Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : citrate de potassium

Coronavirus - Michel Onfray : une relation littéraire (et mondaine) de 500 heures sous Covid-19

front populaire 3.jpg

J'ai remis au premier plan le post suivant datant du 10 décembre dernier. L'occasion m'étant fournie par la parution du N°3 de "Front populaire". Je n'ai pas encore eu l'occasion de feuilleter ce numéro, je ne l'aurai que jeudi, juste avant Noël et comme je ne compte pas descendre pour la messe anticipée de minuit.  A moins que l'on ne me dépêche un taxi, l'on se passera des variations de Balbastre et Cie sur Joseph est bien marié et autres ritournelles de circonstance. J'espère ainsi pouvoir me poser confortablement pour savourer au moins l'article de Onfray dont on vient de me parler.

Il paraitrait qu'il a fait merveille en disant pis que pendre la philosophie allemande de Heidegger et Cie, qu'il qualifie de "glossolalie"... Je présume que ce texte doit pouvoir être comparé à un très vieil article intitulé L'influence allemande d'un écrivain dont je tairai le nom et qui vomissait carrément la philo qu'elle soit ou non "glossolalique".

Les Allemands sont des gens grammaticalement compliqués. Il ele sont excessivement à tel point qu'ils peuvent construire des phrases de 30 lignes et changer 30 fois d'avis avant de se décider à poser à la fin le verbe et le point sans lequel il est impossible de présumer de ce qu'ils sont en train de raconter. Tout cela pour dire que ne je suis ni très germanique ni très latin et je me pose toujours la question de savoir d'où je sors... Enfin quand on débarque au voisinage d'un 5 juillet, d'une annus horribilis, il n'y a pas 35 explications possibles.

Je touche du bois, le nuit de Noël est en général une nuit très calme, toutefois et puisque je suis seul dans un immeuble déserté, je prendrai la peine de barricader la porte d'en bas des fois que les tueurs qu'un ex concitoyen a dépêché à mes trousses ne profitent de la circonstance pour vouloir m'occire.

=======

Post datant du 10 décembre dernier :

Onfray.JPG

Voir https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/cinq...

Je ne puis m'empêcher de commentaire quelques extraits du témoignage de ce grand intellectuel français. Un personnage avec lequel, un ex correspondant catholique m'a comparé. Ce correspondant m'a beaucoup soutenu en tant que traducteur dans le cadre d'une enquête sur une secte très particulière qui a duré environ 25 ans. Quoique Onfray ait commis certaines erreurs relativement à l'histoire du catholicisme, la comparaison reste très flatteuse. Sauf que je n'ai pas la puissance de travail d'un Onfray. Certes j'écris très facilement sur quantité de domaines mais je n'ai point accouché d'autant de livres que notre héros d'un nouveau "Front populaire". Front qui n'a rien de vraiment "populaire". Pour l'instant...

Je ne suis pas sûr que Onfray sous un guide parfaitement fiable en matière de philosophie. A l'instar d'une amie (bretonne) qui m'a signalé le papier que je m'apprête à publier nous sommes tombés d'accord pour constater que nous n'avons pas pu terminer Cosmos... Son dernier enfant mais je peux en avoir loupé...

Il n'aime pas le catholicisme parce qu'il est épicurien. Quant à moi, j'ai tout de même était obligé de me poser des questions à partir du moment où j'ai découvert que je n'ai jamais ressenti d'attirance, du moins "sexuelle", envers les descendantes de notre arrière, arrière, arrière grand maman baptisée Eve ! Cela dit, qu'une assez forte proportion de curés soit "homophile", je trouve que cela source assez bien de source vu que les premières pages de la Genèse nous décrivent le fameux serpent édénique comme l'incarnation de Satan en personne. Notez bien que je crois volontiers que certaines femmes se laissent plus volontiers posséder par l'un ou l'autre des "employés" de notre "Grand Patafiole". Ce qui m'est advenu de la part de cette semi asiatique dont j'ai conté les aventures et la malfaisance pernicieuse tant assurément à prouver qu'au moins certaines femmes possèdent un génie particulier dans le domaines des embrouilles. Notez, à propos du texte que j'évoque, que j'ai du le retirer momentanément car outre la "mise à jour" qui s'impose, il me faut l'améliorer par des intertitres et des images. Les 7 mariages de la dame en question se prêtent à un commentaire plus ou moins ésotérique qui commencent avec l'histoire biblique d'une samaritaine et se prolonge avec l'histoire de Blanche Neige et des 7 nains. On m'a fourni, à ce propos, quelques éléments documentaires que je suis en train d'étudier...

Revenon au cas de Michel Onfray. Je cite une partie du texte et y intercale mes remarques :

Mon premier mouvement consiste à joindre le professeur Raoult. Mon médecin entre en contact avec l’équipe marseillaise. Il a cru à l’hydroxychloroquine, y croit moins, voire n’y croit plus beaucoup, mais m’expose les faits: mon passé de cardiaque m’expose à un risque de mortalité induite par l’usage de ce médicament. «Torsades de pointe» est-il dit pour caractériser la mort qu’on risque en prenant cette thérapie dont on ne sait, finalement, si elle soigne ou non. Pour l’heure, je n’ai pas envie de mourir en martyr de l’hydroxychloroquine! Passer l’arme à gauche non pas à cause du Covid mais à cause du médicament censé le soigner, c’est plus d’ironie que je n’en peux ces temps-ci!

Médecine de Molière

Onfray déraille complètement : les antibiotiques, le zinc, la vitamine C n'ont rien à avoir avec la médecine de Molière

J’entre donc dans la médecine de Molière à laquelle le Covid contraint la totalité du corps médical planétaire: des antibiotiques, du zinc, de la vitamine C… «De l’eau, beaucoup d’eau, bien s’hydrater», etc.

On découvre que Onfray, qui n'y connait rien vomit sur tout ce qui relève de la médecine naturelle. Je veux bien croire qu'il n'a pas eu affaire avec des Jean-Daniel Metzger mais plutôt des propagateurs de "remèdes de bonne femme". Je ne suis pas étonné de cette réaction qu'il faut bien se résoudre à qualifier d'imbécile : il y a de cela un bail j'avais eu tous les détails de ses accidents cardiaques et j'avais posté un message sur un de ses sites de l'époque. Peut-être avais-je attiré sont attention sur les vertus du régime méditerranéen,  peu importe. Bien évidement, il ne fallait pas s'attendre au moindre accusé de réception, sa diététique ne doit pas être ce que l'on peut faire de mieux dans son cas...

La médecine naturelle c'est "bac - 12"

Les bonnes âmes qui sont plutôt bac moins douze en médecine y vont elles-aussi de leurs conseils: tisanes de thym et citron dans l’eau tiède au réveil, mettre le paquet sur mangues, citrons et bananes, il y a également les marchands d’ondes positives, les vendeurs de détoxifiants, les amateurs de complément vitaminés, les partageurs de poudres dont ils me confient les bonnes doses à la manière d’un secret transmis à l’initié. Et puis les inévitables dévots de l’homéopathie, les sectaires de la naturopathie. Je n’oublie pas les croyants qui m’associent à leurs intentions se prière. Etc.

Dans ce qu'on lui a proposé il y avait au moins un conseil qui n'est pas idiot : les bananes procurent du potassium et les individus carencés  en potassium sont vulnérable devant le nouveau virus. Mangue, je ne sais pas, c'est trop plein de sucre, banane oui mais impérativement "bio", vu la dangerosité de certains traitements (chlordécone, et avec un blaze pareil il fallait bien d'attendre à déconner)...

J'imagine la gueule qu'il a du faire au sujet des "intentions de prière" : il a tellement bavé sur le masochisme chrétien, à juste titre du reste que c'est presque merveille de le voir prendre la défense du christianisme, arménien en particulier tout en déplorant que la France et l'Europe ne veuillent à aucun prix se définir comme une région de tradition chrétienne.

Tout cela procède de bonnes intentions, j’y suis sensible, mais prouve que la connaissance scientifique a régressé et que, dans cette ère de post-vérité dans laquelle nous sommes, nombreux préfèrent l’alchimie à la chimie, la sorcellerie à la médecine, la déraison à la raison, la théologie à la philosophie. En disciple de Lucrèce, le matérialiste radical que je suis sais que le virus lui aussi veut la vie, sa vie, fut-ce au prix de la mort de ses hôtes, la mienne par exemple.

Là il est complètement à côté de la plaque et il patauge lamentablement mais toute cette confusion n'est pas due à son attaque de Sars Cov2. Le problème est que Onfray est un grand bourgeois et qu'il vit au milieu d'une cour d'intellectuels qui sont des "notables". Dont les médecins classique font partie... Il est même méprisant à l'adresse des non diplômés (bacs - 12). A mon humble avis et rien que pour cela son entreprise de "Front populaire" s'en trouve gravement compromise. J'ai les deux premiers numéros de sa revue et de toute évidence ils ne s'adressent pas à l'homme de la rue.

Pour l’heure, je sais qu’il n’y a rien d’autre à faire qu’attendre.

Mon médecin m’informe. Les symptômes des deux premiers jours donnent l’impression que je suis affecté par une forme relativement bénigne: 38.5 de température nuit et jour avec des pointes à 39 et plus, une migraine perpétuelle, des courbatures comme si j’avais été roué de coups chaque nuit. Je trempe mon lit de transpiration comme si j’y avais renversé des bouteilles d’eau. Je comprends l’expression: être en nage. Un matin, mon pied pousse l’eau qui s’est accumulée dans les plis de mes draps. Mon oreiller semble sortir de la machine à laver.

