Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2014

Le corps et la morale...

carnet_morale.jpgFénelon est assez ringard mais il me fallait une image. J'ai pas trouvé mieux !

J'ai remarqué dans le n° 62 de Energie et Santé un article d'une certaine Alice Miller intitulé le corps et la morale. Le résumé de l'article est ainsi conçu :

L'apparition de maladies graves est plus fréquente chez les personnes ayant été maltraitée pendant leur enfance. Pour retrouver l'intégrité de la santé, l'adulte doit se libérer de l'attachement qu'il éprouve à l'égard de parents abusifs. L'échec de nombreuses thérapies s'explique par le fait que la majorité des thérapeutes sont piégés par la morale traditionnelle et offrent le pardon en guise de remède, parce qu'ils n'ont jamais appris autre chose.

L'auteur dénonce l'influence désastreuse du 4ème commandement de la loi mosaïque : tu honoreras ton père et ta mère etc...

C'est en effet un piège. Rarissime sont les cas où l'enfant à été désiré, son espace préparé, ne parlons pas des dégâts de la méthode Ogino proposé comme contraceptif ce qui prouve que l'Eglise a fini par renier ses principes et accepter la recherche du plaisir sexuel pour lui-même. Et à ce propos elle ne s'est pas rendu compte qu'elle avait ouvert le champ à toutes les variations hors "bestialité", laquelle n'a évidemment aucun sens. Mais tout le monde sait que la logique la plus élémentaire c'est bien ce qui fait défaut aux clercs surtout lorsqu'ils deviennent furieusement "intégristes". En effet il faut répéter que la limite se situe entre la mesure et les excès. Et pas entre le fait de préférer tel sexe à tel autre...

Je considère que se rebeller contre des parents qui ont "tiré un coup" sans se préoccuper des conséquences si c'est au final pour martyriser leurs enfants ne serait-ce que par un conditionnement négatif, est chose parfaitement légitime. On doit leur dire leur fait. personne n'a demandé à naître dans de telles conditions.

J'ai foutu sur la gueule de mon père qui était un être brutal. Il avait un problème je ne sais lequel. J'ai rencontré le proviseur de son Lycée qui m'a dit qu'il était taciturne. Peut-être simplement parce que fils de paysans, il était mal vu et jalousé de ses frères à cause de ses études. Il a fini par acquérir le rang d'un ingénieur en tant que fonctionnaire. Evidemment, avec le temps j'ai pris mon envol et les tensions se sont calmées. Je ne pense plus à tout cela : c'est une vie antérieure. Mais être né au lendemain d'une guerre et avoir été privé de bien des choses, avoir supporté des inégalités criantes ça laisse des traces. On s'en rend compte parfois dans les rêves mais encore faut-il s'avoir les interpréter et cela ne s'apprend pas dans des livres. A ce propos il faut distinguer les rêves ordinaires qui sont des "tentatives de digestion" de choses qui coincent et les "songes" qui relèvent d'une toute autre phénoménologie...

L'article vise un cas particulier, son contenu doit être étendu mutatis mutandi à quantité de situations analogues. Les "psys", les "gourous", les pseudo "maîtres spirituels" sont des engeances qui tendent à pulluler et il faut avoir le courage de les claquer, au moins au figuré, quand l'occasion s'en présente. Bref, on ne peut pas pardonner à des gens qui continuent de nuire et d'emmerder mais bien évidemment cultiver la haine à leur égard n'est pas une solution. Il faut au moins faire l'effort de leur renvoyer leur maléfices en retournant autant que possible la situation. Quelqu'un qui ne se défend pas est un mort en puissance ! Il ne faut pas non plus rêver, la plupart de nos contemporains sont des nuisibles et bien sûr plus encore au Sud Est qu'au Nord. Les gens "bien" ayant tendance à se cacher... 

Les blessures de l'âme influent sur la chimie corporelle et les déséquilibres de cette chimie entraînent des troubles psychiques. Il ne fait aucun doute que les cancers se développement sur des situations d'échec. Cultiver son immunité morale est une nécessité mais actuellement tout un pseudo spiritualisme de merde collabore avec un courant d'influence de plus en plus visible qui vise à terme la mise en esclavage de toute l'espèce humaine. Je me suis fâché récemment avec un lecteur catholique pratiquant parce que j'ai affirmé que les monothéismes et le catholicisme en particulier sont hypertoxiques. Tant que l'on en reste à la charité évangélique ça ne pose pas de problème, ne pas faire aux autres ce que l'on ne veut pas que l'on nous fasse résume le programme mais qui le met en pratique.

On annonce une réédition de la "Manif pour tous" pour le 5 octobre prochain. Se préoccuper de la salubrité publique fait partie de la médecine, lorsque l'atmosphère est empoisonnée par de faux problèmes comme elle l'est à cet égard, il devient de plus en plus difficile pour les particuliers de s'y retrouver quand en plus une crise financière passablement artificielle plombe l'économie et qu'on fait exactement le contraire de ce qu'il faudrait faire pour lever cet obstacle. La dette n'existe pas. L'artisan français de ce qui se passe actuellement est une ordure à deux pattes nommée Giscard qui fut l'artisan de 4 innovations d'où résulte la plus grande partie de nos malheurs actuels :

  1. Abandon par l'Etat de la création monétaire par la loi Rothschild/Pompidou/Giscard de 1973.
  2. Suppression du contrôle des prix sous prétexte de concurrence.
  3. Adoption du "regroupement familial"
  4. Invention d'une "novlangue" qui appelle les femmes de ménages "techniciennes de surface" et les polluants INDESIRABLES des lessives "apport superflus à l'environnement".

Bien évidemment, ce n'était là que le commencement de la fin pour la France en particulier car la colonisation de l'Europe par l'impéralisme américain avait commencé dès la fin du XIXème siècle. Voir les écrits de P.F. de Villemarest sur le financement de l'hitlérisme et du communisme, Le choix de la défaite et moults vidéos de conférence de Annie Lacroix-Riz, voir également les vidéos de François Asselineau et j'en passe.

Je n'ai pas la possibilité de faire ici la synthèse de tout cela car je n'ai pas le temps et cela dépasse le cadre thématique de ce blog mais j'ai la ferme intention de traiter une bonne fois pour toutes le problème des remous autour du "mariage pour tous" et de ce qui le sous-tend. Dans cet ordre idée, attendez vous à savoir (comme disait dans mon enfance une certaine Geneviève...) que si le sacrement de mariage ne date que de 1215 (le mariage mais surtout les fiançailles ayant existé avant sans intervention de l'Eglise) les églises chrétiennes ont créé un rite de "création de frère" se présentant sous la forme d'unions de même sexe, qui par leur forme ont anticipé le mariage chrétien. On peut légitimement parler d'union de même sexe en se basant sur la seule apparence extérieure, en revanche parler d'unions homosexuelles comme l'a fait la traductrice de John Boswell (une sinistre connasse et probablement une tribade militante),  est déplacé. Les textes du rituel n'indiquent pas le but sinon qu'il est bon de vivre comme des frères.

On s'est efforcé par tous les moyens depuis 1994 date de la révélation de cette singularité (que j'ai découverte fortuitement car j'étais abonné à une mailing-list d'historiens médiévistes canadiens) de l'occulter tant du côté catholique qu'au sein des milieux LGBT, ce qui ont en conviendra est étrange... On a prétendu que ces unions auraient servi à empêcher que certains féodaux ne deviennent ennemis par la suite. Mais l'explication est stupide car il y avait les mariages classiques. D'autre part les témoignages historiques que l'on a font état d'une vie commune et d'inhumation dans la même tombe. Ce rite était interdit aux moines. La seule explication possible est que les églises de l'époque avait trouvé plus intelligent de proposer un os à ronger aux "gays" du premier millénaire chrétien. il ne s'agissait donc pas de "sacraliser" l'objet d'un interdit positif du Lévitique mais de tendre à "spiritualiser" le genre d'attirance dont il s'agit. Certes les vieux couples tendent à s'assagir côté cul qu'ils s'agisse des "hétéros" ou des "homos" mais si ce genre d'entreprise visant à orienter le chose dans le sens d'un amour dit platonique m'apparaît excessivement "casse gueule", on est tout de même bien loin de l'hystérie actuelle et de ses prochains rebondissements.

Le "mariage pour tous" n'est pas une réussite. Voir deux mecs singer des "hétéros" après les avoir systématiquement diffamés est assez minable car cette vogue ne s'explique guère que par l'insécurité ambiante due au MST et en particulier au Sida ainsi qu'à la crise qui incite à plus de solidarité. Quand à l'image, il y a dire quand l'un des partenaire use d'un costume blanc et l'autre d'une nuance plus foncée afin que l'on sache bien qui fait le mec et qui fait la femme ! Qu'est-ce que l'on s'en tape ! C'est d'un ridicule. Bref, si l'on c'était borné à un contrat civil à caractère privé comme l'ont fait les Anglais, il n'y aurait rien eu à dire. Mais il n'empêche que la "bordélisation" du Code de la famille mise à part, c'est un "plus" et nul n'est contraint de s'en servir !

Dans ces conditions, il faut que les curés et leurs affidés cessent d'ameuter le pays en descendant dans la rue et en y foutant le bordel. S'il ne tenait qu'à moi je rembarrerai tout ce cirque non avec des gazs lacrymogène mais avec des lances à incendie mais les parents utilisent leurs gosses comme otages pour se protéger eux-mêmes de toute répression. Belle mentalité que d'instrumenter ainsi leur mômes quand on sait par ailleurs que 9 fois sur 10, ils les éduquent tellement mal que pour se distraire, ils emmerdent systématiquement les adultes vu que la démagogie ambiante les a rendu intouchables. 

La religion et ses principes relèvent du domaine privé, on en a assez de ce cirque ! Enfin je rappelle que les curés sont mal placés pour se mêler de vouloir éradiquer l'homosexualité. Il faudrait que la plupart commencent par réformer leurs propres mœurs. C'est certes un abus notoire que de parler de curés "pédophiles" car la pédophilie cela s'arrête avec les premiers poils chez les garçons, or les curés, à l'instar de tous les éducateurs, quand ils sont intéressés par leur propre sexe, ce qui est assez fréquent et à mon avis parfaitement naturel, sont plus "pédérastes" que "pédophiles", une composante éducative et "paternaliste" intervient. Or des sociétés entières et pas seulement la société grecque ont fondé là-dessus un système de compagnonnage et nos ancêtres les Gaulois sont bien loin d'avoir démérité dans ce domaine.

La hantise de la "pédophilie" a donc été inventé de toute pièces pour diaboliser ce qui était en fait la forme traditionnelle admise de l'homosexualité antique. Contrairement à ce que raconte Boswell, le christianisme n'a pas repris à son compte une tradition à base de "mariages homos". Les exemples antiques que l'on a furent de pures parodies. Il s'agit bien d'une innovation mais quand on en devine le sens, je ne vois pas trop où serait le problème.

Je pense qu'on peut se passer de cet "encadrement" et que l'on n'a pas à justifier de telle ou telle préférence à partir du moment où ça ne trouble pas l'ordre public. Malheureusement les "homos", parce qu'il ont été tiraillés entre la dissimulation et une obligation militante de "visibilité" ne s'en sorte pas tout simplement parce que dans ce domaine et au contraire des sociétés païennes la notre est complètement pourrie par ses multiples contradictions. 

