivotril et MTC)

rivotril25drup.jpgConcernant le subtitut visé plus haut, il se trouve que j'avais toutes sortes de raisons de bien le connaître car je lui ai livré une affaire qui aurait pu connaître la une du quotidien régional. Un praticien de MTC lié à un médecin à la retraite dont a parlé Jean Palaiseul, alors retraité à Vence, vendait très cher du Rivotril reconditionné en potion chinoise censé régulariser le sommeil.

Effectivement, à raison de 2 gouttes ça s'est avéré souverain. Et c'est une dame de Montmorillon, près de Limoges (décédée des suites d'attaques de sorcellerie) qui m'avait fait découvrir le pot aux roses ! Malheureusement, le subtitut a loupé l'affaire.

Je ne m'étais engagé à témoigner officiellement qu'à la condition qu'il fasse une expertise préalable du produit et que les choses soient orchestrées de telle manière que deux perquisitions soient faites aux lieux que j'indiquerais sans interrogation préalable car j'avais fait mon enquête, je connaissais même la pharmacie qui fournissait le médecin marron. Il parait que la justice n'avait pas les moyens de l'expertise, en fait le substitut n'a rien compris sur le plan technique. Le personnage que j'avais l'occasion de croiser étant d'une humeur très changeante, je n'ai pas répondu à la convocation, j'ai téléphoné à la policière en charge pour dire que le "marché" proposé n'avait pas été tenu. Le substitut du procureur aurait été muté à Toulouse autre lieu où l'on soupçonne encore une méga affaire avec plus ou moins de "pédophilie".

Origine et culture des fantasmes à base d'abus rituels sur des enfants

leo.jpg

A gauche vous avez Léo Taxil dont l'imagination sulfureuse allait perturber durablement l'esprit de nos contemporains.

Ce qui est lamentable dans toutes ces histoires de "panique pédophile", c'est le rôle joué par les médias dont on sait qu'ils sont surtout soucieux de spéculer sur les charges émotionnelles que véhiculent ces affaires. Je ne suis même pas sûr qu'un livre convenablement étayé sur le mécanisme de ces "paniques" soit susceptible de désamorcer ce genre de pathologie car il faut bien le dire, un examen sérieux de ce genre de question demande une culture extrêmement étendue dans de très nombreux domaines historiques et sociologiques.

Je crois pouvoir, sans avoir courir le risque de me faire des bleus aux chevilles, affirmer que je suis sans doute parmi les rares personnes au monde à pouvoir dominer le genre de problématique que je viens d'évoquer. Quand je dis culture étendue c'est sous le rapport de l'histoire (nécessité de remonter jusqu'à l'aube des temps historiques, soit le VIIIème siècle avant J.-C.), de la sociologie, des domaines "psy", des religions comparées, des sociétés secrètes etc...

Mais voilà je suis indépendant, je n'ai jamais soutenu de thèse car je méprise le formatage et les limitations universitaires tout en étant extrêmement exigeant quant aux sources, et j'ai toujours observé les phénomènes en marge sans m'en mêler ou en faisant en sorte de toujours pouvoir tirer mon épingle du jeu. En sorte que je ne réunis pas les conditions académiques pour être jugé crédible mais comme vous vous en doutez je m'en fous royalement. J'assène ma vision des choses et mes analyses et chacun se démerde avec et je me lave les mains des délires ambiants !

Que les ignorants ferment leur gueule et les vaches seront bien gardées !

Les médias sont évidemment fautifs qui passent sous silence les faits importants, se livrent à des amalgames mais le public n'a guère que ce qu'il mérite car parmi ceux qui multiplient les sites autour de la pédophilie qui s'est soucié de lire un livre comme Enquête sur le satanisme de Massimo Introvigne ?

La partie la plus importante concernant la thématique évoquée commence à la page 310 et va au moins jusqu'à la page 334 étant précisé qu'il faut commencer par tout ce qui concerne l'Affaire Taxil et à ce propos ce qu'en dit Introvigne peut être complété par le dossier de la revue Politica Hermetica sur le sujet.

Le problème des fausses implications satanistes est évoqué page 332.

Cette documentation je l'ai communiquée, en ma qualité d'expert, au procureur en place à l'époque. J'ignore ce que ce personnage, au demeurant excessivement psychorigide, en a tiré.

Résumé des dires de Massimo Introvigne sur le rôle du "satanisme"

Introvigne.jpgMassimo Introvigne commence par souligner que le cadre dramatique des violence sexuelles sur des enfants est une réalité. Je précise pour ma part que ces violences ont lieu en général dans le milieu familial ou le milieu proche de la famille étendue et dans des établissements dédiés à l'enfance.

Des viols en réunions existent mais sans qu'il soit possible de parler de réseaux sataniques mondial. Que le gratin du monde actuel ait en partage ce secret effroyable relève de la démence et s'enracine, je le répète, dans l'oeuvre calamiteuse de Taxil à laquelle l'Eglise catholique s'est laissé prendre. Même la prétendue Sainte Thérèse de Lisieux aurait correspondu avec la fameuse Diana Vaughan !

Des "pédophiles" usent de symboles ou de "rituels" pour impressionner les enfants et éventuellement décrédibiliser leur parole. On en a eu un exemple en marge de l'affaire Dutroux avec ce qui s'est passé dans une certaine champignonnière. Là il fallait minutieusement décrypter l'histoire des "témoins X" pour arriver à faire la part du réel et des fantasmes dans le témoignage d'une femme qui en est réduite actuellement à nourrir les chats errants dans la bonne ville de Gand où j'ai eu un bon correspondant parmi les universitaires.

Introvigne écrit que les pédophiles n'étant pas des gens équilibrés en sont arrivés à s'exciter au lieu de se scandaliser des évocations à base de satanisme pédophile. La nature imitant l'artifice...

D'autre part, sachant que les tribunaux sont assez imperméables à la thèse d'un complot satanistes certains avocats de pédophiles cherchent à introduire des éléments satanistes dans l'espoir d'obtenir la relaxe de leurs clients. En fin de compte, il est d'accord pour dire que l'existence de délires satanistes comme fond des affaires de pédophilie au lieu de faciliter la poursuite et la sanction des crimes va finalement à l'encontre du but poursuivi.

Une bonne partie du livre a été consacrée à un phénomène apparu au USA et au Canada et auquel Freud s'était affronté durant la période où il pratiqua l'hypnose. Cette période correspond très exactement (1891-1897) au plus fort développement de l'affaire Taxil avec les histoires de messes noires à base sexuelles dans les arrièes loges magiques et autres inventions. mais si Freud pour une fois a flairé l'existence d'un artefact, il n'en fut pas de même outre atlantique. Je ne peux pas résumer ce livre, il faut le lire et actuellement on en trouve 4 exemplaires d'occasion sur Priceminister et le livre est toujours édité. 

Reste à évoquer certains dessins. Là encore si quelques uns peuvent se rapporter à des faits réels, une bonne part relève d'une suggestion. Comme je l'ai expliqué à ma correspondante, celle que je viens d'étriller, je me suis livré à des expériences de suggestion par téléphone qui m'ont prouvé que l'on pouvait communiquer ce qui vous passe par la tête à une personne distante sans employer de mots pour décrire les images mentales que l'on visualise. J'ai fait cette découverte par hasard lors d'une expérience de "fumette" qui m'a semblé booster ce pouvoir de suggestion.

Quelques remarques sur l'affaire Dutroux

dossiers X.jpgCe livre date de 1997 mais il me faut dire que bien avant la parution de ce pavé, je savais à quoi m'en tenir. L'année d'avant en 1996 survenait l'affaire Dutroux. Un universitaire belge, concitoyen de la fameuse Régina Louf évoqué plus haut m'avait servi de guide en m'évitant certaines chausses trappes.

Je correspondais avec lui sur d'autres sujets et il m'avait mis en garde en me signalant qu'il fallait prendre avec des pincettes toutes les références à du satanisme. C'était jeune un Franc-maçon créateur de sa propre loge et un érudit. Nous étions à même de part nos centres d'intérêts de disposer de toutes les "contre-poisons" nécessaires.

Concernant le témoignage de Régina Louf, il comportait plusieurs niveaux. Le seul niveau crédible se rapporte à ce qui s'est passé dans une certaine champignonnière abandonnée et rasée depuis lors. Il a été recoupé, le reste est en partie fantasmée notamment le fait qu'elle aurait été prostituée par sa grand mère. Elle est née en 1969 et je me souviens que dans son témoignage elle fait allusion à des pratiques remontant à l'occupation allemande pour justifier d'une sorte de "tradition familiale"... 

Le seul ouvrage documentaire intéressant sur l'affaire Dutroux est celui que l'on trouve reproduit ici :

http://fr.scribd.com/doc/118409324/Les-Dossiers-x

Il convient de s'en tenir aux faits pas à l'opinion des auteurs car dans ces témoins anonymes, interviennent des fantasmagories à savoir par exemple des histoires de chasse à courre dont le gibier aurait été enfantin dans un château des Ardennes belges fréquenté par l'aristocratie. C'est l'intrusion de fantasmes aussi délirants et absolument impossibles qui a décrédibilisé l'enquête et obligé à une manœuvre pour la verser aux oubliettes. 

Il y a quantité d'histoire autour des "châteaux". Je peux citer les "rumeurs urbaines" se rapportant à un château non plus belge mais champenois, un château renaissance construit en 1853 entre Epernay et Port-à-Binsson dans la Marne. Son premier propriétaire s'était enrichi par les chemins de fer. On racontait dans mon enfance qu'il s'y était tenu des banquets où des femmes et des filles de petite vertu auraient été servies en guise de dessert. Les rumeurs à bases de ballets roses ou de ballets bleus ont toujours plus ou moins dopé l'imagination ouvrière toujours un peu jalouses des parvenus qui trouvaient là un moyen de célébrer un idéal de pureté pour tenter de calmer ses frustrations. Quand à la réalité des "ballets" c'est une autre question. Il n'y a certes jamais de fumée sans feu, mais il peut aussi exister beaucoup de fumée sans vraie incendie (tous droits réservés en cas de citation)...

L'ombre portée de l'affaire Pinon

andre_le_troquer-d.jpgBerthon.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qu'il faut savoir c'est que l'affaire Dutroux est apparue sur les traces de la fameuse Affaire Pinon. Au nom prédestiné, soit dit en passant car rien n'arrive par hasard. Synchronicité oblige !

Voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_ballets_roses_(B...

Pour ce qui concerne les divers amalgames plus ou moins fantasmatiques voir :

http://transition888.heavenforum.org/t540-dossier-pinon-l...

Je n'ai pas trouvé d'image pour l'affaire Pinon mais vous avez à gauche une évocation d'une affaire historique celle des vieux Messieurs de la république Française dont (André le Trocquer) était le pourvoyeur de ballets roses made in france.

Voir également : http://pedocriminel.blogspot.fr/2011/12/affaire-les...

Pour en revenir à l'affaire Dutroux, il y eu un groupe centré autour deu deux établissements dont j'ai oublié les noms, des "boîtes" ou des gens bien ont détournés des jeunes. Il faut dire que la Belgique est un pays froid, ce qui implique une recherche de convivialité et des tendances assez cordiales voir un besoin de familiarité physique. On vit à l'intérieur.

Je me rappelle que dans les années 60/70 les boîtes belges et luxembourgeoises étaient réputées pour la drague toutes tendances confondues car je suis natif d'un département situé en lisière de la belgitude. La majorité sexuelle était très basse au Luxembourg, j'ai retenu 14 ans mais je peux me tromper, elle est actuellement à 16 ans mais Wikipedia ne donne pas de détails de toutes les évolutions sauf pour la France où cette histoire est bien documentée, le délit de sodomie ayant été supprimé en 1791.

Bref, pour les départements limitrophes la Belgique était une destination prisée en matière de "sextours" des weed-end surtout dans le domaine "homo". L'atmosphère n'avait pas attendu mai 68 et le streap tease d'un célèbre écrivain anarchiste à la Sorbonne pour se détendre. Il régnait un climat bon enfant et je le répète le climat froid engendrant un besoin de chaleur humaine explique bien des choses. Pour avoir pu faire la différence avec le goût du paraître sur les forums de la Côte d'Usure et ce que j'ai observé ailleurs, je suis fort bien placé pour pouvoir tenir compte de certains subtilités socio-géographiques. Enfin je rappelle que compte-tenu de certaines circonstances ma mémoire sociologique remonte aux dessous de la vie parisienne des débuts du siècle dernier.

Ce ne sont pas, sauf exception rarissime, des jeunes cons nés après mai 68 et prédisposés à jouer les cafards parce qu'ils sont intoxiqués par la "moraline" ambiante qui peuvent se permettre de porter un jugement équilibré sur ce dont on parle ! Ce que j'ai observé dans les débats des forums Internet des années 90 a eu au moins le mérite d'exorciser, en ce qui concerne, toute possibilité d'un quelconque penchant "pédophile". Il s'agit d'une génération de "tête à claques" généralement insupportable. Quand elle ouvre la bouche, en général les mains et les pieds me démangent tellement ils souhaiteraient entrer en activité. Son arrogance atteint parfois un degré insupportable et elle n'a pas encore compris à quel point elle est manipulé par la démagogie ambiante. Vu qu'elle a tendance à assimiler la prétendue élite politique à une maffia de "pédophiles" qui n'en voudrait qu'à leur misérable petit cul, il devrait au moins comprendre à quel point on en a fait une génération de dupes. Mais non c'est trop simple !

L'influence de la vilaine Lulu

Vilaine Lulu.pngCi-contre un dessin de l'album qui a rendu fou pas mal de crétins fâchés avec le sens de la causalité...

Lors de la rédaction initiale de ce post je n'avais pas pris la mesure de l'influence de l'album dessiné par Yves Saint Laurent un des amants de Pierre Bergé qui aurait financé la campagne de l'actuel président pour qu'il fasse voter le "mariage pour tous".

Parenthèse sur Pierre Bergé

Ce pierre Pergé ne me parait pas si diabolique qu'on le dit, ses paroles sont de bons sens.

Ce fameux album d'Yves St Laurent paru pour la première fois en 1967 dont à la veille du dévergondage de mai 68 qui transforma la Sorbonne en lupanar gay de préférence est présenté comme le "guide initiatique" de cette élite pédophile et satanique dont on parle. La thèse la plus correcte serait que ce dévergondage ne représente que les fantasmes issus du "surmoi diabolique" d'Yves Saint Laurent. Une chose est certaine : le personnage de la vilaine Lulu a été inspiré par un collègue du modiste qui en fin de journée se travestissait pour amuser ses collègues.

On trouve dans cet album le dessin d'un rite sacrificiel non à Satan mais à Venus par lequel la vilaine Lulu était censée obtenir la réalisation de ses voeux. Il a suffit de remplacer la vilaine Lulu par des vieux cochons hors d'âge pour aboutir aux fantasmes actuels des abus sexuels dont on cause. Une affaire en région parisienne dont j'ai suivi les linéaments est manifestement un pur produit de la pollution mentale engendrée par l'album et transmises des parents aux enfants. Il faut évidemment bien connaître la manière dont fonctionne le "milieu psychique" (ce que les occultistes appellent "égrégore") pour comprendre ce que j'avance. Enfin il est très clair que certains d'enfants ne sont que le décalque d'une scène tirée de l'album que je reproduis à dessin.

Bien évidemment, je ne compte nullement parvenir à persuader quiconque de la justesse de mon analyse mais qu'importe, il est important que cela soit dit. Point barre !

Les partisans de la révision d'Outreau déboutés 

Pour ceux qui ont le temps de visionner cette vidéo, il apparaîtra clairement que ceux qui contestent l'acquittement des prévenus d'Outreau, les Jacques Thomet et les Serge Garde, n'ont en fait rien à dire. Evidemment, c'est encore Alain Soral qui est derrière l'édition du livre de Thomet et il y aurait bien des choses à dire sur ce Soral qui m'a toujours fait l'effet d'être surtout un "pédé refoulé". Enfin c'est son problème...

Aux dernières nouvelles (MAJ de juin 2015) l'affaire Legrand s'est encore dégonflée. Je n'ai pas suivi alors je n'en parlerai point. Cet échec va encore renforcer l'idée d'un complot en faveur de la "pédophilie"

Ce post est dédié plus spécialement à une certaine licorne (variété alpestre)...

Licorne.jpgComme je l'ai indiqué je pourrais écrire un livre sur ces questions mais le problème et qu'en fait de mémoire et d'observations il y aurait tant à dire que je ne saurais guère par quel bout commencer et en plus il me faut bien ajouter, dussé-je passer pour un quelqu'un de méprisant, que je ne peux pas croire que la majorité des gens qui daignent me lire soient à même de comprendre et d'apprécier les nuances de tout ce que j'écris.

