Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2017

L'énigme du pain maudit de Pont Saint Esprit

C'est en flânant sur la Toile en quête de dérivatifs, style énigmes policières, que, de fil en aiguille, je suis tombé sur cette vidéo :

MAJ : J'ai pu, après rédaction du post, auditionner, à la fin d'une émission l'avis de Stephen Kaplan : il exclut une expérience à base de LSD (qu'il a essayé comme votre serviteur et pour les mêmes raisons). Il exclut également un retour de l'ergotisme historique en version convulsive car cet ergotisme ne s'est jamais produit en France mais plus au Nord (Russie notamment, ce que j'ignorais). D'après ce spécialiste une pain contaminé l'est visiblement et c'est un produit immangeable. Par élimination, la seule explication reste une mycotoxine inconnue et mystérieuse qui aurait affecté deux sacs appartenant au boulanger mis en cause. Une chose est absolument sûre : la thèse du LSD 25 balancé par la CIA est exclue. Hoffmann serait venu sur place en catimini, invité par le Doyen de Montpellier et aurait exclu l'hypothèse. A l'époque la France, était menacée par le communisme et le plan Marshall avait pour but d'empêcher une prise de pouvoir de type soviétique et l'on voit mal les américains se livrer à l'expérience que l'on a imaginée. Stephen Kaplan a employé le mot de "connerie"... Seule hypothèse possible : une mycotoxine hallucinogène totalement inconnue au bataillon...

https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/a...

Je n'ai pas pu trouver de streaming du film "le pain du diable" datant de 2010 et rediffusé en mars 2017 mais ce film ne nous apprendra rien de plus...

====================  

Je vous précise de suite que la thèse d'une implication de la C.I.A. et d'une expérimentation à base de LSD 25 ne tient pas la route. En revanche, toutes les expérimentations mentionnées dans ce document sont véridiques. c'est son seul intérêt... J'ai lu quantité d'ouvrages d'investigation sur les pratiques criminelles de la C.I.A et Cie au lendemain de la dernière guerre, qu'il s'agisse de "contrôle mental" ou d'infiltrations à visée économiques sur le continent et la France en particulier, et ceci n'est qu'un résumé très édulcoré.

Notez en passant, qu'à propos de "contrôle mental", on n'est pas sorti de l'auberge. L'actuel ministre de l'Intérieur est un "fou furieux" qui rêve de ficher toutes les personnes susceptibles de présenter un profil psychologique à risque. Le clientèle des psychiatre et des hôpitaux psychiatrique est visée mais je peux vous affirmer que si ces lieux recèlent des gens dangereux, les plus redoutables sont à l'extérieur... Et je peux affirmer qu'ils présentent une concentration plus marquée là où le soleil tape fort. Quand on a la faculté de lire dans les pensées de ces vis à vis, on n'ose pas imaginer ce qui pourrait arriver en cas de guerre civile...

Quant aux critères de sélection, il y a fort à parier qu'au cas où le rêve du ministre s'incarnerait, côté discernement, cela reviendrait à marcher sur la tête. En fait vous le savez la surveillance de masse avec ou sans "Etat d'urgence" le vise pas à nous protéger du terrorisme, ce n'est qu'un manœuvre des "lites" (façon de parler) pour essayer de sauver sa peau au cas où socialement les choses tourneraient au vinaigre.

Le pain maudit de Pont Saint Esprit

A moins de considérer que la fameuse "nuit de l'Apocalypse" est une mauvaise blague des Américains pour faire mentir le blaze de la ville au dépens des "spiritopontains", la thèse d'un empoisonnement du pain au LSD ne tient pas. Dans les années 70, l'usage d'un LSD de plus ou moins bonne qualité, comme "drogue festive" était assez répandu. Par pure curiosité intellectuelle, je me suis laissé convaincre d'en prendre. C'était dans un groupe après un repas plantureux. Les collègues qui avaient l'habitude, ont été très rapidement sujet à leurs délires, puis se sont endormis. Et moi, je ne voyais rien venir, évidemment quand c'est arrivé, ça m'est tombé dessus insidieusement et je me suis retrouvé seul. J'ai d'abord vu une pochette de disque des Beatles s'animer, l'effet d'amplification sur la musique, un solo d'orgue des susnommés, c'est quelque chose de prodigieux. La suite est moins drôle, puis vient la descente et enfin les retours et quand ça vous prend sur un balcon haut perché, mieux vaut rentrer et se coucher... Cette expérience a changer quelque chose au niveau de mes centres d'intérêts. Elle a fait émerger un intérêt pour ce qui est occulte et plus ou moins caché... 

A l'époque le LSD se trouvait sous forme solide de "mica", sorte de petit carrés jaunâtres translucide. Le produit des laboratoire Sandoz était un liquide incolore. Déjà lorsque l'on réfléchit à la façon dont on aurait pu le conditionner pour empoisonner la farine, il y a de quoi rester perplexe. Le produit, sous quelque forme galénique que ce soit aurait-il supporté la chaleur du four mais très clairement, rien que la question dosage correcte me parait insoluble.

D'autre part, le LSD ne provoque pas de troubles digestifs et agit rapidement, soit 4 ou 5 heures environ au maximum s'il a été pris sur un estomac lourdement chargé. L'hypothèse ne colle pas du tout !

Ergotisme convulsif ?

330px-Mathis_Gothart_Grünewald_018.jpgLes spécialistes de l'ergotisme (Henry Chaumartin) ont déterminer deux formes, l'une gangréneuse, comme sur le retable dont photo ci-jointe et une à dominante convulsive suivie de délires. Très clairement, la symptomatologie de Pönt Saint Esprit s'apparente à cette seconde catégorie. L'ouvrage de Chaumartin est introuvable en version numérique pdf, y compris sur Gallica, ce qui est bien dommage. Je n'ai pas trouvé de renseignements sur la coloration des délires médiévaux dus à l'ergotisme façon convulsions. On l'appelle le mal de Saint André et non le feu de Saint Antoine...

Cependant et de toute évidence la folle nuit de l'apocalypse spiritopontaine semble nous ramener des siècles en arrière. Un élément domine le tableau, c'est l'élément feu, et avec lui l'enfer n'est pas loin... Or je ne me rappelle pas qu'il ait été spécialement présent dans les délires essentiellement "festifs" dont j'ai eu des comptes rendus.

Ce qui m'avait du reste frappé dans ce que j'ai pu observer c'est la superficialité et même la "frivolité" de ces délires. Enfin la coloration des délires doit être en relation direct avec le fond subconscient de l'individu et également l'ambiance de l'époque. Ce qui peut expliquer le caractère plutôt infernal de l'ergotisme médiéval.

L'affaire du pain maudit selon Stephen Kaplan

Je n'ai pas pu me procurer le livre dont photo ci-jointe ! 48 € + port pour un roman policier de 1000 pages, sans certitude de trouver la solution de l'énigme, c'est prohibitif. Les comptes-rendus sont muets sur la solution éventuellement donnée par l'auteur. L'intérêt du livre consiste à avoir tenu compte du contexte, on était au lendemain de la guerre, certains départements déficitaires en grains bénéficiait de préférence des raclures de grenier. L'hypothèse d'un grain plus ou moins empoisonné est très plausible. Sauf qu'un seul boulanger a été mis en cause, ce qui complique le tableau et d'autre part l'on n'aurait pas trouvé trace d'ergot dans les prélèvement effectués. L'enquête officielle aurait mis en cause un polluant mercuriel mais cette thèse ne tient pas debout, il suffit de parcourir une matière médicale homéopathique pour s'en rendre compte.

L'intoxication aigue au mercure ne provoque pas de convulsions et de délires spectaculaires, et si c'était du mercure qui avait provoqué le phénomène, il y aurait eu plus de morts et des rescapés avec des atteintes rénales et autre.

Un livre capital sur le contexte économico social de l'époque

Le-pain-maudit.jpgD'après un certain compte rendu il se pourrait qu'il n'ait pas levé l'énigme. Soit dit en passant, la façon dont les journalistes font des compte-rendus me tape sur les nerfs car tout absolument tout est toujours conçu pour faire marcher le commerce, le leur et celui des auteurs recensés. Et le commerce, je ne l'oublie jamais n'est jamais que du vol autorisé, la nature est la même que celle du prêt à intérêt...

Voir les liens suivants :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ergotisme#Forme_convulsive

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/07/31/le-pain...

http://www.france24.com/fr/20100311-cia-a-elle-tente-demp...

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/steven-kaplan-un-pain-qui-reste-en-71382

D'après cet article, le livre de Stephen Kaplan serait un "coupe feu" pour empêcher le bon peuple de trop penser à la C.I.A. et à la complicité éventuelle des corps constitués. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué... 

