Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2018

Phagothérapie - Auto-hémothérapie : quand des "miraculés" foutent la merde !

dr Phage.jpgJ'ai reçu d'une dame le courrier suivant. L'un de ses proches, très âgé, a contracté une infection nosocomiale. Et en cherchant elle a trouvé toute seule des informations au sujet de la phagothérapie et de l'auto-hémothérapie. Si je n'ai pas pensé à lui en parler ce n'est pas parce que j'ignore ces techniques mais parce que leur mise en oeuvre pose des problèmes techniques et surtout pratique. L'autohémothérapie nécessite de trouver une infirmière susceptible d'accepter de pratiquer la chose et sans ordonnance (et c'est en fait le problème principal) on n'a pratiquement aucune chance d'obtenir la moindre collaboration.

 
De retour d'un stage de microbiologie infectieuse, lors duquel il a été question de la fameuse "maladie de Lyme", j'ai décidé de faire des recherche à propos des techniques à mettre en œuvre pour ozoniser le sang, ce qui revient à une combinaison d'un super oxygénation sanguine couplée à une auto-hémothérapie. Et la personne concernée de me répondre ceci :
 

A propos du dénommé Christophe de l'Association Phagespoirs

Bonjour Jean Daniel,
 
Avant de faire tout cela, il faut bien vérifier que le ph est a 7,3 ( neutre) et taux de glycémie correct et stable
(faire une hémoglobine glyquée qui donne l'historique du taux de glycémie dans le temps) 
 
Ce sont les 2 préalables a bien respecter car sinon l 'autohémotherapie peut devenir dangereuse. 
 
En effet en maintenant un taux de sucre correct et ph neutre, c'est un terrain favorable pour que les bons phages attaquent les mauvaises bactéries et les mauvais virus.
 
En ne respectant pas ce préalable, on peut inverser le processus et les mauvaises bactéries peuvent prendre le dessus.
 
Vous pouvez prendre contact avec christophe : association phagespoirs@gmail.com
Il en connait un rayon (sic) il a été traite comme ça en Géorgie.

Un "miraculé" qu'il aurait fallu piquer à la naissance

Sur le moment, j'ai été interloqué par ces précisions car ainsi que je l'ai indiqué plus haut, le problème essentiel ce n'est pas de se préoccuper du pH du sang mais de trouver une infirmière ou un médecin qui accepte de faire le boulot. Et si on à la chance de trouver un médecin c'est à lui de s'assurer que les conditions puissent être remplies.
 
Il n'y a donc pas lieu d'EMMERDER des particuliers avec des conditions qui, lorsqu'on évoque un pH précis au 1/10ème, posent un problème technique de mesure pratiquement INSOLUBLE ! 
 
Et à propos de ce pH, il y a deux fautifs dans cette affaire ! Le Dr Riche lui-même qui a eu tort d'avancer un chiffre précis auquel on ne peut pas se conformer avec certitude et un perroquet nommé Christophe qui a répété une CONNERIE en se faisant passer pour une sorte de "cador" alors qu'en fin de compte on peut démontrer qu'il n'est pas capable de réfléchir plus loin que le bout de son nez car sinon il se serait abstenu.
 

Des défenseurs de la "phagothérapie" assez problématiques

J'ai du dire à la dame d'oublier ce fameux "Christophe". Je ne le connais pas mais ce que je peux affirmer au vu de ses dires c'est que la dame se trompe sur son compte lorsqu'elle s'imagine qu'il en connait un rayon ! Il ne sait pas de quoi il parle, c'est un incompétent car s'il avait été attentif aux conséquences de ce qu'il répète bêtement sans réfléchir, il serait rendu compte immédiatement que ce qu'il a déclaré pose plus de questions qu'il n'en peut résoudre. Et l'on va vite comprendre pourquoi !
 
En attendant, je suis furieux car répondre à ce genre de courrier me prend des heures car il faut d'abord essayer de comprendre à quoi ça rime et ensuite trouver les moyens d'expression pédagogiques adéquats pour faire comprendre à des citoyens quasi totalement dénués de culture médicale pourquoi ce dont on parle est si foireux. Et ce n'est pas simple : au total cela m'aura occupé au moins une demi douzaine d'heures si ce n'est plus !
 
