Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2014

Affaire Schaller : les prévenus condamnés le 13 novembre

schaller_christophe-514x350.jpgEn septembre 2012, j'ai déclaré que l'escroquerie à l'Assurance Maladie était constituée, je me cite :

Concernant la thèse de l'escroquerie à l'assurance, il est confirmé que Schaller a forcé les résultats de l'ELISA comment a t-elle procédé techniquement? C'est ce que j'aimerais savoir et qui me demeure une énigme. Je ne vois pas du reste comment on peut faire dire à un test automatisé ce qu'il n'est pas en mesure de dire. Donc de ce point de vue le délit d'escroquerie parait constitué étant précisé que le forçage des résultats a persisté après l'enrichissement du test de Mérieux.

Le 13 novembre dernier un jugement était prononcé dont le contenu est le suivant :

Viviane Schaller, ancienne propriétaire d’un laboratoire d’analyses médicales à Strasbourg, a été condamnée par le tribunal correctionnel de Strasbourg à neuf mois de prison avec sursis pour escroquerie. Elle devra en outre verser 280 820 euros à la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) au titre des dommages et intérêts et 4 000 euros pour les frais de justice. Viviane Schaller utilisait systématiquement deux tests pour détecter la présence d’une maladie de Lyme chez ses patients, là où l’assurance maladie n’en préconise qu’un.

Bernard Christophe, producteur du Tic-Tox, présenté comme un remède contre les effets de la maladie de Lyme, a également été condamné à neuf mois de prison pour exercice illégal de la profession de pharmacien. Il devra en outre verser 10 000€ à l’Ordre national des pharmaciens au titre des dommages et intérêts et 3 000 pour les frais de justice.

Le jugement est très sévère à l'encontre de Christophe mais il faut préciser que les faits de complicité (compérage pour employer le terme consacré) n'ont pas été retenus alors qu'il me semble avoir été évident. Mais là n'est pas le vrai problème. www.lanutrition.fr interprète cette condamnation comme une volonté de faire taire les lanceurs d'alerte. Bien sûr, les âmes simples vont être une fois de plus persuadées d'un complot.

Je me vois obligé une fois de plus de mettre les points sur les i. L'instruction a duré deux ans, il m'est difficile de croire que les juges n'auraient pas fait leur boulot, les renvois prouvent une volonté de tirer l'affaire au clair. Christophe m'avait laissé entendre au téléphone au début de l'affaire que le juge lui avait paru désireux de vraiment comprendre ce qui se passe. 

Le problème est que les journalistes ne sont ni des juristes qualifiés ni des médecins et que par conséquent ils sont incapables de rendre compte avec clarté et pédagogie de ce qui s'est réellement passé. il seriat intéressant d'avoir le texte exact du jugement.

Concernant la qualité de lanceurs d'alertes j'y viendrai à la fin.

La règle est la suivante : l'Assurance Maladie ne rembourse le Western Blot que si l'Elisa est positif. l'Elisa de BioMérieux est foireux et ne vaut rien, c'est un fait. Cependant et dans la mesure ou le laboratoire Schaller a déclaré 47% de positifs et que la moyenne nationale est inférieure, cela veut tout simplement dire qu'elle a triché par des fausses déclarations. Et cela dans le but de gagner de l'argent. Vous avez le droit de faire un WB à vos frais si l'Elisa est négatif mais pour booster son officine Schaller a fait en sorte que presque la moitié de ses clients n'aient pas à payer de leur poche. Or elle ne faisait pratiquement plus que ces tests. Tests qui sont devaient être automatisés. Elle a donc bien escroquée la Sécurité Sociale.

Que le test de BioMérieux soit pratiquement la référence obligée est une anomalie, que la Sécurité sociale ne décide pas de rembourser d'emblée le WB en l'absence d'Elisa fiables est regrettable. Mais notez bien que le problème est plus complexe encore parce qu'en raison de la concurrence entre fabriquants rembourser le WB d'office sans qu'ils soit précisé qu'un seule est à peu près valide, à savoir la version allemande évoquée dans d'autres posts, ne solutionnerait pas le problème. Problème qui découle de ce que le centre de référence est englué dans une mauvaise pratique et un déni.