Enfin il faut quand même se résoudre à constater qu'au final, on a rien inventé puisqu'en définitive c'est la société laïque qui a repris à son compte un rite religieux. Il importe que cela se sache car c'est le seul moyen de couper le sifflet aux intégristes de tout poils.  Quand ceux là utilisent des jeunes portant des tee shirt vantant la "manif pour tous" comme porte bannière pour la fête d'une Sainte Rosalie (je parle d'un fait réel car ça ne s'invente pas !) il y a plus que des coups de pieds au cul qui se perdent... Je rappelle que dans l'Eglise catholique, non seulement les prêtres, mais le bedeau, le Suisse et les chantres portaient une tenue spécifique car on ne va pas à un office religieux pour faire de la politique !

Quant à faire de la politique dans les temples catholiques, je regrette mais l'Eglise de France (qui vit aux crochets de l'Etat laïque car ils sont entretenus avec nos deniers et personne ne paient de loyers et les affectataires peuvent devenir tyranniques dans certains domaines, notamment à propos de concerts), se trouve être fort mal placée pour vouloir ramener sa fraise !  je regrette mais elle se trouve dans la position d'une femme entretenue c'est-à-dire en termes clairs d'une pute ! Dans la mesure où cela ne favorise pas l'indépendance et une véritable liberté de pensée je ne tolère pour ma part que les remarques de quelques curés intelligents. Hélas ils sont de plus en plus rares et ce sont actuellement des Polonais qui tendent dans certains cures à vouloir imposer une véritable chape de plomb. L'un de ces imbéciles étant allé jusqu'à se mettre à dos des Corses après avoir interdit des concerts de chants polyphoniques traditionnels. C'était bien la dernière connerie à ne pas faire et j'espère que celui là va se faire jeter avec perte et fracas. A la limite une décharge de petit plombs ou simplement de gros sel dans la partie de l'indésirable vaudrait sans doute beaucoup mieux que trop de palabres diplomatiques. Les Corses sauront-ils faire preuve d'assez de nerfs ? Les paris sont ouverts et je ne saurais prendre de risque tellement l'humanité actuelle me déçoit...

Pour en revenir au caractère hyper toxique du catholicisme au moins dans sa version actuelle, je persiste et je signe. Au grand dam d'un ex ami dont je n'aurai sans doute plus jamais de nouvelles, c'est triste mais je finis par avoir l'habitude... Les vrais chrétiens étant devenus denrée rares dans le Grand Sud je ne vois guère que des gens inhospitaliers et très âpres au gain quand il ne s'agit pas de rapines pures et simples... J'ai déclaré à cet ami qu'en fin de compte je trouvais les sociétés antiques dites païennes beaucoup plus saines que la société occidentale actuelle.

Quel scandale ! Il m'a été objecté qu'elle avaient aussi ses intolérances, qu'elle a livré les chrétiens au lions dans des cirque et qu'elle n'avait pas aboli l'esclavage. Sur ce dernier point c'est un fait mais j'objecte que l'esclavage n'a cessé qu'en théorie et qu'en fait il s'est généralisé et que cela ne pourra qu'empirer. Il me semble qu'il n'est même pas nécessaire d'en faire la démonstration, c'est si évident que les exemples que l'on pourrait donner abondent : crise économiques avec des boulots de merde qui ne nourrissent même pas les travailleurs, exploitation généralisée par toute sorte de biais (dictature de la mode vestimentaire, développement exponentiel d'une pornographie qui fabriques des autistes sexuels), OGM qui vont tout polluée en asservissant tout la paysannerie mondiale.

Enfin comment peut-on oser soutenir que notre conditions n'est pas pire que celles des esclaves antiques qui s'ils savaient se débrouiller pouvaient séduire leurs patrons et les mettre plus ou moins dans leur proche. Enfin le christianisme me parait avoir joué un rôle très modeste dans la tendance des patriciens romains à affranchir leur personnel. En fait il a été observé que depuis le VIème siècle avant J.-C. un changement de mentalité planétaire a changé la teneur de l'ambiance morale et est allé à la rencontre du christianisme dont le caractère excessivement sentimental constitue une véritable "faille".

Pour ce qui concerne les monothéismes comme étant les principaux générateurs de terrorisme physique et intellectuel on a maintenant des informations concordantes qui nous prouvent que la Bible est une compilation datant du VIIème siècle, que l'Exode n'a pas pu exister, pas plus que le royaume de David et Salomon tels qu'on les a décrit. Il est établi d'autre part que la religion du royaume d'Israël n'était pas différente de celle des Cananéens. Ils avaient un "dieu national" vindicatif et jaloux, ce dernier avait une parèdre Ashera comme ces divinités hindoues qui marchent par deux avec le "shakti" et ce culte central était entouré de plusieurs idoles. Il faut donc arrêter de nous raconter des blagues, après toute cette infantilisation débile nous serions en état de penser en adulte si sous des dehors de liberté nous ne vivions pas dans la plus sinistre des dictatures cachées.

Pour ma part, je me demande contre le Dieu d'Israël a pu se muer subitement en "Dieu d'amour" excessivement paternaliste à la mode chrétienne. Déjà en le représentant sous une forme purement masculine et barbue, il y a un problème : il ne peut pas s'agir d'un mâle ou d'une "gonzesse" comme le voudraient certaines complices d'un féminisme en vogue. Il faudrait trouver autre chose ! La thèse d'une "Vacuité" à ne pas confondre avec le "néant" me semble plus recevable mais on peut aussi se passer d'image et ne conserver en tout et pour tout qu'une simple empathie en faveur du Bien et du Beau !

Quand à la promesse des paradis, la chose à des côtés risibles. On propose aux chrétiens un paradis asexué, quel ennui ! Aux mahométans on fait miroiter un lupanar où il est clair qu'il y en à pour tous les goûts : les échansons pour les "pédés" et les houris pour les "hétéros" sectaires. Mon Dieu quelle fatigue que cette obsessions de baiser pour l'éternité sans fin ! Du côté bouddhiste on est plus raisonnable : le paradis d'Amithaba est un paradis pour les éternels étudiants, on se doit d'y renaître en tant que mâle ce qui me convient assez. Fini les disputes avec des créatures irrationnelles qui lorsqu'elles n'ont pas été convenablement éduquées ont tendance à avoir comme règle que la fin justifierait les moyens ! Mais que l'on se rassure je ne suis "miso" qu'en présence de féministes revanchardes et je suis tout aussi "misandrique" en face de "machos" indécrottables. Si j'avais assez de force je prendrais les uns et les autres pour les frapper les uns contre les autres jusqu'à ce que mort s'ensuive !

Enfin quel gâchis que la société actuelle, où si les richesses étaient bien partagées on aurait largement les moyens de soigner toutes les misères en barrant la route au maladies dégénératives et j'en passe.

Cela dit, je tiens à préciser que je n'adhère pas pour autant à certaine thèse "reptilienne" qui n'a de valeur, à l'extrême rigueur, qu'au plan purement symbolique. Il s'agit du reste d'un simple démarquage excessivement dualiste du contenu du chapitre VII de la Genèse avec ses mauvais anges qui ont engendré par le concours des filles des hommes en donnant naissance à une race de géants. Dans cette perspective les "Anges" deviennent des "extra-terrestres" colonisateurs censés venir d'une autre planète, ce qui pose le problème de l'origine matérielle du "progrès technique" qu'ils sont censés avoir apporté. De planètes en planètes, on ne fait au total que reculer pour mieux sauter et au total rien, absolument rien, n'est résolu puisque cette thèse repose, à la base, sur une vision progressiste.

Or cette vision se heurte à une pure impossibilité en ce sens que le moins ne peut pas engendrer le plus. C'est mathématiquement impossible. C'est la raison pour laquelle toutes les cyclologies qui se respectent partent d'un âge d'or pour aboutir par dégénérescence à un âge de fer. Enfin il n'en reste pas moins vrai qu'au moins en l'état actuel des choses, les religions et les monothéismes en particulier semblent s'être données le mot pour contribuer à une exploitation systématique de la planète et de ses habitants au bénéfice d'une oligarchie plus ou moins visible.

Dans ce domaine on a tenté de me convaincre que cette oligarchie serait systématiquement adonnée à un sataniste à base de sacrifices d'enfants et l'on voudrait que j'embraye en faveur de ce délire. Je réponds qu'il suffit pour expliquer ce que nous observons en fait d'abus notoires de toutes sortes de simplement constater que c'est le produit d'une déréglementation progressive et que des motifs purement économiques suffisent comme cause de la ruine qui de dessine de plus en plus clairement sous nos yeux à peine ébahis. Que des puissants s'adonnent à des mœurs coupables, c'est évident mais non systématique. Lorsque l'on observe l'histoire de certaines fortunes protestantes, on voit bien que ces gens là étaient excessivement "coincés" dans tous les domaines. La haute bourgeoisie américaine et l'oligarchie financière l'est encore, il faut donc prendre garde à ne pas interpréter de travers tout ce qui concerne l'évolution actuelle des mœurs et ne pas juger selon des critères moraux habituels mais uniquement d'un point de vue que je qualifierai de purement sanitaire.

La seule chose qui me fait peur c'est l'addiction et pas seulement au sexe, elle peut être terrible mais toutes les addictions le sont et j'ai tendance à penser que celle qu'occasionne des médias pourris et la télévision en particulier. C'est évidemment un point de vue très bouddhiste et je m'empresse de souligner que Montaigne aura été un peu bouddhiste sans le savoir. Le monde comme branloire pérenne c'est bien une vision de son impermanence et du défaut de réalité ontologique des choses.

Le cas échéant je reviendrai sur ce chapitre pour le compléter quitte, en raison de sa longueur, à le reprendre sous la forme d'un texte convenablement structuré avec des sous titres en pdf. Puisque j'ai évoqué Montaigne, c'est lui qui a rapporté la dernière application occidentale du rite évoqué plus haut avec une histoire de prêtres portugais qui se seraient épousés de masle à masle à la messe. Avant de finir sur un bûcher. Mais à l'est le rite aurait perduré jusqu'au sein du XIXème.

Enfin, s'il reste des points à évoquer comme la stupidité du prétendu "complexe d'Oedipe" comme explication de l'homosexualité, voici pour ceux qui parmi mes lecteurs risqueraient d'être par trop fascinés par le bordel public parisien et bordelais qui risque d'advenir le 5 octobre, du grain à moudre et je leur souhaite beaucoup de plaisir car on vient d'apprendre que le bon peuple n'aurait pas de dents. On est certes entouré d'autruches dont les possibilités masticatoires sont très limitées mais elles peuvent se réveiller et comme ces animaux là courent vite et ont des becs solides, on ne peut pas exclure la possibilité d'une réaction mais j'évite pour ma part de rêver.

08/07/2014

Transexualisme : les contradictions d'un joyeux Professeur

travelos.jpgJ'ai reçu du Pr Henri Joyeux ce texte dans lequel j'ai inclus mes commentaires, commentaires auxquels le Pr n'a pas daigné répondre. Sur le moment j'ai cru comprendre qu'il était contre cette prise en charge mais en me ravisant j'ai du constater qu'on nage dans les contradictions.

