Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2018

Artemisia annua, artémisinine, Corrosol, attention aux abus !

artemisia.JPG

Mise à jour du 23 mai 2018

Cette note a fait l'objet de remarques de la part de Gérard Germain qui fait partie de l'association Cancer et métabolisme :

Je cite intégralement ses remarques en italique avec quelques commentaires tout en laissant l'article original en son entier. Il se trouve que je n'ai pas le temps de complètement revoir la question car je serai très occupé pendant quelques jours. L'article avait pour but  de souligner le genre d'arnaque consistant à vendre très cher des poudres de plantes et en les faisant passer, dans le cas de l'artemisia annua, pour de l'artémisinine. Dans le cas de l'artémisia, il faut souligner que l'on peut la cultiver très facilement sur un balcon. Concernant les feuilles de Corrosol, il convient de se débrouiller pour les importer soi-même de Madagascar.

Je prends connaissance de votre article du 14/03/2018 sur votre blog :

S’il est vrai que ce David Hervy a une approche pub un peu trop musclée (ce n’est pas 3 sites, dont il est propriétaire, mais une bonne trentaine de noms de domaine qui se référencent tous de manière croisée afin d’augmenter son score Google et d’être mieux placé, mais ce n’est pas le sujet), et que mélanger artémisinine et artemisia annua n’est pas très rigoureux (à sa décharge, il n’est pas seul à confondre, volontairement ou pas), votre propos concernant les vertus respectives de l’artémisinine et de l’artemisia annua sont erronés.

Certes, c'est la seconde fois que je signale ce genre d'arnaque. Et ce n'est pas parce qu'il s'agit d'une confusion répandue que la faute serait plus ou moins vénielle. Ce type est un escroc et au prix où est vendue la poudre d'artéminisa c'est de l'arnaque. 

L’artémisinine n’est qu’une des centaines de molécules plus ou moins « actives » que contient la plante artemisia annua. Et ce n’est qu’une des 20 molécules identifiées comme ayant une action certaine contre le paludisme, la bilharziose, la typhoïde, la leishmaniose, la tuberculose pulmonaire, le trypanosome, le cancer, et plus, contenues dans les feuilles et les tiges de cette plante.

Les essais cliniques menés surtout en Afrique ces 10 dernières années ont montré une efficacité supérieure de la plante entière sous forme tisane ou poudre, à l’artémisinine pure et aux ACT. Ces derniers commencent d’ailleurs à montrer leurs limites (résistance de plus en plus importante du plasmodium à leur égard), alors que les tisanes d’artemisia (pas seulement annua) sont utilisées par la MTC en Chine, mais aussi en Europe et Afrique depuis quelques millénaires contre le palu et autres maladies, sans qu’aucune résistance du plasmodium à leur égard n’ait été constatée.

Par ailleurs, l’artemisia afra, une autre espèce qui comme son nom l’indique pousse en Afrique, ne contient pas du tout d’artémisinine et est tout aussi efficace que l’annua contre le palu (certains disent plus efficace). Donc, le problème est tout sauf la proportion d’artémisinine, au moins en ce qui concerne le paludisme.

La plante entière (le totum en jargon) est plus efficace que LE « principe actif », cache-sexe de la molécule brevetable à haut rendement financier sinon thérapeutique. La grande industrie pharmaceutique a privilégié depuis plus de 50 ans la recherche des « principes actifs », sans se soucier le moins du monde de l’efficacité ou non des tisanes, infusions, décoctions, cataplasmes, fumigations, etc. des médecines traditionnelles. L’histoire du lapacho d’Amérique du Sud (anticancéreux) est tristement exemplaire du déni et de l’enterrement de thérapies traditionnelles dont le seul mais insupportable tort est de ne pas pouvoir garantir 1 milliard de $ de chiffre d’affaire.

Donc, concernant le palu, pratiquement toutes les espèces d’artemisia, quelle que soit leur teneur en artémisinine - même nulle - sont efficaces sous forme fraiche, sèche, en tisane ou en poudre.

Concernant le cancer, la plante entière (annua) sous forme tisane et cataplasmes semble marcher dans certains cas, j’ai plusieurs cas de rémission à Madagascar (cancers du sein).

