Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2015

Maladie de Lyme : retour sur l'affaire Schaller

Schaller_Lyme.jpgDans les notes précédentes, j'avais conclu que l'escroquerie à l'Assurance Maladie était fondée et que la condamnation était justifiée. Je me suis procuré le livre de Viviane Schaller qui m'est parvenu ce matin et j'ai immédiatement entrepris la lecture des parties concernant ses démêlés judiciaires qui sont plus ou moins mêlées à des considérations scientifiques. Pour un juriste, ce mixage a quelque chose d'un peu pénible et je doute que les patients n'ayant pas la formation requise parviennent à s'y retrouver.

Double procédure distinctes : administrative d'une part et pénale d'autre part

Aussi vais-je m'attacher à ne clarifier, pour l'instant que l'aspect judiciaire pour lequel un résumé chronologique par dates eut été grandement utiles.

A noter que l'annexe 2, fournit, sur le plan biologique nombre d'informations techniques décisives sur l'interprétation des deux types de tests, renseignements qui manquaient cruellement jusqu'alors.

La procédure a comporté deux volets distincts, un volet administratif concernant la fermeture administrative du laboratoire et un volet pénal, savoir l'accusation d'escroquerie à l'assurance et le délit de compérage avec le pharmacien Bernard Christophe vendant le Tic Tox.

Sur l'origine de la procédure "inquisitoire"

Les recours concernant la fermeture administrative ont été épuisés et il apparait très clairement que le labo a été victime d'une procédure inquisitoire qui a largement dépassé les bornes et dont la France possède le secret du fait d'une longue tradition nationale qui s'enracine au XIIIème siècle dans la pratique de l'Eglise catholique ayant consisté à emprunter au droit romain une procédure qui n'était appliquée qu'aux seuls esclaves ! En effet la procédure appliquée au citoyen n'est jamais sortie du domaine accusatoire. Soit dit en passant, c'est dire toute l'opinion qu'avec la secte romaine de ses propres "fidèles", à savoir d'éternels mineurs et pire encore de vulgaires esclaves contraints de la boucler devant ses décrets plus ou moins iniques. Soit dit en passant, je rappelle qu'elle est en train de payer le au prix fort celui de ses CRIMES de l'époque et ce n'est pas moi qui vais la plaindre car la morale basique des Evangiles, au demeurant très simple et assez universelle, est une chose, tandis que les exactions de la maffia vaticane après l'an Mil, maffia composée pour une assez large part de prélats "pédophiles" en sont une autre !

Cela dit l'inquisition, entre les mains d'un pur pouvoir laïque peut atteindre un degré d'incandescence particulier, l'inquisition ecclésiales étant tenue de respecter certaines forme eu égard au contexte chrétien. Vu qu'elle avait fait fort, il fallait s'attendre à bien pire par là suite lorsque d'épiscopale elle est devenue assez purement temporelle.

Un complot avéré

Il est évident que la fermeture du laboratoire résulte d'un complot dont les maîtres d'oeuvre sont cités presque à chaque page, les motifs de fermeture résumés page 98 sont parfaitement insignifiants d'autant plus qu'il est établi que jusqu'alors les contrôlés réguliers s'étaient soldés par une bonne note constante.

Volet correctionnel

Concernant le volet correctionnel, le Guide de bonne éxécution des analyses médicales (GBEA) laisse au biologiste une part dans l'appréciation des résultats obtenus et la conférence de consensus portant sur le diagnostic que Lyme n'ayant que la valeur d'une simple recommandation, Viviane Schaller ayant d'autre part produit un échange avec Biomérieux qui a lui-même reconnu que le seuil des tests Elisa devait être abaissé on ne peut pas affirmer qu'il y a eu escroquerie à l'Assurance Maladie. Si j'avais été à la place de la biologiste j'aurais rendu un double résultat, négatif au regard des critères fixés par le laboratoire et positif au regard de mes propres critères de façon à laisser le Western Blot à la charge du patient (40,50 €). Ce n'est qu'assez tardivement que le laboratoire en est venu à faire supporter par le patient exclusivement le WB. C'eut-été aux patients de plaider directement auprès de l'Assurance Maladie le remboursement en cas de résultats manifestement contradictoire.

Dans la mesure où le labo strasbourgeois a fini par réaliser 60% de son chiffre d'affaire avec les sérologie de Lyme, s'il est établi que l'abaissement du seuil de positivité s'imposait, la prudence en matière de risque administratif imposait de s'en tenir aux règles fixés par la documentation du labo fournisseur pour ce qui concerne le droit au remboursement. Sans qu'il y ait eu escroquerie puisque Viviane Schaller a justifié scientifiquement ses prétendus "faux positifs" à la demande des caisses concernées, je ne la crois pas assez naïve pour avoir cru que les choses pourraient s'arranger puisque régulièrement les patients qui passaient par le centre de référence de Strasbourg lui rapportaient l'intention bien arrêtée de ses responsables de faire fermer son laboratoire. Sans qu'il y ait eu à proprement parler d'escroquerie il fallait quand même s'attendre à l'issue qui a prévalu. Tant dans le cas du juge administratif que du juge pénal, les intéressés se sont soigneusement abstenu de prendre en considération l'abondance d'arguments scientifiques en faveur de la condamnée soutenue en particulier par le Pr Perronne !

Rien d'étonnant à cela dans un pays où de véritables juridictions d'exception que sont les conseils des divers Ordres et les chambres consulaires de commerce et de prudhommies sont notoirement dépourvues de juges professionnels. On se souvient des hurlements des tribunaux de commerce lorsqu'on s'est avisé de leur imposer le contrôle de juges de métier ! C'eut été la fin de leur sombres magouilles... j'avoue du reste ne pas savoir où en sont les tentatives de réforme tant ce qui se passe dans ces domaine est chose gerbante !

