Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2016

Cancérométrie de Vernes, protocole du Dr Laurent Schwartz, Metformine, Berbérine et Cie, quelques remarques en désordre…

Cancerometrie1.jpgCliquer sur l'image pour l'agrandir.

J’ai reçu un appel angoissé d’un M. de 70 ans dont les PSA montent et qui s’inquiète et à qui on propose un nouveau dosage et une IRM à 3 mois, voir une biopsie. Il est tombé sur ce blog en faisant des recherches sur le protocole du Dr Schwartz.

Ce qui l’a troublé c’est qu’ayant pris de l’hydroxycitrate (Garciania) et du Sodium R-lipoate, il a éprouvé les symptômes suivants, je cite :

Après la première prise (faible) le matin à jeun comme indiqué, et 1 heure après un petit déjeuner léger  j’ai ressenti un malaise (comme une pression dans la tête et  difficulté de concentration).

Comme je dispose d’un tensiomètre et d’un testeur de glycémie hérité de ma mère diabétique (mais je ne souffre moi-même d’aucun problème particulier) j’ai pu constater que ma tension était normale mais ma glycémie était élevée, chose que je n’ai jamais constaté avant.

Le régime cétogène peut faire grimper la glycémie

Je lui ai répondu en substance qu’il y a de fortes chances qu’il s’agisse d’une coïncidence. En effet, j’ai remarqué, que le régime cétogène a tendance à augmenter la glycémie. Voici ce que je signalais le 6 février 2016 dans un article sur la Berbérine :

Voir : http://silicium.blogspirit.com/archive/2016/02/06/la-berb...

Mon glucose matinal a tendance à dépasser le 1,1 (résistance à l'insuline, cas fréquent à mon âge quand après avoir été mince on s'épaissit plus ou moins) et bien quand j'ai fait un jeûne intégral de 8 jours il est rentré dans le clous à 0,9 d'où il résulte qu'un régime exclusif de jus de légumes non sucrés produit le même genre de résultat.

Rappel à propos de diabétologie

Soit dit en passant 1,1 comme limite supérieure c’est la nouvelle norme des labos. Selon l’OMS, il n’y a pas si longtemps, c’est quand on dépassait 1,26 à jeun et à plusieurs reprises qu’on commençait à parler de diabète. Je rappelle également que la seule manière rationnelle d’ajuster un traitement anti-diabétique consiste à doser les fructosamines avant traitement et après 3 semaines d’essai.

La période de référence de l’hémoglobine glyquée HBA1C est de 3 mois, ce dosage ne vaut que pour le contrôle sur la longue distance d’un diabète ou d’un pré diabète (cas de la résistance à l’insuline, un phénomène très répandu). Pour ce dernier dosage, on considère qu’il faut traiter quand on se rapproche de 7%, pour ma part je place la barre plus bas, dès qu’on commence à dépasser 5,5 et surtout 6, il faut penser à la Berbérine.

Une remarque en passant, seul les vieux médecins connaissent les vertus des fructosamines comme indicateur. L’Assurance Maladie n’encourage pas le recours à ce contrôle pour des raisons d’économie d’où l’ignorance des jeunes médecins. Au labo que je fréquente, je suis le seul particulier qui réclame de temps en temps ce type de contrôle d’où un surnom en rapport…

Intérêt de la berbérine

Soit dit en passant je suis en litige avec un fournisseur chinois a propos de ce produit : on m’a fourgué un produit dont la couleur n’est pas en rapport avec les illustrations. La berbérine est entre le jaune citron et le jaune du curcuma, c’est un jaune clair avec une nuance de vert parfois.

La berbérine, je l’ai fait tester par un ami, un voisin qui prend de l’Amarel. Sa glycémie monte à 1,30 en moyenne 1,40 et plus en cas d’excès la veille. La Berbérine que je lui ait fournie pour un essai de 8 jours a fait chuter la glycémie à 0,9 et 1 le matin, rarement plus au bout de 2 à 3 jours à raisons de 2 fois 700 mg. Son médecin prétend à l’effet placebo. On va voir sur 1 à 2 mois, je suis sûr que le toubib devra s’incliner.

Je reprends ma citation :

Mais si on arrête ça repart, le problème n'est pas réglé.

Je discutais la thèse d’une guérison du diabète par les jus de légumes et j’abordais un effet pervers du régime cétogène demeuré inaperçu en Europe.

Observation personnelle confirmée par une lecture sur un site américain

Il est à noter qu'en cas de régime cétonique le foie à tendance à se démerder pour compenser par une glycogenèse et le glucose peut paradoxalement monter au lieu de descendre.

Mais çà ceusses qui font du copié collé ou vendent des livres vous le disent pas car ils l'ignorent, faut observer ou aller gratter chez certains auteurs américains plus finauds que les copistes français de profession qui font dans la vulgarisation pour lecteurs à moitié débiles. Il faut dire que je suis un phénomène à divers points de vue : la Metformine et le Gymnema ont eu tendance à faire monter un peu ma glycémie...