En effet, ne pas reconnaître que par sa fréquence universelle l'homosexualité est chose parfaitement naturelle (au minimum 7 à 8% pour les exclusifs d'après les dernières statistiques sérieuses voir le site Dr Buzz) en ne voulant pas lui fiare une (petite) place au point d'être encore réfractaire au PACS (texte de 2002 encore en ligne) et prôner une prise en charge de la régularisation physique des "travelos" qui va sans doute aboutir au remboursement de l'opération par la Sécurité Sociale (si ce n'est déjà fait... ??) la contradiction est telle qu'il y a de quoi se la prendre et se la mordre ! Tellement c'est ahurissant !  

Cher monsieur,

Je n’ai pas le temps pour le moment de lire votre prose.

Voici pour vous donner à réfléchir quelques points que je travaille comme membre de l’Agence de BIOMEDECINE.

Cela peut nourrir votre blog.

Belle journée

HJ

Flagrant délit d'incohérence

Suivait le texte suivant :

IV-1) Réassignation sexuelle et prise en charge médicale

Depuis le décret 2010-125 du 08/02/2010, au regard de la Sécurité Sociale, le transsexualisme n’est plus considéré en France comme une maladie psychiatrique mais reste classé comme une pathologie prise en charge dans le cadre de l’Affection de Longue Durée 31 (ALD 31), dite hors liste.

Cette décision ne fait que changer la catégorie dans laquelle on classe le transsexualisme qui reste défini comme une pathologie. 

Premièrement, si ça reste une "pathologie" comment peut-elle avoir cessé d'être "psychiatrique". Il faut qu'on nous explique ! D'autant plus que dans le projet de prise en charge le passage par un psychiatre va demeurer incontournable. Serait-ce une "pathologie génétique" ? Mystère et boule de gommes...

Mais elle est fondamentale pour les personnes transsexuelles qui demandent un traitement médical ou médico-chirurgical pour changer leur apparence physique en fonction de leur sexe d’identification.

En effet, si l’on admettait que le transsexualisme n’était pas une pathologie, il ne relèverait plus d’un diagnostic médical et sa prise en charge par la Sécurité Sociale ne serait plus justifiée ;

Bref, on joue sur les mots et l'on se mord la queue parce qu'il faut justifier un contrôle de la médecine sur ce qui reste une pathologie sans vraiment en être une. Noter au passage les velléités de pouvoir purement corporatives... 

ce choix aurait par ailleurs pour conséquences que les effets des éventuels traitements sur la fertilité ne relèveraient plus de la responsabilité médicale, et la demande d’autoconservation de gamètes auprès des CECOS perdrait toute validité. 

Oui quel rapport avec les problèmes de stérilité dont la médecine s'occupe à bon droit ?

On peut légitimement penser que cette exigence d’irréversibilité correspond également au souci d’éviter des situations qui seraient particulièrement complexes, au regard de notre droit de la filiation [1], si un homme à l’état civil venait à accoucher d’un enfant, sans être sa mère, ou bien si une femme à l’état civil venait à engendrer un enfant par ses spermatozoïdes, sans être son père.

Encore une fois quel rapport ? J'ai répondu à cela qu'un mec qui se fait châtrer et se laisser fourguer des seins en silicone ainsi qu'un femme qui se ferait coudre le vagin et greffer un bite, si tant est que ce soit possible, ne deviendraient pas fertiles pour autant.

Or le besoin de cohérence dans le droit rejoint le même besoin de cohérence chez l’enfant : le besoin de « sens » des choses, en particulier dans sa venue au monde.

Ne sommes-nous pas là aux limites du désir d’enfant par rapport aux « droits de l’enfant », en particulier celui d’être protégé d’une situation de trop grande vulnérabilité et de trop grand risque ?

Quel rapport encore une fois avec le transexualisme pour lequel il est nécessaire de recourir à l'adoption si un ou une "transgenre" manifeste après opération irréversible un désir d'enfant ?

En effet, si l’on prend le cas d’un couple de femmes, HvF/F, le droit peut-il dire qu’un enfant est né de deux personnes, qui sont deux femmes à l’état civil - dont l’une aurait donné ses spermatozoïdes[1] ?

Au-delà des désirs individuels de procréation, à un autre enjeu qui serait le refus de la sexuation des êtres humains ? 

N’est-ce pas revendiquer une oblitération de la sexuation homme/femme ? 

Idéologie queer

Une idéologie du queer, qui refuse la caractérisation binaire homme-femme des êtres humains, et une volonté de reconnaissance non pas de la transsexualité mais de la  transidentité ? 

Là si je n'étais pas habitué aux incohérences du monde actuel, je tomberais sur le cul et me fracturerait ce que l'anatomie considère comme la partie la plus "sacrée" du corps humain. Soit dit en passant allez savoir pourquoi elle place le "sacré" si bas !

Je me demande comment il faut lire ce qui précède. D'une part, je peux me demander, vus nos divergences si M. Le Pr ne me reproche pas implicitement de militer pour cette idéologie. Je précise à toutes fins utiles que ce n'est pas le cas. Ma "doctrine", si doctrine il y a, n'a rien à voir avec les revendications idéologiques modernes. L'égalitarisme et la démocratie (surtout faisandée comme elle l'est de nos jours) c'est pas ma tasse de thé. Mes références siègent dans l'Antiquité gréco-romaine à la condition de s'en tenir à une sorte de "moyenne" car il faut bien dire que le traitement de l'homosexualité à l'intérieur de ces sources binaires de notre "civilisation" (???) est assez contradictoire (1) mais on peut imaginer des compromis vivables et c'est parfaitement suffisant.

Donc en clair, je conchie et compisse cette fameuse idéologie en laquelle les féministes les plus hystériques ont pris une large part. Maintenant à partir du moment où l'on prend en compte le refus d'accepter le sexe assigné par le destin en prenant en charge ce qui relève en dernière analyse de pures convenances personnelles !

Ne pas confondre transexualisme et "hermaphrodisme"

Il existe des cas où le "sexe biologique" n'est pas clair et c'est l'hermaphrodisme, que la médecine ait son mot à dire dans ces cas très rares, soit ! 

Parler de "convenances personnelles" permettrait justement d'éviter tout jugement moral, or l'on constate que pour maintenir son pouvoir dans ce domaine la corporation médicale se trouve obligée de considérer qu'il y a là une "pathologie". 

Quand le sexe psychologique ne correspond pas au sexe biologique lorsque ce dernier est manifeste, c'est à mes yeux un aléas en matière de métempsycose ou de transmigration. Concept qui soulève des problèmes qu'il n'est pas possible d'examiner ici en détail et qui relève en définitive de la spéculation intellectuelle pure. A ce propos je dois dire que celles là m'intéressent plus que toutes les "histoires de culs" qui mènent actuellement le monde, force est de prendre le partie d'en rire d'une façon assez iconoclaste et tant pis si cela énerve ! Je dirai même bien au contraire ! (2). 

La Sécurité Sociale n'a pas à assumer ces cas de figure or à partir du moment où l'on admet la prise en charge du changement apparent de sexe au motif qu'il s'agirait d'une pathologie, on va arriver, si ce n'est déjà fait à mettre à la charge des cotisants les opérations chirurgicales lorsqu'elles seront admises comme psychologiquement justifiées. Du coup la chose prend un tour à la fois SURREALISTE et parfaitement SCANDALEUX ! 

Quand j'ai raconté ça dans mon entourage, j'ai vu les gens ouvrir des yeux comme des soucoupes

On pourrait tout au plus admettre de prendre en charge la psychothérapie nécessitée par la souffrance des personnes concernées la prise en charge au titre des ALDs est une aberration totale. Maintenant quand aux opérations les associations qui militent en faveur de l'idéologie queer n'ont qu'à organiser des quêtes et prendre en charge les cas et assumer les frais de leurs "fantaisies".

J'espère que l'on va finir par comprendre que ce Professeur Joyeux est un homme que l'on peut dire pétri de contradictions et je constate une fois de plus que les personnes qui protestent au sujet des commentaires les concernant finissent toujours par aggraver leur cas. Et à ce propos je rappelle que je suis bien loin d'être partial. J'ai fait droit avec empressement à son désir de voir supprimer les allusions à un site qu'il considère comme diffamatoire. Nous entretenons des relations très courtoises mais le manque de logique ou la logique terriblement embrouillée de certains contemporains me demeure un sujet de perplexité et surtout d'amusement et même d'hilarité.

L'homosexualité et le transexualisme est probablement ce qui a généré dans ce monde les "conneries" et les méchancetés les plus invraisemblable. Je respecte certains usages et certaines conventions sont nécessaires mais lorsqu'il s'agit de considérations intellectuelles je suis à peu près complètement désinhibé et ça me semble nécessaire à la conservation d'une certaine immunité. Il faut savoir pratiquer le sens de la dérision !

J'ai trouvé ça sur le sujet :

http://www.reseau-paris-nord.com/documents/777_120315-POM...

Je vous laisse vous "dépatouiller" avec tout ce méli-mélo. Un ami de longue a date qui est catholique et va à la messe régulièrement m'a confirmé que le bon sens est de mon côté. Mais si vous êtes d'un avis différent, prière de m'en faire part. Je suis peut-être trop "vieux jeu" et je pourrais avoir mal compris...

Notes

(1) La différence entre la Grèce et Rome au sujet de l'homosexualité réside dans l'usage licite chez les Grecs (pédérastie et ses "canons" dérivant d'une pratique de séjour en brousse remontant au VIIIème siècle avant l'ère chrétienne) et illicites chez les Romains des fils de bonne famille. Comme les Romains pratiquaient l'esclavage, ça ne leur posait pas de problème insurmontable. Les sociétés européennes modernes sont revenues à l'un des canons antique qui fixait à 16 ans l'âge légal pour une relation entre un jeune adulte et un "ado". Le seul problème est que ce type de relation est systématiquement assimilé à de la "pédophilie" alors que ce terme (fort mal choisi car philein désigne un amour abstrait) ne devrait concerner que les relations avec les impubères. Cela dit, il n'est pas prouvé qu'à 15 ans révolu, un jeune soit mûr pour assumer sa sexualité mais c'est un autre problème. Et je réponds : à qui la faute ? Elle incombe bien à un "Système" qui retarde par tous les moyens et notamment la nécessité de faire d'assez longues études toute possibilité d'autonomie et s'il en est ainsi c'est d'abord parce que l'Ecole Publique n'a été inventée que pour justifier le formatage des citoyens dès le plus jeune âge, d'abord contre la religion qui en avait l'exclusivité et à présent pour le seul bénéfice des marchands de toutes espèces. Sans parler des arrières pensées purement démagogiques quand l'Ecole Publique fait métier de quasi systématiquement dresser les enfants contre leurs parents.

(2) Concernant la métempsycose, la seule chose qui soit prouvée c'est l'existence d'une continuité entre deux vies successives avec les souvenirs d'une prétendu "vie antérieure". Le phénomène s'observe surtout à la suite d'une mort particulièrement traumatique (crime ou accident mortel). Mais cela ne résout pas le problème de savoir si c'est le même ou un autre qui renaît selon un paradoxe énoncé négativement (ce n'est ni le même ni un autre...) par la Bouddha historique. La notion de "renaissance" dans le bouddhisme se distingue mal de la "réincarnation" prônée surtout par une certaine "théosophie". La première implique un courant de causalité sans reconnaître l'existence d'un "âme" qui transmigrerait (anâtman). La seconde étant tout le contraire. Or la métempsycose est un vaste phénomène qui se borne a constater la possibilité de réemploi de résidus psychiques (éléments de mémoire) ce qui comprend également une catégorie de phénomènes pouvant être postérieurs à la naissance : personnalités multiples, certains cas de médiumnité, infestations, possessions etc... 