J'ai parlé de "culture" plus haut mais c'est d'abord une affaire de discernement car lire beaucoup sur toutes sortes de sujets si l'on n'est pas capable de faire la part des choses, ça ne sert à rien !

Enfin s'il n'existait parmi mes lecteurs qu'une douzaine de personnes susceptibles de tirer un enseignement de ce que j'énonce, je n'aurai pas perdu mon temps.

Mais de grâce, que l'on me foute la paix avec le genre de délire que je viens de rapporter car je serai sans égard pour ce genre de connerie qui empoisonne le monde. Je tiens les gens qui s'obstinent à vouloir que le fiasco de l'affaire d'Outreau soit encore le résultat d'un complot fomenté en haut lieu sont des malades mentaux ! Là encore les implications à base de satanisme et de zoophilie censés s'être tenu dans une ferme voisine de la Belgique dans l'affaire d'Outreau n'ont été que le produit d'une tentative de suggestion de l'espèce de cinglée qui fut à l'origine du cauchemar judiciaire : Or les enfants n'ont pas su retrouver le chemin... Tandis que ce détail m'avait averti du caractère largement "hallucinatoire" et fantasmatique d'au moins une partie de l'affaire.

Mères proxénètes, ça je connais !

La thèse d'un réseau pédophile et satanique mondial ça ne tient pas, c'est de la démence mais les parents proxénètes ça existe !

Alors que je m'occupais d'astrologie j'ai rencontré une certaine Sarah, qui se prétendait professeur de Yoga et officiait à Paris dans le cadre d'une association baptisée 1000 soleils. Elle avait livré son fils à la fameuse Ecole en bateau pour s'en débarrasser afin d'être plus libre de ses mouvements. Le procès des prédateurs qui la dirigeait vient d'avoir lieu, on y a mis le temps !

Ainsi quand elle avait besoin de s'absenter, elle faisait appel à ses amis gays et leur mettait le marché en mains : en échange d'une garderie elle leur assurait que le gamin viendrait se réfugier dans leur lit sous prétexte de terreurs nocturnes (sic). Je parle en connaissance de cause : le marché m'a été proposé au cours des années 70 dans petit village aujourd'hui célèbre du fait de sa collection de crèches. Une messe avec offerte des bergers y avait été filmée avant que je n'y mette les pieds.

C'était il y a environ 35 ans. On n'était pas encore très loin de mai 68, c'était la mode des système d'éducations alternatives. Libérer la sexualité des mineurs était le mot d'ordre, on ne doutait de rien à tel point qu'alors que j'avais été délégué pour la préparation d'un colloque la salope m'a mis le marché en main.

Si ce n'avait été la perspective de passer en Cour d'Assise j'aurai tué cette femme et avant cela je lui aurais écrasé la face à coups de talons. Il faut dire que les 3 jours que j'ai passé en sa compagnie pour préparer un colloque m'ont donné l'occasion d'assister à des scènes hautement surréalistes...

Pousser l'égocentrisme à ce point d'ignominie, il faut le faire. Chaque matin le fils allait rejoindre sa mère dans son lit et de ma chambre j'entendais sa génitrice lui seriner qu'ils avaient été amants dans une vie antérieure. On oublie pas ce genre de rencontre. Je n'invente rien : la victime n'est autre que le héros d'un livre de Tony Duvert, intitulé Quand mourut Jonathan...

J'ai relu le livre il y a une dizaine d'année car il m'est tombé sous la patte lors d'un vide grenier et ne m'a coûté que 2 €, en fait le portrait de la mère est loin d'avoir été forcé. celui que j'en aurait dressé aurait été infiniment plus saignant. Il est encore des gens pour se souvenir du passage de cette "sorcière". Son cher fils avait convaincu un petit camarade d'aller méditer dans la montagne et le gamin a failli crever de froid et ça a fait toute une histoire.

Il faut dire que le village a collectionné les "phénomènes". Le curé en titre à l'époque était un "pédophile" notoire. Il a défrayé la chronique à propos d'une histoire de lettres anonymes contre le premier magistrat. Il faut dire que ce dernier, alors qu'il faisait visiter l'église (dédié à sainte Marguerite d'Antioche) à un spécialiste de la conservation a été scandalisé en entendant des gémissements en provenance de la sacristie.

Le conservateur de passage ayant crié qu'en cas de souffrance, le secours était à disposition, on a vu le curé et un jeune sortir dépenaillés et dans un désordre de toilette ne laissant aucun doute sur leur précédente occupation. Le soir les voisins de la cure entendaient le jeune hurler, le duo ayant des divertissements sado-masos assez théâtraux. Ce curé, par ailleurs épris de psychanalyse, s'est attaqué à des gosses demeurant dans un village qui servait autrefois de glacière à la métropole avant l'invention des frigos à cause de ses pierres creuses...

Le Maire, prévenu par les parents l'a convoqué en le sommant de foutre le camp séance tenante en abandonnant sa cure dans l'heure à défaut de quoi, une plainte serait déposée et la presse informée. Le délinquant a préféré la fuite. J'ai eu un rapport récemment de ce que l'on a trouvé à l'époque dans une chapelle, à savoir les tenues d'un ordre chevaleresque bidon sur lequel on aurait pu greffer une histoire de rituels abusifs. Signe particulier, lors d'une pérégrination en montagne, ce curé a failli se tuer.

J'ai été amené un jour à le servir en tant que musicien et il m'a raconté à la fin d'une messe où il faisait un remplacement qu'invité à un repas de communion, le chien de la maison s'était jeté sur lui et a voulu le dévorer. Le chien avait manifestement compris à quel genre de clerc dévoyé il avait eu à faire. Cet attaque l'avait marqué car en fait de régalade il a du passer le reste de la journée aux urgences en se contentant probablement d'un vulgaire sandwich. 

Anomalies juridiques et judicaires

Tony Duvert a eu la mort qu'il méritait. Il a fini par être oublié et a crevé seul comme une bête sauvage et l'on n'a retrouvé son cadavre que plusieurs mois après un décès qui semble avoir résulté d'une mort naturelle. Mis à part la mise en scène complaisante de ses fantasmes obsessionnels, ses livres non romancés ne sont pas totalement inintéressants. Mais l'engouement envers le thème de la libération de la sexualité des mineurs allait donner lieu à un puissant retour de flammes dont on est loin d'être sorti à la suite du détonateur qu'a constitué l'affaire du Coral. 

La question qui se pose est celle de savoir comment on peut tolérer que des livres qui au regard de la loi font l'apologie de crimes puissent continuer d'être encore édités quand les faits qu'ils mettent en scène sont punissables par la prison dans la réalité. L'excuse de la création artistique donne lieu à d'insupportables contradictions...

Cette société est vraiment malade quand on voit qu'elle se trouve contrainte de respecter religieusement l'évocation de fantasmes qu'elle réprouve et condamne comme s'il s'agissait de créations de l'art. En fait de chasse aux pédophiles, on s'est surtout contenté de rafler des collectionneurs de photos et de vidéos qui, à priori, ne font de tort qu'à eux mêmes. Rien n'indique qu'ils doivent nécessairement passer à l'acte, bien au contraire. Mais intervient une distinction entre les représentations "virtuelles" (romans) et celles qui sont "réelles" (photographies, films), comme s'il pouvait y avoir une différence en terme d'efficacité suggestive.

Enfin on a eu recours à une théorie basée sur le recel qui de mon point de vue de juriste ne tient pas la route. En effet la définition du recel se trouve dans le livre III intitulé Des crimes et des délits contre les biens de sorte que logiquement il n'est pas concevable de parler de recel de crime contre les personnes. Mais lorsque j'étais étudiant en droit j'avais bien remarqué que l'usage de la notion de recel est devenue tellement élastique avec complètement distordu la logique du code. Je me souviens d'une histoire de recel d'odeur de pastis qui figure dans les annales pédagogiques comme exemple emblématique de je ne sais plus quelle démonstration. Mais enfin le pastis, sous sa forme liquide ou vaporeuse est bien une chose et non une personne...

"Mariage pour tous" et Cie : mon opinion

J'ai eu droit lors de la conversation évoquée à des allusions au fait que le "mariage pour tous" à la française serait une invention destinée à permettre aux gays de se procurer des "esclaves sexuels" par le biais de l'adoption. Comme si les gens qui nous gouvernent avaient le souci de rendre ce genre de service aux couches les moins fortunées de la population !

Quant au gens qui en ont les moyens, il n'ont pas besoin du mariage et de l'adoption pour satisfaire leurs envies, il leur suffit de voyager dans certains pays du tiers monde peu regardants sur le sort des enfants et des jeunes. La misère à exploiter ce n'est pas ce qui manque pour les gens qui sont assez friqués pour voyager aux 4 coins de la planète...

Concernant le "mariage pour tous", il eut été préférable d'imiter les Anglais et de s'en tenir à une union civile avec les droits du mariage en laissant le PACS tel qu'il est car il auriat conservé une utilité. Ce n'était sans doute pas si urgent à régler mais cela faisait partie d'un programme qui a été voté. Que cela plaise ou non, les règles démocratiques ont été respectées et une consultation a eut lieu contrairement à ce que l'on prétends.

La mariage quel qu'en soient les modalités, je m'en tape, ça ne m'a jamais intéressé. Je déplore que l'homosexualité (qui était probablement l'une des dernières petites subversions existantes) se soit embourgeoisée à ce point mais bon ça ne me concerne pas et je m'en fous.

Notez que personne n'est tenu d'user de la possibilité qui est offerte. L'adoption d'enfants par des célibataires était possible depuis un demi siècle. Il suffisait d'adopter puis de se pacser après et passez muscade. Il n'y a donc rien, absolument rien de nouveau sous le soleil car le conseil constitutionnel a rappelé à juste titre que la loi n'a pas instauré un droit à l'enfant et comme les instances qui surpervisent les adoptions n'ont jamais facilité l'adoption par les célibataires mâles, à mon sens la loi risque plutôt d'aggraver la situation car on cherchera par tous les moyens à empêcher les adoptions par des couples "homos" en usant de biais divers. En d'autres termes, il n'y a pas péril en la demeure, la victoire du lobby LGBT n'est que purement théorique.

Quand l'Eglise attend le salut d'une "papiste" nommé Frigide Barjot rien ne va plus

Et puis ras le bol de l'agitation de la Frigide Barjot, cette folle timbrée qui nous a promis du sang avant de se rétracter et qui rêvait d'être une artiste et que l'on sait mariée à un mari qui serait à voile et à vapeur. Si l'Eglise catholique n'a trouvé que cette égérie complètement siphonnée pour défendre ses "valeurs" cela nous confirme une fois de plus que sa hiérarchie fait plus que planer au dessus des réalités: son goût du masochisme est tel qu'elle n'arrête pas de se tirer des balles dans les pieds ! Et bien ça la regarde. Enfin quand un Mgr Bonvin, le bien nommé, était devenu ivre au point d'oser présenter comme positif le rôle de cette créature que l'on aurait pu qualifier d'infernale si elle n'était pas très bêtes, c'est que rien ne va plus !

Un jeune curé qui a pris la suite de celui qui a failli se faire bouffer par un chien qui l'avait vu venir m'a demandé un jour et à brûle pourpoint un avis sur l'innovation dont je viens de causer. Je lui ai remis mes considérations sur environ quatre pages, le tout accompagné d'extrait du livre de John Boswell évoquant les très vieilles unions de même sexe apparues en contexte chrétien bien avant le sacrement de mariage bien plus tardif. J'attends toujours l'avis de réception car il n'a pas pipé mot. Je lui conseillais de prêcher contre l'oligarchie financière qui veut nous réduire en esclavage, le reste n'étant que broutilles... Son attitude n'a pas changé, il ne s'est pas "coïncé", il a du conclure qu'il valait mieux laisser un tel sujet de côté. C'est que dans mon topo j'avais expliqué que Pie XII, en légalisant une certaine contraception (écologique mais non "naturelle" puisqu'il s'agit forcément d'un artifice) avait en quelque sorte quelque peu "libéré" les "homos" pourvu qu'ils demeurassent dans une certaine mesure, hélas non "quantifiable" car dépendant d'une foultitude de facteurs environnementaux...

18/04/2013

A propos des associations "antisectes"


secte.jpgCela fait plusieurs fois, au moins deux si ce n'est trois, que l'on me soupçonne de faire le jeu des associations "antisectes". La première fois c'était à propos de l'affaire Bourdin :

http://silicium.blogspirit.com/archive/2012/11/01/medecin...

On vient de me poser la question à nouveau en relation avec mes dires concernant le cas du Dr Bodin :

http://silicium.blogspirit.com/archive/2011/12/26/le-dr-l...

Certes les apparences peuvent être trompeuses :

http://silicium.blogspirit.com/archive/2013/03/03/affaire...

Mais un texte comme celui-ci me semble pouvoir clarifier la situation :

http://silicium.blogspirit.com/archive/2012/11/06/renaiss...

Ma position envers les associations en général

La seule fois où j'ai été membre de plusieurs associations au point d'occuper des postes de premiers plans, je m'en suis mordu les doigts. Cela m'a valu d'être instrumentalisé de façon assez désagréable au point d'avoir été débarqué, à mon insu de plein gré, en tant que Vice-président afin d'être remplacé par une "bonne femme" particulièrement complaisante. Le genre de salope que je ne porte pas particulièrement dans mon coeur : il s'agissait d'une mère indigne qui avait prostitué son fils en le confiant à une certaine "école en bateau" qui vient récemment de faire reparler d'elle. Les enfants étaient effectivement menés en bateau, un bateau du style "bordel"... La dame "professeure de yoga" avait besoin d'une grande liberté de mouvement pour organiser ses "stages"... Le gamin était passé par des mains illustres puisqu'il est devenu le héros d'un livre d'un certain Tony Duvert intitulé Quand mourut Jonathan... Je ne parle pas des ennuis que m'ont causé la publication de mon adresse personnelle dans une revue après avoir été bombardé représentant de ladite association alors qu'une des raisons pour lesquelles je me suis installé dans le sud était motivé par le désir de rompre avec le milieu considéré. milieu occupé à la défense d'une certaine science traditionnelle tombée en quenouille et en particulier par la grâce particulière de celui qui fut mon mentor...

Je tiens donc à préciser que si certaines associations ont leur utilité j'entends revendiquer une très farouche indépendance. Je ne signe jamais de pétitions et je ne fais partie d'aucun groupement et quand il s'est avéré nécessaire d'en créer une je me suis toujours arrangé pour en garder le contrôle. En fait il suffit d'être deux ou trois pour fair eune association... Bref, j'entends demeurer solitaire. Je donne des avis mais bien évidemment personne n'est tenu de les adopter...

Concernant les mouvements antisectes

Ce que j'ai écrit à propos d'une certaine commission sénatoriale constituée pour faire pendant aux Milivudes devrait suffire à résumer ma position. Je dénie à ces groupes de pression toute espèce de légitimité ! Plus encore et pour être clair je les conchie et les compoisse !

J'ai fait allusion à plusieurs reprises aux travaux de Massimo Introvigne et cet universitaire, avec lequel j'ai été en relation assez étroite durant la seconde moitié des années 90 s'est illustré en prenant la tête en Europe d'un mouvement d'opposition à ces espèces de "commandos" qui sont les instruments d'une tentative de nivellement et qui, dans le domaine qui nous occupe, sont manifestement aux ordres de cette entité que l'on appelle "Big Pharma".

Les acteurs en sont-ils conscients ? Ca c'est une autre histoire car l'important est de souligner que le but à l'origine n'était pas de se mettre au service de la médecine académique et de ses éventuels dérapages mais d'endiguer le phénomène des "nouveaux mouvements religieux". C'est bien évidemment un phénomène problématique dans la mesure où ce phénomène néospiritualiste relève du courant new age qui vise à supplanter les vieilles religions et en particulier les trois monothésimes, des "créatures" devenus très problématiques, ce qui ne veut pas dire que ce par quoi on voudrait les remplacer serait de meilleure qualité.

