Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2018

Lévothyrox : histoire de conflit d'intérêt

Levothyrox.JPG

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo et à l'article.

humour-received-by.jpgRésumé : C'est le Pr Lechat, qui a travaillé pour Merck, qui est à l'origine de la demande par l'ANSM d'une modification de formule censé assurer une meilleure conservation de la T4.

En réalité, Lechat aurait agi à la demande et au bénéfice de Merck qui veut conquérir le marché asiatique, un marché où se rencontre beaucoup d'intolérance au lactose. Vu que les patients (une majorité de "souris") n'ont pas été prévenu du changement, il en est découpé des problèmes d'assimilation qui se sont traduit principalement non par des "effets indésirables" mais des troubles relevant de l'hypothyroïdie et sans doute dans quelques cas de l'équivalent d'une privation de la supplémentation. Il est clair que Mercx a fauté en changeant sa formule en catimini et si les toubibs ont été prévenus ils n'ont pas fait leur boulot. Ce sont surtout des pharmaciens qui ont tenté de remédier en informant leur client du changement de formule portant sur les excipients.

L'enquête d'Aurore Gorius a levé un lièvre de taille et du côté de Merck et de l'ANSM, on s'est entendu, sous prétexte d'une enquête judiciaire en cours, pour refuser d'indiquer où la nouvelle formule est fabriquée. C'est au juges de mettre sur la sellette des dirigeants du labo et de l'ANSM et, le cas échéant, de les foutre en cabane préventive pour le cas où il feraient de la rétention.   

De là à penser qu'elle l'aurait été en Chine, et fort mal, il n'y a qu'un pas. Que je ne franchirai pas car je n'en sais pas plus que vous...

Un laboratoire de l'envergure de Merck ne peut pas s'être permis de prendre le moindre risque d'avoir à diffuser des comprimés plus ou moins bien imprégnés mais on espère qu'un certain nombre d'échantillons de la nouvelle formule on été mis sous scellés en vue d'analyses d'éventuels recherche de dosage à faire ultérieurement.

La question qui se pose est double : il faut savoir qui a fabriqué le principe actif et qui a réalisé l'assemblage sous forme de comprimés. Quoiqu'il en soit, je persiste à penser que les nouveaux excipients sont préférables aux anciens et la manigance du Pr Lechat risque de jouer le rôle de l'arbre cachant la forêt... 

30/01/2018

Lévothyrox : le brouillage et le merdier continuent...

Affsaps.jpg

Voir aussi : http://www.leparisien.fr/societe/le-document-sur-le-levot...

Des patients qui "bondissent" parce qu'ils ne comprennent rien à rien, en clair des gens qui s'agitent parce qu'ils sont incompétents et l'étant interprètent tout de travers. Franchement on s'en tape, le problème étant que les journalistes n'étant pas plus futés que les particuliers ça fout la merde pour rien du tout.

Sur environ 1 an de signalements on a relevé 23 cas d'hypothyroïdie.

Peut-on appeler ça des EFFETS INDESIRABLES ?

En bon français j'appelle çà une ABSENCE d'EFFET puisque le but du médicament est précisément de suppléer une carence qui provoque l'hypothyroïdie. Or la principale cause d'échec ou d'insuffisance du Lévothyrox c'est que la T4 n'est pas correctement transformée en T3 qui seule est active. A la condition que les cellules cibles réagissent.

Bref, à partir de ce constat on ne peut tirer aucune conclusion quant à la nécessité ou la non nécessité de changer les excipients de la formule. L'AFSSAPS avait demandé que le laboratoire pallie au fait qu'il avait été constaté que la thyroxine de l'ancienne formule était instable. Ceci est une autre question !

On ne connait pas le nombre total des déclarations, sauf pour la seconde période. Tout ce que l'on peut constater c'est 36 à 64 % des plaintes étaient relatives à un "désordre thyroïdien", ce qui franchement ne veut pas dire grand chose sinon qu'on a surtout constaté une insuffisance d'effet tendant à une hypothyroïdie. Encore une fois CE N'EST PAS UN SCOOP. Je rappelle que chaque fois que des femmes se sont plaintes, j'ai conseillé d'opter pour l'EUTHYRAL (mélange de T4 et de T3) en règle générale un mieux se faisait sentir après une vingtaine de jours. Je ne sais pas pourquoi mais les toubibs ont peur de ce médoc. Certes la demi vie courte de la T3, en cas de surdosage peut provoquer des symptômes d'hyper mais en revanche, du fait même de cette demi-vie courte ils s'estompent plus rapidement de sorte qu'en avançant sur la pointe des pieds, les patients n'encourent aucun risque. Bien sûr l'EUTHYRAL n'est pas un médicament magique, on peut observer des rechutes à tendance hypo après une amélioration. Il va de soi que régler correctement le fonctionnement d'une thyroïde n'est pas chose aisée. Exemple : une femme qui a pu se faire prescrire de l'EUTHYRAL a perdu des kilos mais elle traverse actuellement une période de dépression et ça fait aprtie des signes cliniques d'hypo. Donc c'est jamais vraiment gagné !

Enfin je dois dire, une fois de plus, que l'étalage de CONNERIE et de CRETINERIE  dont témoigne l'article relevé (ainsi que tous ceux , fort nombreux qui tiennent le même langage) fait partie des choses qui me tapent sur les nerfs. Et ce n'est hélas qu'un exemples parmi d'autres. Je ne peux pas consulter un fils d'activité sans relevé environ 80 % et plus d'affirmations fausses ou biaisées. C'est vraiment usant ! Il y a des centaines de milliers de coups de pieds au cul qui se perdent et c'est regrettable !!!!!!!!!!!

18/01/2018

Un dernier mot sur la "crise du Levothyrox"

levothyrox-jpg_4815957.jpgCommentaire sur les conclusions du Dr Dupagne

J'invite ceux que cela intéresse à consulter l'article suivant du Dr Dupagne :

http://www.atoute.org/n/article362.html

Si vous êtes nuls en pharmacologie, cas de la majorité des français, voyez directement les conclusions. Je les traduits et les commentent à ma manière.

Le nouveau Lévothyrox est apte à remplir correctement son rôle moyennent des adaptations de la posologie par rapport à l'ancienne formule pour 5% des utilisateurs. 1 % ont subi des dommages sensibles du fait d'une carence mais de supplémentation mais cela ne justifie pas le retour à l'ancienne formule.

L'effet médiatique ou "effet nocebo"

Le docteur Dupagne quoique, très pudiquement, déplore les effets nocebo du à l'emballement médiatique. On est accoutumé à ce que beaucoup de femmes aient tendance à saisir la moindre occasion pour la ramener et éventuellement descendre dans la rue. De ce point de vue ça a été une réussite. D'après Dupagne notre ministre de la Santé a réagit de manière correcte en ordonnant la publication des études de bioéquivalence (3000 pages) et elle a agi pour que cesse le quasi monopole de Merck sur la thyroxine, au moins c'est ça de gagné. Mais quand à exiger par voie de justice que le labo revienne à l'ancienne formule et que les patientes soient indemnisées pour leur "crise d'angoisse" c'est du délire.

