Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2018

L'affaire du "nouveau Lévothyrox" : les dernières nouvelles analysées sur un fond de féminisme revanchard

8402.pngLes dernières corrections de ce post sont en rouge.

Pathologie sociale émotionnelle

On ne saurait me reprocher d'avoir refusé de céder devant le caractère assez purement "émotionnel" qu'à pris l'affaire avec ses manifestations féminines de rue. Que cela plaise ou non il faut en reparler un peu.

Sauf qu'à l'heure actuelle, les femmes peuvent tout se permettre impunément de sorte que la moindre critique se solde immédiatement par un véritable lynchage. Et cette situation est devenue insupportable ! D'autant plus insupportable que ce sont en général des "cons" qui aiment à voler au secours des "meufs" afin de pouvoir poser en défenseurs respectueux des droits des femmes. Évidemment ces gens là font partie des "idiots utiles" et des "traîtres" les plus haïssables car ils ne voient pas qu'à terme, on va nous les hommes, se faire complètement "bouffer". Ainsi on est allé jusqu'à vouloir m'interdire de parler de ce qui suis en décidant que ce serait hors sujet !

Jusqu'à preuve du contraire nous sommes toujours en France et la liberté d'opinion est un droit absolu qui ne connaît que certaines limites (apologie de crime etc...) et à partir du moment où je ne cite pas de noms j'ai le droit de dire à un lecteur qui n'apprécierai pas mes propos que c'est un "connard" en lui disant d'aller se faire foutre... Nous sommes arrivé à une époque où il est exclu de faire dans la dentelle si on veut être compris !

Je me suis donc fait haïr et INSUTER en privé par une certaine Anne Duperey et par diverses harpies membres de l'AFMT pour m'être insurgé contre les manifestations massives de ces femmes qui sont descendues dans la rue pour protester à propos des problèmes posés par la nouvelle formule à base de T4. J'ai fait l'objet de spams sauf qu'il est une chose que l'on doit savoir : il est hors de question que je capitule devant des menaces. C'est même le plus sûr moyen de s'en faire rajouter une couche ! Que les excitées me lâchent la grappe et à défaut que le diable les emporte !

Ce qui m'a tapé sur les nerfs dans ces fameuses manifestations de rue, c'est que cela a encore été une occasion pour un nombre impressionnant de femmes dont la majorité sont passées au nouveau "Lévo" sans douleur de se faire remarquer. Il est clair en effet, que la recherche de l'égalité et de la parité est dépassée, une forte proportion de femmes veulent dominer les hommes et la tendance est à les présenter comme des prédateurs constitutionnels. Je suis d'autant plus révulsé contre cette révolte que je peux bien dire que je suis sans péché à leur égard pour l'excellente raison que les femmes ne m'ont jamais intéressé sexuellement parlant. Sauf que nous avons le même genre de problème en commun : à savoir la haine de ces "machos" de merde qui n'ont qu'une "bite" en guise de cerveau. Seulement voilà : je me suis rendu compte d'une chose, à savoir qu'en défendant les femmes mes confrères "homos",se sont bornés à seulement élever des chiennes pour les mordre ! Ils ne se sont pas rendu compte qu'elles allaient s'affranchir de toute espèce de tutelle et l'argement dépasser les bornes !

Un examen "sociologique" du phénomène s'impose avant d'entrer dans des considérations "techniques" ! J'entends initier ici un véritable procès d'un certain "féminisne" et je ne vois pas ce qui peut m'en empêcher.

Concernant l'aspect médical, je tiens à souligner que même si Merck devait être condamné, une telle victoire est sans doute bonne à prendre mais elle ne changera rien au fond du tableau : le problème je le rappellerai plus loin c'est que la voie consistant à tabler sur une seule hormone, la T4, inactive par elle-même est une CONNERIE.

Il ne sera possible de soigner correctement les hypothyroïdie que si les médecins recouvrent la faculté d'user de poudre ou 'extrait de thyroïde de porc. Il y a 4 hormones thyroïdiennes, l'Euthyral qui contient de la T4 et de la T3 est un progrès mais il en manque encore 2 qui ont forcément un rôle à jouer. Alors comment se fait-il quez personne n'a parlé de passer à l'Euthyral ?

Si la poudre de thyroïde de porc devait faire son retour, çà ne ferait pas l'affaire des musulmanes. Et bien tant pis pour elles ! Les tabous, alimentaires en particulier, basta ! On en a plein le cul ! Voyez le terrorisme véganiste sous prétexte des violences faites aux animaux, élevés en batterie. Faut pas tout mélanger ! On ne peut pas se priver de protéines animales, ces enfoirés de Vegans, à force de ne bouffer que des courges, sont devenus débiles et qui plus est méchants. Ils sont pire que les témoins de Jéhovah et autres "évangélistes". Ce sont de véritables inquisiteurs, il faut leur dire de le fermer, et s'il négligent d'obtempérer, leur botter le cul ou les claquer. Je n'apprécie pas particulièrement les carnivores qui engloutissent de la viande rouge à tous les repas. Mais chacun est libre. Quant à la maltraitance animale, c'est à la justice à sévir en fermant les abattoirs et les élevages défectueux et en foutant en taule les dirigeants...

Le monde actuel, il faut en être bien conscient, est dominé par une "moraline laïque" qui s'avère infiniment plus tyrannique que la "moraline catholique", cette dernière est devenu un véritable "plomb" mais la "moraline citoyenne" est encore pire car totalement dénuée d'intelligence. Basta, on n'en plus plus ! 

Il va vous falloir un peu de patience avant d'en arriver à ce qui concerne la thyroïde. Notez que je "balise" mes articles, vous pouvez aller directement à ce qui vous intéresse mais après revenez en arrière sinon vous allez perdre le plus important !

Si j'inclus un long préambule sur le "complot" à peine voilé d'une certain féminisme c'est parce qu'en le joignant à un article sur le Lévothyrox, il a toutes les chances de ne pas passer inaperçu. Soit dit en passant, j'aimerais être un petit rat pour voir la gueule que vont faire les dévergondées de l'AFMT en me lisant. C'est que j'ai une très mauvaise opinion de le teneur de leur échanges, leurs bavardages et leur pinaillages, en particulier sur le dosage de l'Euthyral, témoignage d'une parfaite méconnaissance du sujet. A vrai dire, ce n'est pas étonnant puisque les médecins et même les endocrinologues sont rarement à la hauteur !

Enfin certaines adhérentes ont osé me menacer d'une procédure : et bien à présent qu'elles osent !

J'ai pris le parti de piquer une "sainte colère" et de cadrer l'affaire à partir d'un bref historique du féminisme qui fait appel à une vision symbolique telle qu'on peut la développer à partir d'une base mythologique. Le problème dans ce domaine c'est que même les hommes ont, pour la plupart, perdu la faculté de recul nécessaire, le regard "panoramique" que réclame une telle interprétation. Les femmes jugent volontiers d'un Tout à partir d'un de ses plus infimes détails. Malheureusement la dégradation générale des qualités intellectuelles est l'une des rares choses qui soit assez franchement "égalitaire" et qui plus est assez notoirement "contagieuse" !

Je me réserve de revenir sur le sujet et d'évoquer en particulier la folie délirante de l'écriture inclusive ! C'est que j'envisage la médecine avec la plus grande "largeur  de vue". Et ceux que cela énerverais sont priés de se désabonner. Il est hors de question que je doive chercher à plaire. Ce blog m'attire plus de soucis qu'autre chose.

Le silence "assourdissant" des médecins

Il faut se méfier, lorsqu'on examine un phénomène, des apparences. On risque en regardant trop d'où vient l'agitation d'oublier le principal. Les femmes ont réagi parce que leurs toubibs ont été en dessous de tout mais ce n'est pas une raison pour tout excuser. On devrait savoir depuis longtemps que les manifestations publiques et le tapage médiatique n'a jamais rien fait avancer. On va s'en rendre compte avec la fameuse "maladie de Lyme".

Un récent article paru dans le Figaro expliquerait que le gouvernement n'ait pas tenu une certaine promesse qui devait s'incarner récemment. Rien de vraiment surprenant à cela ! Voir le prochain article à paraître sur la prévalence des spirochètes chez des porteurs sains. Il n'y a pas que les souteneurs du consensus de 2006 à avoir tout faux. Vu cette prévalence apparemment fort importante c'est quoi au juste la "maladie de Lyme". Il faudrait plutôt parler de "poly cryptos infections", on peut ajouter "froides" car elles ne déterminent que rarement des fièvres. Rien, ou pas grand chose à voir avec la "maladie de Lyme historique".

Concernant le Lévothyrox, mis à part l'intervention du Dr Dupagne à propos de la question des "bioéquivalences", je n'ai vu personne parmi les techniciens de santé chercher à faire la lumière hormis quelques pharmaciens, au demeurant peu nombreux, qui ont rappelé la nécessité d'un dosage de la TSH à terme après passage à la nouvelle formule. En fait les médecins n'ont rien vu venir et sont restés complètement passifs. Ils ont été LAMENTABLES !

Mais qu'attendent leur victimes pour hausser le ton, non pas contre les labos tous puissants mais contre leurs complices, les distributeurs patentés de médocs plus ou moins pourris. Oui certes si elles leur renverse le bureau sur la gueule, elles seront traités de folles, voire internées, comme pour les prétendues "maladies de Lymes imaginaires". Sauf que ce n'est pas en me vouant aux gémonies alors que j'essaie d'apporter des éléments de clarification que cette situation va se résoudre.

Première question : comment se fait-il qu'aucune parmi toutes ces femmes révoltées de s'en soient prises aux généralistes et aux endocrinologues en leur demandant des comptes ? A contrario qu'un particulier l'ouvre et c'est le risque d'un lynchage médiatique !

Eléments de réponse : Est-ce à dire que l'ensemble de la profession médicale serait misogyne ? Sûrement pas ! D'autre part, c'est un métier "paritaire". Les femmes médecins ça existe et le domaine de la santé est un espace où la mixité est évidente. Alors comment se fait-il que j'ai été traîné dans la boue par quelques "garces" alors que, lorsqu'on gratte un peu, on constate une complète passivité des prescripteurs ! Plus encore, nulle patiente à ma connaissance ne l'a déploré. En revanche, je reçois régulièrement des demandes pour indiquer un toubib capable de soigner les problèmes de thyroïde, sauf que je n'en connais pas hormis deux "stars" qui s'enrichissent de façon indécente en exploitant le créneau laissé vide par une carence devenue évidente. J'ai passé plusieurs mois à lire quantité d'articles sur le sujet et j'ai traduit l'ouvrage du Dr Starr donc j'ai le droit de prétendre m'y connaître un peu mais ça ne veut pas dire que je possède la maîtrise parfaite du sujet : ce qui frappe lors de la mise en place d'une supplémentation, c'est la possibilité de réactions paradoxales avec, sur un fond d'hypo, des signes cardiaques qui sont plutôt d'hyper de sorte que ce dont se plaignent les femmes mécontentes de la nouvelle formule est difficile à interpréter. Et je m'empresse de souligner que personne n'a cherché à clarifier tout cela !

Dans ces conditions, je ne saurais trop conseiller à ces femmes de diriger leur ire contre les véritables responsables ...

Une révolte essentiellement féministe

Je suis sûr que ce qui suit va faire chier non pas seulement des femmes plus ou moins revanchardes mais surtout des "mecs", c'est que je ne voudrais pas qu'on s'imagine que par solidarité je serais susceptible de les couvrir ou de les excuser systématiquement. En vérité si l'on en est arrivé là où l'on en est, c'est qu'une majorité de mes confrères sont plus ou moins tarés ! Il est du reste très symptomatique que la première personne à avoir réagi au point de s'être fait recadrer est un homme. Depuis c'est le silence, j'espère que ça va continuer. A moins que ce ne soit pour m'adresser quelques petits encouragements mais il n'y faut pas trop compter !

Quelques repère dans l'histoire du "féminisme"

Je me suis beaucoup intéressé au "féminisme" et ça ne commence pas avec la révolte des suffragettes anglaises. Je situe la première fracture dans la "guerre des sexes" au début même de notre "civilisation" qui n'est pas "grecque" mais bien romaine. Nous n'avons rien pris au grecs. La démocratie sans le tirage au sort est un imposture et une entourloupe. Certes la démocratie est une invention grecque, mais ce n'est pas suffisant pour définir la grèce. En fait d'originalité, il faut un second terme pour pouvoir prétendre à un rapprochement, je ne vois que la "pédérastie" comme comme candidat. En vérité, ce n'est pas un trait spécifique à la Grèce, on trouve ce genre d'institution chez tous les peuples guerriers, y compris chez ce que l'on appelle les "peuples premiers". Ceux qui désireront chercher un peu constaterons à cet égard que nos ancêtres les Gaulois n'étaient pas en reste, loin s'en faut.

En d'autres termes, je me sens plus "gaulois" que tous ces "machos" qui sont actuellement visés par une nouvelle loi sur les "outrages de rue". Il va leur en coûter 750 € à chaque dérapage et si l'interdiction de toutes relations sexuelles avant 15 ans est votée, ce sera la Cour d'Assises pour le moindre attouchement ! Évidemment, tout cela est excessif mais il va sans dire que si je pouvais fouetter jusqu'au sens tous ces "machos" qui sont contraints aujourd'hui de se faire caniches, j'y prendrais énormément de plaisir car on leur doit aussi ce que l'on appelle l'homophobie. Cette "sale race" n'a vraiment rien pour plaire et le seul vrai problème et que l'espèce de féministes qui sévit veut systématiquement criminaliser tous les mâles sans exception.

S'agit-il de retourner aux "fondamentaux gaulois" ?

Mais n'allez pas croire que je souhaite le retour aux "fondamentaux gaulois". A 70 ans tout ce qui relève de la libido est plus ou moins en berne et je n'aspire pas du tout à rajeunir car lorsque je vois ce qui attend les générations montantes, ce que j'ai eu à en chier n'est probablement rien ou peu de chose en comparaison de l'aliénation qui les attend et on est en présence d'un retour de balancier du aux excès de mai 68 et ça je l'avais senti venir depuis longtemps. J'ai connu un peu l'avant mai 68 et avec le recul, je peux dire que, tous comptes faits, c'était mieux avant pour des milliers de raison. Mais ce n'est pas une raison pour se laisser enrôler sous la bannière intégriste d'une certaine Ludivine, celle-là qu'elle aille se faire défoncer par un diable transformé en bouc !

Je dis : après moi le déluge ! Mais comme j'aimerais vivre encore un siècle pour voir la suite de la mauvaise pièce à laquelle on assiste, cela devrait vous laisser un répit !

Et si on parlait de l'enlèvement des Sabines 

louvr17.jpg

Le féminisme, ça commence avec l'enlèvement des Sabines. Rappelez-vous l'histoire immortalisée par un tableau de Delacroix.

Je me rappelle que ce tableau était présent dans mon premier Larousse. Il m'avait "titillé" sans que j'arrive vraiment à situer la cause exacte de mon trouble. Il m'a fallu du temps pour discerner que ce n'était pas les seins de la femme sise au milieu de la composition.