La position de Massimo Introvigne, qui est catholique est très controversée puisqu'il a pris la défense d'un personnage lié au célèbre Mandarom qui s'appelait déja Bourdin mais n'ai rien à voir avec le médecin dont j'ai parlé (aumisme). Cette position est assez malaisée à comprendre pour des esprits dualistes mais il a fort bien compris que le mouvement "antisecte" visait à terme l'Eglise catholique et je lui donne entièrement raison sur ce point. On l'a accusé de connivence avec l'extrême droite pour tenter de le disqualifier. Qu'il me suffise de dire que je me contrefous des "extrêmes droites", que ce n'est pas mon problème et que tenant à n'être partie prenante dans aucune faction, j'ai assez tendance à foutre tous les partis dans le même sac. Mais que l'on se rassure : s'il est une chose que je ne supporte pas du tout c'est l'arrogance droitiste surtout quand elle est liée à une faction de "curetons" réactionnaires. qui ont pour égérie une femelle hystérique et complètement "bargeot".... Suivez mon regard... Que le cul lui pêle au dehors et au dedans. Amen ! Cela dit je ne suis ni pour ni contre le "mariage pour tous", les "mariages" (comme les "associations" en général) je fuis cela comme la peste ! J'entends ne représenter que moi-même et ce n'est déjà pas si mal.

Lecture dualiste

Bref, les lecteurs qui se posent des question quant au fait de savoir pour qui je roulerais me démontrent simplement qu'il ne me lisent pas attentivement. Il est vrai qu'il y a beaucioup à lire et que cela nécessite un peu de temps. Mais enfin le problème est toujours le même : les gens ont toujours tendance à projeter leur vision simpliste sur autrui.

Je tire à boulets rouges sur ces trafiquants qui vendent des compléments sous dosés et dépourvus de la moindre originalité à des prix faramineux et qui profitent ainsi d'une situation qui veut qu'en France particulièrement et en Europe ces supplémentations soient devenues un sujet "tabou". Il est vrai que je ne parle pas ou très peu des scandales sanitaires mais si je ne juge pas utile de joindre ma voix à celle d'autres acteurs plus ou moins pétitionnaires c'est que tout simplement j'estime que l'on en fait assez et que je ne vois guère ce que je pourrais ajouter.

En d'autres termes, si je ne parle pas de certains sujets c'est que la cuase est entendue ! Mais il est clair que je ne suis pas solidaire de la médecine académique, que de ce côté j'en prends certes mais j'en laisse beaucoup ! Enfin cela me parait si évident que je ne vois pas lé nécessité d'insister. Mais il faut croire que pour être crédible il faut être contre la médecine officielle et à 100 % pour les médecines alternatives. Et bien nom, j'ai choisi de flinguer les charlatans de l'alternatif, ce qui ne veut pas dire qu'à mes yeux le faits d'être inscrit à l'Ordre soit une garantie.

A propos du Ho'oponopono (marque déposée)

Puisqu'il a été question du Dr Bodin, j'en profite pour donner quelque précisions sur l'espèce de mouvement ou de technique dont il fait la pub.

Que les choses soient claires : ce dont on parle parait avoir une origine dans une société tribale. En transposer les modalités dans une société qui ne l'est pas et qui n'est somme toute qu'un monde en décomposition dominé par des associations de prédateurs ne peut conduire qu'à des catastrophes. Ce qui est concevable dans un groupe humain structuré et cohérent n'est nullement envisageable dans un monde dominé par un individualisme forcenéet avant de vouloir changer un tel monde il faut d'abord survivre et survivre, dans un milieu aussi toxique, suppose de cultiver une forte immunité et des défenses. Voilà quel était le sens de mon propos !

Je découvre, ce que j'ignorais lorsque je suis intervenu pour la première fois à propos de de courant, à savoir que je vient de me rendre compte que l'appelation a été protégée en Amérique par le droit des marques. Si donc il existe une tradition authentique à ce propos et s'il n'est pas exclu qu'elle puisse avoir une valeur dans son contexte d'origine, nous avons avec ce dépot mercantile, la preuve formelle d'un détournement au profit de particulier de ce qui pourrait avoir été un "bien public" inhérent à une certaine culture. Le simple fait de constater ce détournement me dispense de m'étendre.

Je persiste et je signe ce Ho'oponopono c'est une foutaise excessivement dangereuses. Bref que l'on ne m'en parle plus !

20/11/2012

Kokopelli : de la préservation des semences paysannes, des fausses pétitions (et des "extra-terrestres")...

logo1.pngLes notes sur Kokopelli sont en révision.

01/11/2012

Médecines et dérives sectaires

sectes.jpgL'une des armes les plus puissantes du lobby médico pharmaceutique pour garder la mainmise sur "sa" médecine consiste à faire ne sorte de qualifier de "dérive sectaire" toute pratique thérapeutique susceptible de lui échapper. A défaut de pouvoir prouver une telle dérive, on empoisonne les intéressés par la rumeur.

Une affaire emblématique parmi d'autres l'affaire Bourdin

Une histoire assez emblématique est celle de la persécution des époux Bourdin fondateur d'un centre de cure. Voir https://www.youtube.com/watch?v=43PDeV2Tfg4. Il s'agit d'un ancien généraliste ayant étudié l'acupunture. Il s'en est sorti en se reconvertissant dans des techniques de bien-être. On n'est plus la dans la médecine mais dans une "paramédecine" qui ne peut que s'avérer totalement impuissante devant les risques sanitaires encourus : risques liés aux habitations (maison à cancer, réseau Hartmann, failles, eaux souterraines etc...) additifs mercuriels et aluminiques des vaccins, occultation de la malade de Lyme et de ses satellites, intoxications aux métaux lourds, electrosmog sans parler de le malbouffe et des effets iatrogènes de la médecine chimique.

Bref, si on leur fout la paix et si ces gens paraissent bien gagner leur vie à en juger par le confort de leurs installations, je présume qu'ils ne risquent pas de faire avancer les choses en ce qui concerne la liste des priorités que je viens de dresser des priorités auxquelles il faudrait s'attaquer...

Son "holopsonie" est une mélange de chromothérapie et de préchi précha psy des plus convenus avec les discours convenus sur la mémoire du corps, un peu de massage. Bref des soins pour des gens qui ne sont pas très malades... On est loin, par exemple, de la médecine chinoise dans sa totalité ou d'une médecine ayurvédique quqoiqu'elles risquent d'être dépassées elles aussi par le trop plein de pollutions en tous genres...

Bref le centre la chrysalide est un centre de bien être, ce n'est pas une secte certes mais son patron est passé de l'acupuncture à la psychothérapie après avoir été radié de l'Ordre et les psys ont tendance à se prendre pour des "gourous". Le "Système" par ses persécutions sectaires et son exclusion a donc "fabriqué" quelque chose qui ne risque certes pas de lui faire concurrence puisqu'il s'agit non pas de médecine douce mais de médecine molle qui ne risque pas de solutionner les pathologies dégénératrices et agressives qui se profilent. Enfin je dois ajouter que quand quelqu'un qui a fréquenté un Institué catholique me parle d'Amour, je me sauve en courant car c'est bien la chose qu'ils ne savent pas faire sinon ça se saurait... La compassion je veux bien mais l'Amour c'est gluant, sucré, écoeurant, c'est juste bon pour attraper des mouches. Beurk !

Une "secte" qu'est-ce que c'est ?

Dans le bouddhisme ont parle de "sectes" pour désigner les différentes écoles, il y a les bonnets jaunes, les bonnets rouge, le petit, le grand véhicule et j'en passe. Le mot "secte" ne comporte aucun caractère péjoratif car il désigne un groupe centré sur un enseignement, en fait à point de vue (darshana) particulier.

Le fait est qu'il n'existe aucune définition juridique et pénale de ce que serait une "secte". Il n'empêche qu'il existe une multitudes de groupements plus ou moins officiels qui font la chasse aux "sectes" et dressent des listes. On est là devant un paradoxe étrange dont le monde moderne est assez familier puisque la situation est telle que sans jugement, des groupes de pression, peuvent vouer à la vindicte publique des gens et des groupes qui n'ont que le tort de n'être pas en prise avec le consensus général. Ce qui à mon avis est bien la moindre des choses si on ne veut pas se faire couilloner à tout bout de champ. Il me semble qu'en mettant systématiquement en doute et jusqu'à plus informé, tout ce qui se professe, on a des chances de percer découvrir au moins une partie de la vérité sur ce qui se trame...

Encore faut-il disposer d'une capacité de résistance et d'autonomie suffisante.

Le mot "secte" est une véritable malédiction prononcée. Je me rappelle qu'il y a 30 ans, alors que je fréquentais un Conservatoire, j'ai appris par l'élève d'un prof dont je ne fréquentais pas la classe, qu'il fallait éviter de me fréquenter car je devais faire partie d'une "secte". En fait la "secte" en question était celle de ces précurseurs qui étaient en train, par la relecture des traités, de redécouvrir les principes d'interprétation de la musique dite "baroque". Aujourd'hui, toute cette redécouverte est tombée dans le domaine public grâce à de très nombreuses émissions pédagogiques sur France Musique. Plus personne ne saurait nier qu'il existe une technique adaptée aux instruments d'époque et même un solfège ancien qui n'a rien à voir avec la façon dont on lit une partition moderne. Mais il y a 30 ou 40 ans les élèves directs ou indirect d'un certain Geoffroy Dechaume étaient traités comme des pestiférés mais après un demi siècle environ, les "produits" façonnés grâce aux pionniers sont devenus des produits de consommation courante.

Mais le domaine de l'art étant celui de l'originalité et de la singularité, ce n'est qu'une affaire de temps cepandant qu'en médecine ou des enjeux INDUSTRIELS considérables sont dans la balance, la pesanteur est infiniment plus considérable.

Changement de paradigme

Il ne fait aucun doute que la chimie devrai céder tôt ou tard la place à la physique microvibratoire sous de multiples formes. L'homéopathie a ouvert un nouveau champ a peu près en même temps que la révolution française puisque Hahnemann a vécu à cheval sur le XVIIIème et le XIXème siècle. Ce fut un contemporain de Lavoisier, le père des chimistes modernes mais si l'on y réfléchit bien, avec la dilution et la dynamisation des remèdes son arrêt de mort était programmé.

Aujourd'hui nous en sommes avec l'histoire de la "mémoire de l'eau" reprise par Luc Montagnier qui s'est juré d'obtenir la réahabilitation de Benveniste arrivé aux signatures électromagnétiques transmissibles et reproductibles par la voie numérique. Qui sait que l'on peut copier un dilution homéopathique rien que par un procédé optique faisant appel à la lumière ? Bien évidemment Boiron n'en a pas voulu... Là encore, à partir du moment où on à des souches c'est toute une industrie qui tombe à l'eau.... L'inventeur du procédé je l'ai bien connu, il est le seul à s'être attaqué correctement au problème de la répertorisation homéopathique par l'informatique. Sachant comme il fallait procédéer j'ai viré tous les logiciels existants dont certains sont vendus à prix d'or à commencer par celui d'un certain Broussalian. Avec les systèmes existants on n'a strictement aucune chance de sortir les "petits remèdes". En fait j'ai non pas jeté mais revendu tous mes répertoires sauf le "Renard" mais je ne m'en sais jamais

La médecine ça commence où ?

Si l'on veut commencer par le commencement, quelle est la première chose à considérer en médecine?

L'eau, les aliments ?

Oui et non en fait pas du tout ! Ce par quoi on devrait commencer c'est la SANTE DE LA MAISON et plus spécialement encore le lit où l'on passe un bon tiers de son existence.

Comment se fait-il que des gens qui tombent malades peu de temps après avoir déménagé ne percutent pas en pensant que leurs problèmes sont dus à leur lieu de vie, ce dernier étant probablement un "lieu de mort"...

Un exemple, je vois régulièrement sur la place un M. qui a des problèmes d'hyperacidité. pas d'hélicobacter, il est traité par "pompe à protons" et régime sans aucune amélioration. Aux dernières nouvelle sil ferait du reflux. Or récemment j'ai eu l'idée de lui demander comment ça se passait quand il vivait en ville. Réponse : je mangeais très épicé sans aucun problème !

Donc c'est il y a trois ans en déménageant que les ennuis ont commencé. Il y a donc deux solutions et pas 36. Soit le déménagement résulte ou est à l'origine d'un stress soit sa maison est maléficiée : faille possible et même probable, pollution électromagnétique, le champ des causes se restreint à deux cas de figure. Je n'exclus pas le stress car l'individu est manifestement un anxieux du type argentum nitricum. Mais bon, à vouloir trop rendre service, on risque surtout de s'attirer des ennuis et je sens une réticence à admettre la possibilité d'une cause psychique qui est à considérer à égalité avec une éventuelle cause tellurique. Ce n'est pas moi qui souffre alors j'ai proposé de faire gracieusement une mesure électromagnétique car ca ne prend guère qu'une heure.

L'INVISIBLE comme délit de fuite dans la médecine contemporaine

On ne peut manquer d'être frappé du déni qui frappe les personnes qui souffre de douleurs provoquées soit par une intoxication aux métaux lourds (amalgames dentaires en particulier) et borréliose chronique ignorée. Plusieurs auteurs de livres ont raconté comment il avait été acceuilli dans des centres anti douleur où l'on essaie de les convaincre que leur cas est du ressort de la psychiatrie.

Bien voilà, le problème c'est que dans le domaine de l'INVISIBLE la médecine officielle ne connait que sa connaissance limitée d'une psychologie que je qualifierai de très élémentaire et même de caricaturale. La psyché selon les anciens va bien au delà des "complexes" sert au freudisme et je ne m'étendrai pas sur cette foutaise qu'est le fameux "complexe d'Oedipe" car il y aurait un livre à écrire sur cette "connerie"... D'autre que moi et des plus tirés on mis en cause cette lubie typiquement occidentale...

Le "monde psychique" est vaste car il regroupe toutes sortes d'influences humaines et non humaines que l'on définit d'une manière figurée en parlant résidus psychiques, d'entités, et même de démons. Le mot en pour désigner ces forces en chinois est "Koueï" mais si on interroge un acupuncteur moderne, il vous dira que cela désigne une énergie perturbatrice qui n'est pas à sa place.

A ce propos, voici une petite histoire qui m'est arrivée et qui m'a donné à comprendre bien des choses. J'étais allé faire un stage dans un centre bouddhiste où je n'avais pas manqué de susciter des réactions agressives de la part de résidents. La contention qu'implique un monastère, chez des individus frustes peut susciter des "crises". Bref, j'étais revenu assez remonté car on m'avait fait comparaître devant le lama pour avoir pris l'initiative, n'ayant rien d'autre à faire, que de distribuer le courrier qui venait d'arriver à tel point que j'ai eu l'impression d'être tombé dans uen cellule du PC...

Je souffrais d'une toux due au froid humide contractée en Savoie. Je me rends donc chez mon acupuncteur, hélas aujourd'hui disparu et irremplaçable. Il me pique et tout d'un coup, je le vois qui court ouvrir la fenêtre, prêt à tourner de l'oeil. Comme je m'enquiers de ce qui se passe, il m'explique qu'il vient de me libérer d'une énergie perverse et que ce n'est pas du tout agréable. En ce qui me concerne je n'ai rien senti de particulier...

J'ai immédiatement fait le rapprochement entre les aiguilles, l'envoûtement et l'acupuncture, à savoir que les même objets peuvent servir à des fins opposés, savoir planter le mal symboliquement à travers une figurine servant de "convention mentale" ou au contraire le dissiper in situ Enfin il est bien vrai que toute perturbation se résume à des concentrations d'énergie indésirables qui lorsqu'elles stagnent sont nocives. 

Donc tout ce que la medecine concoit en matière d'INVISIBLE ne lui sert que de DEPOTOIR afin de se débarrasser et de se défausser de ce qu'elle ne comprend pas en faisant l'économie de prendre en considération des handicaps qui ne sont que trop patents. Elle comme elle limite le champ des investigations à celui très grossier de ses appareils de diagnostic, tout ou presque lui échappe dans bien des cas.

Le dualisme du monde moderne favorise l'apparition de "sectes"

Comment voudrait-on qu'en préconisant une médecine mécanique basée sur des procoles aveugles, des régimes passe partout qui devriaent convenir aussi bien à des intellectuels sédentaires qu'à des sportifs on ne finisse pas par provoquer un mouvement de révolte devant cette entreprise d'uniformisation qui vise à tout rationnaliser pour mieux nous exploiter.

Ne perdez surtout pas de vue que le catholicisme d'autrefois et la médecine d'aujourd'hui c'est la même chose, savoir deux "sectes" (négatives) qui fonctionnent d ela même manière. Hors de l'Eglise pas de salut, hors de la faculté c'est l'hérésie ! Les "blocages" sont les mêmes et la situation n'a pas évolué. Le dernier concile n'a vu dans les autres religions que des tentatives plus ou moins sympathique pour se rapprocher de la vérité. Les hiérarques romains ne voient dans le bouddhisme qu'un pur "nihilisme" car ils confondent "vacuité" et "néant". 