Encore une mise en agrde sur les actions judiciaires désordonnées

Concernant la tendance à saisir la justice à tort et à travers, voir le dernier post sur la campagne visant à multiplier les plaintes contre les 11 vaccinations : ce que j'ai découvert à ce propos quant aux véritables dessous de cette campagne à savoir que ça vient encore de la bande à Larmaan, devrait normalement clouer les bec de celles qui n'ont pas apprécié que je me réjouisse plus ou moins des échecs judiciaires qui ne demandent qu'à se multiplier. A ce propos j'attends que Richard Haas m'explique comment il a fait pour tomber dans ce panneau, ou plutôt ce "bourbier" (sic). Mais quand il emploie ce mot parle t-il du piège dans lequel il est tombé tout seul ou est-ce votre serviteur qui serait le "bourbier". Mystère...

Il y a aura évidement des cons et des connes pour dire, comme on on l'a déjà fait notamment quand j'ai épinglé les délires d'une certaine Corinne Gouget, que je serais un agent de Big Pharma et que je travaille contre la médecine naturelle... Rien d'étonnant à cela vu le faible niveau de discernement ambiant des internautes. Évidemment quand on a du monde une vision hyperdualiste avec Big Pharma comme "diable" et n'importe quel chantre des médecines alternatives comme "messie", on se prédispose à ne strictement rien comprendre. Le "Système" ambiant fait tout pour favoriser des réflexes conditionnes complètement imbéciles. Il suffit, du reste quand on souhaite inciter des gens à faire preuve d'hystérie pour mieux les stigmatiser, d'appuyer un peu de temps à autre sur la pédale de la misogynie. Résultats garanti !

La véritable cause de la crise du Lévothyrox

L'immense cagade à laquelle on vient d'assister découle uniquement de ce que le changement de formule a été occulté. Personne n'en a fait aucune publicité car on a craint qu'une annonce claire d'une modification de la formule ne sème la panique. Le drame c'est que la panique a été pire que si on avait inscrit en gros sur les boîtes : attention changement d'excipients.

Dupagne le dit entre les lignes mais le terrain étant miné, il a tellement poli son discours qu'il faut lire et relire pour bien comprendre. La langue de bois est hélas de règle dans ces matières.

Il aurait fallu attirer clairement l'attention des prescripteurs sur le risque, non pas d'effets secondaires, mais d'un définit de supplémentation avec surtout un risque d'aggravations des hypos. Il faut répéter inlassablement que le suivi de la TSH n'est pas la solution. Il n'aurait du reste servi à quelque chose que si les prescripteurs avaient eu un dosage antérieur à la nouvelle formule, or pour que ce soit le cas il faurait fallu que le changement de formule ne soit pas occulté comme il l'a été. Seul quelques pharmaciens ont réagi correctement tandis que l'essentiel des 1% de patients qui se sont mal accommodé de la nouvelle formule ont souffert inutilement pendant des semaines voire des mois avant de commencer à découvrir le pot aux roses.

Qui est responsable ?

Qui est responsable ? Le laboratoire a fait ce que lui a demandé l'officine en charge du contrôle des médocs (ex Afsapps devenue ANSM). C'est entre cette officine et les toubibs qu'ils faut chercher, ces derniers auraient été informés. Il est clair que personne n'a intérêt à se mettre à dos les prescripteurs et que la moralité de l'histoire c'est qu'on concluera que tout est bien qui finit bien.

Donc pour commencer arrêter d'encombrer la justice avec des actions collectives qui ne donneront strictement rien. La justice française n'est pas programmée pour accepter des class actions à l'américaine. Foutez lui là paix, elle à déjà assez à faire et ce d'autant plus que, ce n'est pas moi qui le dit, c'est le Dr Marc Girard, les juges et les avocats spécialisés sont ou incompétents ou corrompus.

Contrôlez tout ce que fait votre médecin, informez vous ?

Je ne vois qu'un moyen d'éviter ce genre de cagade, c'est de contrôler tout ce que fait votre médecin, de chercher à comprendre, ce n'est plus l'information qui manque, il suffit de trier mais il faut s'en donner la peine. Dans cette affaire je me suis fait insulter copieusement par quelques hyènes hystériques dont une personne qui grâce au fait que son métier consiste essentiellement à se vendre et à faire parler d'elle a bénéficié d'une forte audience dans les médias. Mais comme les bénévoles des associations n'y connaissent rien cela n'a fait qu'ajouter à la confusion et la confusion dure et durera tant que l'on s'obstinera à voir je ne sais quel complot dans l'histoire.

Les mails de protestation et d'insultes, je les ignore, inutile de vous fatiguer

Comme je l'ai indiqué, tous les mails de protestation et d'insultes sont allés à la poubelle et il va de soi que je n'ai rien lu. c'est facile de déverser son fiel anonymement quand on n'encourt pas un face à face direct. Les femmes sont comme chacun sait très courageuses mais rarement téméraires. Je ne connais qu'une seule révolutionnaire digne de ce nom, elle s’appelait Rosa Luxembourg.

Quand il y avait des problèmes c'est nous qui allions au casse pipe ! Les femmes n'ont gagné le droit de vote que parce qu'elle ont conduit des tracteurs pendant la guerre. Et depuis que les femmes votent, le physique et les apparences du candiat sont bien plus déterminantes que le contenu d'un programme.On vient d'en avoir la preuve magistrale dernièrement.

Cela dit il faut être juste et constater que l'influence du facteur séduction pure a largement franchi la barrière du sexe dit "faible". Car si les choses vont si mal c'est que le monde se féminise à outrance même les pesticides y contribuent. Sans parler de l'effet stérilisateur des rayons gamma que nous subissons de plus en plus à cause du renversement des pôles magnétiques qui est en cours...

Une société ou les "saltimbanques" tiennent le haut du pavé

Quant à la personne en vue qui vient de m'envoyer plusieurs pages de moraline et d'insultes, je dois dire que j'ai de la société telle qu'elle devrait être, une vision hiérarchique qui exclut que je place au premier plan le genre de profession à laquelle appartient cette dame. Que cela plaise ou non, j'ai sur ces questions, gardé les critères des gens du moyen âge.

Les gens qui s'agitent sur le devant de la scène médiatique, qu'il s'agisse de la plupart des politiques, ou de toutes sortes d'artistes participant à la distraction des gens qui n'ont rien d'autre à foutre que de caler leur cul devant un écran pour regarder des films, des pièces ou je ne sais quoi d'autre, nos ancêtres les désignaient comme n'étant que des SALTIMBANQUES.

Cela dit, parmi les "saltimbanques" il y a aussi une hiérarchie et des exceptions, tout le monde ne s'appelle pas Catherine Deneuve. Suivez mon regard ! Voir le post précédant où il était question d'une tribune dans le Monde...

Que l'on me lâche la grappe ! Le harcèlement sexuel, je déteste !

Lu sur JIM.fr

Si les autorités de santé avaient du courage, il leur serait inutile de feindre l'étonnement: l'hystérie collective, sous l'égide d'une actrice sur le retour jouant les "Jeanne d'Arc" et les "Thérèse d'Avila", ainsi que quelques hypochondries traînant ça et là suffisent à expliquer ce "non événement" devenu scandale sanitaire...

A quelques détails près, c'est tout-à-fait ça !

16/01/2018

Menace de plainte de la part d'une association de malades de la thyroïde

website pic.jpgMise à jour : Sur le site du Dr Girard je lis ceci : 

L’affaire Levothyrox illustre les défaillances d’une pratique médico-pharmaceutique qu’on n’a cessé de dénoncer, notamment sur le présent site : nullité du personnel de la pharmacovigilance française, corruption des agences sanitaires, amateurisme des juges et des avocats censément « spécialisés », hystérie des associations, incompétence des journalistes.