16/08/2017

Levée de boucliers contre le "nouveau Levothyrox", un bel exemple de désinformation...

levothyrox.jpg

Un vrai dialogue de sourdingues !

MAJ : La mise en cause des excipents a constitué une fausse piste ! Voir les corrections en bleu ! d'après ce que j'ai constaté, il y aurait 2 pétitions en circulation, la dernière mettant en cause les excipients et une plus précise insistant sur la présence de stéarate de magnésium soupçonné de contenir un acide gras trans et l'on demande en fait le retour à l'ancienne formule contenant du lactose ! Un comble !

Je suis certain que cette histoire d'excipients est un faux problème ! Que le forum "vivre sans thyroïde" et autres lieux de bavardages frivoles de bonnes femmes totalement incompétentes ne sert qu'à tout embrouiller. Malheureusement, je n'arrive pas à me connecter à ce foyer de désinformation brouillonne pour y faire entendre raison.

Le Levothyrox ancienne ou nouvelle formule sont assez souvent inefficace et cela fait un bout de temps que j'ai donné l'explication et c'est quand même pas sorcier à comprendre. Ce qui est rageant c'est de constater qu'une fois de plus Internet ne sert guère qu'a diffuser et à amplifier toutes sortes de confusions.

Une (seconde) pétition a été lancée par une patiente sur Internet qui a recueilli 20000 signatures et 9000 commentaires.

On reproche au laboratoire d'avoir changé la formule portant sur les excipients qui causeraient d'importants effets secondaires. Je cite la pétition :

En effet, les laboratoires ont décidé de changer certains excipients et il en résulte que trop de patients ne supportent pas le nouveau Lévothyrox, ils ressentent d'importants effets secondaires.

C'est une fausse piste ! Voir plus loin au sujet de la disparition du lactose de la formule ancienne !

L'existence d'un changement de formule qui viserait, à la demande de l'ANSM, à « garantir une stabilité plus importante de la teneur en substance active tout le long de la durée de conservation du médicament ». Je me souviens d'avoir vu circuler des dires portant sur le fait que la précision du dosage de la thyréostimuline aurait été abaissée en vue de s'aligner sur la mauvaise qualité des "génériques".

Bref, c'est l'obscurité la plus complète car la seule information fiable est cette demande de l'ANSM car pour le reste, j'ai l'impression que l'on raconte n'importe quoi.

J'en veux pour preuve, le fait que la patiente initiatrice de cette foutue pétition qui embrouille tout évoque une faux problème, je cite : quand on sait qu'il est très difficile de stabiliser la TSH, il est inadmissible d'avoir modifié ce médicament. 

L'auteure de cette pétition, je le dis tout net est une (...) CONNE ! 

Je suis un peu violent, mais il arrive un moment où, devant la connerie ambiante, il faut taper du poing sur la table et gueuler pour arriver à se faire comprendre.

Une conne désireuse sans doute de se faire remarquer et qui n'a rien compris à la manœuvre : le but d'un traitement substitutif n'est pas de stabiliser la TSH. On se contrefout de la TSH car on doit juger le traitement sur les effets cliniques : disparition de la fatigue, de la frilosité, réduction de la prise de poids etc...

Quand à la TSH au lieu de grimper, elle doit descendre sans que l'on puisse indiquer un chiffre de référence. Elle tombe souvent aux environ de 0,4 parfois elle se maintient à un chiffre supérieur à 1, ce qui peut laisser supposer que la substitution n'est pas suffisante.

Il est bien établi que la possibilité de ce dosage de la TSH a complètement égaré les médecins car les labos fixent des "clous" beaucoup trop largement (entre 4 et 6 MUI). Foutez vous dans la cervelle, une bonne fois pour toutes, que les troubles de la thyroïde se voient chez les femmes du moins, comme le nez au milieu de la figure. J'exagère à peine. Le diagnostic se fait sur une série de questions et de signes physique, comme le signe de Hertoghe.

Tout repose sur l'examen clinique

Mais en fait, il faut comprendre qu'une TSH supérieure à 1,5 indique une suspicion d'hypo, sauf que les labo place la barrière supérieure à 4 parfois plus, ce qui est excessif. En réalité on ne doit pas se fier à la TSH mais au signes cliniques très flagrant à mon avis quand on connaît la question, ensuite seulement on regarde la TSH. Pour ce qui concerne le dosage de la T4 et de la T3, il n'a d'intérêt que comme repère avant substitution; Ensuite, lorsqu'un effet clinique suffisant et obtenu on peu la redoser à titre indicatif. A mon humble avis les chiffres obtenu n'ont de valeur qu'individuelle.

En effet il ne faut pas oublier que la T4 est inactive, qu'elle doit être transformée en T3 par l'organisme et que les cellules cibles doivent être en mesure de l'assimiler. or c'est dans la transformation de la T4 en T3 et éventuellement dans l'assimilation de la T3 que résident les problèmes rencontrés. D'où l'hypothèse du Dr Starr d'une hypothyroidie de type II à l'imitation du diabète de même grade. Lorsque cette assimilation ne fonctionne pas, il y a des choses à tenter en matière de complémentation.

Une pétition qui fout la merde et risque d'égarer l'opinion !

Premièrement, les labos pharmaceutiques sont censés connaître leur job et être capable de décider d'une formulation sans avoir à prendre l'avis de patient généralement très mal informés ! Mettons les chose au point clairement : la patiente qui a rédigé cette pétition est une bourrique qui m'a l'air de se prendre pour le centre du monde. Cela c'est l'effet du poison démocratique qui fait que le vulgum s'arroge des prétentions qu'il ne peut soutenir.

Une modification de formule

Selon l'ANSM, il y avait un problème de stabilité du principe actif dans le temps. Est-ce à l'aide d'excipient que l'on résout ce genre de problème. Franchement j'en doute ! Seul élément objectif : on parle de stabilité du principe dans le temps. J'ai entendu parler jadis d'une imprécision des dosages. Ca se tient ou du moins ça se ressemble !

La formule nouvelle constitue une évolution favorable par suppression du lactose au profit du mannitol qui n'est certes pas génial mais moins problématique car il ne provoque de diarrhées qu'à hautes doses.

Ce n'est pas très heureux comme innovation, il faut le dire ! Sauf que quand on impute de la fatigue et des pertes de cheveux au nouveau Lévothyrox, il me vient à l'esprit que tout simplement ce médicament n'agit pas et les explications possibles je les ai données plus haut. Raison pour laquelle, lorsqu'on me sollicité, je suggère aux intéressées d'insister auprès de leur médecin pour qu'il fasse l'essai de l'Euthyral. Ce n'est pas la certitude absolue d'obtenir une amélioration mais ça peut être un premier pas. En effet, je constate que soigner une hypothyroïdie est devenu, de nos jours, plus compliqué qu'au temps du Dr Hertoghe le pionnier qui a lancé les extraits thyroïdiens. c'est que l'on observe des effets plutôt imputables à une hyper dans le cadre d'une hypo. Nul doute que rien n'est simple. Et n'étant pas médecin, je ne suis pas en mesure de tirer çà au clair et j'ajoute qu'au surplus je suis handicapé par des témoignages qui ne sont pas forcément très précis. On ne peut cerner les choses qui si on a la possibilité de questionner oralement, cas au demeurant assez rare.

Dans cette histoire un train en cacherait un autre !

Au terme, de cette revue fondée sur des réflexions de bon sens, je crains qu'il ne faille tirer une autre conclusion, à savoir que le fait de s'être focalisé sur un changement de formule d'excipient n'ait servi qu'à dissimuler le fait que le Lévothyrox, composé de T4 intrinsèquement inactive par elle-même, ne soit la principale cause d'échec de la supplémentation. Il se peut et c'est même assez probable que ce changement de formulation (certes malheureux si on a rajouté du lactose) n'ai, au final, que servi de prétexte en fournissant un faux argument.

L'examen des commentaires montre à l'évidence, que ce changement de formule, a servi d'abcès de fixation à un problème ne datant pas d'hier. Il faut faire défiler une assez longue liste de commentaires pour tomber sur celui d'une patiente affirmant que depuis 1990 le Lévothyrox ne marche pas. Tous les commentaires que j'ai vu son influencé par la teneur de la pétition, teneur dont j'ai démontrée qu'elle est nulle et non avenue ! 

Ce qui est scandaleux, c'est l'incompétence des journalistes et des toubibs

Les journalistes d'abord qui jugent un scoop à son retentissement quantitatifs mais enfin rappelez vous ce n'est pas parce que des millions d'imbéciles pensent que l'erreur est vérité que cette erreur peu devenir vérité...

Hélas nous sommes bien dans le règne, sans partage, de la quantité, l'usage que l'on fait de statistiques largement biaisées est un indicateur et ce n'est pas par hasard si la première année de médecine commence par une formation, plus ou moins éliminatoire, à ce genre de foutaise prétendument scientifique...