Une version présente sur youtube parle du "viol" des Sabines. Il n'y a pas eu "viol" mais enlèvement.

Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Enl%C3%A8vement_des_Sabines et

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fondation_de_Rome

fetch.php.jpgSauf que wikipedia néglige de s'étendre sur le peuplement de la rome initiale : on parle de Rémus et Romulus, allaités par une "louve", en réalité une "pute" mais on néglige de vous dire pourquoi il a fallu trouver des femmes. C'est qu'une fois tracées les limites de la nouvelle ville il a fallu rameuter des hommes et on a du tout simplement accepter toute espèce de proscrits en provenance des territoires voisins soit en grande partie des gens devenus indésirables dans leur patrie d'origine. Donc une bonne part de criminels et donc de bandits... Au fond la formation de Rome s'est avérée très semblable à celle du "nouveau monde" qui, à partir de Washington, prétend imposer son "nouvel ordre mondial".

Oui c'est quoi l'Amérique ? C'est une colonie fondée par des aventuriers et des hérétiques devenus des indésirables chez eux, plus évidement un contingent de "putes". On voit ça très clairement dans les saloons tels qu'ils sont campés dans les aventures d'un homme qui tirait plus vite que son ombre...

Donc il y a des hommes mais pas de femmes ! Et les peuples voisins ne veulent pas en fournir. Qu'à cela ne tienne, on invite les Sabines à une fêtes et on les rapte à la fin. Problème ces femmes il faut les apprivoiser. Et oui Wikipedia c'est vraiment de la merde! Pour connaître le fins mots de l'histoire il faut se référer au texte d'un bouquin portant sur les légendes romaines destiné aux enfants ! Sauf erreur c'est dans le livre ci-contre que j'ai découvert le pot aux roses !

Les Romains primitifs ? des "enculés" !

On nous explique à demi mot que ce sont les Sabines qui, se retrouvant entre les bras vigoureux de leurs ravisseurs se dirent qu'il fallait tout de même songer à profiter de la situation soit d'en jouir dans les meilleurs conditions. Donc OK se dirent-elles on est d'accord pour s'envoyer en l'air ensemble, on va même arranger le coup avec nos pères et frères Sabins, mais en échange vous devrez policer vos moeurs, plus de "gros mots", vous vous couvrez de cadeaux et d'attentions, bref on vous tient par la barbichette. Si donc vous respectez ce pacte secret, on ne fait la fiesta que si vous acceptez qu'on tire les ficelles en douce...  

Résumons : un ramassis d'hommes brutaux et pas très recommandables, du "gibier de potence" pour partie, enlèvent par surprise des femmes et doivent composer avec ces dernières qui, et oui, les tiennent par les couilles ! Voilà quelle est en réalité la véritable histoire de cette civilisation issue de Rome dont nous sommes si fiers ! J'ose espérer que vous conviendrez que ce n'est pas franchement brillant. Mais qu'à cela ne tienne, je suis un celte probablement d'origine albionique et Rome n'est pas ma patrie. Né pile poil au moment de l'affaire de Roswell, je viens probablement de Sirius de sorte que j'ai l'impression d'avoir débarqué dans un monde où ce sont des aliénés qui dirigent tandis qu'on remplirait les hôpitaux psychiatriques des rares gens encore plus ou moins "éveillés" mais qui, faute de maîtriser leur "communication", se font ramasser.

La suite de l'histoire : la montée du féminisme

culture hétérosexuelle_.jpgQui connait l'histoire des romains a appris qu'à une époque, les femmes étant devenues assez dominantes, elles auraient acquis la faculté de divorcer à l'insu de plein gré de leur mari. Et si ma mémoire est bonne c'est en particulier chez Martial que l'on découvre que pour se libérer de la tyrannie de leurs matrones les citoyens romains préfèrent draguer des garçons... A vrai dire, ils n'ont jamais eu besoin de ce prétexte pour commencer. Le seul interdit existant préconisait de ne jamais s'en prendre aux fils de bonne famille, distingués par une toge spéciale. Mais on se doute que si théoriquement seulement les esclaves et les vaincus étaient seuls consommables, on n'a point manqué de contourner la loi.

Ensuite, des siècles plus tard survient un phénomène étrange et très irrationnel dans une société médiévale hyper masculine, c'est ce que l'on appelle l'amour courtois comme acte de naissance de la "culture hétérosexuelle". Aucun historien n'explique vraiment cet espèce de météore... D'après Duby, le mot amour ne se serait employé qu'entre hommes, des hommes qui s'embrassaient un peu comme le font encore les Russes... Heureusement époque où une véritable convivialité ne nécessitait pas de recherche des preuves plus concrètes d'amour partagé !

Arrive la Grande Peste, il faut repeupler : Les ecclésiastiques fortunés vont jusqu'à investir dans des bordels. Plus question de tolérer des déperdition de sperme, entre temps la hantise de la "sodomie" est apparue avec la distinction, très biaisée, de ce qui serait naturel et contre-naturel. La somme théologique du maudit Saint Thomas est remplie de supputations ridicules. L'erreur a consisté a manipuler les preuves naturelles censées avoir été fournies par le monde animal en ne parlant que d'animaux et d'oiseaux monogames. Erreur funeste car on a depuis lors découverts que les pingouins formeraient des "couples gays". Entre temps Gide avait déclaré : puisque les chiens s'enculent allons y gayment ! Ce qui ne prouve rien !

L'homosexualité, nature ou culture ? On nous ressasse depuis un millénaire cet ultimatum en forme de fausse alternative fausse alternative ! En vérité tout ce qui est penchant naturel sauf les pulsions sauvages de meurtre peuvent servir de substrat culturel, les Grecs ont fait servir la chose dans le cadre de l'éducation. On peut bien trouver autre chose et de toutes façons un certain John Boswell a prouvé que les églises chrétiennes particulièrement orientales ont béni des couples de même sexe bien avant que la formalisation du mariage n'ai eu lieu. Soit 1215 (Latran IV) pour la partie orthodoxe je ne sais pas et puis à dire vrai je m'en fous. On ne sait pas quelle aurait été la finalité de ces rites mais il est établi qu'ils ont servi à couvrir et légaliser chez des clercs des relations que le nouveau catéchisme tient pour intrinsèquement désordonnées. Certes elle le sont si on considère que l'attrait du sexe ne doit servir qu'à procréer. Mais ça ne tient pas ! Les Bonobos, si tant est qu'ils soient nos ancêtres ont compris que les théologiens allaient se planter ! En effet pas d'autre solution que de considérer que si "Dieu" est dans le coup, il ne peut s'agir que d'un upaya (ruse divine). Quand il s'agit d'amour de type "homo" entre un nanti et un prolo, cela a pu permettre un changement de caste avec parfois des effets bénéfiques pour la société toute entière.

Post moyen Age : des femmes deviennent écrivaines et à la veille de la révolution, elles tiendront des salons à prétention littéraires, humanitaires et scientifiques : des hommes fardés, déguisés en faisans s'y pressent et y font assaut de galanterie. C'est le sommet de la déchéance mondaine. Au plus haut sommet de l'Etat le retour à la nature, autre thématique contemporaine s'illustre entre l'affaire du collier de la Reine qui s'isole dans une fausse ferme façon Dysneyland. A l'origine des idéaux pro révolutionnaires au sein de l'aristocratie des Lumières : un goût pour un avant Mai 68 qui s'enracine dans le mythe arcadien qui met en scènes des bergers bisexuels assez lubriques. Rien a voir avec l'Arcadie historique qui aurait pratiqué des sacrifices humains. Comme quoi il y a toujours une histoire de frustration sexuelle à l'origine des grands chambardements !

Un siècle plus tard c'est la vogue de l'amour dit "romantique" ! On est bien loin des envolées médiévales des amours viriles et guerrières en l'honneur d'un Roland dit de Ronceveaux... Le monde est presque quasiment tombé en quenouille. Viennent les suffragettes, le MLF et le tournant hyper agressif du "Balance ton porc"...

La chaos contemporain

A présent rien ne va plus, on observe des tentatives de retour à la non mixité. Les bourgeois pleins aux as font relève leurs ados dans des internats libres et on les enseigne dans des classes uniquement garçonnières. C'est que les filles sont pubères et relativement plus mûres bien avant les garçons, elles ont compris qu'en étant assidues, elles peuvent leur damer le pion. Ces derniers, au même âge restent très "ludiques", résultat ils sont surtout des grands "décrocheurs". Ils ont donc besoin d'être protégés contre eux-mêmes. Maintenant si les femmes ont fait leur place dans les milieux scientifiques, je suis pas certains pour autant qu'elles soient "égales" dans des domaines faisant appel à un type de spéculation abstraite, en revanche tout ce qui est assez franchement "utilitaire" tend à leur aller comme un gant...

Ainsi quand j'entends parler de "femmes philosophes", cela me fait l'effet d'une mauvaise blague et même d'une incongruité ! J'observe par exemple qu'un auteur dont la lecteur m'a marqué, n'a suscité aucun intérêt de la part de femmes. Précisons que la marque ne s'est exercée que jusqu'à un certain point puisque j'en suis revenu en finissant par littéralement vomir ses continuateurs. Toutefois, ce seul exemple est particulièrement révélateur de certaines limites intellectuelles qui s'explique du reste assez aisément du fait même de la vocation la plus évidente pour une femme, savoir la maternité. On pourrait du reste sur ce seul exemple, appuyer la thèse, autrefois très librement professée et selon laquelle les femmes n'ont pas le sens du sacré. Cela s'explique du reste assez aisément attendu que la vocation la plus évidente d'une femme, c'est bien la maternité ! La gestation d'un enfant réclame un environnement sécurisé et si possible très confortable de sorte qu'il n'y a pas lieu de s'étonner que d'une manière assez atavique les femmes soient majoritairement marquée par des soucis essentiellement "matérialistes". On m'accordera, je l'espère, que les femmes capables d'une vie "spartiate" sont rares et ne sauraient constituer des exemples mais bien des exceptions !

La fin de l'histoire : la arrières petites filles des Sabine ont décrété un pouvoir sans partage

Il est clair que les Sabines historiques ont "collaboré" pour à la fois assagir leurs frères et leurs pères car elles y avaient intérêt, elles eussent été folle de ne point profiter de la vigueur de leurs ravisseurs. Les femmes sont souvent admirables quand il s'agit de ménager le beurre, l'argent du beurre en conjuguant tout cela avec la bite du crémier. A présent, elles veulent surtout le cul du crémier.

J'ai été frappé par l'évolution des fantasmes avoués par les femmes car il ressemblent étrangement à des fantasmes de "pédés" quand il se fixerait sur les cuisses et le postérieur plus que sur la largeur des épaules...

Enfin peu importe, le rapt n'était pas autrefois un article des codes pénaux de l'époque. Les filles les organisaient volontiers pour forcer les parents à accepter un mariage non consenti mais à présent que c'est devenu un article hautement criminel, les arrières petites filles des Sabines se sont mises en tête de faire payer à tous les mâles l'enlèvement de leurs arrière arrières grand mères.

Parenthèse sur l'affaire Weinstein

Quand on nous parle de l'affaire Weinstein, je hurle ! Il faut être clair : non seulement absolument rien n'obligeaient les actrices à passer dans le lit de cet abominable individu. Si ça ne leur convenait pas, soit elles auraient du renoncer à un rôle quelconque, soit elles avaient la faculté de balancer un coup de tatane dans les "roubignolles" de leur abuseur, soit de lui mordre la bite jusqu'au sang et au besoin de lui casser un potiche sur la tête, de profiter de la confusion pour balancer ses fringues par la fenêtre avant de se rhabiller  et de sonner le tocsin.

Il est clair et indiscutable que quand on consent à coucher pour obtenir un avantage quelconque on est et on reste une "PUTE". Point barre !

Alors maintenant qu'il existe des réalisatrices qui ont percé, ces actrices la ramènent. C'est un peu tard ! Je leur réponds : et bien si le crime n'est pas prescrit rendez d'abord le pognon mal acquis et on verra ensuite si vous méritez réparation !

D'autre part, oser réclamer des punitions pour les "outrages de rue" quand la plupart des femmes se baladent quasiment à poil, c'est vraiment nous prendre pour des imbéciles.  Il n'est que de voir ce qui s'est passé récemment à Cannes : d'un côté des mecs en smoking avec nœud papillons et de l'autre des gonzesses vêtues de façon plus ou moins transparente. 

Que les choses soient claire : les femmes qui parce qu'elle se sont ainsi déguisées en "pot de miel", je ne saurais les plaindre quand elles se font violer. Cela m'est totalement INDIFFERENT. En effet, comme l'a fait remarqué un ami, ancien réalisateur, qui écrit régulièrement aux parlementaires et spécialement aux Sénateurs ainsi qu'au Conseil d'Etat, les hommes ne sont pas des porcs mais des ours. Et pour ma part, je suis un ours qui déteste les sucreries, et jusqu'à nouvel ordre on a bien le droit de préférer le salé au sucré !

Le défaut du sens sacré, un apanage assez féminin !

A mon avis il existe deux sortes de femmes, ce que j'appelle les "femmes converties" (à un christianisme sincère) et les "femmes naturelles". Ces dernières sont celles que vous appelez "libérées" alors qu'en fait elles n'ont jamais été apprivoisées et n'ont eu à s'affranchir de rien. Elles sont restées à l'état de nature, elles n'ont pris de la civilisation que les biais susceptibles de leur permettre d'arriver plus vite à leur fins.

La différence avec les hommes, c'est que s'il peut s'agir de loups dominants, à l'instar des canidés en général les garçons sont nettement plus domesticables que les filles. Il y a des "humains chats" ce sont, à mon avis, les plus évolués, ils vivent en solitaires, recherchent l'autonomie et ne se lient qu'avec des gens qu'ils jugent dignes de confiance. Soit dit en passant les garçons chiens ne manquent pas de charme quand on leur donne de bonne raisons d'éviter de mordre.

Défaut du sens du sacré ! C'est ma foi bien vrai ! Sauf qu'il s'agit d'un concept malaisé à définir. Qu'importe, ce n'est pas le lieu d'en parler ici. Disons qu'en matière de spiritualité, la simple dévotion n'est pas loin de constituer la pire disqualification. Ce n'est pas un genre de dévotion très masculin...

Vous allez me dire que ce sont surtout les femmes qui vont à l'église. Oui est c'est bien là le problème !

Certes oui car un certain nombre d'entre elles emmerdent, sèment la zizanie et font fuir les hommes que ce soit par maladresse, bêtise ou pure malveillance. Il est souvent difficile de trancher car la logique n'est pas une chose très féminine. Donc elles montent la garde autour des curés, les manipulent, exigent de connaître le motif de l'entretien quand elles s'érigent en secrétaires et que l'on réclame un RV dans l'espoir de pouvoir régler un problème contingent.

Ma vie d'organiste spécialisé dans la musique dite baroque est empoisonnée depuis des années par la malfaisance ou simplement l'incompétence de ces sortes de pestes.