Hystérie des associations et incompétence des journalistes ! Ce n'est pas moi qui l'ai dit mais un expert, le Dr Marc Girard !

C'est bien en effet ce que j'avais souligné ! Alors quand il s'agit d'associations de femmes, on risque tout simplement de se faire lyncher si on les contredit...

Notez en passant qu'en fait d'hystérie une centaine de femmes ont signé avec Catherine Deneuve une tribune dénonçant un véritable déferlement de puritanisme. Dans une tribune au « Monde », un collectif de 100 femmes, dont Catherine Millet, Ingrid Caven et Catherine Deneuve, affirme son rejet d’un certain féminisme qui exprime une « haine des hommes ». On ne saurait mieux dire !

Cette manifestation de bon sens serait rassurante si l'âge de ces femmes n'en avait pas fait une espèce en voie de complète disparition. Enfin, les hystériques peuvent brailler et m'insulter c'est comme si ces hyènes n'existaient pas, je suis totalement immunisé.

=======

Mon dernier post à propos de l'échec des procédures en cours dans l'affaire du Lévothyrox fait grincer des dents mais comme on ne peut rien trouver à redire dans ce dernier post, on a remis une vieille note sur le tapis pour avoir un motif. Peu après avoir envoyé bouler la représentante d'un groupe local, j'ai eu son siège sur le dos qui m'annonçait une plainte.

J'avais relevé des sottises sur le forum de l'association en cause, peu importe laquelle, cela concernait l'une des pétitions qui a été lancée et je n'ai pas fait de compliment à son auteure...

Réponse à la menace

Voici la réponse à cette la menace :

Bonsoir,
 
Vous n'avez pas peur du ridicule et vous avez du droit et de la procédure une notion des plus incertaines : vous m’annoncez qu'un plainte vient d'être déposée... auprès d'une avocate. J'imagine que vous lui avez adressé un mail.
 
Si elle connaît bien son métier, elle va vous répondre que les éventuels délits de presse se prescrivent par 3 mois et que toute action est forclose depuis novembre dernier puisque la note attaquée datait du mois d'août de l'année passée. La loi remonte à 1881 et n'a jamais varié sur ce point. La question n'étant plus d'actualité j'ai supprimé la note. C'est un coup d'épée dans l'eau ! La justice française a de toutes façons autre chose à faire que d'arbitrer des petites querelles entre blogueurs ou assimilés.
 
Donc l'affaire est close et la question se pose de savoir pourquoi cette note n'a pas fait l'objet d'une protestation en temps et heures. La personne que vous citez n'est pas nommée et j'ignore de qui il s'agit. A supposer que ce soit elle qui soit concernée, j'ai relevé dans son discours des erreurs qui montrent qu'elle ne maîtrise pas du tout la question et le fait d'être éventuellement malade ne justifie pas l'incompétence.
 
Personne ne paie mon site, je ne suis lié à aucun marchand, je fais une guerre sans merci ceux qui exploitent la misère humaine en surfacturant des compléments bidons. Ils est donc inutile de se plaindre à qui que ce soit.
 
Cette menace fait suite au fait que je viens de renvoyer dans les cordes une personne qui est probablement une de vos adhérentes et représentante locale.
 
C'était une vulgaire tentative d'intimidation, beaucoup de femmes deviennent irascibles à partir du moment où on ne les prend pas au sérieux et qu'on refuse de leur faire des grâces. Elle veulent l'égalité, revendiquent le cas échéant la possession de "couilles" (??) mais détestent qu'on leur parle comme on parlerait à des mecs quand ils dépassent les bornes.
 
J'ai relevé des tas de sottises sur le site de l'association. Ayant tenté vainement de m'inscrire dans le forum pour les rectifier courtoisement, cet échec m'a profondément agacé. Il n'est pas impossible que j'ai été blacklisté.
 
Les associations que cela concerne des malades ou des migrants, c'est, je le constate assez généralement, plutôt une calamité dans la mesure où la tendance est à embrouiller les choses.
 
Il faut dire qu'en ce qui concerne l'hypothyroïdie toutes les conditions sont réunies pour constituer un troubler persistant. A titre d'exemple j'ai vu un cardiologue prescrivent un dosage de TSH est s'abstenir de la moindre réaction avec un chiffre monté à 9. Quand ça déconne au sommet, rien ne peut plus aller...
 
Moralité c'est un domaine où, pour s'en sortir, il faut être son propre médecin.
 
Jean Daniel Metzger
 

Inutile d'essayer de pourrir ma boîte mail de récriminations

L'association en question semble avoir donné la consigne à certaines adhérentes de me pourrir par mail mais ça ne servira si ce n'est à me convaincre un peu plus que beaucoup de femmes méritent la réputation universelle d'emmerdeuses, d'hystériques et de faiseuses d'histoires qui a été faite à beaucoup.

Je ne lirai pas, je ne répondrai pas et les interventions, protestation et insultes iront à la trash.

On est en train de multiplier les plaintes pénales pour les 11 vaccinations, il est prévisible qu'elles seront traitées de la même manière que les plaintes visant le nouveau Lévothyrox. Voir le post révélant l'origine et le véritable objectif de cette campagne.

12/01/2018

Lévothyrox : échecs judiciaires, c'était à prévoir...

justice.jpgJe constate une fois de plus que les plaintes ayant pour but d'exiger le retour de l'ancienne formules se soldent par des déboutés. Idem pour les "préjudice d'angoisse".

Très franchement et bien que je sois conscient que la grosse cagade dont on parle a entraîné des souffrances réelles, certaines femmes ont cru mourir, ces coups d'épées dans l'eau ont surtout le don d'exciter mon mauvais esprit contre une bonne partie de la profession d'avocat. L'héritage de toutes sortes d'auxillaires de justice venues de l'Ancien Régime, en fait des parasites pour une bonne part et notamment en raison de l'incompétence de beaucoup, aura été l'une des pires calamités ayant survécu à notre sacro sainte révolution.

Chaque fois que j'ai eu à défendre mes intérêts et en particulier mes droits d'auteur ou d'artistes, je me suis toujours démerdé pour plaider sans avocat et d'abord par écrit. Cela m'est arrivé deux ou trois fois et avec succès. La gueule des huissiers quand on leur donne ordre d'exécuter sans barguigner... J'ai des souvenirs datant de 30 à 40 ans...

La montagne va encore accoucher d'une souris. On me parle d'une T4 sans exipients. Je n'ai pas d'avis, tout ce que je peux dire c'est que tout changement de médoc dans ce domaine réclame un ajustement. Or si les toubibs avec fait les dosage de TSH préconisés et surtout s'ils avaient le minimum de compréhension du sujet, on n'en serait pas où l'on en est. Mais quand les dosages réputés normaux pour la TSH témoignent d'une anomalie, il faut s'attendre au pire.

Il y a eu un problème de biocompatibilité mal évaluée ou plutôt non évaluée. Se peut-il qu'en plus la thyroxine de la nouvelle formule ait été pourrie dans certains lots ? Une carence totale ou partielle explique t-elle la violence de certains signes. Ce que j'ai noté c'est que les soit-disant effets indésirables comportent des signes de carence. D'où la question comment peut-on s'y retrouver quand les notices médicamenteuses hébergent une telle confusion! On aurait tout de même pu distingué, les signes de sous dosage, donc de carence plus ou moins fortes de ce qu'on appelle les effets indésirables. Cela n'a rien à voir !

