Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2013

Judith Albertat et son livre sur la maladie de Lyme (compte-rendu)

Albertat.jpg

Sur la maladie de Lyme voir impérativement la dernière note la concernant :

http://silicium.blogspirit.com/archive/2012/09/19/la-maladie-de-lyme-et-le-proces-contre-le-laboratoire-schall.html

Faute d'avoir le temps de réviser toutes mes notes la concernant, vous êtes prié de vous reporter à la dernière en date.

Le livre s'intitule Maladie de Lyme, mon parcours pour retrouver la santé (Thierry Souccar).

Un parcours du combattant

Le livre comprend 4 parties et la première s'intitule Un parcours dans la tempête. L'auteur, ancien commandant de bord spécialisé dans la formation sur simulateur de vol raconte son parcours, sa découverte progressive de la maladie de Lyme ses pérégrinations avant de trouver une solution à son problème. Il est assez hallucinant de constater qu'en présence d'une telle quantité de symptômes liniques dont certain visibles (un amaigrissement considérable) les médecins consultés n'ont eu de cesse de renvoyer la patiente vers un psychiatre. Fort heureusement, il s'agissait d'une femme de tête et elle a refusé d'entrer dans ce jeu.

Le livre à cet égard est agréable à lire et fort bien écrit mais à ce niveau il n'apprendra rien que le lecteur ne sache déjà. Le procès intenté au laboratoire Schaller de Strasbourg et au pharmacien auteur du Tic Tox a au moins eu le mérite d'attirer l'attention du public sur l'éxistence d'un déni de chronicité.

Force est de constate que si l'auteur s'en est sorti c'est d'abord parce qu'elle avait la chance de disposer de moyens financiers sans doute supérieurs à la moyenne. Les centaines et même les milliers de km qu'elle a du parcourir au risque d'être complètement épuisée et les milliers d'€uros qu'elle à dépensé en vain, peu de gens auraient pu se permettre de les gaspiller ainsi. Elle a donc eu beaucoup de chance dans son malheur car n'importe qui d'uatre y aurait laissé sa peau. En pareille situation il ne suffit pas d'avoir du courage et de la détermination il faut pouvoir cracher copieusement avant même de découvrir que l'on a été grugé dans les grandes largeurs.

Qu'est-ce que la maladie de Lyme ?

Le premier chapitre de cette seconde division ne nous apprend rien que l'on ne sache déja. Il est question de sa transmission (qui ne concerne pas que les tiques), des co-infections, du mercure comme facteur aggravant, et des trois stades de la maladie et des symptômes les plus répandues.

A propos de ces trois stades, il faut noter qu'ils sont reconnus dans le consensus officiel et je ne vois pas très bien en quoi consiste le déni à cet égard. En d'autres termes, il est officiellement admis que la maladie peut devenir chronique de sorte que l'on ne saisit pas très bien sur quoi porte le déni si ce n'est sur la fréquence de cette chonicisation qui est manifestement sous-estimée. C'est là et je le signale un point qui reste obscur et j'ai pu constater que la documentation existant sur les sites spécialisés me demeure assez obscure alors à combien plus forte raisons l'est-elle davantage pour les particuliers qui n'ont pas toutes mes connaissances.

Le chapitre deux portant en particulier sur la détection est très insuffisant. Il laisse a entendre que le laboratoire Schaller est le seul a proposer un test à peu près potable, or cela n'a jamais été le cas. Il y a toujours eu au moins 3 ou 4 laboratoires en France qui proposaient le Western Blot de All Diag. Il aurait fallu le préciser et donner un certain nombre de précisions quand à l'interprétation de ce test et de ses diverses bandes. Les généralités de ce chapitre sont complètement nulles et insuffisantes.

Ensuite l'auteur présente les différentes thérapeutiques et fait beaucoup de place aux "thérapies quantiques". De quoi s'agit-il ? L'auteur ne propose aucune définition et cite le protocole de Bob Beck (micro-électricité pulsée) et divers appareils inclassables en mettant dans cette catégories un générateur d'ozone sur lequel il y aurait sans doute beaucoup a dire si comme on peut le redouter il comprend des éléments en aluminium. 

Ras le bol avec la "médecine quantique"

L'auteur a fini par perdre son travail et s'est recyclée en temps que naturopathe. Elle a dépensé une fortune à avcquérir les divers appreils qu'elle cite et ce n'est sûrement pas sur la maladie de Lyme qu'il faut les tester surtout quand pour ne manquer aucune chance on fait de tout en même temps. Alors comment savoir ce qui a bien pu agir dans un protocole aussi composite.