Dans une discussion autour de la religion, si vous faites perdre pied à l'interlocuteur, il se ferme et rompt. Les médecins c'est pareil, certains admettront du bout des dents l'existence de guérisseurs authentiques mais il ne feront aucun effort pour sortir de la routine imposée. Cette routine est juteuse, j'ai fait le calcul qu'à une vingtaine d'€uros la séance on peut se faire des journées de 800 €. Certes les assurances professionnelles sont coûteuses mais c'est pas la formation continue qui assassine le bubget de l'immense majorité de ces Messieurs. A ce compte là et en fin de carrière on peut être Maire d'une ville et prendre 15 jours de vacances régulièrement sur le dos d'un remplaçant.

J'ouvre ici une parenthèse pour dire que j'ai reçu copie d'une lettre envoyée par une chirurgienne à l'actuelle ministre en charge de la Santé pour se plaindre du projet actuel de sanction des honoraires abusifs. Le problème c'est que de moins en moins de gens ont la possibilité de se faire soigner et quand on a la Secu et une Mutuelle de toutes façons bien des choses ne sont pas prises en charge. Donc les seuls discours qui m'intéressent sont ceux qui proposent des mesures pour mettre fin au pillage des banquiers par la dette publique du fait de l'invention dans les années 70 de la loi Rothschild/Pompidou/Discard dont la teneur a été reprise dans le traité de Madrid. Le reste est secondaire et je pisse dessus ! Ca ne m'intéresse pas ! On sait où se trouve le tonneau des Danaïdes, il faut en remplacer le fond, le reste viendra après...

Pour résumer les choses tout est conçu pour pousser les gens dans des sectes alors dans ces conditions il ne faut pas s'en plaindre.

Deux "sectes" complémentaires

La probation des substances appelées "compléments alimentaires" que les médecins spécialisés appellent médecine orthomoléculaire ne fonctionne pas différemment de celle des médicaments allopathiques. Dans ce dernier cas, les biais sont omniprésents et dans l'autre les cohortes sont forcément réduites doù un manque de crédibilité qui est systématiquement exploités par les adversaires.

La dernière découverte d'un complément à la mode paraît être la chair du fruit du babobab réduite à l'état de poudre. Il serait riche en nutriments et avec quelque termes génériques désignant des classes d'antioxydants les mots magiques opèrent. Résultat cette précieuse denrée qui devrait être réservée principalement aux africains qui crèvent de faim se vend sur le marché européen 100 € le kilo. Mais on ne nous dit pas combien de kilo il faudrait en consommer par mois pour complémenter son alimentation de façon palpable. Alors il suffit qu'un petit mâlin ait trouvé un filon à 8,50 € les 250 g. pour s'assurer une rente copieuse. Bref je ne crois pas que c'est en bouffant du baobab que l'on peut soigner les pathologie dégénératives et émergeantesqui dominent de plus en plus le tableau.

Et des antioxydants on en trouve à la pelle, on peut en cultiver sur son balcon (capucines etc...) et l'extrait standardisé de grenade est netemment moins onéreux que le baboab. Pour le cas où vous ne sauriez pas où je veux en venir suivez la direction de mon regard : j'éviterai à présent de citer des noms. Ce n'est pas par lâcheté (tout le monde continue à se précipiter ici pour avoir des nouvelles de Michel Dogna) mais parce que lorsqu'on me demande des rectificatifs, on me fournit une doc qui pose plus de questions qu'elle n'en résoud et qui de toutes façons n'invalide pas ce que j'ai dit. J'évoque ici un problème posé par la "silice de prêle" pour laquelle on a cité des publications auxquelles je ne suis pas tenu d'adhérer puisque l'on ne m'a pas fournir les textes.

Pour en revenir à la probation des substances exploitées dans un cadre alternatif, il est probable que les études existantes sont plus fiables que les essais pharmacologiques qui sont entourés d'une grande opacité. Mais cela ne veut pas dire que les gains observés soient extrapolables et généralisables...

Revenons à la hiérarchie évoquée plus haut et qui commence par l'assainissement d'un lieu de vie si nécessaire et vous verrez que tout ce que l'on vante n'est en somme que gadgets rajoutés à des gadgets et que dans bien des cas on passe à côté de l'essentiel et si l'on prend l'exemple des intoxications par amalgame et de la borréliose et Cie, ce sont là des domaines où il faudrait pouvoir recourir à des médecins bénéficiant de toutes les facultés d'investigations désirables, or dans ces cas précis, elles ne sont guère développées qu'en Allemagne et encore !

Ce qui est révoltant c'est qu'une multitude de moyens de sauvegarde existe mais que pour de multiples raisons, ils ne sont guère accessibles qu'à des personnes très fortunées pouvant faire des centaines de kilomètres pour se faire héberger dans des cliniques plus ou moins luxueuses.

Un système démoniaque

La France s'est longtemps considérée comme la fille aînée de l'Eglise à cause du mircalce de la Sainte Ampoule. D'autres y ont vu la terre promise du satanisme... Sans aller jusque là je dis qu'elle est probablement la terre d'élection de la sorcellerie médiatique

Je sais que la "sorcellerie médiatique" est un concept dont une dame, professeur de sociologie, s'est fait une spécialité. Je l'ai tentendu à France Inter sans retenir son nom, elle existe mais si vosu googuélisez "sorcellerie médiatique" + sociologie vous ne trouverez que 3 réponses dont une est une copie de pages provenant du présent blog. Les autres renvoient à des dires d'Alain Soral que je n'aime guère pour 36 000 raisons et d'abord parce qu'il pose en "gourou".

Ce silence (assourdissant) autour des travaux d'une observatrice qui s'est penché sur certains apsetcs particuliers du mécanisme de la désinformation (et qui est une clef quant au fonctionnement du "Système") n'est ce pas quelque chose d 'extraordinaire. Comme l'Internet et quand même libre cela veut dire que si d'une part les institutions s'arrangent pour occulter toute observation relative aux travaux en la matière, ça n'intéresse pas le grand public où plutôt il a été tellement frappé d'aveuglement que nous ne serions guère que deux atypiques à avoir mesuré qu'il s'agit bien d'une "sorcellerie" au sens propre.

Car en fait qu'est-ce que la "sorcellerie" ? N'est-ce pas injecter à distance par un procédé purement rituel et répétitif une influence, une idée perverse apte à paralyser le fonctionnement normal d'un individu pour lui occasionner des souffrances voire sa propre perte ? Quelle différence entre la répétition sur le papier d'informations délibérément faussées et la projection psychique. Aucune si ce n'est que les procédés de duplication et de diffusion moderne lorsqu'ils mettent en jeu des procédés psychologiques de manipulation que l'on peut dire "scientifiquement étudiées" réussit à coup sûr là où un individu peut se heurter à plus fort que lui et percevoir le retour à l'envoyeur si le paquet n'atteint pas sa cible.

A propos de sorcellerie classique, je viens d'apprendre le décès d'une dame que je connaissait et suivait depuis plus d'une quinzaine d'années. En proie à des attaques de la part de voisines, elle a fini par succomber après son mari, aidée en cela par la médecine car à partir du moment où quelqu'un est devenu assez faible pour se trouvé balloté d'hopitaux en cliniques et de cliniques en centres de soins ou de repos, sans qu'on sache exactement de quoi il souffre, c'est foutu. Impossible d'avoir connaissance du dossier, le patient est toujours tenu dans l'ignorance. 

Sectes et panurgisme

Le phénomène sectaire relève bien du panurgisme. Il n'existe que par l'incapacité de la majorité à se prendre en charge et à affronter ses peurs. Se ranger du côté du parti dominant ou de celui d'une secte c'est choux vert et vert choux. Il s'agit dans l'un et l'autre cas d'une protection illusoire. Vous avez pu constater que si l'on axait les choses en faveur d'une vraie prévention tout azimuths la Sécu finirait par faire des économies. Mais on s'en garde bien car elle est rongée de l'intérieur par toutes sortes de parasites. Comment se fait-il qu'on paie à prix d'or une mabulance à une dame qui peut conduire sa voiture pour des séances de kiné en ville alors qu'il y en a sur place ?

Si la "secte majoritaire" formée par le commun des mortels est une tromperie car l'homme est un loup pour l'homme, le cas des sectes minoritaires n'est pas meilleur. Les sectes ainsi que leur nom l'indique sont le refuge de gens qui limitent leur monde à leur idées souvent fausse. Concernant la médecine, on peut prendre l'exemple du Dr Hamer, en bon allemand, il ne lui manquait qu'un M pour devenir marteau et il se l'est forgé. Je suis bien d'accord que certaines situations psychologiques, d'échec en particulier, sont susceptibles de provoquer un cancer. Mais ses histoires de scanners cérébraux tiennent un peu d ela boule de cristal entre les mains de fausses voyantes... Enfin il s'est formé autour de cet homme un milieu hermétique excessivement douteux.

Il est indubitable que les phénomènes sectaires existent au sein de la médecine, qu'elle soit officielle ou alternative. Ce dont il faut se méfier par dessus tout ce sont les gens qui subordonnent la médecine à un système de croyance quelconque et çà passe en général soit par des conceptions psychologiques particulières voir un "néo spiritualisme" quelconque.

Je suis bien place pour savoir à quel point tout cela est funeste car il se trouve que j'en ai fait le tour. Je n'ai pas à raconter mon parcours mais je puis dire que je n'avance rien à la légère puisque je peux bien dire que je ne suis entré dans un certain milieu que pour le combattre et le miner de l'intérieur. Ce  "millieu putride" formé par les soit-disant disciples d'un français converti à l'Islam est aujourd'hui agonisant après avoir produit son lot de scandales mémorables. Quelques vieilles barbes radoteuses y sévissent encore mais elle ne tarderont pas à crever et à faire place nette. Qu'en restera t-il ? La seule chose sûre que son chef de file a annoncé est que nous vivons la fin d'un cycle, mais la fin n'est pas pour le 21 décembre prochain, ça peut encore durer un moment... Cette idée d'une fin de cycle est devenu un lieu commun, nous sommes bien au bord d'un précipice et si Dogna compte sur ses "extra-terrestres" pour nous tirer du présent merdier, quand on me parle d'extra-terrestres je pense immédiatement à des djinns pas tellement fréquentables. Jacques Vallée et Bertrand Méheust ont fait des remarques intéressantes à ce sujet...

La solution : être une secte réduite à sa propre personne

S'il est une chose que j'ai apprise en 65 ans c'est de ne jamais faire confiance à un groupe. On peut à la rigueur faire confiance à des individus que l'on connaît bien (quand on n'a pas d'autre choix) mais les groupes c'est de la merde. Si on compare les associations aux lobbys qu'est-ce qui les différencie hormis la puissance financière.

C'est que dans le cas des lobbys et des groupements professionnels non seulement ils influencent le droit mais paient des armées de juristes pour défendre leurs intérêts intenter des procès en diffamation dissuassifs tandis que les associations sont en général formés de gens sentimentaux qui ne connaissent rien à l'état du droit et qui s'ils avaient les moyens de payer des avocats se tromperaient de stratégie en embauchant des incapables.

Qu'est-ce qui fait que je tien un langage différent de ce qui se pratique en général :

Non seulement, j'ai acquis certaines connaissance médicales en passant 7 années dans un milieu universitaire, j'ai lu l'essentiel de ce qui est paru sur les sujets qui nous occupent mais je suis juriste et j'ai même exercé en tant qu'expert. Et je ne me cantonne pas à la médecine, j'ai étudié l'histoire, les philosophies, les religions. Bref il n'y a guère qu'à la mécanique et à la plomberie que je ne me suis pas frotté. La mécanique parce que c'est grossier et salissant, la plomberie parce que l'eau est plus difficile à maîtriser que l'électricité. Mais s'il le fallait je serais tout à fait capable de démonter une pendule, un moteur ou de faire une canalisation.

Alors qu'en j'entends prêcher en faveur des "spécialisations" je hurle. C'est justement le problème actuellement que de faire collaborer toutes les disciplines "pointues" de la physique sous diverses formes et de la biologie.

Vers une "nouvelle magie"

J'ai évoqué plus haut le conflit entre deux paradigmes qui est illustré par l'histoire de la mémoire de l'eau. A partir du moment où un des découvreurs du virus du Sida s'intéresse à certaines des aspects de la question et qu'il a dut s'exiler en Amérique et maintenant en Chine après avoir été pastorien, je me dis que ça ne peut pas être une illusion.

L'homéopathie a constitué un premiers pas occidental vers une énergétique. Le problème c'est que le mot est devenu un véritable foutoir. Tout est énergétique. Le mot "énergie" est devenu magique seulement comme on ne sait jamais ce qu'il recouvre il est bien évident que ça ouvre la voie au charlatanisme. Et l'on peut tenir pour assuré que quand des marchands parlent d'appareils basés sur la physique quantique, si leurs appareils sont valables de toutes façon, ils racontent n'importe quoi et ne savent même pas de quoi ils parlent. Mais ce n'est pas gênant puisqu'ils s'agit d'impressionner les gogos et de les manipuler pour leur tirer leur fric. On peut donc tenir tout discours à base de physique quantique comme n'étant que vulgaire tromperie et simple habillage réthorique. Mais c'est pratique avec ces histoires de particules ubiquitaires, on peut justifier n'importe quoi...

Mais en ce qui me concerne je ne manque pas de me souvenir que tout cela relève encore de l'atomisme grec et que d'un certain point de vue traditionnel, il s'agit d'une philosophie contestable dans la mesure où elle célèbre le primat de la matière mais ce que je reproche aux gens qui se sont occupés de ces questions, c'est de répéter comme des pérroquets les antiennes de leur "maître à pensée" (cette fameuse "boussolle infaillible") sans s'être soucié de développer ce genre de question. Mais en revanche sur les billevesées à base de "Roi du Monde" d'Agartha et Cie on est intarrissable et on continue à mouliner dans ce yogourt trop occultiste à mon goût... Je ne sais pas trop comment s'accorde les "particules" et les "ondes" mais ce dont je suis sûr c'est qu'il existe une physique que l'on peut appeler "microvibratoire" et elle est opérante. Les nuisances de l'électrosmog le prouvent !

Ce qui m'a beaucoup intrigué lorsque j'investiguais sur la "radiesthésie" c'est la prétention de la radionique à agir à distance. Cette action existe mais le problème de ces graphiques ou de ces appareils est de svaoir s'ils agissent par eux-mêmes ou s'il ne s'agirait pas de la matérialisation de certaines conventions mentales ? Je penche pour cette solution car une malédiction n'a pas besoin de support formel en dehors de la parole mais c'est un cas un peu particulier qui peut résulte en général de circonstances particulières et d'une certaine synchronicité.

Pour en revenir à la médecine au sens large, on en est arrivé au domaine des copies vibratoires de substances matérielles telles que des produits de la médecine orthomoléculaires et ça marche. J'exprimente en ce moment diverses choses qui relèvent de la "magie" tant ancienne que moderne et je constate des effets qui ne sont nullement dus à la suggestion. Ainsi quand on utilise une "amulette" destinée à développer certaines facultés et qui nécessite d'être "activée" régulièrement, et qu'on la met à l'épreuve pour l'apprentissage d'une page de musique instrumentale compliquée à mémorisée par le caractère répétitifs d'accords ou d'intervalles avec d'incessants changements subtils et qu'au bout de deux séances avec les moyens de travail classiques ça marche alors qu'elle vous rebutait depuis des semaines, on est obligé de croire que ce n'est pas de la suggestion. On ne peut rien contre quelque chose qui est aride, rébarbatif et ingrat, le découragement et l'abandon est inévitable.

Cela dit ne vous attendez pas à ce que je rentre dans le détail de certaines pratiques. J'estime qu'elles sont incompatibles avec la teneur du monde actuel et que cela relève d'une "cosmologie" dont on n'a ici sous nos latitudes que des résidus. Il faut néanmoins savoir que certaines choses existent. Considérer nos ancêtres comme des naïfs susceptibles d'avoir avalé les plus grosses couleuvres est pour le moins excessif car il n'y a jamais de fumée sans feu même s'il y a souvent plus de fumée que de feu...

Quant à la médecine, je ne peux que déplorer la fermeture entre la médecine académique et les solutions dites alternatives du fait qu'elles sont rejetées. Indépendamment des intérêts en jeu, il faut bien se résoudre à souligner que pour être un médecin généraliste opérationnel il faudrait maîtriser tant de choses basiques à mon sens mais non enseignées dans les facultés qu'il est pratiquement impossible de rassembler tout cela chez un seul homme, d'où la tendance des thérapeutes qu'ils soient patentés ou irréguliers à s'enfermer dans un système.