Je suis extrêmement fatigué, épuisé. J’éteins la lumière à neuf heures le soir dans un immense état d’épuisement, je me réveille douze heures plus tard, plus fatigué que si j’avais fait trois nuits blanches de suite. Je ne sors pas du lit. Chaque voyage vers les toilettes m’oblige à me tenir aux murs. Difficile de se lever du lit, difficile de marcher, difficile de s’asseoir, difficile de se relever, difficile de retourner au lit, difficile de s’y jeter, écrasé, comme une pierre dans un linceul trempé.

Description de l'enfer de Dante ?

Sandro_Botticelli_-_La_Carte_de_l'Enfer.jpg

Je suis désolé de contredire notre grand philosophe national, son texte est seulement répétitif mais il manque désespérément de la variété de paysages mis en scène par le très célèbre gibelin. La description est statique pas la moindre aspiration progressive vers le bas. Cela ressemble certes à une "perpétuité" et ce n'est pas différent d'une grippe carabinée qui peut prendre un tour intestinal se traitant avec Baptisia Tinctoria en cas de selles foncées, nauséabondes et explosives. Mais là il s'agissait d'autre chose de plus spécifique à la Covid-19.

Ce texte, il faut le dire est aussi long qu'il est assez mauvais, finalement on ne sait même pas exactement de quel traitement précis a bénéficié. Je présume que ça s'est presque réduit à la "formule des 4 D" : Doliprane, Dodo, Domicile, par chance il a échappé au quatrième D de la série. S'agissant d'un grand cardiaque, visiblement hypertendu, possiblement hypothyroïdien le seul point positif est que cette longue complainte assez franchement complaisante montre que les "personnes à risque" peuvent s'en sortir... Bien sûr on se réjouit que ce cher philosophe n'ai point été enlevé trop prématurément à notre estime et même à notre affection.

Un "Bernard Henri Lévy à l'envers" doublé d'une "Chantal Goya du concept"...

chantal.png

Cela dit, son équipée en Arménie, le fait ressembler à un "Bernard Henri Lévy à l'envers", si je puis dire... Pas étonnant de la part d'un personnage que l'on a surnommé la Chantal Goya du concept...

Dernière nouvelle : Onfray encourage à la vaccination pour protéger les autres

Quel con ! Ne vous avais-je pas dit qu'en matière de médecine, il n'a aucun discernement. Au point de définir comme "Bac - 12" les gens qui n'adhèrent pas aux dogmes de la médecine bourgeoise la plus conventionnelle. Quelle misère de n'avoir pas compris qu'il existe bien une médecine naturelle parfaitement vérifiée. décidément, je me demande s'il mérite encore de vivre! Encore un guignol qui participe à un aspect particulier de la "société du spectacle". Bon il est clair que ce n'est pas lui qui va nous sortir les doigts du cul ! Ni en médecine, ni en politique.

Notez que pour Asselineau sont service du courrier a fini par me répondre. J'ai parlé du plan de relance et on me répond droit de pêche. La réorganisation que l'on invoque comme excuse au retard est à refaire...

Lire la suite

22/12/2020 | Lien permanent

Documentation sur les pollutions alimentaires

toxic-tete-de-mort.gifUn site très bien fait et à jour sur les additifs alimentaires

Le petit livre de Corinne Gouget serait recommandable du point de vue pratique si les infos contenues étaient fiables mais ce n'est pas vraiment le cas.

Puisque l'on a parlé des additifs alimentaires, voici pour commence un site excellent pour se documenter sur chaque additif :

http://www.additifs-alimentaires.net/

Il est quasiment parfait sauf qu'il classe le nitrate de potassium comme dangereux, or les nitrates ne sont pas dangereux si on consomme suffisamment de vitamine C. Voir en particulier :

http://blog-nitrates.fr/?p=2057 et je cite :

Certaines études effectuées au cours des deux dernières décennies ont montré que des constituants des légumes autres que les nitrates, par exemple les polyphénols et la vitamine C, étaient également capables d’exercer des effets favorables cardiovasculaires. En réalité, comme le montre la figure ci-dessous, les actions des polyphénols et de la vitamine C se greffent sur le métabolisme NO3-- NO2-- NO.  Ils favorisent la réduction de l’ion nitrite NO2- en oxyde nitrique NO [Emerging data indicates that polyphenols and vitamin C are able to reduce nitrite to NO, which, in turn, may exert cardiovascular protection].

Cela vous étonne. Rien n'est simple en matière de biologique. Et l'oxyde nitrique çà fait bander.Voyez le mécanisme de la pilule bleue conçue à l'origine pour traiter l'HTA. Bandant ? Oui c'est véridique ! J'en ait fait l'expérience sans le vouloir. Mais attention le fait que le salpêtre contient du potassium entraîne un risque de surdosage et le potassium est contre indiqué avec certains traitements à visée cardio-vasculaire mais tout est relatif... Donc avant d'expérimenter farcissez vous tout le blog des nitrates pour ne pas faire de connerie mais y a du boulot !  Bon courage !

Un site avec toutes les sources

Voyez au bas de chaque monographie, toutes les sources documentaires utilisées sont listées et relayées ! 

Enfin, vous verrez que la fiche de E300 (l'acide L-ascorbique) est correcte :

http://www.additifs-alimentaires.net/E300.php je cite :

Pas d'inconvénients à doses modérées, ne pas en abuser [2,3,22,23] ; certaines sources la qualifient de sans danger [9',6,11,8], voire sans danger à hautes doses [9",26].

Liste des additifs à imprimer.jpgVous avez une imprimante couleur ? Imprimez cette liste :

http://www.additifs-alimentaires.net/imprimer.php

J'ai réduit la lite à celle des codes. En cliquant sur l'image vous pouvez l'obtenir en grand format et la sauvegarder.

Cette liste vous suffit pour faire votre achats. Elle est fiable.

Tout sur le glutamate 

On dispose d'une fonction recherche mais si vous connaissez le code de l'additif vous vous inspirez de l'url ci-dessus pour le trouver directement.

Voici la fiche du glutamate : http://www.additifs-alimentaires.net/E621.php

Voici un article très complet sur les déguisements du glutamate :

http://www.encyclo-ecolo.com/Glutamate#Les_diff.C3.A9rent...

Vous apprendrez que le glutamate se cache dans les médicaments sous la forme d'huile de ricin hydrogénée (Plavix et Clopidogrel Zentiva, bonjour les dégâts, je passe sur les autres additifs de cette "saloperie" qui ne sont pas tristes non plus  !).

A lire sur Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Glutamate_monosodique

Mais pas de panique : le glutamate à petite dose joue un rôle positif. Voir : 

http://gestionsante.free.fr/vitamine_e.htm je cite :

Le glutamate est un neurotrasmetteur qui, en très petite quantité, joue des rôles importants dans l'apprentissage et la mémoire. Mais un niveau excessif de glutamate déclenche une séquence de réactions qui conduisent à la mort des cellules nerveuses, les neurones – ce qui constitue l'effet le plus dévastateur de l'attaque.

Il n'est pas interdit aux "bonnes femmes" de s'occuper de biologie et de diététique mais ça suppose, à défaut d'un doctorat de faire l'effort de se renseigner à bonne source...

Tout sur l'aspartame

Voyez la fiche de Wikipedia ! Même pas besoin d'acheter le livre de Sylvie Simon. Tout y est l'histoire, la chimie etc :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aspartame

Réglementation européenne

Voici la réglementation et ce qu'il faut retenir en ne se focalisant pas sur le E951 :

http://www.sante.gouv.fr/l-aspartame-et-la-reglementation...

Le projet de règlement du Parlement européen et du Conseil concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires, initié en janvier 2008 et qui est appelé à entrer en application rapidement après son adoption formelle en Conseil de l’Union Européenne en octobre 2011, indique aux consommateurs les mentions obligatoires complémentaires devant figurer sur l’étiquetage des denrées alimentaires contenant de l’aspartame ou du sel d’aspartame-acésulfame. Le sel d’aspartame-acésulfame est un édulcorant référencé dans l’Union Européenne sous le code E 962 composé à la fois d’aspartame (E 951) et d’acésulfame de potassium (E 950). Si l’aspartame ou le sel d’aspartame-acésulfame ne figurent dans la liste des ingrédients que par référence à un nombre précédé de la lettre E,la mention « contient de l’aspartame (source de phénylalanine) » apparaît sur l’étiquette. En revanche, si l’aspartame ou le sel d’aspartame-acésulfame sont désignés dans la liste des ingrédients par leur nom propre, l’étiquette portera simplement la mention suivante « contient une source de phénylalanine ».

Le code est E951 mais il se cache aussi sous un autre code, B258 (Nutrasweet aspartame faisant l'objet d'un brevet tombé dans le domaine public depuis, concerne les produits américains). 

Médicaments contenant de l'aspartame

Impossible de trouver dans le Vidal version papier (2009) la liste des médicaments contenant de l'aspartamz, ce n'est pas un principe actif et les additifs ne sont pas recensés. Il y en aurait plus de 600, une catastrophe !

Voici une liste très incomplète de produits contenant de l'aspartame dont des médicaments :

http://www.danger-sante.org/produit-aspartame/

Voici une liste plus complète j'ignore si elle est exhaustive :

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2013/09/26/28092...