Il faut dire hélas que la majorité des curés n'ont guère de "couilles" que lorsqu'il s'agit d'abuser de leurs enfants de choeur. J'ai vu, quelque part dans la vallée du Rhône, une coalition de paroissiennes dire au patron : c'est lui ou nous simplement parce que sa tête ne leur revenait pas. J'ai donc mille et une raisons d'être remonté contre par mal de femmes car certaines sont d'un culot et d'une arrogance phénoménale.

Le sens du sacré n'a évidemment rien à voir avec la dévotion des grenouilles de bénitiers, grenouilles d'une espèce assez particulièrement venimeuse dans la religion romaine. Là aussi on a tendu à démocratiser de sorte que même pour l'ordinaire de la messe on perd les pédales dès qu'on passe une frontière vu la généralisation des langues vernaculaires. Et là où souffle un courant plus ou moins "charismatique" on se trouve convié à former une ronde pour la récitation du Notre Père. Il va de soi qu'ayant goûté à diverses formations plutôt orientale, je suis toujours quelque peu "ébouriffé" par ces manifestation d'une démagogie des plus creuses ! 

Mieux vaut ne pas s'étendre sur le spectacle de ces "lectrices" quand elles sont basses sur pattes, boulottes, et se dandinent en jupe courtes et montées sur les échasses de leurs talons hauts. On a oublié que toute personne officiant dans un choeur devrait porter un vêtement distinctif, savoir une aube ! Cela dit l'église catholique est à tout égards une véritable pétaudière dirigée, au plus haut niveau par des chapons, c'est à dire des gallus domesticus ayant subi une castration. Encore une autre engeance pernicieuse qui prétend être qualifiée, après presque 10 siècles d'abstinence obligatoire pour donner des conseils en matière d'économie conjugale et sexuelle en particulier. Enfin l'on sait à présent que toute secte vit de promesses fallacieuses du style plus tu en chiera ici bas, plus tu sera récompensé dans l'eau delà

Il est certes normal d'en chier car le paradis est censé être derrière nous mais seulement jusqu'à un certain point. Il ne saurait être question, que l'on soit né homme ou femme, de continuer à accepter indéfiniment d'avaler des couleuvres et, par dessus le marché, d'être obligé de se répandre en remerciements. Soyons clair : à partir du moment ou le christianisme est devenu "catholicisme" sous la férule d'un certain Constantin (dont on n'est même pas sûr qu'il aurait été baptisé à l'article de la mort), les carottes ont été cuites ! On nous raconte, pour mieux nous flatter, que l'homme aurait été fait à l'image de Dieu mais c'est l'inverse qu'il nous faut considérer : à savoir qu'on nous a fabriqué un "Dieu" à l'image de ces patriarches couillus mais "homophobes" pour qui, certains aspects de la diversité humaine serait pure "abomination". Tout cette clique ne parasites ne peut survivre qu'en prônant un type de famille très étriqué, avec un papa et une maman que l'on aliène avec des contes sentimentaux afin de se faire entretenir par eux...

Cela dit si la Ludivine s'est fait ramasser lors d'un récent débat télévisuel portant sur la P.M.A et la G.P.A., s'il se trouve que des spécialistes ayant autorité ont osé dire clairement que le fait pour un gosse d'avoir été élevé soit par deux mamans soit par deux papas n'est aucunement traumatisant en soit, il se trouve que le fait que les couples de lesbiennes soient favorisés vu que les couples masculins doivent recourir soit à la G.P.A (20 à 40 000 $) soit aux possibilités très réduites d'adoption fait que ce facteur s'ajoute à quantité d'autres facteurs aboutissant à une prédominance massive des femmes dans l'éducation des garçons : maternelles, garde au profit quasi exclusif des femmes en cas de divorce, décriminalisation du statut de mère célibataire etc... Je note du reste, à propos des divorces que le "mariage" n'est souvent qu'une étape pour aboutir à un maternage de célibataire avec en plus une pension alimentaire copieuse, l'accaparement de la moitié du produit de vente de la baraque quand le couple possède un toit, en sus du rapt des enfants et de la rançon qui s'y attache. Je m'excuse mais il faut être soit un idiot congénital, soit un adepte d'un masochisme suicidaire pour aspirer au mariage "hétéro" !

Vouloir des "enfants à soi" ? c'est la marque d'une tendance à l'abus de pouvoir !

Je note que vouloir des "enfants à soi" n'est pas une preuve de générosité mais fondamentalement un pur abus de pouvoir. La doctrine de l'Eglise catholique, au moins sur ce point est claire : les enfants sont un don du Ciel. On oublie que cela peut être également une malédiction, notamment en cas de trisomie ou de handicap. mais en vérité c'est uniquement une loterie ! Qui veut des garçons risque d'être crédité d'une ribambelle de fille et si une correspondante d'origine algérienne a rectifié mes idées fausse en m'apprenant que la parité des naissance est très légèrement en faveur des garçons et non des filles, leur goût pour le risque les fait minoritaires en fin de course.

Si l'on désire vraiment accéder un jour à une société plus égalitaire, il faudra inventer ou réinventer un mode de gestion de la progéniture où, pratiquement dès la naissance les gosses seraient soustraits aux parents et élevés ensemble. Je sais, je vais faire hurler, je risque de passer pour fou, mais il n'empêche que l'on sait que l'élite ou plutôt les riches" se co-produisent indéfiniment et toujours au détriment des pauvres ! Et cela ne fera que s'aggraver ! Je dis cela d'abord parce que je ne souhaite pas passer pour un promoteur de la P.M.A ou de la G.P.A.. A propos de cette dernière la levée de boucliers contre la marchandisation du corps des femmes comme productrices d'enfants est d'abord une sombre hypocrisie car le monde dans lequel nous vivons est bien un monde ou le plus vil des esclavages persiste de manière parfaitement légale par des conditions de travail et de rémunération absolument abjectes ! Pôle emploi peut radier un chômeur s'il a refusé à plusieurs reprises de prendre un emploi au diable vauvert !

"Balance ton porc" ! Un tournant dans la révolte "féministe"

Depuis l'apparition du mot d'ordre style "balance ton porc", un cap assez terrifiant a été franchi. Notez que j'ai donné le lien en cache, sur Libération il est désormais impossible de lire un article sans s'abonner. Il est impossible de faire disparaître le panneau qui s'interpose. J'invite les hackers a tout simplement faire sauter le site de ce canard. Ce genre d'emmerdement tend à devenir une pure obscénité. Vu la soumission de la presse française en particulier, je lui souhaite de tout simplement crever ! Je ne parle pas de la nécessité, à chaque page consulter, d'accepter les cookies avant de pour lire quoique ce soit. Si c'est la CNIL qui a imposé ce manège, il faut la faire sauter également. La pratique de l'Internet tend à devenir un véritable calvaire... Soit dit en passant la Sandra Muller, qui est à l'origine, de cette campagne a une très sale gueule, je me demande comment un hétéro peu avoir eu envie de la faire grimper à un septième ciel. Soit dit en passant le patronyme de cette dame n'est pas très auspicieux : Müller = meunier, un profession très "instable" qui dépendait des caprices des vents...

Ainsi toutes les occasions sont bonnes pour monter au créneau en descendant dans la rue. Et c'est à chaque fois cela donne lieu à un déluge d'hystérie au vrai sens du terme. A entendre les rebelles, tous les gynécos seraient d'odieux abuseurs soucieux d'user de toutes sortes de procédés pervers pour humilier les femmes. Etc, etc... C'est du n'importe quoi ! Il y a certes partout des monstres mais de là à oser dire que tous les gynécos seraient des tortionnaires, il y a un pas que l'on ne saurait franchir à moins de soutenir que le fait d'occuper la meilleure loge pour assister à leurs "incommodités" et au sautes d'humeur censée être impliquées par les "quatre saisons" (c'est nouveau et ça vient de sortir !) de leur cycle hormonal finissent par devenir une sorte de "pousse au crime". Quoiqu'il en soit, il existe un remède et il consisterait pour les femmes médecins à investir massivement cette spécialité !

Je persiste et signe ! Ras le bol de tous ces débordements, n'en jetez plus la cour est pleine ! On est littéralement "gavé" ! D'autant plus que l'inventeuse du mot ordre en question est une ignoble salope ! Cette immonde créature a crucifié un homme, en l’occurrence un journaliste en le conduisant à la ruine, non parce qu'il l'aurait harcelée, ce qui nécessiterait une répétition (récidive) mais simplement parce qu'il lui a fait une proposition qui a été jugée "malhonnête". Un notion très relative puisqu'il est des actrices qui osent dire qu'elles prennent beaucoup de plaisir quand on leur pelote le cul !

Catherine Deneuve et les 343 salopes à la vue courte

Soit dit en passant, ce n'est pas ce type de réplique qui va solutionner le problème. La grande actrice (Catherine Deneuve et ses 343 salopes) dont il s'agit n'a pas pris conscience qu'elle ne peut guère servir qu'à convaincre les mâles que beaucoup de femmes ne seraient que des "grosses cochonnes". Une fois de plus, on est obligé de constater qu'en matière de stratégie et même de philosophie les femmes ont de fortes chances de toujours se singulariser par des vues excessivement "courtes". C'est à dire en portion exacte de leurs robes, quand elles en portent encore, et qu'un feu de plancher les a outrageusement raccourcie. Nous avons comme "modèle national" une "trogneuse" qui lorsqu'elle a traversé la cour de l'Elysée avant son mari m'a surtout fait l'effet d'une "sauterelle" affublée de chiffons bleu. Cela dit je n'ai rien contre cette femme à laquelle la télévision nationale vient de consacrer une évocation des plus romantiques. Simplement son côté "midinette" me fait douter qu'elle puisse avoir été un grand professeur de littérature française. Quant au fait de savoir si son mari serait "gay" et bien que son narcissisme soit assez évident, j'en doute ! Il se pourrait tout simplement qu'il ne soit pas vraiment "fini" de sorte que je pencherais plutôt pour une forme rare d'asexualité chez un ado prolongé... Qu'importe, le seul problème est que s'il consulte les gens sur les réformes à faire, il ne tient aucun compte de l'avis des français et ça pourrait se mal terminer !

"Plus belle la vie !" Un excellent miroir pour des études de sociologie contemporaine !

Conasse.JPGCe feuilleton est vraiment une révélateur extraordinaire des "pathologies sociales" contemporaines. Ci-contre dans le rôle de la femme libérée devenue boss d'un média une journaliste tyrannique qui distille les propos humiliant avec de l'autre le couillon de service un certain Sacha qui encaisse tout sans broncher. Si j'avais du supporter une patronne pareille, je crois que je n'aurais pas pu résister à la tentation de l'étriper et de la réduire en bouillie. Voilà une excellente illustration du genre de femmes qui prétends à mener le monde. Ce type de connasse et de salope perverse existe aussi dans les ménages sous une forme plus voilée de ces concubines qui font tout pour pousser à bout leur homme pour ensuite se présenter comme victimes.

Les séries contemporaines, policière en particuliers, sont très révélatrices des tendances sociales existantes. Côté anglais, avec Inspecteur morse, un cadre très classique, où les femmes restent à la maison, n'intervienne en fond que pour des "amourettes" et côté français des scénarios où le commissaire est toujours une femme qui mène à la baguette des hommes dont un "ex" plus ou moins déclassé. Une seul exception sympathique: la figure du "commandant Marleau" qui, sous des dehors assez "ours", dissimule des trésors de finesse voir d'éducation... Les deux exemples évoqués pourraient du reste servir à illustrer une différence nord/Sud.

Féminisme du Nord et du Sud

Je viens du "Nord", je n'ai jamais vu de conflit de travail sérieux entre hommes et femmes. Si une femme, fut-elle un peu "hommasse" fait preuve de compétence et de bonhommie, elle est plébiscitée par les hommes. C'est le style commandant Marleau !

Au Sud l'horreur absolue, ce n'est du reste pas un hasard sir la journaliste ci-dessus est censée être marseillaise quoique les vrais marseillaises sont sans doute très différentes des grandes bourgeoises de la métropole niçoise. Au sud, le soleil tape fort et rend les hommes fainéants, ils ont beaucoup délégués au point d'être aujourd'hui totalement dépassés et soumis, sauf au café où il continuent de se vanter. Sauf que les femmes étant aussi présentes, ils ont du mettre une sourdine à leur vantardise. En plus les femmes vivent plus longtemps. Cela risque de changer car elles fument et sont contrainte d'assumer le stress du monde du travail. Sauf qu'il y a une différence : les hommes restent à cheval sur certains principe, tandis qu'à cet égard les femmes font généralement preuve d'une "moralité à éclipse". Un patron peut se les accommoder assez facilement sans avoir à les mettre dans son lit.

Plus on va vers le Sud plus les hommes se reposent sur les femmes. Jusqu'à en faire des bêtes de somme en Afrique. N'empêche que la claustration dans les harems témoigne surtout d'une peur des femmes et que cette claustration est relative. Les maisons communiquent par les toits et pendant que les mâles fument le narguilé en ville, il s'en passe des vertes et des pas mûres dans leur dos.

Le Sud a été pour moi une série de "chocs" parfois excessivement pénibles mais au moins ai-je des chances de ne pas mourir idiot. Un dernier détail en passant. J'ai trouvé un excellent ostéopathe qui me suit depuis des années. Son cabinet est situé dans une rue où sont concentré une proportion phénoménale de commerces de fringues de luxe pour dames. Les propriétaires sont toutes des femmes ou des maîtresses de notables fortunés qui occupent leur loisirs en vendant du chiffon. C'est tellement caractéristique que rien qu'en les voyant évoluer je devine presque tout de leur origine sociale.

Du lesbianisme, du gouinage et de la trahison des mâles

Mais enfin le plus pénible dans ce genre d'affaire, ce ne sont pas tant des femmes mais d'anciens "machos" qui parce qu'ils ont mauvaise conscience, en arrivent, par pure flagornerie, à faire chorus avec les ennemies patentés du genre masculin. Que des dévergondées me haïssent je m'en tape mais le problème c'est qu'elles trouve des "souteneurs". Soyez certains qu'en agissant ce genre d'ordure ne gagnera jamais rien au change, bien au contraire. Qu'il ne s'imaginent pas qu'en se comptant dociles envers les nouvelles amazones, ces dernières leur concéderont la possibilité de "tirer un (ou plusieurs) coup" car il faudrait commencer par prendre la mesure exacte de l'origine de la volonté de domination des femmes.

Or il faudrait tout de même commencer par se rendre compte que les meneuses les visibles et les plus acharnées à systématiquement criminaliser les hommes sont ce que l'on appelle vulgairement des "gouines".

Je tiens à faire une différence entre ce qui relève du lesbianisme d'une part et ce dont il vient d'être question d'autre part. Le lesbianisme est une culture à caractère féministe qui possède une histoire au même titre que le versant opposé des amours dites grecques. Le lesbianisme a surtout fleuri à la Belle époque, j'en ai eu un aperçu en découvrant assez récemment l'existence d'un travail de recherche assez fouillé sur la folle histoire d'un certain château des Avenières. Je n'en connais pas l'auteur mais il a campé la propriétaire américaine du château dans le milieu lesbien de l'époque, celui de Renée Vivien alias Pauline Tarn et Cie.