La transmigration c'est une autre histoire qui implique une errance au sein des six conditions de l'existence de sorte qu'une naissance domaine est difficile à obtenir (la parabole de la tortue dont le cou émergerait dans le trou d'une planche flottant à la surface du Grand océan est claire à ce sujetor ce serait la condition pour pouvoir échapper au samsara. Cela il se dit que ces conceptions seraient inconnues des textes védiques et ne seraient apparues en Inde que peu avant l'avènement du bouddhisme (Vème siècle avant J.-C.). Une chose est cependant certaine : la paradis chrétien, ou il n'y a plus ni homme ni femme est à certains égard un repos mais au prix d'un ennui qui risque d'être assez mortel. A l'inverse le paradis coranique est un lupanar où il y en aurait pour tous les goûts. En revanche, les "terres pures" du bouddhisme sont des sortes d'université luxueuses où l'on étudierait le "dharma", le programme semble un peu court mais cela me conviendrait assez. Surtout depuis que j'ai appris que dans la terre pure d'Amithaba les femmes y sont tenue de renaître comme mâles. Au moins, la harcèlement des hyènes féministes est épargné de facto aux heureux élus et ils se peut qu'un changement de sexe raté puisse poser de menus problèmes mais rien n'indique qu'ils seraient insurmontables. 

15/12/2013

Réponse à un insulteur à propos de "pédophilie"

Tartuffe_Brissart_Sauve.jpg

L'image choisie est un peu vieillotte mais elle résume une partie au moins du propos. Je reçois l'émail suivant, les réponses sont en bleu.

Bonjour monsieur,

Je découvre votre blog et je dois dire qu'il me laisse vraiment  dubitatif. Déjà, et c'est dommage car certain de vos écrits pourrait  sembler utiles et intéressants, mais vous avez une façon de parler des femmes et de la gente féminine tellement réactionnaire, misogyne et  vulgaire qu'il m'est bien difficile de mettre un iota de considération à l'ensemble de vos propos. 

Je regrette mais il existe un féminisme agressif qu'il faut combattre et c'est faire oeuvre de santé publique même si c'est assez franchement inefficace. Enfin cela n'a pas l'air de gêner mes lecteurs qui sont en majorité des lectrices. Çà ne les empêche pas de m'écrire et de poser des questions, voir de professer une certaine admiration. Heureusement toutes les femmes ne sont pas devenues folles... 

C'est la première réflexion que je ferais.  Ensuite et c'est à ce sujet que je me révolte le plus, quand vous  remettez en cause l'existence de complots pédophiles et satanistes à  l'échelle mondiale, soit... je suis plutôt d'accord. 

Encore heureux, c'est tellement absurde de croire qu'il faudrait que  l'oligarchie voue un culte à Satan pour triompher alors qu'il suffit de déréglementer pour amasser du fric sans trop se fatiguer.

Mais lorsque vous  écrivez : "En fait de chasse aux pédophiles, on s'est surtout contenté  de rafler des collectionneurs de photos et de vidéos qui, à priori, ne  font de tort qu'à eux mêmes."

Alors là, je bondis! A la lecture de  cette insanité je ne peux que réagir. Vous en avez beaucoup de "photos  pédophiles" dans votre ordinateur?  En avez-vous vraiment vu? Si vous  considérez qu'avoir ce genre de photo, les collectionner et prendre  plaisir à les regarder n'engage à rien permettez moi de vous dire que  vous êtes autant malade qu'un pédophile. 

Merci pour le compliment mais je n'ai aucune photo érotique ou pornographique dans mon ordi pour la simple raison que je suis tellement occupé intellectuellement (et pas seulement par la médecine) que je n'éprouve plus de besoins sexuels ou si peu qu'il ne troublent pas ma tranquillité.

Mais apparemment vous en avez vous de ces photos dans votre ordinateur pour pouvoir en parler. Ou vous les avez recherchées si bien que ce serait plutôt à moi de m'inquiéter de votre "maladie".

Permettez moi de vous dire que ces photos ne font pas que du tord à ceux qui les regarde, d'ailleurs en l'occurrence dans leur idée elles leur procurent plutôt du plaisir que du tord, à ce que je sache...? 

Vous avez oublié le phénomène de l'addiction, en temps que bouddhiste je suis particulièrement sensibilisé à toutes espèce d'addiction quelqu'en soit l'objet.... Pour ce qui est du "plaisir", vous me semblez jalouser ceux qui se le donnent ainsi sans que cela ne semble leur poser de problème moral.

Et l'enfant qui est sur la photo, vous en faîtes quoi exactement? Ne pensez vous pas que  regarder, télécharger, divulguer ces photos dans le cadre d'un réseau  ou non, contribue au développement de la pédophilie, et l'encourage. 

Ma réponse est que pour éprouver le besoin de collectionner ce genre de photo il faut être malade. Certes, mais quand à postuler une contagion fatale, ça laisserait supposer que tout le monde il serait pédophile sans le savoir et pourrait adopter ce comportement. Désolé ! Je regrette mais ça ne m'a jamais tenté, je trouve ça débile quand çà en reste à des choses superficielles et évidemment criminel quand ça va au delà des bisouillages et des attouchements. Je parle des actes concrets pas des désirs et que je sache, si dans la lutte envers les désirs coupables la justice en vient à organiser des rafles pour les punir, au risque, comme on l'a vue de pousser des innocents aux suicides, ça devient franchement très grave. Il est curieux à ce propos que la "pédophilie" ça émeut plus que le fait de voir des vieux se faire martyriser et tuer chez eux pour une poignée de fric ou de bijoux 

Pensez vous que ces enfants nus, attachés, violés etc qui se retrouvent sur ces photos sont comme des petits modèles de la Redoute?

Le fait d'utiliser des modèles enfantins pour vendre ne me paraît pas vraiment souhaitable et ça contribue à exciter aussi les "pédophiles" mais passons...

Il s'agirait de punir les auteurs des productions visées et pas ceux qui collectionnent et consomme le produit de cette activité criminelle quand il s'agit de pratiques odieuses. A partir du moment où ces collectionneurs en restent au domaine "virtuel" et s'abstiennent de pratiquer des détournements et des enlèvements à la sortie des écoles ou ailleurs, la justice n'a absolument pas le droit de les poursuivre. Cela relève de l'inquisition pure et si c'est pour livrer à la vindicte publique les suspects on ne supprime pas un crime en en commettant d'autre, car il est une chose à laquelle il est difficile de survivre et c'est bien un soupçon de "pédophilie". On peut voler, détourner de l'argent et même tuer des gens, qui s'en soucie ?

Bien évidemment, quand on mobilise des milliers de gendarmes et de policiers pour réveiller au petit matin autant de milliers de citoyens, on a des chances d'en trouver avec un mineur au lit, mais dans les années 90 où ce sport était en honneur, quel pourcentage ? Même pas 1%, j'ai le souvenir d'une demi douzaine de prévenus pour ce motif sur plusieurs milliers de visites domiciliaires. Mais des photos, des cassettes, ça on en trouve. Certes jouir de certaines mises en scène hard réalistes ou seulement simulées, c'est pas brillant. Mais encore une fois combien d'auteurs et de producteurs a t-on arrêté mis à part quelques vidéos tournées "en famille" par des détraqués ?

A propos du fameux "Cd de Zandvoorts" qui regrouperait 200 000 photos, il y a eu des erreurs de communication à ce propos et beaucoup de maladresse en haut lieu. Alors je m'en vais vous expliquer le phénomène ! Il y a eu une période (avant le vote de majorité sexuelle à 15 ans) favorable à ce que l'on appelle la "pédophilie". Les dérives notées dans l'affaire du Coral en sont une illustration. Souvenez vous de la vogue de Tony Duvert et Cie. En Belgique, bien avant mai 68 l'ambiance était assez détendue et cela découle d'une "sociologie" assez particulière qui était restée cachée. Je pourrais en parler mais ce serait un peu long et pas du tout nécessaire mais il faut savoir par exemple que le Luxembourg était réputé pour les rencontres "homos" bien avant 68 car la majorité sexuelle devait se situer vers 14 ans et ça draguait sous l'oeil bonasse des flic sous un célèbre pont. Ce pont je l'ai vu en tant que simple touriste alors que je visitais le pays avec mes parents. J'ai le souvenir d'un grand jardin public sous ce pont, c'est pourquoi la mention qu'on m'en a faite par la suite est restée inscrite dans me mémoire.

Pour en revenir au CD, il ne prouve pas du tout l'existence d'un réseau mondial. Il est simplement le résultat d'un climat de laxisme qui fait qu'on échangeait volontiers un certain type de matériel pornographique et qu'il s'est retrouvé concentré en un lieu précis. A part cela il y a certainement, des groupes locaux plus ou moins informels qui dérapent. On parle de sacrifices d'enfants, j'ai quand même des doutes et la je me réfère à ce qui s'est passé dans une certaine champignonnière belge au temps de l'affaire Dutroux. Le témoignage d'une cinglée qui fait métier de nourrir les chats abandonnés à Gand où j'ai un excellent ami universitaire, a confirmé l'existence de simulacres qui n'avaient rien de sataniques mais qui ont servi à impressionner les victimes en faisant en sorte que leurs éventuelles dénonciations fassent l'objet d'un déni. Or on est tombé exactement dans l'erreur inverse et j'ai en mémoire un livre sur les "témoins X" qui démontre que l'anonymisation de la procédure a eu pour effet d'attirer des témoins complètement délirant. On a parlé de chasse à courre dans un château ardennais. Un ami m'a presque forcé à étudier une certaine documentation en me fournissant trois ouvrages déterminants. Je l'ai fait en me pinçant le nez et si j'ai eu beaucoup de mal à sortir de la confusion et du trouble dans lequel ces récits m'ont plongé et s'il m'a fallu plusieurs non pas mois mais années pour émerger de ces cauchemars et faire la part des choses, j'ai acquis à l'occasion de cette enquête un discernement que malheureusement je ne peux pas partager.

S'il a fallu tant de temps et d'énergie à quelqu'un qui s'est pour ainsi dire spécialisé dans le décryptage de toutes sortes d'affaire occultes, c'est qu'à l'évidence ça n'est pas simple mais vous n'avez pas pour autant le droit de m'insulter en me traitant de complice comme vous vous apprêtez à le faire.

Le "Cd de Zandvoorts" a donc concentré des milliers de photos et il n'est pas du tout étonnant que des parents d'enfants français y reconnaissent des visages familiers. Je répète que le climat de détraquement qui a sévi en France après mai 68 (qui est bien entre autres révolutions une "révolution sexuelle") a fait que certains ont cru que c'était arrivé et n'avait pas prévu le retour du balancier. Et ce sont les "intégristes" qui l'ont déclenché, tout simplement en réaction à l'abaissement de la majorité sexuelle à 15 ans par Mitterrand, l'affaire du Coral ayant sevrvi de détonateur. Mais le phénomène s'est rapidement laïcisé.