Chaque occurrence renvoie sur la fiche du Vidal.

Bibliographie des polluants

Marianne Gabriele.gifSe laisser obnubiler par les seuls additifs alimentaires c'est passer à côté des poisons cachés dans la matière première des aliments. Pas un seul ouvrage traitant des additifs alimentaires n'est recommandable. Le seul qui fasse quasiment le tour de la question en détaillant les herbicides et les pesticides pouvant se retrouver dans votre assiette est un livre paru à Nice en 2001.

Il n'est plus référencé sur Amazone mais Décitre et Décilibris le proposent neuf. En revanche, plusieurs exemplaires sont disponibles d'occase sur Priceminister. Impossible de savoir s'il est toujours au catalogue, le site de l'éditeur est suspendu et il (Alain Roullier est décédé récemment pendant la campagne électorale.

voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Roullier et 

http://www.laremi.com/z06300_editions-benevent.html

Je sais qu'il avait perdu la trace de l'auteur, c'est dommage car l'ouvrage mériterait sans doute d'être actualisé. Quoiqu'il en soit c'est la seule somme recommandable qui existe sur le sujet. Un livre à garder précieusement si on peut encore le trouver. 

Lire la suite

27/04/2014 | Lien permanent

Magnésium : la méthode Sima

les-secrets-de-la-force-du-magnesium-de-kathy-bonan-893155243_ML.jpgJe me suis procuré le livre du Dr Kathy Bonan intitulé Les secrets de la force du magnésium. Elle préconise l'utilisation de silice colloïdale (Dissolvurol) pour potentialiser l'effet du magnésium, effets qui sont parfois paradoxaux. Cela marche durant un temps puis l'effet cesse. L'auteur dit s'être inspirée de la géologie terrestre (couche Sima voir http://en.wikipedia.org/wiki/Sima_%28geology%29) pour en déduire que l'administration simultanée ou presque de magnésium et de silicium facilite son absorption.

Elle préconise des prises de magnésium par 50 mg environ (un comprimé de Magné B6) à la fois et éventuellement à raison de 5 à 6 par jour en choisissant les moments de fatigue etc... D'où la nécessité d'une observations, la prise de silicium colloïdal ne serait nécessaire à raison de 5 gouttes que si la prise de silicium seul cause une sensation de gêne ou n'apporte pas d'amélioration. Les horaires privilégiées de prises sont 11, 17 heures et le soir. Tout cela me semble délicat à maîtriser d'autant plus que l'auteur préconise de ne pas systématiquement prendre de silice colloïdale. Il en résulterait un effet d'aquaplaning (p. 76). Autant la préconisation de ne pas prendre 300 mg en une fois et même en 3 fois est raisonnable autant l'introduction de cette figure est peu scientifique, elle ne repose sur rien et cette "vue de l'esprit" est complètement idiote dans le cas présent. Il faudrait prouver que le magnésium "glisse" sur la silice comme une voiture par temps de pluie sur de l'asphalte trop lisse !

Donc Ok pour la dilution de l'apport de magnésium mais l'auteur se contredit en conseillant de rééquilibrer l'eau minérale utilisée en ajoutant 15 gouttes de silicium par litre. Elle propose à ce sujet un comparatif qui ignore la Salvetat très pauvre en sodium donc intéressante mais riche en silicium (50 mg litre) et en bicarbonates, ce qui n'est pas toujours souhaitable. Le comparatif est du reste indigent, il ne mentionne pas le sodium et les bicarbonates ainsi que les sulfates qui participent de la caractérisation d'une eau. Je conseille donc pour ma part de retenir l'idée d'un apport diffus par l'eau de boissons mais en prenant une eau faiblement minéralisée (Mont Roucous) et en ajoutant du citrate de magnésium par exemple et de la silice colloïdale, voir de la vitamine C.

L'auteur prétend avoir amélioré tous les symptômes liés à une (fausse) carence en magnésium, fatigabilité, vertiges, maux de têtes, trouble de l'humeur, insomnies,compulsions alimentaires, baisses d'audition, bourdonnements d'oreilles et même surpoids, syndrome métabolique, résistance à l'insuline donc, hyperlipidémie, hypertension et elle avance une possibilité d'aide pour l'autisme, l'asthme, la dépression, l'épilepsie, l'Alzheimer, Lyme, Parkinson,sclérose en plaque, cancer... Il est clair que le magnésium est un nutriment important mais de là à régler un problème de diabète, d'hypertension etc... par le bon usage du magnésium, je demande à voir. Bien évidemment, l'auteur ne présente que peu d'observations est seulement pour des malaises assez commun.

Si l'idée d'associer magnésium et silice est( intéressante et se trouve validée par des études la construction d'un livre de 233 pages autour d'un développement théorique systématique autour de tous les troubles au sein duquel le magnésium est censé jouer un rôle est chose très artificielle. idée astucieuse pour booster les droits de l'auteur mais assez légère quant aux bénéfices à en attendre. Inutile à mon sens de dépenser 17,50 € dans l'espoir d'en savoir davantage. Consacrez les plutôt à faire un don à votre serviteur qui en a bien besoin pour mener ses investigations. Je rappelle que ceux qui n'ont jamais rien versé et se sont embusqués sur la listes des abonnées pourrait verser 5 ou 10 € de temps à autre ça ne les tuerait pas !  

Lire la suite

25/03/2015 | Lien permanent

Le silicium et son absorption

silicium-organique-g5-liquide-1l.jpgUne étude datant de 2009 m'a été signalée concernant le silicium qui est disponible en texte intégral avec ses illustrations. voir :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19356271

J'ai demandé à Jacques Valentin ce qu'il en pensait et il m'a signalé d'autres sources d'information.

L'acide orthosilicique OSA est la forme la plus bioassimilable dans l'état des connaissances, de ce fait la bière est une des meilleures sources de silice disponible :

http://www.sciencedaily.com/releases/2010/02/100208091922...

C'est aussi la forme qui a été la mieux étudiée :

http://www.nutraingredients-usa.com/Research/Silicon-may-...

http://www.docguide.com/silicon-may-play-important-role-b...

Et l'EFSA lui a accordé de titre envié de complément alimentaire :

http://www.efsa.europa.eu/en/scdocs/doc/ans_ej948_Choline...

Mais qu'en est-il du MMST (le G5 à base de méthylsiliconate de potassium). Le MMST est le plus assimilable avec la bière. La métabolisation est mesurée d'après le niveau d'excrétion urinaire qui témoigne du passage dans l'organisme.

Ainsi l'étude ne vise pas à définir quelle forme est la plus bénéfique par rapport aux tissus ayant une affinité pour Si. Et c'est bien là la vraie question. Bref l'assimilation est une chose et l'efficacité thérapeutique en est une autre.

Mais enfin quand j'écrivais ailleurs que le bon vin contient + de silicium que le G5 irlandais (135 mg de Si par litre) je ne racontais pas de blagues. Vous pouvez aussi boire de la bonne bière car le silicium de la bière combattrait l'ostéoporose. Voir :

http://www.bierengezondheid.be/index.php/articles/fr/cid=...

Il est également présent dans les haricots verts, les miens poussent sur un terrain très siliceux, ça doit faire !

Bref, je demeure persuadé que les offres de silicium organique qui tourne autour de 38 € la bouteille sont des attrapes couillons surtout pour 115 mg de Si par litre. On se fout du monde !

Le mien titre autour de 1 gramme/litre. Je rappelle que le G5 quand il s'agit encore de monométhylsilanetriol comme l'avait baptisé Dufaut est une dissolution de Rhodorsil 51 T, un produit industriel servant à imperméabilise rles maçonnerie et les terres cuites venant de Rhône Poulenc avant d'être tombé dans l'escacelle chinoise de Bluestar.

Un pratiquant de l'Airmed a testé mon silicum et l'a trouvé beaucoup plus actif que celui du commerce. Sous la forme liquide je le fais à l'aide d'une autre source de silicium que le Rhodorsil, une source allemande il serait nettement plus actif que le produit espagnol ou le G5 irlandais. En revanche, un essai avec le Rhodorsil a donné un résultat nul. Mystère et boules de gommes.  Je précise qu'il s'agit de tests subjectifs de type radiesthésistes qui demandent à êtrre confirmés. A suivre...


Lire la suite

19/02/2013 | Lien permanent

Argent colloïdal : la résurrection du Collargol...

vecteur-energy-livre-agent-colloidal.jpg

J'ai été amené à supprimer une note évoquant en particulier le livre de Jean-Patrick Bonnardel, pharmacien intitulé L'argent colloïdal, alternative naturelle aux antibiotiques.

Argent ionique et argent vraiment colloïdal

Cet auteur a tort lorsqu'il énonce que l'eau bi et tri distillée n'est pas conductrice. Elle l'est peu et c'est vrai. Il faut du temps pour la production d'ions par un courant continu et personne à m'a connaissance ne la sale pour la rendre conductrice. Mais il est vrai l'argent dit colloïdal obtenu par voie électrique ne l'est que fort partiellement.

C'est en fait un argent majoritairement ionique.

La matière première est disponible à la Cooper et chez Fagron

Seul le Collargol, disponible à la Cooper et chez Fagron est réellement colloïdal et il est possible d'obtenir des solutions et des gels nettement plus concentré qu'avec la voie électrique où on patine au delà de 15 à 20 ppm.

