Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2015

Démonologie sudiste : les mystères du Col de Vence

mysteres.jpgCe texte s'inscrit dans une perspective d'hydiène mentale à visée sociale... 

Je me suis procuré, à l’instigation d’un ami bouddhiste qui a fréquenté l’endroit un livre paru en 2009 et qui fait le tour des phénomènes observés. Je connais l’endroit et notamment le fameux « plateau des idoles » aux rochers surréalistes. J’y suis allé une fois en plein jour et il ne s’est rien passé. En revanche, cet ami qui a été berger un peu plus loin dans le secteur de l’autre côté d’Aiglun y avait observé une sorte de caillassage à l’époque de ses 15 ans. Il pensait que les jets de cailloux provenant d’éclatement de la roche ou de lâchers par des oiseaux. Déjà cette seconde thèse ne pourrait expliquer que des rares cas de projectiles…

Inutile d’acheter ce livre, vous trouverez la plupart des photos sur

http://www.coldevence.com

Dans ce livre, un personnage que j’ai bien connu, savoir l’incontournable Jacques Carter est mentionné sporadiquement. Il s’est prétendu « contacté », je n’ai pas lu son livre, en fait il semble avoir été surtout un « contacté visuel » mais un de ses amis raconte qu’il aurait été « enlevé » et aurait donc subi une abduction. Mais je ne me souviens pas que Carter m’en ait parlé. En revanche, il croyait dur comme fer à une civilisation « extra-terrestre » qui nous surveillerait de près. C’était un personnage très « antijuif » (le mot « antisémite » est devenu par trop imprécis) mais vu que ce fut un industriel dans le domaine de la bonneterie ou quelque chose d’apparenté, je me suis parfois posé des questions sur ses « origines » mais passons… Mis à part sa marotte, c’était un personnage courtois et sympathique. Cependant en lisant le livre, je constate que les prétendus « extra-terrestres » ne l’aimaient guère puisqu’il fut la cible d’un gros caillassage dont la voiture qui lui avait servi de refuge a sévèrement pâti.

A noter que le célèbre Spaggiari avait une maison au col de Vence, j’ai connu là bas un jeune couple de musiciens (qui a subitement divorcé, et je me demande si le genius loci n’y est pas pour quelque chose…)… En revanche, je n’ai rencontré aucun des 5 personnages principaux qui interviennent dans le livre et racontent leur histoire.

Quelques observations personnelles

M’intéressant de longue date à la typologie des phénomènes préternaturels, j’observe que l’on est en présence de phénomènes caractérisés de « hantises ». Ce qui est assez inquiétant c’est que le col de Vence n’est qu’une des zones troublées. Elle est avec le plateau de Calern assez proche la plus célèbre. Mais toute la région et tout l’arrière pays de Grasse est sujet à des manifestations singulières. Carter avait fini par s’installer à Thorenc qui se trouve dans une vallée parallèle à celle où se situent Caille et Andon. Il est à noter que Raspoutine qui a vécu à Nice dans une maison que l’on cherche à identifier aurait laissé des traces dans les archives soit de Thorenc soit d’Andon, en effet une partie de l’aristocratie russe en exil tenait ses quartiers dans la « petite suisse niçoise ». Une secte a fleuri dans le coin qui n’est pas sans rapport avec le transfert d’un centre bouddhique de Laghet à Valderoure (Institut Karmapa). Un des arguments invoqués par les lamas pour le choix du site et qu’une « montagne » séparant la vallée que surplombe Caille et celle menant à Thorenc serait le siège d’un « dieu mondain », jugé bénéfique. Déjà, on peut se poser des questions, car depuis quand les tibétains honorent-ils des « dieux mondains » qui en tant que tels ne sont pas libérés.

Ensuite vu ce qui se passe dans le secteur, et il y a eu un grand transport de gendarmerie et de l’armée venue de Canjuers et du Gepan il y a quelques années, la thèse en question m’a toujours laissé dubitatif. D’autre part, la configuration des lieux est étonnante puisque la vallée de Caille ressemble à l’entrée d’un … vagin. Ce qui ne me sembleguère de bonne augure. Cela me fait penser à un tableau nommé l’origine du monde qui a valu récemment à un abonné à Face de Bouc la suppression de son compte. On ne savait pas M. Zuckerberg si pudibond ! Or en consultant la carte sur Maps je découvre que le vallon s'appelle vallon de l’Antre… La région est au demeurant fort riche en toponymie évocatrice. Coursegoules qui est proche du plateau des idoles c'est courses les goules (fantômes)... Rappelons la catastrophe du barrage de Malpasset (la mauvaise passe), la centrale nucléraire de Creys Malville (la mauvaise ville) et je pourrais en noter des dizaines comme cela... 