Je me suis borné à mettre l'accent sur les cures courtes d'artémisinine préconisée par l'association dans le cas de cancer. L'inconvénient étant le risque d'anémie. Le cas du paludisme, qui n'est pas un souci local, n'a pas été envisagé mais il est intéressant de savoir que dans ce cas au moins il n'y a pas lieu de se focaliser sur l'artémisinine. Effectivement, un totum ne facilite pas les résistances contrairement à une molécule précise. L'OMS nous a donc complètement berluré en faisant campagne contre les tisanes d'artemisia annua pour le cancer au profit de certains extraits ou produits purement pharmaceutiques. Ce point m'avait échappé, j'aurai du y penser.

Concernant le cancer, les observations à propos du palu sont certainement transposables mais en fait ce qui est important et ce sera précisé par la suite, c'est de changer de plante régulièrement comme on le faisait pour les solutés de Vernes que l'on employait à raison de séries en limitant chacun à 7 à 10 jours. Enfin je rappelle que le but de l'article était de faire échec à un commerce consistant à vendre des poudres de plantes à des prix prohibitifs avec le risque que l'utilisateur se focalise sur une ou deux plantes.

Il est impossible de dire à ce jour si l’artémisinine pure est plus, moins ou également efficace que l’annua entière contre les cancers. L’artémisinine pure sur une courte durée semble intéressante comme opération coup de poing capable de réduire tumeurs et métastases, mais sans doute pas d’entrainer une rémission de durée significative net encore moins une guérison (molécule unique = résistance facile des cellules cancéreuses). La plante entière sur une longue durée semble plus à même de favoriser des rémissions significatives, mais là non plus sans doute pas de guérison définitive.

Concernant le corossol, les feuilles fraiches ou sèches en décoction sont couramment utilisées contre les cancers à Madagascar. J’ai quelques anecdotes de rémission (un méchant cancer du poumon entre autres).

Pour en rester au cancer, il est trop tôt pour se prononcer concernant l’artémisinine ou la plante entière artemisia annua (ou d’autres variétés).

Concernant la phytothérapie en général contre les cancers, il est indubitable que les médecines traditionnelles sont efficaces, en tout cas au moins autant que le duo tragique chimio/radiothérapie, et sans leurs effets « secondaires » qui entraînent souvent la mort avant même le cancer lui-même.

Malheureusement, les tradipraticiens ou les gens qui se soignent par automédication n’utilisent en général qu’une plante et les cellules cancéreuses qui dans le domaine du vivant ont sans doute la plus forte capacité d’adaptation (plus que les virus, bactéries, parasites, etc.) finissent par développer une résistance à la plante. Il semble intéressant soit de faire des cocktails de plantes : artemisia + corossol + curcuma,+… ou d’enchaîner des cures avec à chaque fois une nouvelle plante quand la précédente ne fait pas ou ne fait plus d’effet.

Mais de grâce, pas de bêtises du genre « on ne soigne pas le cancer avec des tisanes »…

Bien à vous

Ce n'est pas ce que j'ai dit ou voulu dire. Je fais usage régulièrement de plantes pour des troubles certes moins graves que le cancer mais qui lorsqu'ils ne sont pas correctement soignés peuvent abréger la vie. J'ai recours par exemple aux bilans du CEIA qui propose des remèdes en phyto et aromatothérapie de façon très "dynamique" et ce qu'indique la base de donnée est souvent assez pertinent quand on regarde la matière médicale. Mais encore une fois ces sites de ventes ont pour but de vendre des sortes de panacées. En d'autres termes recourir à l'ethnomédecine nécessite d'avoir accès à uns savoir et une expérience qui n'est pas nécessairement disponible sur le Web.

Voici la suite de l'échange :

Je fais partie de l’asso Cancer & Métabolisme, ami de Gilles.

Je travaille aussi à Madagascar avec la Maison de l’Artemisia pour diffuser largement l’utilisation de l’artemisia annua tisane traditionnelle contre palu, bilharziose, typhoïde, etc.  

Et avec des toubibs, des tradipraticiens et d’autres assos sur place contre le cancer, avec artemisia annua poudre, corossol, curcuma, aloe macroclada, pissenlit, etc.