Pas un de ces plumitifs qui ont relayée cette foutue mais spectaculaire pétition n'ont discerné le véritable problème. Pire encore : aucun médecin ne semble être intervenu pour tenter de clarifier la situation. Je constate une fois de plus que les "phénomènes" de mon espèce ne sont pas légions et c'est ça qui est inquiétant car, je le répète, je ne fais que tirer les conclusions de raisonnements fondés sur des connaissances objectives, connaissances qui circulent. Mais il est clair que la majorité des patients et des médecins n'ont pas encore compris que pour que la T4 agisse il faut qu'elle soit transformée en T3 et que, de plus, cette T3 soit assimilée correctement par les cellules cibles. Ce n'est quand même pas difficile à piger, il me semble !

Enfin, peu importe, cette cagade me donne l'occasion d'insister sur certains points décisifs...

19:33 Publié dans Thyroïde | Lien permanent | Commentaires (0)

12/08/2017

Refus du Linky : UFC que choisir ? Accusé de trahison par Stéphane L'homme, ce dernier est mis en examen...

2016_10_10_Linky_Stephane_Lhomme_3-1-768x510.jpg

On m'a signalé la page suivante :

https://lesmoutonsenrages.fr/2017/08/05/stephane-lhomme-s...

Voici la page constituant la pomme de discorde :

http://refus.linky.gazpar.free.fr/linky-ufc-que-trahir.htm

Résumé

Nul doute que l'attitude de UFC que Choisir soit assez suspecte. Je n'ai pas étudié l'affaire dans le détail mais il semble bien que l'accusé ait relevé des anomalies assez singulières et que cette association ne respire pas une franche neutralité. Mais cet aspect de la question est à mes yeux assez franchement "périphérique" par rapport au problème du Linky.

La procédure adoptée aurait été choisie pour allonger artificiellement la durée de la procédure afin que le suspense dure jusqu'en 2019. Renseignement pris auprès d'un spécialiste de la procédure c'est exact. En cas de citation directe, le juge est contraint de liquider l'affaire rapidement tandis que lorsque le plaignant paie pour avoir la certitude que sa plainte ne soit pas classée, la justice peut prendre et prend tout son temps. A moins qu'elle ne juge que les trois plaintes soient franchement abusives mais c'est assez peu probable. L'affaire risque d'être classée par un non lieu mais après la bataille...

Défaut d'anticipation de la "tuile" et abus de biens sociaux (?)

Il va de soi que je ne me fait pas de souci pour Stéphane Lhomme qui a là une excellente occasion de lancer un appel aux dons, appels qui risque d'être surproductif tant en France l'opinion est devenue sensible au problème. cela dit, en quoi son "Observatoire du nucléaire" est il qualifié pour recevoir des dons et assurer sa défense dans une affaire sans lien direct avec le problème des centrales basée sur l'énergie atomique.

Enfin, ce que l'on observe montre que n'ayant pas pris, semble t-il, la précaution de constituer une association spécifique, il semble n'avoir pas anticipé la "tuile"

Rappels divers, à lire très attentivement... 

Je suis bien évidemment contre le déploiement du Linky mais en France malgré les pétitions rassemblant des millions de signatures ont possède le don particulier de forcer la main des particuliers. L'imposition prochaine de 11 vaccinations infantiles, les baisses d'allocations logement sous prétexte qu'elles ont fait grimper le prix des loyer (ce qui est exact mais non de la faute des locataires...) sont deux exemples flagrant de l'autoritarisme insupportable du gouvernement actuel. Et ce ne sont là que deux détails parmi tout ce à quoi il faut s'attendre...

Le nombre de municipalités opposées à la pose du Linky en est à environ 400 et c'est évidemment une goutte d'eau sur plus de 35 000 communes françaises. Pendant ce temps là Enedis fait du forcing.

Si vous pouvez protéger votre compteur de manière efficace, n'hésitez pas à le barricader, c'est la moindres des choses mais à ce propos je rappelle que lorsque le secteur sera saturé par les fréquences du Linky, même si vous avez conservé votre vieux compteur, sous serez pollué, si pollution il y a.

Quant au rayonnement en terme de distance des fréquences en cause, on n'a pas de données sûres mais il semble qu'il soit très faible et que d'autre part, à partir du moment où un immeuble vient d'être équipé de ces fichus compteurs verts, et que d'authentiques électrosensibles notent des troubles objectifs qui ne sont pas douteux, il faille compter avec un forme de contagion que je qualifierai d'hystérique.

On me dit qu'en Italie et dans je ne sais plus quel pays nordique où des "compteurs dit "intelligents" sont installés, on n'observe pas, comme en France, la moindre psychose. A vérifier !

Quoiqu'il en soit, les nuisances du Linky sont une chose et en ce qui concerne les fréquences utilisées, le fait qu'elles peuvent perturber toutes sortes d'appareils électroniques de par les harmoniques qu'elles peuvent générer est en soi une raison nécessaire et suffisante pour installer un filtre en entrée de circuit domestique.

Le problème est que su le plan technique on ne trouve pas d'ingénieur électronicien susceptible d'émettre des avis solides et de proposer des solutions fiables et si possibles économiques.

Maintenant quant aux moyens juridiques de s'opposer à cette campagne d'installation, il est un peu tard, nous sommes en 2017, dans deux ans le territoire français sera couvert et il ne sera pas question de revenir en arrière. J'ai vu qu'un cabinet d'avocat serait sur la brêche depuis des mois mais pour l'instant il n'en est rien sorti. mais le malheur des uns fait le bonheur des autres, c'est ainsi que j'avais signalé une arnaque consistant à faire appel à un huissier pour signifier à Enedis son refus, ce qui revient à balancer son fric par la fenêtre car une lettre recommandée avec AR suffit amplement, sauf qu'on n'en tient pas compte et qu'une fois que le foutu Linky a été posé engager une procédure individuelle pour le faire déposer serait non seulement très aléatoire mais assez franchement ruineux.

J'ai reproché à Stéphane L'homme de s'être emparé de ce sujet pour se faire mousser, je vois la chose écrite en clair sur sa figure. Je suis désolé mais mes impressions ne m'ont jamais trompé et il est clair à ce propos que je n'ai pas changé l'avis de sorte que le pseudo "martyre" auquel il est affronté du fait de la procédure en diffamation fait partie, si l'on peut dire, de la "comédie" qui se joue. Mais ça il ne l'avait pas prévu parce que visiblement c'est assez fort de café et il est assez peu probable que les plaintes tiennent, raison pour laquelle on les a multipliées alors qu'une seule émanant de la personne morale aurait suffit.

La contestation est survenue beaucoup trop tard alors que la campagne de pose était largement entamée et auparavant ces gens sans discernement qui bavardent et psychotent sur Internet on involontairement "enfumé" le public avec des fantasmes. Je pense en particulier à la thèse d'atteinte à la vie privée sous la forme d'une surveillance.

Je rappelle qu'en l'état actuel des choses les fournisseurs d'électricité ne pourrait couper certaines appareils qu'en usant du même type de CPL à 175 Hz qui permet de mettre en fonction et d'arrêter le tarif de nuit. Pour étendre, ce type de manœuvre à d'autres appareils, il faudrait ajouter des circuits individuels. En d'autres termes, cela viendra peut-être mais il faudrait ajouter des circuits électroniques aux appareils domestiques existant pour les allumer et les éteindre à distance. Mis à part l'application aux appareils de chauffage pour délester le réseau en hiver et en cas de surchauffe, je ne vois pas à quel autre appareils on pourrait appliquer cette pratique. Comment peut-on imaginer que l'on va vous couper la télé ou l'ordinateur sans prévenir.

Quant aux capacités de surveillance, certes les appareils domestiques émettent des trains d'ondes particuliers à l'allumage que l'on peut dans certains cas filtrer et identifier mais je n'en vois pas l'intérêt. La seule chose que l'on puisse surveiller c'est la présence ou l'absence d'un abonné selon qu'il consomme ou non. On peut certes imaginer des employés d'Enedis en cheville avec des cambrioleurs sauf qu'un projet de cambriolage n'est concevable qu'avec la possibilité d'une surveillance rapprochée.

Je l'ai dit et je le répète, hormis les possibilités de contraindre certains abonnés à changer de tarif car le nouveau système ne permettra pas de dépassement de la puissance souscrite alors que l'ancien était plus souple, il n'est qu'une possibilité qui me défrise : celle de couper le courant d'un abonné à distance, sans avoir à se déplacer. Sans parler des erreurs volontaires dans le cas où un particulier aurait des ennemis susceptibles de pouvoir actionner à distance les manettes des compagnie. C'est que j'ai vu comment un syndicaliste hyper actif s'est vu, à plusieurs reprises, privé de téléphone par des employés complices manipulés par un syndicat adverse. Une histoire de fous avec notamment des raccordements avec des fils qui trainaient presque à terre et que n'importe qui pouvait couper...