Oh elle est belle la pharmacovigilance française, on y reviendra.

06/09/2017

Thyroïde : les compléments qui peuvent aider

SOR-64475-1.jpgJ'ai réuni quelques textes importants sur le sujet, ils sont ici. Cela devrait m'éviter de me répéter trop souvent.

Concernant les compléments qui peuvent aider le fonctionnement de la thyroïde, on peut se référer à deux articles très pertinents de Althea Provence. J'ai quelques précisions à ajouter et je propose quelques produits que l'on trouve chez Iherb. L'un pour l'hypo, l'autre pour l'hyper...

https://www.altheaprovence.com/blog/hypothyroidie/

https://www.altheaprovence.com/blog/hyperthyroidie/

Les indications suivantes nécessite d'avoir bien assimilé un certain nombre de données cliniques et de lire très attentivement ce qui précède et ce qui suit.

Les compléments utiles en cas d'hypo

Il y a d'abord des aliments goitrogènes à éviter (famille des brassicassées). Dans certains cas le gluten est à éviter.

Pour l'intelligence pratique de la question, il faut distinguer deux catégories de compléments.

Les "co-facteurs" polyvalents

Il y a ceux qui sont inclus dans tous les multivitamines américains : vitamine D taux à contrôler), l'iode, le sélénium, Zinc et quantité d'autres co-facteurs présents justement dans les multivitamines.

D'où une première remarque : les compléments spécialisés ne couvrent qu'une partie de ces co-facteurs et se limitent aux éléments qui viennent d'être cités. D'où il résulte que prendre un multivitamine n'est pas du luxe. Il manque dans la liste de Althea Provence la B6, la B12 et l'acide folique proposés dans la plupart des complexes à visée thyroïdienne.

Sauf que la L-tyrosine peut être considérée comme un co-facteur mais c'est un acide aminé et il ne figure dans aucun multivitamine, pas même dans le Life Extension Mix Tablets.

Remarques à propos de l'iode

Ce que je peux affirmer c'est que la prise d'iode sous forme de poudre de Kelp améliore l'hypothyroïde et peut réduire un signe comme la frilosité. Un certain auteur, se basant sur la consommation des japonais a observé des apport de plus de 40 mg jour et préconise une recharge et supplémentation en mg et non en mcg.

L'auteur cité mentionne que l'iode pourrait être déclencheur de la maladie d'Hashimoto, mais à ma connaissance ce n'est pas l'iode en tant que telle qui a été mise en cause mais le sel iodé.

Wolff-Chaikoff Effet et "idiophobie mondiale"

Sur cette question voir cet article :

Il serait raisonnable de faire doser l'iode sanguin et l'iode urinaire. Concernant l'iode urinaire, j'ai vu un cas d'une sorte de "génération spontanée" considérable d'iode urinaire totalement inexplicable par l'alimentation mais c'est sans doute un phénomène rare qui fait penser aux transmutations de Kervran...

Le problème est que les médecins rechignent à prescrire autre chose que le dosage de la TSH. Sauf que pour l'iodurie, ça n'a pas d'incidence. Ce dosage n'est pas remboursé et coûte 27 € de votre poche.

Remarques à propos de la L-Tyrosine

L'auteur émet des doutes sur l'efficacité de cet acide aminé qui pourrait être indiqué surtout chez les bégétariens. Il n'a pas trouvé d'études sérieuses sur l'effet de ce supplément.

Les "compléments" hors multivitamines

Ce sont la L-Tyrosine, et certaines plantes médicinales exotiques,  l'Ashwaganbdha qui peut aider à faire monter le taux de T4 et de T3, le Schisandra qui est une plante protectrice et stimulante du foie, or le foie  joue un rôle dans la conversion de la T4 en T3.cette plante est adaptogène et peut aider à réduire le stress. De ce point de vue, elle n'est pas la seule, loin de là...

Coleus Forskolli, un médicament ayurvédique, semble activer la production de T3 et T4 à la manière de la TSH, la forskoline agirait directement sur la glande. Mais s'il n'y a plus de glande ou en cas de problème autoimmun,

Le Gugul est particulièrement intéressant, car l'hypothyroïdie s'accompagne souvent d'une montée du cholestérol. Or en médecine ayurvédique cette résine est utilisée pour réduire l'excès de lipide sanguins.  Le gugul facilite la conversion de T4 en T3 et améliore l'utilisation de l'iode par la thyroïde.

Conduite à tenir

NWY-14928-6.jpgOn trouve chez Iherb un complexe censé procurer l'énergie nécessaire à la thyroïde dont voici un exemple :

Now Foods, Thyroid Energy, formule spéciale thyroïde, 180 gélules végétales.

C'est un mélange de quelques co-facteurs (non exhaustif) auquel on a rajouté de la L-tyrosine, de l'Ashwagandha et du Gugul.

On peut l'essayer mais si un progrès est observé, on ne saura pas quel élément l'a provoqué. Je préfère pour ma part, partir d'un mutlivitamine tel,que Alive ou Two per day et le compléter en essayant des suppléments,pour ma part je prendre celui-ci :

Nature's Way, Alive! Max3 Daily, quotidien, multi-vitamines, 180 comprimés

Il me semble plus intéressant que le Two per Day à cause de l'ajout de nombreux nutriments d'origine végétale (spiruline, champignons médicinaux et j'en passe...), en revanche il ne contient pas de chrome fort important si on est en délicatesse avec le glucose, chose fréquent à partir d'un certain âge...

Suppléments spécialisés

index.png

Pour une recherche ciblée sur IHERB, actionnez ce lien, Merci !

Le choix est important voici une sélection :

L-Tyrosine

Himalaya Herbal Healthcare, Ashwagandha, 60 Comprimés

Himalaya Herbal Healthcare, Guggul, 60 gélules végétales

Solaray, Herbes Ayurvédiques, Super Forskohlli, 400 mg, 60 Gélules végétales

En cas d'insuffisance hépatique

Le seul moyen de diagnostiquer une insuffisance hépatique et de la contrôler est l'indice hépatique du bilan cancérométrique de Vernes. Le chiffre est alors négatif en cas d'insuffisance.

Un post sur ce type d'analyse biologiques hors nomeclature est en préparation.

On peut y remédier à l'insuffisance par des plantes :

Himalaya Herbal Healthcare, Liver Care, 180 Vegetarian Capsules

Cette formule est identitique au célèbre Liv 52, à l'exception d'une dose de fer de 46 mg par gélule qui peut être rajoutée, le cas échéant. Voici un supplément de 36 mg par gélule.

et surtout :

Now Foods, Liver Detoxifier & Regenerator, 180 Veg Capsules

Ces deux formules sont complémentaires qui associent la phyto locale et la phyto ayurvédique. On peut également les alterner et augmenter les doses.

En cas d'hypothyroïdie

HBP-00262-1.jpgAthea provence propose quelques plantes pour lutter contre les symptômes de l'hyperthyroïdie. La médecine conventionnelle propose 2 solutions barbares génératrices d'hypothyroïdie : l'ablation et l'iode radioactif. Une solution plus raisonnable est la prise de médicaments qui frieinent la production hormonale.

Parmi les plantes le Lithospermum officinale (appelé vulgairement gremil) est à employer avec précaution car c'est un contraceptif. En revanche cette plante est diurétique et aurait une action sur les calculs rénaux et biliaires (?)