Problèmes de titrage

J'ai pu obtenir 25 g. d'argent colloïdal venant de la Cooper afin de faire des expériences. La dilution pose un problème et il reste un résidu insoluble vraisemblablement composé d'oxyde d'argent. Toutefois, j'ai pu constater que le gel obtenu avec ce produit est d'une efficacité assez extraordinaire sur les blessures d'un chat assez "macho". Il est assez misogyne comme son protecteur et est revenu couvert de plaies et de bosses. Trois à quatre applications en moins de 24 heures ont cicatrisé et séché les dégâts et le poil a repoussé à vive allure.Comparé à la bétadine le gel d'argent colloïdal est souverain !

Il se pose du fait des problèmes de dissolution pouvant être en partie solutionnés en chauffant à environ 50/55° un problème d'exactitude dans le titrage du fait qu'un conductimètre ne fonctionne qu'avec des ions et non des colloïdes. Ex : Si je dissous 1 g. de cet argent dans 1 litre je devrais avoir 1000 mS au moins. Ce n'est pas le cas. De sorte qu'en raison du résidu, on ne peut pas calculer exactement la concentration en argent et ce d'autant plus la poudre ne comporte pas 100% d'argent métal et que la proportion varie suivant les fabrication. Le Collargol est obtenu par réduction d'une solution de nitrate d'argent par un soluté de citrate ferreux alcalinisé par du carbonate de calcium. Mais ce n'est pas si simple car il semble exister plusieurs formules, une allemande et une française au moins. Il est cependant possible en fait de compte qu'elles diffèrent surtout par la nature et la quantité de protéines ajoutée pour diverses raisons.

Le Collargol sur le marché français

En tout état de cause, si l'argent ionique est loin d'être inefficace (j'ai quantité de témoignages à ce sujet), l'argent colloidal obtenu avec le Collargol est non seulement plus facile à fabriquer mais devrait coûter moins cher. A ce propos les prix varient entre la Pharmacie de la Croix Blanche à Dijon (de l'ordre de 12 € le litre) et les prix des produits du pharmacien Bonnardel. Toutefois, on ne trouve pas sur le marché de gel adéquat. La pharmacie indiquée ne propose qu'un tube de 15 g de pommade (lanoline/vaseline) à 1000 ppm. Un pharmacien ne pouvant vendre de produit contenant plus de 200 mg d'argent sans ordonnance. Du point de vue galénique ce n'est pas idéal et du point de vue quantitatif on ne va pas loin avec çà. Raison pour laquelle j'essaie de tester un gel à usage vétérinaire. Et en ce qui concerne la forme liquide, lorsque par exemple il s'agirait de traiter une sinusite avec obstruction des trompes d'Eustache, je serais plus enclin à conseiller le recours à du Collargol à 100 pm environ en nébulisations.

Nécessité d'un nouveau livre sérieusement documenté

Finalement le livre de Bonnardel reste le seul disponible (en librairie s'entend) pour ce qu'il en est des indications. La partie concernant la fabrication du produit comporte des inexactitudes et des insuffisances, elle mériterait d'être largement développée. C'est à cela que j'aimerais pouvoir m'atteler en plus d'une révision des indications mais à moins d'avoir envie de travailler pour le roi de Prusse, je crains de perdre mon temps si c'est pour en livrer gratuitement le produit et j'en ai assez de me dépenser pour la gloire.

En résumé, j'aimerais trouver le temps de repandre de A à Z la question de l'argent colloïdal tant du point de vue historique, pharmaceutique que clinique en faisant l'inventaire des produits existants sur le marché. Or l'Argentyn 23 et autres produits américains vendus cuir et poils ne me paraissent nullement supérieurs à une solution de Collargol que n'importe quel préparatoire pourrait délivrer.

Le Collargol un produit économique

Enfin le Collargol a l'avantage d'être plus économique et supérieur dans certains cas au moins à l'argent ionique dit à tort "colloïdal" qui est vendu à prix d'or. Maintenant que ceux qui ont un petit générateur n'imaginent pas avoir fait une mauvaise affaire. Ce que je leur conseille c'est au moins pour les usages externes ou de contact direct avec une muqueuse de ne pas se mettre martel en tête si la solution se trouble ou jaunit et cesse donc d'être incolore. Bien au contraire ! Mais il reste indispensable de recourir à une eau relativement pure (EPPI ou eau stérile).

Pour finir il y a quelque chose qui m'échappe du point de vue réglementaire : en effet comment se fait-il qu'en France où la DGCCRF veille scrupuleusement au grain on laisse des particuliers prospérer en vendant de l'AC à des prix faramineux tout en exploitant les allégations plus ou moins excessives qui prospèrent par ailleurs sur le Net. Je m'appelle pas à la répression mais il me semble que beaucoup de pharmaciens pourraient se charger de la vente de ce genre de produits et les préparer dans leur officines. Ce ne sont quand même pas des produits à consommer à jet continu fut-ce en petites quantités. Quand je vois à quel point on met l'AC à toutes les sauces, si j'en vendais, j'aurais peur de me faire taper sur les doigts.

Il me reste à synthétiser toutes les notes existantes sur l'argent colloïdal.

Lire la suite

04/03/2015 | Lien permanent

”Silice de prêle” : ras le bol des escroqueries et embrouilles à propos du ”silicium organique” (G5 et cie)

prele_champs_ps-1.jpg

Mise à jour du 26 septembre 2013

On me demande souvent quel silicium acheter. En dehors de la poudre de silice de prêle toute bête Dieti-Natura est le mieux placé sur le marché pour ce qu'il en est du Monométhylsilenetriol (MMST) de Dufaut :

http://www.dieti-natura.com/gammes-specifiques/la-gamme-au-silicium-organique.c.html

Voyez les ajouts en bleu.

Je rappelle que les catégories à gauche permettent de rassembler tous les posts traitant d'un même sujet

Je reprends cette note datée du 21 août dernier (2012) qui a fait l'objet d'une demande ce rectificatif de la part du Dr Yves Baccichetti. Je précise que j'ai réclamé une copie des travaux invoqués et que je n'ai pas reçu la moindre réponse après 8 émails reçus entre le 17/09 et le 6/10. Cela fait une quarantaine de jours que j'attends et j'estime que la plaisanterie à assez duré. Voici le texte du promoteur d ela silice de prêle avec mes commentaires:

Le droit de réponse du Dr Yves Baccichetti.

Cher Monsieur,

J'apprends par des lecteurs les affirmations qui figurent sur votre blog à propos du silicium contenu dans la prêle. Je porte à votre connaissance les éléments qui vous permettront de mieux informer vos lecteurs.

Les besoins journaliers en silicium sont de 2 à 10mg par jour, soit une moyenne de 6mg. Deux études l'ont montré, Utus et Seaborn en 1996 puis Seaborn et Nielsen. Quant à la quantité à absorber elle dépend de la biodisponibilité du produit. Par exemple pour une biodisponibilité de 10%, prendre 60mg, pour une biodisponibilité de 50% prendre 12mg etc.

Commentaire : j'ai vu d'autres chiffres supérieurs et si ces chiffres sont àprendre en considération, j'en déduis que boire une bouteille d'eau de Salvetat (pour ne citer qu'une marque) qui contient 72 mg de silicium par litre.

Parmi les différentes formes de silicium (16 000 – Voronkov), les plus utilisées sont: le SiO2 ou dioxyde de silicium; peu absorbable, toxique; par voix oral provoque fibrose rénale, hépatique, et cancer de l'oesophage; par voix respiratoire, asbestose et silicose. Les mécanismes intimes sont désormais connus: provoque l'augmentation du TNFalpha; la libération du NFkB, e destruction des membranes des mitochondries; figure dans beaucoup de préparations afin d'augmenter, mais de manière dangereuse, la teneur en silicium.

Commentaire : Là on aura compris que c'est le Dissolvurol en particulier qui est visé. C'est normal, c'est un très bon médicaments et surtout pas cher (surtout) qui est utilisé avec succès par les goutteux. Donc, il est clair qu'il faut faire peur aux gens pour vendre à la place un produit ruineux.

Le silicium colloïdal: il s'agit de silicium minéral en suspension, à la concentration maximale de 0,8mg/L; à cette concentration les doses de silicium absorbées sont minimes, même en buvant 1L/j et heureusement car il se révèle toxique entrainant immédiatement la mort des cellules qui l'absorbent (Chantal Lobry, faculté de pharmacie, Lille, 1986).

Commentaire : De quel "silicium colloïdal parle t'on, la silice extraite de la prêle n'est-elle pas colloïdale et comment pourrait-il en être autrement ? La encore c'est probablement le Dissolvurol qui est visé.

L'acide orthosilicique ou SIOH4; il s'agit de la forme soluble du SiO2; bénéfique lorsqu'il se trouve dans les eaux de boisson, il est difficile de l'utiliser pour une supplémentation en silicium car à la concentration de 10mg/L il commence à former des polymères lesquels ne sont plus actifs; certains y ajoutent de la choline, afin d'éviter la polymérisation, mais celle-ci a des effets nerveux sédatifs (Voronkov); à la concentration de 40mg/L, il détruit les mitochondries rénales qui ne peuvent plus fournir d'énergie et lèse les tubules rénaux (Policart).

Commentaire : Là je hurle ! On se fout carrément de ma gueule ou bien l'auteur de ses lignes écrit n'importe quoi. N'importe quel multivitamine B contient 100 mg de choline. Si la choline est à ce point toxique le ne peux qu'inviter mon interlocuteur à avertir d'urgence l'Académie des Sciences. Je n'ia pas communiqué cette découverte à mon collègue Jacques Valentin de Gestion Santé mais je présume qu'il va tomber de sa chaise en lisant cette énhaurmité. 