Or je rappelle que les Maires pouvaient prendre des arrêtés d'interdiction de coupure tandis qu'à présent il l'auront, pour parler poliment dans le cul ! Alors que l'on commençait à délirer dans le style Orwell, façon Big Brothers et Cie, j'ai été le premier et le seul à souligner ce danger d'une possibilité qui va permettre d'envoyer au chômage des légions de releveurs de compteur.

Au final, il faut constater, une fois de plus, que le Français sont aisément manipulables, majoritairement indécrottables quant au manque de discernement et d'une versatilité sans doute unique au monde. La dernière échéance électorale, après les émeutes engendrées par la loi El Khomry, est vraiment emblématique du phénomène évoqué. C'est à vomir !

Vertus du Curcuma : nécessité de faire le point sur le sujet

Chart01-1024x663.jpg

Mise à Jour : 12/08/2017

On me signale ceci :

Bonsoir,

Cette curcumin est réalisée selon le procédé Novasol (brevet), ci après un article qui explique bien l'entourloupe de ce procédé :
 
Et le brevet Novasol en français :
 
Le procédé a recours à deux polysorbates (le 80 et le 20) qui sont suspects en tant qu'additifs :
 
===================
Ici commence l'article original :

Une nouvelles curcumine 185 fois plus assimilable que les autres est annoncée, mais ces promesses sont encore à vérifier.

Commençons par une revue des articles existant sur le sujet :

Préparer son jus de curcuma maison sans se ruiner

Curcumine, gingembre, arthrose et polyarthrite

Curcuma : un jus concentré très performant conçu par un pharmacien (Natuval) indexer

Curcuma : interprétation moléculaire de son action anti tumorale

Récapitulation des vertus du curcuma

Le curcuma est une épice aux multiples vertus préventives comme curatives. Excellent pour la digestion, le curcuma a aussi la capacité de réduire les inflammations, de prévenir le cancer et protéger le cerveau de la maladie d'Alzheimer. Dans le même ordre d'idée la curcumine serait active contre l'amylose à transthyrétine, une affection des personnes âgés qui empêche les humains, sauf exception type Jean Calment, de dépasser la barrière fatitique des 115 ans. Voir pour des notions générales.

https://www.plantes-et-sante.fr/remedes/les-nombreux-bien...

Pour les problèmes de vieillissement, consulter je site de Jacques Valentin, qui est très pointu à cet égard.

http://gestionsante.free.fr

On lui attribue également des vertus amaigrissantes : un lecteur mesurant 1,80 s'est alarmé d'être tombé à 63 kilos en perdant 7 kilos en 3 mois de consommation de curcumine type Meriva. Son état n'est pas franchement alarmant mais limite dénutrition.

Bref, il est acquis que le curcuma et ses divers principes actifs constituent un merveilleux médicament mais qu'il se pose un problème d'assimilation de la curcumine en particulier. D'où une débauche de marketing pour proposer des produits innovants. Le dernier en date est un produit allemand.

Une curcumine 185 fois plus assimilable ?

C'est nouveau, ça vient de sortir et çà date du 2 mars 2017 sur Santé Nature Innovation :

https://www.santenatureinnovation.com/nouvelle-curcumine-...

Sauf que c'est signé Jean-Marc Dupuis et que c'est encore pour faire de la pub en faveur de produits cher. Le produit de Solgar en 30 gélules est presque aussi cher que les 90 gélules du même chez Iherb aux USA. Quand au produit de Cellinov on vous parle de 2 gélues faisant + de 1000 mg mais encore faut-il avoir la curiosité de lire attentivement pour découvrir que ces gélules ne contiennent que 6% du produit vanté comme miraculeux.

Un conseil d'ami...

Si vous voulez tester ce produit assurez vous de pouvoir contrôler rapidement son action (on parle de 4 jours), pour cela il faut souffrir de douleurs inflammatoires par exemple ou pouvoir observer un effet tonique évident. Il est clair que pour d'autres troubles vous ne verrez rien d'objectif : pour une tumeur, il faut un scanner avant et après la cure : pas évident de programmer ça !

J'ai demandé à Jacques Valentin s'il a des infos sur ce produit, il m'a adressé copie d'un mail à 2 correspondants, je suis donc le 3ème à m'enquérir de la nouveauté :

Vous êtes le deuxième à m'en parler, du coup j'ai fait quelques recherches supplémentaires (c'est vrai que quand c'est Santé Nature Innovation, je ne me précipite pas...) :

Apparemment cela fait référence à ce produit :
http://novasolcurcumin.com/
Il donne en ref une petite étude de leur produit versus 2 autres formulations (poudre simple ou "micronisée").
Ils fournissent aussi un tableau comparant les principales formulations du marché :
http://novasolcurcumin.com/wp-content/uploads/2014/10/Chart01-1024x663.jpg

Mais je ne trouve pas d'étude qui validerait ce comparatif.

C'est bien là le problème ! J'avoue être assez dubitatif.

Revue des formes sophistiquées de curcumine disponibles avec proposition chez Iherb

Il est bien connu que la curcumine en poudre est difficilement assimilable. On l'associe avec du poivre (pipérine) pour améliorer cette assimilation mais cette solution est critiquée : elle aggraverait la porosité de l'intestin s'il est déjà fragilisé.

Je rappelle que si vous commandez chez iherb il faut choisir DHL Global Mail (étiquette rouge) pour éviter la TVA à l'arrivée.

Meriva : la curcumine associée à des phospholipides

DRB-00225-5.jpg

Cette solution s'apparente, mais seulement en apparence, aux formules liposomale car il ne s'agit pas d'une produit huileux mais de poudre sèche comme l'indique la présence d'additifs classique. 

Doctor's Best, Curcumin Phytosome, With Meriva, 500 mg, 60 Veggie Caps

Doctor's Best, Curcumin Phytosome, With Meriva, 500 mg, 180 Veggie Caps

Curcumine brevetée BCM95

LEX-17106-3.jpg

Composition : BCM-95 est un extrait de Curcuma Longa 100% pur standardisé en Curcumine, Démethoxy curcumine et Bis-demethoxycurcumine et en huiles essentielles contenues dans la racine de curcuma longa.

La quantité d’huile essentielle contenue dans BCM-95 est de 7 à 9%. L’huile essentielle Béta-Tumérone représente 50% du total des huiles essentielles. D’autres huiles essentielles sont aussi présentes dans BCM-95, mais en quantité beaucoup plus petite.

A mon humble avis, si vous avez la patience de faire votre jus de curcuma, une fois par semaine et d'y ajouter des huiles essentielles comme je l'ai préconisé vous aurez un produit assimilable et économique. Maintenant si c'est trop compliqué de se procurer du curcuma frais et de le presser il existe des gélules.

Life Extension, Super Bio-Curcumin, 400 mg, 60 Veggie Caps

ce produit contient en plus de l'huile de cumin :

Life Extension, Black Cumin Seed Oil With Bio-Curcumin, 60 Softgels

On trouve également plusieurs conditionnements et dosages chez Europharma

EuroPharma, Terry Naturally, CuraMed, 375 mg, 60 Softgels

Options sous l'intitulé du produit.

 

Novalsol chez Solgar

SOL-54708-1.jpg

Je vous rappelle que pour l'instant personne n'a de retours sur cette curcumine miracle mais voici pour ceux qui veulent la tester 2 produits de Solgar. Pour les conditions de test, voir plus haut.

Solgar, Full Spectrum Curcumin, 90 Liquid Extract Softgels

Solgar, Full Spectrum Curcumin, 30 Liquid Extract Softgels

J'espère avoir fait le tour de la question : n'hésitez pas à me faire part de vos expériences.

Quand les arguments marketing finissent par tout embrouiller...

Voir Curcuma : Bienfaits naturels, optimisation des effets, privatisation des profits et confusion de l'information !

Je cite les conclusions :

4. Quel curcuma choisir ? En reprenant les éléments de cette histoire et en comparant tous les facteurs qui entrent en jeu : comment choisir le meilleur Curcuma ? Quand je me suis posé la question pour une prescription optimisée d'anti-inflammatoire naturel, je n'ai pas trouvé de solution.

Une autre question est restée sans réponse. Les principes actifs du curcuma semblent faire partie des meilleurs protecteurs de la muqueuse digestive. De ce point de vue, ils sont très utiles aux cures de régénération proposées dans un contexte d'atrophie intestinale associée à de nombreuses maladies chroniques. Dans ce cas, l'assimilation digestive de la curcumine est inutile, voire néfaste puisque la protection s'effectue à l'intérieur de la lumière intestinale, là où se produit l'agression inflammatoire.