La L-carnitine freine l'assimilation de la T3 à raison de 2 à 4 g jour.

Les taux de CoQ10 seraient plus bas chez les hyperthyroïdiens à cause de sa consommation par le stress oxydatif.

Comme plante le Lycopus serait la plante la plus efficace pour diminuer l'activité de la thyroïde.

16/07/2015

Cherchez pas Docteur, c'est une hypothyroïdie !

Lepage.jpegJ'ai évoqué dans un post précédant l'ouvrage du Dr Benoît Claeys qui s'est avéré être une révélation. A mes abonnés qui n'ont pas forcément le bagage médical nécessaire, je conseille l'ouvrage de Caroline Lepage. Thyroïde : enfin le traitement qui sauve, six millions de français mal soignés.

Il montre l'étendue du problème sur le plan pratique, venant d'une patiente concernée, il décrit les problèmes tels qu'ils se posent dans la réalité quotidienne. Médicament mal adaptés et mal prescrits quand le problème est diagnostiqué. Alors ne parlons pas de ce qui se passe quant il ne l'est pas !

L'interdiction des extraits thyroidiens en 2006, suite à des abus de médecins amaigrisseurs, est une catastrophe qui s'ajoute au reste. car n'en déplaise aux médecins les hormones synthétiques, c'est pas le top. Surtout quand on s'obstine à prescrire de la T4 qui est mal transformée en T3 par la plupart des patients. Alors quand cette T4 est "enrichie" en lactose produit auxquels pas mal d'hypos sont intolérants c'est la cerise sur la gâteau !

Le livre magistral du Dr Mark Starr

Starr.jpgLe Dr Mark Slatter a publié un ouvrage intitulé Hypothyroidism type 2, the epidemic qui va bien au delà du livre paru chez Souccar. Je ne peux que le recommander à ceux qui lisent l'anglais. J'ai entrepris de le traduire in extenso. C'est de l'anglais assez basique. les traducteurs automatiques donnent des résultats lisibles et je mettrait cette traduction sur le Cloud à disposition des abonnés.

De ce livre j'en ferai un résumé détaillé d'ici un moment. L'ouvrage fait 300 pages et je n'ai pu en étudier minutieusement qu'un peu moins du tiers. Soit dit en passant, preuves statistiques à l'appui, ce livre montre que le dogme des mauvaises graisses (saturées) comme cause des maladies cardio vasculaires est ARCHI FAUX. Cet ouvrage, qui constitué un trait de lumière fulgurante me permettant de rassembler d'une façon cohérente divers acquis en complète contradiction avec les thèses encore en vigueur au sujet de certaines maladies dégénératives m'apparaît comme une sorte de "clef de voûte".

Enfin il n'en reste pas moins vrai qu'il existe au monde deux choses également CRIMINELLES ce sont d'une part les DOGMES RELIGIEUX et les DOGMES MEDICAUX. Clercs plus ou moins "intégristes" toutes religions confondues et médecins rivés à l'académisme sont à foutre dans le même sac et seraient à noyer d'urgence avec une grosse pierre au fond dudit sac si ce n'était pas irréalisable, vu la dose de sentimentalité "humaniste" ambiante ! Quel dommage de penser qu'en France notre sacro sainte révolution ne nous a libéré de rien du tout. Il n'est que de voir la survivance de certains "offices" pour constater que nous sommes encore sous ce que l'Ancien Régime a produit de plus funeste. En revanche, ce qu'il avait de bon nous l'avons et qui faisait obstacle à trop de centralisation et d'unification jacobine nous l'avons carrément perdu !

Qu'est-ce que l'hypothyroidisme de type 2 ?

Vous connaissez le diabète de type 2, caractérisé par une résistance à l'insuline et bien c'est le phénomène analogue avec les hormones thyroïdiennes cette fois qui sont en suffisance d'après les normes mais les cellules les utilisent mal de sorte que les taux sériques sont normaux mais il faut malgré tout faire des apports pour rétablir l'équilibre.

L'hypothyroïdie se caractérisant par un ralentissement du métabolisme basal, elle fait le lit des maladies dégénératives à commencer par l'artériosclérose et le diabète.

Bref, les cas que je discerne autour de moi du fait que mes yeux se sont ouverts subitement à une certaine lumière sont parfaitement conformes à ce qui est expliqué dans l'ouvrage évoqué.

Hélas je ne suis pas médecin...

Pendant plusieurs années, j'ai correspondu avec une femme cyclothymique et insomniaque. Avec un médecin actuellement chargé du suivi des patients faisant le protocole du Dr Schwartz, j'ai fait une répertorisation homéopathique. On est tombé sur le même remède qui n'a rien donné...

Je n'ai pas vu les signes majeurs d'hypothyroïdie. La chose ayant fait tilt, j'envoie un mail à cette personne la pressant de relever ses chiffres de TSH. Elle la fait doser : elle est à 9 et sa TSH a toujours été trop haute. Là il est clair que la prise de lithium est Cie a aggravé l’hypothyroïdie qui est la cause première de son état. Je lui explique la marche à suivre (dosages à effectuer) et lui recommande de trouver au plus vite un endocrinologue doué. Elle relève ses taux sanguins de T3 et T4, ils sont réputés normaux mais enfin la clinique est formelle : c'est une hypothyroïdie de type 2. Elle me réclame des anxiolytiques naturels (végétaux) dont elle pourrait "abuser". J'ai refusé : ça ne marchera pas. Rien ne peut marcher tant que le déséquilibre n'aura pas été corrigé !

Évidemment, cela va être pour elle le parcours du combattant ! Elle n'est pas d'attaque pour secouer l'inertie académique qui règne en France, elle a évidemment du mal à comprendre le problème sous l'angle scientifique.

Autre cas, c'est une infirmière qui brutalement un jour est tombée en dépression. Je me suis renseigné, son allure de myxœdémateuse est héréditaire. Les psychiatres se sont emparés du cas et lui ont fourgué des tonnes de lithium. Elle avance avec lenteur phénoménale mettant un petit pas devant l'autre, elle parle très lentement. Le soit disant traitement a aggravé et a fait de cette femme une épave ambulante. On dirait un bibendum !

Figures de myxoedémateuses

hypothyroidismafter2.jpgDimanche dernier, j'entre dans le sas d'une banque pour prendre des billets. Il y avait 3 personnes, dont une femmes trapues, le visage bouffi, un cou très large qui éponge et soupire. J'engage la conversation et lui demande si son médecin s'est occupé de sa thyroïde. Elle me répond qu'elle a réclamé un examen à cause de son cou qu'elle trouve un peu gonflé. L'écho est négative, pas de nodule et les choses en sont restées là... Trois mois de poudre de thyroïde et cette femme pourrait être radicalement transformée et ce sont des milliers d'Euros d'économies à venir pour l'Assurance Maladie. Elle est partie en disant qu'elle va relancer son généraliste mais ça ne va pas donner grand chose.

Notez en passant que Statter fait remarquer que depuis les années 50 on ne publie plus d'atlas photographique des cas d'endocrinologie qui pour l'hypothyroïdie témoignaient de transformation physique éloquente. N'est-ce pas que les hormones synthétiques, surtout mal utilisées, ne donnent plus des résultats comparables ?