Il existe un bouquin très intéressant sur l'aspect sexuel de la révolution évoquée d'un certain Frédéric Martel mais il ne traite pas de ce que j'évoque et c'est dommage. Or il se trouve qu'on m'a rappelé, il y a quelques années, que j'avais fait une prédiction à propos de ce retour de balancier alors que je conversais avec un ami astrologue à un arrêt de bus d'une certaine avenue de Cimiez. Il me l'a rappelée des années plus tard alors qu'une de ses ex maîtresse a voulu se venger de sa désaffection en l'accusant d'avoir détourné sa fille... J'ajoute qu'il serait sans doute bien difficile de conter l'histoire de ce que j'évoque car la majorité des gens qui étaient aux première loges pour s'en faire les mémorialistes sont morts du Sida et en ce qui me concerne je n'ai pas pris de noter, j'ai simplement senti que les choses allaient très mal tourner et ça n'a pas raté....   

J'en reviens à l'essentiel : à partir du moment où un individu ne commet pas de crimes concrets, il n'y a pas lieu de stigmatiser les gens qui nourrissent des passions erronées sinon c'est la porte ouverte à toutes sortes de persécutions inquisitoires. Mais voilà les pouvoirs publics ont à coeur de prouver qu'on fait quelque chose. Alors on en arrive à la justice spectacle et l'on a détourné les articles sur le recel pour cautionner les pratiques abusives que j'ai dénoncées plus haut. Or le recel est classé dans une division du code pénal concernant les délits portant sur les biens et pas sur les personne. Mais en tant que juriste j'ai pu me délecter à étudier la jurisprudence et je me rappelle d'un cas d'école célèbre faisant mention d'un recel d'odeur de pastis. C'est dire le génie assez "talmudique" dont on a pu user pour faire du recel une sorte de "bonne à tout faire". Mais voilà si j'ai vu des avocats m'avouer que ma thèse fondée sur la disposition du code exclut certains tiraillements personne n'a pris le risque de soulever le lièvre. De peur de passer pour ... "complice". 

Le seul résultat de l'inquisition qui a cours est d'entretenir une fascination envers la pédophilie. Enfin pour ma part, je répugne à m'immiscer dans la vie intime (j'entends mentale) des gens et je me contente de dénoncer des choses qui troublent l'ordre publique. Si des tarés se branlent en regardant des scènes d'abus sexuels et s'en tiennent là, c'est pitoyable mais cela ne m'intéresse pas. Si je voulais me faire l'avocat du diable, je dirai que çà joue le rôle d'abcès de fixation car le problème de la pornographie en général c'est que ça mène à une sorte d'autisme. Mais si le "Système" l'autorise dans certaines limites, c'est qu'il y trouve son intérêt. Pourquoi croyez-vous que l'on tolère un déluge de pornographie "homo" qui peut revendiquer le mérite d'une créativité bien supérieure à sa contrepartie "hétéro" si ce n'est parce qu'elle tend à vider les lieux de drague à l'air libre et qui nuisaient au repos du voisinage quand il s'agissait de jardins. Maintenant ils sont entourés de grilles et on les justifie par la chasse aux clochards mais avant il y en avait beaucoup moins et on n'a pas osé apposer de grille. A présent le problème est résolu et la drague est récupéré par des lieux commerciaux spécialisés. Bonjour la poésie mais si les gens concernés s'en accommode ça les regarde mais c'est pas franchement un progrès, du moins à mes yeux....

Maintenant je me pose des questions à propos des gens comme vous. Apparemment vous avez vu des photos horribles, vous avez du les chercher car à ma connaissance, elles en courent pas les rues sur Internet

Quand un site porno vous saute à la figure lors d'une séance de surf, on ne voit rien des scènes que vous évoquez et même sur les sites pornos spécialisés ce qui peut être qualifié de "pédophilie" reste dans le domaine que je qualifie de débile.

Alors j'en conclus que vous avez du beaucoup ramer pour voir ces photos que personnellement je n'ai vues ni cherchées et c'est précisément ce qui m'inquiète pour vous.

Voyez vous je vais être franc avec vous ! Les gens qui tiennent le genre de propos que vous tenez me semblent plutôt appartenir à la catégorie des "pédophiles refoulés".

J'en ai vu beaucoup dans toutes ces histoires de chasse aux sorciers (pour une fois...) qui prennent prétexte de la défense des enfants pour satisfaire un vice qu'ils n'osent s'avouer. Je m'explique : quand on n'ose pas faire quelque chose qui vous titille où qui vous émeut de façon plus ou moins ambiguë, la tentation est grande de vouloir faire partie des "croisés" afin de punir ceux qui osent. Je pourrais citer d'assez nombreux cas, il y en a eu un du côté de l'Aube qui est allé jusqu'à la diffamation et qui renseignait les gendarmes. Il a fini par disparaître après avoir été démasqué.

Mon propos est irréfutable à savoir et je le répète qu'on ne peut pas soutenir que les photos dont vous parlez (et que vous connaissez mieux que moi car vous les avez cherchées et vues) puisse susciter un phénomène de contagion sans devoir admettre l'existence d'une certaine vocation.

Bref, soyons clairs, si ces photos semblent vous faire de l'effet et c'est le cas, c'est que vous seriez "pédophile", alors faites vous soigner et ne m'agressez pas, s'il vous plait.

"A priori ne font tord qu'à eux mêmes", non mais franchement... vous vous relisez? Vous qui êtes un homme de droit apparemment, que faîtes vous de la non assistance à personne en danger, que faîtes vous de la  complicité de viol, de meurtre ? Complicité virtuelle, certes, mais complicité et contribution réelle à l'infamie.  Ne pas voir et ne pas  admettre que ces gens contribuent et encouragent la pédophilie, pour tout vous dire, et pour rester dans le sujet: ça me trou le Q... 

Je n'ai pas besoin de me relire, sauf pour les fautes de frappe et je n'ai guère le temps. C'est inutile, je suis cohérent même si je ne prends pas la peine de toujours tout expliquer.

Enfin si ça vous troue le cul (appelons un chat un chat !), c'est que votre "organe" est devenu un peu trop flasque. Peut-être que vous avez été "pédophilisé" dans votre enfance, et ça pourrait être une explication quant à vos "écarts de langage".

Quand à l'assistance à personne en danger, ça ne sert à rien de brailler et surtout quand on braille comme vous le faites c'est suspect pour les deux raisons que j'ai évoquée et elles peuvent être complémentaires et non contradictoires. Si l'on en croit les "psys", les victimes sont prédisposées à devenir "pédophiles" à leur tour mais de cela je n'en suis absolument pas sûr mais puisque vous avez le cul si hospitalier, il me semble que cela pose un problème qu'il vous appartient de résoudre et je n'ai pas de remède à vous proposer.

Pour en finir avec le thème de l'assistance, je n'ai pas eu à connaître de cas concrets dans mon entourage et n'ayant pas mauvaise conscience, je ne me sens pas tenu de hurler avec les loups. A quoi ça sert quand visiblement les "croisés" tapent dans les gamelles comme je l'ai montré avec leur fantasme de réseau mondial satanique ! Et c'est pas une majorité de curés qui répandent ces idioties mais des laïques qui ne croient ni à Dieu ni a diable. Alors où va t-on ? 

Il ne faut pas mélanger tout à savoir la peine qu'on peut éprouver à l'idée de la détresse d'enfants soumis à des sévices et l'attitude de ces gens qui prennent du plaisir à en regarder les images virtuelles. Vous noterez que dans le domaine de la pornographie autorisée, les images de sévices entre adultes sont légion et les sites spécialisés dans le porno "homo" en regorgent. Evidemment ça fait partie en somme des représentations théâtrales et le plus banal dans ce domaine ce sont des histoires de combats truqués où le vaincu subit les derniers outrages devant un large public, or n'importe quel psychologue vous dira qu'on peut être occasionnellement remué par de telles images sans être pour autant un malade. Rassurez vous ce n'est point mon cas, c'est plutôt le genre de truc qui me fait rigoler! 

La maladie dans le domaine serait d'être addict à ce genre d'images à l'exception de toutes autres. Voyez vous je pense que la pornographie autorisée possède un côté positif, elle permet à chacun de faire l'inventaire de ses propres fantasmes et de les bien connaître. Je pense pour ma part que c'est indispensable avant même de pouvoir les maîtriser. Quant à les maîtriser çà ne me parait pas surhumain, tout fantasme (fantôme) s'évanouit en présence de lumière, c'est à dire d'une auto analyse bien conduite. Il s'agit de savoir ce que ça recouvre et quand on a à sa disposition une quantité impressionnante de centre d'intérêts tous plus passionnants les uns que les autres, on n'est pas détourné par ce genre de risque.

Vous traitez le problème de la "pédophilie" comme on traite le problème de la prostitution. On en vient à punir non plus seulement les maquereaux mais les consommateurs. Quand des femmes ou des garçons sexuellement majeurs se prostituent librement et souvent sans nécessité réelle, ce genre de "nouvel ordre moral" pose un sérieux problème. En ce qui me concerne, je ne connais en matière de sexualité que des problèmes d'hygiène et les troubles à l'ordre public, hormis bien sûr le cas d'abus commis sur des mineurs sans défense. Ce n'est du reste pas toujours le cas. L'incapacité qui leur est conférée par notre droit aurait plutôt tendance dans le climat actuel à favoriser les possibilités de chantages et tout simplement de simples vengeance sans cause.

Apprenez que toute société bien organisée doit avoir des bordels. Il est regrettable que ce soit une ancienne putain (une certaine Marthe Richard) qui ait été à l'origine de la fermeture des "maisons closes". Le résultat est un spectacle désolant, franchement dégoûtant et pas très édifiant pour les gosses avec des allées et venus sans équivoques et des capotes anglaises jetées n'importe où. Je ne suis même pas sûr que l'on pourrait se passer de la prostitution dans une société où chacun pourrait jouir avec équité du fruit de son travail. C'est que tout le monde n'a pas le charisme qui convient pour faire des conquêtes. Personnellement, je n'ai jamais eu recours à ce genre de prestation mais je suis probablement quelqu'un d'assez peu ordinaire bien qu'on ne risque guère de tomber amoureux de ma médiocre personne à moins d'être un peu "maso"...

Quant à la "pédophilie", je me méfie des gens qui veulent mettre en avant la souffrance des enfants dans le cas particulier de la "pédophilie hard" qui est quand même minoritaire dans la pédophilie en général. J'en ai exposé les raisons plus haut. Pourquoi cette fascination subite pour les enfants à propos de l'esclavage qu'il peuvent subir là où on les fait encore travailler comme on l'a fait au début de l'ère industriel. De quoi se mêle t-on quand après les esclavagistes qu'a connu et que connait encore notre "civilisation", on se mêle de vouloir imposer notre morale partout dans le monde. Les monothéismes ont généré un "terrorisme" dont nous sommes sans conteste les inventeurs. Il convient de balayer devant notre porte avant d'imposer au monde notre morale hypocrite de merde !

On fait souffrir les enfants de quantités de manière notamment par la vaccination à outrance. Je n'en parle pas parce que d'autres le font très bien et qu'il y a abondance d'informations à ce sujet. Et aucun gosse ne peut y échapper alors que compte tenu du climat de flicage qui règne on se demande encore comment la "pédophilie" trouve le moyen de survivre.

Alors se focaliser sur une souffrance en particulier, je vous le répète, c'est à mes yeux très suspect, pour moi c'est un alibi qui recouvre toujours des choses pas claires. Surtout quand ceux qui refuse de se joindre à la clameur publique sont traités de complices. C'est vraiment l'essence même de ce terrorisme moral dont l'Occident s'est fait une spécialisé et je refuse de me laisser impressionner par ce genre de manoeuvre. 