Voilà un point important qui a été passé sous silence.

L'utilisation de poudre de curcuma ou d'extrait BCM-C95 semble à priori le meilleur choix. Mais qu'en est-il vraiment ?

Cette histoire du curcuma montre comment un trésor de la nature, une fois entré dans le circuit des profits privatisés, crée une immense confusion et brouille les informations d'intérêt public permettant d'optimiser son usage.

Chaque spécialité brevetée défend ses avantages par rapport aux  produits concurrents, et aux préparations naturelles qui sont dévalorisées.

Le choix devient alors soumis à des arguments de marketing !

Par le même hauteur un tableau comparatif des nouvelles formes de curcuma

A noter, le site de cet auteur comprend plusieurs études sur des produits comme le silicium organique, les formes de magnésium, les produits laitiers, le soja etc... qui sont assez remarquables.

05/08/2017

Précisions sur les eaux hydrogénées par Sylvie Réant, ingénieur conseil (rH2, Ydrogen etc...)

Mon dernier post m'a valu un courrier assez abondant et il a plus ou moins "ému" quelques acteurs intéressés à l'affaire.

Je voudrais d'abord corriger un éventuel malentendu. Il n'a jamais été question de "démolir" l'appareil vendu par M. Dumortier mais d'attendre d'en savoir davantage sur son fonctionnement qui n'est pas clairement expliqué par l'expertise de Marc Henry puisqu'une personne plus experte que je ne peux l'être admet qu'elle a du lire trois fois ce document pour s'y retrouver. En d'autre termes, je considère cet appareil comme étant probablement la meilleure ou l'une des meilleures options actuelles. A ce propos un appareil lui ressemble beaucoup, au moins extérieurement, c'est celui proposé par Jade Recherche à peu près au même prix. Je vais donc reproduire ici des extraits du courrier reçu afin de clarifier au maximum la situation.

Une email de Sylvie Henry Réant

Vous trouverez plus loin l'url du site de sa société qui propose des bâtons de magnésium fiable pour l'hydrogénation de l'eau en mode artisanal. Une notice (évolutive) est fournie. Il faut un temps suffisant pour charger l'eau en H2 (15-20 mn) mais trop ferait moins bien. C'est un produit qui peut durer des années donc économique mais moins pratique que l'appareil Ydrogen. On trouve des "sticks" contenant du magnésium mais on ne sait pas ce qu'il y a dedans. Ces bâtons sont fiables et l'eau produite a été analysée qui se chargent outre le H2 d'ions magnésium mais ça ce n'ets pas gênant au contraire.

Lors de la lecture de votre  opinion sur l'eau hydrogénée sur

http://silicium.blogspirit.com/archive/2017/08/03/la-vogu..., j'ai été  surprise de votre virulence...

Il s'agit d'un malentendu

Car si je suis d'accord avec vous sur le fait que l'expertise du Pr Marc Henry sur l'appareil Idrogen est loin d'être facile à comprendre (moi même spécialiste du sujet m'y suis prise à plusieurs fois), sur le fond, l'appareil me semble très correct.

Nous sommes d'accord sur le fait qu'à plus fortes raisons, pour des béotiens , au nom des quels je parlais, cette expertise n'est guère éloquente. Nous sommes également d'accord sur le fait que donner les rH2 après mesure adéquates, les comparaisons deviennent lisibles. En effet plus on descend en dessous de 28 plus on a des chances de modifier le terrain d'une manière favorable. A ceci prêt qu'il faut sans donner user du plus piour obtenir le moins donc utiliser pour des cures une eau avec un rH2 aussi bas que possible.

C'est pourquoi, ci dessous, j'explique ce qui est  "évident" pour ceux qui connaissent bien le sujet dans les articles que vous avez lu (Marc Henry et Orszâgh), et qui mérite d'être explicité pour être mieux compris.

L’intérêt de l'appareil Idrogen est que l'hydrogène  est libéré par dessous l'eau de boisson et monte dans cette eau, tandis que les ion OH- sont réorientés en direction de l'anode. Ceci qui résout les problèmes d'alcalinité de l'eau produite par les autres modèles  sur le marché (Kangen et clones) . Par ailleurs  J Orszâgh a raison, le titane et le platine sont stables, et ne sont pas oxydés (pas d'ion Ti n+ ou ptn+).

J'avais bien compris qu'on favorisait la production de H2 sans modifier le pH de l'eau utilisée. Soit dit en passant Richard Haas a attiré mon attention sur le fait qu'il faut éviter le coinçage d'une bulle d'air au bas de la bouteille.

A propos des particules de platine

Toutefois des mesures (voir l'article de Water de Henry et Chambron sur les eaux alcalines) montrent la présence de nanoparticules de platine métal dans ces eaux. Vraisemblablement, lors du passage du courant, le platine se décolle du titane sous forme de nanoparticules, ces nanoparticules ne sont pas des ions, mais des réducteurs puissants !...  La mousse de platine, un catalyseur bien connu en chimie du pétrole pour effectuer des réductions.

J'ai mentionné dans mon article précédant le lien vers la communication à l'Académie de médecine de Henry et Chambon mais je l'ai lu après avoir publié le post et effectivement une explication au sujet d'une possible fragmentation du placage de platine sur le titane est expliquée. Je note du reste que cet article se réfère à des sources précises.

Enfin, le recours à des appareils type Kangen est Cie est devenu obsolète car l'objectif c'est d'enrichir l'eau en H2 et Ydrogen permet de faire ça dans des eaux légèrement acide et conforme aux recommandation de la BEV donc ce problème des effets indésirable du platine est écarté avec en prime une économie des plus appréciables.

Importance et lisibilité du rH2

Vous soulevez le problème de mesure de rH2, donnée qui aurait été pertinente.  Vous avez raison ! A noter que  les mesures sont difficiles à faire, je parle d’expérience.  J'ai fait un fois une mesure sur de l'eau produite avec l'appareil Idrogen. Les résultats, autant que je me souvienne, étaient très corrects, de l'ordre de rH2 = 20 ph de l'ordre de 7,  sur une eau produite quelque temps  auparavant. Ces mesures avaient été faites  "pour information" lors d'un cours pH Red-Ox, rH2 et bio-électronique de Vincent où je montrais aussi comment faire des mesures. Un élève avait apporté de cette eau et, par curiosité, souhaitait la mesure du rH2.

Effectivement ce serait intéressant de faire une série de mesure de rH2 sur l’eau produite par Idrogen, avec différentes eaux de départ, différents temps de traitement  et sur la durée pour connaitre le temps de conservation.  Voilà une bonne question à poser à M Dumortier, plutôt que de tout démolir en bloc. 

Bien sûr, pour acheter cet appareil, il faut être convaincu des bienfaits de l'hydrogène, et surtout d'en avoir besoin... Mais c'est un autre débat. A peu près le même débat  que de prendre des compléments alimentaires antioxydants.

Pour ma part je suis convaincu de l'intérêt d'un enrichissement en H2. C'est du reste une vieille histoire qui remonte au Active H de Flanagan mais c'était resté très mystérieux tout cela. Et les choses sont en train de s'éclairer.

Parenthèse sur la carafe Turapur

Maintenant, si vous voulez une autre expertise sur un système censé produire une eau réductrice, j'ai mesuré  l'eau produite par la carafe Turapur vendu par Aprona :

Essai sur cartouche neuve, passage de 200ml à 80mg/l env de sel NaCl d'eau environ par passage :  (eau osmosée +sel)

Eau témoin : pH =6.9  rH2 =29.5

Eau Turapur : pH =9.5, rH2 =23  (mesure moyenne faite sur 5 passages successifs de l'eau )

Essai le lendemain sur la même cartouche, donnée pour durer 2 mois.

Eau utilisée, eau du robinet à env 110mg/l   (eau du robinet)

Eau témoin : pH =7.9  rH2 =31.9

Eau Turapur meilleure mesure (3ème passage) pH=9.2; rH2 =31.3.

Conclusion : la cartouche neuve est efficace  (un peu) du point de vue rH2 mais l'eau obtenu est trop basique.. quand aux résultats ultérieurs,le lendemain,  les caractéristiques de l'eau obtenue ne sont pas du tout recommandées pour notre métabolisme. La carafe Turapur est à éviter.  Je me demande si les créateurs du produit ont fait des mesures....

Bref, c'est sans aucun intérêt puisqu'on dépasse 28 ! Cela me fait penser que dans les nombreux stick du marché contenant du magnésium, il doit y avoir des alcalinisant. La vogue des eaux alcaline fondée sur une lecture simpliste et totalement erronée de l'équilibre acido-basique corporel a tout faussé. C'est ou la solution artisanale du bâton de magnésium propre ou un appareil genre Ydrogen.

