Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2017

Levée de boucliers contre le "nouveau Levothyrox", un bel exemple de désinformation...

levothyrox.jpg

Un vrai dialogue de sourdingues !

MAJ : La mise en cause des excipents a constitué une fausse piste ! Voir les corrections en bleu ! d'après ce que j'ai constaté, il y aurait 2 pétitions en circulation, la dernière mettant en cause les excipients et une plus précise insistant sur la présence de stéarate de magnésium soupçonné de contenir un acide gras trans et l'on demande en fait le retour à l'ancienne formule contenant du lactose ! Un comble !

Je suis certain que cette histoire d'excipients est un faux problème ! Que le forum "vivre sans thyroïde" et autres lieux de bavardages frivoles de bonnes femmes totalement incompétentes ne sert qu'à tout embrouiller. Malheureusement, je n'arrive pas à me connecter à ce foyer de désinformation brouillonne pour y faire entendre raison.

Le Levothyrox ancienne ou nouvelle formule sont assez souvent inefficace et cela fait un bout de temps que j'ai donné l'explication et c'est quand même pas sorcier à comprendre. Ce qui est rageant c'est de constater qu'une fois de plus Internet ne sert guère qu'a diffuser et à amplifier toutes sortes de confusions.

Une (seconde) pétition a été lancée par une patiente sur Internet qui a recueilli 20000 signatures et 9000 commentaires.

On reproche au laboratoire d'avoir changé la formule portant sur les excipients qui causeraient d'importants effets secondaires. Je cite la pétition :

En effet, les laboratoires ont décidé de changer certains excipients et il en résulte que trop de patients ne supportent pas le nouveau Lévothyrox, ils ressentent d'importants effets secondaires.

C'est une fausse piste ! Voir plus loin au sujet de la disparition du lactose de la formule ancienne !

L'existence d'un changement de formule qui viserait, à la demande de l'ANSM, à « garantir une stabilité plus importante de la teneur en substance active tout le long de la durée de conservation du médicament ». Je me souviens d'avoir vu circuler des dires portant sur le fait que la précision du dosage de la thyréostimuline aurait été abaissée en vue de s'aligner sur la mauvaise qualité des "génériques".

Bref, c'est l'obscurité la plus complète car la seule information fiable est cette demande de l'ANSM car pour le reste, j'ai l'impression que l'on raconte n'importe quoi.

J'en veux pour preuve, le fait que la patiente initiatrice de cette foutue pétition qui embrouille tout évoque une faux problème, je cite : quand on sait qu'il est très difficile de stabiliser la TSH, il est inadmissible d'avoir modifié ce médicament. 

L'auteure de cette pétition, je le dis tout net est une (...) CONNE ! 

Je suis un peu violent, mais il arrive un moment où, devant la connerie ambiante, il faut taper du poing sur la table et gueuler pour arriver à se faire comprendre.

Une conne désireuse sans doute de se faire remarquer et qui n'a rien compris à la manœuvre : le but d'un traitement substitutif n'est pas de stabiliser la TSH. On se contrefout de la TSH car on doit juger le traitement sur les effets cliniques : disparition de la fatigue, de la frilosité, réduction de la prise de poids etc...

Quand à la TSH au lieu de grimper, elle doit descendre sans que l'on puisse indiquer un chiffre de référence. Elle tombe souvent aux environ de 0,4 parfois elle se maintient à un chiffre supérieur à 1, ce qui peut laisser supposer que la substitution n'est pas suffisante.

Il est bien établi que la possibilité de ce dosage de la TSH a complètement égaré les médecins car les labos fixent des "clous" beaucoup trop largement (entre 4 et 6 MUI). Foutez vous dans la cervelle, une bonne fois pour toutes, que les troubles de la thyroïde se voient chez les femmes du moins, comme le nez au milieu de la figure. J'exagère à peine. Le diagnostic se fait sur une série de questions et de signes physique, comme le signe de Hertoghe.

Tout repose sur l'examen clinique

Mais en fait, il faut comprendre qu'une TSH supérieure à 1,5 indique une suspicion d'hypo, sauf que les labo place la barrière supérieure à 4 parfois plus, ce qui est excessif. En réalité on ne doit pas se fier à la TSH mais au signes cliniques très flagrant à mon avis quand on connaît la question, ensuite seulement on regarde la TSH. Pour ce qui concerne le dosage de la T4 et de la T3, il n'a d'intérêt que comme repère avant substitution; Ensuite, lorsqu'un effet clinique suffisant et obtenu on peu la redoser à titre indicatif. A mon humble avis les chiffres obtenu n'ont de valeur qu'individuelle.

En effet il ne faut pas oublier que la T4 est inactive, qu'elle doit être transformée en T3 par l'organisme et que les cellules cibles doivent être en mesure de l'assimiler. or c'est dans la transformation de la T4 en T3 et éventuellement dans l'assimilation de la T3 que résident les problèmes rencontrés. D'où l'hypothèse du Dr Starr d'une hypothyroidie de type II à l'imitation du diabète de même grade. Lorsque cette assimilation ne fonctionne pas, il y a des choses à tenter en matière de complémentation.