Maintenant, ce blog s'adresse à des adultes. Je suis célibataire sans enfants et je n'ai aucune relation avec eux. Du reste je déplore d'être obligé, à cause de la hantise qui régne, de me trouvé contraint de modérer mon "empathie" comme vous dites plus loin. Mais pour qu'elle s'exprime il faudrait d'abord qu'elle puisse se manifester par des paroles : il se trouve que je n'ai rien à dire aux enfants, je me vois mal "bêtifier" avec eux. Oui des enfants malades des mauvais traitements médicaux qu'on leur fait subir ça me fend le coeur mais ce que vous déplorez est quand même si lointain si marginal qu'il faut bien vous dire que c'est quasiment "irréel" à mes yeux dans la mesure où je n'ai strictement aucune par dans ces sévices. N'étant coupable de rien, je n'éprouve pas le besoin de m'exciter comme vous le faites et si vous en êtes là c'est bien que vous avez un problème. Et moi je n'en ai pas !

Il faudrait d'abord circonscrire la "pédophilie" aux relations avec les impubères. La limite se situerait vers 13 ans en moyenne. La loi qui ne parle pas de "pédophilie" (et pour cause, c'est un "concept" populaire mal foutu) a fixé la milite à 15 ans mais quand il est question de relations entre adultes et jeunes sexuellement majeurs, dans le cas des relations "homos" en particulier des juges recourent à des biais comme la soustraction à la soustraction à l'autorité parentale. Même quand elle n'existe pas et que le jeune erre, complètement livré à lui-même. J'ai comme indiqué à plusieurs reprises fait des études de droit et une carrière (modeste) d'expert judiciaire, j'ai donc été bien placé pour voir comment les choses fonctionnent.

En plus, il y a environ 13 à 15 ans je me suis livré à un travail de comparaison entre l'ancien et le nouveau code pénal et j'en suis sorti littéralement horrifié. Un détail significatif : on a remplacé l'ancien attentat à la pudeur qui était par la jurisprudence indexé sur l'évolution moyenne des moeurs par un délit d'exhibition sexuelle. On ne change jamais les termes d'un énoncé sans arrière pensées et je vous laisse deviner lesquelles. Pour en revenir à la "pédophilie" on n'a que trop tendance à tout fourrer dans ce sac. 

Pourquoi certains juges en viennent-il au genre de biais que j'ai évoqué alors qu'on n'est plus dans le domaine de ce que le commun appelle "pédophilie". Quand il existe un arrière plan "éducatif" et quand un adulte recueille un jeune qui erre c'est pas toujours pour en faire une "proie". En réalité les choses sont ainsi faites qu'elles les poussent à l'abus : les prédateurs profitent et il jettent leur forfait accompli à cause des risques.

Sauf que l'inverse arrive : un dentiste que j'ai bien connu et qui travaille dans une prison dans une île loin de France et dont j'ai édité la thèse, s'est vu confier par la gendarmerie un jeune qui dérapait et comme il disposait d'une grande liberté en l'absence de son hôte, ça s'est bien passé. La question est pourquoi  la hantise de la "pédophilie" vise en fait, quant on y réfléchit bien, des manifestations empiriques relevant plutôt de la "pédérastie". Or je vous signale à ce propos que c'est loin d'avoir été une spécificité grecque car nos ancêtres les Gaulois, en émigrant, on trouvé le moyen de scandaliser ceux qui passent pour les inventeurs de l'institution. Institution répandue non seulement dans toute l'Europe mais partout notamment au Japon et chez les Papous.

C'est devenu un risque sauf qu'il y a un siècle les bourgeois préféraient savoir leur fils dans le lit d'un curé plutôt que traînant les estaminets. Ils faisaient le calcul qu'il avait des chances d'y apprendre un peu de latin et de prendre du plomb dans la cervelle après avoir pris pour cela un chemin détourné. L'incongruité réside seulement dans le fait que c'est incompatible avec la religion. Il faudrait donc choisir ou on reste dedans et on s'abstient ou on en sort.

Pour répondre à la question que j'ai posée, si ce qui ressemble plutôt dans certains cas à de la "pédérastie" quand l'adulte est soucieux du bien du jeune, si le "Système" redoute cela c'est peut-être parce qu'il craint une concurrence à son formatage. Imaginez qu'un adulte pas trop décrépit s'éprenant d'un jeune adulte intellectuellement brillant, s'il y a réciprocité, le formatage désiré par le "Système" risque de ne pas peser lourd. Çà explique le zèle du "Système" envers tout ce qu'il tient comme étant des "sectes" et à vrai dire, n'étant pas d'accord avec le "Système" je suis une secte à moi tout seul, sauf que j'use à dessein d'un langage non châtié pour écarter de ma route les âmes par trop sensibles et par trop immatures. Le fait est qu'il y a toujours derrière chaque "gourou" un abuseur sexuel en puissance voir un "pédophile". A ce propos je ne vous permets pas de m'insulter car j'ai poursuivi l'un d'eux qui fit l'objet d'un procès retentissant sous d'autres latitudes et mon enquête à duré une vingtaine d'années et si l'affaire n'intéresse plus grand monde, je peux quand même me vanter de lui avoir arraché son masque envers et contre tout car il a bénéficié d'une sorte de non lieu. 

Je n'ai donc de leçons à recevoir de personne dans ce domaine et je tiens à préciser que cela m'a valu des abominations et dénonciation calomnieuse et un salopard est allé jusqu'à emprunter un autre de mes pseudos pour entrer dans un "chat" attaché à une société qui s'occupe de modèles enfantins afin de me faire passer pour un "pédophile". Vu ce que j'ai subi dans ce domaine et ce à quoi j'ai survécu, je ne risque pas d'être impressionné par le genre de saloperies que vous me balancez dans la gueule. Et vous risquez même de vous en repentir car la "charge" que contient cette réponse, elle ne vous loupera pas !    

En somme, la ségrégation éducationnelle qui va avec la "pédérastie" (et qui est ressortie lors de la consultation avant le vote du "mariage pour tous") et son caractère que vous qualifiez de "misogyne" est un fait universel. l'intervenant dont j'ai oublié le nom a vécu 7 ans dans une tribu où ce pratique une initiation que j'ai baptisé dans un article de "lactation virile". Bref, les hommes qui professent que la femme est l'avenir de l'homme sont tous simplement des cons. Et des cons dans le double sens du terme, figuré et concret car ils ont fini par devenir ce qu'ils désirent par dessus tout. Vous en faites partie c'est évident, mais un con aurait bien du mal à me clouer le bec. Un phallus peut être mais il faudrait m'attacher et je vous jure qu'il ne sortirait pas intact de là où on l'aurait fourré. Vous rêvez mon cher Monsieur et franchement vous m'amusez beaucoup !

Mais ne me faites surtout pas dire que j'en pincerais pour la "pédérastie", j'analyse froidement des faits et je vais vous dire : je ne risque sûrement pas de devenir "pédophile" ou même "pédéraste". Les jeunes m'ennuient profondément car lorsqu'ils ont un peu de charme, celui-ci s'évanouit dès qu'ils prononcent deux mots. je ne supporte pas le consensualisme et l'acculturation ambiante et je passe le plus clair de mon temps cloîtré dans ma tour d'ivoire. Oh rassurez vous je suis très sociable et très aimable en société mais je réagis assez violemment quand on me monte sur les pieds sans s'excuser.   

A croire que pour vous, la souffrance des mômes sur ces photos n'existent pas et que celui qui possède des centaines de photos pédophiles dans un fichier est un gentil innocent, ou un simple  curieux, un peu décalé des normes... Bref! La phrase de trop qui me fait vraiment douter de votre probité,  de votre intelligence et de votre empathie.

Vous pourriez à la rigueur me reprocher d'avoir une approche non sentimentale des faits et c'est voulu car la rigueur intellectuelle ne fait pas bon ménage avec les sentiments et j'ajouterai qu'il s'agit plutôt d'une défense que d'un phénomène d'insensibilité mais vous ne possédez pas que je sache le monopole de la compassion et je vous répète que lorsque ça prend un tour aussi ostentatoire, c'est forcément plus que suspect.

Concernant votre défense des femmes, il est clair qu'il y a autant de déchets de chaque côté et le déchet est pour ainsi dire dominant. Maintenant les femmes avaient pour principale vocation constitutionnelle de faire, d'élever et de chérir des enfants, je ne vois pas d'inconvénients à ce qu'elles s'en lassent et éprouvent le besoin de faire autre chose en se mêlant de la vie publique mais si c'est pour y répandre la guerre alors que dans le meilleur des cas tout le monde s'accordait à reconnaître qu'il leur arrivait de faire merveille quand il s'agissait de calmer le jeu entre coqs, çà ne va plus !

Enfin personne ne vous oblige à me lire et je me contrefous de votre opinion à mon sujet. Passez votre chemin, je vous prie ! 

Bien cordialement

Je me demande à quoi aurait ressemblé votre discours s'il avait été "non cordial", enfin merci de m'avoir fournir l'occasion de développer une question qui n'avait été qu'ébauchée. Il faut croire qu'il existait un besoin. Le voilà satisfait et je crois avoir fait le tour de la question. C'est un peu long mais le sujet n'est pas des plus faciles. 

Philippe G-M.

14/11/2013

Triste réalité d'un joyeux mandarin : découvrez le vrai visage du Pr Joyeux !

Joyeux.jpgNotre révisée le 22/06/2014. Les changements sont en bleu.

Je ne pensais pas avoir a revenir sur le cas du Pr Henri Joyeux mais quoique fatigué d'une longue journée d'écriture, je me suis enhardi à chercher un résumé de ce que ce personnage a pu dire de l'homosexualité car c'est toujours là que les Athéniens s'atteignirent... C'est un sujet très "casse gueule" qui a l'avantage de permettre d'être vite fixé sur la profondeur de réflexion d'un individu. Mais rassurez vous je vais très vite passer sur ce sujet pour évoquer des malversations à mon avis beaucoup plus graves que l'espèce de démagogie récupératrice qui semble animer ce Monsieur qui parle de tout et de rien.

Les relations dangereuses du professeur

Si vous creusez un peu en cherchant sur son site ce qu'il dit dans les deux tomes qu'il a préfacé, vous découvrirez que son principal inspirateur est un "psy" bien connu, le Père Tony Anatrella. Je ne vous ferai pas de longs discours au sujet de cette très vieille connaissance car je me souvenais qu'elle avait défrayé jadis la chronique. Jugez en par vous-mêmes ! Ceci se passe de longs commentaires :

Le père Anatrella est un pédophile de la pire espèce :

http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2006/11/17/100...

L'éxécution publique de ce satyre d'Anatrella ne l'a pas tué, dommage !

Le Pr. Joyeux m'ayant informé qu'il ne l'a rencontré qu'à l'occasion d'émission de radio, j'en donne acte. On m'objecte qu'il aurait été "blanchi", pour ma part je ne peux pas le croire. Si un séminariste se serait rétracté en disant qu'il avait voulu lui faire du mal, sans doute en raison du prix prohibitif de ses consultations, il m'est difficile de croire que l'on puisse avoir complètement inventé tout ce qui nous est raconté. En tout état de cause on peut considérer la chose comme anecdotique, il n'en reste pas moins vrai qu'un prêtre psychanalyste plus ou moins freudien, c'est un prêtre faisant l'aveu que la doctrine de son église est insuffisante pour l'aider à traiter les cas qui se présente. Or s'il connaissait l'histoire de son église comme je le connais moi-même, il verrait qu'elle a su gérer le problème à peu près correctement pendant plus d'un millénaire. Il est vrai en puisant du côté du bon sens païen mais cela valait mieux que ce support de l'enfer que fut un Sigmund Freud... 