Enfin, puisqu'il faut bien répondre et bien je vais le faire en incendiant carrément le Dr Riche et le "miraculé" dont on parle !
 
J'ai sous le coude un texte très critique à l'égard du Dr Riche qui remonte peut être à deux ans et que je n'ai pas voulu publier pour deux raisons.
 
La principale étant que je n'ai pas voulu donner l'impression de vouloir "martyriser" le Dr Riche ! Et oui contrairement, à ce que certain(e)s  s'imaginent, je suis un "gentil" et c'est ce qui tend à me perdre. Car je n'aspire à être vraiment méchant qu'avec une certaine catégorie de "féministe"et Dieu merci quand il s'agit de cette sinistre et très diabolique engeance, ou encore d'une certaine catégorie d'exploiteurs de la misère humaine, je n'ai pas besoin de me forcer vraiment pour être plus ou moins atroce. Et je peux même vous garantir que je n'aspire pas à faire le moindre effort pour me modérer, bien au contraire ! J'espère que l'humour vache dont il m'arrive de faire preuveà l'égard d'une certaine cliques d'excitées fait des heureux parmi mes pairs mais je n'en ai pas vraiment de certitude. La libération, ou plutôt le "dévergondage", de certaines femmes plus ou moins détraquées est un sujet excessivement tabou qui glace le sang d'au moins 99% des mâles si ce n'est pas 99,9%, et à vrai dire c'est la seule chose qui peut me terrifier car leur mauvaise conscience pourrait en inciter quelque uns à vouloir venger ces amazones dans l'espoir de se racheter. 
 
Revenons au Dr Riche, je n'ai pas voulu lui faire trop de peine mais je me rends compte que j'ai eu tort de faire preuve de trop de pusillanimité à son égard. Vous voudrez bien noter que rien qu'en regardant la tête de ce médecin on peut, si l'on possède un genre de discernement assez peurépandu il est vrai, se rendre compte qu'il est sans doute assez brave mais que son faciès ne respire pas une intelligence démesurée. On peut aussi penser que c'est aussi un "petit malin". Il me faut retrouver mon texte et le finaliser.
 
Vous n'êtes pas sans savoir que vu qu'on ne fabrique plus en France de phages standard, Riche est obligé pour cela de se procurer les siens l'intermédiaire de gens qui sont amenés à voyager entre la France et certains pays de l'Est. Il a conseillé quelque part de faire appel à des fidèles des églises orthodoxes  originaire des régions considérées pour servir de "mules" pour l'approvisionner. C'est une excellente idée car il leur suffit de se faire faire une ordonnance pour n'avoir pas de problèmes avec les douanes à l'arrivée en France. L'ordonnance n'est du reste pas absolument nécessaire pour l'importation de petites quantités. Notez en passant que l'on pourra reparler de la question à propos du NTZ, une molécule prometteuse dans le cas de la pseudo "maladie de Lyme" !
 
Le problème c'est que le Dr Riche a connu des échecs plus ou moins cuisant, d'une part parce que qu'il est difficile de s'assurer un approvisionnement régulier et exhaustif pour les formules standard qui existent et que d'autre part, la seule solution qui est susceptible de procurer le maximum de chance, c'est bien la fabrication de phages "sur mesure", domaine dans lequel la Géorgie est passée maître. On m'a signalé des échecs notamment sur des personnes âgées qui ont dépensé en vain beaucoup d'argent.
 
J'ai noté également, en faisant la recension de son traité, bien des indices qui m'incitent à croire que le personnage ne possède pas l'envergure intellectuelle nécessaire pour illustrer cette discipline et que son trait de génie, consiste surtout à avoir su se trouver un "créneau" qui n'est pas très occupé vu les difficultés d'approvisionnement particulières relatives au type de remède considéré. là il faut se souvenir que comme pour les bains Salmanoff et la taxifoline extraite du mélèze, le problème majeur est un problème de langue et même d'alphabet si vous voyez ce que je veux dire.