Cette culture n'est pas chose susceptible de me passionner puisque les "mecs" en sont exclus et que son caractère à la fois mondain et futile n'est aucunement susceptible de me passionner. Mais au moins peut-on affirmer que tout cela était relativement innocent. Les femmes qui ont décidé de se courtiser entre elles laissaient la politique au mains des hommes et ne paraissent pas avoir voulu s'en mêler.

Le "gouinage" c'est tout-à-fait autre chose et c'est une "culture" reposant sur des frustrations et un désir d'inverser l'ordre établi. C'est en réalité une entreprise purement vengeresse qui se fonde sur la fausse thèse d'une "colonisation" systématique et abusive des femmes. Les meneuses qui ont contaminé l'ambiance (et dont je ne citerai pas les noms) sont, c'est très clair, des femmes qui n'aiment pas les hommes, les haïssent au point de vouloir les détruire ! Lorsqu'une femme se balade en mettent en avant un "balcon" proéminent et autres soit-disant "appâts", ceux que cela excite devraient l'imaginer portant une pancarte attention je peux vous détruire !

Il est un point sur lequel aucune religion n'a pu se tromper : la femme tend à être par nature un piège ! C'est écrit noir sur blanc dans la Bible et dans le chapitre de la Genèse ! Eve nous est présentée comme l'interlocutrice privilégiée du serpent. Il faut dire que les hommes n'ont jamais été très clairvoyants à cet égard puisque Adam n'a guère hésité avant de tomber dans le panneau et de croquer la pomme maudite ! Je ne suis pas loin de croire que j'appartiens à une espèce assez supérieure puisque étant totalement immunisée à l'égard d'un tel drame. On oublie que les listes d'hommes que l'on tient pour "grands" appartenaient à cette espèce, et lorsqu'il s'est agi de philosophes non complètement immunisé, la censure de l'époque aidant ils se sont révélés être très misogynes.

Non non et non ! Il faut arrêter de nous rebattre les oreilles, la femme n'est pas naturellement douce, aimante et maternelle. Elisabeth Badinter nous rappelle qu'il s'agit seulement d'une possibilité et que pour qu'elle se manifeste il faut que son enfant la séduise !

Puisque l'on parle de cet auteur, procurez-vous X Y de l'identité masculine ! Vous y découvrirez qu'à l'époque où on dispose de machines et même de robot, il a cessé d'être le sexe fort. Le mâle a besoin d'avoir une vie sociale et d'être accepté par ses pairs, on lui en demande beaucoup. Chez la femme quand rien ne va à son gré, il arrive que la fin justifie les moyens ! Nous formons à présent le sexe faible. Les garçns ont le plus grand mal à trouver des copines car elles font volontiers monter les enchères. Ils sont en général beaucoup plus pudiques, les garces sont assez souvent d'une vulgarité outrancière. Ils sont assez doux entre eux excepté quelques futurs poivrots qui peuvent instantanément changer de visage à la moindre offense supposée. Des femmes même âgés et par ailleurs éduquées tombent dans le mauvais goût de vous brandir leur "couilles" à la figure et je dois dire que ça m'agace ! Je ne manque jamais une occasion de leur dire d'arrêter de parler de ce qui n'existe pas !

Pathologie sociale germanique évocatrice d'un avenir peu engageant

Je viens d'apprendre que ce qui est en train de se cristalliser chez nous a déjà causé en Allemagne des dégâts considérables. Une française venant a débarquer outre Rhin va, durant le premier mois s'extasier en découvrant qu'on lui fiche la paix car elle ne risque ni d'être sifflée ni d'avoir à supporter des mains dites "baladeuses". Le mois suivant elle ne manquera pas de commencer à s'inquiéter en se demandant si tout cela est bien naturel. Enfin le troisième mois, elle en arrivera, ne pouvant plus supporter l'indifférence, à plus ou moins fatalement se rapprocher de milieux d'expatriés européens ou même "exotiques".

En Allemagne, le nombre des célibataires, sans doute des deux sexes, serait en train de grimper !  J'avoue que d'apprendre cela m'a fait grand plaisir...

La France, aime à faire du buzz autour de ses revendications et de ses polémiques et comme on y a tendance à se prendre pour le centre non pas seulement du monde mais de l'univers entier, nous ne voyons guère ce qui se passe ailleurs. Non seulement notre système médical n'est pas la panacée mais en matière de féminisme la merde vient d'ailleurs et s'acclimate avec un temps de retard.  D'Outre Atlantique en particulier...

Peut-on arrêter ce délire ?

Pour faire obstacle à la féminisation revancharde du monde qui nous tombe dessus (en attendant une éventuelle quatrième guerre mondiale !), je ne vois qu'une solution apprendre aux hommes à s'aimer plus ou moins concrètement. Mais il ne s'agirait pas pour autant d'abandonner les leviers de commande aux femmes mais plutôt de les reprendre de façon énergique mais en pratiquant la justice et l'équanimité à l'égard des femmes matures qui aspirent sincèrement à participer à la gouvernance du monde.

Ce qui me débecte dans la "culture LGBT" c'est son côté consumériste qui incite les mâles à vivre dans un ghetto rempli de leurs seuls semblables une vie de loisir dans un monde totalement utopique. Il ne faut pas s'y tromper ce "renfermement" arrange énormément les "mégères" qui rêvent de supplanter aussi totalement que possible toute espèce de gouvernance venant des mâles. A ce propos, il faut tout de même se résoudre à considérer la relative bégninité des aspirations des "gays", comparés à la virulence de ces plus ou moins "gouines" qui mènent la danse et ne conçoivent plus les hommes que comme pouvant être à la rigueur des objets de plaisir jetables. Il est vrai qu'une majorité à tout fait pour mériter ce traitement mais ceux qui ne seraient coupables à la rigueur que d'indifférence envers les femmes ne méritent absolument pas d'être traités en esclaves !

J'observe que si le fait d'avoir les yeux rivés essentiellement sur ce qui se passe dans les médias peut conduire à surestimer l'influence des "agitées de la matrice", il ne faut pas attendre des hommes la moindre réaction salutaire. Hier, au sortir d'une visite chez l'ophtalmo, une bonne niçoise typique, pour un fond d'oeil périodique qui m'a valu de me voir gratifié d'un fond d'oeil de jeune homme (après le constat de globules rouges increvables sauf après 2 H 30 d'observation, c'est toujours bon à prendre à près de 71 ans...) il m'a été conseillé d'aller me restaurer au Flunch qui se trouve en face du cabinet.

Soit dit en passant, on y bouffe vraiment de la merde ! J'ai eu le tord de choisir une pizza au saumon fumé. On m'a servi un machin excessivement mince et pâle chauffé au micro onde mais étant sous le charme de la bonne nouvelle reçue, j'ai pas fait gaffe qu'on ne "cuit" pas ainsi une pizza ! Mais enfin j'ai pu observer des couples. C'est clair que c'est toujours la femme qui conduit l’attelage, ce sont elles qui parlent le plus mais les hommes, surtout âgés apprécient d'être ainsi coachés. Je vois aussi des jeunes père ravis de se mettre au même niveau que leurs gosses.

Quand le sort des femmes françaises se trouve placé entre les mains d'une "courge" !

Mais il est vain d'attendre un sursaut de la part des confrères et au niveau du gouvernement, c'est l'horreur avec une ministresse qui prône la garde des enfants au seul profit des femmes. Je parle de l'horrible Marlène Schiappa qui a accédé à ce poste suprême après avoir pondu des livres porno dont l'un s'intitule Les filles n'avalent pas ! Soit dit en passant, ce titre en dit long sur les limites de son amour envers les mâles. A moins d'être complètement vérolé le sperme est plein de vitamines !

Je me suis penché sur la traduction de Schiappa et voici ce que cela donne :

Schiappa.JPG

Seul des femmes ne risquent pas grand chose en critiquant d'autre femme mais de façon acerbe. L'injure d'un homme à l'égard d'une femmes coûte 750 € mais entre femmes c'est bénin, ça ne coûte que 38 € et je suppose que d'une femme envers un homme c'est kif kif. Bonjour l'égalité !

Il faudrait que des femmes s'élèvent contre cette volonté de domination sans partage que l'on constate partout de la part de certaines meneuses populaires.

Mais ce n'est pas en revendiquant la faculté de se laisse peloter le cul. On s'est extasié devant le courage d'une Catherine Deneuve et de ses 343 salopes mais force est de constater que ça vole bas. 

Il faut se résoudre à constater qu'en matière de flamboyance littéraire je ne sache point que les femmes aient été très "procréatives" ! J'ose espérer que l'on n'aura point le mauvais goût de me reprocher d'avoir voulu combler un carence qui chez mes confrères n'est datée que depuis l'apparition de la tyrannie du "politiquement correct". L'efficacité, nécessairement relative dans un contexte aussi troublé, impose un renversement en faveur du "politiquement incorrect". Il ne saurait plus être question de tourner autour du pot !f

Thyroïde ! Revenons aux "fondamentaux" !

Revenons aux problème de thyroïde. Force est de constater que l’hypothyroïdie était mieux soignée à la fin de XIXème siècle que de nos jours. On avait recours à la poudre de thyroïde de porc qui n'est contre-indiquée qu'en cas de problème auto-immun. Les 4 hormones, de T1 à T4, y étaient présente. Certains amaigrisseurs français ont abusé des extrait thyroïdiens et il en est résulté des accidents. Au lieu de sévir contre ces dangereux charlatans, on a carrément interdit l'usage de la poudre de thyroïde de porc. 

Je rappelle une fois de plus que l'on a guère de chance de pouvoir équilibrer une thyroïde déficiente en se contentant de T4. Il faut que cette T4 soit correctement transformée en T3 car la T4 est inactive. De plus il faut que les cellules cibles de la T3 soient fonctionnelles. Donc en ce qui me concerne, si j'étais médecin, je me contrefoutrais du Lévothyrox et j'opterai pour l'Euthyral. Ce n'est pas la panacée mais chaque fois que j'ai pu convaincre une femme de houspiller son généraliste et son endocrino pour avoir accès à ce mélange de T4 et de T3, il en est résulté un mieux être, avec parfois des rechute car rien n'est simple dans ce domaine.

Or je constate que la crise survenue à propos du Lévothyrox nouvelle manière n'a pas eu pour effet d'inciter à un essai de l'Euthyral. D'où la question de savoir pourquoi ce médicament parait faire si peur aux médecins. Réponse: la demi vie de la T3 est assez courte et si on a la main lourde les effets indésirables risquent d'apparaître sauf qu'en raison même de cette demi vie courte, il sont appelés à disparaître d'autant plus rapidement. Bref je ne vois pas du tout en quoi le médoc en question serait difficile à manier. J'ai réalisé un peut tard que j'ai des tendances hypothyroïdiennes. Il est arrivé que ma TSH monte à 9 sans que celui qui l'avait prescrite réagisse. Je me suis donc procuré de l'Euthyral. Tout ce qui m'est arrivé c'est d'éprouver des difficultés à parler sous la forme d'un serrement au niveaux des cordes vocales. L'essai n'a pas eu d'effet très net sur la fatigue matinale. Finalement j'ai cessé de prendre de l'Euthyral et si je reste exposé à un risque de cyclothymie, je veille à soigner mon mental en m'efforçant de toujours stimuler ma curiosité intellectuelle et je trouve toujours le moyen de remonter la pente quand le tonus vient à faiblir.

Merchandising asiatique

Le seul fait intéressant est qu'une journaliste a fini par découvrir que le changement d'excipient a été motivé uniquement par des velléités de conquête du marché asiatique. Il fallait remplacer le lactose par de l'acide citrique. Quelques temps après on découvre que le recours à l'acide citrique aurait été le meilleur moyen de neutraliser une partie au moins de la thyroxine. Il paraît que du point de vue pharmacologique, il se serait agi d'une véritable "connerie" qu'un étudiant déjà avancé aurait pu prévoir.

Une chose est certaine : la conquête du marché asiatique est loin d'être acquise.

Découverte d'une très mystérieuse dextrothyroxine

Merci a l'AFMT d'avoir finalement soulevé un assez gros lièvre. Mais au lieu de bavasser dans le genre victimisation à outrance, il aurait sans doute fallu penser un peu plus tôt à faire analyser le produit litigieux.

Enfin on vient de découvrir, grâce à l'analyse diligentée par l'AFMT, que la thyroxine serait sous dosée jusqu'à - 30%. Ce n'est pas à proprement parler une découverte, la chose était assez visible au vu des principaux symptômes, les signes d'hypothyroïdie étant dominants. La cause ? Sous dosage ou simplement neutralisation partielle par l'acide citrique ? Enfin on aurait découvert la présence de dextrothyroxine. Une molécule qui aurait été utilisée comme anticholestérol et qui serait interdite aux USA ? Est-ce un produit de transformation accidentel et si la présence de cette molécule est intentionnelle à quoi cela peut-il avoir rimé? Cela fait déjà plusieurs jours que l'on connait le résultat de la fameuse analyse et aucun pharmacologue ni aucun toxicologue n'a été foutu d'avancer la moindre hypothèse voir le minimum d'information que l'on est en droit d'attendre au sujet du caractère éventuellement toxique de la dextrothyroxine. Bien sûr du côté du labo on nie farouchement et ça risque de durer !

Force est de rappeler que le % de femmes à qui le nouveau Lévothyrox n'a pas réussi est relativement infime. J'ai fait une petite enquête dans mon entourage et personne a ma connaissance n'a rien remarqué avant que la presse ne s'empare de l'affaire. Il est clair que la suggestion par l'effet nocebo médiatique amplifié le phénomène et que si les toubibs avaient fait leur boulot il auraient constaté que l'essentiel des symptôme étaient typique d'une hypo et qu'en conséquence la première chose à faire était d'augmenter la dose.

Mais voilà que la présence d'un "molécule clandestine" est bien de nature à renforcer la thèse conspirationniste d'un empoisonnement volontaire sauf que je ne vais pas jusqu'à penser qu'un labo puisse avoir conçu le dessein de nuire délibérément aux femmes rien que par pure misogynie !

Enfin, on peut constater que la campagne à base de "victimisation" qui est résultée de cette lamentable affaire, a pleinement atteint son but. On n'a pas fini d'en causer !

Je terminerai par une observation personnelle. J'ai eu l'occasion, en revenant d'un stage de microbiologie sur sans frais, de parler dans le bus avec une dame qui est passée de l'ancien au nouveau Lévothyrox. Elle aurait noté une amélioration avec l'ancien, puis avec le nouveau ce fut la dépression dont un signe d'hypo. Elle n'avait plus de goût a rien, traînait au lit. Elle a pris le taureau par les cornes et a jeté le nouveau Lévothyrox en décidant de ne plus rien prendre et miracle : elle se porte à présent comme un charme. Pas le moindre signe suspect. La question qui se pose est celle de savoir si elle a vraiment eu besoin de Lévothyrox à un moment où un autre. On voit de tout dans le domaine soit beaucoup de femmes qui auraient besoin d'être supplémentées et qui ne le sont pas du tout ou pas assez. Et probablement quelques unes qui auraient pu se passer de la moindre "béquille". La seule chose donc je suis sûr c'est qu'une majorité de toubibs et même des endocrinologues sont incapables de maîtriser la question parce qu'il se fient à la TSH tandis que les valeurs de références ne sont pas fiable et qu'en tout état de cause on devrait s'en remettre d'abord aux signes cliniques.