Le rH2 obtenu avec les bâtons de magnésium

J'ai aussi mesuré des eaux  produites par un bâton "dynamiseur" au magnésium et les résultats   en rH2 varient de 15 à 26  (pH 7 à 8) selon les conditions opératoires.

Là on est dans des valeurs nettement plus intéressantes ! Je suis sans doute affligé de tendance un peu excessives mais si je peux tester des eaux avec un rH2 encore plus bas j'expérimenterai.

Vous dites avoir un bâton de Magnésium au frigo; Pourquoi au frigo ?

Oh tout simplement parce que j'avais pensé que le froid favorise la conservation des gaz dissous. Je pensait aussi qu'au delà du nécessaire le temps de barbotage était indifférent. J'ai un stick Balance Water dont je n'ai pas fait grand chose et je me suis dit qu'au frais dans sa bouteille il serait mieux qu'à température ambiante. Cette histoire de magnésium restait une petit énigme et en ne jetant pas cette relique, j'avais un pense bête pour me la rappeler.

Et enfin si vous voulez des compléments d'informations, je vous recommande https://prmarchenry.blogspot.fr/. 

Avec mon ordinateur ce blog fonctionne très bien, les texte sont d'un haut niveau mais très clairs, et très bien référencés. De la bonne science accessible au niveau master. Sur l'autre site de Marc Henry vous pourrez assister à certaines de ses conférences. https://natureauquant.blogspot.fr/p/nos-soutiens.html.

J'observe au moins 20 secondes d'inertie avant de pouvoir faire disparaître le maudit bandeau à propos des cookies et de pouvoir faire bouger la page.

Conclusions

La aussi cela vole haut, mais si vous vous laisser porter sans juger vous comprenez ce dont il est question.

J'espère que ces informations vous permettrons de progresser sur votre chemin de  la connaissance,

Si vous souhaitez partager ces informations sur votre site, je suis OK, mais le mail doit figurer en entier. Mettre des parties hors contexte conduirait à me faire dire ce que je n'ai pas dit. Sachant qu'un écrit est forcément un raccourci, et que tout n'est pas dit. Je reste à votre écoute.

Bien sincèrement,

Sylvie Réant, ingénieur conseil
 
www.aton-atl.com

===============

Comme vous pouvez le constater je n'ai rien omis et je porte volontiers les éclaircissements fournis à la connaissance de mes fidèles lecteurs.

 
Concernant la personnalité de Marc Henry en tant que scientifique, je reviendrai sur cette question dans un post à part, il ne faut pas tout mélanger. Les universitaires tels Orszâgh et André Fougerousse parlent un langage qui m'est compréhensible (excepté le détail de certaines équations), cependant que la personne dont on parle me demeure un mystère assez baroque de par ses accointances avec un personnage fort curieux, un poète sans grand relief, j'ai nommé un certain Rodolphe Forget.
 
Je n'avais pas remarqué son prénom, or quelqu'un vient de m'en parler. Inattentif et l'esprit assez mal tourné j'ai cru qu'il s'agissait d'un "surnom" malicieux et cela m'a fait penser au personnage littéraire d'un célèbre amant de la non moins célèbre Madame Bovary.
 
Enfin j'ai beau chercher sur les 2 sites de Marc Henry, 3 avec celui de Forget, je n'y trouve rien d'excitant du point de vue scientifique mais peut-être ai-je mal cherché car je reconnais que je ne suis guère patient.

03/08/2017

La vogue montante des eaux "hydrogénées" (Kangen et Cie)

tableau-ph-kangen-52.jpg

Ci-dessus le type même du faux argumentaire classique en faveur des Eaux type Kangen. le pire est que derrière cette foutaise, il y aurait quelque chose d'intéressant, à savoir un une hydrogénation qui mérite d'être creusée...

Richard Haas et les eaux alcalines ionisées (rappel)

J'ai signalé en temps utiles, les travaux de Richard Haas sur les "eaux alcalines ionisées" (type Kangen et Cie) et les questions d'équilibre acido-basique. Il va me falloir relire la centaine de pages consacrées au sujet et les rapprocher de ce qui est paru ensuite. Je voudrais pour l'instant me borner à attirer l'attention sur des divergences manifestes entre les dires du Pr Marc Henry de Strasbourg et un collègue belge grand spécialiste des question de pouvoir redox.

Un visiteur m'a reproché à tort de ne pas m'être intéressé à la question des eaux Kangen ce qui est inexact mais il est vrai que je me suis borné à faire état des remarques de Richard Haas sans donner d'avis personnel. En effet, la question était restée pendante, Haas n'excluait pas la possibilité d'une utilisation médicinale tout en estimant qu'elle devait faire l'objet de recherches voir d'une surveillance.

Du nouveau en provenance de Belgique

J'ai donc renvoyé mon lecteur vers un article que j'ai trouvé et que je n'ai lu qu'après coup :

http://www.eautarcie.org/03d2.html

Cet article très technique est assez corsé et réclame beaucoup d'attention. Il laisse a entendre que les eaux hydrogénées type Kangen ou "Lourdes" produites par un appareil d'électrolyse coréen et concurrent pourraient présenter un intérêt médicinal  considérable du fait de leur richesse en hydrogène et de leur RH2 très bas.

Ayant lu et assimilé en partie cet article, je me suis rendu compte ensuite que les "eaux hydrogénées" sont actuellement l'objet d'une grande vogue et que quantité d'appareils sont proposés.

Vitamine C et pouvoir redox

Une affirmation de Joseph Orszâgh m'a frappé, je cite :

Linus Pauling et Albert Szent-Györgyi (deux prix Nobel) ont aussi découvert les vertus anticancéreuses de la vitamine C dont ils recommandaient la consommation en quantités élevées. Faute de connaître la notion du rH2 et la bioélectronique, ils attribuaient cet effet à la molécule de la vitamine C, alors que l'effet en question est uniquement lié aux propriétés réductrices (rH2 bas).

Et encore ceci :

Dans le traitement de la grippe (maladie virale), tout le monde admet l'efficacité de la vitamine C. Or, l'acide ascorbique est un puissant réducteur. L'effet favorable de la vitamine C dans le traitement des maladies virales, mais aussi dans la prévention du cancer, provient tout simplement de son caractère réducteur, abaissant le rH2. La prise de vitamine C à dissolution lente avec l'eau hydrogénée en décuple l'efficacité dans le traitement des cancers.

C'est alors que le problème du choix d'un mode de production d'eau hydrogénée se pose ainsi que le choix d'un appareil.

Tout d'abord, si j'avais constaté par quelques essais que l'ajout de vitamine C dans une eau de type Mont Roucous donnait un RH2 bas, en dépit d'un défaut de correction dans la formule, je ne pense pas que les effets de la vitamine C s'arrêtent là. Ce serait oublié le cas de la réaction de Fenton avec production de peroxyde d'hydrogène dans les cellules cancéreuses lors de l'administration par voie intraveineuse d'une grande quantité de vitamine C. D'autre part, il faudrait comparer l'effet redox de l'acide ascorbique avec celui d'un ascorbate du fait de la différence de pH. Or la considération du pH entre pour un facteur 2 dans la formule de Nerst.

Le promoteur du site Eautarcie (très très intéressant à tous égards) parle de l'eau Kaqun qui est plutôt oxygénée en reconnaissant les effets positifs des bains. La le mystère est complet : on parle d'un tubes contenant différents métaux confié par des américains à un savant d'origine hongroise et aussi d'électrolyse censée mélanger l'eau anodique et cathodique comme dans l'appareil "Lourdes" mais selon des modalités particulières.

Divergences sur la nature de l'hydrogène dissous

C'est ainsi que m'est venu l'idée de chercher du côté d'un certain Marc Henry très imbu des mystères de l'eau pour voir où il en était.

C'est ainsi que je suis tombé sur un rapport d'expertise due à l'initiative de ce Pr français en faveur d'un appareil particulier coûtant un peu plus de 500 Euros.

Le problème est que j'ai noté des contradictions et des insuffisances dans ce rapport :

Il ne connait que le dihydrogène H2, or son collègue belge a élargi la perspective : 

Pour l'atome d'hydrogène formé à la cathode, il y a – théoriquement – deux possibilités :

•L'union avec un autre atome d'hydrogène pour former une molécule de di-hydrogène H2 suivant la réaction H·+ H·→ H2. Ce qui n'est pas dissous, quitte l'eau sous forme de gaz. Dans ce cas, le rH2 mesuré devrait être le reflet de la solubilité de ce gaz dans l'eau. Ce n'est pas cela que l'on constate expérimentalement.

•Soit l'hydrogène naissant H· est stabilisé dans l'eau et reste en solution, sans dégagement de gaz. Dans ce cas, le rH2 de l'eau descend en-dessous de la valeur calculée au départ de la olubilité de l'hydrogène dans l'eau.