Peut-on mesurer exactement le pH sanguin ?

La réponse est claire. C'est NON ! Voici une copie d'écran qui va vous éclairer :
 

pH.JPG

On peut mesurer exactement le pH sanguin puisque Louis-Claude Vincent a su le faire mais il faut un appareillage très particulier et on ne trouve aucune indication précise sur Internet. Et ce qu'il importe de comprendre c'est qu'avancer une précision chiffrée de 7.3 c'est en fin de compte susciter un obstacle supplémentaire à la pratique de la technique qui n'a pas lieu d'être! J'espère que vous allez comprendre pourquoi mais à vrai dire je n'en suis pas certain. Plus j'avance dans mes recherches plus je constate que les gens qui parlent de "médecines alternatives" manquent des plus élémentaires précisions. Plus j'avance, plus je trouve la chose sidérante ! Il n'y a donc pas lieu de s'étonner que beaucoup de médecins assimile ce dont on parle à de la charlatanerie, il faut reconnaître qu'ils ne sauraient avoir tout à fait tort.

D'où vient ce chiffre d'un pH de 7,3 ?

L'autohémothérapie risque t-elle de devenir "dangereuse" si, par exemple, ce paramètre n'était pas respecté. Je vous laisse le soin de répondre vous même en raisonnant à partir de ce que je vais vous indiquer.

Je cite à présent un document technique fiable au sujet de la bioélectronique de Vincent :

Le pH sanguin d’un être humain doit obligatoirement se situer entre 6,2 et 9,4 pour garantir sa survie.
 
Mais survie n’est pas forcément santé idéale : le pH sanguin représentant une bonne santé est de 7,40 +/- 0,02. Une faible variation amène très rapidement des problèmes importants.
 
Par exemple, une acidose sanguine (= baisse du pH) amène une dyspnée, des troubles neurologiques rares (avec des obnubilations pour un pH < 7.15), une dépression myocardique et une résistance aux drogues vaso-actives.
 
En d'autres termes, toute personne dont les sang serait en dessous de 7.3 a des chances d'être extrêmement mal et de se sentir sur le point de mourir. Ce qui revient à dire que dans un tel cas de figure, la question de l'infection nosocomiale passerait au second plan. Les chiffres optimum sont donc de 7.38 à 7.42. Le chiffre de 7.3 est une approximation à partir des travaux de Louis Claude Vincent. mais je vous repose la question : dans ces conditions à qui rime la précision de 7.3 ?
 
Je cite Riche : Il s’agit de favoriser la bactériophagie qui nécessite un pH du sang alcalin. En effet, le pH normal du sang est de 7,3 chez l’humain en bonne santé.
C'est je le répète une CONNERIE d'avoir avancé une telle précision puisqu'en dessous de 7.3 on risque d'avoir un autre souci que trouver une infirmière ou un médecin pour se faire extraire du sang et se le réinjecter puisque l'on risque d'être confronté à quelque chose qui s'apparenterait à une urgence vitale.

A propos d'hémoglobine glyquée

Dans ce que le Dr Riche a vraiment écrit dans sa "foire aux questions," on relève une allusion à la nécessité d'un "régime alcalinisant". Je reviendrai sur cette question très chiante et très très embrouillée.

Les sucres rapides et les aliments glucidiques raffinés sont un support idéal pour le développement des bactéries ; en outre celles-ci vont fermenter le glucose et libérer des ions H+ (encore appelés protons ou radicaux libres). Cette libération d’ions H+ est par définition une acidification. Il convient donc d ‘éviter absolument celle-ci, car l’acidification tue le bactériophage et ainsi facilite la prolifération bactérienne. C’est ainsi que le diabétique mal équilibré décompense en acidose et présente des infections chroniques.

Traduction : le diabète et la consommation de trop de sucres entraîne une acidose mais dans le sang elle est limitée sinon c'est la mort. Quand on parle d'acidification et de régime alcalin on a en vue les tissus de l'organisme. Et quand à l'alcalinité du sang elle est légère, 7.42 c'est relativement à une échelle qui monte jusqu'à 14 quasiment la neutralité !