L'inconvénient dans cette affaire est que le fait d'avoir le regard braqué sur une fraude de Big Pharma empêche de voir qu'il s'agit là d'un faux problème qui occulte la trivialité de la réalité. On ne peut pas escompter soigner toutes les hypothyroïdies avec seulement une ration de T4, ça serait beaucoup trop simple ! J'ajoute que lorsque certaines femmes ont été tirées d'affaire, elle peuvent l'oublier assez rapidement. Je pense à une personne de mon entourage qui a été soignée avec succès par une praticienne de MTC (Qi Gong thérapeutique) et n'a plus a prendre de Lévothyrox qui, lorsqu'on lui demande si cette thérapeute est efficace, vous répond qu'elle n'a pas ressenti grand chose...

Force est de constater que les femmes constitue environ 50 % d'une clientèle potentielle fort difficile à contenter. Fort heureusement, je n'ai contracté aucune obligation ni de moyens, ni de résultat à l'égard de qui que ce soit. Une seule chose vaut d'être défendue : la liberté de parole ! Oser la pratiquer contre vents et périls divers me semble être un des meilleurs moyens de conserver et de développer cette précieuse immunité sans laquelle un minimum de santé ne saurait exister. 

Je rappelle également que si l'accumulation de colères rentrées lèse le foie (staphysagria n'est pas toujours efficace), vider son sac de bile et en vaporiser subtilement le contenu au visage de ceux et celles qui emmerdent, cela détends énormément cet organe vital.

 
 

09/03/2018

Lévothyrox : histoire de conflit d'intérêt

Levothyrox.JPG

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo et à l'article.

humour-received-by.jpgRésumé : C'est le Pr Lechat, qui a travaillé pour Merck, qui est à l'origine de la demande par l'ANSM d'une modification de formule censé assurer une meilleure conservation de la T4.

En réalité, Lechat aurait agi à la demande et au bénéfice de Merck qui veut conquérir le marché asiatique, un marché où se rencontre beaucoup d'intolérance au lactose. Vu que les patients (une majorité de "souris") n'ont pas été prévenu du changement, il en est découpé des problèmes d'assimilation qui se sont traduit principalement non par des "effets indésirables" mais des troubles relevant de l'hypothyroïdie et sans doute dans quelques cas de l'équivalent d'une privation de la supplémentation. Il est clair que Mercx a fauté en changeant sa formule en catimini et si les toubibs ont été prévenus ils n'ont pas fait leur boulot. Ce sont surtout des pharmaciens qui ont tenté de remédier en informant leur client du changement de formule portant sur les excipients.

L'enquête d'Aurore Gorius a levé un lièvre de taille et du côté de Merck et de l'ANSM, on s'est entendu, sous prétexte d'une enquête judiciaire en cours, pour refuser d'indiquer où la nouvelle formule est fabriquée. C'est au juges de mettre sur la sellette des dirigeants du labo et de l'ANSM et, le cas échéant, de les foutre en cabane préventive pour le cas où il feraient de la rétention.   

De là à penser qu'elle l'aurait été en Chine, et fort mal, il n'y a qu'un pas. Que je ne franchirai pas car je n'en sais pas plus que vous...

Un laboratoire de l'envergure de Merck ne peut pas s'être permis de prendre le moindre risque d'avoir à diffuser des comprimés plus ou moins bien imprégnés mais on espère qu'un certain nombre d'échantillons de la nouvelle formule on été mis sous scellés en vue d'analyses d'éventuels recherche de dosage à faire ultérieurement.

La question qui se pose est double : il faut savoir qui a fabriqué le principe actif et qui a réalisé l'assemblage sous forme de comprimés. Quoiqu'il en soit, je persiste à penser que les nouveaux excipients sont préférables aux anciens et la manigance du Pr Lechat risque de jouer le rôle de l'arbre cachant la forêt... 

30/01/2018

Lévothyrox : le brouillage et le merdier continuent...

Affsaps.jpg

Voir aussi : http://www.leparisien.fr/societe/le-document-sur-le-levot...

Des patients qui "bondissent" parce qu'ils ne comprennent rien à rien, en clair des gens qui s'agitent parce qu'ils sont incompétents et l'étant interprètent tout de travers. Franchement on s'en tape, le problème étant que les journalistes n'étant pas plus futés que les particuliers ça fout la merde pour rien du tout.

Sur environ 1 an de signalements on a relevé 23 cas d'hypothyroïdie.

Peut-on appeler ça des EFFETS INDESIRABLES ?

En bon français j'appelle çà une ABSENCE d'EFFET puisque le but du médicament est précisément de suppléer une carence qui provoque l'hypothyroïdie. Or la principale cause d'échec ou d'insuffisance du Lévothyrox c'est que la T4 n'est pas correctement transformée en T3 qui seule est active. A la condition que les cellules cibles réagissent.

Bref, à partir de ce constat on ne peut tirer aucune conclusion quant à la nécessité ou la non nécessité de changer les excipients de la formule. L'AFSSAPS avait demandé que le laboratoire pallie au fait qu'il avait été constaté que la thyroxine de l'ancienne formule était instable. Ceci est une autre question !

On ne connait pas le nombre total des déclarations, sauf pour la seconde période. Tout ce que l'on peut constater c'est 36 à 64 % des plaintes étaient relatives à un "désordre thyroïdien", ce qui franchement ne veut pas dire grand chose sinon qu'on a surtout constaté une insuffisance d'effet tendant à une hypothyroïdie. Encore une fois CE N'EST PAS UN SCOOP. Je rappelle que chaque fois que des femmes se sont plaintes, j'ai conseillé d'opter pour l'EUTHYRAL (mélange de T4 et de T3) en règle générale un mieux se faisait sentir après une vingtaine de jours. Je ne sais pas pourquoi mais les toubibs ont peur de ce médoc. Certes la demi vie courte de la T3, en cas de surdosage peut provoquer des symptômes d'hyper mais en revanche, du fait même de cette demi-vie courte ils s'estompent plus rapidement de sorte qu'en avançant sur la pointe des pieds, les patients n'encourent aucun risque. Bien sûr l'EUTHYRAL n'est pas un médicament magique, on peut observer des rechutes à tendance hypo après une amélioration. Il va de soi que régler correctement le fonctionnement d'une thyroïde n'est pas chose aisée. Exemple : une femme qui a pu se faire prescrire de l'EUTHYRAL a perdu des kilos mais elle traverse actuellement une période de dépression et ça fait aprtie des signes cliniques d'hypo. Donc c'est jamais vraiment gagné !

Enfin je dois dire, une fois de plus, que l'étalage de CONNERIE et de CRETINERIE  dont témoigne l'article relevé (ainsi que tous ceux , fort nombreux qui tiennent le même langage) fait partie des choses qui me tapent sur les nerfs. Et ce n'est hélas qu'un exemples parmi d'autres. Je ne peux pas consulter un fils d'activité sans relevé environ 80 % et plus d'affirmations fausses ou biaisées. C'est vraiment usant ! Il y a des centaines de milliers de coups de pieds au cul qui se perdent et c'est regrettable !!!!!!!!!!!

18/01/2018

Un dernier mot sur la "crise du Levothyrox"

levothyrox-jpg_4815957.jpgCommentaire sur les conclusions du Dr Dupagne

J'invite ceux que cela intéresse à consulter l'article suivant du Dr Dupagne :

http://www.atoute.org/n/article362.html

Si vous êtes nuls en pharmacologie, cas de la majorité des français, voyez directement les conclusions. Je les traduits et les commentent à ma manière.

Le nouveau Lévothyrox est apte à remplir correctement son rôle moyennent des adaptations de la posologie par rapport à l'ancienne formule pour 5% des utilisateurs. 1 % ont subi des dommages sensibles du fait d'une carence mais de supplémentation mais cela ne justifie pas le retour à l'ancienne formule.

L'effet médiatique ou "effet nocebo"

Le docteur Dupagne quoique, très pudiquement, déplore les effets nocebo du à l'emballement médiatique. On est accoutumé à ce que beaucoup de femmes aient tendance à saisir la moindre occasion pour la ramener et éventuellement descendre dans la rue. De ce point de vue ça a été une réussite. D'après Dupagne notre ministre de la Santé a réagit de manière correcte en ordonnant la publication des études de bioéquivalence (3000 pages) et elle a agi pour que cesse le quasi monopole de Merck sur la thyroxine, au moins c'est ça de gagné. Mais quand à exiger par voie de justice que le labo revienne à l'ancienne formule et que les patientes soient indemnisées pour leur "crise d'angoisse" c'est du délire.

Encore une mise en agrde sur les actions judiciaires désordonnées

Concernant la tendance à saisir la justice à tort et à travers, voir le dernier post sur la campagne visant à multiplier les plaintes contre les 11 vaccinations : ce que j'ai découvert à ce propos quant aux véritables dessous de cette campagne à savoir que ça vient encore de la bande à Larmaan, devrait normalement clouer les bec de celles qui n'ont pas apprécié que je me réjouisse plus ou moins des échecs judiciaires qui ne demandent qu'à se multiplier. A ce propos j'attends que Richard Haas m'explique comment il a fait pour tomber dans ce panneau, ou plutôt ce "bourbier" (sic). Mais quand il emploie ce mot parle t-il du piège dans lequel il est tombé tout seul ou est-ce votre serviteur qui serait le "bourbier". Mystère...

Il y a aura évidement des cons et des connes pour dire, comme on on l'a déjà fait notamment quand j'ai épinglé les délires d'une certaine Corinne Gouget, que je serais un agent de Big Pharma et que je travaille contre la médecine naturelle... Rien d'étonnant à cela vu le faible niveau de discernement ambiant des internautes. Évidemment quand on a du monde une vision hyperdualiste avec Big Pharma comme "diable" et n'importe quel chantre des médecines alternatives comme "messie", on se prédispose à ne strictement rien comprendre. Le "Système" ambiant fait tout pour favoriser des réflexes conditionnes complètement imbéciles. Il suffit, du reste quand on souhaite inciter des gens à faire preuve d'hystérie pour mieux les stigmatiser, d'appuyer un peu de temps à autre sur la pédale de la misogynie. Résultats garanti !

La véritable cause de la crise du Lévothyrox

L'immense cagade à laquelle on vient d'assister découle uniquement de ce que le changement de formule a été occulté. Personne n'en a fait aucune publicité car on a craint qu'une annonce claire d'une modification de la formule ne sème la panique. Le drame c'est que la panique a été pire que si on avait inscrit en gros sur les boîtes : attention changement d'excipients.

Dupagne le dit entre les lignes mais le terrain étant miné, il a tellement poli son discours qu'il faut lire et relire pour bien comprendre. La langue de bois est hélas de règle dans ces matières.

Il aurait fallu attirer clairement l'attention des prescripteurs sur le risque, non pas d'effets secondaires, mais d'un définit de supplémentation avec surtout un risque d'aggravations des hypos. Il faut répéter inlassablement que le suivi de la TSH n'est pas la solution. Il n'aurait du reste servi à quelque chose que si les prescripteurs avaient eu un dosage antérieur à la nouvelle formule, or pour que ce soit le cas il faurait fallu que le changement de formule ne soit pas occulté comme il l'a été. Seul quelques pharmaciens ont réagi correctement tandis que l'essentiel des 1% de patients qui se sont mal accommodé de la nouvelle formule ont souffert inutilement pendant des semaines voire des mois avant de commencer à découvrir le pot aux roses.

Qui est responsable ?

Qui est responsable ? Le laboratoire a fait ce que lui a demandé l'officine en charge du contrôle des médocs (ex Afsapps devenue ANSM). C'est entre cette officine et les toubibs qu'ils faut chercher, ces derniers auraient été informés. Il est clair que personne n'a intérêt à se mettre à dos les prescripteurs et que la moralité de l'histoire c'est qu'on concluera que tout est bien qui finit bien.

Donc pour commencer arrêter d'encombrer la justice avec des actions collectives qui ne donneront strictement rien. La justice française n'est pas programmée pour accepter des class actions à l'américaine. Foutez lui là paix, elle à déjà assez à faire et ce d'autant plus que, ce n'est pas moi qui le dit, c'est le Dr Marc Girard, les juges et les avocats spécialisés sont ou incompétents ou corrompus.

Contrôlez tout ce que fait votre médecin, informez vous ?

Je ne vois qu'un moyen d'éviter ce genre de cagade, c'est de contrôler tout ce que fait votre médecin, de chercher à comprendre, ce n'est plus l'information qui manque, il suffit de trier mais il faut s'en donner la peine. Dans cette affaire je me suis fait insulter copieusement par quelques hyènes hystériques dont une personne qui grâce au fait que son métier consiste essentiellement à se vendre et à faire parler d'elle a bénéficié d'une forte audience dans les médias. Mais comme les bénévoles des associations n'y connaissent rien cela n'a fait qu'ajouter à la confusion et la confusion dure et durera tant que l'on s'obstinera à voir je ne sais quel complot dans l'histoire.

Les mails de protestation et d'insultes, je les ignore, inutile de vous fatiguer

Comme je l'ai indiqué, tous les mails de protestation et d'insultes sont allés à la poubelle et il va de soi que je n'ai rien lu. c'est facile de déverser son fiel anonymement quand on n'encourt pas un face à face direct. Les femmes sont comme chacun sait très courageuses mais rarement téméraires. Je ne connais qu'une seule révolutionnaire digne de ce nom, elle s’appelait Rosa Luxembourg.

Quand il y avait des problèmes c'est nous qui allions au casse pipe ! Les femmes n'ont gagné le droit de vote que parce qu'elle ont conduit des tracteurs pendant la guerre. Et depuis que les femmes votent, le physique et les apparences du candiat sont bien plus déterminantes que le contenu d'un programme.On vient d'en avoir la preuve magistrale dernièrement.

Cela dit il faut être juste et constater que l'influence du facteur séduction pure a largement franchi la barrière du sexe dit "faible". Car si les choses vont si mal c'est que le monde se féminise à outrance même les pesticides y contribuent. Sans parler de l'effet stérilisateur des rayons gamma que nous subissons de plus en plus à cause du renversement des pôles magnétiques qui est en cours...

Une société ou les "saltimbanques" tiennent le haut du pavé

Quant à la personne en vue qui vient de m'envoyer plusieurs pages de moraline et d'insultes, je dois dire que j'ai de la société telle qu'elle devrait être, une vision hiérarchique qui exclut que je place au premier plan le genre de profession à laquelle appartient cette dame. Que cela plaise ou non, j'ai sur ces questions, gardé les critères des gens du moyen âge.