Voir d'autre photographies extraites de l'ouvrage du Dr Starr: http://misslizzy.me/hypothyroid-before-and-after/

Fixation fautive sur la T4

Il est rare que la T4 (Levothyrox) donne des résultats satisfaisant tout simplement parce qu'elle est difficile à doser d'une part et que d'autre part sa demi-vie étant très longue, les effets sont plus lents à venir et on risque d'avantage un excès. Du moins quand l'organisme est encore capable de la transformer en T3 car je rappelle que la T4 est en soi un emplâtre sur une jambe de bois. Elle est INACTIVE !

La T3 ayant une demi-vie de 24 heures, il serait plus intelligent d'opter direct pour le CYNOMEL car en raison même de cette demi-vie, l'élimination étant plus rapide, il est plus facile d'adapter rapidement le dosage encore faut-il prendre la peine d'expliquer au patient comme reconnaître les effets d'un éventuel surdosage.

Mais enfin dans ce domaine, on voit des choses à peine croyable. Un voisin est en hyperthyroïdie. Il doit prendre du Neomercazole pour freiner sa thyroïde. Et bien son généraliste, alors que ce médicament était en rupture lui a collé du Levothyrox et a failli faire crever son patient ! Une erreur qui a causé un malentendu entre l'endocrinologue et un autre spécialiste qui a reçu une lettre incendiaire en lui et place du généraliste fautif !

Je reviendrai longuement sur l'ouvrage cité et je donnerai un résumé aussi complet que possible de ce qu'il faut savoir pour régler sa thyroïde. A noter qu'en ce qui concerne la poudre de thyroïde (Armour aux USA et Erfa au Canada) il s'est posé des problèmes en 2009 un changement dans la galénique aurait conduit à une baisse d'activité. Je ne pourrai pas donner d'indication pour ce genre de fourniture sur le blog car l'importation est interdite en France. Je suis en train de recenser les solutions accessibles ne serait-ce que pour mon propre usage d'hypo (assez léger heureusement) et je ne peux communiquer sur ce point qu'en privé et seulement avec des particuliers susceptible de posséder le minimum de bagage technique nécessaire ou des médecins convenablement sensibilisés au problème. 

15/06/2015

Comment votre thyroïde risque de vous jouer des tours à votre insu de plein gré (...) et surtout avec la bénédiction des endocrinos...

thyroïdie.jpegJ'ai déjà évoqué le problème du diagnostic de l'hypothyroïdie dans deux notes que je réviserai à l'occasion. Si j'en trouve le temps. Dans la première j'indique une méthode de diagnostic par la prise de température.

http://silicium.blogspirit.com/archive/2014/11/25/la-thyr...

http://silicium.blogspirit.com/archive/2013/08/31/le-prof...

Un médecin que j'ai évoqué à plusieurs reprises, le Dr C., un fils de militaire qui aurait mieux fait de faire une carrière de pianiste avait attiré mon attention sur une TSH élevée, quoique dans les normes suivants les créneaux indiqués par les labos, elle impliquait à ses yeux une hypothyroïdie. Aussi quand est paru l'ouvrage ci-contre du Dr Benoît Claeys, je l'ai vite commandé chez mon libraire.

Il aurait fallu libeller le titre autrement et évoquer ce que le médecin (ou l'endocrinologue) ne vous dit pas tout simplement parce qu'il l'ignore mais que vous devez savoir.

Sur le préfacier

Chose étrange le Dr Thierry Hertoghe, dont l'arrière grand père a donné son nom à la description d'un syndrome hypothyroïdien n'a pas l'air d'être mieux informé que ses confrères si j'en juge par le contenu de sa lettre n° 2 sur l'insuffisance thyroïdienne. Qu'il ne donne pas les normes et les directives pour mener à bien un contrôle biologique, et c'est devenu chose enfantine depuis que j'ai dévoré le livre, je pourrais à la rigueur le comprendre car lui et sa soeur, établis à Bruxelles vivent (grassement j'imagine) du déni dont souffre les hypothyroïdiens. Et de cela je vais en parler !

Plus curieux est ce passage : Le cortisol freine la transformation de l’hormone thyroïdienne thyroxine ou T4, peu active (en réalité INACTIVE !), en hormone thyroïdienne fortement active, la triiodothyronine ou T3 (en théorie seulement car elle a besoin du cortisol pour pénétrer dans les cellules cibles). Une carence en cortisol permet à la T4 de se transformer trop rapidement en T3, surtout lors de stress, ce qui résulte en poussées d’excès d’hormone thyroïdienne au moindre stress qui survient (on aurait donc les signes d'une hyperthyroïdie).

Le traitement consiste à faire des tests de diagnostic de l’insuffisance surrénalienne et prendre, si le diagnostic est confirmé, un supplément en cortisol.

Le Dr Hertoghe me parait s'être embrouillé...

Les aléas qui sont à l'origine d'un mauvais fonctionnement des hormones thyroydiennes

1) Une mauvaise transformation de la T4 en T4 par l'enzyme 5'-désiodase

2) Une transformation de la T4 en R-T3 inactive par la 5-désiodiase

3) Lorsque la T3 ne parvient pas à pénétrer dans les cellules pour agir faute de cortisone et de vitamine D.

Nulle part le Dr Claeys n'a parlé du rôle du cortisol dont l'absence ou la carence inciterait la T4 à se transformer en T3. Enfin l'article évoqué ne vaut pas un pet de lapin. L'héritier du grand spécialiste a sans doute a eu à coeur de ne pas vendre la poule aux oeufs d'or mais en acceptant de préfacer Claeys je crains qu'il ne se soit tiré une balle dans les panards... Pour tout dire je crains que le double rôle qu'il fait tenir au cortisol soit fautif. Toujours est-il que dans le meilleur des cas il aurait détourné l'attention sur un détail qu'il aurait plus ou moins bien compris.

Faut-il acheter le livre de Claeys ?

N'achetez pas ce livre pour vous car je vais vous dire l'essentiel mais si vous voulez l'offrir dans un joli paquet cadeau agrémenté de quelques rubans colorés à votre généraliste ou à votre endocrinologiste, vous pouvez toujours essayer mais il risque de mal le prendre. Alors vous pouvez imprimer mon article et lui remettre cela vous coûtera moins cher et s'il est intelligent il déduira le coût du bouquin de son confrère de ses frais généraux de formation continue.

J'ai expliqué de quoi il retourne à un ami qui pourrait être mon père. Bien qu'il n'entende pas grand chose à la médecine, j'ai vu à son regard que mon exposé a été d'une limpidité telle qu'il a percuté immédiatement.

La clinique d'abord la confirmation biologique ensuite

C'est très simple vous allez voir, l'hypothyroïdie même fruste se déduit de la clinique, ce qui nous vient de l'ancêtre du Dr Thierry Hertoghe est toujours d'actualité. Je parlerai de la clinique et des signes après et je commence par la biologie, soit les examens de laboratoires qui doivent servir de confirmation. Je rappelle qu'on ne peut trouver par la biologie que si on sait ce que l'on cherche ! Tout un programme, la plupart des jeunes médecins ont tendance à inverser la proposition, ils n'ont pas un bon diagnostic alors en biologie ils font les choses à moitiés ou s'égarent carrément. J'en ai connu un qui ne savait même pas ce que c'était que les fructosamines et à quoi ça servait parce que l'Assurance Maladie tend à imposer l'hémoglobine glyquée qui ne se contrôle que tous les trois mois et ne convient pas pour ajuster le traitement d'un diabétique de type II.

La TSH est primordiale oui mais il y a un os quelque part...