Les silanols, connus sous la dénomination « silicium organique »,  lorsque leur concentration atteint 0,8mg/L ils forment des macromolécules et précipitent. Il n'est alors plus absorbable par la muqueuse intestinale; il faut donc en boire plusieurs litres par jour pour subvenir aux besoins.

Commentaire : Là c'est le "G5" qui est visé ! On notera qu'il s'agit d'une affirmation non documentée. Or je m'inscris en faux contre elle. Je faisais du "G5" pour ma consommation perso et ce après m'être concerté avec un ancien élève de Duffaut, un octogénaire qui a dirigé un laboratoire de recherches chez Rhône Poulenc avant de se faire nommer professeur de chimie organique à l'Université de Bordeaux. J'ai donc appris à calculer le poids de silicium à partir de la formule et je peux certifier qu'il faut dépasser 1 g/l de silicium élément pour observer des précipitations.

Oser affirmer qu'on ne peut pas dépasser 0,8mg/L c'est un mensonge éhonté du reste et d'après mes calculs les solutions de G5 disponibles annoncent des taux qui sont de plus de 100 fois supérieurs.

Quant à la possibilité de l'assimiler par l'estomac, Dufaut avait conclu par la négative mais dans la mesure où on ne peut douter que des personnes ont eu des résultats (même si je n'en ai pas relevé dans mon entourage) une partie est assimilée tandis qu'une autre est transformée en silicone et éliminée par les selles.

Tout ceci fait qu'il est préférable de s'adresser au silicium contenu dans les plantes. La prêle est une des plantes les plus riches en silicium (Voronkov). Elle contient du silicium sous de nombreuses formes: silanols, acide orthosilicique, silicium lié à des protéines, des sucres, de l'azote, ce qui est objectivé par la spectrométrie de masse (Lenny Sapei).

Il faut éviter le silicium contenu dans les parois de la plante; très dur et abrasif, irritant pour l'intestin. Il se trouve dans les poudres, gélules, comprimés. Il faut recourir au silicium contenu dans la sève de la plante. 

Commentaire : on notera que cette affirmation d'une abrasion de l'intestion n'est pas documentée. C'est encore pour faire peur selon les procédés habituels du "Système" qui implante toutes sortes de peurs pour tenir les gens à sa merci et les transformer en esclaves dociles. Personne n'a jamais rapporté d'inflammation des intestins dus à la poudre de prêle alors qu'elle est prescrite à raison d'une cuillère à café rase par l'herboristerie Blaise à Marseille par sa titulaire depuis une quarantaine d'années qui me l'a certifié au téléphone récemment.

Pour les teneurs en silicium de cette plante: 10 à 15%; certains expriment des teneurs non pas par rapport à la plante fraîche mais par rapport à ses cendres, ce qui aboutit à des pourcentages fort élevés. Seule la prêle des champs est bénéfique; toutes les autres variétés sont plus ou moins toxiques, notamment la prêle des marais. Des hybridations sont possibles, la plante présente alors un degré de toxicité. Il est difficile de les reconnaître, et les moyens sont microscopie ou chromatographie, comme développé dans l'ouvrage de référence des botanistes Anthon et Wischtl.

Commentaire : je ne suis pas idiot, ni les ceuilleurs, les botanistes savent distinguer les différentes espèces, l'une d'elle étant toxique pour les cheveux. Quant aux risque d'hybridation, c'est encore une peur qu'il s'agit d'implanter pour justifier, une fois de plus un produit cher, enfin la prêle adéquate peut être cultivée aisément et il n'y a pas nécessité de faire appel à la chromatographie pour s'assurer de la conformité des lots à moins que la réglementation ne l'impose.

Silice de Prêle contient 600mg/L de silicium, et non pas 8,2g, provenant dela sève de la plante. Elle est produite par pression à froid afin de ne pas contenir la soixantaine de phénols contenus dans la prêle, lesquels ne permettent pas un usage prolongé. C'est pourquoi tisanes et décoctions de prêle ne doivent pas être utilisés plus de trois semaines.

Le sommet du mensonge éhonté !

Commentaire : le dosage phénoménal invoqué autrefois a été rectifié. Se peut-il qu'il se soit agi d'une erreur involontaire. Qu'importe ! Quant à la soixantaine de phénols contenus dans la prêle premièrement on ne voit pas comment la pression à froid les éviteraient et deuxièmement c'est archi faux ! Parmi les matières médicales que je possède celle de Max Rombi (Arkopharma) qui se réfère à 15 travaux scientifiques ne mentionne aucun toxique. J'ai donc téléphoné à l'herboristerie Blaise pour m'assurer qu'il n'existerait pas des travaux contradictoires plus récents.

Sur les conseils, de la descendante du Père Blaise je viens de téléphoner à la Société d'Ethopharmacologie de Metz qui est dirigée par le Pr Fleurentin qui a succédé à Jean-Marie Pelt qui ont consulté en temps réel l'ouvrage de Anton et Wischtl, la source invoquée par mon interlocuteur dans lequel il n'existe aucune mention de phénols. En fait de malhonnêteté foncière c'est un comble !

S'il est une chose qu'il convient d'éviter à tout prix, c'est de me donner du "Cher Monsieur" si c'est pour me prendre pour un con. Je ne recherche pas la publicité mais une fois n'est pas coutume, j'invite mes lecteurs à faire la large publicité à la manipulation et à la publicité mensongère dont on escomptait me faire le propagateur.

Loin d'en être fâché, je suis ravi de cette tentative de subornation car ou qu'elle risque fort de servir de leçon à ceux qui voudriaent marcher sur les traces du Dr  Baccichetti, elle ne va sûrement pas porter chance à son commerce. Enfin on ne pourra pas me reprocher de prendre qui que ce soit en traître. Cela faisait plus de 40 jours que j'attendais une réponse.

Pour en terminer avec la prêle elle serait contre indiquée en cas d'hypertension et ses propriétés hémostatiques imposeraient une certaine prudence dans certains troubles cardio-vasculaires mais encore m'a t-on précisé que pour qu'elle présente un risque il faudriat en absorber beaucoup plus que la dose usuelle...

Le post original commence ici

On me questionne régulièrement sur le fait de savoir quel est le meilleur silicium organique et j'en ai plus qu'assez de répéter 36 000 fois la même chose. Donc cette fois on va en finir une bonne fois pour toutes !

Donc je répète pour la dernière fois ce que j'ai déjà dit avec quelques détails techniques en plus ! Lisez bien et ne me posez plus de questions à ce sujet !

1) Norbert Duffaut a préconisé l'utilisation d'une dilution de méthylsiliconate de potassium dans une eau acidifiée avec divers acides. J'utilise l'acide citrique. les fabriquants de G5 utilisent l'acide phosphorique qui à la longue n'est pas top selon votre serviteur.

2) Ce méthylsilicontate se trouve dans le Rhodorsil 51 T, j'ai bien dit "51 T" car il y a 36000 formes de Rhodorsil. Ce produit fabriqué à l'origine par Rhône Poulenc est maintenant dans l'escarcelle des chinois (Bluestar) qui ont repris l'usine. On le trouve également dans le SILRES BS16 de Wacker. Le premier est une solution à 47%, le seocnd à 50%. Ces produits industriels sont prévus pour imperméablisier les terres cuites et les maçonneries. Voyez les fiches de sécurité, ce sont des produit corrosif et hyper basique.

Voir http://www.ellsworth.fi/UserFiles/file/DATABLAD/Bluestar/...

3) Duffaut estimait que cette dilution n'était pas assimilable par voie digestive.

4) Loïc le Ribault a prétendu avoir amélioré la molécule pour la rendre buvable. C'est faux archifaux! Il a tout simplement repris la procédure de Duffaut. Ses brevets (sans valeur, on n'a aucune preuve que ses "inventions" aient été reconnues, il a du reste fait du fric en distribuant des licences bidons) le prouvent. Duffautt s'étant suicidé car tout le monde sauf lui a gagné de l'argent (à commencer par un labo monégasque qui a racheté les brevets valides). La voie étant libre LLR s'est servi du silicium organique finalement basé G5 pour se refaire financièrement.

5) Il faut savoir que si LLR a eu des ennuis judiciaires et a du fuir ce n'est pas parce qu'il a découvert une panacée médicale susceptible de faire du tort aux pharmaciens mais parce qu'expert en micro analyses il a craché dans la soupe et s'est mis à dos la Gendarmerie Nationale et la Défense Nationale en révélant notamment les dessous de l'explosion de la fameuse "Maison des têtes" à Toulon et autre "affaire d'Etat". Bref, s'il avait fermé sa grande gueule, on lui aurait foutu une paix royale ! Il aurait pu vendre n'importe quoi sans être inquiété.

6) Le "G5" a été monté en épingle avec la complicité d'un journaliste attaché à l'époque à un certain quotidien régional. Des légions de vieux et de veilles rhumatisant(e)s ont cru à un complot visant un nouveau médicament. Or d'après mon enquête, je n'ai pas pu obtenir de preuves flagrantes de l'efficacité du "G5" buvable. J'ai fourni de ce "G5" d'une génération datant de la grande époque, c'est-à-dire antérieur à celui du labo irlandais à une dame qui prétendait que les versions ultérieures sont inefficaces. Il reste quelque part entre 100 et 200 lmitres de ce G5 historique... Et bien j'attends toujours que cette dame ait la délicatesse de me faire part des résultats de son essai comparatif. A mon avis si elle ne s'est pas manifesté c'est qu'elle n'a constaté aucune différence à l'avantage de l'original...