Les gens qui s'agitent sur le devant de la scène médiatique, qu'il s'agisse de la plupart des politiques, ou de toutes sortes d'artistes participant à la distraction des gens qui n'ont rien d'autre à foutre que de caler leur cul devant un écran pour regarder des films, des pièces ou je ne sais quoi d'autre, nos ancêtres les désignaient comme n'étant que des SALTIMBANQUES.

Cela dit, parmi les "saltimbanques" il y a aussi une hiérarchie et des exceptions, tout le monde ne s'appelle pas Catherine Deneuve. Suivez mon regard ! Voir le post précédant où il était question d'une tribune dans le Monde...

Que l'on me lâche la grappe ! Le harcèlement sexuel, je déteste !

Lu sur JIM.fr

Si les autorités de santé avaient du courage, il leur serait inutile de feindre l'étonnement: l'hystérie collective, sous l'égide d'une actrice sur le retour jouant les "Jeanne d'Arc" et les "Thérèse d'Avila", ainsi que quelques hypochondries traînant ça et là suffisent à expliquer ce "non événement" devenu scandale sanitaire...

A quelques détails près, c'est tout-à-fait ça !

16/01/2018

Menace de plainte de la part d'une association de malades de la thyroïde

website pic.jpgMise à jour : Sur le site du Dr Girard je lis ceci : 

L’affaire Levothyrox illustre les défaillances d’une pratique médico-pharmaceutique qu’on n’a cessé de dénoncer, notamment sur le présent site : nullité du personnel de la pharmacovigilance française, corruption des agences sanitaires, amateurisme des juges et des avocats censément « spécialisés », hystérie des associations, incompétence des journalistes.

Hystérie des associations et incompétence des journalistes ! Ce n'est pas moi qui l'ai dit mais un expert, le Dr Marc Girard !

C'est bien en effet ce que j'avais souligné ! Alors quand il s'agit d'associations de femmes, on risque tout simplement de se faire lyncher si on les contredit...

Notez en passant qu'en fait d'hystérie une centaine de femmes ont signé avec Catherine Deneuve une tribune dénonçant un véritable déferlement de puritanisme. Dans une tribune au « Monde », un collectif de 100 femmes, dont Catherine Millet, Ingrid Caven et Catherine Deneuve, affirme son rejet d’un certain féminisme qui exprime une « haine des hommes ». On ne saurait mieux dire !

Cette manifestation de bon sens serait rassurante si l'âge de ces femmes n'en avait pas fait une espèce en voie de complète disparition. Enfin, les hystériques peuvent brailler et m'insulter c'est comme si ces hyènes n'existaient pas, je suis totalement immunisé.

=======

Mon dernier post à propos de l'échec des procédures en cours dans l'affaire du Lévothyrox fait grincer des dents mais comme on ne peut rien trouver à redire dans ce dernier post, on a remis une vieille note sur le tapis pour avoir un motif. Peu après avoir envoyé bouler la représentante d'un groupe local, j'ai eu son siège sur le dos qui m'annonçait une plainte.

J'avais relevé des sottises sur le forum de l'association en cause, peu importe laquelle, cela concernait l'une des pétitions qui a été lancée et je n'ai pas fait de compliment à son auteure...

Réponse à la menace

Voici la réponse à cette la menace :

Bonsoir,
 
Vous n'avez pas peur du ridicule et vous avez du droit et de la procédure une notion des plus incertaines : vous m’annoncez qu'un plainte vient d'être déposée... auprès d'une avocate. J'imagine que vous lui avez adressé un mail.
 
Si elle connaît bien son métier, elle va vous répondre que les éventuels délits de presse se prescrivent par 3 mois et que toute action est forclose depuis novembre dernier puisque la note attaquée datait du mois d'août de l'année passée. La loi remonte à 1881 et n'a jamais varié sur ce point. La question n'étant plus d'actualité j'ai supprimé la note. C'est un coup d'épée dans l'eau ! La justice française a de toutes façons autre chose à faire que d'arbitrer des petites querelles entre blogueurs ou assimilés.
 
Donc l'affaire est close et la question se pose de savoir pourquoi cette note n'a pas fait l'objet d'une protestation en temps et heures. La personne que vous citez n'est pas nommée et j'ignore de qui il s'agit. A supposer que ce soit elle qui soit concernée, j'ai relevé dans son discours des erreurs qui montrent qu'elle ne maîtrise pas du tout la question et le fait d'être éventuellement malade ne justifie pas l'incompétence.
 
Personne ne paie mon site, je ne suis lié à aucun marchand, je fais une guerre sans merci ceux qui exploitent la misère humaine en surfacturant des compléments bidons. Ils est donc inutile de se plaindre à qui que ce soit.
 
Cette menace fait suite au fait que je viens de renvoyer dans les cordes une personne qui est probablement une de vos adhérentes et représentante locale.
 
C'était une vulgaire tentative d'intimidation, beaucoup de femmes deviennent irascibles à partir du moment où on ne les prend pas au sérieux et qu'on refuse de leur faire des grâces. Elle veulent l'égalité, revendiquent le cas échéant la possession de "couilles" (??) mais détestent qu'on leur parle comme on parlerait à des mecs quand ils dépassent les bornes.
 
J'ai relevé des tas de sottises sur le site de l'association. Ayant tenté vainement de m'inscrire dans le forum pour les rectifier courtoisement, cet échec m'a profondément agacé. Il n'est pas impossible que j'ai été blacklisté.
 
Les associations que cela concerne des malades ou des migrants, c'est, je le constate assez généralement, plutôt une calamité dans la mesure où la tendance est à embrouiller les choses.
 
Il faut dire qu'en ce qui concerne l'hypothyroïdie toutes les conditions sont réunies pour constituer un troubler persistant. A titre d'exemple j'ai vu un cardiologue prescrivent un dosage de TSH est s'abstenir de la moindre réaction avec un chiffre monté à 9. Quand ça déconne au sommet, rien ne peut plus aller...
 
Moralité c'est un domaine où, pour s'en sortir, il faut être son propre médecin.
 
Jean Daniel Metzger
 

Inutile d'essayer de pourrir ma boîte mail de récriminations

L'association en question semble avoir donné la consigne à certaines adhérentes de me pourrir par mail mais ça ne servira si ce n'est à me convaincre un peu plus que beaucoup de femmes méritent la réputation universelle d'emmerdeuses, d'hystériques et de faiseuses d'histoires qui a été faite à beaucoup.

Je ne lirai pas, je ne répondrai pas et les interventions, protestation et insultes iront à la trash.

On est en train de multiplier les plaintes pénales pour les 11 vaccinations, il est prévisible qu'elles seront traitées de la même manière que les plaintes visant le nouveau Lévothyrox. Voir le post révélant l'origine et le véritable objectif de cette campagne.

12/01/2018

Lévothyrox : échecs judiciaires, c'était à prévoir...

justice.jpgJe constate une fois de plus que les plaintes ayant pour but d'exiger le retour de l'ancienne formules se soldent par des déboutés. Idem pour les "préjudice d'angoisse".

Très franchement et bien que je sois conscient que la grosse cagade dont on parle a entraîné des souffrances réelles, certaines femmes ont cru mourir, ces coups d'épées dans l'eau ont surtout le don d'exciter mon mauvais esprit contre une bonne partie de la profession d'avocat. L'héritage de toutes sortes d'auxillaires de justice venues de l'Ancien Régime, en fait des parasites pour une bonne part et notamment en raison de l'incompétence de beaucoup, aura été l'une des pires calamités ayant survécu à notre sacro sainte révolution.

Chaque fois que j'ai eu à défendre mes intérêts et en particulier mes droits d'auteur ou d'artistes, je me suis toujours démerdé pour plaider sans avocat et d'abord par écrit. Cela m'est arrivé deux ou trois fois et avec succès. La gueule des huissiers quand on leur donne ordre d'exécuter sans barguigner... J'ai des souvenirs datant de 30 à 40 ans...

La montagne va encore accoucher d'une souris. On me parle d'une T4 sans exipients. Je n'ai pas d'avis, tout ce que je peux dire c'est que tout changement de médoc dans ce domaine réclame un ajustement. Or si les toubibs avec fait les dosage de TSH préconisés et surtout s'ils avaient le minimum de compréhension du sujet, on n'en serait pas où l'on en est. Mais quand les dosages réputés normaux pour la TSH témoignent d'une anomalie, il faut s'attendre au pire.

Il y a eu un problème de biocompatibilité mal évaluée ou plutôt non évaluée. Se peut-il qu'en plus la thyroxine de la nouvelle formule ait été pourrie dans certains lots ? Une carence totale ou partielle explique t-elle la violence de certains signes. Ce que j'ai noté c'est que les soit-disant effets indésirables comportent des signes de carence. D'où la question comment peut-on s'y retrouver quand les notices médicamenteuses hébergent une telle confusion! On aurait tout de même pu distingué, les signes de sous dosage, donc de carence plus ou moins fortes de ce qu'on appelle les effets indésirables. Cela n'a rien à voir !

Oh elle est belle la pharmacovigilance française, on y reviendra.

06/09/2017

Thyroïde : les compléments qui peuvent aider

SOR-64475-1.jpgJ'ai réuni quelques textes importants sur le sujet, ils sont ici. Cela devrait m'éviter de me répéter trop souvent.

Concernant les compléments qui peuvent aider le fonctionnement de la thyroïde, on peut se référer à deux articles très pertinents de Althea Provence. J'ai quelques précisions à ajouter et je propose quelques produits que l'on trouve chez Iherb. L'un pour l'hypo, l'autre pour l'hyper...

https://www.altheaprovence.com/blog/hypothyroidie/

https://www.altheaprovence.com/blog/hyperthyroidie/

Les indications suivantes nécessite d'avoir bien assimilé un certain nombre de données cliniques et de lire très attentivement ce qui précède et ce qui suit.

Les compléments utiles en cas d'hypo

Il y a d'abord des aliments goitrogènes à éviter (famille des brassicassées). Dans certains cas le gluten est à éviter.

Pour l'intelligence pratique de la question, il faut distinguer deux catégories de compléments.

Les "co-facteurs" polyvalents

Il y a ceux qui sont inclus dans tous les multivitamines américains : vitamine D taux à contrôler), l'iode, le sélénium, Zinc et quantité d'autres co-facteurs présents justement dans les multivitamines.

D'où une première remarque : les compléments spécialisés ne couvrent qu'une partie de ces co-facteurs et se limitent aux éléments qui viennent d'être cités. D'où il résulte que prendre un multivitamine n'est pas du luxe. Il manque dans la liste de Althea Provence la B6, la B12 et l'acide folique proposés dans la plupart des complexes à visée thyroïdienne.

Sauf que la L-tyrosine peut être considérée comme un co-facteur mais c'est un acide aminé et il ne figure dans aucun multivitamine, pas même dans le Life Extension Mix Tablets.

Remarques à propos de l'iode

Ce que je peux affirmer c'est que la prise d'iode sous forme de poudre de Kelp améliore l'hypothyroïde et peut réduire un signe comme la frilosité. Un certain auteur, se basant sur la consommation des japonais a observé des apport de plus de 40 mg jour et préconise une recharge et supplémentation en mg et non en mcg.

L'auteur cité mentionne que l'iode pourrait être déclencheur de la maladie d'Hashimoto, mais à ma connaissance ce n'est pas l'iode en tant que telle qui a été mise en cause mais le sel iodé.

Wolff-Chaikoff Effet et "idiophobie mondiale"

Sur cette question voir cet article :

Il serait raisonnable de faire doser l'iode sanguin et l'iode urinaire. Concernant l'iode urinaire, j'ai vu un cas d'une sorte de "génération spontanée" considérable d'iode urinaire totalement inexplicable par l'alimentation mais c'est sans doute un phénomène rare qui fait penser aux transmutations de Kervran...

Le problème est que les médecins rechignent à prescrire autre chose que le dosage de la TSH. Sauf que pour l'iodurie, ça n'a pas d'incidence. Ce dosage n'est pas remboursé et coûte 27 € de votre poche.

Remarques à propos de la L-Tyrosine

L'auteur émet des doutes sur l'efficacité de cet acide aminé qui pourrait être indiqué surtout chez les bégétariens. Il n'a pas trouvé d'études sérieuses sur l'effet de ce supplément.

Les "compléments" hors multivitamines

Ce sont la L-Tyrosine, et certaines plantes médicinales exotiques,  l'Ashwaganbdha qui peut aider à faire monter le taux de T4 et de T3, le Schisandra qui est une plante protectrice et stimulante du foie, or le foie  joue un rôle dans la conversion de la T4 en T3.cette plante est adaptogène et peut aider à réduire le stress. De ce point de vue, elle n'est pas la seule, loin de là...

Coleus Forskolli, un médicament ayurvédique, semble activer la production de T3 et T4 à la manière de la TSH, la forskoline agirait directement sur la glande. Mais s'il n'y a plus de glande ou en cas de problème autoimmun,

Le Gugul est particulièrement intéressant, car l'hypothyroïdie s'accompagne souvent d'une montée du cholestérol. Or en médecine ayurvédique cette résine est utilisée pour réduire l'excès de lipide sanguins.  Le gugul facilite la conversion de T4 en T3 et améliore l'utilisation de l'iode par la thyroïde.

Conduite à tenir

NWY-14928-6.jpgOn trouve chez Iherb un complexe censé procurer l'énergie nécessaire à la thyroïde dont voici un exemple :

Now Foods, Thyroid Energy, formule spéciale thyroïde, 180 gélules végétales.

C'est un mélange de quelques co-facteurs (non exhaustif) auquel on a rajouté de la L-tyrosine, de l'Ashwagandha et du Gugul.

On peut l'essayer mais si un progrès est observé, on ne saura pas quel élément l'a provoqué. Je préfère pour ma part, partir d'un mutlivitamine tel,que Alive ou Two per day et le compléter en essayant des suppléments,pour ma part je prendre celui-ci :

Nature's Way, Alive! Max3 Daily, quotidien, multi-vitamines, 180 comprimés

Il me semble plus intéressant que le Two per Day à cause de l'ajout de nombreux nutriments d'origine végétale (spiruline, champignons médicinaux et j'en passe...), en revanche il ne contient pas de chrome fort important si on est en délicatesse avec le glucose, chose fréquent à partir d'un certain âge...

Suppléments spécialisés

index.png

Pour une recherche ciblée sur IHERB, actionnez ce lien, Merci !

Le choix est important voici une sélection :

L-Tyrosine

Himalaya Herbal Healthcare, Ashwagandha, 60 Comprimés

Himalaya Herbal Healthcare, Guggul, 60 gélules végétales

Solaray, Herbes Ayurvédiques, Super Forskohlli, 400 mg, 60 Gélules végétales

En cas d'insuffisance hépatique

Le seul moyen de diagnostiquer une insuffisance hépatique et de la contrôler est l'indice hépatique du bilan cancérométrique de Vernes. Le chiffre est alors négatif en cas d'insuffisance.

Un post sur ce type d'analyse biologiques hors nomeclature est en préparation.