En général, je suis plus favorable aux plantes entières qu’au sacro-saint « principe actif », pour des raisons de moindre toxicité, de plus grande difficulté pour les parasites, virus, cellules cancéreuses, etc. à développer des résistances, de synergie et de complémentarité des différentes molécules, de meilleure biodisponibilité, certaines molécules en aident d’autres à passer la barrière intestinale, d’autres bloquent les enzymes qui détruisent trop vite des molécules utiles … tout ceci à gérer avec retenue et bon sens, en privilégiant ce qui marche dans les médecines traditionnelles, l’utilisation sur plusieurs millénaires valant tous les essais cliniques randomisés en double aveugle… Mais il faut être modestes et prudents car je vois aussi les dégâts occasionnés par un mauvais usage des plantes dans certains coins de Madagascar où la médecine traditionnelle a perdu pied et fait parfois n’importe quoi. Heureusement, les malgaches semblent avoir un sixième sens pour les plantes et ça limite les dégâts.

Vaste sujet.

Attention pour les tisanes on ne fait pas bouillir : on verse l'eau chaude sur les plantes ou la poudre. Mieux encore utiliser du lait de coco, les lipides extraient beaucoup mieux l'artémisinine.

Voir : http://www.cancer-et-metabolisme.fr/larmoise-annua-et-le-cancer/

Je dois avouer que cet article récapitulatif m'avait échappé, je n'avais même pas vu que l'on pouvait s'abonner à une new de ce site...

Voir aussi : https://www.acp-paludisme.info/app/download/5808466590/ar... : à voir notamment pour les modalités de culture de l'artemisia annua.

On trouve également des plants d'artemisia afra sur : https://www.jardin-ecologique.fr/jardin-sec/490-artemisia...

Pour les autres armoise et pas que voir : https://www.plantearomatique.com/recherche?controller=sea...

On trouve une formule à base de poudre auprès de la calebasse verte à Paris mais je n'en connais pas la composition exacte.

Pour les feuilles de corrossol, j'ai un contact avec un ami qui a du quitter Madagascar et y a vécu assez longtemps, on doit pouvoir trouver des solutions d'importation pas cher.Je vais me renseigner.

Un remède contre l'hémochromatose

L'artemisia annua ou l'artémisinine est un excellent remède contre le fer en excès de cette maladie. Voir dans la maladie de Vaquez. Sauf que dans ce dernier cas ce n'est pas tant l'excès de fer qui est problématique mais le risque de thrombose raison pour laquelle les saignées doivent être complétées par une injection de sérum phy pour fluidifier le sang. Dans ce dernier cas on contrôle régulièrement l'hématocrite. 

================================================

Regardez bien cette image : une confusion est subtilement entretenue entre ce qui n'est qu'une simple poudre d'artemisia annua et son principe actif la fameuse artémisinine. certes contenue dans la poudre mais à dise infime et comme telle incapable de guérir quoique ce soit qu'il s'agisse de malaria et à plus forte raison de cancer. En d'autre termes la présentation est manifestement conçue pour suggérer aux acheteurs qu'il achèteraient de l'artémisinine mais d'un autre côté, l'arnaque ne repose que sur la crétinerie des gogos qui achètent ce genre d'article.

Je rappelle que j'ai déjà soulevé ce problème de la confusion entre poudre d'artémisia et artémisinine. Bref, retenez qu'on doit vous donner la contenance en artémisinine de chaque gélule ou d'une unité de poids et non pas un rapport d'extraction, c'est insuffisant et le rapport d'extraction ne donne pas le poids d'artémisinine, il faut connaître le taux en % de la plante sèche ! Donc boycottez tout produit ne répondant pas à la condition ci-dessus, qu'il s'agisse d'artémisinine ou d'un autre principe actif.

Graviola Corossol et cancer

Quant au Graviola Corossol, ce n'est sûrement pas en absorbant de la poudre de ce fruit qu'on peut espérer guérir du cancer. J'ai finis par trouver ce lien qui semble résumer assez bien le problème :

https://www.plantes-et-sante.fr/decouvrir/le-graviola-com...

Les études existantes seraient des études in vitro. Donc in vivo on n'aurait aucune donnée et les excès seraient susceptibles de causer des troubles nerveux. Donc, très clairement, je refuse de cautionner l'emploi de feuilles ou de poudre de fruit en cas de cancer ! Notez que l'on trouve des barquettes de Corossol dans les épiceries chinoises, mais j'ai vu hier que c'est très cher. On y trouve aussi des anones qui sont de la même famille.