Il y a bien un déni envers la maladie de Lyme mais d'un autre côté il est tout aussi exact que du côté des condamnés on a exagéré le danger pour des raisons purement mercantiles. Je rappelle que dans un WB que j'avais préconisé, on ne trouve qu'un indice d'infection ancienne, or Schaller a poussé à la consommation en indiquant de refaire le test quelque temps après. or je suis formel c'était absolument inutile. J'ai du dire quelque part que le patient a été suivi à l'Archet où l'on trouve des experts pour des maladies infectieuses rares. Une batterie de tests a été faite mais je n'ai pas pu avoir les résultats parce que le patient ne les a pas réclamés par l'intermédiaire de son médecin pour de très mauvaises raisons. je me suis décarcassé dans cette affaire pensant apprendre quelque chose car je suis sûr que la personne concernée a fait une arthrite de Lyme en Amérique du Sud. De la même manière j'ai indiqué à au moins une dizaine de personnes la marche à suivre mais on m'a communiqué les résultats deux fois, pas plus. 

Pour en revenir à Schaller, je suis désolé mais cette femme n'est nullement une sainte ! Quant à Christophe les neuf mois de prison ne sont nullement justifiés car il n'a tué personne. Tout ce qu'on peut lui reprocher c'est d'avoir fait beaucoup de fric autour d'une formule assez banale mais on en connait grosso modo la composition. Or il y avait à l'origine une essence interdite à la vente en dehors des pharmacie, la sauge si ma mémoire est bonne. On peut discuter sur le fait de savoir si la vente en dehors d'une pharmacie est si dangereuse que cela mais c'est un autre problème. A  partir du moment où il existe une règle fut-elle contestable, si on ne la respecte pas, il ne faut pas se plaindre quand on se fait taper sur les doigts ! Ce qui est arrivé était prévisible, mes pronostics se trouvent confirmés.

Je ne vais donc pas plaindre ces gens là, j'ai vu la liste des compléments du Sieur Christophe, ils n'avaient rien de révolutionnaire, certains étaient pure emplâtre sur une jambe de bois. Je présume qu'ils ont pris les mesures nécessaires pour sauver ce qui pouvait l'être. Christophe continue la vente du Tic Tox par l'Allemagne, je présume qu'il a du faire fortune et a mis le magot à l'abri. Schaller a eu le temps de prévoir le coup. Ils vont faire appel si le jugement n'est pas précisé comme exécutoire même en cas d'appel, l'histoire va repartir pour un tour. dans le meilleur des cas c'est encore deux ans de suspense à moins que... Enfin en France on a le chic pour faire durer les affaires et il faut dire que la Justice souffre aussi d'un manque de crédit et de personnel et ce n'est pas un hasard, d'un côté on complique la réglementation et il en résulte que seuls les escrocs et les industries qui brassent un maximum de fric finissent par sortir gagnants même lorsqu'elles sont lourdement condamnés. Aux USA par exemple les labos se font sévèrement bastonner mais les dommages ne sont rien en comparaison des profits engrangés, certains de ces labos on des chiffre d'affaire égaux voire supérieurs aux PNB de certains petits pays.

Tout cela ressemble fort à une comédie bien réglée et il existe forcément quelque part un "diable" pour l'avoir organisée avec tant de maestria. 

Qu'importe ! La cause est entendue et je ne crois pas à l'innocence de ces gens là. Il doit être à présent clair que le duo ne mérite pas vraiment le qualificatif de lanceurs d'alertes. Quelqu'un qui veut alerter la population se doit d'être clair sur tout dans une matière scientifique. Là c'est complètement raté ! La comédie va continuer avec des médecins en marge se prétendant spécialistes de Lyme et qui vont poser de faux diagnostics et se remplir les poche.

Les commentaires sont fermés.