On peut y remédier à l'insuffisance par des plantes :

Himalaya Herbal Healthcare, Liver Care, 180 Vegetarian Capsules

Cette formule est identitique au célèbre Liv 52, à l'exception d'une dose de fer de 46 mg par gélule qui peut être rajoutée, le cas échéant. Voici un supplément de 36 mg par gélule.

et surtout :

Now Foods, Liver Detoxifier & Regenerator, 180 Veg Capsules

Ces deux formules sont complémentaires qui associent la phyto locale et la phyto ayurvédique. On peut également les alterner et augmenter les doses.

En cas d'hypothyroïdie

HBP-00262-1.jpgAthea provence propose quelques plantes pour lutter contre les symptômes de l'hyperthyroïdie. La médecine conventionnelle propose 2 solutions barbares génératrices d'hypothyroïdie : l'ablation et l'iode radioactif. Une solution plus raisonnable est la prise de médicaments qui frieinent la production hormonale.

Parmi les plantes le Lithospermum officinale (appelé vulgairement gremil) est à employer avec précaution car c'est un contraceptif. En revanche cette plante est diurétique et aurait une action sur les calculs rénaux et biliaires (?)

La L-carnitine freine l'assimilation de la T3 à raison de 2 à 4 g jour.

Les taux de CoQ10 seraient plus bas chez les hyperthyroïdiens à cause de sa consommation par le stress oxydatif.

Comme plante le Lycopus serait la plante la plus efficace pour diminuer l'activité de la thyroïde.

16/07/2015

Cherchez pas Docteur, c'est une hypothyroïdie !

Lepage.jpegJ'ai évoqué dans un post précédant l'ouvrage du Dr Benoît Claeys qui s'est avéré être une révélation. A mes abonnés qui n'ont pas forcément le bagage médical nécessaire, je conseille l'ouvrage de Caroline Lepage. Thyroïde : enfin le traitement qui sauve, six millions de français mal soignés.

Il montre l'étendue du problème sur le plan pratique, venant d'une patiente concernée, il décrit les problèmes tels qu'ils se posent dans la réalité quotidienne. Médicament mal adaptés et mal prescrits quand le problème est diagnostiqué. Alors ne parlons pas de ce qui se passe quant il ne l'est pas !

L'interdiction des extraits thyroidiens en 2006, suite à des abus de médecins amaigrisseurs, est une catastrophe qui s'ajoute au reste. car n'en déplaise aux médecins les hormones synthétiques, c'est pas le top. Surtout quand on s'obstine à prescrire de la T4 qui est mal transformée en T3 par la plupart des patients. Alors quand cette T4 est "enrichie" en lactose produit auxquels pas mal d'hypos sont intolérants c'est la cerise sur la gâteau !

Le livre magistral du Dr Mark Starr

Starr.jpgLe Dr Mark Slatter a publié un ouvrage intitulé Hypothyroidism type 2, the epidemic qui va bien au delà du livre paru chez Souccar. Je ne peux que le recommander à ceux qui lisent l'anglais. J'ai entrepris de le traduire in extenso. C'est de l'anglais assez basique. les traducteurs automatiques donnent des résultats lisibles et je mettrait cette traduction sur le Cloud à disposition des abonnés.

De ce livre j'en ferai un résumé détaillé d'ici un moment. L'ouvrage fait 300 pages et je n'ai pu en étudier minutieusement qu'un peu moins du tiers. Soit dit en passant, preuves statistiques à l'appui, ce livre montre que le dogme des mauvaises graisses (saturées) comme cause des maladies cardio vasculaires est ARCHI FAUX. Cet ouvrage, qui constitué un trait de lumière fulgurante me permettant de rassembler d'une façon cohérente divers acquis en complète contradiction avec les thèses encore en vigueur au sujet de certaines maladies dégénératives m'apparaît comme une sorte de "clef de voûte".

Enfin il n'en reste pas moins vrai qu'il existe au monde deux choses également CRIMINELLES ce sont d'une part les DOGMES RELIGIEUX et les DOGMES MEDICAUX. Clercs plus ou moins "intégristes" toutes religions confondues et médecins rivés à l'académisme sont à foutre dans le même sac et seraient à noyer d'urgence avec une grosse pierre au fond dudit sac si ce n'était pas irréalisable, vu la dose de sentimentalité "humaniste" ambiante ! Quel dommage de penser qu'en France notre sacro sainte révolution ne nous a libéré de rien du tout. Il n'est que de voir la survivance de certains "offices" pour constater que nous sommes encore sous ce que l'Ancien Régime a produit de plus funeste. En revanche, ce qu'il avait de bon nous l'avons et qui faisait obstacle à trop de centralisation et d'unification jacobine nous l'avons carrément perdu !

Qu'est-ce que l'hypothyroidisme de type 2 ?

Vous connaissez le diabète de type 2, caractérisé par une résistance à l'insuline et bien c'est le phénomène analogue avec les hormones thyroïdiennes cette fois qui sont en suffisance d'après les normes mais les cellules les utilisent mal de sorte que les taux sériques sont normaux mais il faut malgré tout faire des apports pour rétablir l'équilibre.

L'hypothyroïdie se caractérisant par un ralentissement du métabolisme basal, elle fait le lit des maladies dégénératives à commencer par l'artériosclérose et le diabète.

Bref, les cas que je discerne autour de moi du fait que mes yeux se sont ouverts subitement à une certaine lumière sont parfaitement conformes à ce qui est expliqué dans l'ouvrage évoqué.

Hélas je ne suis pas médecin...

Pendant plusieurs années, j'ai correspondu avec une femme cyclothymique et insomniaque. Avec un médecin actuellement chargé du suivi des patients faisant le protocole du Dr Schwartz, j'ai fait une répertorisation homéopathique. On est tombé sur le même remède qui n'a rien donné...

Je n'ai pas vu les signes majeurs d'hypothyroïdie. La chose ayant fait tilt, j'envoie un mail à cette personne la pressant de relever ses chiffres de TSH. Elle la fait doser : elle est à 9 et sa TSH a toujours été trop haute. Là il est clair que la prise de lithium est Cie a aggravé l’hypothyroïdie qui est la cause première de son état. Je lui explique la marche à suivre (dosages à effectuer) et lui recommande de trouver au plus vite un endocrinologue doué. Elle relève ses taux sanguins de T3 et T4, ils sont réputés normaux mais enfin la clinique est formelle : c'est une hypothyroïdie de type 2. Elle me réclame des anxiolytiques naturels (végétaux) dont elle pourrait "abuser". J'ai refusé : ça ne marchera pas. Rien ne peut marcher tant que le déséquilibre n'aura pas été corrigé !

Évidemment, cela va être pour elle le parcours du combattant ! Elle n'est pas d'attaque pour secouer l'inertie académique qui règne en France, elle a évidemment du mal à comprendre le problème sous l'angle scientifique.

Autre cas, c'est une infirmière qui brutalement un jour est tombée en dépression. Je me suis renseigné, son allure de myxœdémateuse est héréditaire. Les psychiatres se sont emparés du cas et lui ont fourgué des tonnes de lithium. Elle avance avec lenteur phénoménale mettant un petit pas devant l'autre, elle parle très lentement. Le soit disant traitement a aggravé et a fait de cette femme une épave ambulante. On dirait un bibendum !

Figures de myxoedémateuses

hypothyroidismafter2.jpgDimanche dernier, j'entre dans le sas d'une banque pour prendre des billets. Il y avait 3 personnes, dont une femmes trapues, le visage bouffi, un cou très large qui éponge et soupire. J'engage la conversation et lui demande si son médecin s'est occupé de sa thyroïde. Elle me répond qu'elle a réclamé un examen à cause de son cou qu'elle trouve un peu gonflé. L'écho est négative, pas de nodule et les choses en sont restées là... Trois mois de poudre de thyroïde et cette femme pourrait être radicalement transformée et ce sont des milliers d'Euros d'économies à venir pour l'Assurance Maladie. Elle est partie en disant qu'elle va relancer son généraliste mais ça ne va pas donner grand chose.

Notez en passant que Statter fait remarquer que depuis les années 50 on ne publie plus d'atlas photographique des cas d'endocrinologie qui pour l'hypothyroïdie témoignaient de transformation physique éloquente. N'est-ce pas que les hormones synthétiques, surtout mal utilisées, ne donnent plus des résultats comparables ?

Voir d'autre photographies extraites de l'ouvrage du Dr Starr: http://misslizzy.me/hypothyroid-before-and-after/

Fixation fautive sur la T4

Il est rare que la T4 (Levothyrox) donne des résultats satisfaisant tout simplement parce qu'elle est difficile à doser d'une part et que d'autre part sa demi-vie étant très longue, les effets sont plus lents à venir et on risque d'avantage un excès. Du moins quand l'organisme est encore capable de la transformer en T3 car je rappelle que la T4 est en soi un emplâtre sur une jambe de bois. Elle est INACTIVE !

La T3 ayant une demi-vie de 24 heures, il serait plus intelligent d'opter direct pour le CYNOMEL car en raison même de cette demi-vie, l'élimination étant plus rapide, il est plus facile d'adapter rapidement le dosage encore faut-il prendre la peine d'expliquer au patient comme reconnaître les effets d'un éventuel surdosage.

Mais enfin dans ce domaine, on voit des choses à peine croyable. Un voisin est en hyperthyroïdie. Il doit prendre du Neomercazole pour freiner sa thyroïde. Et bien son généraliste, alors que ce médicament était en rupture lui a collé du Levothyrox et a failli faire crever son patient ! Une erreur qui a causé un malentendu entre l'endocrinologue et un autre spécialiste qui a reçu une lettre incendiaire en lui et place du généraliste fautif !

Je reviendrai longuement sur l'ouvrage cité et je donnerai un résumé aussi complet que possible de ce qu'il faut savoir pour régler sa thyroïde. A noter qu'en ce qui concerne la poudre de thyroïde (Armour aux USA et Erfa au Canada) il s'est posé des problèmes en 2009 un changement dans la galénique aurait conduit à une baisse d'activité. Je ne pourrai pas donner d'indication pour ce genre de fourniture sur le blog car l'importation est interdite en France. Je suis en train de recenser les solutions accessibles ne serait-ce que pour mon propre usage d'hypo (assez léger heureusement) et je ne peux communiquer sur ce point qu'en privé et seulement avec des particuliers susceptible de posséder le minimum de bagage technique nécessaire ou des médecins convenablement sensibilisés au problème. 

15/06/2015

Comment votre thyroïde risque de vous jouer des tours à votre insu de plein gré (...) et surtout avec la bénédiction des endocrinos...

thyroïdie.jpegJ'ai déjà évoqué le problème du diagnostic de l'hypothyroïdie dans deux notes que je réviserai à l'occasion. Si j'en trouve le temps. Dans la première j'indique une méthode de diagnostic par la prise de température.

http://silicium.blogspirit.com/archive/2014/11/25/la-thyr...

http://silicium.blogspirit.com/archive/2013/08/31/le-prof...

Un médecin que j'ai évoqué à plusieurs reprises, le Dr C., un fils de militaire qui aurait mieux fait de faire une carrière de pianiste avait attiré mon attention sur une TSH élevée, quoique dans les normes suivants les créneaux indiqués par les labos, elle impliquait à ses yeux une hypothyroïdie. Aussi quand est paru l'ouvrage ci-contre du Dr Benoît Claeys, je l'ai vite commandé chez mon libraire.

Il aurait fallu libeller le titre autrement et évoquer ce que le médecin (ou l'endocrinologue) ne vous dit pas tout simplement parce qu'il l'ignore mais que vous devez savoir.

Sur le préfacier

Chose étrange le Dr Thierry Hertoghe, dont l'arrière grand père a donné son nom à la description d'un syndrome hypothyroïdien n'a pas l'air d'être mieux informé que ses confrères si j'en juge par le contenu de sa lettre n° 2 sur l'insuffisance thyroïdienne. Qu'il ne donne pas les normes et les directives pour mener à bien un contrôle biologique, et c'est devenu chose enfantine depuis que j'ai dévoré le livre, je pourrais à la rigueur le comprendre car lui et sa soeur, établis à Bruxelles vivent (grassement j'imagine) du déni dont souffre les hypothyroïdiens. Et de cela je vais en parler !

Plus curieux est ce passage : Le cortisol freine la transformation de l’hormone thyroïdienne thyroxine ou T4, peu active (en réalité INACTIVE !), en hormone thyroïdienne fortement active, la triiodothyronine ou T3 (en théorie seulement car elle a besoin du cortisol pour pénétrer dans les cellules cibles). Une carence en cortisol permet à la T4 de se transformer trop rapidement en T3, surtout lors de stress, ce qui résulte en poussées d’excès d’hormone thyroïdienne au moindre stress qui survient (on aurait donc les signes d'une hyperthyroïdie).

Le traitement consiste à faire des tests de diagnostic de l’insuffisance surrénalienne et prendre, si le diagnostic est confirmé, un supplément en cortisol.

Le Dr Hertoghe me parait s'être embrouillé...

Les aléas qui sont à l'origine d'un mauvais fonctionnement des hormones thyroydiennes

1) Une mauvaise transformation de la T4 en T4 par l'enzyme 5'-désiodase

2) Une transformation de la T4 en R-T3 inactive par la 5-désiodiase

3) Lorsque la T3 ne parvient pas à pénétrer dans les cellules pour agir faute de cortisone et de vitamine D.

Nulle part le Dr Claeys n'a parlé du rôle du cortisol dont l'absence ou la carence inciterait la T4 à se transformer en T3. Enfin l'article évoqué ne vaut pas un pet de lapin. L'héritier du grand spécialiste a sans doute a eu à coeur de ne pas vendre la poule aux oeufs d'or mais en acceptant de préfacer Claeys je crains qu'il ne se soit tiré une balle dans les panards... Pour tout dire je crains que le double rôle qu'il fait tenir au cortisol soit fautif. Toujours est-il que dans le meilleur des cas il aurait détourné l'attention sur un détail qu'il aurait plus ou moins bien compris.

Faut-il acheter le livre de Claeys ?

N'achetez pas ce livre pour vous car je vais vous dire l'essentiel mais si vous voulez l'offrir dans un joli paquet cadeau agrémenté de quelques rubans colorés à votre généraliste ou à votre endocrinologiste, vous pouvez toujours essayer mais il risque de mal le prendre. Alors vous pouvez imprimer mon article et lui remettre cela vous coûtera moins cher et s'il est intelligent il déduira le coût du bouquin de son confrère de ses frais généraux de formation continue.

J'ai expliqué de quoi il retourne à un ami qui pourrait être mon père. Bien qu'il n'entende pas grand chose à la médecine, j'ai vu à son regard que mon exposé a été d'une limpidité telle qu'il a percuté immédiatement.

La clinique d'abord la confirmation biologique ensuite

C'est très simple vous allez voir, l'hypothyroïdie même fruste se déduit de la clinique, ce qui nous vient de l'ancêtre du Dr Thierry Hertoghe est toujours d'actualité. Je parlerai de la clinique et des signes après et je commence par la biologie, soit les examens de laboratoires qui doivent servir de confirmation. Je rappelle qu'on ne peut trouver par la biologie que si on sait ce que l'on cherche ! Tout un programme, la plupart des jeunes médecins ont tendance à inverser la proposition, ils n'ont pas un bon diagnostic alors en biologie ils font les choses à moitiés ou s'égarent carrément. J'en ai connu un qui ne savait même pas ce que c'était que les fructosamines et à quoi ça servait parce que l'Assurance Maladie tend à imposer l'hémoglobine glyquée qui ne se contrôle que tous les trois mois et ne convient pas pour ajuster le traitement d'un diabétique de type II.