7) Les "G5" existant sur le marché actuel à commencer par la version espagnole n'ont strictement rien à voir avec le monométhylsilanetriol de Duffaut. Il s'agit d'acide orthosilicique stabilisé par de la choline. L'EFFSA a interdit le monométhyl en solution buvable au motif que la preuve de son innocuité et de son caractère assimilable n'aurait pas été fournie.

8) Bref, il n'existe plus comme monométhylsilanetriol buvable que le produit du labo irlandais fondé par LLR avec l'aide de son principal amant de l'époque. Baptisé pour la circonstance, "préparateur en pharmacie" ledit amant n'a probablement été que simple vendeur dans une pharmacie proche du labo de LLR. Lors de mon enquête j'ai été frappé par certains traits de mythomanie présents dans la geste de Le Ribault. Ces traits m'ont fait tiquer et ça me rappelait quelque chose de relativement familier sans que je parvienne à trouver l'explication. C'est un jour en discutant avec le commercial d'un labo exploitant une parque de silicium que j'ai fini par comprendre. Celui-ci m'a révélé que l'éditeur belge de LLR aurait déclaré lors d'un dîner mondain, que LLR étant "pédophilie" il aurait eu besoin de beaucoup d'argent. Il suffisait de traduire "pédophile" par "homosexuel" pour que la personnalitté de LLR s'éclaire et en particulier son type de mythomanie. Comme indiqué cela me rappelait le comportement particulier de "phénomènes" auxquels j'avais été confronté. Une recherche sur Google avec comme mots clefs "Loïc le Ribault + homosex" me fit découvrir une page sur les mystérieuses circonstances du décès de LLR où un "concubine" qualifiée de "fausse" par une certaine doctoresse auriat joué un rôle  qualifié de très suspect. Par la suite une dame qui avait hébergé LLR et se trouve être l'une des personnes m'ayant légué une part de ses archives personnelles m'a confirmé qu'à Biganos lors de la kermesse où il s'est vendu tant de bouteilles de G5, LLR avait un rabatteur qui lui amenait un ou deux jeunes pour ses ébats nocturnes.

Je n'ai rien contre les "homos" mais je dois à la vérité de constater que certains sont prédisposés à un type de "mythomanie" assez emblématique. Ayant été en contact avec certains milieux artistiques, j'ai été payé pour le savoir et c'est dommage que je n'ai pas pris de notes car j'aurai pu gagner beaucoup d'argent en publiant un "journal" ou mes mémoires. Bref le type de mythomanie que je viens d'évoquer est bien une clef psychologique pour comprendre la manière dont Le Ribault fonctionnait. Je ne me suis pas étendu dans mon livre sur cet aspect de la question mais l'on pourra constater que ce n'est pas un hasard si le CARME a été racheté par un golden boy de l'immbolier, le fameux Pascal Jeandet, la reine des nuits folles d'Ibiza (et de Paris) des années 90...

9) Les divers "G5" étaient remplis de parabens et le labo irlandais a proposé une version "sans" qui a permis d'en au

Lire la suite

27/09/2013 | Lien permanent

Le régime cétonique aggraverait la résistance à l'insuline

Imlage12.pngJ'entends souligner, au cas où on ne l'aurait pas compris que je ne suis pas là pour fournir des solutions toutes faites, c'est de toutes façons impossible car toute médecine doit être individualisée, il s'agit donc seulement de fournir des éléments de réflexion et de discernement afin que chacun puisse discuter de la conduite à tenir avec le médecin, voir d'en changer s'il s'avère qu'il est ignorant ou par trop arrogant. Vive la sélection naturelle !

Hier, en rédigeant mon dernier post, j'ai mis en évidence un phénomène d'aggravation de la résistance à l'insuline par les régimes low carb dont le régime cétonique en rapprochant mes observation d'une mention trouvée par hasard indiquant que la résistance à l'insuline se traduit par la libération d'acides gras dans la circulation dont la nutrition des muscles s'accommoderait. Avec, si j'ai bien compris production de néoglucogenèse par le foie pour compenser. Cette néoglucogenèse un médecin de ma connaissance l'avait mentionnée au fond comme preuve que l'homéostasie du corps et son système de compensation et donc d'une manière relativement positive.

En fait il semble n'avoir pas "capté" qu'il y a derrière ce que j'ai observé une véritable aggravation de la résistance à l'insuline. Rien d'étonnant, je n'ai jamais trouvé nulle par dans un texte en français de relation entre la résistance à l'insuline et la libération d'acides gras dans la circulation. Pourtant ce n'est pas faute d'avoir cherché !

Or un correspondant vient de me confirmer qu'il a lui-même constaté le même phénomène et m'a indiqué un article en anglais évoquant ce problème :

http://freetheanimal.com/2014/10/physiological-resistance...

Cet article est quasiment illisible lorsqu'il est traduit par le traducteur automatique de Google mais le problème que je viens de découvrir semble être plus ou moins une sorte de "lieu commun" dans les milieux américains intéressés à la recherche. C'est encore l'occasion de constater que si en France, les médecins sont hostiles en général au régime cétonique ce n'est nullement du fait de connaissances rationnelles mais par tradition de ROUTINE imposée par une Académie de notables dont on ne connait hélas que les plus sinistres travers (compérage, dépendance envers Big Pharma qui les sucre, mentalité mandarinale de merde, tendances à abuser de la chirurgie et de certains examens invasifs avec suppléments etc...).

Bref une fois de plus on constate que la France est à la traîne... Et il faut l'aide du "Saint Esprit" pour tomber sur des détails déterminants mais comme visiblement lui aussi est dur à la détente, je présume qu'il doit également manquer de potassium... il a du reste déserté complètement le Vatican, le dernier concile par la merde qu'il a provoquée a largement prouvé qu'il a bel et bien brillé par son absence...

Considérant ce que je viens d'énoncer, je ne suis pas étonné qu'en coulisse le bruit court que le régime cétonique dans le cas de cancer s'avèrerait plus ou moins décevant. ce que l'on aurait pu deviner si l'on avait découvert avant moi le détail indiqué plus haut à savoir l'existence d'une libération d'acide gras aboutissant à une surproduction de néoglucose !

Bref, il est quand même EXTRAORDINAIRE qu'en France il faut que ce soit des non-médecins qui en arrivent à mettre le doigt sur des évidences. Mais bonté divine, l'information va forcément circuler et je vous invité à faire pression sur vos toubibs et vos mandarins pour qu'il se décident à complètement clarifier cette question et non en s'en tenant à la routine d'une norme du "manger normal", expression qui, dans les circonstances actuelles n'a aucun sens dans la mesure où tous les aliments sont pratiquement dégradés et plus ou moins pollués ce qui fait qu'un régime ancestral ne peut pas l'être puisque, par exemple, le beurre et les laitages sont désormais pasteurisés. Maudit soit le sinistre personnage auquel on doit la disparition de la lipase du beurre et du lait ainsi que des tonnes de vaccins remplis d'aluminium et de mercure avec les combines des vaccins combinés afin d'imposer ceux qui ne sont pas obligatoires. bref, devant tant de malhonnêteté et d'absence de curiosité et de rigueur intellectuelle, on a bien le droit d'être en pétard !

L'article évoque reste à analyser et j'espère revenir sur cette question mais en attendant il m'a paru nécessaire de sonner le toscin !

Lire la suite

29/04/2015 | Lien permanent

Argent colloïdal ”mécanique” à 20 ppm, Jean Silbermann alerte la DGCCRF

3495160795.jpgDeux énigmes à résoudre...

J'ai signalé dans un post récent les anomalies de titrage de cet argent dit colloïdal, anomalies repérée par un lecteur que je connais bien pour être en contact régulier avec lui car c'est un utilisateur régulier de ce type de produit en aérosol qui lui a permis, jusqu'à présent, de plus ou moins limiter une infection bronchique dont souffre son épouse.

Cette anomalie de titrage, totalement inexplicable quelque soit la nature chimique ou ionique de cet argent, a été confirmée sur Amazon par un autre consommateur de sorte qu'on trouve des chiffres variant entre 340 et + de 800 ppm. Si le chiffre serait de l'ordre de 100 mS sont aberrants.

Or un autre mystère s'ajoute à ce phénomène : Naturwaren indique que cet AC est obtenu par un procédé mécanique. Ce qui ajoute une énigme de plus. Le broyage comme méthode a été abandonné depuis longtemps. J'ignore s'il est possible de procéder à un broyage mécanique à l'échelle nanoparticulaire et j'ignore comment réagirait un conductimètre dans une telle solution.

Côté Naturwaren l'arrogance est au rendez-vous !

Bref, l'alerte que j'ai lancé à décidé plusieurs lecteurs à réagir et à contacter Naturwaren et l'on me rapporte que les réactions sont teintées d'arrogance. Il parait qu'il faut montrer patte blanche pour contacter la directrice des produits de marques Dr Theiss, Naturwaren n'étant que le distributeur.

Bref, c'est le déni complet. On prend de haut les demandes d'explications, en prétendant y avoir répondu. Or en parlant d'obtention par voie mécanique on ne fait que collectionner les verges pour se faire battre.