La vallée de l'Antre entre Caille et Andon

vallée de l'antre.jpg

Dans la région, les gens du pays ont tous vu quelque chose mais n’en parlent pas. Il est des endroits de la nature qu’ils ne fréquentent pas et laissent les promeneurs s’y aventurer. A noter que les tiques de la région seraient très venimeuses. Sur le plan humain, il y a eu des « histoires pas tristes » avec des particuliers que l’on a retrouvés calcinés dans une voiture. Une certaine pègre affectionnerait le secteur.

Tout l’arrière pays côtier constitue une région certes saisissante par les paysages, pour quelqu’un qui a été habitué à des plaines où la vue s’étend à l’infini, c’est non seulement très dépaysant (et aussi stimulant pour l’intellect et la réflexion sociologique car on touche du doigt l’influence de l’environnement sur la mentalité locale) mais également très insécurisant, d’autant plus que la région comporte des villages abandonné et comme frappés d’une malédiction. Mais l’histoire de tous ces villages reste à écrire… Dès mes premiers contacts avec Nice, j’ai ressenti une hostilité à l’égard de tout étranger, méfiance, repli sur soi, mépris et parfois agressivité. Le propre d’une mentalité insulaire complètement arriérée.

Il ne faut pas me parler des « valeurs paysannes » : l’attachement, le rivage à la terre est ce que l’on peut concevoir de plus anti-spirituel. J’ai horreur de cette sorte de « démagogie ». Je ne vois pas autour de moi de véritables chrétiens, l’intéressement domine, je ne parle pas des clans et des villages réputés ennemis. Ah pour les touristes, c’est merveilleux ! La variété est saisissante mais ce n’est que canyons et gorges plus ou moins escarpées, il est peu de village où la vue porte au loin. Donc des horizons très bornés en général…

A noter qu’il existe dans la région au moins deux Valmasque, ou en clair val des sorcières. L’un deux est devenu, ironie du sort, un parc subventionné par le Conseil Général.

A propos de notre cime du Diable locale, la toponymie aux alentours du sommet possède aussi une marque diabolique : lacs de l'Enfer, pas du Trem (« tremblement »), Valmasque (« vallée de la sorcière »). Influence jugée maligne par le clergé de la présence des gravures de la « vallée des Merveilles ». Nul doute que la configuration des lieux a profondément influencé la toponymie. Revenons au Col de Vence…

Résumé des faits

En prenant de la distance avec les phénomènes, on constate que les phénomènes à caractère d’OVNIS sont assez frustes. Boules de lumières (visibles parfois jusqu’à Toulon), des flashs, quelques apparitions de sphères apparemment métalliques, de pseudo soucoupes, un cigare. Des traces circulaires au sol certes mais pas d’engins de haute technologie et pas de petits hommes gris ou verts…

Des phénomènes acoustiques, bruits aériens de machines invisibles, cris déchirants, bruits de meutes de chiens. Silence de plomb de la nature durant ces phénomènes. Des nuages prenant des formes inquiétantes. Brouillards suspects…

Ce qui domine et qui me frappe c’est la dominante style poltergeist. Le lieu et certains lieux dans un vaste secteur sont manifestement « hantés » : apparitions de phénomènes lumineux sur des prises de vues, matérialisations de pierres tombant d’une faible hauteur avec une précision remarquable, formation d’une pierre sur un pare brise sans trace de choc, dématérialisation d’objets et télékinésie desdits objets, appareils électroniques (caméras, appareils photos, montres) qui tombent en panne ou dysfonctionnent provisoirement ou définitivement ainsi que les voitures, un cas classique. Apparence de dialogue communication, à des appels de phares répondent des lumières, où les clignotants d’une voiture se mettent à fonctionner contact coupé et selon un rythme non programmé.

Enfin, détail déterminant, le ou les phénomènes suivent les « mordus » jusqu’à leur domicile en ville, caillassages au retour et formation de chutes de pierre au domicile sous les plafonds avec en plus  sonneries et appels téléphoniques venus de numéros non attribués ou d’absents au moment des faits. En somme un type de « hantise » classique.