Les médecins sont dressés à se référer aux hausses de la TSH mais le créneau de normalité des labos est trop large donc on passe à côté d'une hypo 80 à 90 fois sur 100 quand on en a subodoré une. Depuis 2002 au USA la limite supérieure à été fixée à 2,5 mUI/L, en France on en est encore à 4,4 mUI alors qu'il faudrait la ramener à 1,3 mUI. Je n'ai pas besoin de vous faire de dessin sur le pourquoi du comment il se fait que des milliers de patients ne sont pas et ne seront pas traités comme ils le devraient.

Sur les dosages de T3 et T4

Il est vrai que lorsqu'on soupçonne une hypo, il est absolument inutile de doser et la T3 et surtout la T4 dans le sérum. Même si les chiffres sont dans les créneaux, quelque soient ceux-ci ça ne garantit pas l'absence de trouble. L'Assurance Maladie a raison de faire la chasse aux dosages de T4 et de froncer les sourcils quand on ne s'en tient pas à la TSH  mais encore faudrait-il que pour cette dernière les normes soient fiables. Cependant je m'empresse d'ajouter que chez les rouquins et rouquines la TSH cela ne marche pas, elle est généralement dans les (bons) clous et pourtant il y a hypothyroïdie.

Doser la T3 urinaire suffit si la TSH débloque

Alors oubliez les dosages sanguins des T3 et T4. Si vous avez un doute vu ce que je viens d'exposer, vous foncez direct au labo dont vous avez l'habitude, vous réclamez un flacon pour recueillir vos urines de 24 heures et vous les collectez selon le protocole qu'on vous indiquera (on jette la première urine du matin et on termine par la première du jour suivant) et vous demandez le dosage de la T3 dans les urines de 24 heures. Cela va vous coûter 22 € et puisque cet acte hors nomenclature n'est pas remboursée vous n'avez nul besoin d'ordonnance. Si le labo fait des histoires, soit vous les menacez de changer de crémerie, soit vous tapez du poing sur la table.

Si donc la T3 urinaire n'est pas au top, vous avez la preuve d'une hypothyroïdie si les signes caractéristiques sont présent et vous retournez voir votre généraliste et vous lui demandez de doser votre cortisol libre et vous allez au labo à l'ouverture (8 heures en moyenne), plus le cortisol urinaire des 24 heures. Comme il va falloir encore pisser dans un bocal pendant 24 heures, il vaut mieux avoir un médecin avec qui on peut négocier de façon à ce qu'il vous fasse faire tout dans la foulée. Notez qu'il ne suffit pas de mettre en évidence une T3 en quantité insuffisante mais il faut tester la fonction surrénalienne pour s'assurer que si vous devez accepter une supplémentation, il faut s'être assuré préalablement que cette T3 va pouvoir agir, or le cortisol joue un rôle déterminant au niveau des cellules cibles. Autrement dit il faudra peut-être accepter un peu d'hydrocortisone (et éventuellement de DHEA) au moins temporairement le temps de restaurer la fonction surrénalienne avec notamment une supplémentation en vitamines du groupe B. En particulier... Là ça se complique un peu car des considérations individuelles entrent en ligne de compte.

Je ne vais pas entrer dans tous les détails possibles car tout ce que je raconte ne me rapporte pas un kopec et j'ai toujours l'impression de travailler pour le Roi de Prusse... Donc je m'en tiens aux grandes lignes du cas le plus basique, ce qui est assez généreux de ma part car si ce que j'énonce est limpide vous allez pouvoir vous sortir les doigts du cul avec un peu de diplomatie et là je ne peux pas vous aider...

Supplémentation : l'arnaque à la Lévothyrox !

Maintenant et quand à la supplémentation, vous n'êtes pas sorti(e) encore de l'auberge. Le médecin et/ou l'endocrino vont vous coller quasi systématiquement de la Levothyrox, c'est à dire, de la T4 qui rappelez vous est inactive si elle n'est pas transformée en T3. Donc on va sûrement vous refiler de la T4 et non un mélange de T4 et de T3 (Eurythral). Or si c'est la T3 qui est en rade et que le dosage urinaire de la T4 est correct, ce qui est très généralement le cas vous ne risquez pas d'avance d'un pouce avec ce fichu Levothyrox. Comment se fait-il que les médecins et même des endocrinologues paniquent et ordonnent même d'arrêter un traitement à l'Eurythral quand les patients s'en trouvent bien ?

Mauvais formatage ou calcul

Sans doute un peu des deux mon Général !

Il y a plusieurs réponses possibles et je vous laisse choisir : réaction d'un "con" qui a été mal formaté et qui l'ignore ou qui craint de perdre le contrôle de celui qui le font vivre ? Exemple de calcul plus ou moins criminel : si je ne donne que la T4 et que ça marche à moitié, je suis sur de fidéliser le client !

Une chose est certaine : en France l'incompétence est entretenue on l'a vu pour les "créneaux" relatifs à la TSH, est-ce intentionnel de la part des formateurs pour le compte des labos ?On a vu qu'aux USA les normes pour la TSH sont plus proches de la réalité. En France, il règne un esprit particulier et une méfiance systématique à l'égard des innovations qui ailleurs fonctionnent.

Une chose est certaines les médecins sont mal formés sur le chapitre et la rigidité psychologique qui est le propre de ceux qui se savent plus ou moins inconsciemment mals assurés de leurs connaissances souvent approximatives suffit à expliquer certaines résistances.

Nécessité fréquente de l'Euthyral

La quasi totalité des cas cliniques évoqués par Claeys montre que si en théorie l'association de T4 et T3 est plus délicate à manier à cause de la demi-vie courte de cette dernière, j'ai beau réfléchir je ne vois pas en quoi ça serait plus sorcier que de ne donner que de la T4 mais il est vrai que la plus grande longue de la demi-vie de cette dernière un éventuel surdosage va se manifester plus progressivement. Mais il faut souligner qu'on doit commencer éventuellement par des quarts ou des demis comprimés et monter progressivement avec l'Euthyral.

A la recherche des signes d'hypothyroïdie

Concernant les signes d'hypothyroïdie, ils sont nombreux, la fatigue matinale surtout, la frilosité, l'intolérance à la chaleur, les mains les les pieds glacés, l'hypotension et la bradychardie (pouls lent) - mais pas toujours surtout chez les personnes âgées -, les tendances dépressives, la sécheresse cutanée, le dessous des pieds jaunes, les pieds plats, les crampes musculaires, la constipation (surtout chez les femmes), une mauvaise circulation des liquides (jambes, œdèmes du visage et des paupières) et un détail assez parlant, savoir le fait que le tiers externes des sourcils est comme "rapé", ces signes et d'autres encore,  comme une perberté tardives, des petits seins, la pillule qui fait grossir tout cela converge en faveur du déficit dont il est question dans tout ce post.

Les causes de fatigue chronique

La fatigue étant un des signes majeurs, elle implique d'éliminer les causes non hormonales, savoir les causes infectieuses, une dysbiose, et ou une intoxication quelconque (métaux lourds, polluants ménagers divers, pollution électromagnétique). Or la vogue de la maladie de Lyme avec ses éventuels, co-facteurs, les errements conceptuels à propos des prétendues "candidoses systémiques", l'obsession du mercure et de l'aluminium etc... tendent à faire oublier qu'il faudrait sans doute commencer par interroger les signes propres à justifier un soupçon d'hypothyroïdie.