L'argent colloïdal Dr Theiss passe de la catégorie "bien être" à la catégorie "cosmétique"

Ce déménagement sous la forme d'un changement de rubrique vient de m'être signalé par le lanceur d'alerte qui m'a signalé le titrage excessif.

Le produit est vendu pour un "usage externe" aussi n'avait-il rien à faire dans les produits de "bien être" quoique l’appellation soit vague. mais ce classement démontre qu'on tablait le vendre à des gens voulant en faire un usage interne. Le changement de rubrique montre que Naturwaren a compris que la firme risque de se faire taper sur les doigts.

Jean Silbermann, auteur d'un livre sur l'argent colloïdal prend le parti d'alerter la DGCCRF de Paris

L'auteur vient de me communiquer le texte de son signalement. Il n'a pas encore reçu d'accusé de réception mais à présent il va falloir que les pouvoirs publics mettent les pieds dans le plat. je tiens à souligner que s'il en résulte qu'en France, on devra s'adresser à des pharmaciens pour obtenir ce genre de produit toute personne désireuse d'en utiliser conserve la faculté de le produire à l'aide d'un appareillage dérisoire. Mais il faut en finir autant que possible avec les marchands qui trafiquent en jouant sur le domaine de la Santé.

Voici le texte en question, on ne peut plus supporter que ces marchands puisse se foutre le la gueule des consommateurs en racontant n'importe quoi ! La suite au prochain numéro 

A transmettre au spécialiste concerné de la DGCCRF Merci

Bonjour,

Concernant l'argent colloidal, j'ai publié un livre chez Ambre pour donner tous les éclaircissement critiques sur l'emploi de ce produit actuellement considéré par beaucoup de consommateurs comme une sorte de complément alimentaire et même de "vitamine". Les recherches que j'ai du entreprendre me qualifient pour traiter la question.

Voir la table du livre sur http://www.editions-ambre.fr/DocumentationPDF/TableDesMatieres/TabMatArgentCol.pdf

Mon attention a été récemment attirée sur l'argent colloidal à 20 ppm vendu sous la marque Dr Theiss par Naturwaren. Deux consommateurs ont relevé des titrages en ppm et en microSiemens ahurrissants. Dans le cas que je connais personnellement, les mesures ont été faites avec deux conductimètres dont 1 est un matériel venant de Hanna.

Les mesures les plus hautes plafonnent à + de 800 ppm.

Or il est IMPOSSIBLE d'atteindre de tels titraged avec une solution ionique (obtenue par électrolyse) ou avec une solution chimique type collargol. Lorsqu'on téléphone à Naturwaren l'interlocutrice prend les choses de haut et nie. Lorsqu'on demande la nature de l'argenton vous répond qu'il est obtenu par voie mécanique (c'est confirmé sur le site). Or si on a utilisé le broyage dans l'Antiquité depuis la vogue de l'argent colloidal remontant a plus d'un siècle cette voie a été abandonnée. A moins qu'il ne s'agisse de nanoparticules (ce qui est nié par le site) cette voie mécanique reste un mystère. De toutes facons, le problème des mesures qui crévent le plafond indiqué sur les flacons demeure quant à atteindre le chiffre relevé sur Amazon.

https://www.amazon.fr/Argent-Collo%C3%AFdal-20-ppm-litre/dp/B00IFSTOZQ

De quelque points de vue que l'on aborde la question, on est en présence d'une double énigme. j'attire votre attention sur le fait que le fabriquant se protège en marquant sur le falcon usage externe sans doute en très petits caractère alors que l'on sait que les consommateurs l'utilisent majoritairement par voie interne.

D'autres abus sont à noter à propos d'argent chimique, en l'occurence de Collargol, vendu cette fois parun ex pharmacien reconverti dans le trafic des compléments alimentaires, Jean-Patrick Bonnardel dont j'ai ratiboisé les boniments dans mon livre. Non seulement ce type m'a prouvé par ses dires qu'il a du dégoter son diplôme de pharmacien dans un paquet de Bonux mais il apparait qu'il vend librement des produits à base de Collargol dont le contenu en argent élément dépasse les taux de délivrance imposées aux pharmacie. J'ai déduit la possibilité d'une infraction par comparaison avec les informations que m'a transmise la pharmacie de la croix Blanche de Dijon, qui elle respecte la réglementation.

C'est par le même canal que j'ai appris que l'iode, sous forme de teinture et de solution de Lugol est soumise également à des restrictions de délivrance. Ainsi la solution de Lugol à 5% définie par le Codex de 1937 nécessiterait une ordonnance. La teinture à 1% serait libre en délivrance limitée à 60 ml. Bref ce qui choque c'est que Siver47.eu marchand domicilié en France vend la solution de Lugol à 6% au litre et qui plus est au prix faramineux de 229 € alors que 1 litre de Lugol à Dijon reviendrait à 75 € tout en nécessitant une dizaine d'ordonnances. Il est possible que ce marchand ait apposé une mention "usage externe" ce qui le cas échéant ne le devrait pas protéger car il parle bien d'administration de gouttes à 6 mg en se référant aux doses préconisées par un spécialiste américain le Dr Guy Abraham dont les recherches se bases sur les apport alimentaire en usage au Japon.

Je suis tout à fait persuadé que les apports recommandés officiellement chiffrés en mcg sont dérisoires en comparaison des besoins réels mais j'ai contre les marchands de compléments alimentaires français et européens une haine féroce dans la mesure où en cas de contestation ils ont le culot de prendre les choses de haut en se comportant avec une arrogance insupportable.

La délation ne fait pas partie de ma culture mais ce sont des truands qui vendent leurs produits 3 à 6 fois plus cher qu'au USA. Il y a peu de pharmaciens qui ne sont pas des épiciers spécialisés et font leur boulot mais quelque soit le caractère éminemment discutable de normes type ARJ appliquées chez nous aux compléments alimentaires j'estime qu'il est nécessaire d'éradiquer les trafiquants qui profitent d'un régime applicables aux cosmétiques pour frauder aussi je vous saurai gré de bien vouloir vous gendarmer pour enquêter sur ce type de trafic et éventuellement procéder à des poursuites si nécessaire.

Merci d'avance de bien vouloir me tenir au courant du suivi.

Concernant la marque Dr Theiss la responsable est une certaine stella.melendez"at"drtheiss.fr mais il faut montrer patte blanche pour qu'elle lise le courrier. Enfin vous pouvez toujours contacter Naturwaren par téléphone 03 88 59 89 69.

Espérant vous lire,

JS

L'argent colloïdal Dr Theiss n'est pas un produit à consommer par voie orale

Compte-tenu des titrages excessif et de l'obscurité régnant quand à la nature physique de ce composé, il existe un risque sérieux d'ARGYRIE.

D'autre part, si vous souhaitez utiliser de l'argent colloïdal en usage externe, je vous conseille une fois de plus de vous rapprocher de la Pharmacie de la croix Blanche à Dijon ou de toutes pharmacie qui voudrait se charger de confectionner un gel à base de Carbomer.

C'est pas compliqué ! On dissout la quantité de Collargol souhaitée en mg/l dans de l'eau distillée. On répand en surface 10 g. de Carbopol 980 que l'on laisse s'imprégner d'eau (de préférence tiède). On brasse avec un fouet et pour faire prendre la mixture en gel, on ajoute la dose requise d'une base adéquate. J'utilise pour ma part le méthylsiliconate de potassium qui possède un effet locomotive.

Je n'ai pas mais on doit pouvoir utiliser une solution de bicarbonate de sodium ou de potassium qui aurait l'avantage d'ajouter une molécule que n'aime pas le Candida Albicans lorfsqu'il cause des dommages en externe. L'idéal dans ce cas de figure serait de pouvoir ajouter de l'acide caprylique. Cela dit je ne vends rien, ce sont là des suggestions à débattre avec votre apothicaire préféré. Il va de soi que ni votre serviteur ni J.S. n'ont d'actions nulle part...

Dans ce monde de truand, revisiter la célèbre formule de Descartes en J'emmerde donc je suis ! est susceptible, faute de mieux, de conserver le goùt à l'existence !

Lire la suite

29/06/2016 | Lien permanent

Affirmations mensongères

Je viens de recevoir de Christian Cotten une circulaire contennat les affirmation suivantes:

Distribution du Silicium G5 en France : contrairement aux rumeurs qui courent sur Internet ou ailleurs, le Silicium Organique G5 reste tout à fait autorisé en France et en Europe, en tant que cosmétique et ce, sans aucun changement dans sa formulation et ses procédés de fabrication.

EXACT: le monométhylsilanetriol (CH3 Si OH3) ne peut plus être vendu en tant que solution buvable (complément alimentaire) et Cotten recommande de boire un "cosmétique". Curieusement et aux dernières nouvelles Dieti-Natura propose toujours à boire du monométhylsilanetriol.

Suite aux études scientifiques en cours demandées par les autorités européennes au laboratoire LLR-G5 Ltd, le G5 devrait retrouver son statut de "Complément Alimentaire" dans quelques mois.

DOUTEUX : L'EFFSA n'a pas réclamer quoique ce soit, c'est à un éventuel pétitionnaire de fournir les preuves d'innocuité et d'assimilation d'une molécule afin d'obtenir son inscription dans la liste européennes. Mais si un laboratoire obtenait ajout à la liste tous les producteurs en bénéficieraient... Je doute que le problème puisse être résolu dans "quelques mois". Le seul labo possédant le recul suffisant pour produire les garanties exigées est Exsimol à Monaco. Le fera t-il ?