En réalité, les deux phénomènes coexistent : on observe un dégagement d'hydrogène H2 et aussi la formation de la forme stabilisée de l'hydrogène naissant.

Criminalisation, côté français, des nanoparticules de platine, absentes selon Joseph Orszâgh 

Je note une autre divergence beaucoup plus grave :

Marc Henry incrimine les électrodes en platine des appareils Kangen et all comme fauteur de nanoparticules dangereuses, je cite :

Contrairement aux nanoparticules de platine qui détruisent tous les radicaux libres quels qu’ils soient, le dihydrogène H2, ne s’attaque qu’au radical le plus oxydant et le plus dangereux: HO•. Cela fait du dihydrogène l’un des meilleurs anti-oxydant intracellulaire.

Plus loin on lit ceci :

Le problème est que le dihydrogène est très souvent obtenu via une électrolyse de l’eau, et que cette méthode de production conduit, par corrosion du revêtement en platine des électrodes, à la formation de nanoparticules de platine qui « activent » le dihydrogène en le transformant en une espèce beaucoup plus réactive, le radical H•.

Cette espèce, ne se contente donc plus de détruire les espèces très nuisibles que sont HO•, 1O2 ou O3, mais s’attaque à toutes les espèces radicalaires de la cellule et en particulier à l’ion superoxyde O2•- et au monoxyde d’azote NO• qui sont des molécules régulatrices signalantes impliquées dans de nombreuses cascades de transduction se produisant lors de l’apoptose, ou lors de la prolifération ou de la différentiation cellulaire. C’est la raison pour laquelle, suite à l’étude bibliographique mandatée en 2012, l’académie nationale de médecine a émis en 2014 la recommandation suivante [3]:

« Il est recommandé à l’Agence Nationale de la Sécurité des Médicaments et des Produits de Santé de considérer les eaux de synthèse produites par appareils générateurs d’eau enrichie en dihydrogène par électrolyse, les eaux neutres ou alcalines enrichies en dihydrogène par action électrochimique du magnésium sur l’eau, comme des médicaments et les eaux oxydantes, produite par électrolyse comme des produits de santé à usage externe. Elle recommande aussi de considérer les appareils générateurs de dihydrogène comme des dispositifs médicaux assujettis au marquage CE médical. » 

Notons au passage que le 1 avril 2014 Marc Henry et Jacques Cambron ont communiqué à l'Académie de Médecine une note sur les risques d'une libre consommation d'eau réductrice alcaline produite par électrolyse.

Les risques d'une libre consommation d'eau réductrice alcaline ...

www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2016/.../tap-pages-de-867-à-880.pdf

1 avr. 2014 - Depuis 1965 la consommation d'eaux alcalines réductrices produites par des appareils d'électrolyse domestique (ERBE) a été agréée au ...

L'histoire du magnésium renvoie à des sticks dont j'ai un exemplaire dans mon frigo mais sans posséder plus de détails sur ce procédé d'hydrogénation simple déjà évoqué par Henry.

Or indépendamment de la thèse selon laquelle la présence de nanoparticule de platine serait excessivement antioxydante, son collègue belge exclut la production de ce type de particules. 

Les électrodes étant en métaux inertes (platine et titane), on ne doit pas craindre une dissolution de métaux lourds par oxydation à l'anode. À la cathode, milieu réducteur, une dissolution de l'électrode est chimiquement impossible. À la cathode : une eau à caractère thérapeutique Grâce à un potentiel négatif à la cathode, ce sont des réactions de réduction qui ont lieu.

L'électrode métallique fournit des électrons. On sait que fourniture d'électrons = réduction; tandis que capture d'électrons = oxydation. Pour que le courant électrique (flux d'électrons) puisse passer de la cathode vers l'anode, l'eau qui se trouve dans la cellule d'électrolyse doit pouvoir conduire l'électricité. Dans l'eau, ce sont les ions portant des charges électriques positives (cations) qui migrent vers la cathode, tandis que des charges électriques négatives (anions) se déplacent vers l'anode.

Il y a donc contradiction, semble t-il à propos, du risque de nanoparticules de platine. La question de savoir si ces particules activeraient les hydrures en les rendant trop corrosive est encore une autre question.

Le Pr Marc Henry cherche à se faire reconnaître comme expert auprès de l'ANSM

Au final, si le Pr Marc Henry a voulu, en tant qu'expert plus ou moins auto proclamé prendre l'initiative de sélectionner un appareil du marché, force est de constater que son "expertise" pose un sérieux problème car il manque à mon avis l'essentiel : à savoir la mesure du RH2 de l'eau obtenue par ce procédé (IDROGEN) vendu par un certain Dumortier.

Enfin vu la perméabilité excessive du personnage à l'égard de cette intervenante problématique que fut une certaine Corinne Gouget, on peut se poser la question de savoir dans quelle mesure ses avis sont vraiment "scientifiques" :

Voir https://eaudossier.wordpress.com/ au sujet d'un ebook écrit avec un certain Marc Forget. Le style de communication de cet ouvrage, on en conviendra, pose de sérieux problèmes.

Notons en passant que les différents sites du Pr sont lourdingues car ils demandent un temps de chargement excessif et quant à trouver des informations vraiment scientifique dans ce fatras, il faut s'armer d'une patience angélique pour un profit sans doute des plus réduits.

Dans un certain article ancien, j'écrivais ceci : Quant à la collaboration de Marc Henry dans le cadre de ce documentaire, il avait autrefois un site dont je ne retrouve aucune trace. Ce site consacré à l'eau était surtout remarquable par le fait que son auteur mélangeait la science avec une polarisation photographique excessive envers le "féminin". 

Il pourrait sembler que la "polarisation" en question se soit diversifiée : trêve de plaisanterie plus ou moins douteuse, j'ai bien relevé des contradictions sur le plan purement scientifique et je suis plus prédisposé à faire confiance au collègue belge de ce personnage qui semble éprouver surtout le besoin de se faire remarquer en usant de procédés d'un style fort peu académique.

Bref, s'il existe une voie de salut thérapeutique du côté des eaux hydrogénées, ce que je ne demande qu'à croire, le problème c'est bien de faire le tri entre les différents appareils et de toutes évidence la fameuse expertise de Marc Henry ne saurait m'engager. Affaire à suivre !

Les TMC, "carburant" cérébral recyclé pour être à la mode

Michel-Dogna-ballad-et-vous.jpgJe ne suis pas tout ce que raconte Michel Dogna, faute de temps. Toutefois mon attention a été attirée par un mail récent dont voici des extraits et dont j'ai conservé la typographie:

Mes remarques sont en romain et en noir.

Les TCM sont des acides gras dont la métabolisation est particulière : ils sont traités par le foie sans avoir besoin d’être auparavant émulsionnés par la bile ou oxydés par la carnitine dans les mitochondries du sang, comme le sont les autres corps gras. Ils vont directement dans le foie où ils sont rapidement transformés en cétones, puis déversés dans la circulation sanguine sous forme d’acides caprylique et caprique. Enfin, ils sont dirigés vers les cellules qui en ont besoin et, une fois oxydés, ils y produisent une énergie disponible quatre fois plus rapidement que les TCL (triglycérides à chaîne longue).

[...]

Les TCM sont donc une source d’énergie exceptionnelle pour tout l’organisme, en particulier le cerveau, le cœur et les muscles. Ils sont parfaitement biodisponibles, très digestes et rapidement efficaces.

C'est un fait que l'huile de coco prise le matin à jeun est la plus apte à produire rapidement des cétones. Suit une longue liste de maladies de carence de glocuse dans le cerveau, glucose pouvant être remplacé par les cétones.

[...]

La nouveauté, c'est moi qui souligne : des TCM pures !

Dans l’huile de noix de coco il y a des triglycérides à chaîne courte, moyenne et longue. C’est le mélange des trois qui fait que l’huile fige (elle devient liquide à partir de 25°C).


Le but est d’isoler les triglycérides à chaînes moyennes (TCM) du reste (par un processus breveté sans solvant et qui respecte toute l’intégrité du produit), car seuls les TCM sont 100% assimilables par l’organisme et sont à l’origine de la production de cétones.


L’huile de coco contient près de 60 % de triglycérides à chaînes moyennes (TCM). Cet extrait d’huile de noix de Coco (garanti non hydrogéné) est titrée en acide caprylique et acide caprique.

Une cuillère de TCM équivaut à 3 cuillères d’huile de coco complète.
Avantage : Elle est beaucoup plus digeste.

Indications

Dogna enfonce le clou en redonnant une longue liste de malades dégénératives...

Avantages sur l'huile de coco

1 - 1 part de TCM équivaut à 3 parts d’huile de coco.
2 - Cette formule TCM est beaucoup plus digeste que l’huile de coco.