J'ai pour règle ce principe : l'effet d'un traitement doit être autant que possible prouvé par des moyens objectifs, ce que l'on appelle des examens ou analyses. Quand il s'agit d'un malaise existentiel plus ou moins vague toutes les manipulations sont possibles quoique peu durables. La médecine académique dispose de moyens excessivement limités de diagnostic qu'elle a tendance à utiliser à tort et à travers et plus mal que bien (et le plus souvent inutilement), mais au moins il s'agit de bases à peu près sûres.

Je ne répéterais jamais assez que beaucoup de gens me contactent à propos d'argent colloïdal et Cie sans vraiment savoir pourquoi exactement ils veulent se traiter ainsi.

Quant aux remèdes "micro vibratoires", on retombe sur le problème de l'homéopathie, c'est de l'eau (ou de la poudre) l'analyse n'y trouvera rien et là il suffit d'un bon bagoût pour vendre n'importe quoi. Il y adonc un risque. Là encore, je ne ferai jamais de publicité pour ce genre de pratique d'abord parce que ce genre de choses peut être assez compliqué à mettre en oeuvre. Avaler une poignée de gélules c'est facile, s'imposer sur tel plexus plusieurs petits flacons tant de fois tant de minutes par jour, ça nécessite d'y penser. En plus certains articles de cette médecine nécessite de ne pas dépasser le temps imparti sous peine d'aggravation au moins apparente.

Enfin si on commençait par se préoccuper d'assainir à peu près correctement son lieu de vie et ce que l'on consomme, on peut escompter passer à travers pas mal d'ennuis. La toxicité des amalgames c'est une chose, ne pas pouvoir les enlever sous peine d'aggraver la situation en passant la roulette autour ou dedans, c'est terrifiant, éliminer le poison c'est le parcours du combattant tant il y a désaccord sur les méthodes mais ce qui me soucie le plus ce n'est pas la borréliose car c'est facile à diagnostiquer, ce qui me parait le plus redoutable c'est la pollution en général et d'abord celle provenant du sous sol et de cette saloperie de réseau Hartmann "créature" issue semble t-il de la pollution électrique. Quant à cette dernière, on peu aisément la mesurer. Y remédier est plus délicat mais là au lieu de dépenser une fortune en se reposant sur les dires d'une professionnel qui va visiter la baraque au pas de course ou se faire payer très cher pour rentrer dans le détail, mieux vaut acheter une paire d'appareils et apprendre à s'en servir et faire marcher sa cervelle quant aux mesures à prendre.

Bref, s'il y a parmi mes lecteurs des gens capables de travailler sur plan pour des diagnostics d'habitation, je peux sans doute leur procurer des clients s'ils font la preuve de leurs compétences. Mais il est vrai que quand ils sont fiables, ils n'ont nul besoin de pub et on ne les trouve pas facilement. 

Une lecture salutaire pour terminer

J'évoquais plus haut un parcours qui aurait pu se solder, si j'avais suivi certains modèles par une "islamisation" à laquelle je me flatte d'avoir échappé quand d'autres après moultes aventures très chrétiennes, se sont embarqués dans le giron d'un certain soufisme, au demeurant assez libéral...

Une personne à laquelle je pense m'a suggéré de lire de Jean Soler Qui est Dieu ? C'est un autre converti que l'on me dit imperméable au symbolisme ce qui est paradoxal de la part d'un ancien psychanalsyte qui le lui a conseillé et non son maître spirituel car alors je me serai gratté la tête...

Ce livre démontre sur la base de "six contresens sur le dieu de la Bible" que les rédacteurs de ce texte dit "sacré" étaient monolâtres et qu'ils ne sont devenus monothéistes que fort tradivement. Monolâtres cela signifie la reconnaissance implicite d'autres dieux que Yahvé, sorte de "dieu national" dont ils attendaient qu'il les aide à dominer le monde. Effectivement, de ce polythéisme fondamental, il en existe de nombreuses preuves mais ce que l'on ignore c'est que Yahvé eut une compagne que l'on a honorée dans le Temple de Jérusalem...

Enfin ce livre postule que monothéisme = extrémisme. Cela faisait une trentaine d'années que je n'ai cessé de le chanter sur tous les tons dans un certain "milieu" et bien évidemment on m'a diabolisé et comme cela n'arrive pas à tout le monde, je considére cela comme un honneur et un témoignage de respect. En effet, si on parcourt la littérature à laquelle j'ai fait allusion l'Orient y est opposé à l'Occident et l'Occident y est accusé, à juste titre, d'avoir contaminé par ses doctrines activistes, le monde entier. On pourrait donc reprocher à l'école (ou la "secte" évoquée) de n'avoir pas été au bout de sa logique et d'avoir vu dans l'Islam une sorte de trait d'union et de planche de salut qu'il est crévé au même titre que les deux monothéismes précédant d'une tendance littéraliste et extrémiste devenue assez menaçante et qui ne pourrait cesser d'être que si la société de consommation n'avait pas creusé les inégalités au point que l'Occident après deux guerres mondiales tend a devenir très explosif.

On ne manquera pas de juger comme étant assez faible la dernière partie qui fait des guerres de religion du catholicisme en butte aux hérésies et à la Réforme, ainsi que du nazisme et du communisme des avatars de l'extrémisme contenu dans le monothéisme. je connais par coeur les arguments que l'on ne manquera pas d'invoquer si un monothéiste se hasardait à vouloir répondre mais le fait est (et je n'en démordrai jamais) que la rigueur propre au monothéisme engendre non seulement des extrémismes mais favorise une "pensée unique". Or c'est bien ce qui caractérise la pensée occidentale tandis que l'Inde a développé une science des points de vues et l'Orient en général une diversité de religions et donc de "cuisines spirituelles" plus aptes à satisfaire la multiplicité des tempéraments.

Un éclairage sur le "sectarisme occidental"

La seconde partie mise à part, il reste que les six contresens relevés sont bien réels et que le monothéisme tel qu'il est conçu actuellement est un acquis tardif. Le passage d'un paradigme monolatrique au véritable monothéisme constitue bien et quoique l'on en dise une rupture et là où existe une rupture, il n'y a plus de tradition...

Je propose ce livre car il se lit rapidement et il apporte un éclairage sur une chose qui n'appartient guère qu'à l'Occident et cette chose c'est bien le SECTARISME sous toutes ses formes. Sectarisme qui résulte d'un abus des approches analythiques qui finissent par littéralement "tuer" ce qu'ils s'agit d'observer en le démambrant, de sorte qu'il ne s'agit que d'un "cadavre".

Appel aux dons

Si vous voulez que je continue a vous abreuver de notes pertinentes, passez par la case "petit cochon", 5 ou 10 € par ci par là ça m'aide à payer mes frais de recherches. Je passe rpesque tout mon temps à traquer l'information. Cliquez sur le petit cochon, il ne vous mordra pas !

tirelire.jpg

 

05/08/2012

Hooponopono, c'est quoi ce truc ?

Hooponopono.jpgIl a été question à deux reprises dans le courrier que je reçois de ce machin. La première fois, un thérapeute qui voulait faire un stage proposé par le Dr Luc Bodin m'a remercié de mes mises en garde et a renoncé au dit stage.

La seconde fois, je reçois un mail me faisant l'article à propos du Hooponopono en me vantant le PARDON avant d eme poser une question sur le stearate de magnésium...  J'ai tout lieu de penser que cette correspondante m'ayant trouvé très agressif dans mes propos a du juger que je devrais pratiquer cette méthode...

Bref, j'ai commencé par lui répondre que la vogue de ce "truc" n'a guère de sens puisque la notion de pardon est au centre même du christianisme mais qu'en tout état de cause nous ne sommes plus dans une civilisation chrétienne comme ce fut le cas au moyen âge et que tous les psychologues responsables vous diront que le pardon ne peut s'exercer que pour autant que les agissements en cause aient cessé.

Et puis "titillé" par ce qui ressemblait à s'y méprendre à une "leçon de morale" n'osant se présenter comme telle, je cherche à savoir de quoi il s'agit à l'origine et sur Wikipedia, je découvre ceci :

Le Ho?oponopono (ho-o-pono-pono, parfois traduit en « remettre les choses en ordre », « rétablir l'équilibre ») est une tradition sociale et spirituelle de repentir et de réconciliation des anciens Hawaïens. Des coutumes identiques de thérapie familiale se retrouvent aussi dans toute la région du Océan Pacifique. Le ho?oponopono traditionnel était dirigé par un ou une kahuna la?au lapa?au (prêtre guérisseur) pour guérir les maladies physiques ou psychiques au sein des groupes familiaux. La plupart des versions modernes sont conçues de telle façon que chacun puisse le faire seul.

Toute la supercherie est là, une thérapie sociale et familliale donc de groupe, c'est à dire impliquant tous les acteurs du "drame" auquel il s'agit de remédier se réunissent sous la houlette d'une sorte d'arbitre doté de pouvoir particuliers puisqu'on le compare à un "maître spirituel" s'est transformé en une pratique solitaire.

Autrement dit le pardon doit s'exercer sans contre partie de la part de l'agresseur. Il faut dire que l'on a fort mal compris le commandement du christianisme de tendre l'autre joue quand on nous frappe, opération symbolique qui nécessite de prendre à témoin toute la communauté du tort qui nous est fait afin que dans un mouvement unanime, elle sollicite le choc en retour légitime qu'implique l'agression.

C'est oublier également que le christianisme n'est pas particulièrement irénique. D'abord son fondateur a bien dit qu'il était venu apporter non la paix mais la guerre, ensuite il a prescrit à ses missionnaires et évangélistes de secouer la poussière de leurs souliers et il est précisé dans Matthieu que les villes récalcitrantes seront traitées au jour du jugement, bien plus durement que Sodome et Gomorrhe, ce qui est à peine imaginable...

Donc il faut être clair, le pardon à sens unique en face d'individus pervers, protégés par une société individualiste et occupée uniquement à faire du fric par tous les moyens équivaut à un suicide. Bref, dans toutes ces histoires ont méconnait de rôle de ce que les occultistes appelent "eggregore" à savoir un milieu psychique susceptible de produire certaines réactions de l'ambiance à même de châtier les coupables lorsque ce milieu a été activé dans certaines conditions rituelles. Ne pas oublier la capacité de jeter l'anathème (procédure d'excécration) sur ceux qui enfreignent certaines lois mais comme de bien entendus les évêques français, qui sont dorlotés par la république et qui ne paient pas le loyer des bâtiments qu'ils occupent car ils sont entretenus au titre des "monuments historiques" sont bien incapables et au vrai n'ont pas intérêt à se mouiller et à frapper d'interdit certains hommes politiques. Il est beaucoup plus expédient de donner le change en prêchant la charité envers le "tiers monde". C'est loin le "tiers monde" et cela évite de parler du "prochain" qui n'est pas à des milliers de kilomètres...

Ces pratiques de groupe dont on nous parle et qui ont existé dans tout le Pacifique et même sans doute en Afrique n'ont rien de bien original, alors pourquoi mettre en vedette un Hoopononpono dégénéré en pratique solitaire inefficace et dangereuse pour sa propre conservation.

Il y a à cela deux raisons, d'une part c'est un produit commercial qui permet à des faux gourous de vendre des stages pas très bon marché puisque çà frise les 500 € par tête de pipe adulte et moitié moins pour les gosses (!!!) mais ce n'est pas tout car il faut bien comprendre, et c'est là l'essentiel, que cela fait partie de l'entreprise de dévirilisation du monde actuel. Toutes les valeurs masculines sont actuellement plus ou moins criminalisées par un féminisme aussi bien agressif (type chienne de garde) que rampant.

Vaste problème qui sort un peu de notre propos mais dans la mesure où cela concourt puissamment au déséquilibre ambiant et que celui-ci à des conséquences cliniques, il faut se résoudre à l'aborder en passant ne serait-ce que pour mettre en garde ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre. A ce propos on fera bien de s'intéresser à certaines dénonciation d'Alain Soral. Toutefois, je dois émettre des réserves à propos de ce personnage car il a manifestement un problème un sujet en vogue savoir l'homosexualité et c'est assez pathologique en ce qui le concerne. Sachant cela, on peut comprendre pourquoi il concourt pour être reconnu comme le "gourou" des "sauvageons de banlieue" en flirtant dangeruesement avec une certaine islamophilie... Comme de bien entendu les femmes ne sont pas les seules à être sensible à la virilité assez grossière de cette peuplade... Mais enfin si ça l'amuse de jouer avec le feu, je souhaite bien du plaisir à ce personnage que je considère comme n'étant qu'un "pédé refoulé"... Mais enfin et à condition de se munir de longues pincettes il est des vérités bonne à prendre partout à condition de savoir trier...

Puisque j'ai prononcé le mot homosexualité et qu'un conrrespondant régulier m'a déclaré être concerné (alors que je ne lui demandais rien) quelques précisions ne seront pas inutile. Particulièrement depuis l'époque de Proust, elle est assimilé à une féminisation et les "homos" s'ingénient à s'engouffrer dans le piège du type "cage aux folles" qui leur est tendu. Certain carnaval d'été (que je trouve personnellement à vomir) est là pour nous prouver à quel point ces gens sont suicidaires puisqu'il affecte volontiers de parodier les défauts les plus insupportables des femmes. Il faut également se souvenir qu'il ont prétendu participer à leur "libération" or je ne pense pas que leurs homologues féminines (les tribades ou les gouines pour parler vulgairement) aient besoin de leur ministère pour s'émanciper. L'homosexualité féminine n'a jamais suscité nulle part de véritable hostilité. Bref, la seule voie possible consisterait à s'inspirer des "valeurs" qui ont prévalu durant l'Antiquité malheureusement cela n'est pas si simple vu les contradictions insolubles entre la Grèce et Rome.

Enfin qu'importe, je ne me sens pas concerné, je regarde tout cela comme un entomologiste qui observerait une colonie de fourmis en détresse mais en ce qui concerne le Hooponopono, ma conclusion c'est que c'est de la merde, et une merde dangereuse qui fait partie des nombreux pièges qui visent à nous désarmer physiquement et surtout psychiquement. L'image que j'ai choisie résume bien la débilité du propos : quand quelqu'un me dit y love you, j'ai envie de le gifler ! Quelle prétention ! J'ai l'impression à chaque fois qu'on me déverse sur la tête une tonne de sirop collant, quelle horreur !

26/02/2012

"Guérisons spirituelles", sorcellerie et médecine

sorcières.gifUne question m'a été posée dans le cadre de ma mailing-liste vouée à des échanges sur l'argent colloïdal. Elle m'a donné l'occasion d'aborder un sujet que je considère comme connexe à la question posée puisque le point commun se trouve dans le domaine que les théologiens appellent "préternaturel". Il se trouve que des circonstances particulières font que j'ai acquis des compétences dans ces domaines. Compétence de l'ordre du seul discernement. Je le précise car je ne saurais intervenir dans des affaires d'envoûtements ou de "hantises" excepté pour un éventuel diagnostic s'agissant de deux causes qui ajoutées à des problèmes de géobiologies et de pollutions diverses sont à l'origine de troubles graves en matière de santé. J'ai eu ainsi à examiner deux "affaire" l'une relevant de la pure "magie noire" et une autre où une hantise du aux éventuels résidus psychiques des précédants occupants d'une ferme bourguignonne. Dans ce second, cas je suis arrivé à une conclusion négative. L'occasion m'a été donnée d'aborder ces questions par un mail dont voici la teneur étant précisé que j'ai réécrit en les précisant quelques passages rédigés en hâte.  

Bonjour Mr Metzer

(...) je travaille dans les produits naturels depuis de nombreuses années mais je crois aussi aux guerisons spirituels. Comme vous êtes un chercheur;je vous envoie quelques infos et un diaporama sur la  vierge du mexique ; pour savoir ce que vous en pensez...

Suivaient ces urls :

http://www.ktotv.com/videos-chretiennes/emissions/nouveau...

témognages

http://www.asaintnicolas.com/spip.php?article2

http://www.asaintnicolas.com/spip.php?article54

Merci

Laurent

La réponse

Vos questions intéressant la médecine, je vous réponds dans la liste afin que tout le monde en profite. Façon de parler car je prévois pas mal de déstabilisation à moins de zapper...

Je crains de vous décevoir, j'ai jeté un rapide coup d'oeil sur les vidéos. J'ai déjà entendu ces discours 10000 fois et le problème c'est où est la ou les questions. Parce qu'il y a 36 000 choses dans tout cela.