Goji : pas si "mirobolant" qu'on le prétend...

Cette vogue du corossol ressemble à s'y méprendre à celle du Goji, apparue subitement il y a quelques années, savoir un fruit rouge jadis banal que l'on trouvait à vil prix dans les épiceries chinoises et dont le cours atteint maintenant des sommets... L'enquête d'un lecteur dont je donne les résultats ci-après montre que le marchand qui est en cause à surfé également sur la vague spéculative autour du Goji.

Voir : http://silicium.blogspirit.com/files/MIROBOLANTS.pdf

Cette fiche émanant de la Pharmacie de la Croix Blanche à Dijon montre entr'autres précisions que notre bonne vieille cerise de Montmorency possède un indice ORAC 33 fois plus élevé que le Goji !

Comprendrez vous enfin à quel pour on vous entube, en long en large et en travers !

Les marchands sont enclins a s'emparer de toute sortes de plantes hier inconnues :  voici un moment est apparue un entichement pour le noni ! La seule chose prouvée est que ces produits ont été efficaces pour la santé des comptes en banque des exploiteurs et pour le reste on ne sait rien !

A propos de cette baie veuillez utiliser la fonction recherche, j'ai produit un article d'après Sionneau qui met les choses au point !

J'ajoute que je ne peux pas répertorier tous les trafiquants qui profitent de la bêtise (pour ne pas dire la connerie) des amateurs et surtout des amatrices de solution alternatives incapables du moins discernement. Aussi, je remercie, une fois n'est pas coutume, mon informateur qui m'a épargné une enquête fastidieuse. c'est bien la première fois qu'un tiers m'aide de cette façon. Cela mérite d'être signalé !

L'Andorre, le Luxembourg (et l'Espagne) offrent certaines facilités. Parfois précieuses : PLaneta Verd pour la MTC en Andorre, Sinolux au Luxembourg toujours pour de la MTC "bio" quand à l'Espagne il y a à voire et à manger, un forestier fabriquant de chalet de bois y trafique trafiquait sur la base de produits dérivés de la bioélectronique, on y trouve le laboratoire Roda (hélas injoignable) qui continue les préparations en 4DH d'organothérapie interdites en France etc... C'est aussi un refuge pour des médecin qu'en France on emmerde à tourance (Dr Moulié de Bordeaux)... Quel foutu bordel que cette Europe !

Communication d'un abonné

A l'origine de la découverte de cette embrouille les mails suivants :

Bonjour M. Alias JD Metzger,

Je lis vos rubriques avec une certaine délectation même si parfois je me perds dans les méandres d'une prose directe sans brouillon ni relecture et dont l'orthographe est à géométrie variable mais privilégiant le contenu au contenant.

C'est un peu excessif comme jugement : mes articles sont charpentés par un sous titrage abondant. Sans doute devrais-je éclater certains post en plusieurs mais j'estime que j'en fais assez et que les lecteurs doivent faire leur part d'effort. Le problème est que certains ne comprendront jamais rien à rien quoiqu'on fasse. Et je ne parle pas de l'auteur du mail...

Pour ma part, les entreprises ayant décrété que j'avais passé l'âge d'être employable, je cherche à créer mon propre emploi en travaillant depuis quelques mois à la création d'un site de e-commerce lié aux vertus et bienfaits de produits dits naturels en autres thés, tisanes, épices, insectes, algues,et autres compléments alimentaires.

Dans mes recherches, je tombe sur le site www.biologiquement.com/ géré par un certain David Hervy, résidant Andorran, dont la société n'est pas basée à Toulouse comme il prétend, et qui vante les mérites du Graviola Corossol comme le meilleur anti-cancer (entre autres) et fournit en ligne des conseils que l'on pourrait presque qualifier de prescriptions.

Bref, je suis étonné de n'avoir rien trouvé sur votre blog concernant M. Hervy ni sur le Graviola Corossol.

Vous connaissiez ?