Les autorités compétentes nous ont demandé quelques changements dans l'étiquettage, qui seront mis en oeuvre prochainement, en nous confirmant que le produit restait tout à fait autorisé en tant que cosmétique, ce qui ne change strictement rien à l'usage que chacun peut en faire.

POSSIBLE : Mais quand les emballages auront été modifiés, les clients vont-ils accepter indéfiniment de boire un "cosmétique" sans se poser de question.

Aucun autre laboratoire européen ne fabrique de produit identique à base de monosméthylsilanetriol, la molécule qui a fait la notoriété et la réputation du Silicium Organique G5,

ARCHIFAUX : 36000 laboratoires fabriquent du "G5" parfaitement identique au produit irlandais au dosage près, le plus souvent avec parabens et conservateurs. Ces ajouts sont inutiles et indésirables. Je fabrique mon propre "G5" depuis plusieurs mois et il se conserve parfaitement et sans dépôt à une concentration légèrement supérieure à 1 g. de silicium élément par litre.

Le procédé de fabrication est ultra simple, il est indiqué d'une façon relativement cryptée dans mon livre à paraître mais si ça continue je vais publier un fac simile du procédé indiqué par Le Ribault dans un document conservé dans des archives que LLR a laissées chez un certain Jacques Declercq. C'est une recette pour 150 litres de mélange qui n'as rien de sorcier ! La matière première est un produit industriel qui se vend par 25 kg et sert à imperméabiliser les terres cuites (briques, tuiles etc...). Elle se trouve être déclinée dans une infinité de produits que l'on trouve en droguerie sous une forme plus ou moins diluée. Si j'étais sûr que l'eau utilisée pour la dilution répond à certain critères de pureté, je ne manquerais pas d'en donner la liste.

MORALITE : Si vous voulez acheter du silicium organique exigez pour le moins l'absence totale de parabens et de conservateurs ainsi que le dosage en silicium. Rien que cela suffit à éliminer le "G5" irlandais en raison de la présence de parabens. A noter également que la concentration en silicium élément est ridicule.

Le "G5" irlandais ne contient que 115 mg de silicium élément par litre. On se fout du monde, un bon pinard peut en contenir autant. Ca fait cher pour de l'eau minérale !

qui reste à ce jour le produit qui fait l'objet du plus grand nombre de recherches et publications scientifiques.

ARCHIFAUX : Où sont-elles ces études. On demande des références car à supposer que Verardot se soit abouché avec une université anglaise pour ces études elles n'ont jamais été publiées nulle part. Aucun laboratoire en fait n'a publié quoique ce soit pour la simple raison qu'une avancée dans ce domaine serait plus ou moins confisquée par tous les conccurents vendant du silicium organique.

Aucun autre laboratoire européen ne peut revendiquer savoir produire un Silicium Organique G5 qui serait équivalent au produit d'origine, le G5 d'Irlande, exclusivement fabriqué par le laboratoire LLR-G5 Ltd fondé en 99 par Loïc Le Ribault et Luc Vérardo.

ARCHIFAUX : Encore une fois c'est un mensonge éhonté ! Le Ribault n'a jamais amélioré la formule de Duffaut consistant à diluer du méthylsiliconate de potassium dans une eau légèrement acidulée avec de l'acide citrique et/ou de l'acide phosphorique. Pour obtenir 1 litre de "G5" irlandais il suffit d'environ 1 ml d'une solution de méthylsiliconate à 47%. Le cours du produit de base ces dernières années était au sortir de l'usine d'à peine plus de 2 €uros le kilo. Et avec 1 kilo on fait presque 1000 litres de "G5" !

Conclusion : Il faut arrêter de se foutre du monde avec cette arnaque monumentale ! Le silicium organique est efficace dans certains limites mais sont exploitation est sans doute l'un des commerces le splus juteux existant au monde...

Lire la suite

25/08/2010 | Lien permanent

Silicium organique : Dexsil déclare la guerre à ses principaux concurrents...

dexsil-06502110.jpg

 

J'ai reçu ces jours-ci une plaquette du Labo Dexsil de 8 pages qui est destinées qui s'adresse aux distributeur revendeurs de silicium organique.

Cette plaquette offensive vise manifestement à casser les reins à la concurrence car au final elle invitent particulier et entreprises à porter plainte contre les marques désignées à la vindicte populaire. A défaut, les revendeurs choisiront Dexsil pour n'avoir pas de problèmes. Le labo belge ayant pour lui l'avantage d'être distribué en pharmacie.

Tout cela, il faut en convenir est assez malhonnête et je ne peux relever ces faits sans les commenter en toute indépendances.

Contenu de la plaquette

Elle vise à dénoncer 4 infractions qui sont ainsi détaillées :

1.       Présence de monométhysilanetriol interdit depuis le 31/12/2010 en tant que complément alimentaire.

2.       Tromperie sur la concentration en silicium.

3.       Etiquetage erroné du titre alcoolique.

4.       Compléments alimentaires "déguisés en cosmétiques buvables.

Un acte de guerre caractérisé

Cette plaquette de 8 pages vise à éliminer du marché tous les concurrents importants du labo Dexsil, en particulier la famille Janet (Dynasil), les deux G5, les produits du Dr Saubens. Et ce en faisant peur aux revendeurs et en lançant un appel à la délation.

Concernant, les revendeurs, ceux-ci ne peuvent pas être inquiétés quand ils revendent un produit fabriqué en Europe.

Cette offensive directe auprès des "maisons de régime" a été assortie par la création d'un Web rappelant la réglementation européenne qui se présente de telle manière que l'on puisse croire qu'il s'agirait d'une initiative officielle. Or ce ne peut être le cas et sans nul doute ce site hébergé par la société OVH située dans le nord de la France à la frontière belge est une création de Dexsil. Il faut rappeler que OVH avait hébergé l'un des miroir d'un célèbre Wikileaks...

Argumentation détournée

Je dois dire que je suis profondément choqué par cette manigance et par-dessus le marché cette brochure reprend l'une de mes idées en comparant le dosage des concurrents à celui d’une demi douzaine d’eau minérale en silicium élément. C’est que j'avais affirmé en substance que le G5 irlandais c’est quasiment de l’eau minérale. Or Dexsil est abonné à mon blog…

Si le produit de Dexsil tient ses promesses à 20 mg près, quand on sait faire les opérations élémentaires en arithmétique on trouve qu’un litre de silicum buvable de Dexsil dosé à 840 mg, cela ne fait guère que 10 fois 84 mg, soit un peu plus de 10 litres de Salvetat. Alors faites les comptes vous-mêmes en termes de prix de revient !

Je n’apprécie guère de voir qu’un labo qui est en train de se comporter comme un requin se sert des éléments que je publie pour faire son beurre et je pourrais très bien me fâcher.

Petit rappel

En voulant éliminer de façon aussi sauvage tous ses concurrents par un appel à la délation, Dexsil oublie que la fortune de ses actionnaires repose sur l'exploitation antérieure d'un méthylsiliconate de potassium de qualité non pharmaceutique puisqu'il s'agit d'un vulgaire produit de droguerie (le Rhodorsil 51T ou le Silres BS16) destiné à l'origine à l'imperméabilisation des murs ou des terres cuites, produit dont on trouve de nombreux dérivés dans le commerce et notamment dans les "Points P".

A propos d’une histoire de corbillard

Dans mon livre, je raconte que la première fabrication industrielle de G5 pour le compte de Le Ribault est le fait d’un chimiste grassois et que le produit a transité entre la cité des parfums et la région de Bordeaux dans un corbillard qui appartenait à un entrepreneur marseillais censéavoir été une émanation de la maffia locale.

Question ! Qui donc est ce chimiste grassois, comment s’appelle t-il et où le retrouve t-on ? RV dans mon livre…

Chiffre d’affaire en chute libre

En même temps que je recevais la plaquette de Dexsil, un mail arrivait provenant d’une dame qui s’inquiétait après avoir, à Libourne acheté leur produit chez un pharmacien. Craignant qu’il ne s’agisse d’une sorte de sondage de la part du labo qui m’a envoyé la plaquette pour déterminer mes sentiments à son égard, j’ai pris la précaution de m’assurer qu’il s’agissait d’un particulier avant de répondre. Je l’ai du reste contactée par téléphone.

Ce qui l’inquiétait, c’est que la mention « Silicium organique » avait disparu d’où ses recherches et la découverte de mon blog. Or la page 7 de la plaquette annonce qu’à partir du 15 mai le nouvel étiquetage va mentionner à nouveau qu’il s’agit bien de silicium organique.

Conclusions

L’interdiction d’emploi du monométhylsilanetriol en tant que complément alimentaire a fait des ravages d’où la tentative en cours de discréditer les concurrents les plus actifs de Dexsil afin, si possible de demeurer seul en lice. Et cela en recourant à une campagne de dénigrement (avec je le rappelle la création d’un pseudo site d’apparence officielle) et un appel à la délation d’une audace inouïe.

A mon avis quand on a recours à des procédés pareils, c’est que rien ne va plus ! Doit-on préciser que le « G5 » irlandais n’a jamais été « déguisé en cosmétique buvable » mais que ceux qui savent que le produit n’ayant pas changé sont en droit de le boire, ce qui n’est pas du tout la même chose.

Lire la suite

24/05/2011 | Lien permanent

Page : 1 2 3 4 5 6 7 8 9