Je vais essayer de vous répondre, à vous de poser ensuite des questions précises si vous jugiez ma réponse insuffisante.

Tout d'abord il faudrait distinguer les moyens de la guérison du caractère de la guérison elle-même. Je suppose que vous avez en vue les "moyens" car une guérison visant un mieux être somatique ne saurait être qualifiée de "spirituelle".

Voyons d'abord la Vierge de Guadalupe. Je connais les grandes lignes de cette histoire, à savoir le miracle de la floraison d'une rose hors saison et l'histoire des yeux qui passent pour être "vivants". Sur les faits historiques, il est impossible à plusieurs siècles de distance de faire une enquête sérieuse mais en tout état de cause un "miracle" ne signifie rien en soi. J'en admets la possibilité sans pour autant être tenu de croire à une cause providentielle. Mais enfin il est clair que dans la page dont vous faites état, on en a rajouté. Il y a donc là-dedans une large part de fantasmagories qui ne m'intéressent pas et que je tiens pour nulles et non avenues.

Les "miracles (ou ce que l'on tient pour tels ne me posent pas de problèmes par plus que l'histoire de la naissance virginale de Jésus. Je vous signale que le Bouddha a été crédité d'un privilège semblable ainsi que Platon d'après Diogène Laerce. Ce qui importe d'abord c'est le contenu symbolique. Le problème dans le cas de Platon, c'est qu'il ne fut que l'éditeur des propos de Socrate et qu'il a finit par s'approprier la gloire de son héros. Si donc il a existé un sage dans l'histoire, ce ne pourrait être que Socrate or, si j'ai bonne souvenance, non seulement le même Diogène ne lui a point accordé la moindre naissance miraculeuse mais il nous a transmis le nom de celui qui l'aurait initié à la philosophie à coups de verge dans le fondement, ce qui, on en conviendra la fiche plutôt mal et ne correspond par du tout à notre échelle de "valeurs spirituelles". En d'autres termes, Socrate aurait-été la vistime d'un "pédophile" dont je n'ai point retenu le nom s'il a été donné...

Parlons de choses plus sérieuses : quoique j'ai cessé d'être "catholique" je crois à l'autenthicité du "Suaire de Turin" et àa ne me pose pas de problème puisque des lamas tibétains et aussi des anachorètes au Mont Athos se seraient transformés en "corps d'arc en ciel". La seule différence résidant qu'un seul en a laissé une trace palpable qui n'en déplaise à un universitaires des plus connards (savoir le principal "grand prêtre" de la "zézétique") ne saurait être contrefaite et surtout pas par le moyens grossier qu'il a publié dans cette revue de merde qu'est "Science et Vie" laquelle se fout du monde plus souvent qu'à son tour ! 

Pour en revenir aux apparitions mariales, j'ai longuement étudié la question, il y a 15 ou 20 ans. J'ai distingué plusieurs types d'apparitions. Certaines continennent des symboles traditionnels (apparition dans un chêne par exemple) d'autres, les dernières, sont franchement "dissonantes" car elles ne répondent pas à certains critères sur lesquels je ne peux m'étendre. Mais si l'on peut distinguer des apparitions se conformant à une orthodoxie minimale et d'autres qui sont manifestement parodiques, cela ne veut absolument pas dire que les premières seraient plus authentiques que les secondes.

Certaines conditions de forme sont nécessaire pour envisager l'hypothèse d'une authenticité mais nullement suffisantes car une intervention supposée d'origine providentielle soit doit d'être confirmée par la valeur proprement spirituelle du message délivré. Or et à ma connaissance elle est toujours nulle, métaphysiquement parlant. 

Ca se résume toujours et en effet à une incitation à un "réarmement moral" conformément aux obsessions caractéristiques du christianisme, à savoir en particulier la "luxure". La "luxure" qu'est-ce que c'est ? Tout ce suite on pense à des "histoire de cul" mais en fait c'est l'abus du luxe, cela comprend aussi bien le goût ostentatoire pour les bagnoles de luxe que celui des belles femmes ou, c'est selon, un attrait pour les "minets". Du reste ça  ne marche pas l'un sans l'autre car on n'attrape jamais les mouches avec du vinaigre. Il faut en effet être assez naïf pour croire que Socrate aurait été l'idole des "ados" de son temps, certes ils étaient moins tarés que de nos jours mais faut pas pousser.

Enfin et puisque je viens d'évoquer les principaux "objets de luxe" il faut préciser que lorsqu'ils prennent figure humaine, leur sexe, jusqu'au XIII ème, est resté assez indifférent. Il aura fallu l'invention de l'amour courtois pour que la dévotion envers le sexe dit faible prenne le pas sur cette "homosexiabilité" qui était la règle auparavant. Heureuse époque où les soucis par trop frivoles de la plupart de nos compagnes n'avaient guère cours. Cela dit les choses en hélas bien changé. J'en veux pour preuve mon petit village : l'épicerie se meurt alors qu'il y en eu jusqu'à trois au lendemain de la guerre. En revanche, un salon de coiffure et la boutique d'une esthéticienne marchent très fort. Cette dernière a même pris la place de l'ancien télégraphe ! J'ai dit "indifférent" pour ne méconter personne mais quand à y regarder de près, on constate que les clercs s'adonnant au "péché philosophique" n'étaient pas si mal vus, bien au contraire. Voir les travaux d'un certain John Boswell qui, sont, sur quelques points de détail, à "prendre avec des pincettes".

Revenons à nos moutons. Quand je dis que les message spirituellement son vides, c'est qu'ils ne fournissent aucune réponse aux questions de notre temps quant à la conduite à tenir par rapport aux problème de société en vogue. Bref, l'Eglise catholique campe sur sa hantise du divorce et de l'homosexualité. C'est tout ce qui l'intéresse. Elle qui ne fut pas loin de professer que l'avarice est immédiatement après l'orgueil le pire des péché se montre étrangement silencieuse quant au domaine économique ce qui est normal car elle a été, dans son ensemble, trop près du manche pour se hasarder dans ce domaine qui est bien l'objet des pires scandales. Quant aux "moeurs", il aura du reste fallu du temps pour qu'elle se gendarme contre la pédophilie ! Et elle l'a fait à reculons ! Mais enfin personne n'ignore plus qu'il suffit de lire n'importe quelle histoire de la papauté pour se rendre compte que le fait d'orner le choeur des églises des plus beaux éphèbes en qualité de servant du culte fut un excellent prétexte pour détourner ces sortes d'ornements à des fins contestables, du moins dans le contexte de puritanisme qui tend à sévir sous nos latitudes. 

Tout cela pour dire que la teneur des discours des apparitions n'a pas changé depuis l'époque du curé d'Ars. La hantise du saint curé c'était les bals du samedi soir des fois que les filles se fassent engrosser... C'est encore et toujours la diabolisation du sexe. Au moins à l'époque le clergé essayait de susciter la charité chez les riches. C'était un emplâtre sur une jambe de bois pour mille et une raison. Vous l'avez entendu le clergé français jeter l'anathème sur la spéculation financière, les directeurs des banques et surtout les politiques qui s'agitent et ne font rien à commencer par le nabot qui se représente ? Moi, à la place de l'archevêque de Paris, je fulminerai une excommunication et une malédiction en bonne et due forme comme ce fut fait au sein de l'église orthodoxe du temps de Ceaucescu si ma mémoire est bonne.

Bref, il m'est absolument impossible de voir dans l'une ou l'autre des apparitions mariales que vous pourriez me citer quelque chose de "spirituel". Je suis formel, je connais assez bien l'orthodoxie pour savoir que son histoire ne mentionne pas la moindre apparition mariale. Alors que conclure ?

J'ai évoqué deux sortes d'apparitions, des apparitions "classiques" comme celle dont vous faites état mais qui ne conduisent guère qu'à un "piétisme" qui n'a guère que le mérite de concourir à une relative paix sociale. Cependant dans le cas particulier de l'extension du catholicisme dans le nouveau monde, ses exactions et sa propension (sous toutes les latitudes) à traiter ses sujets en "esclaves" comme le montre l'histoire de l'Inquisition parce qu'elle procède de l'emprunt au droit romain d'une procédure qui leur était exclusivement réservée, m'interdit de voir la "main de Dieu" dans ces première apparitions quoique leur forme soit en accord avec certains critères symboliques. Alors de quoi s'agit-il ?

Ma thèse (et c'est une certitude absolue que vous n'êtes pas tenu de partager) est qu'il s'agit de la remanifestation de ces anciennes fées et autres "Dames blanches" du folklore ancien, soit de ces entités révérées par le paganisme et généralement associées au culte de certaines fontaines qui ont trouvé là un moyen de se sustenter sur le dos de gens crédules moyennant un déguisement de circonstance. Je veux bien vous accorder qu'elles ne témoignent nullement d'intentions hostiles mais il s'agit néanmoins d'une source d'illusion qui ne peut apporter aucune espèce de progrès spirituel.

Vous noterez qu'après la révolution française la teneur de ces apparitions tend à changer. Elles se transforment pour donner de plus en plus naissance à de grossières parodies et là elles se subdivisent avec d'une part des supercheries purement humaines comme La Salette et d'autre part des manifestations dont la teneur de plus en plus sinistre n'est point douteuse, Lourdes constituant une sorte de pivot résumant le point où tout bascule. Cette apparition comporte certains caractères classiques et l'on a du reste des traces historiques d'une antériorité remontant, paraît-il, jusqu'à l'époque de la conquête arabe mais je n'ai pas pu mettre la main la documentation adéquate et je sais seulement qu'il en subsiste des traces dans une étude érudite devenue inaccessible.

Pour en revenir à votre question, il découle de ce qui précède que si certaines apparitions comme celle de Lourdes ont conduit à des guérisons, je ne saurais les qualifier de spirituelle que pour autant que l'on voudra bien me prouver que les bénéficiaires on témoigné par la suite d'une authentique "sagesse spirituelle". En vérité, il n'est même nécessaire de se poser la moindre question à ce sujet au motif qu'un effet ne saurait être supérieur en force et en qualité à la cause censé l'avoir produit. En d'autres termes, l'excessive médiocrité de l'arbre rend toute question vaine à propos de ses fruits éventuels.

Quant à certains prodiges postérieurs, Fatima, Garabandal, Medjugorje en particulier, tout cela n'est que "diableries". Pour être tout à fait clair, je dirais que d'un point de vue islamique toutes ces histoires ne sont que manigances de "djinns", une catégorie ontologique qui ne se superpose pas à celle des "démons" dont Rome fait grand commerce car la traduction correcte est "génies". Laquelle catégorie se subdivise à l'infini. Il y en a qui sont simplement farceurs, d'autres étant assez franchement maléfiques. Enfin le bouddhisme tibétain dispose à ce propos d'une "rubrique" qui peut donner une idée de ce avec quoi nous avons à faire avec les pseudos "Vierge Marie" qui sont apparues au cours des temps. Dans le meilleur des cas, un lama n'y verrait guère que la manifestation d'un "dieu mondain". L'attitude correcte consiste à le respecter s'il est jugé positif, voir à s'attirer ses bonnes grâces en lui faisant des offrandes mais en aucun cas il ne saurait être question de le prendre pour un "guide spirituel" attendu qu'il n'a pas atteint la "libération".

Qu'est-ce que la spiritualité

Il tombe sous le sens que nous n'avons pas la même conception de la spiritualité. Du reste je vous soupçonne de n'en avoir pas la moindre idée. A la suite de ma première réponse vous m'avez cité une phrase de Soeur Emmanuelle qui aurait affirmé que "peu importe les croyances, l'important faire le bien durant cette vie." 

Vous m'excuserez si je suis assez "vachard" mais si je tire les conséquences de cet énoncé, vous n'en avez pas fini avec moi. Je constate premièrement que cette Soeur se fout de ses propres croyances. De la part d'une personne qui passe pour avoir réhabilité l'onanisme, son relativisme n'est point fait pour nous étonner, voir :

http://www.rue89.com/rue69/2008/11/02/soeur-emmanuelle-au...

C'est qu'il est des prénoms qui sont bien conçus pour véhiculer une certaine fatalité, et je pense au film intitulé "Emmanuelle" voir :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_d'O

On comprend maintenant pourquoi votre "référence" se souciait fort peu des "croyances" catholiques. Maintenant le vrai problème c'est de savoir ce en quoi consiste le fait de "faire le bien". Est-ce de ne jamais se masturber, de ne jamais coucher avec un de ses semblables ? Est-ce distribuer des vivres aux pauvres, pratiquer la médecine en ne faisant payer que les riches. Des légions de gens parfaitement athèes font cela très bien et même parfois de façon désintéressée et il faut bien dire que quand il s'agit de redistribuer des biens que d'autres mettent à votre disposition, je ne vois pas où est le mérite mais passons !

Je crains que la spiritualité ne réside pas dans la "morale" car à ce sujet ne dit-on pas "vérité en deça des Pyréennées, erreur au delà" ce qui rend parfaitement compte du caractère très contextuel de la chose. Puisque le domaine sexuel fournit une source inépuisable d'exemple on peut prendre l'exemple de la polygamie. Chez nous c'est à la fois un péché pour les chrétiens et un délit du point de vue républicain. Pourtant tous les patriarches de l'Ancien testament furent polygames.

J'ajoute qu'un certain Thomas d'Aquin a énoncé en substance que ce qui est péché pour les uns ne le serait point pour d'autres, ce qui implique que les conditions subjectives sont déterminantes pour juger de la valeur d'un acte. Là je vais laisser tomber le domaine sexuel pour prendre un exemple beaucoup plus probant, celui de la "légitime défense", tuer quelqu'un lorsque l'on est menacé de mort, ce n'est pas un crime, en revanche occire quelqu'un par jalousie ou sur un coup de colère c'est un crime !

Vous parliez de "guérison spirituelle" ! Restons en à ce qui est ou n'est pas "spirituel" alors je vous pose la question, c'est quoi ? Je connais la réponse mais je ne vais pas vous la donner mais simplement constater que la question posée celle d'une "guérision spirituelle" est vaine. Ni les moyens sur lequels vous m'avez questionné, ni les résultats ne peuvent être qualifiés de "spirituels".

La "sorcellerie" quel rapport ?

Le rapport est purement factuel en ce sens que ce que vous entendez par "guérison spirituelle" en ayant en vue certains "miracles" appartient finalement au même registre que l'action des "panseurs de secrets", des "désenvoûteurs" qui on plus de rapports avec le statut du "sorcier" qu'il n'y apparaît au premier abord puisqu'il oeuvrent sur le même plan invisible ou plus exactement "subtil" ou encore "psychique".

Remarques sur deux livre de Dominique Camus

J'abandonne donc les italiques pour élargir la question posée. 

Je viens de lire 2 livres de Dominique Camus, je ne ferai pas ici un compte-rendu détaillé, ce serait trop long mais je voudrais faire ici des remarques qui me donneront l'occasion de parler d'une affaire que je suis de très près.

Ces livres placées sous la rubriques des "hommes du don" décrivent les procédures de désenvoûtement et d'envoûtement. Le troisième ouvrage que je n'ai point encore lu envisage le statut intermédiaire du désenvoûteur qui au lieu de se contenter de renvoyer le sort, prend par à à une contre-offensive consistant non pas seulement à protéger son client, ce qui fait que le sort retourne à son point de départ mais à devenir quelque peu sorcier pour ajouter, au retour à l'envoyeur du "principal", l'ajout d'intérêts de son propre cru.

La description de ces procédures ne m'ont rien appris car bien que je ne me sois jamais intéressé à ces rituels, j'en connais si l'on peut dire l'architecture et les grandes lignes. Les textes consistent en la convocation de puissance généralement emprunté au domaine du religieux (Dieu, le "Seigneur" son fils, les Anges et dans le cas des sorciers ceux que l'on tient plutôt pour mauvais et déchus). Les textes ne m'intéressent pas, je les ai zappés, c'est toujours le même refrain avec des variantes infinies. Je me suis intéressé aux histoires vraies puisque le témoin est un universitaire qui a pris part aux diverses opérations qu'il décrit et a constaté les dégâts occasionnés, dégâts dont la réalité et l'horreur n'est pas douteuse. Ce sont des livres qu'ils faut se garder de lire si l'on est impressionnable car on risque alors de tomber dans la paranoïa. Mon propos est de souligner quelques anomalies qui ne peuvent que poser question tant à propos de la superficialité des explications avancées par les acteurs mis en scène que de l'ancienneté de leur vision qui est "datée"...