Au plaisir de vous lire,

Suivi quelques temps plus tard du mail suivant :

Merci pour ces infos.
Vous m'avez titillé alors j'ai poursuivi mon "traçage" comme vous dites:

Le site www.biologiquement.com a bien des CGV faisant mention de Toulouse ainsi que du "Produits conditionnés en France" présents sur toutes les pages mais pas de mentions légales et aucun nº de Siret nulle part.
Par contre, on retrouve M. David Hervy (celui qui est né en 1972 car il a des homonymes) sur LinkedIn accompagné d'un jolie eurasienne et une résidence supposée en Andorre. On y lit aussi qu'il est propriétaire des sites agoji.com/ et baomix.com/
BAOMIX est une marque déposée par David Hervy, 68 place de la plagette, 34200, Sète. Adresse qui se trouve aussi être le siège de la société AGOJI dont le fondateur est David Hervy et qui dont le CA en 2012 a été 400k€ selon societe.com
Bref tout un montage pour échapper probablement à la DGCCRF.

Bonne soirée

Signé TLD

Trois sites pour ratisser large !

Les 2 sites mentionnés ci-dessus ont été conçu pour ratisser large et amenez les acheteur potentiels en direction du site de ventes indiqué en tête de cet article.

Il est clair qu'aucun ne répond aux obligations imposées aux marchands français qui doivent indiquer une adresse postale et un téléphone.

Toutefois, je dois préciser qu'en ce qui me concerne, ces questions ne sont pas déterminantes, je suis toujours près à acheter au meilleur prix quelque soit la localisation du vendeur, du moins si ça ne risque pas de susciter des problème et poste et ou de douanes. Ce qui m'importe avant tout c'est le contenu du produit. Quant à tracer un marchand, il y a le whois mais çà ne marche pas toujours quand le marchand recours à certains hébergeurs susceptibles de masquer sa localisation.

Bref, pas mal de marchands exercent en France mais se font domicilier fictivement en Andorre ou en Espagne pour des raisons de fiscalité et/ou pour de plus grande souplesse vis à vis de la règlementation. Et les produits vendus ne sont pas dangereux sauf que prendre de la poudre d'artémisia pour un remède miracle du cancer c'est aller au devant d'un échec assuré ! Encore une fois si les gens sont bêtes à ce point je n'y peux rien ! On dit à juste titre qu'il n'existe pas de bourreaux sans victimes consentantes... C'est ma foi assez vrai !

Maladie de Lyme : mises à jour et divers

viviane-schaller-et-bernard-christophe-1418015108.jpgJ'ai supprimé un certain nombre de notes sur le sujet et en particulier tout ce qui concerne le roman feuilleton qu'à constitué l'affaire Schaller. Tout cela était devenu obsolète. Viviane Schaller a été condamnée pour escroquerie à l'Assurance Maladie. En d'autres termes, elle a été accusée d'avoir faussé les résultats des tests Elisa pour permettre à certains patients d'obtenir le remboursement du Westerne Blot.

En fait, il est bien établi qu'elle a modifié le seuil de ces tests de première intention de façon à ce que la moyenne des résultats coïncident avec ceux du WB de All Diag qui, soit-dit en passant, est pratiqué par le Laboratoire Barla à Nice ainsi que le laboratoire Cohen à Paris. L'anomalie on le sait a consisté à imposer un test notoirement foireux en première intention.

Escroquerie ou pas escroquerie ?

Ce dont je suis certain c'est que Viviane Schaller ne s'est pas enrichie. Elle a du investir énormément et sous traiter des WB pour d'assez nombreux labos de province. Une chose est certaine, c'est que cette modification des seuils, qu'elle avoué dans son livre, relève à mon sens d'une bonne dose d'inconscience. A sa place, je n'aurais pas pris un tel risque car il est clair qu'il allait lui attirer les pires ennuis. Or elle a fini par adopter la procédure consistant à faire payer systématiquement le WB (une quarantaine d'€uros à l'époque). Ce qui ne lui a pas empêché de se faire "dégommer".

Cela dit, le grand mérite de ce procès est d'avoir puissamment contribué à l'éclatement du consensus de 2006.

La pratique des WBs

Je reviendrai très en détail sur cette question, en réponse notamment à des questions soulevées par le "manuel de survie du lymé".