Son explication de l'homosexualité (qui a cessé d'être un sujet de médecine depuis 1974)

Homosexualité : "une mère trop possessive, un père dur, lointain, absent même qui font que le jeune passera sa vie à chercher dans l'homosexualité la tendresse, la force, l'autorité masculine (paternelle), qu'il n'a pas véritablement connues... une enfance perturbée par des influences affectives néfastes provenant d'adultes pervers, plus ou moins pédophiles ou à tendance incestueuses ..."

Aucun grand commentaire à faire: le manque d'affection paternelle ou le trop d'affection maternelle, c'est visiblement un peu court. Cela n'explique pas le phénomène des "routiers sympas" et plutôt excessivement virils qui choisissaient le métier de routiers pour les bonnes fortunes garçonnières procurées par la vogue de l'auto stop avant que les assureurs ne mettent le holà à ces "bonnes manières"...

Favorable à l'adoption par des lesbiennes

Sur l'adoption par des "homos", le joyeux drille préfère les lesbiennes au couples de "pères pédés", because les hommes seraient majoritairement portés à la "pédophilie", je cite :

« Il faut aussi différencier l'homosexualité masculine de la féminine. En effet, la dérive pédophilique (sexuelle) n'existe pas chez les femmes (sauf exception). (… ) Ainsi, l'adoption d'enfants, par des couples homosexuels masculins, nous paraît contre indiquée dans tous les cas de figure. Le risque pédophilique est toujours présent, même chez ceux qui croient n'avoir en aucun cas cette tendance.

Moins de risque avec les homosexuelles femmes : Ainsi, l'adoption d'enfants, par des couples homosexuels féminins, nous paraîtrait moins nocive, et seulement dans la mesure où les deux mères, s'engageraient explicitement à donner à l'enfant, un ou des pères de compensation. Cette ou ces paternités successives seraient vérifiées, auprès de l'enfant, par une personne, expert qualifié, au moins jusqu'à l'âge de 15 ans (âge de la majorité sexuelle en France). »

D'après un échange téléphonique datant du 21 juin 2014, le lesbianisme n'existerait que chez des femmes ayant été abîmées ou s'étant senties abîmées par des ou les hommes. Ce à quoi j'oppose le fait que les garçons n'ont nul besoin d'être abîmés par quoique ce soit pour être attiré par un beau mec voir littéralement fascinés une belle queue. J'observe du reste que les beaufs hétéros sont enclins à se travestir et lorsqu'il leur arrive de déconner sous l'influence de l'alcool par exemple, ils se travestissent volontiers et si ça va plus loin ont nettement tendance à se faire monter. Preuve que le caractère volcanique des orgasmes féminins les titille sérieusement.

En revanche, les "homos classiques" s'efforçaient en général de demeurer actifs mais la mode est maintenant d'être "auto-reverse". Ce qui n'est pas compatible avec un rôle social impliquant un "magistère" quelconque et ne convient guère qu'aux esclaves modernes constitués par la valetaille des petits employés sans grade à qui il faut bien laisser quelques compensations. Seulement, s'il s'avérait que le fait d'aimer avoir le dessous dans les occasions envisagées est susceptible de procurer des sensations comparables à celles que peuvent éprouver les femmes non frigides, au demeurant de plus en plus rares, ce qui a pour heureux effet de limiter le bordel ambiant de la prétendue "libération des mœurs", le côté redoutable de la chose réside alors dans un danger accru d'addiction

Quant à savoir s'il est possible d'égaler les femmes sur ce plan, je ne puis que donner ma langue au chat car je n'ai pas jugé à propos de tenter l'expérience. J'ai sans doute manqué quelque chose de très gratifiant mais il est un peu tard pour y penser. Tout ce que je sais c'est que j'ai lu quelque part qu'à la suite d'une opération chirurgicale banale, un patient se serait découvert des capacités orgasmiques complètement délocalisées que l'on dit s'êtres manifestées spontanément. Puisque ce blog est consacré à la médecine je ne peux moins faire que de signaler le phénomène.

Il est vrai que si la réalisation spirituelle consiste à se désidentifier du Nom et de la Forme, il n'y a plus lieu de se poser des questions sur son sexe en prenant les choses comme elles viennent. Mais ce qui me fait peur dans ces histoires c'est, et je le répète, uniquement le danger d'addiction si ça marche. Or ça semble bien marcher quoique l'imagination puisse avoir là- dedans une part importante. Mais encore une fois je ne suis pas en mesure de trancher cette délicate question et il ne faut pas compter sur moi pour le faire. 

"Pères de compensation" et obsession pédophile

Je ne pense pas que des lesbiennes aient envie de s'encombrer de "pères de compensation" et je note que cette préférence renforce le déséquilibre déjà causé par l'extension du phénomène des mères célibataires. On prend un mec pour se faire faire des enfants, on le jette en réclamant une pension alimentaire, on touche en plus les allocs et les subventions des amants successifs. C'est bien sûr le cas extrême et il arrive qu'il fasse l'objet d'une préméditation.

Quand à la "pédophilie" étymologiquement et stricto sensu, c'est d'abord une sentiment parental et effectivement paternel. Le terme a été mal choisi, le verbe philein désigne en grec un amour à caractère abstrait comme dans la philosophie. Or la terminologie a été inversée dès le départ puisque la pédérastie (de erastes qui désigne un amour à caractère sexuel) s'applique en fait à une relation mi intellectuelle, mi sentimentale et la sodomie était mal vue des Grecs bien nés... Joyeux tombe dans le travers de voir surtout dans l'homosexualité masculine un risque de "pédophilie", soit une attirance envers les impubères. A en juger par l'évolution de l'homosexualité contemporaine, on est bien loin de la seule pédérastie puisque la chose s'est notoirement embourgeoisée avec le "mariage pour tous".

Il ne me semble pas utile de continuer le massacre, deux tomes pour en arriver à ce genre d'ornière qui semble devenu infranchissable, c'est un crime contre l'écologie que d'avoir gâché tant de papier.

Pour le nucléaire, c'est écologique mais c'était avant Fukushima

L'écologie parlons en ! Je découvre que Henri Joyeux est pour le nucléaire. Ainsi dans une préface d'un livre favorable au nucléaire il déclarait ceci :

Les combustibles fossiles polluent l'atmosphère (CO, CO2, SOX, NOX, ...), provoquant des pluies acides et aggravant l'effet de serre, tandis que l'énergie nucléaire ne participe aucunement à ces pollutions et présente même des avantages écologiques indéniables. Ce livre démystifie l'énergie nucléaire et répond aux questions essentielles sur la sûreté nucléaire, l'accident de Tchernobyl, les vrais problèmes de santé publique, la durée de vie de déchets et leur retraitement, l'avenir de la planète...

Il faudrait que notre cher Pr trouve le moyen de nous expliquer en quoi le gaz carbonique, qui est manifestement plus lourds que l'air pourrait bien participer à un effet de serre. Il a du je suppose rater un cours de "science nat" dans son enfance, auquel cas il est loin d'être le seul ! Le problèmes des combustibles fossiles est qu'ils sont épuisables. En attendant on pourrait reforester en attendant que le recours à des procédés recourant à l'énergie libre soient libérés.

Medjugorje ? La science a prouvé qu'il ne s'agissait pas d'hallucinations

« Jamais le phénomène de l'extase n'avait été soumis in vivo à des tests scientifiques modernes : électro-encéphalogramme, électro-oculogramme, études des réflexes oculaires, tests du comportements, études des potentiels évoqués auditifs, et analyse de ce fait étonnant : l'extinction de la voix lors des apparitions (locution sans phonation). Ce livre offre les premières analyses en la matière : des tests et leur sens. Cette publication est le résultat des études accomplies au cours de nombreux voyages par un théologien et une équipe de cinq médecins, sous la direction du professeur agrégé Henri Joyeux, de la Faculté de Médecine de Montpellier. Aux questions du théologien font face les réponses des tests médicaux. Les conclusions sont de première importance au coeur d'un débat étrangement obscurci : "hallucinations collectives", a publié la presse mondiale... Nous avons ici la preuve du contraire. »

Non seulement l'expédition scientifique à laquelle Mister Joyeux a participé ne constitue nullement une première quant aux méthodes à utiliser en pareil cas mais il n'était nullement besoin de cela pour nous convaincre qu'il ne peut s'agir d'hallucinations. Le problème en l’occurrence étant que cela n'implique pas la moindre possibilité de voir dans ce genre de phénomènes une intervention "céleste". L'éminente sommité scientifique dont on parle n'ayant pas la moindre idée de la notion de "dissonance". Il faut lui rappeler qu'il existe, dans l'Eglise qu'il prétends servir tout un enseignement en rapport avec le discernement des esprits. Malheureusement s'il existe un enseignement, non seulement il est loin d'être parfait car cet Eglise a tendance à voir partout la main du diable, mais présentement le problème réside dans le fait qu'elle aurait du refuser d'accréditer toutes les prétendues "apparitions mariales". Même dans le cas de Lourdes ou d'une célèbre apparition dans le Nouveau monde, il s'agit de fausses apparitions. J'ai particulièrement étudié la question et le Père Laurentin qui s'est repu de tous ses phénomènes est hélas complètement enténébré à cet égard. Je crois me souvenir qu'il s'est laissé fasciner par des phénomènes de "radio spiritisme". Quelques rares mortels possèdent l'intelligence de ce genre de sujet et l'on peut trouver des éléments d'information dans toute librairie ésotérique mais encore faut-il savoir séparer l'ivraie du bon grain. Car même dans les livres qui passent pour les plus recommandables, le meilleur et le pire se côtoient et l'on ne trouve pas de réponses directes à certaines questions particulières. Il faut les élaborer soi-même...

Les passages faisant référence à certains sites ont été supprimés comme non nécessaires. Voir note du 22 juin 2014

 

30/04/2013

L'homosexualité est-elle une "maladie" ?

homosexualite.jpgQuelle question "sotte et grenue" allez vous me dire. Tout le monde sait qu'il n'en est rien, même le manuel des psychiatres américains l'a rayée de la liste des "maladies mentales". Donc c'est pesé et emballé ! Du reste les "pédés" vont pouvoir convoler. Il serait étonnant que le Conseil Constitutionnel retoque entièrement la loi en cours de promulgation.

Pourquoi donc poser la question : parce qu'à la faveur de la descente en flammes de Freud par Michel Onfray (Voir Le crépuscule d'une idole, 8,17 € chez Amazon port compris, commandé hier il est arrivé aujourd'hui...) une certaine Lucia Canoni qui distribue pour 29,54 € un E-book avec 900 pages de recettes sur la déprime, à écrit sur la question de l'homosexualité des choses pas seulement consternantes mais franchement criminelles. Je vous garantis qu'un "homo" qui déprimerait et se plongerait dans se bouquins est sûr de se tirer une balle dans la tête ou encore d'ouvrir le robinet du gaz et d'attendre qu'il y en ait assez pour craquer une allumettes et faire sauter l'immeuble.

Vous noterez qu'on n'a pas besoin de cela pour que les HLMS s'écroulent. A Reims, les cabanes à lapins tombent en ruine par lot de 10... Impressionnant !