Ces rituels ne se font pas n'importe comment et surtout n'importe quand. Du moins en principe. Il faut déterminer le meilleur jour et la meilleure heure selon des modalités astrologique. Il faut choisir le jour, en rapport avec la planète, et l'heure planétaire et il existe des tables horaires. Elles n'ont rien d'inédit, une des sources c'est le traité d'astrologie onomantico-cabbalistique qu'est le fameux ouvrage intitulé L'homme rouge des Tuileries...

J'ai explosé de rire en lisant, dans La maîtrise du destin, que l'espèce d'infirmière folle à lier qui voulait faire crever son ancien patron et amant (elle a d'ailleurs fort bien réussi) avait réglé son réveil pour qu'il lui indique le début de l'opération qui lui incombait à la minute près. Il est clair que son sorcier a eu recours à l'heure légale. Or en astrologie, les tables des heures planétaires sont données en heure locale, il faut donc effectuer une conversion en fonction de la saison et de la longitude par rapport au méridien de la "sorcière verte". Allez savoir pourquoi on a choisi celui là !

Ce même calcul incombe au praticien homéopathe pour les heures d'aggravations de certains remèdes et à celui qui veut se référer à la table du passage de l'énergie dans les 12 méridiens de l'acupuncture chinoise. J'ai calculé cette table pour le lieu ou je réside sinon on a tout faux, surtout l'été où le décalage basique est de deux heures par raport au temps universel.

Alors quand on en arrive à constater que le M. Jamelin qui est mis en scène dans l'ouvrage cité, n'a même pas conscience de la nécessité d'effectuer cette conversion, on est en droit de se demander ce que peuvent bien valoir ces "heures planétaires". La même question vaut pour l'emploi de certains animaux ou de substances plus ou moins nauséabondes. Certes quand dans un rituel d'amour, le recours à tel ou telle partie provenant d'un lièvre est prescrit, on pense à l'expression chaud comme un lapin. Sauf qu'un lièvre n'est pas un lapin. Ici c'est l'occasion de constater que le M. Jamelin n'a qu'une connaissance très approximative du bestiaire médiéval et je me flatte de pouvoir lui en remontrer dans ce domaine mais à quoi cela pourrait-il servir quand finalement on est obligé de se demander si la verge d'un loup peut avoir une efficacité par elle-mêmes à raison d'une vertu intrinsèque quand il s'agirait de nouer l'aiguillette d'un concitoyen.

L'examen de la matière qui nous est exposée n'a guère servi qu'à me convaincre que des objets ne sont guère que des supports plus ou moins aptes à canaliser l'imagination et la volonté du sorcier. On dit bien du reste que pour parvenir à un résultat il faut une foi inébranlable dans ce que l'on fait. Or comme dans certains cas à l'exception des "témoins" de la personne à envoûter, on a recours à des simulacres de la victime désignée (poupée ou dagyde, phallus façonné en cire sous forme de bougie noire dans laquelle on plante des clous), il ne fait aucun doute qu'il ne s'agit guère que de représentations. Le témoin que l'on met dans la pomme qu'il s'agit de piquer, surtout quand il s'agit d'une photo, n'est rien par lui-même.

Aussi je trouve parfaitement risible, les explications à base d'ondes et de particules en lesquels je ne vois guère qu'une superstition psuedo scientique grossièrement mitigée de physique quantique qui s'ignore plus ou moins. Mais le problème c'est qu'entre les mains de gens déterminés ça fonctionne aussi je m'applique pour ma part à éviter le contact avec toutes sortes de gens que je perçois comme consciemment ou inconsciemment malsains et donc plus ou moins mal intentionnés.

Pour en revenir à l'astrologie, il n'est nullement question des jours lunaires et des demeures lunaires qui constituent pourtant le B A-BA de toute espèce d'élection qu'il s'agisse de déterminer le meilleur moment pour entreprendre un action très ordinaire (déposer les statuts d'une société par exemple) ou extraordinaire (guerre ou offensive occulte ou simplement procès).  Et les jours lunaires et les demeures lunaires ce n'est pas du tout la même chose car les jours se compte à partir de la conjonction des luminaires tandis que les demeures sont une division fixe et inégale du zodiaque tropique. La source est précisément un traité de magie que l'on appelle le "Picatrix" qui a servi de base à Alexandre Volguine pour son traité d'astrologie lunaire. Si d'avance M. Jamelin venait à me lire, il n'aura pas besoin de me questionner pour perfectionner ses méthodes de travail. Je lui souhaite bien du plaisir car je ne sui pas sûr qu'il existe un logiciel parfaitement adapté à ce genre de calcul dont aucun astrologue ne s'embarrasse plus. Les pythonnises à la Elisabeth Tessier à la mode n'en parlons pas. Celle là je l'ai connue lors de ses débuts et si elle n'a point fait commerce de ses charmes, cette espèce de "courtisane de sous préfecture" varoise ne m'en a jamais imposé...  

Pour en finir avec le sorcier renommé Jamelin dans le troisième volume, on notera qu'il est censé être athée. Il dénie toute relation entre sa sorcellerie et le religieux mais ça ne l'empêche pas d'user de rituels qui sont largement inspirés par le panthéon de la mythologie biblique si je puis m'exprimer ainsi. Cet ancien charcutier  avec des côtés sympathiques au demeurant s'est laissé mettre en sacène dans un véritable bric à brac de livres d'inspiration multiple et variée qui témoigne d'un grand éclectisme. 

Revenons au début de la série avec pour le premier volume telle désenvoûteuse une dame très catholique et très pieuse qui pratique et le spiritisme et même la nécromancie même si elle n'est censée avoir de commerce qu'avec sa fille et sa mère dont elle a hérité du don. L'histoire dans laquelle elle est dépeinte comme une grandre prêtresse a de quoi vous faire dresser les cheveux sur la tête. Personnellement, je ne doute pas une seule seconde de sa réalité. Il y a de quoi être impressionné par la scène où après avoir subi plusieurs attaques la victime (une femme que son mari, un industrieln a fait cocu au bénfice de la sorcière qui sera finalement terrassée et mise hors d'état de nuire) se prélasse devant un feu de cheminée qui s'est mis soudain à flamber et à ronfler d'une façon si menaçante qu'elle eu bien de la peine à l'éteindre à grand renforts de baquets d'eau tandis que les meublent entrant en danse lui barraient la route ou s'écroulaient sur son passage.

J'ai vécu, chez un ami, un "phénomène" assez ressemblant. Il n'a manqué que la danse du mobilier... Nous avions décidé de brûler des photographies et des documents laissé à cet ami par un prêtre et "Mgr" appartenant à une "petite église" (il a toujours sa page sur Face de Bouc) et qui fut lié à un personnage que j'ai bien connu et donc j'ai publié autrefois le curriculum bien avant qu'il ne fasse un court séjour à la Santé. Savoir un escroc qui alla jusqu'à fabriquer un antipape africain. Nous avons scanné quelques documents et décidé de brûler les originaux ainsi que des ornements sacerdotaux dont on ne pouvait rien tirer. Les photographies argentiques, vous le savez ça brûle très mal, le carton se racornit, noircit et ça donne peu de flamme, il faut beaucoup de papier ou de l'alcool pour consumer des clichés. Quelle ne fut pas notre surprise de voir le feu se mettre à ronfler de façon menaçante tandis que de très longues flammes s'engouffraient dans la cheminée risquant d'y mettre le feu et comme on n'en était pas très sûr, on n'en menait pas large. Par chance au bout d'un temps qui nous paru un siècle le brasier infernal se calma progressivement et nous poussâmes un ouf de soulagement.

Outre la phénoménologie propre au manifestation à base de sorcellerie, ce livre évoque certaines techniques qui s'apparentent à ce que l'on appelle, dans le jargon "occultiste" des voyages en astral et relate ce qui est arrivé à une sorcière qui tenanit un bar et qui tout en servant ses clients distraitement diligentait une attaque en règle à plusieurs dizaines de kilomètres de là. Malheureusement pour elle son "double" fut touché par l'épée magique tenue par l'auteur faisant office d'aide de la désenvoûteuse. Au même instant, l'étagére de son bar avec toute sa verrerie lui chut sur la terre et la blessa gravement. La coïncidence temporelle ne laisse aucun doute sur la relation de cause à effet. Dominique Camus se pose surtout, dans son livre, des questions sur sa position en tant qu'ethologue participant malgré lui, ce qui a au moins l'avantage de lui éviter de s'expliquer sur ce qu'il pense de ce à quoi il a été confronté. Il constate certaines coïncidences mais se garde bien de se prononcer et l'on comprend surtout qu'après avoir vécu si dangereusement, il a préféré prendre le large en vivant de ses droits d'auteurs, une vingtaine de volume devant lui assurer une vie assez confortable...     

Passons maintenant au "Don" qui est le principal objet de la série. Dans le cas du pseudo Jamelin, on découvre qu'après avoir été un enfant très introverti et très perturbé par sa capacité à prédire des catastrophes dans son entourage (accidents, incendies particulièrement) il a vécu une NDE lors d'un accident de moto dont il a réchappé. Voir à ce sujet cette page qui m'évitera d'avoir à décrire la chose:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_mort_immi...   

Là où je voulais en venir c'est qu'il s'agit d'une NDE a caractère paradisiaque. Or il faut tout de même savoir qu'il existe des NDE à caractère infernal. Or bien que Wilikedia mentionne le livre de Patrice van Eersel intitulé La Source noire ce qu'il relate est complètement passé sous silence. Autrement dit, on ne parle que de la version paradisiaque, or il est permis de supposer qu'il se produit au moins autant d'expériences infernales que de versions à base de "Claire Lumière", seulement ceux qui les ont vécu les censurent parce qu'ils s'estiment promis à une destinée posthume à base de damnation. Est-ce à dire que pour autant la majorité de nos concitoyens seraient promis à une destinée posthume plutôt riante ?

Si destinée posthume il y a, il est impossible qu'il en soit ainsi vu l'état de dégradation dans lequel se trouve l'humanité actuelle et ce du haut au bas de l'échelle sociale. Et ce qui est inquiétant c'est que l'on constate non seulement une publicité exclusive en faveur des NDE positives mais que d'autre part ceux qui les ont vécu ne sont pas rares et qui plus est ils se présentent comme des personnes devenues très spirituelles qui tiennent assurée leur "salut" et en ont tiré une prétention de détachement qui mériterait d'être singulièrement mise à l'épreuve. Bref, ce vague de "néo spiritualisme" là est d'autant plus suspecte que le principal metteur en scène de cette phénoménologie n'est autre que le célèbre Dr Moody, et pour ma part en tant que familier d'une certaine partique du nirukta je perçois comme Docteur maudit !

Deux questions se pose au sujet de ces expériences : sont-elle représentative de ce qui se passe effectivement après la mort et leur teneur peut-elle constituer une garantie quand à la tonalité bonne ou mauvaise d'une éventuelle destinée post mortem.

Je pourrais d'ores et déjà répondre à ces questions dont j'ai deviné la réponse depuis longtemps mais j'userai d'un détour.

Quand un "sorcier" invoque une NDE paradisiaque comme garant d'un don assurément maléfique

M. Jamelin a présenté sa NDE paradisiaque comme la concrétisation de son "Don" et sa tonalité postitive parce qu'agréable l'a affranchi de tout scrupule quand il s'agit au final de tirer des revenus très confirtables d'une activité consistant à semer le malheur pour le compte d'une cliente folle de son corps.

Je vous laisse le soin de découvrir par vous même avec quelle légéreté une femme avide de se faire courtiser et sauter par tous les bouts avec par dessus le marché des espèces sonnantes et trébuchantes peut agir. Ce n'est pas moins d'une douzaine de missions (ou peu s'en faut) qu'elle a confié à son "technicien" pour arriver à ses fins après moultes péripéties dont l'une des plus anodines aura consisté à sacrifier son chien comme victime de substitution dans une procédure d'envoûtement triangulaire. Et l'on voit la bête, frappée par le choc en retour devenir folle et se jeter sur sa maîtrise lors d'une sortie sur une plage bretonne avant de chuter de rochers en rochers sous les coups des témoins présents. Comme quoi la réalité égale ce que l'on peut imaginer d'un film sur la question...

Concernant l'homme de pouvoir, il convient d'admirer sa maîtrise des situations puisqu'il a réussi à impliquer sa cliente dans la procédure à charge pour elle de réunir le matériel nécessaire et de particulier à l'envoûtement à coups d'épingles dans une pomme préparée à cet effet? Mais il n'empêche que s'il a su partager sa responsabilité, il n'a pas rechigné à justifier les opérations les plus répugnantes sous prétexte que ce n'est point son affaire mais qu'il y va de la responsabilité de la demanderesse. Tout cela est bien vite dit. Me paierait-on une fortune que je refuserais d'intervenir, quand bien même j'en aurais les capacités, dans une simple histoire de retour d'affection entre mari et femme. J'estime en effet qu'on n'a pas à intervenir dans la vie des autres et que l'on peut tout au plus se borner au rôle qui incombe à un psychologue ou à un prêtre en aidant celui qui en fait la demande à voir clair dans ce qui se passe mais sans jamais vouloir agir sur les événements. De ce point de vue, je tiens pour répréhensible l'action de la désenvoûteuse catholique lorsqu'elle a ressoudé le couple brisé par l'intervention maléfique de deux soeurs sorcières. La liberté que possède m'interdit de m'immiscer dans la vie de mes semblables à moins qu'ils ne menacent ma tranquillité où qu'ils soient en situation d'attenter à sécurité publique ! Pour tout dire je trouve déja excessivement inconvenant la place prise par les "psys" dans le monde actuel, raison pour laquelle je me vois mal faire un tel métier, du moins tel qu'il se pratique le plus souvent !

Voyons maintenant les questions demeurées en suspens.

Les NDE sont-elle représentatives de la destinée post-mortem ?

La réponse est négative pour 36 raisons.

Premièrement, le livre des morts tibétains ou Bhardo Thodol décrit le "passage" de la vie à la mort comme étant un processus assez complexe et même excessivement dangereux qui est censé duré, au moins symboliquement 40 jours. Or toutes les traditions sont d'accord sur ce point qu'il s'agisse de l'orthodoxie, des enseignements issus de l'Egypte. Bref, il n'est nullement question, dans les écrits traditionnels d'un processus quasi instantané au terme duquel on se rait aspiré vers une félicité qui aurait tout les caractère d'un orgasme où rien ne manquerait en terme de pleinitude, avec en prime un accompagnement musical de choeur que l'on devine angéliques.

Quand à l'effet sur ceux qui sont revenus sur le plancher des vaches après avoir connu cette félicité, tout comme dans le cas des guérisons supposées "miraculeuses", l'espèce de certitude et l'affranchissement de cette peur de la mort qui caractérise tout individu normal ne peut m'apparaître que comme étant le résultat d'une tromperie. Surtout lorsqu'on voit un sorcier tirer d'une telle expérience un sentiment de totale impunité. La véritable morale ne peut pas correspondre aux limites étroites dans lesquelles on a coutume de l'enserrer sous nos latitudes mais il y a tout de même des limites mais il est assurément impossible, pour ne citer qu'un exemple, de tenir pour légitime les appétits lubriques d'un individu quelque soit son sexe en prêtant son concours à l'éxécution de qui s'y opposerait ou de qui refuserait de s'y conformer... 

Quand bien même voudrait-on considérer le cas du sorcier évoqué comme étant par trop abracadabrantesque pour qu'on s'en soucie, il reste que je ne vois aucune espèce de "spiritualité" dans lattitude de ceux qui sont revenus d'une expérience paradisiaque. Il n'y a là au mieux qu'un pur quiétisme. Cette expérience ne fait pas toujours de ses bénéficiaires des monstres mais dans le meilleurs des cas, ils risquent de communiquer à leur proches une paix des plus factices et le fait d'être affranchi d'un stress très ordinaire ne saurait être un gage de spiritualité.

Exemple d'expériences incomplètes

J'ajouterai que la publicité faire autour de ces expériences tend à inciter certaines personnes à croire qu'elles ont été elles-mêmes élues. J'ai reçu les confidences d'une quasi voisine qui m'a raconté que lors qu'une mauvaise grippe, elle a plané au dessus de son corps et en a conçu un véritable détachement et une acceptation de tout ce qui peut lui arriver. Ca n'est pas allé jusqu'à la "Claire Lumière" mais il semble qu'elle ait mis cela sur le même plan.

Toujours est-il qu'il suffit de l'observer pour constater qu'elle n'est pas "détachée" du tout. Elle ne fait que chanter sur l'air de Tout va bien Madame la Marquise tandis que par ailleurs elle éprouve une telle peur du lendemain qu'elle vit dans l'obscurité comme une taupe et sans chauffage en faisant des économies de bout de chandelles. C'est une bourrique qui a tellement peur qu'on l'enduise en erreur qu'elle n'écoute aucun conseil.