Souvenirs des sœurs Fox à Hydesville

Hydesville : hidden = caché = invisible, la ville dans l’invisible…

Et leur esprit familier, un supposé « esprit » nommé Mr. Splitfoot (M. Pied fourchu)…

L’histoire pourrait avoir été montée de toutes pièces mais l’affaire donna naissance à un véritable « phénomène de société » et j’ai dans mes relations quelqu’un qui a vécu des phénomènes spirites particulièrement spectaculaires et même menaçants dans une ancienne villa niçoise qui est toujours l’objet de bizarreries, elle semble en faveur des veuves, les maris n’y faisant pas long feu… Je le connais bien il ne peut pas m’avoir raconté d’histoires, il faut dire qu’il a été abonné aux phénomènes de hantises chez lui et sur un certain lieu-dit dans le voisinage de Eze…

L’explication « extra-terrestre » est une foutaise

Penser que nos progrès sont un legs d’autres civilisations plus avancées, c’est reculer pour mieux sauter. La vision cyclologique traditionnelle part d’un plus pour arriver à un moins (entropie, décadence, héritage dilapidé). On essaie de remplacer la thèse d’un dieu créateur par des civilisations non terriennes dont nous serions bénéficiaires ou victimes en tant qu’esclaves comme dans la thèse reptilienne. Ces thèses n’expliquent pas l’avance technologique de ces « civilisations » inconnues. D’autre part, si on par de la vision d’un « homme des cavernes » progressant lentement à partir d’outils rudimentaires comment peut-il sortir de ce quasi animal toutes les abstractions dont use le langage analogique et symbolique le plus subtil.

Les OVNIS semblent vouloir concourir en faveur d’une parodie de l’annonce de certains textes prophétiques et un Bertrand Méheust, écrivain spécialisé dans la science fiction à fait d’intéressantes observations, je pense également aux rapprochements d’un Jacques Vallées entre des phénomènes anciens relevant du « folklore » à propos de créatures siégeant dans le monde intermédiaire ou psychique. Le domaine des djinns dont parlent les mahométans. Il ne comprend pas que des « démons », il comporte son lot de « génies ». On en revient aux « dieux mondains » du bouddhisme tibétain.

Les « Djinns » du Col de Vence et d’ailleurs

Nul doute que les phénomènes observés sont le fait de « djinns » et de « djinns » d’une espèce peu intéressantes. Ils n’ont pas l’air spécialement méchants, quand il y a blessures, elles sont légères, ils veulent simplement qu’on s’intéresse à eux mais apparemment ils n’ont pas de messages transcendants à faire passer. Sinon ça se saurait, ils jouent avec les émotions des « mordus », ça c’est clair. Ces « mordus » sont très « accrocs », peut-être que les « djinns » les « pompent » pour continuer d’exister tout comme les apparitions des fausses « Vierge Marie », vieilles entités locales reprenant du service, ont besoin d’un transfert d’énergie pour subsister.

Les « phénomènes » évoquées montrent, comme l’enseigne la perspective traditionnelle, que le « monde concret » dit à tort « physique » et plus ou moins minéral reste plus ou moins « plastique » et que son « énergie » siège dans une dimension invisible et intermédiaire. La physique quantique élabore des théories qui s’apparentent à cette vision en cherchant des lois mais ce faisant elle reste « coïncée » dans une vision matérielle qui reste étrangère au sujet. Une thèse intéressante est celle des champs morphogénique mais à condition de demeurer en lien avec la tripartition du monde évoquée.

Pour en revenir à certains lieux « chargés », on peut se demander d’où vient cette « charge » puissante puisque les phénomènes de « hantise » débordent leur siège apparent. Vestiges de pratiques anciennes de sorcellerie ou de nécromancie et autres cochonneries apparentées ? Le moins que l’on puisse constater c’est que le caractère accidenté de la région n’a pu qu’être très favorables à toutes sortes de pratiques dites « païennes ».

Le climat d’hostilité envers toute personne qui n’est pas du pays et le climat de superstitions qui règne encore dans les arrières pays, l’empreinte fort superficielle du christianisme mêlé à toutes sortes d’archaïsmes, des traits de mentalité très particuliers, la folie particulière de certains conducteurs de chars modernes, tout cela incite à penser que si l’on pouvait voir les « démons » qui infestent l’air c’en serait fini de ce soleil qui attire tant d’alouettes…

Cela dit le col de Vence est sujet à des plaisanteries et des hoax... Il m'empêche que ce qui est présenté et raconté dans le livre ne peut pas avoir été inventé. Enfin le quintette à l'origine du livre est en concurrence avec des invisibles dont le site ne diffère que par une terminaison en *.net. C'est une affaire qui marche...

http://meduseducol.blogspot.fr/2012/10/the-col-de-vence-m...

Les commentaires sont fermés.