Je rappelle que les médecins 'ny connaissent rien en physique quantique. C'est une discipline qui nécessité d'être rodée aux mathématiques supérieures et ça ne suffit pas car j'ai la preuve que les théoriciens de la médecine quantiques ont chacun leur système et ignorent superbement celui du voisin. C'est donc le domaine du 'grand n'importe quoi"!

En d'autres termes, parler de "médecine quantique" dans c'est conditions c'est pure charlatannerie car pour commencer où trouver une définition de ce type de "méddecine". Tout ce que l'on peut deviner c'est que cela aurait un rapport avec le domaine des "ondes" par opposition à une médecine des "particules" donc chimique mais c'est bien vague et l'on verra que l'auteur s'en est sorti surtout grâce à des "particules", savoir des antibiotiques et des ions d'argent en particulier.

Bref, je ne donne pas cher de la pratique de l'auteur en tant que naturopathe et l'on verra pourquoi un peu plus loin. Finalement, l'auteur enfonce des portes grandes ouvertes et propose de manger mieux, de renforcer son immunité intestinale, de lutter contre l'acidose et de bouger.  On est dans le domaine des lieux communs mais ça ne mène pas loin  : est-ce que les pré et probiotiques sont suffisants pour restaurer un intestin perturbé. Je rappelle que la question est toujours en suspens, les bifidus sont contestés et Donatini accuse les pré biotiques de favoriser les fermentation. Bref le serpent se mord la queue !

Les choix thérapeutiques de l'auteur

Concernant l'argent colloïdal elle préconise l'Argentuyn 23 et l'a alterné avec de l'argent colloïdal classique à 5 ppm à cause du prix.

Mais elle pris aussi des antibiotiques et du Flagyl assez massivement tandis que son fils s'en est sorti sans cela.

Concernant les compléments alimentaires, elle propose des "classiques" : vitamine E et C, magnésium, co-enzyme Q10, sélénium, Omega 3, probiotiques locaux et poudres alcalinisante, silice organique, Cumanda, samento et le protocole de Klinghardt pour la détoxication aux métaux lourds avec la chlorella et l'ail fermenté.

Bref, question complémentation, on ne sort pas des ornières habituelles, sous dosages et formules locales, liste incomplète (pas de Vitamine D ?).

Soyons clairs, le nerf de la guerre, c'est l'argent colloïdal + les enzymes protéolytiques (bromélaîne et Cie) quant à la complémentation elle est la même finalement pour tous les maladies chroniques et immunitaires devant lesquelles la médecine académique est impsuissante. Pas la peine d'acheter un livre pour cela il suffit d'êtr un fidèle du site gestion santé dont je viens de reparler.

Conclusion

Je ne m'attendais pas à faire des découvertes sensationnelles dans ce livre et au fond il est tel que je l'avais imaginé. L'auteur a beaucoup souffert mais comme elle le dit, son histoire est banale, elle existe à des centaines d'exemplaires. Elle s'en est sortie parce qu'elle avait les reins solides. Grâce à la maladie de Lyme la voilà propulsée naturopathe. Il faut bien gragner sa croûte mais toute question de personne mise à part, je me demande bien ce que peuvent faire des naturopathes en présence de pareilles pathologies quand on ne peut pas soi-même prescrire les investigations biologiques nécessaires, qu'il faut compter sur un médecin plus ou moins hostile pour obtenir certaines données.

Le plus grave défaut de ce livre c'est d'orienter le lecteur vers des options matérielles coûteuses qui n'ont de "quantiques" que le nom et qui à mon humble avis sont d'un intérêt thérapeutique très limité. Tout le monde parle d'équilibre acido-basique mais je hurle quand on me parle d'alcaliniser les urines car c'est ouvrir la porte aux infections quand à remédier aux dysbioses intestinales c'est bien joli mais tout le monde raconte sans petit histoire mais on ne sait rien de sûr quant à la conduite à tenir.

Enfin, je ne regrette pas d'avoir lu ce livre car il ne m'a rien coûté. La correspondante qui me l'a envoyé m'a tout de même précisé que Judith Albertat ne veut pas donner l'adresse du médecin qui l'a remise sur pied. C'est pour le moins curieux. Pourquoi cette rétention d'information qui fait que ceux qui lisent son livre ne sont guère plus avancé qu'avant ?

Enfin, il faut constater qu'il existe peu de livres consistants et qui soient capables de nous apprendre quelque chose. j'ai su qu'un correspondant à qui j'avais déconseillé le livre de Lenher au sujet de l'intoxication aux métaux lourds en a été très déçu.

Un livre sérieux et utile sur la maladie de Lyme serait tout à fait autre chose. Enfin j'ai signé sa pétition tout en sachant que comme toutes les pétitions, pisser dans un violon ferait autant d'effet..

 

Les commentaires sont fermés.