Il faut donc retenir que Schaller a modifié le seuil de sensibilité des deux sortes de tests. Or concernant le WB, elle ne rendait qu'un résultat sous forme de points en regard des différentes protéines testées. L'interprétation de ces cotations posent divers problèmes. Or actuellement on rend les résultats différemment en donnant au patient les bandes où figure un cute off. La différence réside dans le fait que pour les Ospc il n'y a pas lieu de se limiter à ce qui dépasser le cute off figurant le seuil. Dès lors qu'il apparaît un petit quelque chose sous la ligne, le patient doit être considéré comme "positif". Evidemment dans la limites de la demi douzaine d'espèces de borrelias prises en compte.

Je reviendrai sur la technologie des WBs et ce qui précède était pour dire que le rendu des WBs de Schaller était à mon avis problématique. Ces bandes correspondant aux deux catégories d'IGs est une simple représentation graphique des résultats et dépend des paramètres insufflés dans le logiciel, c'est en agissant sur les données en lien avec le seuil considéré que l'on peut modifier la sensibilité du test.

Le bruit a courru que les résultats des WBs diffèrent quant aux seuils utilisés d'une région à l'autre et que les seuils des départements les plus touchés seraient modifié à la hausse pour limiter les positifs. Cette hypothèse peut se déduire d'un passage du livre du Pr Perronne que je ne manquerai pas de citer lorsque je reviendrai sur la question. Je compte m'entretenir à ce sujet avec le spécialiste du laboratoire Barla car je serai amené à refaire mon WB vu qu'il y a plusieurs années on ne donnait pas la représentation des bandes avec le cute off. Je remarque à ce sujet que lorsqu'il est difficile d'obtenir des réponses précises à certaines questions techniques c'est que probablement le biologiste du labo consulté fait sous traiter ces WB.

Le meilleur diagnostic c'est la microbiologie

microscope.jpgElle permet de voir dans le sang frais non seulement les spirochètes mais les différents co-infectants et pas que... C'est si vrai que j'ai décidé de suivre une formation pratique. Donc la suite au prochain numéro... Je ne sais pas encore si j'investirai dans le matériel nécessaire mais je tiens à examiner la question d'aussi près que possible.

Un nouveau terrorisme : les "hooli-vegans", il faudrait, sans tarder, les pendre haut et courts !

Holyvegan.jpegMon attention a été attirée par ce "fait divers" très alarmant !

https://www.lci.fr/faits-divers/vitres-cassees-et-tags-a-...

Ma soeur m'a raconté avoir été affrontée au militantisme agressif des "végans" en faisant ses courses dans un magasin bio. Cette secte est en train de verser dans la criminalité !

Il n'y a rien d'étonnant à cela, le véganisme est devenue une "religion" particulièrement intolérante et ce n'est que l'aboutissement d'un processus plusieurs fois millénaire. Les restrictions alimentaires et le végétarisme en particulier constituent un moyen puissant de contrainte morale et un facteur d'originalité culturelle dans le cadre d'un certain communautarisme. Je pense en particulier à la phobie du porc chez les musulmans. Tout cela est complètement irrationnelquoique la viande de porc industrielle ne soit pas ce que l'on fait de mieux mais ceci est une autre histoire.

On sait que les "végans" prétendent lutter contre la souffrance animale, des abus existent, certes, c'est un fait mais personne ne me convaincra que l'on peut éviter la consommation modérée de protéines animales.

Bref, voilà une catégorie de citoyens qu'ils faudrait pouvoir piquer à la naissance et à qui il faut, lorsqu'ils emmerdent avec leurs discours, répondre le plus brutalement possible de s'occuper de leur fesses et le cas échéant, s'ils insistaient, leur donner l'ordre de se taire et de garder leurs leçons de morale pour leur usage personnel.

A propos d'un certain "Pr Massimo Nespolo"

Massimo_Nespolo.jpgOn m'a signalé récemment les agissements de cet universitaire, pas du tout médecin car il est spécialisé dans les cristaux. Il n'est certes pas défendu d'avoir un hobby particulier en dehors de sa profession mais il paraît qu'il raconte pas mal de conneries et se montre extrêmement actif.

Je saurais gré aux lecteurs qui voudront bien suivre ce personnage à la trace et relever ses erreurs, mensonges et approximations, car il paraît qu'il les collectionne. On aimerait également savoir d'où lui vient l'idée de cette "croisade" !

Le personnage, avec son accent chantant italien, est à priori plus sympatique que les "hooli-vegans" lillois mais comme chacun sait les apparences sont souvent trompeuses !