J'ai vécu à deux reprises des expériences de détachement sans aucune commune mesure avec ce dont il vient d'être question. La première fois c'était en faisant du stop sur une longue distance. Cela ne m'était jamais arrivé. J'étais donc d'autant plus inquiet que je trimballais un matériel très précieux de photographie. Un lacher prise inexplicable m'a saisi au milieu du parcours, je me souviens qu'à une entrée d'autoroute, une bruine s'est mise à tomber qui n'a point entamé ma sérénité...

Une autre fois, c'était dans un monastère bouddhique. En parcourant un livre sur le Tibet, j'ai été comme aspiré par une image avec une sensation de forte réminiscence. J'ai été tellement paniqué de me retrouver dans la peau d'un autre à la fois si proche et si lointain que j'ai paniqué. Je suis allé chercher dans mon sac ma carte d'identité et je m'y suis raccroché de peur de perdre jusqu'au souvenir de mon nom. Puis je suis rendu compte que c'était complètement idiot. Après être allé en pleine nuit voir mon voisin dans ce cellule pour me raccrocher à une réalité tangible, j'ai résolu d'accepter cette complète "dépersonnalisation". Cela à duré assez longtemps puis ça s'est dissipé graduellement au bout de deux ou trois semaines. Cet état n'est pas tellement compatible avec la conduite d'une activité libérale. On peut s'en accommoder quand est salarié en tant que jardinier par exemple où le contact avec la nature permet de conserver cette sorte d'enchantement et il ne peut s'agir que d'un aperçu très partiel de l'état de libéré vivant ou jivan mukta.

Médecine et sorcellerie

Si j'ai saisi l'occasion qui s'est présentée d'évoquer la réalité de la sorcellerie, c'est que l'on se trouve parfois confronté à des maladies qui résistent à toute espèce de traitement. J'en ai un exemple actuellement que je suis à quelques centaines de kilomètres de distance. Il s'agit d'une dame âgée qui demeure quelque part entre le Limousin et le Poitou que j'ai conue dans le cadre d'une affaire judiciaire dont j'ai été la cause indirecte puisque le fabriquant d'antipape visé ci-dessus a intenté un procès à un collègue qu'il savait innocent.

La personne est victime d'attaques de magie noire par un collège de "bonnes femmes" dont deux sont ses voisines. Elles sont suspectées de longue date de se livrer à des activités sorcellaires et ont en parle à mots couverts dans le pays. Il y a lieu de s'inquiéter lorsqu'une personne est en proie à une fièvre inexplicable et que rien n'agit ou seulement pour peu de temps et qu'elle se trouve comme hébétée et incapable de changer de médecin quand visiblement celui qui la soigne ne fait pas ce qui faut. Quand du jour au lendemain, on est parvenu à la remonter en lui faisant prendre des compléments qui la remonte et qu'elle chute brutalement dans une dépresssion et qu'il lui semble être à l'article de la mort alors qu'il s'agit d'une femme de tête, assiégée par des idées noires et que la maison craque de partout, on peut être sûr qu'il se passe quelque chose de pas catholique.

Dans ce cas que j'ai en vue la personne s'étant rendue chez une fleuriste à la tombée de la nuit a vu entrer dans la boutique une voisine qu'elle soupçonne d'être une de causes de ses tourments. Celle-ci lui demande alors si elle se porte bien. La victime étant ce jour là en pleine forme lui répond avec un large sourire qu'elle se porte bien et voir avec stupeur l'autre déguerpir alors qu'elle l'avait invité à passer devant elle au cas où elle pouvait être pressée. Evidemment le répit fut de courte durée.

Actuellement, cette femme est à l'hopital depuis deux semaines. Ce qui était prévu est en train de se réaliser. Comme il ne trouve pas ! Ils inventent : l'un des chirurgiens lui dit qu'elle n'a qu'une petite tumeur de rien du tout là où elle a subi une opération l'année précédente tandis qu'un collègue parle d'une grosse tumeur inopérable d'où la nécessité d'une chimio. Mais l'on se garde bien de fournir les résultats de l'analyse anatomo-pathologique d'un prélèvement. On est sans nouvelle depuis une quinzaine des hémocultures. Quatre ou cinq antibiotiques ont été essayés en vain et la fièvre résiste. Du reste, aucun des médecins n'est capable de dire clairement où siège l'infection : reins, vessie, intestins ? Mystère et boule de gomme.

On a voulu renvoyer cette dame chez elle mais elle n'est pas en état. Alors on lui cherche une maison de repos. Le généraliste obtiendra t-il communication des analyses, c'est pas sûr : quand l'hopital fait une radio il prétend qu'elle demeure sa propriété.

La personne vers laquelle je l'ai dirigée pour déterminer s'il y a sorcellerie ou pas a confirmé le maléfice. Il a eu le même problème avec sa mère. Les médecins de l'hopital ont battu la campagne et elle est revenue sans explication. Une guerre a été engagée contre le fauteur de trouble, guerre au terme de laquelle le sorcier est tombé gravement malade et ne s'en est jamais remis. Dans le cas que je suis, on vient d'apprendre que le fils d'une des voisines est décédé. Il était certes handicapé moteur mais avait toute sa tête. Le père qui s'était prêté aux opérations de sa femme est devenu fou. Professeur de mathématiques, il ne cessait plus, à longueur de journée, de faire et de refaire des additions. Sa femme riant de lui sans la moindre gêne. L'autre sorcière rendant visite à sa plus proche voisine a été surprise par elle comme perdue dans une extase et marmottant on ne sait trop. Le lendemain celle qu'elle venait de visiter tombait gravement malade !

De la nécessité d'une certaine prévention

Je risque de n'aboutir à prêcher que des convertis. La plupart des gens s'imaginent qu'il suffit de ne pas croire à ses choses là pour se persuader qu'elles n'existent pas. Au fond cela revient à croire que l'on peut avoir la vie éternelle rien qu'en niant la mort. Ce que personne n'oserait soutenir !

Si ces choses là sont niées, c'est parce que l'on en a peur et ça ne résoud aucunement le problème. Il s'agit bien sûr de ne pas voir partout de la sorcellerie. Distinguer entre l'auto-suggestion (ce que d'autres appele "auto-envoûtement") et des attaques réelles quand il s'en présente, c'est ce qui m'intéresse. Il s'agit aussi de les éviter et tout cela procéde avant tout d'une certaine culture du discernement et d'une connaissance de la "psychologie subtile" qui ne s'apprend pas vraiment dans les livres.

Toujours est-il que l'on ne peut pas réduire la médecine à la seule considération de mécanismes biochimiques. La "psychosomatique" commence tout juste à se frayer un chemin et pour l'instant elle sert surtout aux médecins à mettre sur le compte de "maladies imaginaires" tout ce qui les dépasse et dont ils ne veulent entendre parler à aucun prix. Heureusement, quelques médecins appartenant à la vieille école sont conscients de l'existence de phénomènes ne relevant pas de la physique ordinaire mais ils sont complètement démunis tandis que beaucoup de curés s'esclaffent quand une paroissienne s'enhardie à leur parler de maléfices. C'est en fait tout l'un ou tout l'autre, il y a les "modernistes" qui nient l'existence des "démons" du moins en leur extériorité comme le font la plupart des "psy" et il y a les "intégristes" qui voient Satan à l'oeuvre partout en en particulier dans les moindres "nichons" ou "bites".

Fort heureusement, certains phénomènes ne relèvent guère que du domaine des hantises due à des résidus psychiques. Je n'y ai jamais été confronté personnellement mais j'ai un copain (bouddhiste) qui vit dans un hlm et qui a subi des manifestations très désagréables. Coups dans la cuisinière et raps divers. Sa chienne paniquée voyait des choses que lui ne voyait pas. Jusqu'au jour où sa copine a décidé de redonner à une chambre servant de débarras, sa destination première. Ils furent alors assiégés par une odeur pestilentielle de rat crévé. L'occupant après avoir fait son enquête avait appris que son prédécesseur était mort d'une mauvaise grippe. On pouvait deviner  qu'il s'était attaché à cet appartement et qu'il s'y était ménagé une retraite d'où la relative tranquillité du début. Mais lui qui était mort dans les condition les plus pénible ne pouvait supporter que l'on fasse l'amour sous ses yeux... Il y avait près de l'immeuble une petite chapelle. Quand mon copain allait s'assoir sur les marches de ce petit édifice, la cloche se mettait à tinter en pleine nuit, sans un souffle de vent. Cet ami s'était habitué à ce genre de choses. Du reste il les attirait. J'ai couché dans la chambre débarras en son absence. Hormis un silence impressionnant car l'immeuble était entièrement vide à part votre serviteur, je n'ai pas été incommodé et le "fantôme" ne m'a manifesté aucune animosité. Il est vrai que connaissant son histoire, je ne pouvais qu'avoir de bons sentiments à son égard.

Cette histoire a trouvé une fin heureuse : un lama résidant dans le secteur a donné un yantra qu'il a suffit de coller sur la porte de la fameuse chambre pour que tout phénomène cesse. Je suppose que le "fantôme" a trouvé une issue plus heureuse que le réduit ou même le placard dans lequel il s'était confiné. Enfin l'appartement a perdu de son charme. On doit pouvoir s'accommoder et apprivoiser ce genre de présence et quand on dispose d'une maison assez grande on peut faire une place à ce genre de colocataire, lui réserver une pièce et lui réserver une assiette et pourquoi pas lui parler. J'ai la plus grande admiration pour la civilisation tibétaine. Effectuer certains rituels pour se concilier les être invisibles résidant en certains lieux lorsqu'on veut y construite me parait être la moindre des écologies et honni soit qui mal y pense.

Construire les horreurs que l'on voit, n'importe où et n'importe comment est à mes yeux l'une des manifestations les plus insupportable du péché d'orgueil pour s'y reproduire comme des lapins et tout souiller par ces ordures dont notre "civilisation" possède le secret, j'ai les mains et les pieds qui me demangent quand j'ai en face de moi de ces êtres qui ne doutent pas un seul instant de leur "droit" à occuper le plus de place possible.

J'ai évoqué la sorcellerie, les hantises, il me reste à évoquer les mémoire des objets. Et là j'aurai recours à une expérience personnelle. Un copain qui m'a servi de chauffeur, jardinier municipal à l'époque, m'a invité à plusieurs reprises à dormir dans sa maison natale. Une maison fort peu luxueuse mais qu'importe j'ai bien dormi jusqu'à un certain jour. Alors que j'étais seul à l'étage, j'ai été submergé par des idées noires atroces. Certes je suis d'une nature plutôt mélancolique mais pas au point d'être déprimé à ce point. C'était atroce, sans savoir pourquoi je me sentais condamné, gagné par une sorte de malédiction, je sentais mes forces s'évanouir. C'était plus fort que moi, j'étais comme englué. Réalisant tout d'un coup ce qui se passait, dans un sursaut, je dévalais l'escalier, tambourinai au rez de chaussé forçant l'autre à émergé. Sans lui laisser le temps de reprendre ses esprits, je le soumis à la question : je te somme de me dire quel est le malade qui a couché dans ce lit !  Il me répondit : comment le sait-tu ? Il finit par lâcher le morceau : il avait un jeune collègue qui avait eu la malchanche d'attraper le Sida. C'était à l'époque où l'on n'avait pas encore fait de cette maladie une maladie chronique. Ca tombait comme des mouches ! Il avait cru bien faire en le promenant mais affligé d'une mauvaise nature, ce jeune en voulait à la terre entière. Il était devenu méchant et ne rêvait que d'entraîner tous ses semblables dans son malheur. Alors ça je peux dire que je l'ai senti. Il m'a fallu plusieurs jours pour me débarasser de l'infestation qu'il avait laissée derrière lui. J'ai dit au propriétaire des lieux qu'il n'avait qu'une chose à faire, c'est de brûler la literie en espérant que la contamination n'avait pas eu le temps d'imprimer sa marquer jusque dans les murs.

Bref, je crois qu'il était nécessaire de faire une place à toutes ces questions. S'en préoccuper sans excès de paranoïa et comme de simples phénomènes naturels fait partie des règles d'hygiène que je considère maintenant comme élémentaire. On a certes pas intérêt à parler de sciences traditionnelles comme le Feng Shui parce qu'on risque de passer pour fou et de toutes façons ceux qui y croient les réduisent à des recettes superstitieuses et n'en comprennent absolument pas la logique et je ne vais pas entreprendre d'en faire l'exposé parce qu'à partir du moment où on a intégré les principes, on n'a plus guère besoin de livres.

J'ai évoqué l'astrologie et j'ai le regret de constater que parmi tous les astrologues (et non des moindres) que j'ai pu cotoyer, je suis probablement le seul à avoir compris de quoi il retourne. Je ne suis certes pas le seul au monde à le savoir mais ceux qui savent de quoi je parle n'éprouvent pas ou plus le besoin de pratiquer la chose. Je m'explique : de même qu'une pendule correctement réglée indique l'heure qu'il est (légale ou locale) elle ne fait pas l'heure car si l'on déplace son aiguille, le soleil ne va pas se mouvoir pour  refléter l'indication del'horloge. Et ce de la même manière que la disposition des planètes à la naissance d'une chose ou d'un individu n'est qu'une image symbolique de sa destinée qu'il s'agit de déchiffrer. Comment voudrait-on que des planètes puissent avoir une influence physique, matériel sur un individu situé en un point donné et qui est bien moins qu'une fourmi à l'échelle d'un univers incommensurable dont nous n'apercevons qu'un très infime partie. On confond l'influence de la lune sur les marées qui relève de la pure météorologie avec ce que l'on appelle astrologie et l'influence que peut avoir notre second luminaire sur la biologie humaine ne peut être imputé au crédit de l'astrologie. Il s'ensuit que l'astrologie dit "scientifique" est une vaste rigolade ! Cette astrologie n'existe pas ! Même Jung, l'inventeur de la synchronicité comme principe de relation acausales n'a rien compris à la pièce puisque qu'elle part il afait une relation entre le contenu d'un thème astrologique en comparant les qualités du natif concerné à l'influence du soleil et du climat d'une année sur la qualité du vin du millésime correspondant. Par cette contradiction, il a prouvé son incompétence et a tout fiché par terre.

Il existe bien une relation de pure synchronicité, ce qui implique qu'avec les naissances programmées, il devient impossible de dresser un thème fiable. C'est comme si on manipulait les aiguilles d'une pendule en s'imaginant que le soleil se devrait d'avancer ou de reculer dans sa course à notre gré. Prétendre que rien n'arrive par hasard au point que les manipulations auxquelles se livrent les médecins accoucheurs pour leur convenance personnelle, feraient partie de ce qui était prévu de toute éternité, relève, chez les astrologues qui soutiennent ce genre de fadaise, d'une incommensurable jobardise parce qu'ils croient que se sont les influx présent qui "déterminent" la destinée qu'il peur appartient de supputer. Mais comment d'infimes et impalpables modulations en terme de gravitation ou de magnétisme pourraient expliquer l'infinie variété des destinées humaines à quelques minutes et quelques kilomètres de distance. Je ne connais guère d'idiotie plus monumentale que celle-là.

Ce qui est extraordinaire c'est que s'il existe des systèmes bien différents, correctement utilisés selon des principes rigoureux ils fonctionnent mais l'astrologie contemporaine, quand elle tend à se réduire à un psychologisme des plus vagues et des plus élastiques, ce n'est que de la merde sans grand intérêt ou, si l'on préfère une sorte de violon sur lequel on peut jouer à peu près tous les airs. Enfin s'il est une chose qui n'a plus aucun espèce d'intérêt, c'est bien l'astrologie médicale du moins du côté grec.

Je vais m'arrêter là. Il m'a paru nécessaire d'aborder des sujets qu'il est dangereux d'aborder quand on se soucie d'être cartésien et "scientifique" mais je ne vois aucune incompatibilité entre des sciences de pointe comme l'immunologie, la biologie moléculaire et certaines sciences plus ou moins occultes car il s'agit de mettre chaque chose à sa place et de ne pas tout mélanger comme ces charlatans qui parlent de physique quantique pour vendre des "bidules" à effet thérapeutique sans en connaître un traître mot. J'ai du reste de bonnes raisons de douter des spécialistes eux-mêmes car j'aimerais qu'ils m'expliquent comment ils s'y prennent pour valider leurs théories qui me paraissent n'être que des "vues de l'esprit"...