Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2017

Nouveau : Linky, électricité sale, essais de filtrages

mesure-electricite-sale-line-emi-meter-cpl-et-linky-10khz-1mhz.jpgMAJ du 8 janvier 2018 (résumé)

Je poursuis mes essais et observations de corrections du courant sale.

Le système condensateur + résistance de décharge m'a permis de faire baisser de 900 à 30 à 50 mV la représentation du courant sale résiduel provoqué essentiellement par la présence de deux onduleurs. Une représentation de l'ordre purement symbolique car seul un analyseur de champ, instrument très coûteux, permet une évaluation réaliste des fréquences en cause.

En faisant une mesure dans les parties communes, je me suis rendu compte que le secteur est pollué en permanence d'un niveau de 400 mV. Le soir j'observe des poussées brèves d'origine externe. Je n'en connais pas la cause mais enfin cela peut provenir de toutes sortes d'appareils.

Effet pervers sur le passage en "heures creuses" et sa sortie

Un moment donné, je me suis aperçu que je n'avais plus d'eau chaude. Un absorbeur trop proche du tableau électrique a du neutraliser le 175 Hz déterminant l'activation du pilote du chauffe eau. En le déplaçant j'ai retrouvé mon signal.

Cet accident montre les limites du procédé : en multipliant les condensateurs X2 de 10 à 15 micro farads qui sont les valeurs utilisées dans ces absorbeurs, on n'a pas de visibilité directe sur les gammes de fréquences qui sont absorbées ou atténuées. C'est là la limite du procédé. Des valeurs inférieures de l'ordre de 1/10ème (1,5 micro farads) ne donnent pas de résultats sensibles.

Il est à noter, concernant les onduleurs, que ces absorbeurs ne doivent pas être positionnés sur les prises régulées et que la répartition doit se faire empiriquement.

J'ai trouvé un type de boitier avec prise femelle à l'arrière permettant de fabriquer des filtres identiques aux Stetzerizer qui vont me permettre de tester des valeurs supérieures de condensateurs chez un abonné pourvu d'un Linky. Toutefois je doute que le filtrage d'un Linky puisse être réalisé de cette manière sans faire la dépense d'un filtre passe bas conventionnel. Je suppose que si sur le Line Emi Meter on voit disparaitre totalement les pulses réguliers du Linky d'environ 2000 mV, cela doit correspondre à un nettoyage réel et efficace du courant. 

A propos d'un échange avec un "géobiologue" assez particulier

Il s'agit de quelqu'un que j'ai cité (peut-être en écorchant un peu son nom) à propos de mes démêlés avec l'inventeur de l'Absoplug. Il a pris contact avec moi pour une raison que je n'ai toujours pas comprise. Puisqu'il utilise lui aussi un Line Emi Meter (ancienne version qui chiffre le % d'atténuation d'une mesure à l'autre) je lui ai demandé de faire certaines mesures avec l'Absoplug. Il n'a pas répondu franchement et semble avoir fait semblant de ne pas comprendre. Sans doute craignait-il que les résultats du protocole ne soient pas à la hauteur...

A propos de l'Absovu S2

absovu-s2.jpgL'une des tromperies d'un certain José Ratia est d'avoir conçu un appareil manifestement du type de celui visé plus haut (appelé Absovu S2) qui fait ses mesures en le branchant par une fiche sur le secteur à tester.

J'invite les électroniciens sérieux à se pencher sur le dispositif publicitaire de ce produit. Ce qui m'a frappé c'est que l'ABSOVU est un appareil du même type que le Microsurge meter ou le Line Emi Meter, SAUF QUE Ratia a adopté une échelle particulière en UPR, unité de pollution radiofréquence et que ce qui serait intéressant c'est de pouvoir établir un rapport d'échelle avec celle utilisée par les appareils de provenance anglo saxonne.

On notera également que si les appareils anglo saxon coûtent moins de 200 € l'Absovu est d'un prix prohibitif sans raison, soit près de 500 € !

Recourir à une échelle maison, autrement dit se soustraire à ce qui tient lieu de standard en la matière (une lecture en mV), c'est priver l'utilisateur de toute espèce de référence objective.

Retour sur l'Absoplug

Les spécifications les plus précises se trouvent ici

https://www.quantumprevent.fr/fr/33-absoplug-alpha-absorbeur-d-ondes-electromagnetiques.html

Il manque une expertise Emitech pour valider les performances revendiquées.