Pour en revenir au malaise de mon correspondant, on me fait savoir qu’il convient de ne pas prendre le traitement à jeun. Quoiqu’il en soit, pour la hause de la glycémie, j’ai pensé qu’il a peut être éprouvé ce que j’ai éprouvé à savoir qu’en cas de privation de glucides, le foie en fabrique à partir des lipides par exemples. C’est un autre lecteur qui m’a dirigé vers un auteur américain sur le site duquel le phénomène est mentionné. Je ne sais pas quelle proportion d’utilisateurs du régime cétogène il concerne mais je dois donner le conseil aux gens qui le pratique de ne pas contrôler que la montée des corps cétoniques mais de pratiquer quelques mesures en se piquant une patte 2 ou 3 jours d’affilée de temps en temps (à jeun, 2 à 4 heures après le repas de midi et le soir au coucher) et de faire des graphiques. Les glucomètres sont vendus avec des logiciels pour ça.

Je n’ai pas de courbes détaillées de mon correspondant et je ne sais pas ce que vaut mon explication mais j’ai de bonnes raisons de penser qu’il a vécu le même phénomène que votre serviteur. Il faut dire que la surveillance d’une glycémie fluctuante est chose un peu angoissante en plus du fait qu’il n’est pas agréable de se perforer les paluches plusieurs fois par jour.

Protocole de Schwartz : la Metformine sur la selette !

Votons maintenant les problèmes posés par le protocole du Dr Laurent Schwarz qui, à ma connaissance n’est pas professeur.

Assez récemment, Laurant Schwartz a ajouté une variante à son protocole consistant à l’ajout de fortes doses de Metformine. Notez en passant que pour avoir des indications relatives à ce protocole, il faut s’adresser à :

http://www.cancer-et-metabolisme.fr/

A noter que vous avez peut être remarqué que ce site est resté fermé un moment. L’histoire de la Metformine que je vais évoquer a causé des remous sur lesquels je n’ai point à m’étendre puisqu’un ou deux membres actifs ont démissionné.

En activant la fonction de recherches de ce blog, vous trouverez les indications pour commander les produits concernés chez Iherb mais il existe des sources en France, à vous de comparer les coûts respectifs. Donc pour les dosages, voir avec cette association.

J’ai été informé il y a quelques mois de l’existence d’un litige entre l’association et Laurant Schwartz, litige qui résulte de résultats contradictoires entre les expérimentations poursuivies sur des souris par deux laboratoires différents, un situé hors d’Europe et l’autre en Allemagne. J’ai les résultats dans mes archives. Il en ressort que les résultats du premier laboratoire sont très positifs et ceux du labo allemand plutôt catastrophiques.

Or les patients ayant ajouté de grosses doses de Metformine, de l’ordre de 3 g., ont vu leur cancer flamber à nouveau et il y a eu au moins un mort. Alors que le protocole Hydroxycitrate + Sodium R. Lipoate + Naltrexone a dosé des résultats incontestables, surtout chez les personnes n’ayant pas subi les traitements classiques à base de chimios.

Que penser de la Metformine ?

Notez qu’elle a produit chez votre serviteur un résultat paradoxal.

Les effets franchement négatifs en cas d’ajouts à haute dose au protocole de base, sont-ils dose dépendant en cas de cancer où la Metformine est-elle contre-indiquée systématiquement chez les cancéreux.

Ma foi je n’en sais fichtre rien. J’ai entendu parler récemment et je l’ai noté d’essais à base de Metformine dans le secteur à Laccassagne mais pour l’instant rien n’a filtré.

Donc puisque la Metformine est un médicament de première intention en cas de diabète censé lutter contre la résistance des cellules normalement consommatrices de glucose, la première chose à faire c’est d’exiger du médecin d’en quantifier les effets par le dosage des fructosamines, ce qui devrait être la règle pour l’institution de tout traitement antidiabétique quelque soit la classe de médicaments utilisée. C’est seulement quand l’équilibrage est atteint que l’on peut se reposer sur HBA1C.

Comment savoir si on a un cancer ?

Les PSA peut n’indiquer qu’une simple inflammation. D’autre part, j’ai un ami et concitoyen plus âgé dont les PSA ont flambé. Muni d’un pacemaker pas question de passer par un IRM, ne reste que le Petscan et la biopsie.

Si on me demande si en cas de doute d’accepterais une biopsie, je réponds NIET ! Pas question de prendre le risque d’une dissémination. Pour moi la règle c’est touche pas à ma prostate ! De fait, il se trouve que la tumeur de cet ami n’est pas bénigne tout en étant d’une très faible évolutivité. A ma connaissance, ça fait plusieurs mois que ni l’urologue, ni l’oncologue n’ont institué de traitement. On a parlé d’aiguilles (curithérapie), c’est encore une approche qui m’offusque puis que les rayons ionisants sont cancérigènes.