Le cas particulier de l'insulino-résistance

Il arrive que les récepteurs neuronaux de l’insuline ne recevant plus assez de glucose n’en envoient plus suffisamment au cerveau qui manque alors d’énergie disponible.

  • Dans le cas de la maladie d’Alzheimer, les TCM améliorent les fonctions cérébrales (apprentissage et mémoire) chez les personnes atteintes à un stade modéré et possédant le gène APOE4.
  • Dans le cas de l’épilepsie, les TCM sont anticonvulsivants et permettent aux malades de mieux tolérer les calories et les glucides, donc d’en ingérer de plus grandes quantités.
  • Dans le cas d’un diabète de type 2, les TCM peuvent aider à abaisser la glycémie en réduisant la quantité de sucre dans le sang.

Je rappelle à toutes fins utiles que rien n'est simple en biologie humaine. Après instauration d'un régime cétogénique forcément pauvre en glucose j'ai observé que le corps peut compenser. Un jeûne d'une huitaine a régularisé le glucose matinal, en revanche un régime cétonique s'est trouvé compensé par la fabrication de glucose in vivo. Or je n'ai trouvé de mention de ce phénomène qu'auprès d'un chercheur américain qui m'a été signalé par un lecteur.

Quel rapport entre l'insulino résistance qui fait que le glucose n'est pas consommé par les muscles et l'appauvrissement des réserves de glucose au niveau cérébral étant admis que les cétones peuvent le remplacer avantageusement. Effectivement, j'ai noté chez un correspondant une amélioration des fonctions cognitives avec le régime cétonique. Toutefois, j'entends insister sur le fait que rien n'est simple et que si l'on adopte ce régime, il faut contrôler son glucose en s'assurant que la privation n'est pas compensée par une production in vivo excessive.

L’utilité des TCM dans le poids excessif

Les TCM peuvent également aider à perdre du poids car ils augmentent le métabolisme et l’encouragent à brûler plus de calories.

De plus, un régime faible en glucides grâce aux TCM atténue la sensation de faim. En effet, ce sont les glucides qui, en faisant fluctuer vers le bas le taux de la glycémie sanguine, engendrent la sensation de faim. Tandis que les graisses n'ont pas de conséquences sur la fluctuation de la glycémie.

Enfin, contrairement aux TCL des graisses animales, les TCM sont très difficilement stockés dans les réserves de gras de l’organisme (cuisses, fesses, ventre, bras et poitrine) et ne forment donc pas de tissu adipeux. Il est même possible de faciliter la perte de poids si vous remplacez le beurre, la crème, le fromage, le lard et les autres graisses saturées par les TCM de l’huile de coco.

Posologie

1 cuillère à soupe par jour soit 15 ml

Le but de l'opération : faire vendre un produit de Apoticaria !

Voir : https://www.apoticaria.com/produit-132-tcm-triglycerides-...

Or vous n'êtes pas sans savoir que cette boutique vend du MSN a un prix prohibitif en arguant de l'absence de certains adjuvants, c'est qu'on ne manque pas d'imagination quand il s'agit de trouver des "arguments marketing" : or ce qui avait attiré mon attention c'est qu'au moins à l'origine le produit proposé était conditionné en livres américaine (454 g au lieu de 500 !) ce qui laissait supposer un reconditionnement d'un produit américain vendu relativement bon marché. Quoiqu'il en soit du MSN on en trouve partout à des prix raisonnables, pas besoin de passer par Apoticaria.

On ne posera pas la question de savoir comment Dogna est intéressé aux vente de ce nouveau produit consistant en un fractionnement sélectif de l'huile de coco. En attendant, c'est nouveau cela vient de sortir !

Alors j'ai cherché un peu !

Recherches au sujet des TCM 

Thierry Souccar a consacré un article (non daté) aux TCM mais sans mentionner de produit à base de TCM pures.

Thérapeutes magazine évoque une huile de TCM (août 2016 d'après Google) mais sans mentionner de fournisseurs.

Ensuite de je constate que les TCM se trouvent sous forme de poudre à destination des amateurs de body building (bulkpowder par exemple). Sauf que la source d'où ces TCM sont extraits n'est pas indiquée...

Ensuite je suis tombé sur un article de Eureka Santé Vidal faisant état de réserve à propos de la perte de poids :

https://eurekasante.vidal.fr/parapharmacie/complements-al...

Je cite :

Décision des autorités de santé européennes

En 2012, les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées sur certaines allégations santé des compléments alimentaires contenant des triglycérides à chaîne moyenne (TCM).

Après examen des données scientifiques, elles ont estimé que ces produits ne peuvent PAS prétendre aider à perdre du poids, que ce soit par augmentation de la satiété, diminution de l’accumulation des graisses ou intensification du métabolisme de base.

Cette revendication d’effet est désormais interdite pour les compléments alimentaires contenant des triglycérides à chaîne moyenne (TCM).

Je me permets de citer la suite de l'article en totalité avec des commentaires :

Usages et propriétés supposées des triglycérides à chaîne moyenne

Les TCM sont proposés comme source d’énergie pour les personnes qui absorbent mal les graisses des aliments : par exemple lors de problèmes de pancréas, de diarrhée chronique, ou pour les enfants prématurés.

Les sportifs les utilisent comme source d'énergie supplémentaire dans l'espoir d'économiser leurs propres réserves.

Ils sont parfois proposés pour perdre du poids, ou dans les cas d'épilepsie résistante aux traitements habituels.

Quelle efficacité pour les triglycérides à chaîne moyenne ?

Les TCM sont utilisés en milieu hospitalier pour rééquilibrer l’alimentation des personnes souffrant de troubles de l’absorption des graisses. Facilement assimilés, ils permettent également d’absorber de nombreux nutriments solubles dans les matières grasses, tels que vitamines A, D, E et K ou caroténoïdes.

Les TCM d'huile de coco pourraient présenter un intérêt pour absorber la curcumine plutôt que l'huile d'olive.

Chez les sportifs, les études cliniques ont montré que les TCM n’avaient pas d’effet sur les performances et n’économisaient pas le glycogène des muscles. Ils préservent plutôt le tissu adipeux du sportif, ce qui peut devenir un inconvénient.

Les TCM semblent efficaces pour réduire le nombre de crises dans certaines formes d’épilepsie résistante aux traitements. Leur ingestion augmente les taux sanguins de corps cétoniques, des substances connues pour réduire la fréquence des crises d’épilepsie. Néanmoins, leur utilisation n’est pas autorisée dans cette indication.

L'effet cétogénique est donc reconnu.

Enfin, à ce jour, peu d’études sont disponibles pour montrer que les TCM favorisent la perte de poids. En 2012, les autorités sanitaires européennes ont interdit cette allégation de santé pour les compléments alimentaires contenant des TCM (voir encadré ci-dessus).

Précautions à prendre avec les triglycérides à chaîne moyenne

Les TCM sont contre-indiqués chez les personnes diabétiques et chez celles qui souffrent de cirrhose du foie ou de certaines maladies génétiques. Leurs éventuels effets indésirables sont les nausées, la diarrhée et des crampes intestinales.

On n'explique pas la contre-indication chez les diabétiques. Voir plus haut ce que j'ai noté à propos d'un cas de résistance à l'insuline.

J'ai constaté dans un cas que la prise d'huile de coco le matin a jeun a semblé être cause de diarrhées. Si une insuffisance hépatique est en cause, il n'existe pas d'analyse biologique probante à cet égard. Dans le cas évoqué, la cancérométrie de Vernes semblait indiquer une déficience hépatique et le sujet se réveille vers 3 heures du matin s'il boit du vin le soir.

Origine, formes et dosage des triglycérides à chaîne moyenne

Les TCM sont extraits ou synthétisés à partir de l’huile de palme ou de coprah (noix de coco). Ils se présentent sous forme de poudre, de gélules, de capsules ou de solution huileuse. Les dosages s’élèvent à 15 g, une à trois fois par jour, chez les personnes souffrant de mauvaise absorption intestinale.

L'avis du spécialiste sur les triglycérides à chaîne moyenne

La prise de TCM ne présente guère d'intérêt, sauf pour les personnes qui ont du mal à absorber les graisses.

L'huile de TCM à la Apoticaria n'est pas une nouveauté, on a invoqué un brevet et une méthode d'extraction "bio" sans preuve aucune. Il est clair qu'on est en présence d'un recyclage d'une "vieillerie" et que l'objectif est de faire de l'argent. Enfin une chose est à peu près sûre, l'argument de la perte de poids possible relève du bourrage de crâne intéressé.

Sans forcément prendre pour argent comptant ce que dit le parti de la médecine académique, il est clair que les allégations à la Dogna relèvent d'un véritable "forcing" notoirement intéressé. Prudence à l'égard de cette nouvelle marotte comme recyclage d'une vieille recette accommodée au goût du jour !