Le Dr Riche recommande, s'il y a diabète de seulement faire en sorte qu'il soit préalablement équilibré et c'est le dénommé Christophe qui a ajouté son grain de sel en évoquant la soit-disant nécessité de doser l'hémoglobine glyquée. J'ai bien des raisons de croire qu'en agissant ainsi, ce personnage a voulu se rendre intéressant et même se faire mousser, çà a marché en ce qui concerne ma correspondante mais j'ose espérer que va se rendre compte qu'elle n'a fait que s'illusionner à la mesure même de sa quasi complète absence de culture médicale solide.

Soyons sérieux les gens qui sont diabétiques le savent. Certes leur médecin à pu passer à côté d'un diabète de type 2 mais c'est quand même une éventualité plus théorique que réelle. Enfin comment penser qu'un simple particulier puisse tirer parti d'un dosage de HbA1c et équilibrer un diabète éventuel. Le Dr Riche s'est borné à insister sur la nécessité, si diabète il y a , qu'il ait été préalablement équilibré. je signale, toutes fins utiles que même pour moi qui maîtrise bien le sujet, force m'est de constater des anomalies, en voici un exemple :

  • J'ai une voisine qui à 7% d'hémoglobine glyquée,cela correspond à une moyenne de 1,5 g/L de glucose, or j'ai vu son carnet de mesure : à ma connaissance elle n'atteint jamais un tel chiffre et navigue autour de 1,08 g/L.
  • Inversement, je connais une autre personne qui est à 5,8 % et qui observe une moyenne de 1,5 g. L le matin avec des échappées plus haut encore après les repas.

De quelque façon que l'on s'y prenne le dosage de l'hémoglobine glyquée est surtout un moyen pour l'Assurance Maladie de limiter les frais car ça ne se fait que tous les 3 ou 6 mois. Le dosage des fructosamines glyquées, vu la période de référence est plus courte (3 semaines) est plus indiquée mais en réalité c'est encore plus simple que cela, tout diabétique doit pouvoir disposer d'un glucomètre et être à même de contrôler sa glycémie ou à défaut de s'en remettre à son toubib.  

A propos de "régime alcalinisant"

Là ça se complique !

Tout le monde parle à tort et à travers de "régime alcalinisant" et beaucoup s'imaginent qu'en alcalinisant les urines par la consommation de citrates, on résout le problème. D'abord le fait de tendre à présenter des urines alcalines comme quelque chose de positif est encore une CONNERIE de plus, une alcalinité constante des urines n'est pas un bon signe, ça indique souvent une infection urinaire et trop alcaliniser les urines de la manière indiquée risque de les favoriser !
 
Enfin il y a plusieurs milieux dans l'organisme et si le sang doit être alcalin dans les limites indiquées, il est parfaitement normal que le mésenchyme collecte l'acidité tandis que dans la plupart des cas on ne peut pas se fier aux variations de l'acidité des urines pour juger de l'équilibre acido-basique de l'ensemble de l'organisme, quand aux moyens de favoriser un pH optimum du sang, c'est encore une autre histoire. En revanche, on peut présumer un pH correct à cet égard en pratiquant un examen microbiologique d'une goutte épaisse de sang frais selon certains critères. Le sang d'un "lymé" est plus ou moins sujet à une hémolyse parfois instantanée  et plus ou moins rapide alors qu'à minima, elle ne devrait pas commencer avant une trentaine de minutes tandis que chez certains sujets, il arrive que l'hémolyse ne commence qu'au bout de deux heures, ce qui est un facteur très positif. J'ai eu à cet égard une assez bonne surprise qui ne mérite pas que l'on s'y attarde car, comme chacun sait, non seulement la santé apparente est toujours relative à un contexte ambiant qui n'est pas actuellement des plus paradisiaque attendu que de toutes façons l'on doit à un certain Jules Romains d'avoir découvert que la santé ne présage jamais rien de bon puisque l'on vient toujours à claquer un jour ou l'autre !  
 