Le PSA est un marqueur réputé, assez à tort, spécifique de la prostate. Il y en a d’autres le ACE  et CA 19-9 en particulier qui ne sont en principe utilisés que pour le suivi d’un traitement anticancéreux et non pour le diagnostic. Le problème est toujours le même, ils peuvent être élevés sans qu’il y ait véritable cancer, par contre si une tumeur a été détectée leur hausse est significative.

On peut en cas de doute demander au médecin de doser un ou plusieurs de ces marqueurs mais à ma connaissance le seul bilan qui soit fiable dans ce domaine et surtout qui soit encore accessible en France c’est celui de la cancérométrie de Vernes.

La cancérométrie de Vernes

Le Dr Janet a consacré deux livres au sujet. Objectif cancer et Le traitement des cancers par la méthode de Vernes. Janet décrit les principes du bilan mais il parle beaucoup des solutés de Vernes qui à ma connaissance ne sont plus produits. Les armes thérapeutiques de Vernes ont donc disparu jusqu’à nouvel ordre.

Le bilan cancérométrique est décrit. Il se traduit entre autres indications par une courbe et je donne en illustration les principaux cas de figure.

Le laboratoire Lauriston à Paris pratique ce bilan auquel, pour 100 € est ajouté un profil protéique partiel, utile pour le premier bilan mais qu’il n’y a pas lieu de répéter systématiquement, à mon humble avis, lors des contrôles suivants. D’où l’intérêt de se tourner alors vers un laboratoire bordelais.

Le laboratoire auquel Janet avait recours à Bordeaux existe toujours (il faut questionner Exalab) et il facturait le bilan spécifique de Vernes dans les 45 €.

Ces laboratoires doivent pouvoir mettre les patients concernés par un cancer en relation avec des médecins qui ont l’expérience des pratiques évoquées.

Pour 30 €, ces bilans peuvent être interprétés par le Dr Augusti qui est toujours vivant mais très âgé.

Mais il vous faut quand même savoir que si le Dr Mouliner a collectionné les ennuis de la part de l’Ordre c’est parce qu’il marche sur les traces du Dr Janet.

Les scans des livres du Dr Janet sont disponibles auprès de Cancer et Métabolisme

Les livres du Dr Janet ont été scannés, ils sont disponibles sur le Cloud nécessitant un abonnement particulier. Cependant, ces scans, je les ai communiqué à l’association pour que l'on puisse les faire circuler notamment à l’adresse des médecins qui voudraient s’informer sur le sujet.

Conclusion

Si vous me demandez ce que je ferais en cas de cancer, j’ai le droit de vous répondre que j’enverrai systématiquement le chimiothérapeute au diable et éventuellement l’oncologue et que je ne tolérerais pas le chantage consistant à conditionner le suivi (Petscans et Cie) à l’obligation d’en passer par les traitements hypertoxique. J'ai été témoin de ce type de pratique arrogante sur Limoges, à propos d'une dame de Montmorillon dont j'ai suivi le calvaire à distance et à supposer que je me trouve un jour quasiment à l'article de la mort le salopard qui oserait ce type de chantage risque de se faire arracher les yeux ou se faire décoller la tête.

Il est inutile de s'adresser à moi pour ce genre de problématique, je ne peux rien faire, il faut un médecin et les généralistes ont été complètement dépossédés de toute espèce de liberté de prescription donc je n'en connais pas qui sont en mesure de se risquer à user de méthodes alternatives.

Voir les malheurs du Dr Moulinié qui marche sur les traces du Dr Janet et qui a du plus ou moins s'exiler en Espagne...

Des méthodes efficaces, il en existe pourtant en dehors de ce qui se pratique et je ne suis pas sûr que Michel Dogna les ait toutes répertoriées. Par conséquent il me faut répéter que j'ai transmis et je transmettrai tout ce qui peut paraître pertinent à l'association Cancer et métabolisme, à charge pour elle de faire circuler l'information et éventuellement de trouver des médecins.

Un médecin désireux d'aider j'en connais un mais outre qu'il est en Belgique, il ne sait pas sur quel pied danser. En clair on a sciemment mis les généralistes dans une impasse avec obligation de passer la main aux centres anticancéreux. Mais la majorité à laissé faire car vous comprenez bien que les jeunes étant assez largement incapables de faire les diagnostics fins dont étaient capables leurs aînés, il se retranchent derrière les analyses alors que ces dernières ne devraient servir que de confirmation. Ils sont donc ravis de se laver les mains en se défaussant sur des spécialistes plus ou moins myopes. Voilà où nous en sommes.

Une seule solution acquérir un minimum de connaissances et prendre sa santé en mains. Quand j'ai eu un problème je suis toujours arrivé chez le toubib avec une hypothèse et quand j'ai eu doute, il a séché aussi. Ex : ce n'est pas toujours évident, sans radio, de distinguer un problème colique néphrétique d'un problème éventuellement intestinal.

Donc à tout prendre, quitte à crever, je préférerais crever du cancer que des immondes cochonneries de la médecine actuelle ! Et je suppose que le fait de pouvoir réagir ainsi cela ne peut qu'entretenir l'immunité sous toutes ses formes.

17:58 Publié dans Cancer | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.