Cette on a compris que le produit prétend traiter la pollution dite en mode commun (entre phase et terre, neutre et terre), il suffit pour cela de mini condensateur Y.

https://www.cem-vivant.com/produit-absoplug-alpha,74.html

Ce site a recours à des images d'oscilloscopes trop "magiques" pour être crédibles qui donnent au produit un caractère miraculeux qui ne peut être. Je suis désolé mais sur les graphes d'une épreuve type Emitech on obtient des courbes variables et très accidentées selon les fréquences pour les degrés d'atténuation en décibels.

Un moyen simple de mettre en évidence les performances éventuelles du produit c'est le Line Emi Meter sur un secteur pollué par le Linky sans et avec un Absoplug. On devrait voir et entendre d'un côté les pulses des trames du Linky et de l'autre pouvoir estimer globalement le degré d'atténuation. Bref on n'achète pas des appareils aussi coùteux dans un sac...

José Ratia dernières nouvelles

La dernière version de ce posts a suscité mercredi dernier une new de l'intéressé dans laquelle, d'un côté, il se félicite en quelque sorte de la publicité que je lui ai faite tout en réclamant que ceux qui connaîtraient mon véritable blaze ainsi que mon adresse les lui communique... Aurait-il l'intention de m'envoyer un tueur aux trousses !

Il parle de blogs (au pluriel) préconisant l'usage criminel de gros condensateurs (mais à partir de quelle capacité un condensateur serait "gros"...) comme d'un moyen de transformer un appartement en four à micro ondes : je ne savais pas qu'un condensateur équivaudrait à un magnétron... Quand on en vient à proférer des bourdes pareilles pour se rendre intéressant, rien ne va plus !

========

On me questionne régulièrement au sujet du filtrage du Linky et j'ai un peu avancé.

L'appareil que vous voyez permet de visualiser le "courant sale" sous la forme d'un surtension en mV.

Les niveaux de courant sale

Sans Linky vous avez en permanence entre 400 et + de 1300 mV, un onduleur produit environ 900 mV de courant sale. Au lieu de voir comme sur un analyseur de champ la sinusoïde des 50 périodes augmentées des hautes fréquences surajoutées vous avez une résultante exprimer en mV. Donc le jeu consiste à faire baisser le chiffre en se rapprochant du 0.

Si des Linky sont installés vous avez en plus d'un niveau X de courant sale des poussées toutes les 10/15 secondes (je n'ai pas chronométré) d'environ 1900 à 2000 mV sous forme de salves régulières.

Hors Linky j'ai relevé des niveaux constants de 400 mV, cas le plus courant, jusqu'à 1300 mV (sans Linky) dans une chapelle où j'ai installé un simulateur d'orgue à tuyaux sur ordi. J'ignore d'où vient un tel parasitage ! C'est impressionnant !

Expériences personnelles 

Chez moi j'avais près de 1000 mV de courant sale généré par 2 onduleurs sans Linky. J'ai fait tomber cette surtension à une moyenne de 40 mV avec 5 filtres absorbeurs comme vous les voyez sur la page ci après :

https://www.geotellurique.fr/67-protection-electricite-sa...

Confectionner des filtres absorbeurs

filtre-stetzerizer-a-l-unite.jpgCes boitiers contiennent, entre phase et neutre un condensateur X2 de 10 ou 15uF courtcircuité par une résistance de 6,8 Ko pour la décharge. Vous pouvez ajouter un fusible d'au moins 2 à 3 A de sorte que si le "condo" claque ça évite un court-circuit. Ces filtres reviennent à près de 60 €, vous pouvez en descendre le prix en commandant des pièces détachées chez Conrad ou https://fr.rs-online.com (pour les gros condensateurs que Conrad n'a pas !). Deux options possibles : vous soudez la résistance sur le condo et reliez à une fiche sans terre en omettant le fusible (pas indispensable) et vous recouvrez les connexions avec un ruban adhésif large (style pour délimiter les peintures) ou vous trouvez un boitier d'alimentation avec prise mâle. Le problème est qu'on ne trouve pas de boitier avec une prise femelle au dos comme sur les filtres Stetzerizer.

L'avantage du boitier c'est qu'on peut loger un filtrage en mode commun entre phase et terre et entre neutre et terre mais il faut des valeurs basses de condensateurs pour ne pas faire réagir les différentiels du tableau, j'ai donc laissé de côté cet aspect de la question.