Une pétition qui fout la merde et risque d'égarer l'opinion !

Premièrement, les labos pharmaceutiques sont censés connaître leur job et être capable de décider d'une formulation sans avoir à prendre l'avis de patient généralement très mal informés ! Mettons les chose au point clairement : la patiente qui a rédigé cette pétition est une bourrique qui m'a l'air de se prendre pour le centre du monde. Cela c'est l'effet du poison démocratique qui fait que le vulgum s'arroge des prétentions qu'il ne peut soutenir.

Une modification de formule

Selon l'ANSM, il y avait un problème de stabilité du principe actif dans le temps. Est-ce à l'aide d'excipient que l'on résout ce genre de problème. Franchement j'en doute ! Seul élément objectif : on parle de stabilité du principe dans le temps. J'ai entendu parler jadis d'une imprécision des dosages. Ca se tient ou du moins ça se ressemble !

La formule nouvelle constitue une évolution favorable par suppression du lactose au profit du mannitol qui n'est certes pas génial mais moins problématique car il ne provoque de diarrhées qu'à hautes doses.

Ce n'est pas très heureux comme innovation, il faut le dire ! Sauf que quand on impute de la fatigue et des pertes de cheveux au nouveau Lévothyrox, il me vient à l'esprit que tout simplement ce médicament n'agit pas et les explications possibles je les ai données plus haut. Raison pour laquelle, lorsqu'on me sollicité, je suggère aux intéressées d'insister auprès de leur médecin pour qu'il fasse l'essai de l'Euthyral. Ce n'est pas la certitude absolue d'obtenir une amélioration mais ça peut être un premier pas. En effet, je constate que soigner une hypothyroïdie est devenu, de nos jours, plus compliqué qu'au temps du Dr Hertoghe le pionnier qui a lancé les extraits thyroïdiens. c'est que l'on observe des effets plutôt imputables à une hyper dans le cadre d'une hypo. Nul doute que rien n'est simple. Et n'étant pas médecin, je ne suis pas en mesure de tirer çà au clair et j'ajoute qu'au surplus je suis handicapé par des témoignages qui ne sont pas forcément très précis. On ne peut cerner les choses qui si on a la possibilité de questionner oralement, cas au demeurant assez rare.

Dans cette histoire un train en cacherait un autre !

Au terme, de cette revue fondée sur des réflexions de bon sens, je crains qu'il ne faille tirer une autre conclusion, à savoir que le fait de s'être focalisé sur un changement de formule d'excipient n'ait servi qu'à dissimuler le fait que le Lévothyrox, composé de T4 intrinsèquement inactive par elle-même, ne soit la principale cause d'échec de la supplémentation. Il se peut et c'est même assez probable que ce changement de formulation (certes malheureux si on a rajouté du lactose) n'ai, au final, que servi de prétexte en fournissant un faux argument.

L'examen des commentaires montre à l'évidence, que ce changement de formule, a servi d'abcès de fixation à un problème ne datant pas d'hier. Il faut faire défiler une assez longue liste de commentaires pour tomber sur celui d'une patiente affirmant que depuis 1990 le Lévothyrox ne marche pas. Tous les commentaires que j'ai vu son influencé par la teneur de la pétition, teneur dont j'ai démontrée qu'elle est nulle et non avenue ! 

Ce qui est scandaleux, c'est l'incompétence des journalistes et des toubibs

Les journalistes d'abord qui jugent un scoop à son retentissement quantitatifs mais enfin rappelez vous ce n'est pas parce que des millions d'imbéciles pensent que l'erreur est vérité que cette erreur peu devenir vérité...

Hélas nous sommes bien dans le règne, sans partage, de la quantité, l'usage que l'on fait de statistiques largement biaisées est un indicateur et ce n'est pas par hasard si la première année de médecine commence par une formation, plus ou moins éliminatoire, à ce genre de foutaise prétendument scientifique...

Pas un de ces plumitifs qui ont relayée cette foutue mais spectaculaire pétition n'ont discerné le véritable problème. Pire encore : aucun médecin ne semble être intervenu pour tenter de clarifier la situation. Je constate une fois de plus que les "phénomènes" de mon espèce ne sont pas légions et c'est ça qui est inquiétant car, je le répète, je ne fais que tirer les conclusions de raisonnements fondés sur des connaissances objectives, connaissances qui circulent. Mais il est clair que la majorité des patients et des médecins n'ont pas encore compris que pour que la T4 agisse il faut qu'elle soit transformée en T3 et que, de plus, cette T3 soit assimilée correctement par les cellules cibles. Ce n'est quand même pas difficile à piger, il me semble !

Enfin, peu importe, cette cagade me donne l'occasion d'insister sur certains points décisifs...

19:33 Publié dans Thyroïde | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.