Un sujet d'actualité

Le sujet étant d'actualité, c'est l'occasion ou jamais de lui faire un sort. Quand un jeune se suicide, c'est une fois sur deux un "homo" qui s'est mal assumé... Vous me direz que comme ils ont trop tendance à se reproduire par on ne sait quel mécanisme mystérieux, quelle importance !

Comme l'E-Book "anti-déprime" est-il arrivé entre mes mains ? Et bien c'est un dentiste avec qui j'échange qui m'a conseillé le blog de la dame. On avait parlé de Freud. Le blog désigne Freud comme tueur en série. Ce qui est parfaitement vrai à tous égards. Au passage mon correspondant "arracheur de dents" m'a dit que son bouquin anti-déprime l'avait aidé. 

A propos de dentition, je viens de faire un compte : je suis cerné ou j'ai été cerné par des des restaurateurs de crocs humains. D'abord sept ans parmi les plus fins pédagogues, une soeur assistance, un beau frère prothésiste. J'avais connu auparavant un étudiant qui s'occupait d'une association, j'ai tapé sa thèse. l'autre jour j'ai du me faire arracher une canine qui n'en pouvait plus, mon dentiste attitré étant à la retraite, j'ai pris le premier grand cabinet d'urgence venu. Je tombe sur un mec dont le nom me dit quelque chose, et je réalise soudain que c'est une très vieille connaissance, le frère du mari d'une musicienne adorable (à l'époque...), il est même venu chez moi. Je ne l'ai pas reconnu mais j'aurais voulu tomber sur lui que je n'y serais pas arrivé. J'ai du noter encore comme çà quel occurences odontologiques. 

Suis-je déprimé ?

J'ai visité mon enfer portatif et j'aurais pu y rester coïncé. Alors que j'étais un rebelle, on a voulu me gaver de trucs déguelasses, je ne les ai pas pris ou je les ai recraché en douce. Je suis presque puceau en matière de tranquillisants, truc, bidule. On vient de me poser une question sur le clopixol, interdit aux Etats-Unis. POUBELLE ! Penser au Mediator que l'on a été les derniers à virer. Les Américains n'hésitent pas à faire des procès, ça rigole pas, alors pas besoin de chercher le pourquoi du comment...

Bref, je ne suis pas ni particulièrement gai, ni spécialement gay, ni trop triste, je ne le suis même pas du tout car j'ai de l'humour a revendre. Il est un peu grinçant parfois mais quand on me connaît bien, on mesure la part de la mise en scène "didactique". Mais qui me connaît bien mis à part deux ou trois intimes. Ma famille? J'en suis pas vraiment sûr et les liens sont très relâchés... Pas de conflit mais ma "planète" est un peu éloignée de la souche dont je proviens...

J'ai donc lu le blog anti Freud. Un assez bon résumé mais je crois que le grand découvreur des saloperies de Freud c'est pas Michel Onfray (qui tire les marrons du feu) mais Eric Miller. Seulement c'est tout dans un anglais littérraire qui résiste à tous les traducteurs automatique de la création informatique. Enfin c'est égal, j'en sais assez.

marre-de-la-vie-tuez-la-depression-avant-qu-elle-ne-vous-tue-de-lucia-canovi-911069487_ML.jpgPoison violent à effet retardé

Un échantillon de 85 pages de Marre de la Vie ? est disponible sur le blog gratuitement. J'ai téléchargé et j'ai lu. Sympa, un peu bavard mais çà augure d'une suite sortant de l'ordinaire. On va dire beaucoup de sauce et peu de poissons... Un des moyens proposés c'est la bibliothérapie, pas con ça a été une de mes armes contre divers malaises. Dans le questionnaire je vois cette option :

On se croit secrètement homosexuel (ou pédophile, ou autre chose) tout en étant révulsé par cette idée.

La chose me parait bizarre : le mec le plus con ne tarde pas à savoir s'il est concerné ou non, surtout avec toute la "doc" sur le sujet dans les médias et la hantise de la "pédophilie". Avec la pornographie qui vous saute à la gueule à chaque pas que l'on fait sur Internet, on a bien l'occasion de faire le point. Je dirais même contraint et forcé. C'est plutôt du porno "hétéro" qui vous agresse littéralement mais il ya quelques exceptions et celui qui aurait des doutes sur sait quoi taper sur Google pour trouver un échantillonnage de clips "spécialisés" qui lui dira si ça le chatouille ou si ça le gratouille comme disait le célèbre Dr Knock ! Cela là a hélas cessé d'être virtuel, Jules Romain s'est révélé prophétique. Il va de soi que dans le cas de figure qui nous occupe la nuance est superflue. Passons !

Et j'avise la table des matières avec un chapitre intitulé De l'homosexualité à l'homosexualité. Qu'est ce que cela peut bien vouloir dire ? Je sais par expérience que lorsque l'on veut jauger les limites de quelqu'un suffit de le faire parler du sujet. Sujet auquel je me suis intéressé à la manière dont on cherche à résoudre une énigme. Tout m'y poussait, mon environnement artistique dans telle vie antérieure et les étincelles, je devrais dire les courts-circuits fulgurants qui jaillirent parfois du fait de tendances "caractérielles". La curiosité intellectuelle surtout. Et puis il est vrai que l'on n'est jamais ou tout blanc ou tout noir !

L'ombre maléfique du Dr Gautier

Je reviens en arrière. Avant que l'on ne me parla de cet antidote contre la déprime, il avait été question des types glandulaires du Dr Gautier. J'avais lu çà du temps du fondateur de La Vie Claire. J'avais lu également Freud a menti ! Bref, j'avais achoppé sur une affirmation qui fiout sur le compte de la thyroïde la "déviation" homosexuelle car si j'ai lu ça dans les années 60 et avant la fameuse révolution estudiantine, le livre datait ! Ca sentait l'eugénisme et le racisme. Bon la théorie n'est pas complètement folle mais elle est à prendre avec des pincettes !

Mon correspondant dentiste me reparle donc du Dr Gautier. Immédiatement je réponds que je connais et qu'un lecteur, il y a environ 6 mois m'a questionné sur la validité de la théorie évoqué. Le sachant "homo", père de deux ou trois enfant adoptés (je ne lui ai rien demandé mais il m'a sorti ça tout à trac...), je le mets en garde en lui disant d'oublier ce livre, qu'un tri s'impose et que je n'ai pas le temps de m'en occuper.

Les "routiers sympas" était (souvent) "homo", c'était pas des "thyroîdiens" mais plutôt des "génitaux"

Je brosse à grands traits une argumentation pour montrer qu'il y a quelque part du vrai dans la partie de la thèse mais qu'il n'a pas compris pourquoi le thyroïdien serait prédisposé à toutes sortes d'expériences et pas seulement sexuelles. Cela dit, le génital peut être "homo" (je pense aux routiers sympas, mais les réglement des assurances leur interdisent désormais de prendre en stop qui que ce soit...), tous les types peuvent l'être mais, on va dire selon un "style" différent... Donc la typologie glandulaire, c'est intéressant pour les limitations biologiques mais pour la psychologie, c'est casse gueule à moins d'être très exercé dans le maniement correct de tout ce qui relève au fond de la pensée analogique, symbolique, métaphorique et vous l'avez deviné, j'en raffole car c'est très opérant entre les mains de personnes qualifiées. Mais c'est pas à l'Université qu'on les forme, c'est un don que l'on développe, on appelle cela l'intuition intellectuelle. Rien à voir avec l'intuition féminine au demeurant très très surfaite...

29,54 € foutus par la fenêtre...

Donc je fais confiance au dentiste et me dit que s'il me suggère de lire Marre de la vie ! C'est que ça doit sortir de l'ordinaire. J'allonge mes 29,54 € et je reçois l'Expresso-Book. Je mets "homosex" dans la case recherche et je ramasse tout : 45 occurences. Et je lis ! C'est la consternation ! J'ai pris la peine de tout relevé et de commenter. Les pdfs pour ça c'est génial, vous copiez et collez dans Word et vous dissèquez phrase après phrase. Vous avez sans doute déjà remarqué que je sais faire parler le texte le plus innocent en apparence. J'ai passé ma vie à pratiquer ce petit jeu.

Rassurez vous on peut se faire rembourser et vous l'êtes aussi sec mais bon les banquiers jouent avec le fric, les sous peuvent traîner en route. On vous prévient !

Consternation est un bien grand mot. Je ne suis plus consterné par rien. Je m'attends depuis longtemps au pire. La réaction a tendance depuis longtemps à dépasser la fiction. Je me suis fait une raison. En gros Freud est accusé non seulement d'avoir baisé avec son ami Fliess (mais ça c'est pas grave) mais ce qui est archi faux d'avoir présenté l'homosexualité sous un jour favorable en sorte que toute son oeuvre serait une publicité en sa faveur. Je déteste Freud ce fut sans aucun doute un criminel à tous égards tant au propre qu'au figuré mais il a bien dit que l'homosexualité quand on s'y arrête c'est un arrêt dans la maturation sexuelle. J'imagine que quelqu'un qui se sent concerné en entendant pareille chose ne peut
que se sentir mortellement blessé. j'ajoute qu'il suffisait d'aller sur "Wikipédé" pour pouvoir éviter de sortir d'énormes conneries, et des conneries qui peuvent tuer car pour la Canovi les "homos" restent des "malades". Elle dit qu'aitrefois seuls ceux qui avaient adopté cette pratique étaient angoissés parce qu'il devait se cacher et elle suggère que ma foi c'est leur problème.

Les "hétéros" angoissés ?

Je serais tenté de répondre par des grossièretés mais comme j'ai déjà fait le coup, ça serait rengaine, le registre en question n'est pas inépuisable...

De quoi s'inquiète t-elle la Lucia et bien de ce que des "hétéros" purs et durs puissent se poser des questions sur leur véritable orientation et se sentir contraint d'essayer pour être fixé. Mais où a t-elle vu jouer cela? Elle nie les désirs inconscients, la bisexualité originelle ça n'existe pas etc...

Je me demande au final si elle n'en veut pas aux "homos" et si elle n'a pas décidé de leur tendre un piège mortel ou si c'est tout simplement le résultat d'une bonne dose d'inconscience. Enfin, c'est égal, j'ai entrepris de sabrer tout cela car cela me donne l'occasion de mettre les points sur des tas de i et c'est le moment ou jamais. Ca me semble être une oeuvre de salubrité publque !

Recension à venir ?

Mais j'en suis à 25 pages, il va falloir "dégraisser" et ça c'est pénible parce que ça prend du temps et quand j'ai fait le tour d'une chose, que je sais à quoi m'en tenir, j'ai aussitôt envie de passer à autre chose mais si je n'ai aucune peine à écrire, que l'inspiration me vient sans chercher. La pédagogie implique après coup de faire du tri, d'enlever les éventuelles répétitions, de structurer le propos, de mettre des balises et d'assurer la fluidité et si possible la légéreté du tout. Je ne sais si j'aurai le courage d'aller au bout. Malgré l'apparente banalisation de ce dont on parle, il n'y a guère que les "hétéros" qui peuvent en parler librement et avec détachement. Les "homos" ? Ils ressassent ce qui se dit sans en voir les contradictions et les failles.  Je vais faire un effort pour tenter d'accoucher tout cela en bon ordre mais ce sera au stade où j'en suis ennuyeux quant au polissage final avant mise en orbite !