Ce que j'ai constaté c'est qu'en rajoutant un filtre l'absorption est de plus en plus faible. Les premiers ont fait chuter de moitié la pollution des onduleurs in situ, ensuite il a fallu chercher diverses implantations. Il reste à essayer des valeurs supérieures à 15 uF, des valeurs de 1,5 n'ont rien donné.

Chez un ami que j'aide pour ses travaux informatiques, j'ai constaté que la pose d'un seul filtre n'a guère fait baisser les 4/500 mV de surtension. Je dois refaire des filtres pour voir si en les répartissant au 4 coins de l'appartement çà fera baisser les chiffre mais je doute qu'il soit possible d'absorber les décharges de CPL du Linky par ce procédé.

Filtrage d'entrée du Linky

filtre-cpl-passe-bas-strike-spica.jpgJe doute qu'il soit possible d'absorber la totalité des pulses de CPL du Linky en répartissant le genre d'absorbeur que j'ai décrit. La pose de véritables filtres en entrée me parait incontournable et le coût n'est pas léger.

Pour l'instant trois modèles sont en compétition, un produit de Bajog, 3 modèles de Spika (photo jointe allant de 40 à 70 décibels d'absorption) et le Zen Protect.

Vu le faible poids de ce dernier et des indications dans la doc disponible laissant craindre un grande vulnérabilité aux surtensions, j'exclus ce produit car pour atteindre 70 décibels sur les fréquences du Linky, il faudrait investir 1200 € tandis que la moindre surtension due à un coup de foudre risque de le griller car vu le poids c'est du tout électronique.

Reste 3 modèles de Spika, le 63 A en 70 db est actuellement indisponible, reste le 40 A qui se vend moins de 300 € et qui peut convenir à des petits appartements. Le plus gros de ces modèles dépasse 3 kilos, il contient donc des ferrites. Produit par une firme belge déja ancienne sa robustesse est une garantie.

Il reste à comparer les courbes d'absorption. Un correspondant qui souffre d'une électrosensibilité dure à une hémocromatose m'a fourni un comparatif des courbes que je n'arrive pas à lire. Il faut dire que n'étant pas menacé par le Linky avant au moins deux ans, je n'ai pas fait d'effort. Il faut donc que je discute de vive voix avec ce lecteur (que je prie de me redonner son téléphone...) et que je vois avec des électroniciens.

Je suggère au responsable de CEM-BIOPROTECT de faire une vidéo avec le Line EMI Meter pour nous dire ce qui se passe !

Absoplug Alpha

On vient encore de me parler de ce gadget vendu près de 300 €, vu son poids plume il est exclu qu'il puisse filtrer les pulses du Linky.

Quant aux tests de kinésio, c'est de la foutaise ! Que l'inventeur ait l'honnêteté de faire faire un test par Emitech ou produise une expertise fiable. Certes la pub mentionne un filtrage en mode commun mais bon ce n'est pas essentiel et j'en fais autant en rajoutant dans mes filtres ce qu'il faut pour 4 sous. Ne me parlez plus de cet Absoplug, c'est forcément une tromperie.

Absovu S2 encore une entourloupe

Cet appareil ne peut être qu'un décalque du type d'appareil figurant en haut de la note et qui mesure des mV.

La pub prétend qu'il mesure des Volts par mètre, je cite : Pour établir une proportion relative au V/m, il faut diviser la valeur obtenue par 10. Exemple : 100 UPR = 10 V/m

C'est forcément archifaux car on ne peut mesurer des Volt mètre qu'au l'aide d'un appareil comportant une antenne. Donc l'échelle n'est pas en volts par mètre mais en fraction de volts et on n'a pas la correspondance d'échelle avec le genre d'appareil que je préconise. C'est encore de la prestigiditation Ratia à décalqué le microsurgemeter dont il existe un schéma et a bidouillé son échelle pour mettre en valeur son produit. Je veux voir ce qu'il donne avec un appareil conventionnel.

Quand je vois ça j'ai envie de HURLER car évidement les gens qui n'ont pas la moindre connaissance basique en électricité/électronique ne comprennent rien et reste "baba" devant ces tours dignes d'un illusionniste de bas étage.

On veut des spécifications selon des normes officielles en vigueur et des expertises conventionnelles sinon POUBELLE !

En plus ce gadget est vendu près de 500 E c'est scandaleux !

On n'en a pas fini avec les arnaques ! La suite au prochain numéro...

Les commentaires sont fermés.