Quant à atteindre un équilibre acido basique correct, Richard Haas évoque le recours non pas à des minéraux alcalins mais à l'emploi de produits lacto-fermentés et donc de produit acides, ce qui d'une certaine manière revient parait contradictoire. La seule chose sûre c'est que l'excès de viandes surtout rouge, et les sucre rapides acidifient l'organisme au niveaux des tissus. 
 
On tend, avec les approximations qui sont rabâchées, à faire oublier qu'il y a dans l'organisme plusieurs milieux et qu'il ne peut s'agir de tout alcaliniser. Le Dr Besson donne une indication en faveur de l'utilisation d'alcalins. Elle faciliterait la digestion intestinale et l'assimilation au niveau du grêle au sortir d'un pH ultra acide et il précise très clairement qu'en cas d'infection urinaire prendre des alcalins n'est pas recommandé. Il évoque un pratique rythmique, savoir un apport alcalin le matin et 2 ou 3 gouttes d'acide phosphorique dilué le soir, ce qui revient a donner une "information" pour inciter le corps à rejeter les excès d'acide pendant la nuit.

Conclusion

Il ne faut jamais se fier aveuglément à un médecin mais alors quand des particuliers qui s'occupent de faire la promotion de l'une ou l'autre des solutions alternatives possible c'est la "cata".

J'en ai par dessus la tête des lieux communs, des approximations et surtout des confusions auxquelles donne lieu la fameuse question de l'équilibre acido basique. Le livre du Dr Besson sur le sujet n'est pas ce que l'on a fait de pire mais quand je vois que page 71 qu'il a évoqué les travaux de Sander à propos d'un taux d'acidité idéal (sic)compris entre 7 et 7,5 pour les urines, je hurle ! Ce taux ne peut être que fluctuant sans que l'on puisse en tirer beaucoup d'indications. S'il fallait vraiment retenir un taux idéal, ou plutôt un objectif a atteindre ce serait un taux moyen de 6,5, du moins s'il existe un risque de cristallisation de l'acide urique.

Enfin le Dr Riche n'aurait jamais du fixer un chiffre pour le pH milieu sanguin puisque de toute façons il n'est pas mesurable objectivement. Quand à celui qui s'est inspiré de certaines de ses remarques pour y ajouter son grain de sel, le résultat est que c'est votre serviteur qui doit repasser derrière pour tenter de remettre les chose à l'endroit. Enfin, il faudrait surtout nous expliquer pourquoi le moyen évoqué serait susceptible de devenir dangereux à défaut du respect des conditions évoquées. A mon humble avis, le plus grand danger d'une transfusion ou ou réinjection quelconque, ce sont les bulles d'air plus le risque d'avoir simplement perdu son temps sans le moindre résultat.

Je crains que le fait de vouloir disséquer certaines affirmations n'ai pas d'autre résultat que d'ajouter à la confusion car lorsqu'on s'agit de réclémer une attention suffisante, il ne faut pas trop rêver  quant au degré de concentration pouvant être atteint par les générations actuelles.

J'espère trouver le temps et l'énergie pour produire un état de lieu sur le sujet. La phagothérapie a suscité en France peu d'acteurs, c'est une chance. Je ne devrai pas avoir de mal à retrouver un projet d'article qui doit se trouver dans mes archives et j'aimerais que ceux qui se sont intéressés à la question me fassent un liste de ces acteurs en lien avec le rôle qu'il se sont attribué tout en ajoutant, le cas échant, leurs appréciations.

J'espère que le dénommé Christophe n'a rien de commun avec un autre "miraculé" qui a créé une sorte d'agence susceptible de proposer des séjours avec hébergement et traducteurs vendus clefs en mains. Soyons clair ! Une telle agence a sa raison d'être mais si c'est la même personne qui dirige cette agence et qui tient le genre de propos que je viens de dénoncé ce serait catastrophique mais il me semble qu'il s'agit de deux personnages différents. Du moins je l'espère... J'ai reçu pas mal de mails à ce sujet mais vu que mon logiciel de mail disjoncte quand on lui demande des recherches textuelles, je souhaiterais, que les correspondants avec qui j'ai discuté de phagothérapie m'aident à me rafraichir la mémoire.

Les commentaires sont fermés.