On notera qu'à ma connaissance, environ une demi douzaine de labos français font le Western Blot allemand qu'utilisait Viviane Schaller sans jamais avoir eu le moindre ennui. Ce test est parfaitement autorisé contrairement a ce qu'avait affirmé l'avocate des Caisses d'Assurances Maladie. Il est à noter que la publication du rapport Zylbermann qui a confirmé la pratique et l'interprétation strasbourgeoise de l'Elisa semble avoir différée intentionnellement pour permettre au tribunal correctionnel de conclure à une "escroquerie".

Or cette "escroquerie" n'existe pas puisque le Guide indiqué plus haut autorise une certaine marge de manœuvre dans l'interprétation de la part du biologiste et qu'une conférence de consensus n'a aucunement force de loi !

Les prévenus ont fait appel. Il est clair que l'infraction n'a pas été justifiée mais il est malgré tout douteux que le jugement puisse être réformé. Affaire à suivre!

"Faute morale" mais absence de délit !

Ma conclusion est que l'intention de faire de l'argent sur le dos de l'Assurance Maladie n'est guère douteuse puisque je le répète les autres labos qui pratiquent le bon WB s'en sont toujours tenus aux normes officielles fixées par Biomérieux pour l'ELISA bien qu'elle n'aient aucunement force de loi. Certes produire un double résultat, résultat conforme à l'interprétation fixée par Biomérieux pour décider ou non de mettre le WB à la charge de la SS et un résultat découlant d'une estimation personnelle du biologiste nécessitait une certaines adresse sémantique mais c'était à mon sens parfaitement réalisable. Si j'avais été en charge de ces résultats j'aurais accompagné la remise des résultats d'une notice portant sur l'interprétation des WB. Il aura donc fallu cette malheureuse affaire pour que l'on commence à disposer d'une documentation à ce sujet dans l'annexe 2 du livre cité !

On peut discerner une moralité douteuse mais aucune infraction ne peut être constatée en l'absence d'un texte norminatif clair ayant force de loi !

"Négationnisme" avéré

Il reste que sur le plan du traitement si la chronicité de Lyme n'est point le résultats d'hallucinations le déni, disons même le "négationnisme" des Prs Jaulhac et Christmann permet à des médecins opportunistes de se faire des couilles en platine. On m'a cité le cas d'un praticien belge qui fait faire des tests à 2500 € et des injections de cocktails antibiotiques à 600 €, certains malades ayant dépensé jusqu'à 20 000 € mais on ne m'a pas dit s'ils ont eu ou non des résultats.Le Dr Horowitz demanderait 1500 $ de la consultation pour ceux qui font le voyage ! Et je rappelle qu'il a tout absolument out essayé sauf l'argent colloïdal et la cardère ! Etrange !!!!!!!!!!!!!!!

Il faut dire que dans le domaine sanitaire, l'inculture médicale ambiante des patients et leur irresponsabilité, sauf exception, n'arrange pas les choses. J'ai fait l'anamnèse d'un patient de mon ostéopathe et conclu qu'il avait fait une arthrite de Lyme en Amérique du Sud. Le WB blot était faiblement positif. L'argent colloïdal a provoqué une aggravation sans doute une réaction de Herx. Il en est resté là... Il a été pris en mains par un service de médecine tropicale mais il a négligé de réclamer à son généraliste qu'il se procure les résultats. Donc on ne sait pas ce qui a été fait mais on a conclu à l'absence de contamination par une borrelia... Que faire quand les gens n'aident pas sinon faire comme Ponce Pilate, s'en laver les mains !  Enfin c'est très bien ainsi mon rôle n'est pas de me substituer aux médecins mais de fournir de l'information et des commentaires sur cette informations, à charge pour mes lecteurs de s'en débrouiller...

Le "négationisme" que je viens d'évoquer s'avère de plus en plus inexplicable. A l'origine c'était pour empêcher que des gens fatigués mettent cela sur le compte d'une borrelias (p. 131) mais il s'avère que les conséquences risquent de coûter bien plus cher à l'Assurance Maladie que les 40,50 € des WB! Toujours les économies de bout de chandelles. Soit dit en passant je rappelle que côté patient ceux qui se sont plaints des dosages approximatifs des génériques du Levothyrox sont à claquer tellement le prix du princeps est ridicule (de 0,69€ à 3,85 € la boîte alors faut pas charrier !).

La suite au prochain numéro

Est-ce que le rapport Sylbermann va changer la donne ? J'en doute ! La France est coutumières des situations ubuesques ! Quant au voit que le Pr Debré a été condamné par l'Ordre des Médecins en dépit de sa stature médicale et politique, il est clair que quelque chose ne tourne pas rond dans ce pays et que ce "quelque chose" est imputable aux "séquelles" judiciaires laissées par l'immonde Régime dit de Vichy. A ce propos la publicité récente faite à ce régime est a l'origine d'un "parricide" symbolique dont les résultats risquent de prolonger l'impasse gouvernementale actuelle au delà de 2017 ! Bref, on n'est pas sorti de l'auberge !

Je reviendrai peut-être sur la partie "scientifique" et médicale du livre de Viviane Schaller mais pour l'instant je suis grandement occupé avec la question des hypothyroïdies qui peuvent simuler leur propre lot de complications. Leur sous diagnostic me paraît au moins aussi important que le déni qui règne à propos de la chronicité de Lyme. Il est une règle en toute choses c'est de commencer par régler les problèmes les plus fondamentaux car si on passe à côté on risque fort de s'égarer !

Les commentaires sont fermés.