La TSH est primordiale oui mais il y a un os quelque part...

Les médecins sont dressés à se référer aux hausses de la TSH mais le créneau de normalité des labos est trop large donc on passe à côté d'une hypo 80 à 90 fois sur 100 quand on en a subodoré une. Depuis 2002 au USA la limite supérieure à été fixée à 2,5 mUI/L, en France on en est encore à 4,4 mUI alors qu'il faudrait la ramener à 1,3 mUI. Je n'ai pas besoin de vous faire de dessin sur le pourquoi du comment il se fait que des milliers de patients ne sont pas et ne seront pas traités comme ils le devraient.

Sur les dosages de T3 et T4

Il est vrai que lorsqu'on soupçonne une hypo, il est absolument inutile de doser et la T3 et surtout la T4 dans le sérum. Même si les chiffres sont dans les créneaux, quelque soient ceux-ci ça ne garantit pas l'absence de trouble. L'Assurance Maladie a raison de faire la chasse aux dosages de T4 et de froncer les sourcils quand on ne s'en tient pas à la TSH  mais encore faudrait-il que pour cette dernière les normes soient fiables. Cependant je m'empresse d'ajouter que chez les rouquins et rouquines la TSH cela ne marche pas, elle est généralement dans les (bons) clous et pourtant il y a hypothyroïdie.

Doser la T3 urinaire suffit si la TSH débloque

Alors oubliez les dosages sanguins des T3 et T4. Si vous avez un doute vu ce que je viens d'exposer, vous foncez direct au labo dont vous avez l'habitude, vous réclamez un flacon pour recueillir vos urines de 24 heures et vous les collectez selon le protocole qu'on vous indiquera (on jette la première urine du matin et on termine par la première du jour suivant) et vous demandez le dosage de la T3 dans les urines de 24 heures. Cela va vous coûter 22 € et puisque cet acte hors nomenclature n'est pas remboursée vous n'avez nul besoin d'ordonnance. Si le labo fait des histoires, soit vous les menacez de changer de crémerie, soit vous tapez du poing sur la table.

Si donc la T3 urinaire n'est pas au top, vous avez la preuve d'une hypothyroïdie si les signes caractéristiques sont présent et vous retournez voir votre généraliste et vous lui demandez de doser votre cortisol libre et vous allez au labo à l'ouverture (8 heures en moyenne), plus le cortisol urinaire des 24 heures. Comme il va falloir encore pisser dans un bocal pendant 24 heures, il vaut mieux avoir un médecin avec qui on peut négocier de façon à ce qu'il vous fasse faire tout dans la foulée. Notez qu'il ne suffit pas de mettre en évidence une T3 en quantité insuffisante mais il faut tester la fonction surrénalienne pour s'assurer que si vous devez accepter une supplémentation, il faut s'être assuré préalablement que cette T3 va pouvoir agir, or le cortisol joue un rôle déterminant au niveau des cellules cibles. Autrement dit il faudra peut-être accepter un peu d'hydrocortisone (et éventuellement de DHEA) au moins temporairement le temps de restaurer la fonction surrénalienne avec notamment une supplémentation en vitamines du groupe B. En particulier... Là ça se complique un peu car des considérations individuelles entrent en ligne de compte.

Je ne vais pas entrer dans tous les détails possibles car tout ce que je raconte ne me rapporte pas un kopec et j'ai toujours l'impression de travailler pour le Roi de Prusse... Donc je m'en tiens aux grandes lignes du cas le plus basique, ce qui est assez généreux de ma part car si ce que j'énonce est limpide vous allez pouvoir vous sortir les doigts du cul avec un peu de diplomatie et là je ne peux pas vous aider...

Supplémentation : l'arnaque à la Lévothyrox !

Maintenant et quand à la supplémentation, vous n'êtes pas sorti(e) encore de l'auberge. Le médecin et/ou l'endocrino vont vous coller quasi systématiquement de la Levothyrox, c'est à dire, de la T4 qui rappelez vous est inactive si elle n'est pas transformée en T3. Donc on va sûrement vous refiler de la T4 et non un mélange de T4 et de T3 (Eurythral). Or si c'est la T3 qui est en rade et que le dosage urinaire de la T4 est correct, ce qui est très généralement le cas vous ne risquez pas d'avance d'un pouce avec ce fichu Levothyrox. Comment se fait-il que les médecins et même des endocrinologues paniquent et ordonnent même d'arrêter un traitement à l'Eurythral quand les patients s'en trouvent bien ?

Mauvais formatage ou calcul

Sans doute un peu des deux mon Général !

Il y a plusieurs réponses possibles et je vous laisse choisir : réaction d'un "con" qui a été mal formaté et qui l'ignore ou qui craint de perdre le contrôle de celui qui le font vivre ? Exemple de calcul plus ou moins criminel : si je ne donne que la T4 et que ça marche à moitié, je suis sur de fidéliser le client !

Une chose est certaine : en France l'incompétence est entretenue on l'a vu pour les "créneaux" relatifs à la TSH, est-ce intentionnel de la part des formateurs pour le compte des labos ?On a vu qu'aux USA les normes pour la TSH sont plus proches de la réalité. En France, il règne un esprit particulier et une méfiance systématique à l'égard des innovations qui ailleurs fonctionnent.

Une chose est certaines les médecins sont mal formés sur le chapitre et la rigidité psychologique qui est le propre de ceux qui se savent plus ou moins inconsciemment mals assurés de leurs connaissances souvent approximatives suffit à expliquer certaines résistances.

Nécessité fréquente de l'Euthyral

La quasi totalité des cas cliniques évoqués par Claeys montre que si en théorie l'association de T4 et T3 est plus délicate à manier à cause de la demi-vie courte de cette dernière, j'ai beau réfléchir je ne vois pas en quoi ça serait plus sorcier que de ne donner que de la T4 mais il est vrai que la plus grande longue de la demi-vie de cette dernière un éventuel surdosage va se manifester plus progressivement. Mais il faut souligner qu'on doit commencer éventuellement par des quarts ou des demis comprimés et monter progressivement avec l'Euthyral.

A la recherche des signes d'hypothyroïdie

Concernant les signes d'hypothyroïdie, ils sont nombreux, la fatigue matinale surtout, la frilosité, l'intolérance à la chaleur, les mains les les pieds glacés, l'hypotension et la bradychardie (pouls lent) - mais pas toujours surtout chez les personnes âgées -, les tendances dépressives, la sécheresse cutanée, le dessous des pieds jaunes, les pieds plats, les crampes musculaires, la constipation (surtout chez les femmes), une mauvaise circulation des liquides (jambes, œdèmes du visage et des paupières) et un détail assez parlant, savoir le fait que le tiers externes des sourcils est comme "rapé", ces signes et d'autres encore,  comme une perberté tardives, des petits seins, la pillule qui fait grossir tout cela converge en faveur du déficit dont il est question dans tout ce post.

Les causes de fatigue chronique

La fatigue étant un des signes majeurs, elle implique d'éliminer les causes non hormonales, savoir les causes infectieuses, une dysbiose, et ou une intoxication quelconque (métaux lourds, polluants ménagers divers, pollution électromagnétique). Or la vogue de la maladie de Lyme avec ses éventuels, co-facteurs, les errements conceptuels à propos des prétendues "candidoses systémiques", l'obsession du mercure et de l'aluminium etc... tendent à faire oublier qu'il faudrait sans doute commencer par interroger les signes propres à justifier un soupçon d'hypothyroïdie.

Notez que l'hypercholestérolémie et le diabète de type II, la tuberculose, un infarctus avant 50 ans çà compte parmi les signes dont il faut tenir compte avec le plus fort coefficient. Et si un certain nombre de pathologies qui accaparent notre attention et ruinent l'Assurance Maladie avaient pour racine une hypothyroïdie plus ou moins larvée ?

Les hypothyroïdiens sont légions

Depuis que j'ai une vue claire des choses, des cas d'hypothyroïdies j'en découvre autour de moi qui ont été mal traités, j'en devine quelques uns notamment chez une femme déprimée avec qui j'ai correspondu pendant des années. Son remède homéopathique a échoué et en relisant l'observation faite avec un médecin, je vois les signes d'hypothyroïdie me sauter à la figure et j'ai pas demandé les analyses afférentes car je supposais que les médecins généralistes savent discerner ce genre de trouble hormonal. On a collé sur une correspondante un syndrome de Gougerot (syndrome sec) sur le dos, or elle a fait une thyroïdite, il n'y avait donc pas lieu d'aller chercher au diable Vauvert la cause de sa constipation opiniâtre. Or elle est mal supplémentée, elle était en forme avec l'Euthyral et tire la langue avec le Levothyrox.   

Enfin, pour ce qui me concerne la prise en compte du contenu du livre de Benoît Claeys que j'ai dévoré et assimilé en a peine plus d'une lecture nocturne aura été un trait de lumière. Ma vie aurait sans doute pris une autre tournure si j'avais été en état de mieux fonctionner. Je n'ai pas encore dosé mes T3 urinaires mais comme je suis atypique en tout, il se peut que je sorte des cas de figures les plus courants et n'y trouve pas mon compte. J'ai cependant de bonnes raisons de croire que ce post à des chances de s'avérer l'un des plus utiles sur ce blog.

25/11/2014

La thyroïde et ses dysfonctionnements

Barnes.jpgJ'ai reçu d'un correspondant un gros paquet d'articles tirés de revues alternatives dont Energie Santé que je viens de m'efforcer de trier. Qu'il en soit ici remercié pour le cas où j'aurais du mal à retrouver son email car la fonction recherche de Foxmail déconne et des mails j'en reçoit pas mal. A propos de la revue citée, une lectrice m'a promis de la scanner entièrement et je n'en ai pas de nouvelles. Mais c'est un peu de ma faute car elle m'avait demandé de lui faire une liste de priorités et la chose m'est sortie de la tête, là encore je vais avoir du mal à retrouver son mail.

Dans le N° 70 de juin 2006 est paru un article intéressant qui répond à quelques unes des questions que je me posais mais sans évidement que tout soit élucidé.

Deux faits sont confirmés par l'article, les dysfonctionnements de la thyroïde et en particulier l'hypothyroïdie sont très répandus et les effets, très nombreux demeurent souvent inaperçus dans le cas d'une hypo. D'autre part les dosages hormonaux sont délicats à interpréter. Je scannerai l'article et il sera disponible sur le Cloud qui est accessible par abonnement et donc sous condition. L'envisage de la compléter et je me bornerai pour l'instant à un bref résumé.

Le dosage se fait sur 3 facteurs, la TSH comme hormone stimulatrice des hormones proprement thyroïdiennes soit T3 et T4. Mais le fait que ces dernières atteignent des chiffres normaux ne veut finalement pas dire grand chose car cela ne prouve pas qu'elles remplissent correctement leur rôle au plan cellulaire. Et si la TSH tend à monter, bien que le taux de T3 et T4 soit dans les clous cela implique une difficulté de stimulation, cela veut dire qu'il y a un problème. L'article évoque un "point fixe" de T4 mais ne donne aucune précision à ce sujet.

J'ai trouvé sur le forum suivant une référence à ce point fixe dans un texte comportant des passages proches de l'article dont je dispose :

http://www.forum-thyroide.net/index.html?http://www.forum...

Mais l'explication demeure absente. Voici une page nettement plus explicite mais qui reste à analyser et à traduire et pas seulement autour de ce "point fixe" de la T4 qui semble permettre de juger de la situation par la seule TSH :

http://home.scarlet.be/~tsd51298/thyro_labo.htm

Cette page donne sur des dosages plus élaborés de seconde intention (anticorps par exemple) des indications cliniques et l'on doit d'abord se baser sur la clinique avant de se lancer dans des dosages. La liste des symptômes se recoupe avec celle dont je dispose qui est un peu plus étendue et mentionne un signe que j'avais retenu depuis longtemps : la raréfaction des sourcils et j'ajoute surtout à la pointe. s'il existe d'autres signes comme la fatigue, la frilosité, la somnolence et des signes de métabolisme ralenti, il faut se poser des questions !

Le test de température basale du Dr Barnes

La température se prend au réveil dans le lit et sans bouger, sous le bras pendant 8 minutes et durant une huitaine de jours. Et effectivement j'ai vérifié qu'il existe une différence d'environ 0,5° avec la prise dans le rectum. Je suppose que le lieu de la prise a une importance et dans ce cas ma propre température serait légèrement basse. La fiabilité de ce test serait de 85%. 

On trouve sur Internet plusieurs allusions à cette méthode, complétée par celle de Wilson, plus controversée qui se prend dans la bouche.

La normalité se situerait à partir et au dessus de 36,4 et même 36,6° selon les sources. On descend par palier de gravité d'environ - 0,5° à légèrement bas, bas et très bas. 

Les causes de dysfonctionnement peuvent être nombreuses, stress, métaux lourds, carence en oligo-métaux, tabagisme, conflits, insuffisance rénale, excès d'iode, contraceptifs oraux, glucocorticoïdes, Cordarone et ses génériques, interféron etc...

Concernant la thérapeutique on préconise en hypo notamment des suppléments de L-Tyrosine, des adaptogènes (cas de stress), et une formule d'aromathérapie (ex : Rosmarinus, Juniperus, Origanum, Commiphora myrrha) mais il n'existe pas de formule passe partout. Le grémil a été utilisé en cas d'hyperthyroïdie, il s'agirait d'un véritable "casse pierre" mais en cas de lithiase et de suspicion d'hypothyroïdie, il convient d'éviter cette plante.

Retenir que le diagnostic est difficile que l'hypothyroïdie est assez répandue, que divers facteurs peuvent intervenir comme causes et être imbriqués, que les généralistes s'en tiennent à la TSH et ne semble même pas conscients qu'avec la dosage des T3 et T4 (qu'il faut souvent réclamer) on risque d'être trompé par des résultats apparemment normaux, que les mêmes ne pensent pas déterminer s'il existerait un ralentissement du métabolisme basal en commençant par le test de température. Il faut dire également que ces signes de ralentissement peuvent dépendre de la météorologie.

Bref tout dysfonctionnement marqué de ce métabolisme en hypo ou en hyper devrait inciter à déterminer le statut thyroïdien du patient concerné. Et j'ai vu plusieurs personnes patauger parce que leur médecins n'avaient pas l'air de maîtriser le sujet. Maintenant il faut bien dire que le fait de s'en référer à un endocrinologue n'est nullement une garantie, il s'agit d'une discipline qui demande des dosages répétés à différentes heures plus une grande finesse d'interprétation. Mais il existe tellement de troubles plus ou moins larvés qui peuvent avoir pour origine principal un dysfonctionnement thyroïdien même relativement léger qu'il m'a paru nécessaire de sensibiliser mes lecteurs à ce sujet qui est loin d'être simple.