Notez que l'hypercholestérolémie et le diabète de type II, la tuberculose, un infarctus avant 50 ans çà compte parmi les signes dont il faut tenir compte avec le plus fort coefficient. Et si un certain nombre de pathologies qui accaparent notre attention et ruinent l'Assurance Maladie avaient pour racine une hypothyroïdie plus ou moins larvée ?

Les hypothyroïdiens sont légions

Depuis que j'ai une vue claire des choses, des cas d'hypothyroïdies j'en découvre autour de moi qui ont été mal traités, j'en devine quelques uns notamment chez une femme déprimée avec qui j'ai correspondu pendant des années. Son remède homéopathique a échoué et en relisant l'observation faite avec un médecin, je vois les signes d'hypothyroïdie me sauter à la figure et j'ai pas demandé les analyses afférentes car je supposais que les médecins généralistes savent discerner ce genre de trouble hormonal. On a collé sur une correspondante un syndrome de Gougerot (syndrome sec) sur le dos, or elle a fait une thyroïdite, il n'y avait donc pas lieu d'aller chercher au diable Vauvert la cause de sa constipation opiniâtre. Or elle est mal supplémentée, elle était en forme avec l'Euthyral et tire la langue avec le Levothyrox.   

Enfin, pour ce qui me concerne la prise en compte du contenu du livre de Benoît Claeys que j'ai dévoré et assimilé en a peine plus d'une lecture nocturne aura été un trait de lumière. Ma vie aurait sans doute pris une autre tournure si j'avais été en état de mieux fonctionner. Je n'ai pas encore dosé mes T3 urinaires mais comme je suis atypique en tout, il se peut que je sorte des cas de figures les plus courants et n'y trouve pas mon compte. J'ai cependant de bonnes raisons de croire que ce post à des chances de s'avérer l'un des plus utiles sur ce blog.

25/11/2014

La thyroïde et ses dysfonctionnements

Barnes.jpgJ'ai reçu d'un correspondant un gros paquet d'articles tirés de revues alternatives dont Energie Santé que je viens de m'efforcer de trier. Qu'il en soit ici remercié pour le cas où j'aurais du mal à retrouver son email car la fonction recherche de Foxmail déconne et des mails j'en reçoit pas mal. A propos de la revue citée, une lectrice m'a promis de la scanner entièrement et je n'en ai pas de nouvelles. Mais c'est un peu de ma faute car elle m'avait demandé de lui faire une liste de priorités et la chose m'est sortie de la tête, là encore je vais avoir du mal à retrouver son mail.

Dans le N° 70 de juin 2006 est paru un article intéressant qui répond à quelques unes des questions que je me posais mais sans évidement que tout soit élucidé.

Deux faits sont confirmés par l'article, les dysfonctionnements de la thyroïde et en particulier l'hypothyroïdie sont très répandus et les effets, très nombreux demeurent souvent inaperçus dans le cas d'une hypo. D'autre part les dosages hormonaux sont délicats à interpréter. Je scannerai l'article et il sera disponible sur le Cloud qui est accessible par abonnement et donc sous condition. L'envisage de la compléter et je me bornerai pour l'instant à un bref résumé.

Le dosage se fait sur 3 facteurs, la TSH comme hormone stimulatrice des hormones proprement thyroïdiennes soit T3 et T4. Mais le fait que ces dernières atteignent des chiffres normaux ne veut finalement pas dire grand chose car cela ne prouve pas qu'elles remplissent correctement leur rôle au plan cellulaire. Et si la TSH tend à monter, bien que le taux de T3 et T4 soit dans les clous cela implique une difficulté de stimulation, cela veut dire qu'il y a un problème. L'article évoque un "point fixe" de T4 mais ne donne aucune précision à ce sujet.

J'ai trouvé sur le forum suivant une référence à ce point fixe dans un texte comportant des passages proches de l'article dont je dispose :

http://www.forum-thyroide.net/index.html?http://www.forum...

Mais l'explication demeure absente. Voici une page nettement plus explicite mais qui reste à analyser et à traduire et pas seulement autour de ce "point fixe" de la T4 qui semble permettre de juger de la situation par la seule TSH :

http://home.scarlet.be/~tsd51298/thyro_labo.htm

Cette page donne sur des dosages plus élaborés de seconde intention (anticorps par exemple) des indications cliniques et l'on doit d'abord se baser sur la clinique avant de se lancer dans des dosages. La liste des symptômes se recoupe avec celle dont je dispose qui est un peu plus étendue et mentionne un signe que j'avais retenu depuis longtemps : la raréfaction des sourcils et j'ajoute surtout à la pointe. s'il existe d'autres signes comme la fatigue, la frilosité, la somnolence et des signes de métabolisme ralenti, il faut se poser des questions !

Le test de température basale du Dr Barnes

La température se prend au réveil dans le lit et sans bouger, sous le bras pendant 8 minutes et durant une huitaine de jours. Et effectivement j'ai vérifié qu'il existe une différence d'environ 0,5° avec la prise dans le rectum. Je suppose que le lieu de la prise a une importance et dans ce cas ma propre température serait légèrement basse. La fiabilité de ce test serait de 85%. 

On trouve sur Internet plusieurs allusions à cette méthode, complétée par celle de Wilson, plus controversée qui se prend dans la bouche.

La normalité se situerait à partir et au dessus de 36,4 et même 36,6° selon les sources. On descend par palier de gravité d'environ - 0,5° à légèrement bas, bas et très bas. 

Les causes de dysfonctionnement peuvent être nombreuses, stress, métaux lourds, carence en oligo-métaux, tabagisme, conflits, insuffisance rénale, excès d'iode, contraceptifs oraux, glucocorticoïdes, Cordarone et ses génériques, interféron etc...

Concernant la thérapeutique on préconise en hypo notamment des suppléments de L-Tyrosine, des adaptogènes (cas de stress), et une formule d'aromathérapie (ex : Rosmarinus, Juniperus, Origanum, Commiphora myrrha) mais il n'existe pas de formule passe partout. Le grémil a été utilisé en cas d'hyperthyroïdie, il s'agirait d'un véritable "casse pierre" mais en cas de lithiase et de suspicion d'hypothyroïdie, il convient d'éviter cette plante.

Retenir que le diagnostic est difficile que l'hypothyroïdie est assez répandue, que divers facteurs peuvent intervenir comme causes et être imbriqués, que les généralistes s'en tiennent à la TSH et ne semble même pas conscients qu'avec la dosage des T3 et T4 (qu'il faut souvent réclamer) on risque d'être trompé par des résultats apparemment normaux, que les mêmes ne pensent pas déterminer s'il existerait un ralentissement du métabolisme basal en commençant par le test de température. Il faut dire également que ces signes de ralentissement peuvent dépendre de la météorologie.

Bref tout dysfonctionnement marqué de ce métabolisme en hypo ou en hyper devrait inciter à déterminer le statut thyroïdien du patient concerné. Et j'ai vu plusieurs personnes patauger parce que leur médecins n'avaient pas l'air de maîtriser le sujet. Maintenant il faut bien dire que le fait de s'en référer à un endocrinologue n'est nullement une garantie, il s'agit d'une discipline qui demande des dosages répétés à différentes heures plus une grande finesse d'interprétation. Mais il existe tellement de troubles plus ou moins larvés qui peuvent avoir pour origine principal un dysfonctionnement thyroïdien même relativement léger qu'il m'a paru nécessaire de sensibiliser mes lecteurs à ce sujet qui est loin d'être simple.